21/8/2014 En parcourant les marchés estivaux du Grand Sud

Publié le 18/08/2014 à 03:48  | La Dépêche du Midi | 

Ramonville-Saint-Agne (31) : Le melon donne du soleil au marché

Franck Gay au marché de Ramonville./Photo. DR

Durant le mois d'août, Ramonville fait revivre la tradition et renoue avec l'authenticité des marchés d'autrefois. Avec l'arrivée de l'été, les fruits de saison font aussi leur apparition sur le marché. Les melons sont les premiers disponibles, en attendant les autres. Au marché comme en bordure de route, ce fruit d'exception à fait son apparition sur les étals. Dès 9 heures du matin, l'odeur fruitée d'un melon à la peau veloutée et dorée embaume la vieille avenue de L'Occitanie et toute la place du marché, se mêlant au parfum des nectarines, de l'ail, du fromage, du miel, des herbes aromatiques et des fleurs… Tout cela, au milieu d'un doux brouhaha, duquel jaillissent parfois, d'ici au-delà, quelques éclats de rire.

C'est dans ce décor gourmand que Franck Gay, planteur de Monclat de Quercy, tient un étal de melon. Ce fruit de saison dont raffolent les Ramonvillois. Voilà 2O ans qu'il s'est engagé dans la culture de ce fruit et arpente avec le sourire notre marché. Ce planteur du Sud souligne avec fierté qu'il est le premier cette année à avoir mis ses melons sur le marché. Les bonnes conditions climatiques ayant prévalu dans notre région du pays ont joué en sa faveur. Car il faut le savoir, une bonne récolte dépend de la qualité du climat. «Le melon n'aime pas la grosse chaleur ni le froid. Il lui faut un climat tempéré. Mais le plus important, c'est l'arrosage car c'est un fruit qui contient beaucoup d'eau et il en a besoin pour croître» comme nous l'explique Franck.

Le melon a un cycle de quatre-vingt dix jours. Après quelques semaines, les plantules sont transplantées dans les champs. À quatre semaines, c'est-à-dire pendant la période végétative, les plantes nécessitent 12 mm d'eau par semaine. La période de floraison et de fructification débute à six semaines.
La récolte est le moment très attendu des planteurs comme du public en général.


Publié le 17/08/2014 à 10:15  | La Dépêche du Midi |   Gisèle Dos Santos

Tarn-et-Garonne : Un été maussade pour maraîchers et fruitiers

Malgré la fraîcheur, il y avait beaucoup de monde sur le marché./Photo DDM, Manu Massip

Les marchés locaux sont une véritable mosaïque des productions du département. On y trouve pêle-mêle les maraîchers, les fruitiers, les viticulteurs et autres producteurs ayant choisi les circuits courts pour écouler leurs produits. Cet été, tous ont dû jongler avec la météo afin d'approvisionner leurs étals.

Hier matin, le soleil, enfin revenu a fait sortir les usagers et les touristes sur le marché des allées du Consul Dupuy à Montauban, mais la température était tout de même un peu fraîche pour la saison. 10 ° seulement le matin sur les coteaux d'Albias a constaté Thierry Romain, du Domaine de Montels. Interrogé sur la prochaine vendange et sur l'incidence des fortes pluies de ces derniers jours Thierry reste optimiste : «Actuellement on a seulement une dizaine de jours de retard. La pluie a fait gonfler le grain, mais on aurait besoin de 15 jours de grand soleil, car le froid ralentit la maturité du raisin. On attend une belle récolte qualitative et on espère pouvoir ramasser un peu de blanc pour la fête des vendanges, le 7 septembre.»
Alain Bonhomme du château Bel Air est fataliste : «On a eu de gros dégâts dans le frontonnais et trop de pluie. Il n'y aura pas de vin de garde cette année et il faudra chaptaliser. Mais si on a un mois de septembre ensoleillé, la récolte sera bonne.»

Du côté des maraîchers tous sont unanimes : les pluies sont trop répétitives, ce qui gêne la floraison, retarde la maturité des fruits et des légumes et favorise la prolifération des insectes et des parasites, sans compter les orages et les coups de vent qui frappent à l'aveuglette, causant de nombreux dégâts très localisés. «À Beaumont on a eu beaucoup de pluie et pas de tempête, mais les tomates tardent à mûrir ou elles éclatent» déplore Jean-Claude Begué.

Le melon, production de l'été par excellence est aussi touché «Entre la grêle, la pluie et maintenant le froid, le melon mûrit plus doucement. On attend le soleil» lance Bernadette Calvet productrice à Lafrançaise.

Producteur de fruits, Guy Nougayrède regrette le manque de soleil. «Le problème ce n'est pas la pluie mais trop de pluie et trop souvent, ce qui favorise le développement des maladies. L'été a du retard mais les fruits d'automne sont déjà là. Et le froid donne de la couleur aux pommes. On aura la qualité.»
Et peut-être un bel été indien ?


Publié le 17/08/2014 à 03:51  | La Dépêche du Midi | 

Antras (32) : Succès du 2e marché bio

Le bio à l'affiche de la journée./Photo DDM, G.C.

La seconde édition du marché bio s'est déroulée dans le centre du village où le maire Olivier Souard a accueilli les exposants venus présenter leurs produits : «Nous sommes très heureux de les recevoir. Ils apportent non seulement leurs produits bio, mais ils nous expliquent également leur savoir-faire.» Membre du Tacot-Club gascon, le maire a eu aussi le plaisir de recevoir les véhicules anciens. 

«Ils sont arrivés en nombre, et pas avec n'importe quelle voiture ! Je suis très fier de cette belle brochette de voitures anciennes.» Pour le repas, 170 convives étaient attendus, «c'est pratiquement le même succès que l'an dernier. Il va falloir gérer.» Jean-Bernard Dupront, président du comité des fêtes était à la tâche avec son équipe : «Cette deuxième journée découverte des producteurs bio est la suite de l'an dernier. Vu son succès, nous avons décidé de la renouveler cette année.»


Publié le 17/08/2014 à 03:51  | La Dépêche du Midi | 

Lectoure (32) : Marché nocturne artisanal

Il fait bon se balader à Lectoure le lundi soir./Photo DDM, Ysabel.

Il revient chaque lundi de l'été pour nos vacances. De 18 heures à minuit, alors que le soleil n'est pas encore tombé, la rue Nationale se pare de toutes sortes de stands proposant bijoux, livres anciens, bonbons, gadgets, vêtements, artisanat… On peut y boire, y manger, acheter ou simplement flâner, se baigner dans l'ambiance festive et familiale de ce marché. Quelque groupe de musique saura amuser vos oreilles, et les commerçants lectourois ouvriront leur porte. A cette occasion, la rue Nationale sera fermée à partir du Bastion (rue Barbacane), de 14 heures à 24 heures et plus.


Publié le 17/08/2014 à 11:17   | La Dépêche du Midi |   G.J.

Auch (32) : Le repaire des habitués du marché

Les producteurs locaux présents le samedi sous la halle aux herbes sont généralement aussi sur le marché de la basse ville, le jeudi matin./Photo DDM, S.Lapeyrère

«Ici, on vient chercher le bonheur d'être ensemble ! C'est ça la convivialité du Gers : ça passe autant par les rapports humains que par de bons produits dans l'assiette», lance Alain Bouthelot, Auscitain depuis 6 ans et qui a déjà, comme beaucoup d'autres, ses habitudes au marché de la halle aux herbes du samedi. Lui parle même de «rituel», un sentiment qu'il ne connaissait pas à Châteaudun, d'où il est originaire : «Tout le monde se connaît ici, il y a plus d'empathie que dans le nord, les gens prennent plus le temps.» Hier, il a suffi d'arpenter les allées du marché pour mieux comprendre de quoi il en retournait.

Le coin des puristes du Gers
En ce qui concerne les rapports humains, force est de constater que beaucoup se connaissent, se saluent et discutent de longs moments. «On se délivre ici. Toutes les classes se côtoient et parfois on entend des choses qu'on entendrait jamais ailleurs», sourit M. Xavier, ancien marchand d'olives à la retraite qui vient voir «les copains» tout en faisant ses emplettes. Certains clients n'ont même pas besoin de dire ce qu'ils viennent chercher. William Toner n'a ainsi qu'à brandir ses quatre doigts pour que son fidèle poissonnier Christophe Le Delas, nouveau gérant de l'Ile aux poissons depuis début juillet, lui serve ses quatre morceaux de saumon. Comme d'habitude. «Ça fait 10 ans que j'habite à Montesquiou et je préfère venir ici car le choix est de qualité et il est plus large. En plus, il y a du pain britannique !», raconte ce sexagénaire américano-irlandais.

Côté assiette, la qualité des produits locaux, c'est justement le credo de la halle aux herbes. Du boucher, aux nombreux maraîchers, en passant par les fromagers, le producteur de miel, les confitures ou encore la boulangerie, les puristes du Gers ont de quoi faire le samedi à la halle aux herbes. «On ne parle même pas de clients mais plutôt de fidèles», explique Patrick Becoye, gérant avec son épouse, Maggie, de la ferme d'Enjacquet à Saint-Médard qui compte presque 30 ans de présence le samedi.

De l'aveu de tous, les touristes sont moins nombreux cette année et qu'en basse ville le jeudi. Mais ceux qui passent flanchent vite pour les pièces à griller ou les conserves de charcuterie. Et même eux ont leurs repères : «A chaque fois qu'on est à Auch, on vient sous la halle. C'est important de manger des aliments sains et d'aider les petits producteurs», confient en chœur Mariem et François de Paris. Vite rappelés à l'ordre par leur couple d'amis. Midi et demi : il est l'heure. Ne dit-on pas que la table est l'entremetteuse de l'amitié ?


Publié le 17/08/2014 à 03:50  | La Dépêche du Midi | 

Loubressac (46) : Le marché des producteurs gêné par la pluie

Dès 18 heures, malgré le froid, les visiteurs étaient en nombre. / Photo DDM

Ce jeudi 14 août pour le marché des producteurs de Pays à Loubressac, ce n'était pas jour de Toussaint, mais cela lui ressemblait étrangement. Pluie et vent étaient au rendez-vous. Pourtant, malgré ces inconvénients, les visiteurs étaient bien présents. Ils ont, comme à l'accoutumée fait leurs emplettes, mais peu d'entre eux se sont risqués à prendre place autour des tables dressées sur la place du village. Antoine Béco, maire du village, précisait : «C'est dommage, en cette mi-août, les touristes sont nombreux à visiter le village. Ils sont venus malgré la météo, mais avec ce temps c'est tout à fait compréhensible qu'ils ne s'installent pas.». Mireille et Alain, bretons de Pornic, quant à eux, avaient fait le choix de s'installer. Toutefois, au loin, un rayon de soleil pontait le bout de son nez, pour le plaisir de tout le monde.


Publié le 16/08/2014 à 03:53  | La Dépêche du Midi | 

Varilhes (09) : Un mardi au marché

Allier les courses à la convivialité… Vive le marché./Photo DDM.

Ah ! le marché en plein été… Faire ses petites emplettes en profitant du soleil, entendre le brouhaha des discussions qui vont bon train. Ça donne des nouvelles des uns et des autres, ça parle politique ou pêche, de la fête ou de la qualité des produits… Vêtements, accessoires, fruits, légumes, produits laitiers, viande, poisson, plants… Les couleurs et le son, c'est ça le marché. À Varilhes, il a lieu tous les mardis matin, place de la Libération… Et si certains clients sont ravis de venir y remplir leur panier, la morosité, pourtant, règne. 

Nicolas, vendeur de produits bio, installe son étal depuis sept ans sur la placette : «La fréquentation ? C'est par vagues. On a connu des étés avec plus de fréquentation. Cette année, beaucoup de choses entrent en jeu : le compte bancaire à la fin du mois, le temps… Pourtant, ça reste un marché agréable. Parfois, on voit quelques touristes faire leurs emplettes… Mais il y a moins de clients cette année.» La remarque est la même pour Sylvie, rayon poissonnerie, qui fait ce marché depuis treize ans : «Cette année, c'est très morose, le temps et les gens sont moroses. Et c'est vrai que le marché à Varilhes est très agréable. Le point noir ? Les places de parking, c'est dommage. Les clients n'ont pas de caddie, ici !» 

Et la clientèle ? Tout au long de l'année il y a les habitués ; en été, les touristes ont leur part, mais le fait est là, cette année, ce n'est pas trop ça. «Tous les mardis, je viens faire mon marché. J'aime voir les vendeurs, discuter avec eux. À la fin, on sympathise. C'est beaucoup plus convivial que l'anonymat des supermarchés ! Et puis je rencontre aussi des amis, on bavarde. Mais il est vrai que cette année il y a moins de monde que d'habitude.» Il ne reste plus à espérer que le soleil décide de finir l'été en beauté pour que le sourire revienne sur les visages des gens… Quant au marché de Varilhes, il garde son importance dans le cœur des habitants.


Publié le 16/08/2014 à 03:52  | La Dépêche du Midi | 

Guitalens (81) : Rendez-vous demain au marché des producteurs

Au marché des producteurs./Photo DDM

Ce dimanche 17 août, de 9 heures à midi, le marché des producteurs fera étape à Guitalens-L'Albarède. Après Vielmur-sur-Agout et Cuq, ce marché itinérant proposera de découvrir à l'ombre des platanes de la place du quartier de L'Albarède des produits et de discuter avec leurs producteurs locaux. L'intégration des nouvelles populations et accroître le rayonnement du village par cette animation sont autant d'objectifs de ce marché qui permet aussi et surtout à chacun de trouver poulets rôtis, fruits et légumes ou vins tout en discutant avec les producteurs de leur travail. Les producteurs ne vendent ici que ce qu'ils produisent et trouvent aussi dans cette action une occasion d'échanger avec les consommateurs sur leur travail et de valoriser leurs savoir-faire.
Les prochains auront lieu les dimanches 24 août à Cuq, 31 août à Vielmur-sur Agout. Le dernier rendez-vous de la saison estivale aura lieu le dimanche 7 septembre à Guitalens-L'Albarède.


Publié le 16/08/2014 à 03:51  | La Dépêche du Midi | 

Verfeil (31) : Les charcuteries de Domi arrivent sur le marché

Dernier arrivé sur le marché, Domi présente ses charcuteries gourmandes./Photo DDM, Emmanuel Vaksmann

Même s'ils se font moins nombreux pendant l'été, les clients du marché associatif profitent du soleil pour passer du temps avec les forains le dimanche matin.

Arrivé sur le marché il y a seulement une semaine, le stand de Domi enrichit l'esplanade Jean-Jaurès de ses saucissons, lomos et autres chorizos. «Je ne vends que de la charcuterie qui sort de l'ordinaire, que des produits artisanaux espagnols, basques, catalans ou languedociens…», prévient Domi, en exhibant un «béret basque» au piment d'Espelette.

À l'ombre des remparts du castrum, dans les allées de ce marché convivial où les marchands trinquent avec les chalands, la bonne humeur de Domi est contagieuse et le plaisir qu'il prend à raconter ses produits est évident. «C'est normal, ça fait une dizaine d'années que je m'intéresse à la charcuterie. Alors, je connais le sujet», explique-t-il.


Publié le 15/08/2014 à 03:49  | La Dépêche du Midi | 

Saint-Céré (46) : Le deuxième marché nocturne a du succès

Les visiteurs ont arpenté les rues remplies des étals de la centaine de commerçants présents. / Photo DDM

Ce mardi 12 août, c'est enfin par une soirée sans pluie que s'est déroulé sur la place de la République et dans les principales artères de Saint-Céré, ce deuxième marché nocturne de la saison. Pour cette manifestation, plus d'une centaine de commerçants non sédentaires avaient déployé leurs étals. Dès 18 heures, dans toute la cité, les terrasses des cafés et des restaurants étaient copieusement garnies. Les visiteurs d'août, incontestablement plus présents que les «juillettistes» avaient répondus présents.


Publié le 14/08/2014 à 08:18  | La Dépêche du Midi | 

Figeac (46)  : Les producteurs du pays s'affichent

Georges Issiot présentant l'affichette. / Photo DDM

C'est une démarche originale qu'ont entreprise certains producteurs locaux, en partenariat avec la mairie et le Pays de Figeac. Une véritable action de développement local, une politique alimentaire de territoire, visant à promouvoir et développer les circuits de proximité, et par là même la valeur ajoutée liée aux productions agricoles.

L'un des instigateurs de cette démarche n'est autre que Georges Issiot, ancien agriculteur, élu de Capdenac-le-Haut, et représentant les producteurs du marché, place Carnot. «Nous avons voulu créer, sous la halle de Figeac, une charte de producteur. Ceux qui l'ont signée s'engagent à ne vendre exclusivement que leur production. Car parfois, sur les marchés, c'est n'importe quoi ! A l'heure actuelle, nous sommes sept à l'avoir signée. Il faut que ça se sache. Il y a longtemps que cette idée me trottait dans la tête. Je voudrais autour de la halle que la clarté soit faite et que chacun ne vende que sa production. Avec Pascal Germain du Pays de Figeac et l'aide de la mairie nous avons élaboré cette charte qui stipule clairement que nous avons produit ce que nous vendons. En nous engageant, nous valorisons le marché de Figeac et nous respectons le client».

Une première étape dans l'information aux clients
Une affiche commune, identifiant sur leur stand les sept producteurs à s'être déjà engagés, leur a été remise. Elle les signale comme vendant leur production, tout en apportant une information fiable au consommateur.
Il s'agit de Mesdames Lopez (maraîchère), Destruel (maraîchère), Coletti (miel), Rougié (fraises) et Messieurs Dournes (cabécous), Pradines (fromages), et Couderc (charcuterie) qui, lui, est installé place Vival.

Il s'agit pour Pascal Germain du Pays de Figeac, d'une première étape dans l'information apportée aux clients sur l'origine des produits. Une transparence de plus en plus importante pour le consommateur qui se déplace au marché, le samedi matin. A l'avenir, pourquoi ne pas généraliser la charte et l'étendre aux producteurs des territoires environnants ? Pourquoi ne pas imaginer que les revendeurs informent sur l'origine de leurs produits ?
En attendant, les clients peuvent réserver leurs achats aux producteurs, qui s'affichent comme tels.


Publié le 13/08/2014 à 03:50  | La Dépêche du Midi | 

Mazamet (81) : Le succès s'impose pour la 6e édition

Les pâtes du terroir attirent les chalands en quête de goûts nouveaux et authentiques. / Photo DDM

Le marché des producteurs de pays qui s'installe tous les lundis soir, depuis plus de 5 ans, devant l'office de tourisme, ignore la crise et se joue des intempéries. «La fréquentation reste soutenue malgré une très mauvaise météo. Au dernier marché nous avons dû rajouter des tables et vendu beaucoup plus d'assiettes fermières» précise Myriam Bonnery responsable de l'office de tourisme. Pour peu que le temps soit clément pour les marchés restants, les 18 et 25 août, «la fréquentation devrait s'équilibrer en compensant les mauvaises soirées de juillet.» Par ailleurs «comme nous avons plus d'adhérents, l'offre des artisans et des artistes s'est accrue, diversifiée avec des choses très originales» poursuit la responsable.

Accordéon, sculptures et couteaux
Aux détours des étals on découvre, pèle mêle, un accordéoniste, Yannick Harnois, les sculptures de Julie Keraudant, la coutellerie de Nicolas Escande. Mais aussi le safran du terroir et ses préparations avec Yves et Eve Boismartel, la «spiruline» de Cocagne, cette algue bleu vert dotée, nous dit-on, de vertus thérapeutiques. Ici la bière vient de Graulhet, fabriquée par Stéphane Dumeynieu, les pâtes sont du terroir et les glaces et sorbets aux fruits sont proposés par Edwige Bénazech. L'incontournable foie gras vient de chez Claudine Ourliac sans parler des fromages de vache, de brebis, les légumes, les escargots finement mitonnés, les olives et les huiles venues, elles, de plus loin et tant d'autres choses. Pour les plus petits, les promenades à dos d'ânes sont toujours aussi prisées avant la dégustation conviviale des fameuses assiettes fermières aux goûts de chacun. «On sent que les gens ont envie de se faire plaisir, ils sont en vacances et les économies iront sur d'autres domaines.» conclut Myriam Bonnery. Marché des producteurs de Pays, lundi 25 août, parking des casernes de 17 heures à 22 heures.


Publié le 12/08/2014 à 03:50  | La Dépêche du Midi | 

Lacourt-Saint-Pierre (82) : Les bons petits plats du marché nocturne

Dégustation sur la place du village. / Photo DDM

Une nouvelle fois, le comité des fêtes et loisirs de Lacourt-Saint-Pierre a mis les petits plats dans les grands et organisé un sympathique et convivial marché nocturne dimanche. Une vingtaine d'exposants était installée sur la place du village, et de loin déjà, on sentait les effluves culinaires dans l'air estival. Car que serait un marché nocturne sans sa restauration diverse? À Lacourt, l'espace restauration aménagé au milieu de la place a permis d'accueillir un nombre important de dîneurs munis de leurs assiettes. Zarzuela, truffade, paella, assiettes de jambon de pays, confit de canard, crêpes et galettes bretonnes, macarons, etc., il y avait de quoi contenter les palais les plus difficiles et faire patienter les convives en compagnie de M. Georges et son spectacle pop-variété jusqu'au magnifique feu d'artifice qui a clos en apothéose, vers 23 heures, cette belle soirée d'été.


Publié le 12/08/2014 à 08:47  | La Dépêche du Midi | 

Fons (46) : Le marché d'été fait recette

Promenade le long des stands. / Photo DDM

La météo était favorable pour le troisième marché de producteurs du pays organisé le mardi 5 août par l'association Artellis loisirs et culture. A 17 heures, une trentaine de personnes ont découvert le village, accompagnées de Didier Buffaro guide de l'office de tourisme du Grand Figeac. Dès 18 heures, vacanciers et habitants de Fons et des environs allaient de stands en stands, achetaient des produits régionaux et préparaient le panier-repas qui était consommé sur les tables mises à disposition. Près de deux cents personnes ont dégusté les produits du terroir (farci de légumes, magrets de canard truffade, glace artisanale) et c'est vers 23 heures que la soirée s'est terminée au bord de la Dourmelle.


Publié le 12/08/2014 à 08:25  | La Dépêche du Midi | 

Foulayronnes (47) : Des «Biscuits à gogo» grâce à Jean-Noël Gaye

Jean-Noël Gaye a créé sous le régime d'auto-entrepreneur «Biscuits à gogo». Il vient le samedi avec son épouse Pascale sur le marché foulayronnais vendre les pâtisseries faites maison./Photo DDM Ch.H.

Depuis le début mai, Jean-Noël Gaye accompagné de son épouse Pascale proposent à la vente des pâtisseries originales. Pour le plus fieffé des gourmands, rien que le nom «Biscuits à gogo» fera saliver. Et lorsqu'il se retrouvera devant le stand, il ne pourra que craquer pour l'un ou l'autre des biscuits fait maison.

Auto-entrepreneur, Jean-Noël Gaye s'est mis en disponibilité de la fonction publique pour suivre sa femme. «Je souhaitais préparer aussi la retraite de madame. J'ai ce projet en tête depuis des années. C'est un rêve qui se concrétise».

Tous les deux sont complices pour confectionner biscuits secs ou cakes salés et sucrés, sans additifs et sans colorant.
«Ma femme adore faire des pâtisseries mais n'aime pas cuisiner. C'est en quelque sorte un exutoire pour elle.»

Des débuts encourageants
«Nous sommes présents sur le marché foulayronnais mais aussi le dimanche matin sur celui de Prayssas. Nous vendons nos produits dans les boutiques, comme par exemple la ferme gourmande à Estillac ou ici au kiosque Pizza Olive. Et peut-être avec le magasin Léonidas à Agen avec lequel nous étions en pourparlers».

Le statut d'auto-entrepreneur convient parfaitement à ce couple foulayronnais : «Nous sommes supercontents. Pour démarrer, c'est bien. Nous avons déjà amorti notre investissement et fait un petit peu de bénéfices. Ceci nous permet de refaire des nouveautés, d'essayer de nouvelles variétés, de varier d'une semaine sur l'autre. Nous essayons de ne pas avoir la même chose. On peut nous commander des paniers ou plateaux garnis.

«Notre spécialité, c'est «Les Anglaises», un biscuit fait à partir d'une recette de famille d'origine alsacienne ou allemande. Nous conservons les ingrédients top secret mais on y trouve un petit peu d'eau-de-vie». Quelle que soit la pâtisserie de «Biscuits à gogo», le client devrait y trouver son petit bonheur pour son palais. Parce que forcément des biscuits, il y en a... à gogo !


Publié le 11/08/2014 à 08:19  | La Dépêche du Midi | 

Moissac (82) : Un véritable festival de saveurs locales

Les fruits d'été sont remarquables de beauté / Photo DDM

Ce week-end, le marché à thème était un véritable festival. Festival des vins du Tarn-et-Garonne et du jus de chasselas, festival des produits du terroir.

Célébration des spécialités de nos terres. Comme à l'accoutumée, cette célébration des spécialités de nos terres se voulait amicale et généreuse, car de nombreuses dégustations étaient au programme sur tout le périmètre du marché, dans les rues, devant les boutiques, sous le marché couvert et sur la plupart des étals. Attilio Stocco assurait le service au stand installé à la croisée des rues de la République et Malaveille. Des côtes de Gascogne Cuvée de Moissac, en blanc moëlleux ou rouge étaient appréciés avec les charcuteries fournies par les bouchers-charcutiers Echevarne et Belloc, ou des grattons de canard de M. Delboulbès, ou encore les olives de M. Laouni ou les fromages de M. Kaufmann. La poissonnerie Gibaux procurait la glace destinée à conserver au frais Grain d'Amour et autres vins rosés ou blancs présentés par MM. Edde et Carcenac.

Au micro, Alain Sainte-Marie commentait les produits qu'il découvrait le long de ses déambulations parmi les rangées de producteurs. Parmi les autres participants, on noait la présence de Romane D., place Durand de Bredon, des Fleurons de Lomagne, place Roger Delthil, MM. Mallevialle et Rigal pour leurs jus de chasselas. Edouard Bourreau, créateur du Quercy des Îles était aussi sur place avec des recettes originales.Ses billes de melon de Moissac marinées au frais dans notre liqueur sont une expérience à ne pas manquer.
En définitive, un marché où régnaient la bonhomie et les plaisirs du goût.


Publié le 10/08/2014 à 10:15  | La Dépêche du Midi | 

Saint-Paul-Cap-de-Joux (81) : Succès pour le marché de nuit

Superbe soirée sur la place de l'hôtel de ville. / Photo DDM

Un temps idéal a permis au comité des fêtes de Saint-Paul-Cap-de-Joux d'accueillir les très nombreux convives du marché de nuit ce mercredi 6 août. Les règles de cette soirée sont simples : les producteurs locaux sont invités à présenter leurs produits en proposant des assiettes garnies. L'objectif est de permettre à tous de passer une belle soirée animée en dégustant d'excellentes productions locales. Le comité des fêtes fournit les boissons et les frites et la municipalité finance l'animation. Les quarante bénévoles du comité ont épluché et fait frire cette année 185 kg de pommes de terre pour régaler les près de 700 participants présents. D'année en année cette animation est couronnée d'un succès grandissant et nombreux sont les touristes qui se joignent aux locaux pour profiter et découvrir la fraîcheur de ces richesses locales.


Publié le 10/08/2014 à 09:50  | La Dépêche du Midi | 

Foulayronnes (47) : Pol Poisson s'est frayé une belle clientèle

Pol Poisson privilégie les petits marchés comme celui de Foulayronnes, pour vendre sa marchandise car il trouve ces lieux plus conviviaux que de plus importants./Photo Ch.H.

Longtemps, le marché a manqué d'un poissonnier. Il y a trois ans, il a débarqué avec son camion réfrigéré en provenance de Colayrac-Saint-Cirq. Pol Poisson, de son vrai nom Pol Grosbois, que les habitués appellent directement Pol, a trouvé, ici, son rythme de croisière.

Tel un marin, il a pris pied pour fidéliser SA clientèle. Il suffit de rester quelques minutes à son stand pour s'apercevoir qu'il cherche à la servir du mieux possible. Le succès de sa réussite c'est : «80 % de pêche française, du poisson frais, des coquillages et crustacés».
Lorsqu'on lui demande s'il va chercher sa marchandise à la criée, il répond tout de go : «Ce serait le rêve, mais je suis trop petit pour pouvoir le faire. C'est impossible pour procéder ainsi, je me ravitaille chez Méricq».

Confronté à la réalité, il n'en demeure pas moins que le poissonnier, à l'écouter, nage dans le bonheur commercial : «Ici, c'est l'idéal. Je n'ai pas de magasin et ne vends que sur les petits marchés. C'est plus sympathique et on assimile plus vite ce que veulent les clients car on les reconnaît. On sait ce qu'ils désirent. Je privilégie aussi la qualité à la quantité comme l'on dit par rapport à ma vente».

Sur son site internet, Pol Poissonnerie.com, il met en avant la qualité de ses produits et surtout que «je sélectionne mon arrivage journalier au rythme des pêches françaises et des saisons. Pour sauvegarder mon métier, je collabore chaque jour pour une pêche raisonnée et respectueuse. Varier notre consommation de poisson aidera à la prolifération des ressources».

Ce samedi matin sur son étal, on pouvait trouver des moules, de la dorade grise, de la longe d'espadon, des anchois, du bar, du flétan, etc.
Outre le marché foulayronnais, on le retrouve sur ceux du Passage, de Pont-du-Casse, Prayssas et Clairac.


Publié le 10/08/2014 à 09:52  | La Dépêche du Midi | 

Fongrave (47) : Les vergers de Roussel au marché des producteurs

Isabelle Moll fait découvrir les produits de ses vergers / Photo DDM

Les «Vergers de Roussel» reviennent cette année sur le marché des producteurs avec un panel plus étoffé de produits de la propriété de Thierry et Isabelle Moll. Ainsi sur l'étal, le client trouve aussi bien des pommes, pêches, nectarines, abricots mais aussi des tartes et des clafoutis réalisés avec ces fruits. Des jus de fruits sont aussi issus de ces récoltes. Ces jus n'ont rien d'ordinaire, car en mélangeant par exemple pomme et pêche ou pomme et framboise, ils donnent des goûts subtils. Le pétillant de pomme est à découvrir aussi sur l'étal du marché gourmand tout en écoutant le concert. Ce soir, ce sont les «Rape toux» qui distillent leurs compositions mais aussi des reprises qui font danser les convives. Les fruits de saison des vergers de Roussel sont fraîchement cueillis et disponibles à la ferme du lundi au vendredi de 10 heures à 19 heures et le samedi de 10 heures à 18 heures.


Publié le 10/08/2014 à 09:21  | La Dépêche du Midi |   

Condom (32) : Les patates en folie de Jean-Luc


Jean-Luc, le spécialiste de la patate./Photo DDM. Jeanine Quemener

Installé sur le marché local depuis peu, Jean-Luc Fourteau, bien connu en Ténarèze, fait forte impression avec son four à patates et les odeurs qui s'en dégagent !
Ce four, originale machine à cuire en acier bien isolé et chauffé au gaz a été conçu grâce au savoir faire des métallurgistes de Saint Etienne.

Jean-Luc, devenu spécialiste dans l'art d'accommoder ses patates, décalotte le légume, le découpe afin de faire rentrer le jus et le farcit, suivant le souhait du client, au magret, gésier, ou foie gras. Après une heure de cuisson, la patate peut être maintenue au chaud dans la partie supérieure du four.
Jean-Luc souhaite promouvoir ce mets adapté aux produits du terroir peu répandu dans le sud-ouest mais qui fait pourtant le bonheur des nordistes.

La patate chaude peut se consommer sur le marché ou à la maison, réchauffée ou froide avec les salades de l'été, la séduction s'opérera.
Le Condomois imaginatif sera tous les mercredis à proximité des mousquetaires et vous accueillera avec sa bonne humeur.


Publié le 09/08/2014 à 08:10  | La Dépêche du Midi | 

Escalquens (31) : Énorme succès du marché de plein-vent

La commission en visite sur le marché./Photo DDM.

Le marché de plein-vent du dimanche matin est devenu au fil des ans une véritable institution. Installé pour la première fois en 1995, il n'a cessé de se développer sous l'impulsion des municipalités successives. Aujourd'hui il compte soixante commerçants titulaires qui s'installent tous les dimanches à partir de six heures du matin reçus par le receveur placier. À 8h15, c'est l'ouverture aux acheteurs Escalquinois mais également à une population extérieure à la ville, au vu de son excellente réputation qu'il s'est forgé au fil des ans.

L'achalandage est parfait, on y trouve, fruits et légumes, boucheries dont une chevaline, charcuteries, plats cuisinés des îles et autres, poissonniers, cave, ostréiculteur, saurisseur, fleurs, outillages. De plus, dans un souci de protéger l'environnement un partenariat est en cours avec la société Clerc Vert pour le ramassage des déchets. L'adjoint précise : «Nous sommes très attentifs à la qualité des produits et essayons au maximum de prendre des commerçants qui travaillent en circuit court, c'est ainsi que nous avons privilégié un maximum de produits bio, conçus et cultivés dans la région les fruits viennent en grande partie du Tarn et Garonne». D'autres projets sont à l'étude, mais en attendant le marché vaut largement le détour.


Publié le 09/08/2014 à 03:52  | La Dépêche du Midi | 

Mazères (09) : Le marché, une boutique en plein air

Un lieu d'échanges et de rencontres où l'on trouve maraîcher, fleuriste, etc./Photo DDM.

Implanté tous les jeudis matin au cœur de la bastide, le marché est un lieu incontournable. Installé sous et aux alentours de la splendide halle, il fait partie des lieux d'échanges et de rencontres inévitables où on trouve fromager, charcutier, boucher, maraîcher, boulanger, vigneron mais également fleuriste, apiculteur, etc. Ils proposent des produits frais toute l'année, que l'on ne trouve généralement pas dans les grandes surfaces et souvent à des prix défiant toute concurrence. 

On peut également s'habiller sur place grâce aux vendeurs de vêtements et chaussures, mais aussi se parer de bijoux fantaisie et haut de gamme et même rencontrer de tout petits producteurs qui offrent des produits non traités.
Le marché débute dès 7 heures et se termine vers les 13 heures.


Publié le 09/08/2014 à 03:52  | La Dépêche du Midi | 
Jeanine Quemener

Condom (32) : Le marché fait peau neuve

Alban a déjà choisi son melon./Photo DDM, Jeanine Quemener.

Depuis 33 ans, le marché dominical de la Bouquerie attire toujours sa fidèle clientèle et ses inéluctables commerçants à l'instar de Jeanine Peyrecave dont les ventes de pommes ont bien dépassé les frontières de la Ténarèze. Marie-Paule Garcia, alors présidente de l'Association des commerçants, et Dany, de la boutique de vêtements, sont à l'initiative de son organisation sous le mandat du maire de l'époque Jean Dubos.

Un marché très attractif
Armand Maritan, producteur local de fruits et légumes, en devient le président et d'ailleurs soutenu par sa descendance, il propose toujours son éventail. Sylvain Aubry, le viticulteur, le remplace depuis cette année dans ses fonctions présidentielles. A ces débuts dans la rue de la République, le textile se joignait à l'alimentaire. Puis installé sur les quais de la rive gauche de la Baïse, il y resta quelques années avant de s'étirer depuis 16 ans tout le long du boulevard Saint-Jacques. Même uniquement alimentaire, il y retrouve vite sa popularité avec la fraîcheur des produits du terroir. Les Condomois viennent à la rôtisserie acheter leur poulet pour le déjeuner en famille et le dessert avec les croustades ou les fruits de saison qui débordent des étals et bien sûr les fleurs de Bernadette. Armand Maritan n'hésite pas à déclarer : «ça marche pour tout le monde».

Les chalands viennent aussi y chercher de la convivialité, de la chaleur humaine. A peu près tout le monde s'y connaît, les nouvelles y vont bon train et en hiver les supporters de la SAC font déjà les pronostics pour le match de l'après-midi. La collaboration entre la CCT et la municipalité vient de l'installer sur le parking de la CCT.
Côté sécurité, pas de voiture, parents et enfants circulent librement. Bruno, Virginie et leurs enfants viennent d'Arras. Parmi les nombreux touristes, ils n'hésitent pas à lâcher la main de leurs enfants. Emerveillés par les melons de Christine, productrice à Fieux, ils profitent de la dégustation gratuite et soulignent : «C'est super tous ces producteurs». En Ténarèze, le bonheur simple vient aussi de tout ce qu'offre dame Nature.


Publié le 09/08/2014 à 07:09  | La Dépêche du Midi | 

Lavelanet (09) : En août, les marchés nocturnes continuent

Convivialité garantie aux marchés nocturnes./Photo DDM.

Les marchés nocturnes du mardi soir, après un mois de juillet plus que satisfaisant, attaquent août sous les meilleurs auspices.

«Nous nous réjouissons du succès de ces soirées. Il y a de plus en plus de monde qui vient passer de bons moments de convivialité et de partage. Si, quelques années auparavant, nous avons eu des départs difficiles, nous y avons quand même cru. Soutenus par certains de nos fidèles commerçants qui nous ont fait confiance, nous n'avons pas baissé les bras et nous en sommes aujourd'hui récompensés», dit Ghislaine Gouazé-Petit, la présidente du comité des fêtes de Bensa, organisateur de cette manifestation.

Une bonne équipe dont l'amitié, la sincérité et la gaieté communicatives font que l'ambiance est toujours présente dans les allées du marché. Si autour des tables on croise les fidèles, dont font partie les élus de la ville, qui profitent de l'occasion pour se retrouver, il y a aussi des touristes.
Ce mardi, Michel Audiard, sculpteur tourangeau, et son épouse étaient présents. «C'est à Tours qu'un ami nous a fait l'éloge de ces marchés nocturnes. De passage dans la région, c'était pour nous un arrêt obligatoire que nous conseillerons à nos amis», disait-il.

Le 19 août, le groupe folklorique Les Désentutats apportera sa note festive.
«Avec toute l'équipe nous songeons à prolonger les marchés nocturnes au-delà du mois d'août, à la demande de très nombreuses personnes et des commerçants. Nous allons bien étudier cette éventualité avant de nous lancer dans une nouvelle aventure pour notre comité», concluait Ghislaine Gouazé-Petit.

Publié le 09/08/2014 à 03:50  | La Dépêche du Midi | 

Gondrin (32) : Aux saveurs gasconnes

ça fleure bon les produits du terroir./Photo DDM, B. G.

On dit de Gondrin qu'elle a le sourire de la Gascogne. On peut dire aussi que depuis presque 40 ans, elle régale tous les étés le panier à provisions de ses très nombreux visiteurs. Le 10 août, la traditionnelle Foire aux produits régionaux se tiendra le long des promenades (en raison des travaux sur la place de la Liberté). Moult produits d'excellente qualité fleureront bon dans les allées de ce marché convivial où les traditionnels bancs de charcuterie, fromages du pays, fruits et légumes voisineront avec les nombreux producteurs de vins, floc et armagnac, sans oublier les stands d'artisanat.

Sur le même lieu, un vide-greniers déballera son surplus pour que le chineur dans sa quête insatiable de l'objet rare puisse trouver son Graal. Rappelons aussi que Gondrin vit tout l'été au bord de l'eau avec son immense base de loisirs. Si la journée se veut chaude, maillots de bains et serviettes seront de rigueur pour une baignade. Elle pourra se terminer, comme toujours en Gascogne, autour d'un bon repas aux demoiselles de canard que propose traditionnellement la dynamique équipe de l'Union Sportive gondrinoise à partir de 20 heures.


Publié le 08/08/2014 à 07:50   | La Dépêche du Midi |   J.-P.C

Villefranche-de-Rouergue (12) : Des marchés sous le signe de Gargantua

Tables et stands de producteurs pris d'assaut par les gourmands d'ici ou de passage./Photos DDM.JPC.

Il est rare, en ce bas monde en général- et dans cette belle ville en particulier- de trouver une manifestation qui fasse la quasi-unanimité. Pourtant, en dépit d'un début de saison estivale plutôt morose- cela aussi on peut l'entendre les jours de marchés nocturnes des producteurs- à chacun des rendez-vous fixés par l'équipe municipale des foires et marchés, c'est bien l'équivalent de dix pour cent de la population qui prend d'assaut les tables et chaises d'hôtes mis en place sur la place Saint Jean. Ce mardi n'a pas échappé à la règle, avec déjà un premier pic estival particulièrement ressenti. 

Nombreux furent celles et ceux qui ne trouvèrent pas un coin de table pour poser les victuailles grappillées autour des stands des nombreux producteurs du territoire présents sur la place. Le phénomène ne retombe pas. car l'exemple Villefranchois, n'est pas isolé. Ainsi tous les mercredis soirs, les «Nocturnes de Najac» font mouche -avant-hier c'était de la folie sur la place du faubourg. Et on voit de plus en plus de fêtes de villages remplacer le standard repas champêtre «aligot-veau d'Aveyron» par un marché de producteurs, autour d'imposantes tables dressées sur les places. L'exemple de la Capelle-Balaguier qui le week-end dernier a reçu un accueil pour le moins apprécié ne devrait pas manquer de faire des adeptes dans les prochains mois. Une approche festive comme une autre, où chacun trouve son compte.


Publié le 08/08/2014 à 08:38  | La Dépêche du Midi |
 
Foulayronnes (47) : David Delprat heureux de vendre fruits et légumes bio

Oskar Kreush, vendeur de pains bio (à droite), et David Delprat (à gauche), primeur bio, sont présents le samedi matin depuis un peu plus d'un mois sur le marché./Photo Ch.H.

Derrière son étal, où trônent de belles salades, courgettes et autres carottes, David Delprat, 23 ans, souriant, jeune et accueillant, possède le profil type d'un bon vendeur.

«Ça fait un mois et demi que je viens. Ça marche superbien. Nous sommes heureux car les clients reviennent. Ils sont contents de trouver de bons produits». Selon lui, cet engouement s'explique parce «les gens en ont marre d'acheter des produits sans goût».
Le jeune homme vient pour «aider ma maman, Martine. Elle a toujours travaillé dans le domaine agricole mais s'est lancée il y a six ans dans la production bio. Elle a créé la ferme biologique du Calpernet à Auradou qu'elle exploit».

Sinon David Delprat occupe un emploi de maintenance industrielle chez Unicoque à Cancon, l'usine qui produit 80 % de noisettes et noix.
«J'aime bien venir ici, ça me plaît. Même si c'est un petit marché, c'est convivial, les gens sont accueillants et pour nous il y a du potentiel pour développer nos ventes», concède-t-il sans oublier de préciser que la ferme biologique est aussi présente sur le marché de Montaigu-de-Quercy.


Publié le 07/08/2014 à 08:37  | La Dépêche du Midi |   Guillaume Béars

Tarbes (65) : Soleil sur le marché de nuit

Il y avait du monde dans les allées du marché./ Photo DDM Rachel Barranco.

Le beau temps était de la partie pour ce marché nocturne de la place Marcadieu. Le soleil a accompagné les exposants et les passants jusqu'à la nuit tombée.

La trentaine d'exposants vendait principalement du textile, des chaussures ou quelques babioles. Mais il y avait également des artisans, à l'image de Sylvie Voillon, créatrice de bijoux. Elle essaye de venir tous les ans sur ce marché, car «cet événement draine énormément de monde. Le seul petit bémol, pour moi, c'est qu'il n'y a pas assez d'artisans, on retrouve les mêmes exposants que le jeudi matin !» Tout était préparé pour accueillir au mieux les chineurs : buvettes, sandwicheries, machine à churros, etc. Le bar Le Palmier avait agrandi sa terrasse pour pouvoir servir le plus grand nombre. Mais ce qui a eu le plus de succès, c'est le stand des Bouchers bigourdans. Cette association était présente près de la fontaine des Quatre-Vallées et préparait de nombreux petits plats avec les produits du terroir. «Nous sommes là pour promouvoir notre métier et la qualité de notre travail», déclare la responsable de l'association. Pari gagné donc, puisque les gourmands ont l'air de bien apprécier.

La nuit tombe sur Tarbes et la magie opère. Les loupiotes forment comme un ciel étoilé par-dessus la place. Ce marché de nuit est une réussite, même si la comparaison avec celui du mois de juillet ne peut se faire, car il avait été gâché par la pluie.


Publié le 07/08/2014 à 09:15  | La Dépêche du Midi | 

Rignac (12) : Marchés de pays, la bonne recette de l'été

à certains stands, il fallait faire la queue !/Photo DDM, C. J.

«Pardon Monsieur, où se trouve le marché de pays ?», questionne un groupe de vacanciers. «Vous avancez par là, vers le cœur du village, et si vous ne voyez toujours pas, sûrement que vous sentirez !». Pas besoin de plus grandes explications pour indiquer le lieu car, alléchés par l'odeur, ces vacanciers ont vite trouvé ce qu'ils cherchaient. Alors que ces derniers jours le mauvais temps sévissait dans la région, le soleil s'est invité ce mardi au dernier marché de pays de l'année. Personne ne l'avait commandé, mais tout le monde en a pris avec bonheur, du moins tous ceux qui sont venus faire leurs achats. 

Ces marchés de pays qui animent la plupart de nos villages restent bon an mal an la recette gagnante de l'été : «C'est un régal d'entendre les exposants vanter avec leur faconde et leur gouaille les produits naturels qu'ils vendent et de humer ces odeurs des produits locaux», ont confié ces touristes. Qu'ils soient hebdomadaires le matin ou ponctuels en soirée à l'occasion d'événements ou fêtes de villages, ces marchés font toujours le plein de visiteurs qui apprécient le fait de composer son menu et de le consommer sur place en plein air. Par contre, le succès de ces marchés nocturnes dépend beaucoup du temps. 

S'il pleut et s'il n'y a pas de solutions de repli, ils sont carrément annulés. Au grand désespoir de tous ceux qui souhaitaient s'y rendre en famille ou avec des amis ! S'il fait un temps un peu frisquet, les consommateurs hésitent à s'installer en plein air. Ils viennent néanmoins acheter et emportent les produits chez eux. L'ambiance est forcément cassée puisque le but, derrière une opération commerciale, est de rassembler locaux et estivants, souvent autour d'une animation musicale et folklorique, pour passer une soirée de fête. Quant aux marchés du mardi, ils sont l'occasion pour les villageois de se retrouver pour papoter ou refaire le monde.


Publié le 06/08/2014 à 03:52  | La Dépêche du Midi | 

Cahuzac-sur-Vère (81) : Un sympatique marché le mercredi matin

Marché du mercredi matin à Cahuzac sur Vère / Photo DDM

Cahuzac-sur-Vère, charmant village très actif offre aux habitants et aux touristes un sympathique marché le mercredi matin. Inutile de partir en dehors du village pour faire ses courses. Sur le marché, charcuterie de l'Aveyron, rôtisserie, paëlla, fruits et légumes, bio et autres, miel, (champignons occasionnellement) vont satisfaire les plus délicat. Le stationnement est facile, les commerçants agréables. Nouvellement installée, une fleuriste rte de Cordes face au côte à côte «l'atelier aux fleurs». Que demander de plus pour ce petit village. venir découvrir son marché.


Publié le 06/08/2014 à 03:49  | La Dépêche du Midi | 

Fongrave (47) : Frites maison au marché des producteurs


Laurence et Philippe Sallefranque. / Photo DDM

Épluchées, coupées et cuites devant le client, ce sont les frites maison de Laurence et Philippe Sallefranque, producteurs de légumes présents sur le marché des producteurs cette année. «Nous produisons des pommes de terre et des carottes sur 7 à 8 ha de notre propriété, située à Fauillet. Le reste de l'exploitation est consacré à la culture des céréales», résume Philippe Sallefranque. Ce producteur et son épouse écument les marchés de la région comme celui-ci, de Laparade, de Monclar et bien d'autres. «Cette année, nous étions aussi sur le passage du Tour de France. Et malgré le temps, nos frites ont bien plu aux spectateurs», explique Laurence Sallefranque. Les clients commencent à se presser devant l'étal du couple. Une de leurs filles coupe quelques patates et Philippe les plonge dans la friteuse. La soirée ne fait que commencer mais déjà les gens se retrouvent devant le stand pour passer leur commande. La frite «maison» a du succès.


Publié le 04/08/2014 à 03:48  | La Dépêche du Midi | 

Montségur (09) : Décors exceptionnels pour marchés nocturnes


À Montségur, les marchés nocturnes du samedi ont une saveur historique./Photo DDM.

Tous les samedis, jusqu'à fin août, au cœur du village, le marché artisanal nocturne est reconduit. Habillement, spécialités culinaires, décoration… que de l'artisanat, que des créateurs ! Les exposants locaux proposent des produits élaborés de leurs mains. L'association Arts Montségur, présidée par Thierry de Frémont, et ses piliers René Briole et Anne-Marie Lanta, est à l'origine de ces marchés nocturnes reconduits maintenant depuis trois ans et dont le succès va grandissant. Pour preuve, plus d'exposants, alors que de plus en plus de tables dans un décor exceptionnel, se dressent au pied de la citadelle cathare, sur le coup de 19 heures : la course au trésor est lancée. Cette nouveauté permet en effet aux touristes de découvrir ou redécouvrir le village et son histoire et de remporter des cadeaux.


Publié le 02/08/2014 à 03:51  | La Dépêche du Midi |    R.M.

Lisle-sur-Tarn (81) : Une place piétonne pour profiter du marché

Le sourire de la boulangère fait chanter le pain. / Photo DDM

Le marché lislois fait partie des sorties incontournables le dimanche matin. La municipalité a choisi la période estivale pour modifier et interdire le parking autour de la place Paul-Saissac. Un essai et une réflexion menée avec les cafetiers et l'association des forains. Le marché est en pleine évolution, de nouveaux métiers devraient arriver, ce qui donnera encore plus d'attractivité à ce rendez-vous incontournable de la vie lisloise. La municipalité a décidé de rematérialiser les emplacements handicapés sur le côté roulant. Après cet essai, une réflexion devrait déterminer l'opportunité de prolonger cet aménagement dominical. Cet été, les animations sont là chaque dimanche avec son lot de cadeaux et notamment une TV à gagner.

Ce dimanche 3 août, défilé de majorettes et duo de clowns. Les forains sont des personnes attachantes et on a plaisir à les voir parler de leurs produits, comme cette jeune boulangère, côté mairie, qui aura toujours un mot gentil, une galéjade pour vous.


Publié le 02/08/2014 à 09:30  | La Dépêche du Midi | 

Moissac (82) : Le marché des fruits d'été a fait le plein


Un stand chargé des fruits de l'été en ce jour de marché/DDM, LR

Il faut manger cinq fruits et légumes par jour, c'est la consigne. Mais à Moissac, c'est avec plaisir qu'on se plie à cette recommandation, car les fruits de l'été offrent des couleurs, des formes, des goûts et des textures qui mettent l'eau à la bouche rien qu'à les regarder. D'ailleurs, les marchés à thème de ce week-end leur étaient consacrés et le duo Alain Sainte-Marie et Attilio Stocco vantait auprès des chalands les qualités de nos productions locales. Mais pas seulement. Chacun avait droit à sa dégustation de prunes, d'abricots, de nectarines ou de melon, chacun pouvait quitter le stand d'animation avec un livret de recettes aux fruits, ou des prospectus de conseils nutritionnels décrivant l'apport irremplaçable des fruits dans l'alimentation. D'aucuns, un peu chauvins, parleraient de l'apport irremplaçable dans l'alimentation des fruits de Moissac. Mais auraient-ils vraiment tort ?

Des fruits, mûrs, goûteux et bon marché
Quoi qu'il en soit, les stands du marché ont attiré de nombreux clients, grâce à l'organisation et au concours de l'association du Petit Bois, mise en place par l'inamovible Attilio, cité plus haut, de l'UFC, de la municipalité et des commerçants sédentaires et non sédentaires ainsi que des producteurs. Ces derniers étaient nombreux, présents derrière leur étal : M.Lemouzy, la SAS Boyer, la SARL Mourgues-Fruits, Mme Molinié, M.et Mme Martins, M.Delvolvé, M.Manu Rigal et sa sœur Sabine, ainsi que MM.Vignols, Soulié, Checchin, Privat et Mallevialle. Ils n'avaient pas lésiné sur la qualité et la quantité des fruits, prunes, abricots, pêches blanches et jaunes, brugnons blancs, melons, fournis pour assurer une dégustation appréciée par les Moissagais et gens du secteur, mais aussi par des touristes, venus parfois de loin, comme Laure et Éric, de Saint-Nazaire (44), ou Régine et Christian, ; de Calais, que nous avons eu le plaisir de rencontrer et qui nous parlent de la chance que nous avons, ici dans le Tarn-et-Garonne, d'avoir des fruits, mûrs, goûteux et bon marché.


Publié le 02/08/2014 à 09:27  | La Dépêche du Midi | 

Montauban (82) : L'incontournable marché du samedi

Entre salades et abricots, les clients trouvent toujours l'occasion de flâner./ Photos DDM Manu Massip

«Voici l'estragon et la belle échalote, un peu de safran et un kilo de figues, voulez-vous, pas vrai, un beau plateau de pêches ou bien d'abricots…» C'est en effet l'air qui nous vient à l'esprit en pénétrant sur le marché du samedi matin qui se tient depuis plusieurs années maintenant sur les hauteurs du Jardin des Plantes. Couleurs flamboyantes, parfums gourmands, papilles en éveil et un doux murmure nous envahissent. Et «l'accent qui se promène» est celui des palabres des Tarn-et-Garonnais qui échangent avec parents, amis et connaissances ce qui a fait leur semaine. Le marché n'est pas seulement un lieu d'achat, il est surtout un lieu de rencontres. On y vient flâner, prendre son temps et stationner des minutes durant pour partager avec douceur et quiétude les derniers aléas de l'existence.

De l'autre côté des stands se tiennent les producteurs tout heureux de pouvoir eux aussi s'entretenir avec les clients et les promeneurs.
La plupart des commerçants comptent des décennies de marché derrière eux. Hélène et Jean-Claude (photo ci dessus) sont sur les marchés depuis plus de 40 ans, Sophie les aide lors des grandes affluences. Tous les samedis ils proposent aux Montalbanais les produits de leur propriété de Négrepelisse. Ils en ont plus de 20 catégories, mais sont spécialistes de la tomate et des poivrons. «L'ambiance est excellente, et le marché prend souvent des allures de promenade. C'est très agréable de venir ici» assure Hélène.

Les melons de Molières se marchandent à Montauban depuis trois générations. «Ernest Clavières, le grand-père de Francis, était la mascotte du marché» affirme Joëlle. Myriam et Marion sont à la vente. Outre l'importance des gains financiers qu'ils réalisent en comparaison au marché au gros (650 kg de melon leur été achetés 20 €), les producteurs n'abandonneraient les marchés pour rien au monde. «Voilà 30 ans que nous sommes présents, nous sommes parvenus à fidéliser notre clientèle montalbanaise. Nous nous dédions exclusivement à ce marché du samedi matin, nous y avons pris nos habitudes» conclut Joëlle avec un large sourire.


Publié le 01/08/2014 à 08:47  | La Dépêche du Midi | 

Sainte-Croix-Volvestre (09) : Un IIIe marché Ô initiatives réussi

«Perlinpainpain», qui était le local de l'étape, il reçut sa plaquette des mains de Jean-Claude, du comité d'organisation. / Photo DDM

La journée du 20 juillet est à marquer d'une pierre blanche. En effet, malgré un temps capricieux, les commerçants et les associations qui s'étaient engagées à venir sont arrivés très tôt le matin pour s'installer sur l'espace Charles-Fauroux à l'occasion de la troisième édition du marché ô initiatives.
Dès 9 heures, le marché pouvait commencer. D'une place à l'autre, on trouvait du «consommer local», le thème choisi cette année. Le marché des producteurs réunissait sur la place toute la gamme de produits que l'on trouve dans nos régions.

Dans la matinée, des démonstrations étaient organisées, dont celle de la 2 CV roulant au méthane présentée par la station Defa de Saint-Girons. Beaucoup de monde participait aux différents ateliers, dont celui de la cuisine de plantes sauvages comestibles. Il y avait aussi le four de l'association Solafrika pour la cuisine enseignée aux enfants et le four à pain du boulanger «Perlinpainpain», de Sainte-Croix. Le principe du repas de midi était d'acheter sur place aux commerçants producteurs des produits que l'on mettait ensuite dans son assiette. À midi, tout le monde passait à table à la guinguette gourmande, animée en musique par le duo Uncle Joe, secondé par Les Conteuses désaccordées. 


Publié le 01/08/2014 à 03:49  | La Dépêche du Midi | 

Bordères-sur-l'Échez (65) : Du nouveau sur le marché

Spécialiste de la charcuterie artisanale, Nathalie est désormais présente le dimanche matin, sur le marché de Bordères./Photo I.S.

Le petit marché dominical ne connaît pas de pause estivale ; au contraire, touristes et vacanciers s'ajoutent à la clientèle habituelle. De mieux en mieux achalandé, notre marché est toujours très apprécié, à toutes les saisons.

Depuis peu, c'est la charcuterie artisanale de Nathalie Desperts, installée depuis 19 ans à Bordères, 8, rue Pierre-Sémard (en face de l'école maternelle), qui vient vendre ses spécialités faites maison près du kiosque de la place. Saucisse, ventrèche, boudin, pâté… paella le vendredi… le tout sans colorant ni conservateur ; Nathalie est présente aussi sur les marchés d'Argelès, Marcadieu Tarbes, Vic et son magasin de Bordères est ouvert le mercredi et le vendredi (jour de fabrication).


Publié le 01/08/2014 à 08:56  | La Dépêche du Midi | 

Pradines (46) : Bon démarrage du marché de plein-vent

Marché de plein-vent à Labéraudie. / Photo DDM

Succès grandissant pour le marché de plein-vent qui se tient depuis maintenant plusieurs vendredis dans le quartier de Labéraudie, sur la route menant à la Halle des Sports de Pradines. Après un démarrage avec une quinzaine d'étals, des nouveaux producteurs sont venus agrandir le choix proposé aux Pradinois chaque vendredi de 16 heures à 20 heures.

Si pour le démarrage la pluie s'était invitée, il n'en a pas été de même pour les éditions suivantes où le soleil a éclairé chaleureusement tous les stands, à l'image de ce vendredi 25 juillet, où l'affluence ne s'est pas démentie.


Publié le 31/07/2014 à 03:49   | La Dépêche du Midi |   P.M

Ramonville-Saint-Agne (31) : Fringales de pâtisseries orientales au marché

Ali derrière son stand « saveurs d'Orient «./ Photo DDM

Le marché de Ramonville, c'est vivant, coloré, plein de mixité, plein de saveurs. Il y a les étals de légumes frais, de fruits, les poissonneries hautes en couleur. Et puis il y a aussi le souriant Ali qui fait désormais le marché avec son étal de pâtisseries orientales soigneusement enveloppées. Grande Gazelle, Baklava, noisettes marbrées, les quatre saveurs, cœur rose, Bjawia, des noms qui rappellent la rive sud de la Méditerranée avec ses saveurs, marocaines, tunisiennes, libanaises, algériennes, sans oublier le couscous et les plats cuisinés.

«On déguste des gâteaux et des plats tellement bons. On se croirait au Maroc, avec toute sa douceur orientale, ses épices et ses tentations», confie Régine l'une des clientes des saveurs d'Orient le nom du Stand d'Ali.
«On aime particulièrement le coucous à la viande ou aux légumes. On ne croit pas qu'il en existe de meilleurs dans tout Ramonville», ajoute Jérôme un autre client. Et puis Ali vous suggère de déguster aussi la grande gazelle, ou le zalabia cette petite douceur toute simple, craquante et très sucrée. Nos recommandations ; la prendre le matin, avec un petit café. Et ensuite se promener devant les stands du marché ou les échoppes alentour. Les visiteurs qui le savent, s'en souviennent tellement c'est bon.

Des produits 100 % naturels
Ali est fier de ses produits : «Nous préparons les pâtisseries à partir de produits frais et d'excellente qualité afin de veiller à ce que chaque bouchée soit la plus savoureuse et la plus délicieuse. Chaque détail doit être parfait pour offrir ce qu'il y a de mieux».


Publié le 30/07/2014 à 08:46  | La Dépêche du Midi | 

Carla-de-Roquefort (09) : Un beau succès pour le premier marché carlésien

Du monde sur la place du village pour ce premier marché. /Photo DDM.

Les moyens mis en œuvre par la municipalité ont porté leurs fruits pour ce premier marché hebdomadaire au village. Devant l'affluence des grands jours, le maire Jérôme Bonnet affichait un large sourire, reconnaissant par là même le travail accompli par ses collègues élus mais aussi la presse locale, qui a donné à la manifestation une place importance dans ses colonnes. Une vingtaine d'exposants, de nombreux Carlésiens, habitants de la haute vallée du Douctouyre et d'ailleurs se sont retrouvés place de l'Église. Se joindront à eux dimanche les premiers vacanciers du mois d'août pour le deuxième marché. Souhaitons-lui autant de succès.


Publié le 30/07/2014 à 08:15  | La Dépêche du Midi | 

Guitalens-L'Albarède (81) : Sur le marché dimanche matin

Un rendez-vous dominical très apprécié./Photo DDM.

Au fil des ans, le marché du dimanche matin est devenu une habitude, en alternance avec Cuq et Vielmur-sur-Agout. Il aura lieu ce dimanche 3 août, de 9 heures à midi, sur la place du quartier de L'Albarède. Sur les étals, on ne trouvera comme d'habitude que des produits vendus directement du producteur au consommateur, avec en prime la convivialité et l'échange. Fruits et légumes frais, pâtisseries, poulets, vins, canards gras et autres produits savoureux seront au rendez-vous, tout comme leurs producteurs passionnés, sur la place du village. Réservés exclusivement aux producteurs, fermiers ou artisans, ces marchés sont des lieux d'accueil chaleureux et colorés.


Publié le 30/07/2014 à 08:07  | La Dépêche du Midi | 

Coubisou (12) : Le village a son fromage de chèvre

Sandrine Alazard derrière son stand de fromages de chèvre./Photo DDM

Voici quelques jours déjà que l'on peut trouver un nouvel étal sur le marché d'Espalion. En effet, dans la ferme Alazard à Cervel, Sandrine a créé une fromagerie afin de se lancer dans la production de fromages de chèvre.

Grâce à une quarantaine de chèvres destinées à cette production, Sandrine transforme le lait en fromages lactiques à plusieurs stades d'affinages : frais, affinés, cabécous, crottins et crème dessert.
C'est avec plaisir qu'elle propose sa production tous les vendredis, dans la rue Droite, sur le marché d'Espalion, mais aussi le mercredi soir lors du marché de producteurs de pays où là, en plus, vous pourrez déguster sur place ses samossas au chèvre. Un fromage qui fait déjà de nombreux adeptes, un régal, selon les amateurs.


Publié le 30/07/2014 à 03:48  | La Dépêche du Midi | 

Casseneuil (47) : Cuits à la plancha

Aïcha et Johnny Palomo. / Photo DDM

Sur chaque marché gourmand, il y a chaque fois une belle file d'attente devant l'étal d'Aïcha et Johnny Palomo. Une simple pancarte annonce les choix : frites maison, araignée de porc, andouillette, boudin, diverses brochettes. Le tout est fait maison. Tandis que Johnny officie à la plancha, Aïcha prend les commandes et sert les clients. «Nous allons sur les marchés de la région et pour la première fois ici, nous aussi nous venons à Casseneuil», explique Johnny. Pas trop le temps de parler, il faut retourner les brochettes et surveiller la cuisson des andouillettes. Aïcha remplit une barquette de frites maison et les clients repartent à leur table. Ce soir, toutes les tables sont prises. Pour les derniers arrivés, la seule solution est d'attendre qu'une table se libère. 


Publié le 30/07/2014 à 03:46  | La Dépêche du Midi | 

Bagnères-de-Bigorre (65) : 1er marché de nuit réussi

On se presse dans les allées./ Photo Muriel Guillin.

Le premier marché de nuit de la saison d'été, organisé par l'Association des commerçants et artisans de Bagnères, s'est tenu le 22 juillet. Ce sont 60 à 70 exposants qui ont répondu présent. Une foule s'est pressée toute la journée sur les allées des Coustous, fermées pour l'occasion et dans les rues piétonnes.
Les terrasses des cafés étaient pleines à craquer afin de se rafraîchir. 


Publié le 29/07/2014 à 08:39  | La Dépêche du Midi | 

Lavardens (32) : «Lous Petits Marcats» : un premier marché réussi

Les producteurs locaux n'ont pas boudé le marché./Photo DDM, G. C.

L'inauguration du premier marché de nuit a été faite par Nicole Pascolini, le maire, en présence de nombreuses personnalités et de Philippe Bessagnet, président de l'association «Lous Petits Marcats». Nicole Pascolini a dit tout l'intérêt touristique et économique de ces petits marchés dans l'un des plus beaux villages de France. L'association tient à remercier les restaurateurs et les artisans exposants, les musiciens et le dévouement de tous ceux qui ont contribué au succès de ce premier marché. Le soleil était au rendez-vous ainsi que de nombreux visiteurs. 

 / Photo DDM
 

 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
Tarn : Balade en terres de producteurs
Albi : "Saveurs du Tarn" sur le Vigan
Grand Sud : Après la neige, le froid
Fééries de Noël dans le Grand Sud
Tarn : Timides, les cèpes ! Et ailleurs ?


• Catégories liées :
grand sud
terroir
marches


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement