Faire une recherche :  

20/9/2017 Démolition usines Tignol : Dernière étape


  Démolition usines Tignol : Dernière étape  



La démolition de la maison de maître des usines Tignol a débuté hier, après que les principaux éléments récupérables aient été prélevés pendant l'été.










 Mégisserie Tignol : Le reportage de France 3 Tarn 

(Diffusé au début de l'été)



Aziza Poittevin :
La ville de Graulhet poursuit l'aménagement de son territoire, une nouvelle friche industrielle est en train de disparaître; elle va laisser place à des maisons individuelles destinées aux séniors.
Avec doigté, l'ancienne mégisserie est réduite à néant. Les matériaux sont enlevés presque un à un pour être recyclés. Sur ce chantier, on ne parle pas de démolition.



Alexis Gasc :
"C'est plutôt de la déconstruction mécanique avec une pelle de 30 tonnes et une pince de tri, et l'on va chercher le moindre petit bout de bois pour pouvoir revaloriser le matériau que nous pouvons sortir du chantier.
Ensuite tout est bien trié : le bois, le fer, le plastique. Tout est bien séparé des gravats pour pouvoir justement à la fin avoir un matériau le plus propre possible, et le valoriser au maximum."



Le terrain a été vendu par la municipalité à une société privée qui a pris en charge la déconstruction. A la place, 15 maisons avec jardin vont être bâties. 
Elles vont être mises en vente ou être louées : le projet est surtout destiné aux seniors qui trouveront sur place des services comme l'entretien du jardin, l'accompagnement administratif ou des animations.



Charles Moreau, président société "les Résilianes Pastel" :
"ça n'a rien à voir avec une maison de retraite, ça n'a rien à voir avec une résidence qui existent déjà dans beaucoup d'endroits : c'est une nouvelle forme d'accueil de personnes pour qu'elles maintiennent leur autonomie le plus logntemps possible."
Avec ce projet, la ville poursuit son réaménagement urbain.



Claude Fita :
"Nous poursuivons toujours notre première idée philosophique de reconstruire Graulhet sur Graulhet et d'implanter des pôles. Ici nous avons, je dirai, un pôle intergénérationnel  puisque nous avons la maison de retraite, la médiathèque, une crèche,...
Donc ces pôles-là, à Graulhet, on les refait en centre ville."
La livraison des premières maisons est prévue pour fin 2018.
Reportage : M. Brisse, V. Galy, E. Hébert




Lien vers les précédents articles concernant la démolition des Usines Tignol :

 

 


 

 
19/9/2017 Graulhet : Hostellerie du Lyon d'Or

Journées du Patrimoine 2017 - Graulhet

Hostellerie du Lyon d'Or



Dans le cadre des Journées du Patrimoine 2017, la ville de Graulhet proposait entre autres la visite de l'Hostellerie du Lyon d'Or, qui ne peut se découvrir que lors d'évènements particuliers.
Trois horaires étaient proposés l'après-midi de dimanche, une guide du service patrimoine de la mairie assurant avec brio présentations et commentaires.



Sous un petit crachin pour le premier rendez-vous, c'est depuis l'extérieur que commençait le circuit, afin de découvrir l'architecture de la façade à pans de bois, à base de croix de saint-André, et encorbellements, ainsi que ses fenêtres croisées à appuis moulurés.



La porte d'entrée s'ouvrant face à l'église est surmontée d'un linteau orné d'une clef représentant un lion assis, qui a induit le nom du bâtiment.
Toutefois, pendant très longtemps et jusqu'à la fin du XX° siècle, cet immeuble était connu sous l'appellation de maison "du tondeur de chiens".



Un couloir donne accès à une cour intérieure éclairée par un puits de lumière, à partir de laquelle se structure l'ensemble de la demeure.
Pendant des décennies, avant que sa valeur architecturale ne soit reconnue, elle a abrité notamment le magasin de cycles d'Eugène Hilaire.



Sur la gauche, une grande cheminée laisse à penser qu'il pourrait s'agir des cuisines de l'auberge, les tables des commensaux étant disposées sur le plancher alentour.
A l'arrière, des mangeoires et des abreuvoirs permettaient d'accueillir des attelages de chevaux.



Différents matériaux interviennent dans la construction : pierre, grès, calcaire, briques, bois,...
La physionomie actuelle des cloisons illustre la façon de construire au moyen-âge, avec du torchis inséré dans une structure de chevrons renforcés par des bâtons disposés en oblique.
(Désolé pour les spécialistes de ne pas disposer des termes techniques appropriés !)



Il est impossible pour le public d'accéder à la cave ou aux étages en l'état actuel de la bâtisse.
Le sous-sol comporte d'énormes piliers en bois dont la coupe remonterait selon certaines études au XII° s.
L'ensemble de la maison daterait du XV° s., des modifications ou aménagements successifs ayant été réalisés au fil des siècles.



Deux étages sont desservis par un escalier en bois et une galerie donnant accès aux différentes pièces (une douzaine) qui sont ainsi indépendantes, ce qui renforcerait l'hypothèse que ce bâtiment a bien servi à une époque d'hôtellerie.
Henri de Navarre, futur roi de France, y aurait déjeuné...



André Rodier, photographe professionnel local, a identifié le premier propriétaire connu : Jacques Fourès en 1575.
Pendant 230 ans et jusqu'en 1922, cette maison de maître a appartenu à la dynastie des Roques, et est demeurée dans le patrimoine de cette famille d'avocats et de notaires.



Divers éléments liés à l'histoire locale ont été présentés au public, de Rébecca qui a trôné logntemps au square Foch à la dalle du seigneur d'Amboise en passant par la pierre des consuls ou autres objets d'art religieux.
Autant de témoins du passé graulhétois qui attendent un écrin digne de ce nom !
Si un généreux mécène lit ces lignes,...



Il est paradoxal que cette bâtisse qui figure parmi les plus anciennes maisons à pan de bois du sud de la France n'ait pas été repérée plus tôt comme un élément incontournable du patrimoine local.
A ma connaissance, elle n'a jamais été le sujet principal d'une carte postale ancienne ;  à peine l'aperçoit-on au fond de ce cliché sur la Grand-rue...



A suivre : la visite du Graulhet médiéval



 


 

 
18/9/2017 Graulhet, le cuir dans la peau !



  Visite d'usines et d'ateliers  

25 & 26 octobre 2017

Attention : Réservation obligatoire

Programme des visites d'entreprises : Réservation obligatoire !


  Graulhet, le cuir dans la peau !  


/ Photo Maison des Métiers du Cuir Graulhet

A l'heure où le made in France est sur toutes les bouches, les journées du "cuir dans la peau" vous présente le made in Graulhet ! 
Exceptionnellement, les entreprises qui travaillent le cuir font visiter leurs ateliers et vous dévoilent leur savoir-faire reconnu dans le monde entier. 
C'est aussi l'occasion de faire vos emplettes tout en cuir de Graulhet et au tarif usine !

PRESENTATION DES ENTREPRISES PARTICIPANTES

LES MEGISSIERS ET TANNEURS :


Cuir du Futur / Photo DDM

1/ Cuir du futur : Un nom évocateur pour l’entreprise qui a inventé le cuir stretch. Forte de cette innovation elle fournit les plus grandes marques du luxe à travers le monde. Le mariage parfait entre technologie et tradition !
2/ Mégisserie du midi : Des grands foulons qui teignent les peaux, aux séchoirs sur trois étages, cette entreprise a su s’adapter à son temps tout en conservant des techniques qui ont fait leurs preuves par le passé. En un mot : authenticité !

3/ Eureka : Une entreprise familiale qui met tout son savoir-faire dans l’ennoblissement du cuir avec un parc machine haute technologie permettant de réduire les peaux à 0,1 dixième de millimètres !
4/ Didier Lieutard : Spécialistes de la reliure de livre et du parchemin, les ateliers Lieutard fabriquent, malgré quelques machines, essentiellement à la main. Forts de ce savoir-faire, ils exportent dans toute l’Europe à destination des relieurs professionnels et amateurs.


LES MAROQUINIERS :


Maroquinerie Serres / Photo DDM

1/ Les Ateliers Foures : Une équipe d’artisans expérimentés qui fabrique entièrement à la main des sacs de la marque de l’atelier. Homme ou femme, il y en a pour tous les goûts !
2/ Maroquinerie Milhau : Jean-Claude Milhau, qui œuvre seul dans son atelier est un amoureux du cuir. Spécialiste de la création de lignes de sacs et de création de patrons. Il réalise toutes ses pièces de A à Z.

3/ Maroquinerie Serres : Forte d’un savoir-faire transmis sur 4 générations, l’entreprise qui prend en charge l’ensemble des opérations de production propose une gamme de produits très colorés et variés !
4/ La Fabrique : L’entreprise, spécialisée dans la petite maroquinerie réalise des produits 100% faits-mains, travaille pour les créateurs de mode français et internationaux.


ILS FONT AUSSI VISITER LEUR ATELIER :


Rose-Marie tient la dernière boutique de vêtements de cuirs / Photo DDM

1/ Rose-Marie Cuir : Dernière fabrique de vêtements de cuir à Graulhet. Du coupage au montage en passant par les retouches, Rose-Marie répond à toutes les demandes !
2/ BFM : Pour faire de la maroquinerie il faut des outils ! À Graulhet, ce sont les ateliers BFM qui fournissent nombre de maroquiniers en emporte-pièces et autres instruments de découpe. Incontournable !

3/ Trumpler : Les spécialistes de la couleur ! L’entreprise fabrique des produits chimiques pour le cuir. Elle confectionne la couleur recherchée par le client, dans le respect de l’environnement.
4/ Cuir en stock : La caverne d’Ali Babba du cuir ! Les professionnels et les particuliers y trouvent leur bonheur pour leurs créations ou leurs décorations en cuir.
5/ Plasticiens Volants : C’est dans une ancienne mégisserie de Graulhet que naissent leurs drôles de personnages volants qui voyagent à travers le monde… jusqu’à la cérémonie d’ouverture des derniers Jeux Olympiques !


EN ACCES LIBRE :


Charentaises mouton / Photo MRLF

1/ La Cartablière : Une ligne de produits tendances fabriqués à Graulhet, pour des produits 100% féminins faits avec un cuir de qualité… et toujours pailleté ! Spécialement pour les journées dans la peau, Sophie anime des activités pour les enfants.
2/ Cuir Forever : La marque Daniel N. c’est à la fois des sacs à main, ceintures, pochettes, bracelets… il n’y a plus qu’à faire son choix ou même passer une commande sur mesure ! Tout aux long des journées dans la peau, Daniel vous propose des démonstrations de son savoir-faire.
3/ MRLF : La boutique vend les charentaises conçues à Graulhet. Les pantoufles en peaux lainées sont fabriquées à la main et assurent une qualité et un confort optimaux.


LES SECRETS DE LA CHIMIE DU CUIR :


La Maison des métiers du cuir  / Photo DDM, J-C C.

Visite Thématique « Les secrets de la chimie du cuir » par la Maison des Métiers du Cuir : Laissez-vous conter la fabrication du cuir et le dur labeur des ouvriers aux heures de gloire de la capitale mondiale de la basane.
Visite gratuite, sur réservation au 05 63 42 16 04.

  Informations et réservations :  
http://www.tourisme-vignoble-bastides.com/fr/organiser/agenda/graulhet-le-cuir-dans-la-peau


Publié le 11/02/2017 à 09:16

Le cuir graulhétois à la recherche de son identité


Dominique Picquier dans le hall d'entrée de la Maison des métiers du cuir qui abritera bientôt le local dédié à son association. / DDM.G.D.

Refaire parler du cuir au présent et au futur à des Graulhétois plutôt enclins à en parler au passé. Tel est l'objectif pédagogique de la nouvelle association Cuir de Graulhet, créée en fin d'année. Le but est surtout et clairement commercial. «Nous avons voulu fédérer l'ensemble des entreprises, dont les activités sont liées directement ou indirectement au cuir, afin de les promouvoir, de conduire des actions communes et de redynamiser la filière en nous appuyant sur le savoir-faire, l'innovation, la créativité et la formation», explique Dominique Picquier, de la maroquinerie La Fabrique, toute récente présidente du regroupement. 

«Nous avions, avec l'appui du service développement économique de Tarn et Dadou, initié une réunion des maroquiniers et mégissiers dans l'idée de fédérer les deux secteurs d'activité. Les deux professions bénéficient de l'arrivée de nouvelles générations dans leurs entreprises et d'un renouvellement des idées. En sachant que la ville est aussi historiquement liée à la peau avec une activité dans ces secteurs qui reste importante». Au départ, toutes ont été contactées. À ce jour, une dizaine (voir ci-dessous) adhère à l'association qui va bénéficier dans les jours qui viennent d'une salle dédiée à ses activités, en cours de rénovation, dans les locaux de la Maison des métiers du cuir. «Nous allons lancer des actions multiples de communication. Nous rendre ensemble sur des salons qui correspondent à nos fabrications. Nous voulons aller vers l'excellence !». 

L'attribution à quatre entreprises locales du label EPV -Entreprises du Patrimoine Vivant- est un premier pas vers une reconnaissance, qui reste individuelle. Avec, à long terme, pourquoi pas, l'accès pour les deux professions et pour toute la filière à un label international qui identifierait le cuir de Graulhet dans le monde. «Oui, il y a un futur pour le cuir graulhétois, assure Dominique Picquier. Et la mutation est en train de se réaliser !».


Le travail du cuir puis son industrie ont rythmé la vie graulhétoise depuis l'époque médiévale / Photo DDM, J-C C.

 


 

 
17/9/2017 Graulhet : Panneaux de cuir restaurés

Journées du Patrimoine 2017 - Graulhet

Panneaux de cuir restaurés



Découverte des panneaux de cuir des mégissiers de Graulhet
(classés aux Monuments Historiques)
Visite possible à la mairie aujourd'hui de 10h à 12h et de 14h à 16h

 
 
  "Graulhet est toujours la capitale française du cuir"  


L'architecture caractéristique des usines de mégisserie graulhétoises

Depuis des siècles, le travail du cuir a fait de Graulhet la capitale de la basane, cuir essentiellement utilisé pour la doublure des chaussures.
La ville reste aujourd'hui le plus grand centre français de mégisserie : le tannage de petites peaux.

Son activité florissante est encore visible par l'architecture des multiples usines disséminées tout au long du Dadou, mais également grâce à la conservation de nombreux cuirs et objets liés à la peau.
Les magnifiques panneaux de cuir (classés aux Monuments Historiques) exposés dans les salles de la mairie sont de beaux témoignages de cette véritable épopée industrielle.


Peaux brutes sur chevalet à la Maison des Métiers du Cuir de Graulhet

  Panneaux d'exposition des mégissiers de Graulhet  
 


Avant restauration, ces panneaux étaient présentés à la Maison des Métiers du Cuir de Graulhet.
Ils sont classés au titre des Monuments Historiques depuis le 22 mars 1998.
Ils avaient été achetés par la ville de Graulhet le 31.10.2007 après la liquidation judiciaire de l'association Graulhet Cuir Passion qui en était jusque-là propriétaire.

Fixés sur un panneau en bois, ils sont constitués d'un montage complexe de nombreux éléments de cuirs de factures variées : tannage, traitement de surface, mise en teinte et mise en oauvre diverses.
Ils ont été restaurés à Grenoble, au Centre de Conservation et de Restauration du Cuir, par Céline Bonnot-Diconne (Maître d'art 2015 et ancienne pensionnaire de l'Académie de France à Rome - Villa Médicis).


 
Ces panneaux de 12 m2 portent les numéros d'inventaire 2013.01.112 et 2013.01.113.

Panneau 2013.01.112



Ce panneau appartenait à M. Désiré Hiversenc (1852-1907), mégissier, qui l'a obtenu à l'occasion du prix remporté lors d'une exposition en 1895.
Il fut exposé à Lyon puis à Angers avant de revenir à Graulhet.
Au centre du panneau, un cadre vitré met en valeur la liste des patrons mégissiers de l'époque.



Les éléments de cuir sont froissés ou pliés, tendus ou cloués sur des formes en bois, maintenus par des pointes sur une structure en planches.
De petits éléments de cuir (étoiles, cocarde, épi, marteau du cordonnier) sont également rapportés par collage sur ces formes.



En haut du panneau ont été placées les armoiries de la ville de Graulhet, apparues en 1767 (mais ayant subi des évolutions diverses par la suite), actuellement composées d'un épi de blé et d'un marteau de cordonnier.



Panneau 2013.01.113



Ce panneau appartenait à la famille de Jean-Claude Malet qui l'a transmis à Mme Linette Ravari, qui en a fait don à la Maison des Métiers du Cuir.
Ce panneau est en fait un triptyque. Les éléments de cuir sont disposés froissés ou collés sur des pièces en carton formant des motifs floraux, végétaux ou des demi-cercles.



Sur la partie haute, des inscriptions dorées sont peintes sur des planches noires en arc de cercle :
"Groupement des Mégissiers de Graulhet - Paris 1900 Médaille d'argent - Londres 1908 Grand Prix - Liège 1905 Diplôme d'Honneur"
(Source : Mairie de Graulhet, service Patrimoine)



Les autres panneaux


Situé autrefois dans la salle du conseil municipal, il décore actuellement le bureau du maire.


Celui-ci orne la pièce voisine, la salle Jean Jaurès

 


 

 
16/9/2017 Natifs de 50 : Le site à l'honneur sur La Dépêche

Publié le 16/09/2017 à 11:29   | La Dépêche du Midi |  G.D.

Un blog d'actu né d'une réunion de classe


Simon Rodier et Jean Durand à l'origine du blog./  DDM.G.D.

Quand il a créé le blog Natifs 50, en 2010, Simon Rodier ne pouvait imaginer qu'il deviendrait une référence de l'actu locale et régionale et que 8 ans plus tard, il aurait intéressé largement plus d'un million de visiteurs. «Nous l'avions ouvert temporairement pour préparer les retrouvailles des Graulhétoises et Graulhétois nés en 1950, et pour permettre de collecter des photos de jeunesse. L'objectif était de faire revivre cette époque et partager nos souvenirs», assure l'ancien enseignant de l'école de Crins qui a voulu garder l'esprit «scolaire» sur les centaines de pages qu'il a édité depuis.

Au départ, aux côtés de l'emblématique président de la classe 50 Jean Durand, Jean-Paul Bosc s'était aussi investi dans l'aventure du blog qui privilégie deux axes : le terroir et la mémoire.

C'est ainsi que les pages faisant le parallèle entre les classes de neige et les colonies, d'hier et d'aujourd'hui, sont les plus lues. «Le site, pour le faire vivre, doit être alimenté régulièrement, presque tous les jours. Dans les sujets, je privilégie ceux qui ont un lien avec Graulhet. Le but étant d'ouvrir un échange entre les personnes qui les consultent. Il va sans dire que le blog doit figurer dans les favoris de beaucoup de Graulhétois vivant ailleurs ou à l'étranger», avance Simon Rodier, avec l'humilité de celui qui doit sans cesse remettre du braquet dans la bécane. 

Tout en faisant remarquer que nombre de journalistes, de réalisateurs de télévision ou d'historiens amateurs font appel à son savoir et son œil de photographe pour demander l'emprunt de documents ou la précision d'une information. «Il y a même une agence de voyages américaine qui m'a contacté pour me demander des photographies. Du moment que le sujet parle de la ville…». Curieusement, ce sont les clichés de Graulhet sous la neige en 2012 qui ont été les plus regardés. Il est vrai que le phénomène météo est devenu rare. 
Ainsi, Simon Rodier, en alimentant aussi le site internet de l'Amicale Laïque, promène son œil averti de photographe, d'observateur et de chroniqueur pour un public qui va des écoles -qui en ont fait un blog référence pour certaines- aux nostalgiques du passé local en passant par tous les amateurs de belles pages et de vues inédites.


Merci à Gérard Durand et à La Dépêche du Midi pour ce sympathique billet...


 


 

 
15/9/2017 Journées du patrimoine : Hostellerie du Lyon d'or

  Journée du patrimoine à Graulhet : Dimanche 17 septembre  


Façade principale de l'hostellerie du Lyon d'Or  / Photo DDM, J-C C.

  Visite de l’Hostellerie du Lyon d’Or   

Départs à 14h / 15h15 / 16h30 (Durée 30 min. / Rue du Chevalier de la Barre). 

Inscrite à l’Inventaire des monuments historiques, l’hostellerie du Lyon d’or est une des plus vieilles bâtisses à pans de bois de chêne du midi de la France. A l’époque médiévale la ville de Graulhet abritait des activités liées à l’hébergement. 
Relais de poste, auberge, logis et restauration faisaient partie des services marchands de la ville. Les pittoresques ruelles du quartier Panessac sont des témoignages de ce passé médiéval.


Publié le 06/08/2017 à 09:41   | La Dépêche du Midi |  Jean-Claude Clerc

L'hostellerie du Lyon d'or, perle du vieux Graulhet


L'hostellerie du Lyon d'or, une des plus vieilles bâtisses à pans de bois de chêne du midi de la France. / Photo DDM, J-C. C.

Située au cœur du quartier médiéval de la cité du cuir, l'hostellerie du Lyon d'or est inscrite à l'Inventaire des monuments historiques. Elle est une des plus vieilles - si ce n'est la plus vieille - bâtisses à pans de bois de chêne du midi de la France.

A l'époque médiévale la ville de Graulhet abritait des activités liées à l'hébergement. Relais de poste, auberge, logis et restauration faisaient partie des services marchands proposés en ville. Les pittoresques ruelles du quartier Panessac ont été préservées, avec leurs maisons à pans de bois et encorbellements, témoins de ce passé médiéval qui constitue une véritable richesse culturelle.


La cour intérieure de l'édifice, ceinturée par les galeries qui desservent les étages / Photo DDM

L'Hostellerie du Lyon d'Or, située au cœur de ce quartier, se signale par les dimensions de sa façade à deux niveaux, en pans de bois à croix de Saint- André typiques du XV eme siècle et en encorbellement. Le rez-de-chaussée est quant à lui maçonné en bel appareil de grès.

Datation de l'édifice
La porte, en partie centrale, est cantonnée de pilastres de pierre grise avec un linteau droit orné d'une clef au lion assis, datable du XIXe siècle.
A défaut de documents écrits, les dernières études (Girardclos, Perrault, 2005 ; Conan, 2009) concluent à une construction dans la deuxième décennie du seizième siècle.


Renforcement des structures au sous-sol en 2009 / Photo DDM

La majeure partie des bois analysés ayant fourni des dates d'abattage allant de 1507 à 1511. Les techniques de construction et les modénatures (profil des appuis, congés, accolades des linteaux) s'accordent d'ailleurs avec une telle datation. On notera que les compoix mentionnent deux ouvroirs de part et d'autre de l'entrée. 
En contemplant le bâtiment on imagine sans peine les attelages qui étaient accueillis dans la partie arrière, comme en attestent encore aujourd'hui les mangeoires et les abreuvoirs. 

Les pièces d'apparat du devant abritaient le couvert alors qu'aux étages étaient aménagées les chambres. Près de huit siècles d'histoire s'inscrivent dans ces murs où Henri de Navarre, qui n'était pas encore devenu Henri IV, fit une escale gourmande. En attendant les Journées du patrimoine qui permettent parfois sa visite, il est possible d'en contemler la façadeà l'occasion d'une promenade dans laes ruelles duquartior dmédiéval


Inspection des cloisons en torchis au rez de chaussée - 2010 / Photo DDM


  Les autres visites des Journées du Patrimoine sur Graulhet :  



  Visite du Centre de Secours  

> de 10h à 12h
Durée 30 min. / 3 impasse Branly
Le centre de secours a été inauguré en 2015. A découvrir notamment la grande fresque de Casimir Ferrer, artiste peintre et sculpteur, située dans la salle de réunion.


Centre de Secours de Graulhet / Photo DDM, J-C C


Visite de l’hôtel de ville et présentation de panneaux de cuir

> de 10 à 12h et de 14h à 16h
Mairie de Graulhet, salle de la République
Découvrez Les panneaux de cuir des mégissiers de Graulhet restaurés par Céline Bonnot-Diconne, Maître d’Art 2015 et ancienne pensionnaire à l’Académie de France à Rome - Villa Médicis. Ces panneaux sont classés au titre des Monuments Historiques.


Panneau de cuir restauré / Photo FB, Mairie Graulhet


  Visite de la Maison des Métiers du Cuir  

> départs à 14h / 15h15 / 16h30
Durée 50 min. / 33 rue Saint-Jean
La maison des métiers du cuir offre un panorama des activités artisanales et industrielles qui ont fait le renom de Graulhet. Découvrez les étapes de la transformation de la peau en cuir dans une ancienne mégisserie avec une étonnante collection d’objets et de peaux.


Maison des Métiers du Cuir / Photos FB, ib.


Concert de musique française à deux pianos

> 16h
Ancienne usine Ventachoc, 54 avenue Victor Hugo
informations : glsgraulhet@yahoo.com - participation libre


Gabriel Lemaire-Sicre au piano dans l'ancien atelier de maroquinerie Breilhac. / Photo DDM, G.D.


Publié le 15/09/2017 à 03:51  | La Dépêche du Midi |  

Graulhet - Journées du patrimoine

Centre de secours, cuir et vieilles pierres au programme


La Maison des métiers du cuir permet de tout découvrir de la mégisserie et de la tannerie  /Photo DDM, J-C C

Cette année encore la ville de Graulhet participera aux Journées européennes du patrimoine ce week-end. Pour cette nouvelle édition la nouveauté sera à l'hôtel de ville avec des panneaux de cuir qui ont été installés dans la salle de la République.

Ce week-end sera pour le grand public l'occasion de visiter le centre de secours de 10 heures à 12 heures. Le bâtiment, situé 3 impasse Branly, a été inauguré en 2015. Des visites d'une demi-heure sont programmées pour accompagner les visiteurs. Ce moment sera l'occasion -outre la visite des lieux et des engins de secours- de découvrir la grande fresque réalisée par Casimir Ferrer, artiste peintre et sculpteur, située dans la salle de réunion du centre de secours.

Des visites de l'hôtel de ville seront assurées de 10 heures à 12 heures ainsi que de 14 heures à 16 heures. On pourra y découvrir les panneaux de cuir des mégissiers de Graulhet qui ont été restaurés par Céline Bonnot-Diconne, maître d'art et ancienne pensionnaire à l'Académie de France à Rome - Villa Médicis. Ces panneaux, classés au titre des Monuments historiques, sont désormais à nouveau visibles par le grand public après cette restauration.

Toujours dans le domaine du cuir, des visites de la Maison des métiers du cuir seront proposées avec des départs à 14 heures, 15 h 15 et 16 h 30. Elle offre un panorama des activités artisanales et industrielles qui ont fait le renom de Graulhet et une découverte des étapes de la transformation de la peau en cuir dans une ancienne mégisserie avec une étonnante collection d'objets et de peaux.



  Mais aussi...  

Fête du cheval, vide-greniers et foire d'automne

La Bousquétarié - à partir de 9 heures


Voltige et dressage seront au programme ce dimanche / Photo DDM


Lien vers l'article :
http://www.ladepeche.fr/article/2017/09/14/2644760-fete-du-cheval-vide-greniers-et-foire-d-automne.html
 

 


 

 
14/9/2017 Jeux Olympiques : Confirmation pour Paris 2024

Paris décroche les J.O. pour 2024


La candidature de la capitale française a été retenue, hier à Lima au Pérou, par le Comité international olympique, pour organiser les JO de 2024. / AFP


Graulhet avait soutenu la candidature de Paris


Le 23 juin, Graulhet avait organisé la Journée de l'Olympisme pour apporter son soutien à Paris 2024.


Publié le 14/09/2017 à 07:56   | La Dépêche du Midi |  Philippe Rioux

Paris décroche enfin les Jeux olympiques


Paris accueillera les Jeux olympiques de 2024 : La joie de la délégation française à Lima / Photo DDM

Sans surprise, le Comité international olympique a attribué, hier à Lima, les Jeux olympiques d'été de 2024 à Paris. Los Angeles hérite de ceux de 2028. La capitale française savoure ce premier succès qui ouvre les portes de JO «verts» et économes.

Cent ans après les Jeux olympiques de Paris en 1924, la candidature de la capitale française a été retenue, hier à Lima au Pérou, par le Comité international olympique, pour organiser les JO de 2024. Cette décision n'est pas une surprise depuis qu'un accord tacite avait été conclu cet été entre le CIO et Los Angeles la ville concurrente. Le Comité, rompant avec une tradition bien établie, a procédé, en effet, à une double attribution et a confié l'organisation des JO d'été de 2028 à la mégalopole californienne, qui les avait déjà accueillis en 1932 et 1984.


Impossible d'envisager des Jeux Olympiques qui ne se soucieraient pas de la question écologique / Photo DDM, Comité Paris 2024

Le succès d'une équipe qui a tiré les leçons des échecs passés
Si le suspense n'était plus là, l'émotion et la joie de l'équipe de candidature de «Paris 2024» étaient, elles, bien tangibles. C'est que cette attribution efface les cuisantes défaites du passé. En 1992, en 2008 et surtout en 2012, Paris avait échoué à convaincre les membres du CIO. Pour les derniers Jeux de Londres, tout s'était joué à deux voix près. Un crève-cœur… 

Sous la houlette de Bernard Lapasset et du champion olympique Tony Estanguet, coprésidents du comité de candidature Paris 2024 créé le 18 décembre 2015, l'équipe française se met au travail. Instruite des échecs passés, elle peaufine un dossier béton, affiche une réelle unité politique et sportive, et, surtout, une vraie envie des Jeux, que symbolisera pour le grand public ce petit geste avec lequel on fai, en joignant les doigts, la tour Eiffel. 


Le Projet de Paris / DDM

Symbole de la candidature, vedette du logo «24.» Cette fois, la France veut y croire alors que des villes concurrentes (Rome, Budapest) jettent l'éponge. «2024, c'est maintenant ou jamais» assure Estanguet. Paris n'a plus que Los Angeles en face d'elle... Et la France accélère. Le nouveau Président Emmanuel Macron s'engage. Des Journée olympiques attirent fin juin dernier près de 1,2 million de personnes. Plus de doute, la France «veut» les JO.

Hier à Lima, la Ville lumière a été officiellement investie comme ville organisatrice de la XXXIIIe olympiade de l'ère moderne. Les JO reviennent là où Pierre de Coubertin les avait fait renaître en 1894.
Désormais s'ouvre pour Paris un défi de sept ans pour faire de ses Jeux non seulement un événement sportif toujours passionnant, mais aussi un moment d'Histoire à même de transformer le pays. Sept ans pour que la France aille, selon la devise olympique, «plus vite, plus haut, plus fort…»


Journée de l'Olympisme à Graulhet



Le 23 juin, le stade Noël Pélissou accueillait des mini-olympiades pour soutenir la candidature à Paris 2024, la ville de Graulhet ayant bénéficié du label Haut Patronage de France.
Cette manifestation, organisée par les responsable du CEM (centre éducatif multisports), a reproduit une mini-cérémonie d'ouverture pour plus de mille jeunes Graulhétois.


Écoles, collège, maisons de l'enfance, clubs sportifs avaient répondu en nombre à l'invitation.


Les Plasticiens Volants, qui ont participé aux JO de Barcelone, Sotchi ou Rio, animaient l'après-midi.


Enfants et accompagnateurs se mettent en place sur la piste.


Les Plasticiens Volants ouvrent le défilé.


C'est parti pour un tour de piste animé.


Chaude ambiance dans les rangs !


Les discours officiels en présence d'athlètes locaux de haut niveau : Célia Perron (athlétisme), Pauline Martin (volley), Benoît Bellot (rugby).


Les jeunes sportifs du CEM ont effectué une course de 2024 m.


L'allumage de la flamme olympique.


Sous le regard du drone qui filmait la cérémonie.

 


 

 
Pages :12345...334335336337338>>
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement