21/1/2015 Graulhet, rétro 2014 -3-

Du Bruc à Ricardens



Graulhet, rétro 2014 -3-

   Juillet   

Publié le 02/07/2014 à 03:51   | La Dépêche du Midi |    G.D.

La maison d'enfants de La Barthe a grandi

Le directeur Patrick Salles avec un éducateur Kader Zitouni au pied de l'escalier qui monte à l'étage qui vient d'être construit./Photo DDM

Aménagé il y 10 ans avenue Marcel-Pagnol, le siège de la maison d'enfants à caractère social de La Barthe s'agrandit. L'inauguration de nouveaux locaux de 120 m2, ce vendredi, marquera du sceau de la réussite, ce déplacement en 2004 d'une partie des activités du Cayla sur plusieurs sites graulhétois et un détachement sur Lavaur. Cette maison créée et gérée par le conseil général pour favoriser l'épanouissement de l'enfant ou de l'adolescent en difficulté dans le cadre familial ou social accueille 25 jeunes en internat sur Graulhet. «Ils sont souvent tarnais, mais aussi peuvent venir de l'étranger. Ce sont des jeunes qui se rendent compte de la chance qu'ils ont et qui savent se fondre dans le paysage», assure le directeur Patrick Salles.

L'extension a permis la création de bureaux, salle de réunion et autres pièces réservées à l'accueil. «Ici, l'accent est mis sur la particularité de chaque situation, l'intégration sociale, la vie collective. Le suivi scolaire est renforcé si nécessaire». Deux psychologues assurent les prises en charge individuelles et l'appui technique aux équipes éducatives. Un travail qui s'effectue en partenariat avec les unités territoriales, les équipes thérapeutiques extérieures, les écoles et les familles. La maison d'enfants emploie plus de 40 personnes sur Graulhet-Lavaur.


Publié le 03/07/2014 à 08:00   | La Dépêche du Midi |    J-C C.

Le grand retour du marché des marques


Le bureau de l'Association des commerçants a longuement planché pour le retour de cette manifestation./Photo DDM, J-C C

Ce n'est pas en centre-ville mais au Forum que l'Association des commerçants du Cœur de Ville va organiser ce dimanche 6 juillet le nouveau marché des marques. Cette exposition-vente sera l'occasion pour les commerçants et les artisans de la ville de se faire connaître et vendre en proposant des promotions jusqu'à — 50 %.

«Cela coïncide avec le début des soldes. On a un temps pensé à faire une foire, mais nous avons choisi de faire quelque chose offrant une image plus valorisante» confie Pascal Marieu, coprésident de l'Association des commerçants.
L'entrée étant gratuite, il est difficile d'avancer un nombre quant à la fréquentation. Cependant, en 2010, lors de la dernière édition, il était presque impossible de trouver une place de parking sur l'esplanade.

«Depuis il y a eu des changements dans le bureau, on a voulu le relancer pour montrer ce qui se fait sur la ville» explique Daniel Sannou qui copréside l'association.
Ce dimanche, près d'une trentaine d'exposants sera à l'intérieur du forum et d'autres tiendront leurs stands, si le temps le permet, à l'extérieur du bâtiment.

Même si l'événement est ouvert à d'autres professionnels que ceux adhérant à l'association Cœur de Ville, il ne s'agit pas là d'une braderie. «Certains professionnels réalisent des ventes, d'autres prennent des contacts auprès de nouveaux clients qu'ils rencontreront à nouveau plus tard», précise Pascal Marieu.

Car l'enjeu est bien là : attirer une autre clientèle que celle qui vient déjà à Graulhet. Avec des réductions propres à la période des soldes et des stands dans des secteurs aussi variés que le prêt-à-porter, l'optique ou l'automobile, la manifestation a de quoi attirer des clients bien au-delà de la ville. Du côté des animations, structures gonflables pour les enfants, buvette et restauration seront aussi de la partie. Le succès sera-t-il au rendez-vous comme il y a quatre ans ? La réponse se trouvera ce dimanche de 9 heures à 18 heures au Forum.


Publié le 12/07/2014 à 09:04   | La Dépêche du Midi |    Pauline Leduc

Le festival Rues d'été bat le pavé


La Cie Akouma, à l'affiche de cette édition 2014./  Photo Ivan Cimadoro

La sixième édition du festival Rues d'été a ouvert ses portes hier. Cette année, l'accent est mis sur le cirque avec pour thème, les acrobaties. Les festivités dureront jusqu'à dimanche.

Le festival Rues d'été rempile pour une sixième édition ! Le bitume graulhetois accueille depuis hier et pour tout le week-end pas moins de 30 compagnies d'art de rue pour 27 représentations. Les artistes envahissent les Places du Jourdain, du Château et du Val d'Amour, le Parking du Grandgousier ainsi que la cité historique. Qu'il s'agisse de théâtre, musique, danse ou cirque, ils raviront petits et grands : «notre objectif, c'est que les gens s'amusent», explique Ariane Lelay, membre de l'association Rues d'été, à l'origine du projet. «On tient à la gratuité du festival. On veut que les visiteurs passent un moment convivial en famille et qu'ils s'amusent». Pour cela, des animations sont prévues pour les enfants et tout un espace est dédié à des animations citoyennes.

Les festivités de la journée débutent à 15 heures avec «Un p'tit cabaret, deux nanas» pour une activité circassienne. S'ensuivra tout au long de la journée du théâtre, un spectacle de marionnettes, de la danse, du chant, un défilé de fanfare et pour couronner le tout, un concert de rock de «Las Vargas» fera trembler les rues jusqu'à une heure avancée de la soirée.

Un festival acrobatique
Chaque année, un thème ayant trait aux arts de rue est choisi. L'an dernier, la magie était mise en avant et cette fois, ce sont plutôt les métiers du cirque qui sont à l'honneur avec notamment de la danse sur façade. «On a axé le thème sur la performance physique et technique cette année, ça nous permet de montrer aux spectateurs les différentes faces que peuvent prendre les arts de rue et les promouvoir», détaille Ariane Lelay. Avis aux amateurs d'art de rue, aux amoureux de cirque et aux passionnés de musique, ce festival est pour vous !
30 compagnies assurent le show pendant trois jours pour 27 représentations


Publié le 16/07/2014 à 03:49   | La Dépêche du Midi |  

Graulhet Naturévasion au Pech de Bugarach

Graulhet Naturévasion Rando cultive un esprit de solidarité et de convivialité./ Photo DDM

Le groupe de Graulhet Naturévasion Rando a gravi avec entrain ce pic, une façon de clore la saison dans la bonne humeur et la spiritualité. Une balade dans les Corbières, suivie d'une excursion dans les gorges de Galamus pour achever un week-end ensoleillé de juin. Cette saison, GNR a parcouru 652 km sur les sentiers tarnais, quelques incursions dans les départements alentours. Des kilomètres de sentiers parcourus inlassablement pour un plaisir partagé de la diversité des paysages, de la flore et un profond respect pour ceux qui ont façonné ces chemins. Dès le mois de septembre, la 22e saison reprendra avec ses sorties dominicales à la demi-journée en alternance à la journée, des week-ends sont déjà finalisés dans les Pyrénées, le massif de La Clape dans l'Aude au printemps 2015.

Le bureau remercie ses adhérents pour leur participation régulière et bénévole aux différentes activités menées ensemble.


Publié le 19/07/2014 à 03:51   | La Dépêche du Midi |    G.C

Saint-Julien-du-Puy : Visites commentées chez Jean-Claude Milhau


Jean-Claude Milhau offre l'occasion de découvrir son métier. / Photo DDM G.C .

La maroquinerie Jean-Claude Milhau à Saint-Julien-du-Puy est devenue au fil des ans presque un bastion dans la profession car il reste peu de fabriques d'articles en cuir dans une région qui en comptait de nombreuses à Graulhet et ses environs. Mais Jean-Claude Milhau n'a jamais lâché son outil et son savoir-faire et il aime en parler. C'est ce qu'il se propose de faire à nouveau tous les après-midi de cet été (sauf les dimanches). De 14 h 30 à 19 h 30 il sera à son atelier pour expliquer à ses visiteurs son travail et présenter sa dernière collection de peinture sur cuir.


Publié le 20/07/2014 à 10:07   | La Dépêche du Midi |     G.D.

Missècle : Le cirque Hulon en résidence et en spectacle


«Missècle aux étoiles», c'est une première pour le village. / Photo DDM

Le cirque Hulon est la continuité de celui créé en 1981 par Jacques Hulon, aujourd'hui rejoint par Antoine et Lucia Pennini, soit trois artistes éprouvés et reconnus dans le milieu du cirque et sous les plus grands chapiteaux. Le trio cherchait dans la région un point de chute qu'il voudrait définitif. Il l'a d'abord trouvé dans les locaux des Plasticiens volants, qui ont hébergé le trio. La région leur plaisait et c'est sur les hauteurs, entre Graulhet et Missècle, au lieu dit «Canguilan», qu'ils ont bâti une belle maison de bois, avec balcon et vue sur la chaîne des Pyrénées par beau temps. De quoi s'intégrer dans le paysage rural et culturel. 
«Nous avons reçu un accueil chaleureux des gens de Missècle et du maire. Pour leur donner le change, nous allons jouer notre spectacle «Le Kiosque à Mézigue», gratuitement, à côté de la salle des fêtes», annonce Lucia Pennini. Samedi 26 juillet, la troupe donnera donc son spectacle musical et comique dans ce petit village et sous le kiosque qui abrite le talent de ce trio clownesque, jouant dans des situations rocambolesques, émouvantes et inattendues. Un vrai spectacle pour tous, que ce soir d'été devrait transformer en succès.


Publié le 23/07/2014 à 03:51   | La Dépêche du Midi |     G.D.

Le vol à voile prend possession du ciel tarnais


Les planeurs dans le ciel graulhétois, image rare de ce mois de juillet. / Photo DDM

L'Association tarnaise de vol à voile, l'unique du département, profite tant bien que mal de son été. «C'est le pire mois de juillet que j'ai connu depuis que je suis au club, les conditions météo sont mauvaises pour la pratique», assure, un brin fataliste, Patrice Corbillé, éducateur au club et organisateur des multiples stages et formations en cours. À commencer par celle des futurs instructeurs. Trois l'en dernier, un cet été. Un autre stage a été ouvert au jeune Valentin, de la Maison d'enfants de Luchon, qui est chez Aérotech le matin et qui vole l'après-midi autour de l'aérodrome Graulhet-Montdragon. «C'est aussi cela participer à l'effort social». Cette semaine, un troisième stage accueille quatre amateurs d'aéromodélisme. «Ils ont, du fait de leur bagage, une bonne approche technique des planeurs et de la navigation. Mais ces stages montrent aussi la volonté du club de vol à voile de créer des ponts entre les associations de la ville et une synergie entre les entreprises et le club».

«C'est aussi la vocation du club de former des pilotes et de générer des vocations dans les métiers de l'aéronautique. Quatre pilotes travaillent chez Airbus ou Socata et tous peuvent profiter de la dynamique aéronautique de la région». Côté vitrine, 4 jeunes pilotes formés à l'ATVV participent aux compétitions interrégionales Sud-Ouest à Auch. Deux partiront en août aux championnats de France à Vichy. À l'Association tarnaise de vol à voile, il n'y a que la météo qui est mauvaise.


Publié le 24/07/2014 à 03:50   | La Dépêche du Midi |  

La Courbe sera en fête vendredi


L'an dernier, près de 400 convives avaient participé au repas et assisté aux spectacles./ Photo DDM

Après la journée portes ouvertes du jeudi 10 juillet pour les partenaires institutionnels, le centre de vacances intercommunal –enfants, animateurs et amicalistes réunis– accueille ce vendredi 25 juillet parents et amis pour la traditionnelle soirée du 1er séjour, moment de convivialité qui est prisé par tous. De 18h30 à 22h30 un programme étoffé est offert aux participants : 18h30 village expo, 19h30 spectacle des maternelles, 20h30 repas champêtre pour partager l'incontournable paella estampillée «La Courbe» préparée par la fine équipe des bénévoles (réservation indispensable au 05 63 58 35 22 avant mercredi) et 21h30 spectacle des primaires et des préadolescents. Christian, Jean et Pierre animeront cette coupe du monde de «fou».

Temps fort de l'été «courbien», cette animation, dans le cadre verdoyant connu des Graulhétois mais découvert avec plaisir par convives et officiels venus de l'extérieur, permet de présenter à tous la qualité des installations et de l'accueil de loisirs proposés aux quelque 400 enfants présents.


Publié le 28/07/2014 à 03:50   | La Dépêche du Midi | 

Volubilo : dix ans déjà

L'exposition temporaire de Volubilo. / Photo DDM

Qui à Graulhet n'a pas croisé au moins une fois le symbole du papillon composé des quatre mains qui s'envolent? Pourtant, en dehors de leurs partenaires du milieu culturel, nombreux sont ceux qui ne connaissent pas Volubilo, cette association d'artistes plasticiens, d'artistes visuels et d'écrivains qui travaille en direction de tous les habitants depuis 2004. «L'Art à portée de mains», tel est le fil conducteur des actions menées par l'association tant sur la commune que de façon plus large en Midi-Pyrénées : Mission Rudoscope, Nous Sommes Ici, Mots en Balade, Chemins Invisibles, Big Bang, Femmes de Mars, Printemps des Poètes, ou Art postal. Les visiteurs au Festival Rues d'Été ont pu apprécier une performance artistique des plasticiens de Volubilo. Utilisant de la toile récupérée des chutes des créations des marionnettes des Plasticiens Volants, elles ont réalisé une œuvre collective éphémère légère et poétique, sur le thème L'Air de Rien.

Des artistes membres de Volubilo seront aussi présents le 31 juillet sur la Plaine de Millet, où Les Liseuses et une joyeuse bande clowns participeront au spectacle événement Jaurès Splendide.

Pour la rentrée, Volubilo prépare une série d'activités, notamment «Les Berges», un hommage vivant et rassembleur au Dadou ; une série d'ateliers – photo, arts plastiques, écriture – privilégiant la valorisation de la créativité individuelle, l'accessibilité et l'échange entre les participants ; et un livre illustrant les moments forts de ces 10 années d'action sur le territoire, au plus près des habitants. «Volubilo c'est «L'Art à portée de mains». Un parti pris en faveur de l'art pour tous. Le choix de l'art pour donner des ailes à la part de rêve de chacun, essentielle pour ré-enchanter le quotidien, quel qu'il soit» assurent les animateurs. Les locaux de Volubilo sont situés 1 Place Henri-Dunant (entre le Centre Social et la piscine municipale).


Publié le 30/07/2014 à 08:12    | La Dépêche du Midi |    G.D.

La Sofema surfe sur les plans de travail


Pierre Grand, à gauche, et son directeur Baptiste Lacroix devant le dernier investissement en matériel de l'entreprise. / Photo .G.D.

En 30 ans, la Sofema a réussi à imposer un «made in Graulhet» sur le marché des plans stratifiés de cuisine et de salles de bains. Rachetée en 1995 par Pierre Grand, elle aura connu deux agrandissements de ses 2 000 m2 d'infrastructures initiales. Le second, remarqué, qui vient de se terminer, a fait passer leur surface de 6 300 à 9 100 m2. Et de 19 salariés à la reprise à 49 aujourd'hui.

«Et ce n'est en aucun cas un handicap d'installer une usine sur Graulhet, de l'agrandir et de la faire prospérer», assure le directeur général. «Par le fait de départs à la retraite, nous avons rajeuni les cadres et adapté l'outil de travail aux exigences du marché». Un parc de machines dernière génération, pour certaines uniques en France, est venu compléter l'existant. «L'objectif étant de fournir les commandes plus rapidement avec un niveau de qualité accrue grâce à une technicité encore plus pointue et un contrôle qualité plus exigeant», explique Baptiste Lacroix, le directeur de l'usine. Dans ces ateliers, l'entreprise s'appuie sur un savoir-faire acquis depuis trois décennies et assisté désormais par logiciels. La Sofema fait partie des fabricants de ces produits en plein essor sur l'Hexagone. Ce sont 2 200 tonnes d'aggloméré qui passent, par an, par l'usine de Gatimel. «À la sortie, nous pourrions couvrir 15 terrains de rugby», se permet la comparaison Pierre Grand, ce passionné d'ovale. «Pour des marchés qui sont en majorité en France».


Publié le 31/07/2014 à 03:50   | La Dépêche du Midi |  

Le jardin Saint-Jean réceptionné

Une partie des agents ayant œuvré à la conception de ce jardin, en présence de David Gobaut. / Photo DDM

«La plus grande satisfaction, c'est que la réalisation ressemble bien à ce que nous avions dessiné. On a dû procéder à quelques adaptations, mais le résultat est là et c'est beau». David Gobaut, de l'agence Tendre Vert, bras armé des activités des paysagistes Arnaud Maurières et Eric Ossart en France, était ravi lors de la réception du jardin Saint-Jean. Il a tenu à saluer l'investissement et le professionnalisme des agents de la ville qui ont largement contribué à la réalisation de ce chantier, aux côtés de l'entreprise albigeoise Minéral Concept. «Vous avez tous fait du très bon travail. Le résultat est là : certes il va falloir attendre un peu que ça pousse et que ça verdisse, mais c'est déjà très beau !». De nombreux corps de métiers ont été mobilisés chez les agents de la ville : maçons, menuisiers, espaces verts, voirie, atelier fer… 

Ces derniers ont conçu deux immenses pergolas qui une fois couvertes de rosiers lianes, chèvrefeuilles et vignes vierges offriront un peu d'ombre aux promeneurs. Ce jardin vient dynamiser la rue Saint-Jean et contribuer à son embellissement. Un choix stratégique, eu égard à la présence de la Maison des Métiers du Cuir et de l'Office de tourisme dans cette rue. Pour Claude Fita, maire de Graulhet, «ce jardin permettra également demain de mettre en lumière les vestiges du Moulin du Seigneur. Ceux qui discutent des choix des arbres opérés par les paysagistes se trompent de débat. Ce qui est important à mes yeux, c'est que Graulhet mérite de belles réalisations, comme ce jardin». Guy Peyre, adjoint au maire en charge des travaux, était lui aussi enchanté de cette réalisation et ne manquait pas de remercier les concepteurs de ce jardin ainsi que toutes les petites mains qui ont œuvré à cette création. Le jardin public de la rue Saint-Jean sera inauguré à l'automne.


Publié le 31/07/2014 à 07:52   | La Dépêche du Midi |  

Les palmiers de la polémique

L'allée de palmiers rue Saint-Jean / Photo DDM

David Gobaut a aussi répondu quant au choix des palmiers après les polémiques suscitées, notamment lors du dernier conseil municipal : «Les palmiers achetés à la famille Cazeneuve de Montauban offrent un rapport qualité-prix extraordinaire.  Non seulement le prix comprend la fourniture, le transport, la plantation mais également une reprise à 100 %. Si un palmier venait à mourir, il serait remplacé. M. Cazeneuve est le seul producteur de palmiers en France. Les autres fournisseurs les font venir d'Italie, de Sicile ou d'Espagne. Aussi, serait-il intéressant de voir d'où viennent les palmiers à 180 € ? C'est comme comparer une bonne fraise française et une fraise espagnole !». 

Et d'ajouter : «Ces palmiers résistent à des températures très basses. Enfin, il faut savoir qu'entre le moment où j'ai réservé les palmiers et le moment où ils ont été plantés à Graulhet, ils ont pris 50 cm. M. Cazeneuve aurait pu les faire payer plus cher, 80 euros par palmier, sachant que le prix d'un palmier est estimé à la longueur de tige. Il ne l'a pas fait et les palmiers sont plus hauts que ceux prévus au marché. Enfin le fait d'avoir des palmiers produits dans le coin évite le problème d'acclimatation des palmiers venus d'un endroit beaucoup plus chaud».


   Août   

Publié le 03/08/2014 à 09:06   | La Dépêche du Midi |    G.D.

Rose-Marie tient la dernière boutique de vêtements de cuirs


Rose-Marie avec un blouson tendance sorti de son atelier de l'arrière-boutique. / Photo DDM

Avec la fermeture cet hiver des historiques établissements Victor, Rose-Marie Sampaio, se retrouve seule boutique de confection de vêtements de cuir. Un caractère unique qui ne perturbe pas la volonté de cette artisan, à faire perpétuer cette spécialité locale, elle qui a repris l'entreprise Fabre en 98 pour ouvrir sa vitrine rue Verdaussou. C'est sur un long passé dans la vêtement de cuir que Rose-Marie peut s'appuyer. «J'ai débuté à 17 ans, chez Victor, puis Loubsens, Pauline d'Arnaud, et enfin Bernadette Fabre. Je suis issue d'une famille qui a toujours été dans la mégisserie et les peaux». Pour rester dans la tradition, elle se fournit exclusivement en peaux d'agneau dans les usines de Graulhet à Sofacuir ou Sofpel. 

«Après, tout est question de savoir-faire. Je compte en moyenne quatre heures de travail sur un modèle sur mesures. De la coupe au montage, en passant par les retouches, je peux répondre à toutes les demandes». Confirmation ce samedi avec une robe de mariée sortie de son atelier. «Les gens choisissent les modèles sur catalogue ou composent au gré de leurs envies en voulant un vêtement personnalisé». Veste, robe, pantalon, trois-quart, la boutique dispose aussi d'un petit stock de vêtements de cuir prêts à porter. La graulhétoise travaille seule, mais aussi «à façon» pour une boutique de cuirs de Bagnères de Bigorre, histoire de disposer de plusieurs débouchés. «Je n'ai pas fourni de grande vedette, mais je suis assez fière d'avoir des familles entières pour clients, les parents et les enfants habillés en cuir…de Graulhet».


Publié le 12/08/2014 à 08:36   | La Dépêche du Midi |  

L'extension du Leclerc en bonne voie

Une visite préfectorale en juin avait permis de découvrir le projet du magasin. /Photo DDM, J-C C

Lors de leur dernière réunion en séance publique, les conseillers municipaux ont approuvé la septième modification du PLU (Plan local d'urbanisme). Celui-ci permet l'aménagement et l'extension de l'hypermarché Leclerc.
Cette modification avait pour objet l'extension de la zone 1UX sur la totalité de la propriété commerciale actuellement située en zone AU0.

Redynamiser le commerce
Le permis de construire délivré le 3 octobre dernier autorisait la restructuration et le développement de la surface commerciale existante avec la démolition du bâtiment existant pour la reconstruction d'un bâtiment neuf consommant moins d'énergie, avec une surface commerciale inchangée.

«La ville de Graulhet est attentive à l'évolution de la dynamique commerciale sur le territoire urbain et à ses répercussions économiques sur le bassin d'emploi. Cette modification favorisera un meilleur développement de la zone pour renforcer l'attractivité commerciale du site et redynamiser le commerce local», a expliqué Claude Fita, maire de la commune.

La concrétisation de ce projet global ne pouvait que passer par la modification du zonage du plan local d'urbanisme. Ce projet sera soumis à l'avis des personnes publiques associées, comme le prévoit le code de l'urbanisme, étant entendu que, dans le cas d'une modification de PLU, ces avis ne sont pas obligatoires. Les travaux devraient débuter en janvier prochain et se poursuivre jusqu'en novembre.

Une grande surface évolutive
S'il y a un peu plus de trente ans, lors de son ouverture en 1983, le magasin affichait une superficie de 1 000 m2, il s'est depuis agrandi à de multiples reprises au fur et à mesure de sa croissance et des modes de consommation. Ainsi, aujourd'hui, le «drive» représente une partie du chiffre d'affaires. Mais au-delà d'un simple agrandissement, c'est l'ensemble du site – qui comprend magasin de sport et restaurant MacDonald — qui est repensé. Aujourd'hui, l'enseigne, fortement engagée dans la vie locale, notamment associative, fait partie du top 5 des employeurs de la ville.


Publié le 14/08/2014 à 08:16   | La Dépêche du Midi |    JCC

Le 1er Sentier du patrimoine labellisé

En juin dernier le relais pédestre de porteurs de la flamme symbolisant la pensée de Jean Jaurès a emprunté le sentier. / Photo DDM

Dès l'annonce par le conseil général du Tarn de l'édition - en partenariat avec le CDRP (Comité Départemental des Randonnées Pédestres) - d'un ouvrage intitulé «Les sentiers des patrimoines du Tarn», la municipalité a souhaité saisir cette opportunité. Son ambition est de promouvoir la richesse patrimoniale du département dans laquelle Graulhet figure en très bonne place.

Riche d'une histoire millénaire - à découvrir par ses bâtiments, balayant pour certains plus de huit siècles d'existence - la ville offre un circuit urbain permettant un voyage dans le temps au travers d'un patrimoine historique, architectural, paysager, faunistique et floral exceptionnel.

Quartiers XVe et XVIe
Aussi le sentier urbain proposé par la ville est riche et varié. Il permet la découverte du travail du cuir, depuis les tanneries médiévales jusqu'à leurs reconversation, de la belle architecture des mégisseries, de jardins paysagers, de monuments classés, d'un quartier médiéval des XVe-XVIe siècles avec échoppes et soleilhous, d'un petit patrimoine de pays tels de beaux pigeonniers, d'un cheminement le long des berges du Dadou, véritable havre de fraîcheur pour le promeneur en quête d'une flore et d'une faune préservées.

Ce sentier dévoile également les nouveaux équipements de la Plaine de Millet.
Cette labellisation garantira demain au randonneur ou au touriste la qualité de l'itinéraire proposé. Un itinéraire à découvrir pour profiter d'un voyage dans le temps au travers d'un patrimoine historique, architectural, paysager, et faunistique d'une rare richesse.

Un travail de longue haleine pour le balisage
Elus et techniciens graulhétois ont œuvré pour répondre au mieux aux critères fixés par le CDRP. L'association graulhétoise de randonnée Naturevasion Rando a pris en main le balisage de ce sentier. La réactivité a été telle que la ville de Graulhet se retrouve aujourd'hui première du département à obtenir le label «Sentier urbain des patrimoines». Cette labellisation FFRandonnée est le résultat d'une expertise menée par le CDRP en collaboration avec la commune à partir d'une grille nationale concernant les randonnées pédestres citadines.


Publié le 16/08/2014 à 03:51   | La Dépêche du Midi |    J.-C.C

Les écoles de la ville sont en travaux

Cela ne chôme pas dans les écoles cet été./Photo DDM

Comme chaque année, les services techniques de la ville de Graulhet profitent des grandes vacances scolaires d'été pour réaliser des travaux dans les groupes scolaires de la ville.

À l'heure où d'autres profitent de la plage et du soleil, une partie des employés des services techniques municipaux profitent de la trêve estivale pour réaliser des travaux dans les écoles. Ces travaux annuels permettent d'assurer un entretien régulier des locaux afin de permettre aux écoliers graulhétois d'évoluer dans des locaux où il fait bon grandir, où il fait bon apprendre et s'épanouir.

Traçage des cours en maternelle
Ces travaux sont aussi l'occasion d'offrir un lieu de travail agréable à toutes celles et à tous ceux qui œuvrent au quotidien auprès des enfants.

Les travaux à réaliser sont nombreux et variés dans les différents groupes scolaires de la cité du cuir. Il y a bien entendu la restauration de mobilier par les menuisiers mais aussi la pose de panneaux de liège, des travaux de peinture sur les tableaux noirs ou encore la reprise dans les cours de récréation des jeux tracés au sol. Cette année, les peintres vont plus particulièrement travailler aux traçages dans les cours des maternelles car les cours de récréation font partie intégrante des écoles comme les temps de jeu de la journée des écoliers. Tout sera fin prêt pour eux dès le premier jour de la rentrée de septembre.


Publié le 21/08/2014 à 08:05   | La Dépêche du Midi |
 
Le réseau d'eaux usées rénové

Membres du conseil d'administration et techniciens avant l'opération./ Photo DDM.

La Régie des eaux de Graulhet a lancé des travaux e technologie de pointe à la fin du mois dernier. Elle a pour ce faire fait appel à la société DPSM spécialisée dans la réhabilitation des canalisations d'eaux usées visitables et non visitables.

Conviés par le directeur de la RMEA (Régie municipale des eaux et de l'assainissement) Charles Landry, les membres du conseil d'administration dont Claude Fita, maire de la ville, qui est aussi président du conseil d'administration de la régie, sont venus découvrir une opération de «chemisage». Il s'agit d'une technique permettant, sans ouvrir de tranchée, de remettre à neuf des canalisations.

Cette technique de réhabilitation offre de nombreux avantages : un délai de réalisation limité, une emprise minimale de chantier, une diminution de la gêne au voisinage et le traitement d'ouvrages inaccessibles par terrassement traditionnel. D'autres avantages se trouvent dans l'excellente tenue mécanique, la haute performance hydraulique et le faible impact environnemental. Le «gainage structurel» est aujourd'hui reconnu comme une solution de rechange économique au regard de la méthode classique d'excavation et de remplacement habituellement utilisée pour réparer les conduites d'assainissement. Enfin, il s'agit d'une méthode de réparation des conduites en mauvais état beaucoup plus écologique - avec pas ou peu de déchets de gravats à évacuer - et a aussi l'avantage entraîner sur le réseau beaucoup moins de perturbations que la méthode classique.

Huit à dix heures pour cent mètres
C'est sur le site de la Talmié, sur un réseau d'effluents industriels, que l'opération a été menée. Au total, ce sont 700 mètres qui ont été traités grâce à cette technique du chemisage. Marc Barrère, responsable d'exploitation de la société DPSM à Montrabé est venu à Graulhet expliquer cette technique. Avant d'opter pour le chemisage, la société procède à une inspection des réseaux au moyen d'une caméra. «Nous analysons les données collectées. Soit on fait le choix de remplacer à neuf, soit on opte pour des travaux de chemisage. Nous procédons entre deux regards ouverts et accessibles. Un camion transporte une gaine en feutre imprégnée d'une résine. Cette dernière est introduite souple dans les tuyaux, elle est plaquée contre les parois de la canalisation à réhabiliter et durcie après polymérisation à la vapeur. Une fois mise sous pression, elle se plaque au collecteur», explique Marc Barrère. Un technicien vêtu d'une combinaison et d'un masque se glisse dans le regard afin d'accompagner la gaine dans le réseau. Reste alors à faire courir cette chemise de réseau jusqu'au prochain regard. Ce procédé s'utilise sur des tronçons d'une centaine de mètres. Les techniciens ont besoin de huit à dix heures pour réaliser la réhabilitation d'un tronçon. Le «chemisage» est une technique novatrice, encore peu utilisée dans le département.


   Septembre   

Publié le 04/09/2014 à 07:49   | La Dépêche du Midi |    J-C C

«Les nouveaux rythmes scolaires sont bien assimilés»

La rentrée à l'école de l'Albertarié s'est déroulée sans ombrage./ Photo DDM

Mardi les 1216 écoliers de la ville vivaient leur seconde rentrée avec les «nouveaux» rythmes scolaires. Après avoir été pionnière sur le Tarn, la ville et plus particulièrement élus, enseignants, parents, animateurs étaient déjà rompus à l'exercice pour une rentrée sereine.

«Il n'y a pas eu de difficultés. La rentrée est préparée. C'est toujours un moment d'émotion pour les enfants, les familles mais aussi les enseignants» confiait Isabelle Batigne, directrice de l'école de l'Albertarié, enseignante depuis 25 ans.

«Aujourd'hui les rythmes scolaires sont bien assimilés par la population. Nous avons été à l'écoute et fait ce qu'il fallait sur le temps scolaire et périscolaire. L'Amicale laïque nous a largement accompagnés en 2013 et continue en ce sens» souligne Claude Fita, maire de la commune. Marie-Alice Lacourt, directrice du pôle éducation et jeunesse précise : «Nous avons constaté que certains élèves passaient jusqu'à 50 heures par semaine à l'école entre le temps scolaire et la garderie. Nos réflexions s'orientent sur l'équilibre entre ce temps scolaire, ce temps périscolaire, mais aussi le temps du «rêve» où l'enfant peut lire, se reposer, jouer ou laisser libre cours à son imagination, et celui en famille «.

Seul bémol relevé par un parent d'élève, Anselme Olanor, les horaires de la pause méridienne : «Cela concerne les familles avec une fratrie en maternelle et primaire et récupérant leurs enfants à midi. Les enfants de maternelle sortent à 11h45 et les élémentaires à midi». «Avant la rentrée 2013, l'école de l'Albertarié finissait à 11h30. Suite à la mise en place de la réforme les horaires de toutes les écoles de la ville ont été uniformisés et validés par l'Éducation nationale. De 11h45 à 12h15, les enfants sont pris en charge par le personnel animation ce qui permet aux parents qui travaillent de récupérer leurs enfants entre midi et deux. Ainsi, quand on a un enfant en maternelle et un en primaire, si on ne veut pas attendre, il suffit d'arriver à midi», assure le maire. Bref, un an après, à Graulhet la question n'est plus à la critique des nouveaux rythmes, mais bel et bien à l'amélioration des conditions de vie et de travail de tous.


Publié le 05/09/2014 à 09:03   | La Dépêche du Midi |  

Trois fleurs au concours des villes fleuries

Visite du jardin du quartier Saint-Jean. / Photo DDM

La ville de Graulhet a accueilli la visite annuelle du jury départemental des villes fleuries. Cette visite de la ville s'est déroulée dans la bonne humeur avec un jury qui a visiblement pris plaisir à découvrir les nouvelles réalisations, notamment le jardin Saint-Jean qui sera inauguré à l'automne.

Le label Villes et Villages Fleuris a pour objectif de valoriser les communes qui œuvrent à la création d'un environnement favorable à l'accueil et au bien-être des habitants et des touristes. Il y a deux ans la ville avait conservé ses trois fleurs grâce, notamment, comme souligné dans le rapport du jury, à la gestion des déchets, aux pratiques environnementales, à la mise en valeur des espaces naturels, à l'embellissement du patrimoine bâti ou encore la qualité et l'intégration du mobilier urbain. Car au-delà du simple aspect esthétique, la récompense reçue à l'hôtel de région couronne aussi le travail réalisé aussi bien dans la «gestion différenciée» des espaces que les actions menées avec les partenaires privés, les écoles et le milieu associatif que la valorisation touristique ou la réalisation de la voie verte. L'an prochain la cité du cuir recevra le jury visite du régional qui décidera du maintien ou non des trois fleurs.


Publié le 06/09/2014 à 08:57   | La Dépêche du Midi |    G.D.

Le Sporting Graulhétois veut faire son trou

Le SCG rugby saison 2014-2015 / Photo DDM

Deux mois et demi après avoir échoué en finale de Fédérale 2, le Sporting débute ce dimanche son championnat de Fédérale 1 en recevant Blagnac. Une affiche classique d'un quasi-derby qui va permettre aux Graulhétois de retrouver un niveau abandonné il y a trois saisons. «Notre groupe aura à cœur de bien se présenter ce dimanche face à un gros de la F1 favori de cette poule, avec un énorme recrutement axé sur la puissance des avants et une ligne de trois-quarts dont on dit le plus grand bien. Nous savons parfaitement que le match en ouverture de la saison à Graulhet ne sera pas facile ni de tout repos, mais les garçons seront prêts et sont impatients de commencer le championnat», a constaté le manager Christian Delfaut.

Kwarazfelia et Lane à Blagnac
«Il nous faudra être solide dans tous les secteurs de jeu, ne pas faire de complexe et se libérer très vite de l'enjeu. Ce groupe en a les moyens et l'envie».

Les Graulhétois, en termes de recrutement n'ont pas été en reste et les arrivées de trois piliers du niveau supérieur venus se relancer dans le Tarn, laissent à penser que le pack devrait tenir le choc, face à un huit de Blagnac lui aussi renforcé par les apports des ex-Albigeois Kwarazfelia et Lane, du Vauréen Dachary et de l'international roumain Sirbe. Pour la plupart des Graulhétois, hormis Pauthe, Valette, Regnier, Pagès, Hédreville, Maréchal, Revallier ou Montels, ce retour dans l'élite amateur du Sporting est une découverte. Qu'en sera-t-il de ce premier affrontement qui devrait poser les bases d'une saison prometteuse ?

Pas de match amical
Les Graulhétois qui ont su préserver le groupe, n'ont fait ni stage ni vrai match de préparation à 8 jours de l'ouverture. L'enthousiasme prolongé d'un parcours de haut vol la saison passée, la fraîcheur et l'envie du groupe tarnais auront-ils raison de l'ambition haut-garonnaise qui voudrait un Blagnac au niveau d'un Colomiers ? Autant de questions pour lesquelles tout le club attend une réponse éclatante, un peu à l'image des rencontres de phases finales encore dans toutes les têtes. Mais c'était la saison dernière et une division en dessous.

Pour suivre la saison 2014-2015 du SCG rugby en Fédérale 1 :
http://natifs50-graulhet.wifeo.com/scg-2014-2015.php


Publié le 09/09/2014 à 03:52    | La Dépêche du Midi |    J-C C.

Nouvelle saison pour la batterie-fanfare


Cor, xylophone, clairon, tambour ou flute traversière… Chacun peut trouver son bonheur à l'école de musique. / Photo DDM

C'est une rentrée en fanfare qui s'annonce pour l'OBFGT. Créée en 1921 sous le nom «Clique Municipale», l'association porte désormais le nom d'«orchestre batterie-fanfare Graulhet Tarn» et propose en plus de l'orchestre une école de musique.

La rentrée de l'école de musique aura lieu le lundi 15 septembre. Chant (individuel ou collectif), flûte traversière, batterie, euphonium, piano ou éveil musical pour les plus jeunes… Au total une douzaine de cours différents qui sont prodigués au 53 de la rue des Peseignes aux enfants, adolescents et adultes tout au long de la semaine. Une attention toute particulière est portée cette année aux tarifs avec une réduction de 41 € pour la pratique d'un second instrument ou l'inscription de deux élèves de la même famille. Depuis de longues années l'association cultive une envie de faire partager la musique au plus grand nombre tout en proposant un enseignement de qualité. Les tarifs incluent les frais d'adhésion mais aussi une formation musicale de 45 minutes par semaine obligatoire pour les élèves de 7 à 16 ans. Enfin les chèques vacances (ANCV), chéquiers collégiens (conseil général) et Pass Loisirs Jeunes (MSA) sont acceptés.

Cette rentrée se fera sur les chapeaux de roues à l'OBFGT. L'assemblée générale de l'association aura lieu ce vendredi 12 septembre alors que les cours reprendront le lundi 15 septembre et les répétitions de l'orchestre le vendredi 19 septembre.
Le secrétariat est ouvert les mardis, jeudis et vendredis de 13 h 45 à 18 heures et les mercredis de 13 h 30 à 19 heures. Il est possible de le joindre en téléphonant au 05.63.34.79.03.


Publié le 12/09/2014 à 08:14   | La Dépêche du Midi |    J.-C.C

Scg natation : Jean Nespoulous tire sa révérence

Toutes les instances s'accordent à louer le dynamisme du club de natation./ Photo DDM

Lors de la dernière assemblée générale du SCG natation personne n'a tari d'éloges pour Jean Nespoulous, président et bénévole au sein de ce club depuis 30 ans, qui a souhaité passer le relais.

Isabelle Morosi, présidente du Comité départemental de natation du Tarn, a souligné : «Je félicite le SCG natation qui est présent sur toutes les compétitions, chaque année le club envoie des bénévoles en formation et c'est un club très dynamique dans la vie associative du comité départemental». Et le président du comité régional de natation de préciser : «C'est aussi le club le plus représentatif du Tarn et de la région. C'est la seule assemblée générale en Midi-Pyrénées où je vois autant de participants. On a ici une ambiance très conviviale. Francis Luyce, président de la Fédération française de natation, me confiait dernièrement son très bon souvenir de l'accueil qu'il avait reçu ici en 2013». Jean-Luc Cathalau, président de l'Omnisports, constatait : «Ici, tous les feux sont au vert : les effectifs sont en hausse, les résultats sportifs sont bons, la formation est importante, les finances se portent bien. Votre richesse, c'est ce bel état d'esprit qui règne ici. Continuez».

Pour saluer son parcours au sein du SCG natation Jean-Luc Cathalau a remis à Jean Nespoulous la médaille de l'Omnisports. Il s'est vu également remettre des mains de Claude Fita la médaille de la ville. Le maire confiait :

«Cette distinction tu la mérites amplement pour tout ce que tu as fait pour Graulhet, notamment au niveau de l'Amicale Laïque mais surtout pour tout le temps que tu as donné – sans compter – au sein de nos associations. Marié à Katia – qui a elle aussi beaucoup donné pour la ville et les Graulhétois – vous avez ces valeurs communes qui sont le sens du service, l'entraide, la générosité et votre grande humanité».


Publié le 17/09/2014 à 08:37   | La Dépêche du Midi |  

Reprise chargée pour Graulhet Temps Libre


Lors de l'assemblée générale / Photo DDM

Après avoir fait sa rentrée lors de son assemblée générale en présence de Maryse Escribe, représentante de la municipalité, Graulhet Temps Libre reprend ses activités du jeudi avec une sortie à Toulouse où elle visitera le musée Labit et le musée de la Résistance. Le 25 septembre, une journée détente est prévue à Fauch. Le 9 octobre, elle découvrira les salaisons Oberti à Lacaune et l'usine d'embouteillage de La Salvetat après avoir pris le repas au bord du lac de la Raviège. Le 16 octobre, l'exposition Dali accueillera le Temps Libre au musée Goya à Castres, cette visite sera suivie d'un goûter dégustation. Une présentation des peintures murales de la Révolution des œillets par Antonio Fernandes, de la Mémoire Sociale Graulhétoise, se fera à la salle exceptionnellement un samedi, le 18 octobre. 

Elle sera suivie le 13 novembre d'une conférence sur «Graulhet pendant la Grande Guerre» par Eric Bruguière. Le 2 novembre, les visites du journal Tarn Libre, de l'Ecole des Mines le matin et de l'Académie des Miniatures et des petits goûters l'après-midi sont proposées à Albi. Le 27 novembre, c'est Anne Nières, conférencière médiatrice auprès du musée Toulouse-Lautrec, qui accompagnera l'association à Montauban pour commenter la visite du musée Ingres. Enfin, le 11 décembre, Jean-Noël Sarrail parlera de l'astronomie au temps des Grecs avec «Pythagore et ses petits» et exceptionnellement un mardi, le 18, le Temps Libre clôturera son trimestre par un déjeuner spectacle au cabaret «La Vénus» à Toulouse.


Publié le 24/09/2014 à 08:26   | La Dépêche du Midi |    G.D.

La gym rebondit après une saison difficile

Nadège Pitton anime les cours du soir et du samedi./DDM.G.D.

«La saison dernière a été difficile», reconnaissent la trésorière Jacky O'Connor et Coralie Penard. «L'entraîneur que nous avions nommé a quitté le club sans préavis. Suite à des difficultés financières, nous avons dû arrêter la participation à toute compétition de gym pour les filles. Certaines sont parties dans d'autres clubs. Heureusement, le bureau recomposé a su réagir et en ce début de saison met tout en place pour rebondir», assure la seconde, ancienne gymnaste et très impliquée dans le club. C'est par la base que la section gym du SCG compte redynamiser et développer ses sections. A commencer par les baby-gym et gym d'éveil. «Nous sommes le seul sport sur Graulhet à accueillir des enfants à partir de 18 mois. A nous de leur faire aimer la gymnastique», conçoit Jacky. La première réalisation a été l'embauche d'une diplômée d'Etat, Nadège Pitton, riche d'une longue expérience du côté de Toulouse, pour encadrer les cours.

De 180 gymnastes la saison dernière, le club compte dépasser les 200, voire 250, pour une capacité d'accueil jugée à 270 comme durant les années fastes. Une école de gym réservée aux garçons est en cours de création. Les filles vont pouvoir reprendre les compétitions. Une journée «portes ouvertes» avec le slogan «Viens avec une copine ou un copain» est en projet, de même que des cours ludiques et déguisés pour Hallowwen, Noël, Carnaval et Pâques. Deux stages de perfectionnement les 27 et 28 octobre sont déjà programmés. «C'est une lourde charge, un gros investissement dans le travail, mais faire rebondir le club est à ce prix».


Publié le 25/09/2014 à 08:19   | La Dépêche du Midi |  

Les champions à l'honneur de la fête du cheval

P
lusieurs champions ont été mis à l'honneur / Photo DDM

Lors de la très belle édition de la fête du cheval qui s'est tenue dimanche dernier, plusieurs champions ont été mis à l'honneur : le jeune motard Guillaume Antiga, mais aussi Guillaume Bouyssières pour sa pouliche qui a participé au championnat de France de chevaux lourds ainsi que Laura Boudou championne de France Equifeel. Jean-Paul Laurents, président de l'association Salomon de La Broue, organisateur de la vingtième édition de l'événement qui attire plus de 10000 visiteurs, a aussi été mis à l'honneur.

«Je vois que cette fête du cheval a su charmer les organisateurs du concours départemental de chevaux lourds qui ont à nouveau choisi Graulhet cette année pour organiser ce concours. L'an passé on a compté près de 12 000 visiteurs. Alors je n'ai qu'un mot à te dire, merci pour tout ce que tu fais» a déclaré Claude Fita, maire de la ville lors de son discours, soulignant «Tu fais partie des bénévoles qui contribuent au rayonnement de la ville. C'est grâce à des gens comme toi et à des événements comme cette fête du cheval qu'ensemble nous réussissons Graulhet».


Publié le 26/09/2014 à 08:32   | La Dépêche du Midi |    J-C C.

Les rugbymen à l'honneur

Les rugbymen au cours de la réception. / Photo DDM

La salle de la République de l'hôtel de ville se devait d'être en rouge et noir pour la réception des rugbymen finalistes du championnat de France de rugby Fédérale 2. L'équipe s'inscrit dans la solide tradition rugbystique qui lui vaut d'évoluer depuis plus de 40 ans dans l'élite du rugby français. Véritable pépinière de joueurs, plus de 20 internationaux sont issus de ses rangs.

«Vous nous avez offert une belle saison 2013-2014, vous nous avez fait vibrer jusqu'au bout ! Vous n'avez pas démérité et avez assuré la montée. Personne n'oubliera la présence de Mme la préfète du Tarn Josiane Chevalier, que nous avions conviée avec mon ami Claude Bousquet et qui nous a fait l'honneur de venir vous soutenir. Et de plus, d'arborer les couleurs du club», rappelait Claude Fita, maire de la ville, lors de son discours, se souvenant : «Je n'oublie pas non plus cette marée humaine qui attendait ses champions au soir de la finale aux abords du club house…».

Car si les Graulhétois sont revenus de cette aventure sans bouclier, ils ont su relever une autre victoire : celle de l'engouement d'une ville autour de son club, ce qui vaut trophées et médailles.
Car une ville peut aussi être riche d'un tissu associatif qui contribue à son rayonnement, d'une équipe qui va de l'avant, qui a «la gagne» et qui peut faire figure d'exemple.

«Pour que personne n'oublie chacun de vous, je tenais à vous offrir collectivement la médaille de la ville afin que vous soyez inscrits dans le livre d'or de la ville de Graulhet. Et pour, comme je le disais, vous accompagner au mieux, vous assurer de toute ma reconnaissance et de la reconnaissance de tous les Graulhétois, nous avons souhaité contribuer à votre équipement», expliquait Claude Fita avant de remettre à chacun un coupe-vent. Le capitaine Julien Pauthe et le président du SCG rugby David Gau ont remis au maire le dernier maillot. Car pour poursuivre leur ascension le club aura besoin du soutien de la ville comme, par exemple, avec la réalisation des travaux actuellement en cours au stade Noël-Pélissou.


Publié le 26/09/2014 à 08:32   | La Dépêche du Midi |  

Football : l'école déménage à l'Estarié

/ Photo DDM
Cette année, l'école de foot est transférée au stade de l'Estarié beaucoup plus sécurisé pour les jeunes. Ils pourront ainsi profiter des installations et surtout de club-house ; les parents seront également mieux accueillis. Les inscriptions se poursuivent jusqu'au 15 octobre avec des permanences les mercredis et samedis à partir de 14 heures. Pour de plus amples renseignements, il est possible de contacter le club en téléphonant au 06 22 66 27 66 ou le secrétariat de l'école de foot au 06 11 35 26 22. 


Publié le 27/09/2014 à 03:50   | La Dépêche du Midi |     G.D.

Le dernier quincaillier arrête

Pascal Marieu et la photo de la quincaillerie au milieu du siècle dernier. /DDM.G.D.

Une des plus vieilles enseignes du paysage commerçant de Graulhet va fermer ses portes à la fin du mois. Ouverte au début des années 40, la quincaillerie de M. Teulet, puis Gros, a connu plusieurs propriétaires, jusqu'à Pascal Marieu qui l'a reprise des mains de son beau-père, M. Crayol, en 2000. Située sur l'axe le plus fréquenté de la ville, au carrefour St-Projet, elle a bénéficié il y a 5 ans d'un doublement de surface et il y a quelques mois d'un ré-agencement. «Après des débuts difficiles, j'ai bien travaillé durant 5 ou 6 ans. J'ai ajouté à la vente un service de découpe et autre montage. Depuis, le commerce a décliné, au point de ne plus pouvoir, même seul, en vivre». La faute à qui ? C'est la nôtre, me disent les clients. Je constate surtout que cette fermeture est symptomatique de nouveaux comportements. Les gens viennent, se font conseiller, repartent sans acheter et le font sur internet. Depuis deux ou trois ans, le panier moyen baisse régulièrement». L'absence d'un parking en proximité ?

«C'est un faux problème, je ne vends pas des produits courants, les gens auraient dû venir. Je crois qu'il n'y a plus sur Graulhet le potentiel de clientèle pour ce genre de commerce», assure celui qui est encore co-président de l'Union des commerçants et artisans de la ville.
Depuis lundi, la liquidation a vidé les présentoirs et les étagères.
«Elle m'aura au moins permis de rencontrer de nouveaux clients», conclut le patron avec un certain humour.

Sélection d'articles réalisée à partir du site : http://www.ladepeche.fr
 

 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
Graulhet : Mini-olympiades en soutien à Paris 2024
Graulhet : Olympiades, Dadou Run, Fête du jeu
Graulhet - Usines Tignol : Démolition en cours
Graulhet : Fête de la musique 2017
Graulhet : Élections législatives, 2° tour


• Catégories liées :
graulhet
retro
2014


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement