Grand Sud : Une première moitié d'été très perturbée 5/8/2014


Publié le 05/08/2014 à 08:23  | La Dépêche du Midi |  D.D.

Des vacances qui prennent l'eau

Grand Sud : Le spectre d'un été pourri / Photo DDM

Il faut remonter à 1977 pour trouver un mois de juillet plus arrosé dans la région ! Et le mois d'août ne démarre pas sous les meilleurs auspices… Un été pourri, et des conséquences sur le tourisme, l'agriculture et même sur le moral des vacanciers : vivement le soleil !

C'est un temps de chien, de grenouille ou d'escargot, mais pas un temps à mettre un touriste sur une plage ou à la terrasse d'un café. Même les abeilles ont le bourdon et boudent devant des fleurs lessivées par les orages : le miel et la pollinisation attendront !

C'est un été à grandes eaux que nous sommes en train de subir. L'an passé, les grosses pluies, souvent destructrices comme à Saint-Béat ou à Lourdes, sont tombées en juin, laissant place au soleil pour la suite. Mais cette année, il a plu deux fois plus que la normale pendant le mois de juillet : près de 80 litres par mètre carré à Toulouse. «Ces précipitations placent ce cru 2014 au cinquième rang des mois de juillet les plus pluvieux depuis le début des observations à Toulouse-Blagnac en 1947, nous indique Pascal Boureau, de Météo France 31. Il faut remonter à 1977 pour trouver un mois de juillet plus arrosé. Sur le Lauragais et les Pyrénées, les pluies ont été encore plus abondantes avec par exemple 121 litres à Saint-Félix-Lauragais et 140 litres à l'Hospice de France !»

Lassur (09) : Il y a tellement de boue que les sapeurs pompiers ont beaucoup de mal à pénétrer dans les habitations sinistrées./ Photos DDM. Florent Raoul.

Le soleil, lui, a brillé… par son absence ! 203 heures de rayons ardents, soit 50 de moins qu'un juillet standard. Du coup, les températures sont tombées de 2° au-dessous de la moyenne : «Phénomène remarquable : juillet 2014 est moins chaud que juin 2014», nous précise Pascal Boureau. Cela ne console pas.

Le plus inquiétant, c'est qu'août fait une entrée tout aussi chagrine ! Les orages ont dévasté le village de Lassur en Ariège samedi, et bien trop arrosé Fronton, Lourdes ou même Toulouse, ces dernières heures, cassant les arbres ou inondant les chaussées.

Évidemment, on peut dire que cette année, on évitera la sécheresse… Mais il n'y avait pas vraiment de souci, avec des lacs et des nappes phréatiques bien gorgés.

Une "mini-tornade" localisée dans le Frontonnais ./DDM, Xavier de Fenoyl

En revanche, ce sont les hôteliers et restaurateurs qui sont au régime sec, avec des consommateurs qui fuient les averses. Un clic sur internet, un coup d'œil sur la météo, et les réservations sont annulées. Et qui a vraiment envie d'aller savourer une grillade et un rosé frais lorsqu'il pleut des trombes et qu'on grelotte sur les terrasses ? Les chiffres d'affaires chutent encore plus que les gouttes de pluie. Du côté des agriculteurs aussi, on boit la tasse : un peu d'eau, ça va, trop d'eau, bonjour les dégâts, et surtout, orages, grêle et tempête ont ravagé vignes, arbres fruitiers ou céréales.

Il ne reste donc plus qu'à espérer que le mois de Marie se termine mieux qu'il n'a commencé : nous avons bien besoin de chaleur et de lumière pour attaquer une rentrée où les sujets de réjouissance seront rares !


Publié le 05/08/2014 à 08:16   | La Dépêche du Midi |

Des dégâts un peu partout dans la région


A Lassur, un torrent de boue a dévasté le village. Hier, les travaux de dégagements ont commencé./ Photo DDM.

C'est en Ariège que les dégâts des orages de ces derniers jours ont été les plus importants. Samedi soir, le ruisseau qui traverse le village de Lassur, près de Tarascon est brusquement sorti de son lit. En quelques minutes, devant des habitants incrédules, les eaux furieuses ont envahi toute la localité. La soudaineté du phénomène semble due à la rupture d'embâcles.

Il s'en est suivi une coulée de boue qui a envahi les rues et qui s'est incrustée dans les maisons avec une violence imparable. Il a même plus tard fallu une pelle mécanique pour permettre de déboucher le premier pont en amont du village.

Samedi, les résidents ont assisté impuissants, à la dévastation de leur commune, et parfois de leur maison ou de leur garage. Mais fort heureusement, ces intempéries n'ont fait aucune victime. Sur place, outre les coulées de boues impressionnantes, des troncs d'arbres et des branches s'entremêlent et compliquent les opérations de nettoyage qui se poursuivent depuis plus de 48 heures.

Lassur : Les opérations de secours ont duré jusque tard dans la nuit  de samedi à dimanche./Photo DDM, Caroline Muller.

Trois groupes de pompiers spécialisés dans les inondations, venant du Tarn, des Hautes-Pyrénées et de la Haute-Garonne sont venus prêter main-forte à leurs collègues de l'Ariège : l'ampleur des dégâts méritait largement ce renfort, pour des habitants qui depuis samedi soir, déblaient comme ils peuvent, à la pelle et au balai.

Les pluies diluviennes ont également ruisselé un peu partout. A Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées, les pompiers sont intervenus une dizaine de fois la nuit dernière. Au final, peu de dégâts : les eaux ont déferlé sur le boulevard de la Grotte, ont fait quelques incursions dans des commerces de la basse ville et à l'Hôtel de la Grotte. Le gave n'est pas sorti de son lit. Rien de comparable, en tout cas, avec les inondations qui avaient submergé la ville en juin 2013. On a aussi noté des routes inondées, des arbres déracinés et des branches tombées sur les routes dans les villages voisins de la cité mariale.

Lourdes : Des ruissellements après l'orage de dimanche ./Photo DDM, Rachel Barranco.

Dimanche, dans le Frontonnais, c'est une mini-tornade qui a surpris les habitants : une pluie diluvienne, des vents d'une grande violence «extrêmement impressionnants» pour les témoins, qui ont abattu des arbres et cassé des branches, au point qu'il a fallu fermer pendant quelques heures des axes routiers du secteur, des chemins où l'on rencontrait parfois jusqu'à 15 centimètres d'eau sur la chaussée. Des fils téléphoniques ont été arrachés.

Des dégâts de moindre importance ont été signalés un peu partout dans la région, notamment dans le Comminges, sur le canton de Cazères.

Météo Grand Sud : Juillet 2014, un mois à vite oublier / Photo DDM

 
Publié le 06/08/2014 à 08:20  | La Dépêche du Midi |  Marion Lot

Tarn - Un mois de juillet frais et pluvieux


Juillet 2014, des parapluies plus que des bikinis. / Photo DM, J-M Lamboley.

Impossible d'être passé à côté, tout le monde n'a parlé que de ça : la météo du mois de juillet a été exécrable. Et ce n'est pas une réflexion de vieux ronchon, les statistiques sont là pour le prouver. «On retient un mois très pluvieux. À Albi, il est tombé 111 mm de pluie durant le mois de juillet, alors que la normale est de 40 mm», constate Philippe Aliaga, chef du centre Météo France à Albi. Et dans d'autre s villes du Tarn, c'est parfois pire : «A Lacaune, il est tombé 160 mm d'eau !» Trois fois plus d'eau qu'en temps normal donc, presque un record : «En juillet 1992, il était tombé 118 mm de pluie, on n'en est pas loin».

Un manque d'ensoleillement record
Du côté des températures non plus ce n'est pas folichon. Mais grâce à de belles journées, comme celle du 17 juillet, où les thermomètres ont grimpé jusqu'à 34°, la moyenne est honorable : 26,5°. «La normale est de 28°», précise Philippe Aliaga. «Un scénario type se dégage : une période de beau temps, interrompue par des épisodes pluvieux et orageux au bout de trois ou quatre jours. C'est ce qui s'est passé tout au long du mois.» Et le pire dans cette histoire, c'est que bien souvent, les nuages et la pluie ont pointé le bout de leur nez le week-end. «Ça a été dommageable pour les manifestations et les spectacles en plein air qui ont été perturbés». À l'image du festival de musique folk Rabastock, qui aurait dû se tenir les 18 et 19 juillet, annulé à cause de la pluie et la grêle.

La suite logique de tous ces mauvais chiffres est un manque d'ensoleillement. Alors que la normale est de 270 heures de soleil au mois de juillet, cette année, les Albigeois n'auront profité du soleil que 200 heures dans le mois. Un record !

Un début août peu encourageant
On aurait aimé terminer en vous remettant un peu de baume au cœur et en vous promettant un mois d'août chaud et ensoleillé. Il n'en sera rien. «Nous avons des prévisions à une dizaine de jours, et pour le moment, le scénario «quelques jours de beau temps, interrompus par des épisodes pluvieux» va se répéter.»

Des arbres déracinés ou des branches cassées ont gêné la circulation comme ici entre Dourgne et Lempaut sur la D12 / Photo DDM, Br.M.
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Décembre 2017 démarre avec la neige


Lacaune s'est réveillée ce matin sous un joli manteau blanc, un peu plus de 5cm / Photo FB, Météo Sud Aveyron © Virginie J

Décembre 2017 démarre sous la neige

Comme annoncé par les nombreux sites météo, les divers massifs montagneux du pays se sont réveillés sous la neige, qui a blanchi également certaines plaines.
Concernant notre région, les flocons sont tombés sur le Plateau d'Alban, les Monts de Lacaune, la Montagne Noire, les hauteurs...

Lire cet article

Fin d'été : Retour du soleil après fraîcheur et neige


Grand bleu sur les Monts de Lacaune aujourd'hui, où l'on commence à entendre parler de champignons...

Publié le 19/09/2017 à 11:31   | La Dépêche du Midi |  Cyril Doumergue

Mais pourquoi fait-il si frais en ce début septembre à Toulouse ?


Le mercure est descendu à 8,6 °C à Blagnac, dimanche 17 septembre au matin, selon Météo France. / DDM Illustration, F. Charmeux

Mais où est passé l'ét&...

Lire cet article

Un début septembre très automnal !

Publié le 09/09/2017 à 16:57   | La Dépêche du Midi |  Jérôme Carrère

Il a encore neigé dans les Pyrénées cette nuit


Le cirque de Gavarnie a été saupoudré de neige. / Photo FB, Météo 65 © Refuge des Espuguettes

Ce ne sont pas encore les grosses chutes que l'on espère tous pour cet hiver. Mais, ce samedi, la neige a fait une petite réapparition dans les Pyrénées. Perché à 2876 m d&...

Lire cet article

Été 2017 : Chaleur et sècheresse

Publié le 29/08/2017 à 10:26   | La Dépêche du Midi |  A.M.

Un des trois étés les plus chauds depuis 60 ans


Un champ de tournesol brûlé par la chaleur : les épisodes de sécheresse sont de plus en plus fréquents./ Photo DDM

Avec 38 degrés hier au thermomètre à Toulouse, cet été 2017 fait partie des trois périodes estivales les plus chaudes depuis 1946. 2003, l'année de la canicule restant en première...

Lire cet article

Pourquoi a-t-on perdu 15 degrés en deux jours ?

Publié le 31/08/2017 à 11:53    | La Dépêche du Midi |  Sébastien Marcelle

Météo : pourquoi a-t-on perdu 15 degrés en deux jours ?


On a resorti le parapluie et les manteaux./ Photo DDM archives, Sébastien Lapeyrère

"Comment a-t-on pû perdre presque 15 degrés en deux jours ?" À Toulouse et dans la région, nous sommes en effet passés d’environ 35-36°C mardi à environ 20°C aujourd’hui. La fau...

Lire cet article

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
Créer un site
Créer un site