31/1/2014 Côte Atlantique : le littoral redoute les grandes marées actuelles

Publié le 31/01/2014 à 06h00 | Sud-Ouest |  Jean-Denis Renard

Le littoral du Médoc redoute une grosse gifle

Les fronts de mer de Lacanau, de Montalivet et de Soulac, l’immeuble Le Signal qui menace de basculer : les motifs d’inquiétude sont légion.

L'aléa érosion, comme ici le 23 janvier à Lacanau, est archi-documenté en Aquitaine © PHOTO LAURENT THEILLET

Sur la plage de Soulac, on tente de protéger l’immeuble Le Signal de la marée montante. © PHOTO PHOTO GUILLAUME BONNAUD/« SO »

Les communes du littoral, ici Soulac, s'inquiètent de la facture pour remettre en état leur front de mer © PHOTO LAURENT THEILLET

Photo aérienne de l'érosion de la côte médocaine entre juillet 2013 et janvier 2014. © PHOTO LAURENT THEILLET

Soulac (33) : évacuation des habitants de l'immeuble le Signal, menacé par l'océan

Jacqueline Gandoin, 81 ans, quittera mardi son rez-de-chaussée au Signal. Les travaux de réensablement ne suffisent pas à garantir la stabilité de l’immeuble.
© PHOTO PHOTOS J. LESTAGE ET LAURENT THEILLET

La situation du Signal est particulièrement préoccupante depuis les fortes houles qui ont frappé le Sud-Ouest ces dernières semaines © PHOTO LAURENT THEILLET

L'immeuble du Signal à Soulac dans les années 60


Publié le 30/01/2014 à 11h38 | Sud-Ouest | Aude Courtin avec Cathy Lafon
 
Littoral atlantique : 
Faut-il craindre les grandes marées de la fin de semaine ?


Des forts coefficients sont annoncés de vendredi à lundi. C'est la journée de samedi qui suscite le plus d'inquiétude, selon Météo France. Les vagues pourraient atteindre 8 mètres

Sur l'île d'Oléron, à Saint-Trojan, les dunes s'écroulent. © PHOTO XAVIER LÉOTY

Des forts coefficients sont annoncés de vendredi à lundi. C'est la journée de samedi qui suscite le plus d'inquiétude, selon Météo France. Les vagues pourraient atteindre 8 mètres

A Lacanau, les habitués ne reconnaissent plus leur plage. L'épisode de forte houle de début janvier a laissé des traces sur les plages médocaines, mais aussi au Pays basque et sur l'île de Ré.

Alors même que l'immeuble Le Signal, symbole de l'érosion sur le littoral atlantique, a dû être évacué cette semaine à Soulac-sur-Mer, les grandes marées annoncées de vendredi à lundi font craindre de nouveaux dégâts sur notre littoral. 

 
Mercredi 29 janvier, Soulac (Gironde) portait encore les stigmates des fortes houles du début du mois. Sur place, on craint les grandes marées du week-end. © PHOTO GUILLAUME BONNAUD

Quels coefficients ? 
Les grandes marées vont commencer vendredi, avec des coefficients plus forts que l'épisode de début janvier, pourtant déjà importants. "En début de mois, les coefficients étaient de 104-108, ces prochains jours ça va être du 113-114", explique Nicolas Weber, spécialiste de la marée au SHOM (Service hydrographique et océanographique de la marine). "On va atteindre des niveaux approchant le coefficient maximum qui est de 120 et qu'on appelle la marée du siècle. La prochaine sera en avril 2015. Mais là, 114, ce sont déjà de beaux coeffs que l'on avait pas vus l'année dernière", poursuit le spécialiste.

Les coefficients :  vendredi : 111  samedi : 113-114  dimanche : 113-114  lundi : 110-106  

Quand il y a des grandes marées, il y a danger si...
 "Le risque, ce sont les conditions météorologiques, quand vient se surimposer un élément, comme le vent ou la houle. Le gros danger des grandes marées, c'est quand une tempête arrive au moment de la pleine mer, comme ce fut le cas pour Xynthia, et le désastre qu'on connaît. Lors de Xynthia, le coefficient était de 105", rappelle Nicolas Weber.

 
L'érosion du littoral menace le Signal à Soulac-sur-Mer soulac le 23 janvier 2014 photo Laurent Theillet / Sud Ouest 

Que dit Météo France ? Y a-t-il un risque ?
C'est la journée de samedi qui suscite le plus d'inquiétude, avec de forts coefficients, de la houle, du vent et une surcote, selon Nicolas Pastuschak, du centre régional de Météo France à Bordeaux.

"En parallèle aux forts coefficients, on va avoir une houle nord-ouest qui va fortement s'amplifier au cours de la journée de samedi. Étant donné que samedi en fin d'après-midi, il y aura une pleine mer, ça pourrait devenir problématique", détaille le prévisionniste. "D'autant qu'en plus de cette houle longue, qui est actuellement sur les îles britanniques, un vent d'ouest devrait souffler particulièrement fort dans la journée, donc nous risquons des hauteurs de mer assez importantes. À cela s'ajoute une surcote qui pourrait provoquer une hausse du niveau des eaux. Cette surcote risque d'être relativement importante", poursuit Nicolas Pastuschak.

 

Le recul de la falaise de Socoa, à Ciboure (64), menace à la fois la pérennité du port et celle du fort.
© PHOTO PHOTO RAPHAËLLE GOURIN/« SO »

Météo France s'attend à des vagues allant jusqu'à 8 mètres sur le littoral basque et landais, peut-être un peu moins sur les côtes girondine et charentaise.
Dimanche et lundi, la situation devrait être plus calme. Avec "des hauteurs de vagues importantes dimanche au Pays basque et dans les Landes, mais qui devraient s'atténuer sur la Gironde et la Charente-Maritime".

En alerte Météo France, ça signifie que le littoral pourrait passer en jaune vendredi soir, puis en orange samedi.
Si cet événement se produisait sur un littoral sain, l'impact serait remarquable. Là, sur un littoral abîmé, ça peut faire des dégâts importants.  


 
A Saint-Sébastien, ce mardi, les vagues n'ont fait qu'une bouchée du parapet du pont du Kursaal © PHOTO DR

Quelles conséquences ?
Avec une côte déjà fragilisée, l'épisode des prochains jours peut laisser des traces. "Si cet événement se produisait sur un littoral sain, l'impact serait remarquable. Là, sur un littoral abîmé, ça peut faire des dégâts importants", résume Nicolas Pastuschak de Météo France.

Concrètement, le phénomène d'érosion pourrait s'accentuer, il pourrait y avoir un risque de submersion et des cours d'eau qui débordent, notamment au Pays basque et dans les Landes, déjà touchés ces derniers jours par les crues. "Cela peut aussi avoir un impact sur l'estuaire de la Gironde et ralentir l'écoulement de la Garonne. Avec les nouvelles précipitations qui arrivent, le niveau de la Garonne pourrait rester assez élevé", poursuit le prévisionniste. La mairie de Bordeaux a d'ailleurs publié un communiqué pour déconseiller de se garer sur les quais les prochains jours.

 
Définitivement fermé, l'immeuble le Signal sera une nouvelle fois en première ligne face à la houle. © PHOTO JULIEN LESTAGE

Si on devait comparer par rapport à l'épisode de début janvier ?
L'épisode du début du mois était "bien plus fort" selon Météo France. "Là, on aura plus d'écume, et moins d'effets de percussion. C'est un événement remarquable qui nous attend mais pas exceptionnel contrairement à l'épisode de début janvier. La houle arrivait de loin avec des énergies très fortes et était beaucoup plus longue, de l'ordre 25 secondes contre 15 ces prochains jours. Plus la vague est longue, plus elle est forte", décrypte Nicolas Pastuschak.

Comment les communes du littoral se préparent ?
À la Communauté de communes Pointe du Médoc, on ne cachait pas son inquiétude cette semaine. "Tous les voyants sont au rouge. On peut prendre une sérieuse claque. Depuis la tempête Hercules, nous avons fait le maximum pour protéger les bâtiments", en réensablant. À Montalivet et à Soulac-sur-mer, une entreprise spécialisée dans les travaux publics doit intervenir à marée basse, de jour comme de nuit.


Publié le 30/01/2014 à 09h56 | Sud-Ouest

 
Côte Atlantique :
Les dégâts causés par les fortes houles début janvier 2014

Début janvier, de fortes houles se sont abattues sur les côtes de notre région. Retour en images, sélectionnées par Olivier Pech.

En Gironde, le 5 janvier. Ici, l'école de surf de Soulac-sur-Mer. © PHOTO THEILLET LAURENT

En Gironde, le 5 janvier. Ici, le villa de l'Amélie à Soulac-sur-Mer. © PHOTO THEILLET LAURENT

En Gironde, le 5 janvier. Ici, la plage devant de casino de Soulac-sur-Mer. © PHOTO THEILLET LAURENT

En Gironde, le 5 janvier. Ici, la plage de Vendays-Montalivet. © PHOTO THEILLET LAURENT

En Gironde, le 5 janvier. Ici, la plage de Lacanau-Océan. © PHOTO THEILLET LAURENT


En Charente-Maritime, sur l'Ile de Ré, le 5 janvier. Ici, Le Martray. © PHOTO LÉOTY XAVIER

Dans Les Landes, le 7 janvier. Forte houle sur le phare de la digue nord, de Capbreton. © PHOTO LOUVIER ISABELLE


Dans Les Landes, le 7 janvier. A Ondres, l'escalier menant à la plage est démoli et une partie de la dune est emportée par les vagues. © PHOTO LOUVIER ISABELLE

Au Pays Basque, le 6 janvier. Les fortes vagues déferlent sur la digue de Socoa, à Ciboure. © PHOTO DEJEANS ARNAUD

Au Pays Basque, le 7 janvier. Les vagues frappent le rocher de la Vierge, à Biarritz. © PHOTO LAPEGUE BERTRAND

Au Pays Basque, le 7 janvier. Une digue de fortune est dressée devant le casino de Biarritz, sur la Grande Plage. © PHOTO LAPEGUE BERTRAND


Au Pays Basque, le 7 janvier. Les dégâts dus à la forte houle, à Biarritz. © PHOTO DEJEANS ARNAUD

Au Pays Basque, le 7 janvier. Les stigmates laissés par l'océan à Guéthary. © PHOTO DEJEANS ARNAUD

Article réalisé à partir du site "sudouest.fr"

 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
Littoral Atlantique : nouvelles dégradations
Littoral Atlantique : après les grandes marées


• Catégories liées :
littoral
atlantique
erosion
marees
soulac


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement