T A R N :    
Guide été 2014

(Page réalisée à partir du site : ladepeche.fr)


   GRAULHET   

 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Patrimoine culturel
 

Osez le détour à Graulhet

Graulhet, le Pont Vieux sur le Dadou


Cité du cuir et d'histoire, Graulhet change d'image au fil des ans. Les friches industrielles sont remplacées par des espaces verts et des monuments historiques parfaitement conservés. Alors osez Graulhet , le temps d'une balade, le temps d'une journée.

Petit guide pratique :


Pont Vieux, classé Monument historique : Édifié en1244, il permettait une communication entre le bourg primitif et le nouveau quartier St-Jean où s'installèrent peu à peu des tanneries sur la rive droite du Dadou.

Quartier médiéval de Panessac : La rue Panessac est une ruelle au cachet typiquement médiéval : étroite, bordée de bâtisses à pans de bois et encorbellements.
Autrefois des pontets reliaient certaines maisons de part et d'autre.

 

Graulhet, Hostellerie du Lyon d'Or


Hostellerie du Lyon d'Or, superbe bâtisse médiévale, classée à l'inventaire des Monuments Historiques : Henri de Navarre, futur Henri IV, y fit une escale gourmande. Remarquez les croix de Saint-André, typiques du xve siècle, sur sa belle façade et les marques d'assemblage en chiffres romains sur les pans de bois.

L'église Notre-Dame- du-Val d'Amour, au pied de laquelle se trouve la dalle funéraire de Louis d'Amboise d'Aubijoux, classée Monument historique.

Château de Crins XVIe siècle : Ancien château des comtes d'Aubijoux, partiellement démoli pour être transformé en école.

 

Graulhet, Maison des Métiers du cuir


Maison des Métiers du cuir : visite d'une ancienne mégisserie, les différentes étapes de la transformation du cuir, de la peau aux objets fabriqués en cuir.


Spectacle :

«Occitanie Terre d'histoires» sera donné les 18, 19 et 20 juillet, sur le site municipal de la Bousquétarié à Graulhet.

 

/ Photo DDM


Il s'agit de la reprise partielle du spectacle 2013 qui refait vivre durant deux heures et deux cents figurants deux siècles du pays occitan.Les musiques de chacune des parties ont été revues. Des scènes ont été modifiées et d'autres ont été rajoutées ,notamment une partie évoquant l'assassinat de Jean Jaurès et la première guerre mondiale.Pour la première fois, le spectacle sera diffusé en Audio description, système permettant aux mal voyants de suivre le spectacle grâce à un dispositif sonore particulier.

Tarif :Vente au guichet les jours de spectacle à partir de 20 h 45. (Adulte : 13 euros. Enfant de moins de 12 ans : 6 euros.Etudiant, Demandeur d'emploi : 10 euros.Les places sont en vente dans le réseau Ticketnet (Auchan, Cora, Cultura, Leclerc).
France Billet (FNAC, Carrefour, Géant, Magasins U, Intermarché).Adulte : 15 euros. Enfant de moins de 12 ans : 6 euros. Nouveau pack famille / (2 adultes + 2 enfants) : 35 euros


 

Publié le 01/07/2014 à 12:02   | La Dépêche du Midi |


Festival Rues d'été à Graulhet
Du 11/07/2014 au 13/07/2014

Festival Rues d'été à Graulhet / Photo Serge Simonroy - FB "Rues d'Été"


La sixième édition du festival Rues d'été se déroulera du 11 au 13 juillet.
7 compagnies des arts de la rue seront présentes et 35 spectacles donnés. Le théâtre aura aussi la part belle avec huit compagnies : La danse sera aussi présente avec deux compagnies.Enfin sept rendez-vous musicaux sont programmés durant le festival :

Vendredi 11 juillet :


14h00-14h20 : Ouverture officielle du Festival
14h30-15h10 : Cies Pistil et Miss You (les élèves)
15h20-16h10 : Compagnie Jatoba ( Marionnettes pour enfants)
17h00 -17h25 : Cie 9.81 (Danse verticale sur façade)
17h40-18h10 : Les Tambours du Dadou (déambulation musicale)
18h15-18h55 : Cie La Carrioletta (Théâtre engagé) et Compagnie Effervescence (théâtre pour enfants) off
19h15-20h15 : Sébastopol, homme-orchestre blues
19h15-19h45 : Olivio de Pistil / Chansons rigolotes
20h35-21h55 : Les Kag (Cabaret comique)
22h15-22h40 : Akouma (déambulation musicale enflammée)
22h30-23h10 : Cie 9.81 (danse verticale -bis)
23h30-23h55 : Akouma (Pyrotechnie en musique)
0 h10 à 1h30 : Les Roms des Foins (Musique des Balkans)

Samedi 12 juillet :
15h00-15h35 : Cies Miss You et Morphales Cambrées (cirque-cabaret)
15h45-16h45 : Théâtre du Rugissant (Marionnettes pour enfants en roulotte)
16h20-16h45 : Wirless / Théâtre comique
17h00-18h20 :Cie Les Arts Oseurs (théâtre engagé déambulatoire)
17h00-17h45 : Compagnie Par dessous dessus / cirque / OFF
16h45-17h30 : Theâtre du Rugissant (Marionnettes-bis)18h-18h20 : Cies Miss You et Morphales Cambrées (bis)
18h35-19h35 : Recto Verso (danse hip hop théâtralisée)
18h35-19h00 : Cie C'est pas Grave / théâtre déjanté
19h-19h45 : Théâtre du Rugissant (bis)
19h50-20h35 : Les Belles Gambettes (fanfare féminine)
20h55 -21h40 : Cie Toi D'Abord (cirque burlesque)
22h00-23h30 : Cie Singulière (cirque / danse de circonstance)
23h50-1h00 : Las Vargas ( Concert Rock'n Roll)


Dimanche 13 juillet :
19 heures .Déambulation festive, Batucada.
20heures Spectacle sur la Place du Jourdain Wirless
21heures : Karaoké
22h45 Les Tambours du Dadou / Batucada.
23h eures. Cie Par dessous dessus / Cirque.
Minuit Cie C'est Pas Grave
Minuit à 1h30 / Karaoké (suite) ce jour là : défilé des pompiers + embrasement du pont.


http://www.ruesdete.fr


 

   A L B I   

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

Albi, joyau de l'humanité

Albi joyau du patrimoine mondial de l'Unesco / Photo DDM

Rouge par ses briques façonnées à mains d'hommes, irréelle de beauté par sa lumière d'été, Albi est un joyau du patrimoine mondial de l'Unesco, un pan d'architecture et d'histoire unique que le temps embellit. La cité épiscopale fascine les milliers de touristes qui arpentent les rues pavées du "Vieil Alby".

La Cathédrale Sainte-Cécile, forteresse de 114 mètres de haut, a été érigée pour montrer la puissance du catholicisme face au développement du catharisme dans la région. Elle est simplement la plus grande cathédrale en brique du Monde. Et certainement l'une des plus belle. Ne vous arrêtez pas à la visite à son extérieur, massif, puissant, tel une forteresse indestructible. Poussez la porte du parvis et venez découvrir la fresque du Jugement dernier. À quelques pas de là, le musée Toulouse-Lautrec est un autre incontournable de la ville auquel on se doit de réserver quelques heures.




N'oubliez pas de faire un petit tour à l'arrière du musée, dans les jardins du Palais de la Berbie. L'harmonie à la Française est parfaite et la vue sur les bords du Tarn restera un moment fort de votre visite. Poussez dès lors vos pas vers l'église Saint-Salvi et son cloître. Découvrez la place Savène, les ruelles piétonnes du Vieil Alby, où chaque brique, chaque maison mérite un arrêt, un regard, une photo.

OFFICE DE TOURISME :
Palais de la Berbie Place Ste Cécile 81000 - ALBI Téléphone : 05 63 49 48 80
http://www.albi-tourisme.fr


Cathédrale Sainte-Cécile

La cathédrale Sainte-Cécile d'Albi / Photo DDM

Ses 114 m de long et 35 m de large de briques bâties font de la cathédrale Sainte-Cécile la plus grande du monde. 

Construite sous l'autorité de l'évêque et seigneur d'Albi, Bernard de Castanet, en 1 282 et terminée deux siècles plus tard, la forteresse de briques rouges a été érigée pour affirmer la puissance de l'église catholique et lutter contre le catharisme. Elle se caractérise par ses particularités défensives qui se repèrent rapidement.

Ses murs à leur base sont épais de 5 m pour résister aux agressions au bélier, et son entrée est le seul accès possible pour les fidèles. Son clocher culmine à 78 mètres de haut et son orgue date du XVIIIe siècle.

Horaires d'ouverture :
La Cathédrale est ouverte tous les jours.
D'Octobre à Mai : 9h-12h et 14h-18h30
De Juin à Septembre : 9h-18h30 sans interruption

Musée Toulouse-Lautrec

 


Musée Toulouse-Lautrec / Photo DDM Jean-Marie Lamboley

Aux termes de dix années de travaux de rénovation, tant architecturale que muséographique, le musée Toulouse-Lautrec est de nouveau ouvert au public, qui peut découvrir les salles récemment aménagées.

En acceptant en 1922 le legs de la comtesse Adèle de Toulouse-Lautrec, la ville d'Albi avait pris l'engagement de donner aux œuvres du peintre Henri de Toulouse-Lautrec, un cadre digne d'elles. C'est désormais chose faite.

Les travaux de rénovation permettent au musée de proposer une nouvelle approche des collections. Le parcours de la visite propose une découverte de l'œuvre de l'artiste avec une approche à la fois chronologique - des premières études d'atelier aux œuvres tardives - et thématiques avec les salles dédiées à un thème particulier (les portraits, les maisons closes, la nuit parisienne et ses stars, l'affiche de réclame) ou à une technique (la lithographie).

« Au salon de la rue des Moulins », « La comtesse Adèle », « Yvette Guilbert »… aux côtés de ces œuvres majeures, le public découvre les nouvelles acquisitions du musée, telles que « La Modiste » (peinture à l'essence sur carton, 1900) ou « Nuit blanche » (lithographie, 1893).

L'aménagement du musée a permis également la création d'un auditorium permettant la tenue de conférences et colloques - deux films consacrés à la vie et à l'œuvre de Toulouse-Lautrec y sont diffusés tous les jours -, d'un centre de documentation, d'une salle consacrée aux ateliers pédagogiques ainsi que d'une salle d'exposition temporaire. 

Pour terminer, un étage entier est consacré à la collection d'art moderne et aux artistes, de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, qui ont marqué le parcours du peintre albigeois.

Horaires d'ouverture :
Janvier : Tous les jours, 10h-12h et 14h-17h, fermé le mardi
Février, Mars, Novembre, Décembre : Tous les jours, 10h-12h et 14h-17h30, fermé le mardi
Avril, Mai : Tous les jours, 10h-12h et 14h-18h
Juin : Tous les jours, 9h-12h et 14h-18h
Juillet, Août, Septembre : Tous les jours, 9h-18h
Octobre : Tous les jours, 10h-12h et 14h-18h, fermé le mardi
Fermeture les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, et 25 décembre.

Albi Croisières

 

Découverte d'Albi en gabarre sur le Tarn / Photo DDM

Les gabarres d'Albi Croisières invitent les touristes sur la rivière Tarn pour des balades naturelles, culturelles, gastronomiques et événementielles. Si le printemps a été difficile pour la navigation, le mois de juillet a reboosté la fréquentation.

Sur le bateau, les vacanciers ont le choix de naviguer pour la nature, la culture, la gastronomie ou la fête.

Téléphone : 05 63 43 59 63 ou 05 65 30 99 33 Portable : 06 77 13 29 60
http://www.albi-croisiere.com/

Albi en calèche

 


Sillonner les rues d'Albi en calèche / Photo DDM

Installé dans la calèche qui parcourt la ville rouge, l'on se sent un peu hors du temps. Les rues médiévales n'en ont que plus de charme et, lorsque les sabots de Tham battent le pavé, l'on s'attendrait presque à croiser Toulouse-Lautrec ébaucher une esquisse au détour d'une rue.

Parfois, dans une venelle pentue, Tham doit redoubler d'efforts : les 500 kg de la calèche s'ajoutent au poids des passagers.
 
Au départ de la place Sainte-Cécile, le circuit va de la rue de l'Oulmet à la rue Sainte-Cécile, en passant par la place du Vigan, la rue des Nobles ou encore la rue Toulouse-Lautrec. Un commentaire en français, anglais et allemand ponctue la promenade dans les lieux phares de la ville.

Le départ des visites s’effectue place Sainte Cécile, en face de la cathédrale, toutes les 30 minutes, pour une promenade d’environ 20 minutes, de 15h à 18h.
Portable : 06 33 58 51 94
http://www.albiencaleche.com

Petit train touristique d'Albi

 

Balade en ville en petit train / Photo DDM

Pour visiter Albi sans trop se fatiguer tout en apprenant, l'office de tourisme propose une balade en petit train, à travers la ville. 

Et c'est parti ! Première destination, le pont neuf, d'où l'on peut contempler le quartier de la Madeleine, et le Pont vieux. Légèrement secoué, on arrive ensuite Rive droite pour une visite rapide de la Madeleine. Puis, le train traverse le Tarn par le pont vieux accompagné des exclamations émerveillées des passagers qui découvrent la beauté de la cathédrale. Ensuite, direction les anciens remparts de la ville et les Lices Pompidou, où il est expliqué que cette rue sépare l'ancien et le nouvel Albi.

Le petit train effectue alors un arrêt en face de la préfecture et du conseil général, puis continue sa route sur la place du Vigan. Au niveau du parc Rochegude, le train ralentit. On peut ainsi profiter du lieu. Puis, on passe devant la médiathèque. Un dernier arrêt pour admirer la cathédrale et c'est le retour vers le marché couvert. La visite se termine alors par un dernier conseil, celui d'aller parcourir les rues de la vieille ville pour profiter pleinement d'Albi.

Pour les curieux pressés qui souhaitent découvrir le maximum de choses en un minimum peu de temps, le petit train semble être le moyen idéal.

Circulation d'Avril à Octobre et pendant les vacances scolaires.
Téléphone : 05 63 36 36 00 ou 05 63 49 48 80
http://www.albi-tourisme.fr/

Atmosph'Air Montgolfières Occitanes

 

La cité épiscopale survolée en aéronef / Photo DDM

Une nacelle en osier pour 4 personnes, un aéronef de 3000 m3, deux brûleurs et du gaz propane liquide suffisent pour que l'on s'envole. Comme dans le roman ''Cinq semaines en ballon'' de Jules Verne, la bulle de liberté, l'expérience hors du temps, et ce vieux rêve humain de pouvoir voler sont garantis.

Le ballon s'élève à 300 mètres d'altitude et Laurent Pailhous rassure ceux qui auraient le vertige: « la sensation de vertige n'est pas ressentie, puisqu'en montgolfière il n'y a pas de lien avec le sol».

Le gigantisme de la ville d'Albi et de sa cathédrale ne deviennent dès lors que des objets miniatures. Les plaines avoisinantes offre un panorama exceptionnel, et l'on peut même appercevoir des chevaux courir à toute vitesse pour saluer l'ombre passante de l'imposante montgolfière.

Pendant ce temps le pilote cherche un champs non cutlivé pour pouvoir attérir et communique avec l'espace aérien. Il explique les consignes de sécurité, et descend en altitude.
Après une heure de rêve éveillé, l'aterrissage sur la terre ferme ramène les passagers à la réalité.

La voiture suiveuse qui était en contact permanent durant le trajet arrive afin de ranger tout le matériel. Les clients sont ensuite recompensés de leur effort par la traditionnelle coupe de champagne offerte par l'aérostier. Mais avec Atmosph'air montgolfière, c'est un diplôme «du passager du vent» qui vous est remis afin d'attester de votre ascension !

Téléphone : 05 63 54 25 90 Portable : 07 86 45 59 95
http://www.atmosphair-montgolfieres.fr

Parc Rochegude

 


Le parc de Rochegude / Photo DDM

Avec ses 238 arbres de 85 variétés, le parc de Rochegude, jardin remarquable Rochegude s'inscrit dans l'histoire des parcs jardins, tels qu'ils ont commencé à être aménagés, durant la seconde moitié du XIXe siècle. Avec ses petits lacs, ses petits ponts, ses allées qui se croisent et qui se perdent, ses statues, Rochegude est dans la grande tradition des jardins romantiques. En plus, il est bien entretenu par la ville.

La visite du parc de Rochegude ne serait pas complète sans un petit détour dans le jardin labyrinthe. Situé à gauche de l'entrée coté Carnot, il recèle une cinquantaine de variétés de sauges, certaines rampantes, d'autres qui exhalent un parfum d'ananas. Au milieu trône un poivrier du Sichua, non loin du parasol chinois. Quant aux rosiers, ils sont légion dans le parc : nains ou grimpants, odorants ou pas, la plupart sont des variétés anciennes.

Accès gratuit tous les jours : 8h/18h du 1er octobre au 30 avril et 8h/20h du 1er mai au 30 septembre.

Jardins de la Berbie

 

Les Jardins de la Berbie / Photo DDM

Les Jardins de la Berbie suivent le plan des jardins à la française en terrasses avec esplanade, promenade et cours. Situé au palais de la Berbie, ils sont caractéristiques des jardins classiques : arabesques de buis taillés sur lit de graviers blanc simplement accompagné en période estivale d’un fleurissement de qualité.

Ces jardins occupent la place de l’ancienne garnison des évêques et contribuent à embellir le site. 

Accès gratuit tous les jours de 9h à 18h.

 


 

   CASTRES   


 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014
 

Castres, la dolce vita

Les maisons sur l'Agout / Photo DDM


Castres a bien changé depuis l'époque glorieuse du textile. La mutation économique, le renouveau de l'industrie autour des laboratoires Fabre a modelé une autre ville, fière de ses racines mais tournée vers l'avant.

De nombreux travaux ont rendu la cité plus belle, plus vivante. On aime se promener sur les bords de l'Agout à regarder sans se lasser, les magnifiques maisons à colombages, qui la nuit venant, donnent au centre-ville un air de Toscane. On aime ses bars, ses restos qui en font la ville la plus festive du Tarn. On aime le palais Episcopal, œuvre de Jules Hardiun-Mansart, devenu aujourd'hui l'Hôtel de ville et le musée Goya (deuxième musée d'art hispanique en France après l'imbatable Louvre.)

 

Le Jardin de l'Evéché / Photo DDM

On adore le Jardin de l'Evéché, modelé à la Française selon les plans de Le Notre. On savoure le Carillon de l'église Notre Dame de la Platé qui depuis 1847, propose son concert de cloches tous les premiers dimanches du mois de 11 heures à midi. Pour les plus sportifs, gravissez les 120 marches qui amènent au clocher, pour voir le travail d'orfèvre des carillonneurs. On profite des 50 hectares du parc de Gourgade, poumon vert de la ville.
 

Coche d'eau le Miredames / Photo DDM

Vous pouvez aussi visiter la cité castraise en bâteau avec le Miredames. C'est un bâteau en bois construit en 1990 sur le modèle des anciennes diligences fluviales qui ont parcouru les rivières et canaux jusqu'à la fin du XIXème siècle. Il peut embarquer jusqu'à 60 passagers. Au départ de l'embarcadère du centre-ville, après être passé sous le Pont Miredames, vous remontez doucement les boucles verdoyantes de l'Agout pour atteindre, vingt minutes plus tard, le parc de Gourjade,. Vous y trouverez de nombreux terrains et équipements de jeux pour les enfants, et un «neuf trous» avec practice pour les amateurs de golf.
 


Balade nocturne sur les quais / Photo DDM

Renseignements et réservations : www.ville-castres.fr (rubrique culture- loisirs) 05 63 62 41 75.


Musée Goya

 

Rencontre au Musée Goya / Photo DDM

Le musée est situé dans l'ancien palais épiscopal, construit en 1675 sur les plans de Jules Hardouin-Mansart, architecte de Versailles. C'est aussi André Le Nôtre, qui dessine les jardins de Castres. En 1947, il devint, sous le nom de Musée Goya, le seul musée de peinture espagnole, des XIVème-XVème siècles à nos jours, existant en France.

Il abrite trois œuvres majeures : L'Autoportrait aux lunettes, v. 1800 , Le portrait de Francisco del Mazo, 1815-1820, L'Assemblée de la Compagnie royale des Philippines dite La Junte des Philippines, 1815.

Ainsi que les quatre séries gravées : Les Caprices, 1799, La Tauromachie, 1816 Les Désastres de la guerre, 1863, Les Disparates ou Les Proverbes, 1864.

Contact : Téléphone : 05 63 71 59 30 / http://www.tourisme-castres.fr/


Musée Jean Jaurès

 


/ Photo DDM

Le musée Jean-Jaurès, qui rappelons-le naquit à Castres en 1859, propose sur trois étages, un fond impressionnant sur la vie et les luttes du député ainsi que sur la vie ouvrière dans la seconde partie du XIXe siècles. Panneaux, expos, ouvrages, statuettes, livres, revues, journaux font de ce musée une référence dans l'hexagone. 

Normalien, puis professeur de philosophie à Albi et Toulouse, il devient, à 26 ans, le plus jeune député de France en 1885. Cette année, sa vie va basculer. Tout d'abord, il se marie et ensuite ses nouvelles fonctions l'appelant régulièrement à Paris, il prend très souvent le train dans lequel il va rencontrer des ouvriers. Sa vie durant, il n'aura eu de cesse de les défendre pour assurer une égalité entre tous.

Jaurès orateur, Jaurès intellectuel, Jaurès contre la peine de mort, Jaurès journaliste… À travers trente-sept panneaux réunissant des archives municipales et des dons de la nièce du défenseur de la République, Yvonne Régnier-Jaurès, et après une heure de visite, sa vie n'aura quasiment plus de secret pour vous. 

Horaires d'ouverture :
Ouvert tous les jours de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures
Téléphone : 05 63 62 41 83  /  http://www.tourisme-castres.fr/musee-jaures



Publié le 21/04/2014 à 09:38

Castres : Les festivals de l'été sont prêts
Du 27/06/2014 au 05/09/2014

La compagnie Metamorphe et Bruno Vandelli seront là./Photo DDM


Les beaux jours reviennent et donc les festivals et événements de l'été pour la ville de Castres sont dorénavant bien calés.

L'été à Castres sera ponctué de ses trois festivals habituels et de deux expositions dont une exceptionnelle: «Dali l'autre visage» au musée Goya (27 juin au 26 octobre) présentant les œuvres graphiques de ce monument de l'art.

Les Extravadances (5 au 12 juillet) sonneront le début des festivités avec une programmation ponctuée de cirque, de l'exceptionnelle troupe «Ballet flamenco de Andalucia» , Vagabond Crew, Malandain Ballet Biarritz, des créations très originales comme ZZZ' Insectes, du tonitruant spectacle de rue (compagnie Faï), la grande fête de la danse avec les associations et écoles locales mais aussi du Cabaret dans la rue, la compagnie de Bruno Vandelli, un gigantesque Galileo (place P.-Fabre) et sa sphère suspendue à une grue, ou de l'intime avec Cendrillon ou encore la Furieuse Tendresse.

 

/ Photo DDM

Le festival «A portée de rue» est aussi annoncé (du 15 au 18 juillet) avec de prestigieux musiciens comme Jean-Marc Luisada, Les Solistes Français, Quatuor Orpheus, Pascal Moragués et toujours la présence complice de Frédéric Lodéon.

Quant aux Couleurs du Monde, (1er au 16 août) il invite L'Inde, la Bolivie, l'Irlande, le Gabon et leurs ballets folkloriques.

Au delà de ces moments phares, il y aura aussi la grande journée aux affaires (9 juillet), le bal et son défilé du 14 juillet pour la Fête Nationale, le festival Camins de crabas le 19 juillet, le meeting d'athlétisme le 30 juillet, la nuit des étoiles le 2 août. Sans oublier l'incontournable concert de rentrée avec les jeunes talents qui montent le 5 septembre place Soult.

 

 

Le Tatarstan à Couleurs du Monde en août 2013 / Photo DDM
 



   GAILLAC   

 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014
 

Gaillac, l'empreinte de l'histoire

Gaillac / Photo DDM

Ville si riche d'histoire et de beauté, Gaillac : l'empreinte de l'histoireet ses environs sont indispensables dans l'agenda des visites.

Place du Grifoul. Successivement dénommée : grand place, place des marchés, place au blé, place de la fontaine, place du marché au grain, place au blé, place Thiers (1878) et place du Grifoul (2004).

La fontaine du Grifoul. Déjà présente au XVIème siècle, cette fontaine est intéressante par le groupe de bronze qui présente en son centre, autour d'une urne surmontée d'un coq, quatre personnages : il s'agit de Silène faisant l ‘éducation de Bacchus.

 

/ Photo DDM

Place d'Hautpoul. Construit sur l'enclos de l'ancien couvent des Capucins (1587-1791). En 1831, on décide d'installer un Hôtel de Ville, un Palais de Justice, un Collège, une école d'enseignement primaire. Architecture néoclassique l'avant-corps central est décoré d'attributs caractéristiques à la fois de l'époque Louis Philippe (Coq, drapeaux et trophées) et de la Ville (coq et pampres).

Rue Portal. Cet Hôtel fut la résidence de la famille Portal, famille de médecins et de chirurgiens.

Place Saint-Michel. L'Abbaye bénédictine est surtout connue depuis le Xème siècle.Elle servit de noyau au développement agricole et économique de la Ville, par l'intermédiaire de l'exploitation du vignoble et du trafic commercial sur le Tarn. L'abbaye est en partie reconstruite en 1271.En 1849, on ferme l'entrée nord de l'abbaye pour en ouvrir une sur la façade ouest où l'on plaque un portail néoroman (œuvre de Dumège).

 

L'abbaye Saint-Michel / Photo DDM

Dom Vayssette. Le château fut construit au XVIIème siècle par le conseiller de Foucaud et devint par alliance la propriété de la famille d'Huteau au XVIIIème siècle, puis de Puységur au XIXème siècle. C'est cette dernière qui le vendit à la mairie.Il est situé au centre d'un parc à l'italienne et à la française conçu avec perspectives, terrasses et fontaines.Le château abrite des collections de peintures, de sculptures : le fonds comprend les œuvres d'artistes régionaux du XIXème siècle comme Loubat ou Escot, et surtout l'importante collection que Salabert, élève d'Ingres, peintre de paysages et de portraits.

Hotel d'Austry. Hôtel de la famille d'Austry de Ste Colombe puis de la famille Vayssette. C'est là que naquit Joseph de Vayssette (1685-1756) juriste, bénédictin. Il fut le coauteur avec Dom de Vic de l'Histoire Générale du Languedoc.

 


 Place d'Hautpoul / Photo DDM

Place Lapérouse. Hôtel construit par Jean Edouard Fos (dit de Laborde, 1750-1814) qui fut médecin du Roi à Port au Prince.

Le Quai. Depuis le Moyen-Age, Gaillac : l'empreinte de l'histoire est la tête de pont de navigation sur le Tarn. Important croisement de routes terrestres et fluviales, de nombreuses marchandises . Cet important trafic commercial fut interrompu par la concurrence du chemin de fer.


Publié le 01/07/2014 à 11:48

 

Gaillac, ville de rencontres

Noctambio attire aussi par son ambiance à la fois zen et joyeuse ; le marché bio du Griffoul fête les saisons  /  Photo DDM

Apéros concerts, marchés, expos, fêtes des vins. La ville aime sortir, se rencontrer, vivre ensemble.

Ville festive. Les apéros concerts qui ont lieu les vendredis soir de juillet et d'août sont devenus au fil des ans, la manifestation la plus populaire de Gaillac. Quelques tapas, un verre de vin et un bon concert attirent chaque vendredi soir dans les jardins de l'abbaye, plusieurs centaines de personnes. Un des grands succès festifs du Tarn durant l'été. Un conseil. Allez y, avec la certitude de passer une excellente soirée.

 

/ Photo DDM

Ville de marché
Le vendredi matin est le jour du marché principal, Gaillacois et touristes s'approvisionnent en produits locaux. Les halles et les principales places de la ville sont investies.
Le mardi soir de 16h à 19h30 : Noctambio, le marché bio, place du Griffoul. Vous y trouverez des produits locaux de saison labellisés Agriculture biologique et/ou Nature & Progrès.
Le P'tit marché de l'été, en juillet et août, place de la Libération, de 17h à 22h : une trentaine d'exposants, producteurs de fruits et légumes, produits du terroir, prêt à porter, artisanat. Certains mardis, le P'tit marché devient festif avec des animations musicales.


Publié le 01/07/2014 à 13:17

 

Le vin de Gaillac mérite bien une fête
Du 08/08/2014 au 10/08/2014

Le Domaine de Salmes à la Fête des Vins /  Photo DDM

Comme chaque année,une soixantaine de vignerons seront présents sur la fête des vins pour faire découvrir au public les vins du gaillacois. Pour cette 36ème édition, ils vous ont préparé quelques nouveautés.

Village gourmand
Le pôle restaurant prendra les couleurs du label Saveurs du Tarn. La fête des vins s'est associée à Agropoint a?n de proposer un Village Gourmand 100% Tarnais.

 

/ Photo DDM

Bar à vins géant
Les vignerons de Gaillac ouvrent leur Bar à Vins Géant ! Le dimanche 10 août, les vignerons fermeront leur chalet à 21h30 pour rejoindre le public autour d'un bar à vins construit pour l'occasion.

Pôle oenotourisme
En partenariat avec l'O?ce de Pays Bastides , Vignoble du Gaillac et le comité départemental du tourisme du Tarn, un espace de 40m² est dédié à l'œnotourisme. Découverte des grands sites du départements, visites guidées des vieux quartiers de Gaillac, présentation

 

/ Photo DDM

Le programme :
Animations permanentes Renseignements et billetterie : www.vins-gaillac.com Entrée payante à partir de 16h. Pré-vente : 5€ / Sur place : 6€ / Gratuit pour les moins de 18 ans.

Vendredi 8 août :
19 heures : Apéro-Concert Salsa avec le groupe La Charangua Contradanza.

Samedi 9 août :
10 heures :Ouverture de la 36ème Fête des Vins
11 heures. Inauguration.
14 heures. Anima.ons déambulatoires avec «La Glacière» et le duo rétro «Les Luciens» .
16h30 .Spectacle de cirque aérien avec la troupe du Cirque Lontan.
18h30.Apéro-concert avec les Bomb'ZatomiK .
22 heures. Grand bal avec l'orchestre Klein .

 

/ Photo DDM

Dimanche 10 août :
10h30 : Messe des vignerons à l'Abbaye Saint-Michel
14 heures. Animations déambulatoires avec «La Glacière» et le duo rétro «Les Luciens» .
17 heures. Spectacle de cirque aérien avec la troupe du Cirque Lontan .
21 heures.Ouverture du Bar à Vins Géant des Vignerons .
21h30 . Spectacle musical avec l'orchestre Guy Icard .
23h30. Grand feu d'arti?ce .
Le «Village Gourmand»
Le «Village Enfants» de 10h à 21h : jeux en bois avec la Compagnie des Jeux d'Oc, ateliers cirque et stand de maquillage avec l'équipe du Cirque Lontan.

 


/ Photo DDM

 



   Les Bastides   
 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Les bastides du Tarn : une beauté sans égal

Puycelsi / Photo DDM

C'est l'un des joyaux tarnais. Les bastides. Villages fortifiés aujourd'hui devenus un trésor de découverte pour les touristes. Ne loupez pas leur visite en flânant à pied, à vélo ou en parcourant les villages en voiture. L'office du tourisme propose un parcours de découverte de ces villages fortifiés, dominant fièrement les plaines tarnaises, à l'instar des plus emblématiques : la cité de Cordes-sur-Ciel et de Lisle-sur-Tarn.
 

Les visiteurs apprécient la promenade dans les ruelles et l'authenticité du village de Puycelsi./Photo DDM, E. Cayre

Au XIIIème siècle, la forte croissance démographique, ainsi que la nécessité d'organiser la vie sociale et économique, incitent les comtes de Toulouse à créer des villes nouvelles, signant le début d'une prospérité commerciale en plein Moyen-âge. Si le temps vous manque, parcourir en premier lieu les ruelles de deux villages, classés parmi les «plus beaux villages de France». Le village fortifié de Puycelsi, créé autour de l'an 1000 par les moines de l'Abbaye d'Aurillac, domine à pic la vallée de la Vère et a su résister au temps comme l'attestent ses remparts bien conservés, notamment la double porte de l'Irissou, l'église romane ou les demeures du XVIème siècle. Magnifique point de vue panoramique.
 

Castelnau-de-Montmiral./ Photo DDM, Jean-Marie Lamboley

Et Castelnau-de-Montmiral, fondé en 1222 par Raymond VII, Comte de Toulouse, véritable guet d'observation qui voit s'édifier au Moyen-âge un château seigneurial doublé d'une imprenable forteresse. Ne manquez pas sa place aux arcades, la porte des Garrics, le pilori ou le pech Miral.

Pour ceux qui ont du temps, faites une halte dans les autres villages, avec chacun leurs spécificités. A Larroque et son château du XVIIème siècle, de nombreuses grottes portent les traces de refuges préhistoriques.

 

Penne / Photo DDM

Ancienne cité marchande florissante, Bruniquel (Tarn & Garonne) et son magnifique panorama, ravira les cinéphiles qui reconnaîtront le décor du film «Le Vieux fusil» de Robert Enrico. A noter également l'ancienne résidence des gouverneurs de la ville, la maison Payrol, qui renferme une architecture intérieure mêlant les influences gothique et Renaissance.

Autour des vestiges du château de Penne, véritable nid d'aigle perché sur un éperon rocheux et dominant la vallée de l'Aveyron, le village a conservé son aspect médiéval. C'est là, une des visions les plus romantiques du Tarn (Visites et animations au château de Penne, voir page agenda).

 


Festival "été de Vaour"./ Photo DDM

Et aussi Vaour et son dolmen de Peyro Lebado, le plus grand du Tarn ; Milhars dont le château s'illumine les nuits d'été ; Castelnau-de-Lévis, site habité depuis l'époque préhistorique ou encore Labastide-de-Lévis, dont le tracé des rues est hérité de l'ancienne bastide du XIIIe siècle, avec en bonus, pour les amateurs, la visite de la cave coopérative vinicole.
 


Tout au long de l'été, des compagnies font revivre l'époque médiévale autour et au sein de la forteresse de Penne. /Photo DDM Patrick Guerrier.


 

   Cordes sur Ciel   

 

Cordes-sur-Ciel, la beauté pure

Cordes sur Ciel / Photo DDM

Cordes-sur-Ciel, souvent appelé "le village dans les nuages" est l'une des plus anciennes bastides de Midi-Pyrénées. Elle fut fondée en 1222 par le Comte de Toulouse. Ce dernier souhaitait ériger, avec cette ville nouvelle, un bastion contre l'avancée des troupes venues du Nord de la France pour éliminer les Cathares.

Son site exceptionnel, son héritage architectural remarquable en font une des villes médiévales les plus significatives de France et un des hauts lieux du patrimoine européen.

 


Le comité du Grand fauconnier se mobilise pour redonner tout son lustre aux fêtes médiévales../ Photo DDM, Marie-Pierre Volle 

Albert Camus, un des nombreux amoureux de ce village écrivit :
"On voyage pendant des années sans trop savoir ce que l'on cherche, on erre dans le bruit, empêtré de désirs ou de repentirs et l'on parvient soudain dans l'un de ces deux ou trois lieux qui attendent chacun de nous en ce monde.
Le voyageur qui, de la terrasse de Cordes, regarde la nuit d'été sait ainsi qu'il n'a pas besoin d'aller plus loin et que, s'il veut, la beauté ici, jour après jour, l'enlèvera à toute solitude."

Maison du Tourisme : Téléphone : 05 63 56 00 52  /  http://www.cordessurciel.fr/

Le Jardin des Paradis

 

Le Jardin des Paradis (Cordes) / Photo DDM

Le Jardin des Paradis accueille le visiteur en lui offrant un moment de bonheur hors du temps. Fidèle au sens premier de Paradis, le jardin est composé d'une succession d'enclos.

Ce jardin a obtenu en 2004 le label Jardin remarquable par ses aménagements innovants et sa thématique qui change tous les ans. Chaque année, une nouvelle thématique ravive l'originalité du lieu avec un renouvellement des plantations, de nouveaux aménagements et différentes expositions.

Horaires d'ouverture :
Mai, Juin, Septembre, Octobre : du mardi au samedi de 14h à 18h, dimanche et jours fériés de 11h à 18h, fermé le lundi.
Juillet, Août : tous les jours de 11h à 19h et jusqu'à 20h le weekend.
Téléphone : 05 63 56 29 77 / http://www.jardindesparadis.eu/

Musée Charles Portal

 

Musée Charles Portal (Cordes) / Photo DDM

Plus qu'un hommage à cette grande figure cordaise qu'était Charles Portal, le musée évoque l'histoire de Cordes et de ses alentours au travers des domaines de l'art, l'histoire, l'architecture et l'archéologie.

Des panneaux et cartels donnent des explications sur les objets, sur l'histoire, sur l'architecture. Un film sur l'étonnant puits de la halle est proposé aux visiteurs ainsi que deux diaporamas : le Libre Ferrat, le cartulaire de Cordes et l'architecture et les décorations de l'église Saint-Michel.

Horaires d'ouverture :
De Pâques à fin juin : samedi, dimanche et fêtes de 14 à 18h
Juillet et Août : tous les jours sauf le mardi de 14h à 18h
De Septembre à la Toussaint : samedi, dimanche et fêtes de 14 à 18h
Téléphone : 05 63 80 51 72  /  http://musee-charles-portal.asso-web.com/

 

Cordes : Musée des arts du sucre et du chocolat, développé par Yves Thuriès ./ Photo DDM

Cordes sur Ciel, village préféré des Français 2014 :
(Suivez le lien ci-dessous)

http://natifs50-graulhet.wifeo.com/article-90365-tarn-cordes-sur-ciel-honneur.html

 



   MONTS de LACAUNE   

 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014
 

Les Monts de Lacaune, vive le grand air

Lac du Laouzas / Photo FB Chalets du Lac

Les Monts de Lacaune constituent l'extrême avancée du Massif Central vers le sud-ouest et s'étendent à une altitude moyenne de 500 mètres à la limite des climats atlantique et méditerranéen. Il y a bien sûr le lac du Laouzas superbe plan d'eau sur 335 hectares. Plus loin, depuis le Col de la Bassine (885 mètres d'altitude) s'offre un vaste panorama. 
 

Lac de la Raviège : Base d'Anglès / Photo DDM

Plus au sud, le plateau d'Anglès couvert de landes à fougères, est un havre de calme et de fraîcheur. On y accède par Brassac, petite ville où se maintient une industrie textile. Son aspect gothique associé aux tours du château surplombant l'Agoût crée un ensemble harmonieux. Autre choix, la route touristique D 140 qui serpente à travers la forêt de Berlats et qui conduit à la vallée du Gijou.
 

Nages / Photo FB OT Monts de Lacaune

On y traverse Viane, puis Lacaze, village dominé par les restes du château des Bourbon-Malauze. Quelques kilomètres, et déjà Ganoubre se signale par le clocher de Notre-Dame due Tournadous, belle église du Second Empire.. Et pour les plus courageux, le parcours du sentier botanique, qui débute à 200 mètres de là.
 

Lacaune / Photo FB OT Lacaune

Commençons par l'eau, indispensable avec les grosses chaleurs d'été, le Lac du Laouzas et ses 335 hectares. Allez au col de la Bassine qui culmine à 885 d'altitude et propose un magnifique panorama.Plus au Sud, marchez dans la vallée du Gijou et sur le plateau d'Anglès. C'est tout simplement magnifique.
 

Narulle, Rieumontagné, Payrac : retour vers le passé / Photo DDM A.S.

Pour les curieux d'histoire, le musée de Rieumontagné vous amène dans le monde rural du XIXe siècle. Le musée des mégalithes à Murat-sur-Vèbre vous permet de découvrir ces incroyable statues-menhirs datant du néolithique. Pour ceux qui adorent les moissons à l'ancienne, faites un crochet par le musée des battages et anciens tracteurs toujours à Murat-sur-Vèbre.
 

Espace des Souces Chaudes Lacaune /Photo DDM, C. C.

Les deux tours du château de Nages (XVe siècle) accueillent du mobilier d'époque et des expositions d'artistes et des visites costumées pour les enfants.
Pour ces mêmes enfants, n'oubliez pas la Maison de Payrac (habitat rural de montagne) ou les petites têtes blondes pourront découvrir des jouets d'antan et caresser les animaux.


D'autres visites sont possibles :

Circuit laiterie Fabre

 

Viane : Gilles Fabre arbore avec satisfaction le fromage au lait cru qui a reçu la médaille d'argent au Concours général agricole./Photo DDM

Visite d'un ancien tunnel ferroviaire transformé en cave d'affinage où de nombreux fromages de chèvre, de brebis et de vaches se reposent. Dégustation et boutique.Trajet en voiture jusqu'à la Laiterie.Inscription obligatoire auprès du Bureau d'Information Touristique de Lacaune-les-Bains.Téléphone : 0563370498

Circuit, il était une fois la laine

 

Les machines de la filature Ramond, en état de marche, bien que datant de la fin du XIXe siècle./Photo DDM

Visite d'un élevage de brebis Lacaune, puis dégustation. L'après-midi se poursuivra avec la découverte de la Filature Ramond et de ses cardes et métiers à filer datant de 1841.
Et pour les enfants : visite de la Filature spécialement pour les enfants, ponctuée d'activités ludiques,atelier de fabrication de poupées de laine ou de bottes en forme de moutons.

Circuit des Statues-Menhirs

 

Découverte des statues-menhirs / Photo DDM

Visite commentée du Centre d'Interprétation des mégalithes et découverte des statues-menhirs sur site en covoiturage.


Publié le 17/06/2014 à 08:18  | La Dépêche du Midi |    

 

Lacaune : Succès pour la fête de la charcuterie


Claude Ferran, l'animateur, découvre les secrets de la découpe du cochon. / Photo DDM

Dimanche 15 juin, la 30e fête de la charcuterie de Lacaune est à marquer du sceau de la réussite. Dès la fraîcheur matinale, les petits déjeuners aux œufs et» tindélous» réchauffaient les corps tandis que les jambons à la broche étaient préparés pour midi. A 10h30, le défilé des différentes confréries venues de la région donnait une note folklorique d'autant que les majorettes Amazones et la Banda des Maseliers animaient les rues de la ville avant d'aller à l'office religieux pour célébrer Saint Antoine, patron des charcutiers.

Déjà, les stands des produits du terroir et surtout des charcutiers attiraient les visiteurs venus de tout le département et même des départements limitrophes alors que la démonstration du masel (découpe traditionnelle du cochon) avait lieu. A 11h15, Madame la Préfète et le maire de Lacaune, en présence de personnalités de tous bords, inauguraient officiellement la manifestation. «Ayant été intronisée dans la confrérie des Maseliers l'an dernier, confia Josiane Chevalier, je me devais
d'être à vos côtés aujourd'hui et c'est avec plaisir que j'ai honoré votre invitation».

 

A partir de midi trente, 400 repas aux jambons cuits à la broche furent servis sur l'esplanade pendant que Jean Séguier, Grand Maître de la Confrérie des Maseliers, intronisait de nouveaux chevaliers à la salle de Bel Air avant de partager le repas avec 120 convives. L'après midi, succès pour le spectacle des Majo-Dance et grosse affluence des enfants autour des jeux gratuits proposés par la compagnie des jeux d'oc de Hautpoul sans oublier les nombreuses personnes qui ont découvert gratuitement les entreprises de salaisons locales.

La satisfaction se lisant en fin de journée sur le visage des visiteurs, des organisateurs (le bureau d'information touristique) et des artisans locaux prouvait bien que Lacaune reste la capitale de la charcuterie.

 

Viane : Le critique gastronomique Périco Légasse a dégusté des fromages de la laiterie Fabre/Photo DDM, A. F.

OT LACAUNE  : Téléphone : 05 63 37 04 98 http://www.tourisme-montsdelacaune.com/
 



   OUEST TARNAIS   

  Lavaur - Giroussens - St Sulpice - Rabastens - Lisle  

 

 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014
 

Lavaur au cœur du pays de cocagne


Lavaur / DDM JEAN MARIE LAMBOLEY

La cité vauréenne dispose d'une histoire et d'un patrimoine remarquable. En voici les principaux sites.

Un circuit de visite du centre de Lavaur au cœur du pays de cocagnevous propose de remonter le temps en flânant au gré de ses ruelles médiévales, et en contemplant cette architecture étonnante. Différents monuments valent le coup d'œil .

La cathédrale Saint-Alain, chef-d'œuvre de l'architecture gothique méridionale, construite au XIIIème siècle sur le site d'un ancien prieuré roman. On y admire le buffet d'orgue en bois sculpté polychrome, symbole de la Renaissance et surtout le grand orgue Cavaillé-Coll et son célèbre jacquemart, le seul du Sud-ouest.


Jardins et cathédrale / photo DDM R.Sch

Les Jardins de l'Évêché et le square Bressolles
Situés derrière la cathédrale et surplombant les rives de l'Agout, ces jardins sont issus directement de l'histoire médiévale de Lavaur au cœur du pays de cocagne: les évêques ont façonné au fil des siècles des jardins «à la française». Devenus publics au XIXème siècle, ils sont transformés en jardins «à l'anglaise».Vous y trouverez aujourd'hui un grand parc aux arbres centenaires, ainsi que la statue de Las Cases, dédiée au célèbre mémorialiste de l'Empereur Napoléon à St Hélène. Vous pourrez admirer la vue sur l'Agout et le pont Saint-Roch, très bel ouvrage d'art du XVIIIème siècle. Devant l'hôtel de ville, le square Bressolles, très joli parterre fleuri «à la française» évoque les anciens jardins de l'Évêché.

 

La Tour des Rondes / Photo DDM

Place des Consuls et place du Vieux marché, dans le centre ancien, dont les édifices sont construits autour de la brique et du bois.
La Tour des Rondes est l'unique vestige encore visible des anciens remparts de la ville datée du XVIème siècle. Vous y trouverez l'office de tourisme.
L'église Saint-François, construite entre le XIIIe et le XVe siècle, était la plus grande église franciscaine du sud-ouest de la France et son riche décor intérieur vaut la visite.

 

L'hôpital de Lavaur. / Photo DDM, R. B.

L'hôpital de Lavaur au cœur du pays de cocagnedu XVIIe siècle, le pont Saint-Roch, l'hôtel particulier de la famille Clauzade-Malezieux ou la Grand rue avec ses maisons aux façades XVIIIe et XIXe siècle ainsi que la terrasse du Plô dominant l'Agout, méritent une visite.


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Giroussens, terre de céramiques

Marché des potiers / Photo DDM

Elle est l'une des plus anciennes bourgades préhistoriques du Tarn. Construite en terrasse, elle jouit d'un panorama exceptionnel sur la plaine de l'Agout et la chaîne des Pyrénées. Petit tour d'horizon.

L'Église Saint-Salvy du XIIIe siècle classée aux Monuments Historiques, le château de Belbèze, les maisons anciennes en terre crue et les lavoirs restaurés témoignent encore de la richesse passée du village. En effet, la bourgade possède une solide tradition dans le domaine de la poterie puisque plus de 500 potiers y ont exercé leur métier, entre la fin du XVI et le XIXe siècle.Les collections de terres vernissées exposées à la Maison de la Céramique contemporaine, démontrent le niveau de maîtrise technique et artistique atteint par ses potiers à leur grande époque.

 

Maison de la Céramique / Photo DDM

Ce centre céramique s'est donné comme vocation de promouvoir la céramique dans tous ses états, le travail des très petits ateliers, l'ouverture à l'art et à la liberté de création et la maintenance des savoir-faire . Il est né en 2000 d'une volonté commune de trois partenaires : l'association Terre et terres,Arts et Poteries et la mairie de Giroussens.Depuis 2012, la gestion a été confiée une association composée de céramistes et d'amateurs éclairés. L'espace est vraiment à découvrir, place Lucie Bouniol,Giroussens,

Le jardin des martels



Le jardin des martels est un parc floral de 35000m2Ce parc est classé parmi les plus beaux de France, on y trouve des jardins de tous types, une serre exotique et aquatique, un belvédère, une bananeraie, et une mini-ferme. Le tout abritant plus de 2500 variétés de plantes. Le jardin organise le festival du Lotus bleu les 5 et 6 juillet.

Chemin de Fer Touristique du Tarn



Le chemin de fer touristique du Tarn vous propose tout l'été une balade bucolique dans la campagne tarnaise à bord d'un authentique train à vapeur.
Au départ de la gare de Saint-Lieux-Les-Lavaur, vous voyagerez à bord de voitures ouvertes ou fermées inspirées des matériels d'autrefois, tractées par une locomotive d'époque .
Vous roulerez par monts et par vaux, traverserez l'Agout sur l'étroit petit pont de l'imposant Viaduc de Salles, vous arrêterez au bois de Garrigole pour un petit interlude concernant l'origine du chemin de fer touristique, avant d'atteindre le terminus au parc floral Les Jardins des Martels.


 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

La douceur de vivre de Rabastens


NOTRE DAME DU BOURG à Rabastens / E.C.- DDM

Rabastens, ses rives, sa douceur de vivre et son patrimoine mondial de l'Unesco. Voilà défini cette ville bercée par les coteaux en pente et le doux murmure du Tarn, auréolée d'une histoire longue et glorieuse.

Située sur le chemin de Compostelle, elle fut longtemps lieu de repos pour les pénitents, avant de repartir vers une longue route.
Aujourd'hui encore, les randonneurs de Saint-Jacques doivent passer par Rabastens pour recevoir le tampon officiel et multicentenaire de leur passage dans le Tarn. Mais allons voir ce qu'il y a de beau dans cette cité.

Église Notre Dame de Bourg
Classée au Patrimoine Mondial de L'Unesco (monument remarquable sur les chemins de Saint-Jacques), joyau du style gothique méridional, l'église Notre-Dame du Bourg vaut le détour par la qualité des couleurs du chœur et ses peintures murales (XIIIe au XVe siècle) redécouvertes au XIVe siècle.

 

«Si Rabastens m'était conté» / Photo DDM


MUSÉE DU PAYS RABASTINOIS
Le musée propose une collection de terres cuites vernissées de Giroussens, réalisées du XVIIe au XIXe siècles, (unique en France.)
À voir les œuvres des artistes régionaux des XIXe et XXe siècles, Boissière, Prouho, Boyals, Gaudion, Léonardi.La donation René Bégué (1887-1987) présente les créations du célèbre brodeur parisien de 1907 à 1966.
Enfin, photographies anciennes et documents évoquent l'histoire locale autour des chefs-d'œuvre du compagnon charpentier R. Bellegarde.

 


«Les Moments Musicaux du Tarn» / Photo DDM

Le château de Saint -Géry
A la sortie de Rabastens, direction Gaillac, le château de Saint-Géry borde le Tarn depuis le 13e siècle.
Alors bâtiment fortifié, c'est au 18e siècle qu'on lui donne l'aspect qu'il a aujourd'hui, théâtral, en forme de «U» s'ouvrant sur une cour d'honneur bordée de deux sphinx.
Festival
La 6ème édition du festival de musique classique «chambre avec vues» aura lieu du 10 au 13 juillet , à Couffouleux – Giroussens – Grazac – Loupiac – Mézens – Roquemaure – Rabastens.



Publié le 19/01/2014 à 09:58  | La Dépêche du Midi |  E.R.
 

Le Castela, le joyau de Saint-Sulpice

Ann, Babeth et Valérie emmènent chaque semaine les visiteurs au cœur du Moyen-âge au fil des 142 mètres du souterrain refuge du Castela. / Photo DDM


Le joyau de Saint-Sulpice c’est le souterrain médiéval du Castela ! Cet hiver, ses 142 mètres se découvrent du mardi au dimanche au cours de visites guidées animée par l’Office du Tourisme. Trois horaires sont proposés chaque après-midi pour le départ des visites : 14h30, 15h45 et 17h. Ces visites sont l’occasion d’un retour en arrière qui emmène les participants au Xème siècle comme l’explique Valérie Belbès, conseillère en séjour. «C’est un lieu qui date du Xème ou XI siècle, c’est une période que l’on évoque peu. Visiter le souterrain, c’est donner l’occasion aux gens de voir le Moyen-âge sous un autre visage que celui des châteaux forts.» 
 

La belle église Saint-Blaise à Lugan date de la fin du XVe siècle. /Photo DDM, F.B.

La visite revient sur le passé de ce lieu, de la vie médiévale aux origines occitanes. Réhabilité après la venue d’archéologues dans les années 1990 et le rachat du lieu par la ville, le souterrain refuge du Castela est le plus grand de Midi-Pyrénées, il est aussi le seul ouvert à la visite dans le Tarn sur les 350 qui existent. Ses galeries conduisent à quatre salles creusées dans le roc qui servaient de refuge dans les périodes de danger. En effet, à l’époque de sa construction seuls les grands châteaux étaient protégés alors que les villes étaient laissées sans défense. «C’est une plongée dans un autre univers» continue Valérie. «Le refuge contient des salles de vie, des aménagements, des bains. C’est émouvant car on peut voir les traces des ouvrages des puisatiers. Les gens sont comme happés, c’est un sentiment très particulier.» Dimanche vous êtes invités à remonter dans le temps !


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Lisle-sur-Tarn, que du beau

Lisle-sur-Tarn 

Ne passez pas par le Tarn sans faire un crochet par Lisle-sur-Tarn : que du beau. Cette bastide est un régal pour les yeux et pour les amoureux du beau. En voici les principaux trésors.

La place aux couverts, est la plus grande place à couverts du Sud Ouest.Cette architecture en carré structurée autour d'arcades est tout simplement remarquable d'architecture et de beauté.

Le Griffoul (au milieu de la place aux couverts) est une fontaine, classée Monument historique. La frise qui orne la vasque, en alliage de plomb est gravée par la croix occitane et la fleur de lys. Cette vasque, datant du XIIIème siècle est surplombée d'une fontaine à Angelots, en bronze, installée en 1611.

 

L'Hôtel de ville : construit au XVIIIè siècle. La grande salle, ancienne salle à manger, est ornée de peintures sur toile du XVIIIème siècle représentant des scènes champêtres. Au centre de la pièce l'imposante table des délibérations (XVIIIe). Une deuxième salle, dénommée salle «Justice de Paix» ouvre sur un jardin en terrasse. Le bâtiment est classé, en partie, Monument historique.

L'église Notre Dame de la Jonquière d'art gothique fut construite, au XIII et XIVème siècles, sur l'emplacement d'une église d'art roman dont subsistent seulement un portail et quelques fenêtres sur la façade latérale. Le clocher polygonal à flèche est de pur style toulousain.

Deux musées à visiter et déguster

 

Le musée du chocolat
Sur la place aux arcades , le maître chocolatier Michel Thomaso-Defos a installé un musée dédié au chocolat , avec pour le gourmand, une dégustation organisée en fin de visite.

Musée Raymond Lafage
Le musée créé en 1890 propose des pièces archéologiques du paléolithique à XIXe siècle.Une collection de pièces de verre dit «de Grésigne», œuvres d'artistes locaux. A noter aussi des expositions , des conférences et des concerts durant tout l'été, Dont de juillet à septembre : Le «fruit de la rencontre» : exposition d'art contemporain proposé par des vignerons locaux dans le cadre de la traditionnelle «fête du vin».

Les grandes fêtes (18 au 21 juillet ).Un repas créole en ouverture du vendredi soir, les pétanqueurs du samedi après-midi laisseront la place au groupe Abyss sur les promenades en tournée nationale. L'après-midi du dimanche verra une animation exclusive avec une démonstration de free style moto au parking des écoles. Le lundi, on entendra les boules s'entrechoquer avant de tous se retrouver sur les berges du lac afin de profiter et admirer le fabuleux, le magnifique feu d'artifice. N'oublions pas la fête foraine, ses manèges, ses stands bigarrés, qui fait partie des références dans le sud-ouest.

 

Lisle-sur-Tarn. Les promenades accueillent le marché floral / Photo DDM
 



     MONTAGNE NOIRE    

 

Publié le 04/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014
 

Mazamet rime avec été


Le Mazametain et sa région proposent aux touristes de multiples animations, avec comme visite incontournable, le nid d'aigle d'Hautpoul. / Photo DDM

Hautpoul

 

Visite nocturne avec des flambeaux de ce village perché médiéval. (9, 16, 23, 30 juillet et 6 août).Berceau historique de Mazamet, ancien castrum du XI° s. et refuge cathare, vestiges des châteaux et des fortifications, artisanat du bois et du jouet, panorama et points de vue exceptionnels.

Fêtes médiévales
Banquet médiéval avec animations et spectacle de feu : samedi 26 juillet à partir de 18h jusqu'à minuit. Fête médiévale : dimanche 27 juillet à partir de 10h. (toute la journée, animations dans le village).

Maison du bois et du jouet
Cette maison vous propose de découvrir les trésors de la Montagne noire.
Ensuite, une visite dans l'univers du jouet en bois d'hier à aujourd'hui. avec 1500 pièces présentées dans des décors originaux.La dernière partie de la visite, est une salle de jeux pour pratiquer des jeux traditionnels, jeux forains d'autrefois ou jeux de village : billard de tous types, dames chinoises, awalé, solitaire, royal d'Ur ....Maison du Bois et du Jouet

Cyclosportive la Jalabert : ( 24 août)

 

Au départ / Photo DDM

C'est devenu une date incontournable pour les amoureux du vélo.La cyclosportive jalabert a lieu cette année le 24 août.
Distances des parcours (du plus court au plus long) : 40 km, 100km, 140 km - Dénivelés des parcours (du plus court au plus long) : 200m , 1200m ,1890 m.
Principales difficultés : Col de salles et col de Castan.UVM, Maison des associations, rue Galibert Pons, Mazamet.

Rallye automobile de la Montagne Noire : ( Du 25 au 27 juillet)
Courses de jour et de nuit. C'est une institution du sport auto dans le Tarn. Ce sera la 35e édition du rallye de la Montagne noire sur des routes idéalement sinueuses en passant par Sorèze et Dourgne.


Publié le 04/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Mazamet : été animé à la Maison du bois et du jouet


Une invitation à la découverte. / DDM

La Maison du bois et du jouet entame sa saison d'été avec un programme varié et chargé. «Jouez, visitez, fêtez, fabriquez, randonnez» c'est l'invitation lancée aux visiteurs ! Ici tout est fait pour accueillir les familles et diversifier les activités. Il y en a pour tous les goûts mais aussi pour tous les âges ! «De la forêt au jouet» c'est l'autre slogan de l'établissement. Ici le bois est roi et de l'arborétum à la fabrication de jouets il est décliné sous toutes ses formes dans un cadre bucolique au bord de l'Arnette, dominé par le village médiéval d'Hautpoul. Les familles ou les groupes peuvent mêler le plaisir de la découverte et de la création à celui du jeu ou de la balade. C'est un voyage initiatique dans le monde du bois qui vous est proposé sur un mode ludique.
 

Mazamet : Marché des producteurs de pays / Photo DDM

La semaine médiévale en point d'orgue
Du 21 au 26 juillet, la semaine médiévale proposera des ateliers médiévaux pour créer des bijoux et objets de l'époque en bois bien sûr. Une semaine qui précédera les animations médiévales des 26 et 27 Juillet organisées par La Rocque d'Hautpoul.

Le «bois des contes» et le «bois des fables» sont à découvrir dans un cadre ombragé. Ces visites sont gratuites comme les jeux extérieurs et l'arborétum et le site propose une aire de pique-nique.
La Maison du bois et du jouet est ouverte tous les jours de 14h à 19h et le matin sur réservation pour les groupes. Les ateliers bois pour les enfants sont organisés sur réservation.


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Vallée du thoré, sur la route du textile


Fête du fil à Labastide-Rouairoux
Au cœur du parc régional de la montagne noire, la vallée du Thoré a longtemps été le centre de production du textile dans le Tarn. Malheureusement aujourd'hui, une grande partie des manufactures a mis la clé sous la porte.Mais la mémoire de ce savoir-faire reste intacte avec des fêtes, des randonnées et un musée qui rappelle que l'histoire ne meurt jamais.

Le sentier «art et textile». Il se situe sur la commune de Labastide Rouairoux. Les visiteurs pourront découvrir la guerre entre catholiques et protestants dans la région durant le moyen âge. Ce chemin raconte aussi l'économie agricole en premier lieu, textile ensuite qui devient extrêmement prospère au 18e et 19e siècle.Toute cette histoire est dévoilée lors d'un chemin agrémenté de 24 stations.

 


Métiers à tisser, derniers témoins de l'âge d'or du textile en haute vallée./ Photo DDM

Le musée départemental du textile . Ce musée départemental rappelle la très dense activité drapière de cette haute vallée du Thoré avec un pic industriel au XIXe siècle. Le musée montre aux visiteurs les différentes étapes de fabrication d'une étoffe de laine de la matière première à la finition avec des démonstrations sur des anciennes machines textile.
Labastide-Rouairoux, tel, 0563980860. musee.textile@cg81.fr

La fête du fil à Labastide-Rouairoux. La cité lainière Bastidienne s'apprête à vivre une nouvelle fête du fil ; durant trois jours 15, 16, 17 août, des milliers de visiteurs y sont attendus
Les animations au parc Municipal auront lieu le vendredi 15 août : Espace commercial mêlant artisanat, fournitures loisirs créatifs, textiles, produits du terroir. Des animations, des démonstrations, des ateliers. Les traditionnelles puces des couturières. Au Musée du Textile : Exposition «Habiller le pouvoir ; ors et symboles de la République (1870-1936)» et journée portes ouvertes le 15 août.


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Lac de Saint-Ferréol

Base-de-loisirs-Saint-Ferreol / Photo DDM

Le bassin de Saint-Ferréol est la principale source d'alimentation du canal du Midi. Il vous permet également de faire toutes sortes d'activités, dans un cadre agréable. Il y en a pour tous les goûts et tous les âges.

Lorsqu'on arrive au bord du bassin de Saint-Ferréol, une chose saute tout de suite aux yeux… Tout le monde semble heureux ! Du joggeur qui fait son footing quotidien, aux enfants excités à l'idée de faire de la voile, en passant par un couple de retraités qui viennent prendre un bol d'air matinal. Chacun y trouve ce qu'il recherche. Pour les plus motivés, il existe une base de loisirs qui propose un grand nombre d'activités, aussi bien terrestres comme l'accrobranche et le VTT, que nautiques avec des cours de voile ou des balades en canoë. 

Ceux qui souhaitent des moments plus calmes ne seront pas en reste au bassin de Saint-Ferréol. Vous aurez la possibilité de faire le tour du lac à pied pour pouvoir l'observer sous toutes les coutures. Vous pourrez aussi simplement prendre une serviette et un maillot de bain et vous reposer sur la plage en allant vous baigner de temps en temps, sous la surveillance des maîtres nageurs. 


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Voûte de Vauban

La Voûte de Vauban au patrimoine mondial / Photo DDM

C'est en bordure du village des Cammazes que se dresse la voûte de Vauban. C'est ici que la Rigole de la Montagne, alimentant en eau le Bassin de St Ferréol, s'engouffre sous la voûte de 120 m de long imaginée par Vauban en 1686.

Cette superbe galerie voûtée de 3m de haut reste aujourd'hui l'un des plus remarquables ouvrages du Canal du Midi.
La Rigole de la Montagne Noire, bordée d'arbres centenaires, et la Voûte Vauban ont été classées avec le Canal du Midi au patrimoine mondial de l'humanité en 1996.


Publié le 10/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Revel : Des visites guidées tout l'été


Le clocher Saint-Martin à Sorèze./Photo DDM

Depuis ce lundi 7 juillet et jusqu'au 31 août, l'office intercommunal de tourisme propose un programme de visites guidées (gratuites pour les moins de 12 ans) pour découvrir quelques fleurons du patrimoine local. D'une durée maximum d'une heure, elles s'adressent aux touristes mais aussi à la population locale. Suivez le guide...

Le clocher Saint-Martin de Sorèze. La première mention connue de Saint-Martin remonte à 1120. De cette église paroissiale il ne subsiste plus que l'abside, de style gothique, seule épargnée par les protestants en 1573 sans doute parce qu'elle est surmontée d'une tour - clocher d'allure fortifiée, où les visiteurs sont invités à voir le point de vue. Visites le lundi et jeudi, à 17 heures. 

Abbaye-école de Sorèze

 


 

Venez à Sorèze et vous comprendrez alors sans doute pourquoi des hommes se sont installés ici dès 700 ans avant J.-C. Un véritable domaine des Dieux, au coeur d’une terre de contrastes et d’une nature généreuse, aux portes du pays de Cocagne et du Lauragais. Un Oppidum, dénommé Berniquaut, fut en effet habité dès 700 ans av. J.-C.

Les premiers « soréziens » s’établirent au pied de la Montagne au XIe siècle trouvant une protection auprès de l’Abbaye N.D. de la Sagne. Car, la naissance du village de Sorèze est indissociable de son abbaye, Sainte Marie de la Sagne (beatae Mariae de Sanha) fondée en 754 par Pépin le Bref et confiée à l’ordre bénédictin. Dans ces bâtiments, Dom Jacques Hody, prieur, ouvre le 2 octobre 1682 une école dont, au fil des ans, la notoriété devint internationale. Elle ferma ses portes en 1991…

Mais, la vie de la cité reste étroitement et intimement liée à ce lieu dont les bâtiments et le parc sont classés Monuments historiques depuis 1988. Rachetée en 1993 via un syndicat mixte, l’abbaye- école retrouve depuis une vocation multifacettes : historique, architecturale, culturel, touristique et économique. Le clocher St Martin, un orgue classé, un hêtre quatre fois centenaire, le tout nouveau musée du verre pourront être vos encas…

 


Revel : son beffroi et les mille saveurs du marché de plein-vent / /Photo DR, J.-L. Sarda

Le Beffroi de Revel (31) : Symbole du pouvoir royal et aujourd'hui, de la ville de Revel, le Beffroi occupe le centre de la bastide. Lieu des pouvoirs de la ville, son histoire est assez méconnue. Si les périodes antérieures au XVIIIe siècle restent obscures faute d'écrits, les recherches dans les archives départementales et communales ont permis de dévoiler en partie son passé notamment du début du XVIIIe siècle à nos jours. Le Beffroi devait être construit dès l'origine en «pans de bois» (pisé et torchis certainement ou en terre crue). Celui que nous connaissons aujourd'hui est de construction récente (1830). A voir lors de la visite, l'espace muséographique sur l'histoire de la ville et le point de vue sur la terrasse avec les tables d'orientations. Visites le lundi, mercredi, vendredi et samedi, à 11 heures. Tarif : 2€ par personne.

Sentier pédestre du Laudot en projet
Pour réellement correspondre à son appellation «Aux Sources du Canal du Midi», il ne manque plus qu'au Grand Site Touristique de Midi-Pyrénées un chemin de randonnée reliant le bassin de Saint-Ferréol à la Prise d'Alzeau; le lac étant déjà relié au canal par la Rigole de la Plaine.

 

Au bord de la Rigole / Photo DDM

Ce projet reste encore à l'étude mais il avance, comme on a pu l'apprendre lors du dernier conseil de la Communauté de communes. En effet, la structure intercommunale Lauragais-Revel-Sorézois, qui a la compétence tourisme devait briser les frontières territoriales pour que ce projet de chemin de randonnée entre Saint-Ferréol et la Prise d'Alzeau puisse voir le jour. C'est chose faite puisqu'elle va signer une convention avec la communauté de communes du Cabardès Montagne Noire pour la réalisation d'un sentier de randonnée pédestre entre la Voûte Vauban aux Cammazes et le lac de Saint-Ferréol, sur les communes de Sorèze, dans le Tarn et des Brunels, dans l'Aude.

Un groupe de travail va être mis en place pour travailler sur le choix de l'itinéraire, les travaux à réaliser, les investissements, de ce projet de sentier dit «Du Laudot», du nom du ruisseau sortant de la Voûte Vauban et alimentant le lac de Saint-Ferréol.

 

Le bassin de Saint-Ferréol atout principal du tourisme revélois./Photo DDM, E.G.


Publié le 23/05/2014 à 03:51
 

Dourgne : Les trognes du bocage à découvrir


Un alignement de trognes, familier du paysage local. / Photo DDM

Dans le cadre des Journées nature Midi-Pyrénées, le samedi 24 mai, à 14 heures, à la mairie de Dourgne, l'association Arbres et Paysages tarnais propose de découvrir des trognes du bocage dourgnol.
La trogne est un arbre emblématique de nos paysages facilement reconnaissable par son architecture singulière résultant de tailles régulières du houppier. Initiée en 2012, en collaboration avec le Parc naturel régional du Haut Languedoc, une opération de réhabilitation du bocage dourgnol a permis la réalisation de travaux sur près de 30 arbres têtards. Il est donc proposé de découvrir ce patrimoine à travers la présentation d'un exposé en salle, d'une exposition, suivis d'une promenade sur le terrain.

 

Découverte de la dinanderie à Durfort / Photo DDM


Publié le 20/04/2014 à 09:27
 

Randonnées pédestres : la généreuse Montagne Noire

Les ruisseaux de la Montagne Noire. /DDM

Que serait la Montagne Noire sans ses sources, ses ruisseaux, ses rivières ? Aurait –elle eut cette gloire sans ses moulins égrainés le long des cours d'eau, ses manufactures Royales, ses foulons et teintureries, ses forges, ses martinets ….?
Serait-elle cette belle réserve pour nos agriculteurs, pour notre autonomie en eau potable et pour l'irrigation des plaines alentours ? Aurait –elle exaltée l'inventeur du Canal du Midi au point de mettre en œuvre l'ouvrage de sa vie ?

Au cours de six sorties «Randos du Mercredi» c'est la découverte des eaux sauvages ou apprivoisées de la Montagne Noire que proposeront les accompagnatrices de la nouvelle Communauté de Communes Montagne Noire. Soit une journée de marche en pleine nature avec Christine et Florence sur les sentiers de randonnée de notre massif pour une rencontre culturelle, sportive et toujours amicale. 

 


A vélo sur les pentes du Pic de Nore / Photo DDM

 



  SIDOBRE & ENVIRONS  
 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014
 

Le Sidobre est un monde de légendes

Une petite pause sous la « Peyro Clabado » / DDM

Chaque pas, chaque balade est une expérience, une immersion dans des légendes ancestrales peuplées de mythes et d'histoires, de paysages façonnés par le temps.

Le Sidobre. Terre de granit, de visions comme nulle part ailleurs. Un exemple. Le Payo Clabado. Filmé ou photographié à l'infini par les touristes. Un bloc de granit de 780 tonnes posé sur un socle d'un mètre carré. La légende dit que si on arrive à jeter une pierre sur le sommet, un vœu est réalisé. Mais l'équilibre est fragile. Alors, regardez, prenez des photos, mais laissez Le Payo tranquille . Mais le Sidobre cache bien d'autres trésors. Le Saut de la Truite par exemple et sa cascade de rochers de 25 mètres de hauteur.

 


/Photo Vent dautan, C. Bouthé.

Les Trois fromages qui tire son nom par le fait que trois blocs de granit sont empilés les uns sur les autres.

Le roc de l'oie dont la légende dit qu'à cet endroit une oie aurait été pétrifiée par un génie de mauvais augure ou pour terminer le rocher de Sept faux et ses 900 tonnes de granit. N'oublions pas le lac de Merle, superbe étendue où la lumière et la beauté appellent à la méditation et au calme. En continuant votre chemin, passez par Brassac.Village d'histoire et de caractère, aux portes du Sidobre, dans le Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, Brassac arbore son pont vieux médiéval du XIIème siècle, classé Monument historique et ses deux châteaux au passé tumultueux.

 

Brassac : Rencontre avec la Vannerie /  DDM

Vous serez également séduit par l'accueil chaleureux, la convivialité et la variété des animations. Brassac est également le point de départ pour de nombreuses randonnées (à pied, à vélo, en VTT), site de pêche sur la rivière Agout. Lors de votre passage à Brassac, ne manquez pas non plus le parc de la Marquise, le circuit historique du vieux Brassac, la galerie des paniers et la pâtisserie locale «le casse museau» au lait de brebis !
Syndicat d'initiative de Brassac 05 63 74 56 97

Burlats : Petit village pittoresque du Sidobre à 10 minutes de Castres. Burlats a su garder le côté authentique des lieux. Vous pourrez explorer des monuments ayant traversé les âges comme le Pavillon Adélaïde, la collégiale St Pierre, la maison d'Adam ou la porte de la Bistoure.

 


Burlats / Photo DDM

Outre la promenade dans le quartier médiéval, vous aurez également la possibilité de promenades ou randonnées nature le long de la rivière Agout ou en vous rendant à la cascade du Paradis.
Ne manquez pas non plus l'espace d'Artisanat de l'Art et la Matière avec expositions et stages durant toute l'année.
www.sidobre.tourisme-tarn.com

Carrières du Sidobre

 

Quand on parle du Sidobre, on pense irrémédiablement à son granit, exploité de manière industrielle et qui a pavé des dizaines de villes en France avec, gloire oblige, les Champs-Élysées et l'Arc de Triomphe. Mais le Sidobre est aussi une sublime carte postale, mystique où les paysages les plus fous répondent aux sites les plus beaux.

La nature fait toujours bien les choses. Mais là, elle s'est surpassée. Des milliers de touristes envahissent aux beaux jours les sentiers de la région et découvrent le Peyro Clabado (la Pierre Clouée). Imaginez. Un bloc de 780 tonnes posé sur un socle d'un mètre carré. Et miracle de l'équilibre, rien ne bouge. Cette pierre fut classée aux Monuments historiques en 1912 afin qu'aucun carrier ne la détruise.

 

L'Office de Tourisme du Sidobre / DDM

C'est au cœur de cet univers que nous vous proposons de vous plonger au cours d'un circuit guidé et commenté. Cette visite vous emmène à la découverte des exploitations techniques et industrielles de cette roche. Le circuit de découverte économique "Sidobre, le Monde du Granit" permet de découvrir, accompagné d'un guide, toutes les étapes du travail de cette roche, des carrières d'extraction aux ateliers de transformation.


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Le Sidobre si près du ciel


Emmanuel Pelegrin (à d), directeur animateur du Planétarium de Montredon-Labessonnieé / Photo DDM A.M.D.


Planétarium de Montredon-Labessonnié
Allez. Qui n'a pas envie de toucher les étoiles. A défaut de le faire, on peut les regarder de plus près. C'est ce que propose l'association P.E.G.A.A.S.E en accueillant les visiteurs dans le planétarium de Montredon-Labessonnié.
Vendredi 1er août : Nuit des Etoiles, Planétarium-Observatoire, 21 heures – Tout public- Entrée libre.


Le musée du protestantisme de Ferrières

 


Au sein du musée, des originaux rares tel cet ouvrage de Jean Calvin. / DDM

Le musée du Protestantisme de Ferrières accueille les visiteurs, depuis août 2010, dans un bâtiment tout neuf situé à «La Ramade» (commune de Ferrières) .La bibliothèque du musée possède un fonds d'environ 12500 livres (dont 1000 de 1750 et antérieurs à cette date), 850 thèses, 5000 revues, 3000 brochures ou documents et 600 iconographies. Elle assure ainsi la conservation d'un patrimoine local important qui ne cesse de s'accroître.La section Généalogie du Musée s'intéresse aux familles protestantes des grandes cités du Tarn (Mazamet, Castres, Albi) mais aussi des Monts de Lacaune, du Lauragais ... entre le début du 16ème et la fin du 18ème siècle. Elle apporte un éclairage particulier sur les moments importants de la vie des familles.


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Venez vous balader dans le Réalmontais


Réalmont - JEAN MARIE LAMBOLEY - DDM

Fondée en 1272 par Guillaume De Cohardon, cette bastide royale et ses environs méritent le détour. Découvrez ses arcades et son église, mais aussi prenez le temps de marcher sur le circuit découverte des pigeonniers, d'admirer le château et les cascades Arifat et de faire un retour dans le passé ,au musée de Ronel.

Réalmont, visite médiévale
Revivez l'époque des Cathares et du Moyen Âge, à travers cette visite insolite où la guide en tenue médiévale vous contera l'histoire de Réalmont. 

 

Foire Agricole de Réalmont. / DDM

Les Secrets d'Arcades
Découvrez le charme de Réalmont, première bastide royale fondée en Albigeois sous Philippe le Hardi, ses monuments et ses particularités… place aux arcades,maisons à pans de bois et encorbellement, ruelles pittoresques.

Circuit Découverte des Pigeonniers autour de Réalmont
Le territoire est doté de nombreux pigeonniers tous plus originaux et curieux les uns que les autres… Ce circuit de 15 km environ, à réaliser en autocar ou mini-bus vous permet la découverte de quelques uns des pigeonniers les plus atypiques de notre région : pieds de mulet, à arcades,toulousain…

Découverte du site d'Arifat

 


Les cascades d'Arifat : une nature authentique et spectaculaire / DDM

Grâce à une vi s i te découverte du site, vous pourrez admirer l'extérieur du château médiéval et ses particularités architecturales.Puis vous descendrez avec votre guide jusqu'à un point de vue dominant les cascades majestueuses d'Arifat. Votre visite du site d'Arifat se terminera par la visite de la chapelle du château située à quelques pas de là….

Musée «Le Rêve du Passé» - Saint-Martial Ronel
Dès l'entrée du musée, vous découvrez le monde des campagnes d'autrefois, où l'on travaillait la terre .La visite continue dans la pièce à vivre d'antan, chez le boulanger ou au bureau de poste; et aussi avec la mise en scène thématique de milliers de fèves des rois, dans des décors composés d'objets anciens.


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Lautrec, le village de toutes les beautés

Lautrec./Photo DDM

Connue pour sa production d'ail rose dont la célébration (le premier vendredi du mois d'Août) est un événement incontournable pour les habitants des environs, la cité médiévale de Lautrec est reconnaissable pour son superbe patrimoine architectural.

Ancienne vicomté, elle est le berceau de la famille Toulouse Lautrec dont le peintre affichiste en est l’illustre descendant.
Du haut de son piton rocheux, le Calvaire de la Salette nous offre une vue superbe sur la vallée de l'Agoût, la Montagne Noire et les Pyrénées.

 


Lautrec, une pépite du pays de cocagne. /Photo DDM G.C.

La collégiale de Saint Rémy, monument historique classé du XIVe siècle, la porte et les fortifications de la Caussade, les maisons à colombages, le moulin à vent, les halles du XVe, les silos souterrains, les  puits... sont autant de raisons de venir découvrir l'authenticité du patrimoine Lautrécois.

Moulin de la Salette

Le moulin de la Salette est l'un des seuls moulins à vent en état de fonctionnement de la région. Ce moulin du XVIIe siècle a été restauré en 1991. C'est un des rares moulins à vent de Midi-Pyrénées à fabriquer de la farine. 


Publié le 13/06/2014 à 09:26  | La Dépêche du Midi |

 

Les joies de l'eau sont de retour à Aquaval

Les plaisirs de l'eau et du grand air Photo DDM G. C.

Depuis de nombreuses années, le week-end de la mi-juin dans le Lautrécois est jour d'ouverture de la base aquatique Aquaval. C'est donc ce samedi 14 juin que les adeptes des plaisirs de l'eau ont rendez-vous. Désormais géré par les élus de la communauté des communes du Lautrécois-Pays d'Agout (CCLPA), le site ne change pas, il reste «une perle bleue dans un écrin de verdure». Au fil des ans, ce cadre exceptionnel ne prend pas de rides, ses arbres devenus grands apportent fraîcheur et ombre, ses bassins avec pataugeoire, lagon, cascade et toboggan autorisent toutes les joies de l'eau. 

Les amoureux du farniente se réjouiront des jeux de détente, du minigolf, ping-pong, boulodrome ou de la pêche autour du grand lac. Les plus sportifs pourront se faire les muscles sur le parcours santé. Bref, chacun y trouve son compte et ce n'est pas un hasard si des familles entières viennent y passer la journée. Sur place, un service de restauration rapide et des tables de pique-nique.

 

Lautrec, L'atelier du sabotier : La fabrication du sabot vous sera expliquée dans tous ses détails./ Photo DDM G.C.
 


CARMAUX & SÉGALA
 

Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014
 

Carmaux entretient son histoire


Musée du Verre à Carmaux JEAN MARIE LAMBOLEY / DDM

Inutile de rappeler la riche histoire du Carmausin. Les mines et le député Jaurès ont marqué à jamais le Tarn. Aujourd'hui, les travailleurs de fond ont rendu leurs pioches. Mais ici, personne n'oublie. Cette mémoire est symbolisée par deux musées, celui du verre et de la mine.

Musée et centre d'art du verre : Le domaine de la Verrerie couvre 17 hectares comprenant plusieurs bâtiments, ancien lieu de vie de la famille Solages, à l'initiative de l'exploitation industrielle du Carmausin.. Le bâtiment de l'ancienne Verrerie Royale accueille depuis 1985, le Musée/Centre d'art du verre. La collection comprend actuellement :3000 œuvres, objets, œuvres d'art, fragments d'objets, outils, archives, collection d'étude et document d'étude.

 

Le musée va commémorer le centenaire de la mort de Jaurès à sa manière. / Photo DDM

A la suite de la visite du musée vous assisterez à des démonstrations de verre soufflé dans l'atelier verrier (tous les après-midi sauf le mardi).

Musée de la Mine : Partagez le cadre de travail du mineur grâce à la reconstitution de 350 mètres de galeries composées des principaux lieux d'extraction au fond : gare souterraine, galerie de creusement où travaillent les boiseurs, galerie de traçage creusée au marteau piqueur, galerie de servitude où discutent un groupe de mineurs, galerie d'écoulement, front de taille… Machines et outils sont présentés en situation afin de restituer à l'identique le travail du mineur et raconter l'histoire technique de l'exploitation du charbon.


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014

 

Le Ségala, des mots et des saveurs

Fête du livre et de la gourmandise à Pampelonne / Photo DDM

Les terres du Ségala sont riches de beauté et d'histoire. Fête du livre et de la gourmandise à Pampelonne, découverte du viaduc du Viaur et de Monestiès. Il y a de quoi vous régaler.

Fête du livre et de la gourmandise à Pampelonne
Organisée par l'association «Des livres et nous à Pampelonne», cette fête a pour but d'offrir un libre accès à la culture dans le monde rural. Elle fête cette année ses dix ans , toujours avec les mêmes valeurs d'ouverture et de découverte. Et on y passe toujours une très agréable journée.

 

Le viaduc du Viaur

Cet ouvrage a été inauguré en 1902. À 116 mètres au-dessus du sol, le viaduc enjambe le Viaur avec majesté. C'est l'un des 3 ouvrages métalliques du 19e siècle conçu pour porter la ligne de chemin de fer Toulouse-Rodez. 460 m de long et 3 800 tonnes d'acier forment cet édifice au-dessus de la rivière. Votre balade dans ces gorges du Viaur, peut vous mener jusqu'aux Infournats, chapelle abritant une madone en bois doré du XIIIe siècle.

Monestiès
Depuis 2001, Monestiès peut s'enorgueillir de faire partie des plus beaux villages de France. Et c'est mérité. Fontaine du Griffoul, Pont de Candèze, ancienne fortification, Musée Bajen Véga. Tous méritent de s'arrêter, de regarder et d'admirer.

Foire de Tanus
Le premier dimanche de septembre, Tanus accueille sa traditionnelle foire exposition du Ségala.Ce sont 30.000 m2 d'exposition, 350 exposants, 300 animaux et 20000 visiteurs.


Ouverture de la base de la Roucarié

 


Ouverture le 5 juillet. / DDM

Avec les vacances et la saison estivale, la plage surveillée du lac de la Roucarié (lieu-dit La Gayé, commune d'Almayrac) ouvrira au public du samedi 5 juillet au dimanche 31 août, tous les jours de 11h à 19h.
Durant cette période, la plage sera surveillée par une équipe de maîtres-nageurs. Il est rappelé qu'en dehors de la plage matérialisée par des bouées, il est formellement interdit de se baigner.
Pour les groupes (notamment les centres de loisirs), il est obligatoire d'informer le poste de secours de leur venue. L'équipe de maîtres-nageurs et le responsable du groupe concerné pourront ainsi fixer le créneau horaire le plus adapté pour accueillir le groupe.

Une journée à Cap Découverte

 


/ Photo DDM

L’ancien site minier de 250 hectares, reconverti en parc dédié à l’aventure est unique en France. Un paradis pour vivre des émotions fortes en famille. Envolez-vous à plus de 100 km/h sur la tyrolienne géante, foncez sur la luge sur rail ou le Dévalkart, skiez sur la plus grande piste synthétique d’Europe.

Sur le lac, bronzette sur la plage et activités nautiques en tout genre sont au menu : téléski nautique et jeux aquatiques. Pour les plus jeunes, de nombreuses animations sont proposées : mini kart, aéro trampoline, parcours acrobatique, paintball… Cap Découverte, c’est aussi 35 km de pistes VTT et une plongée sous terre pour raconter l’épopée de l’extraction du charbon. Possibilité de dormir sur place, à l’auberge ou au camping qui offre un hébergement insolite en yourtes, tipis ou lodges.

 

Le Viaur / DDM



   SAINT-JUÉRY   


Publié le 01/07/2014  | La Dépêche du Midi | Guide de l'été 2014
 

Saint-Juéry, un riche passé industriel


L'entreprise Aciers du Tarn au Saut du Sabo, à Arthès

Au cœur de la ville de Saint-Juéry, le site du Saut de Sabo, exceptionnel par sa chute naturelle de 20 mètres et son défilé rocheux de 500 mètres de long sur la rivière Tarn, offre un spectacle qui n'a pas son équivalent dans le département. Sur ce site, l'ensemble sidérurgique Le Saut du Tarn, longtemps florissant, s'est implanté au XIXème siècle.

Jusqu'à 3 800 ouvriers ont travaillé dans ses aciéries, spécialisées dès l'origine dans la production d'acier et la fabrication des outils.
Cette mémoire ouvrière est conservée et célébrée au musée du Saut du Tarn, installé au cœur de l'ancien site industriel, dans le bâtiment de la première centrale hydroélectrique de l'usine.
Créé par d'anciens ouvriers en 1995, cet édifice, classé Monument historique, fait à la fois revivre cette épopée industrielle mais également les débuts de l'électricité.
Un parcours agrémenté de films vidéo, maquettes animées, démonstrations, son et lumière sur un «Saut de Sabo» de 23 m de long, accessible à un large public.

 


Le Saut du Sabo / Photo DDM

Exposition itinérante «Les ouvriers de la Grande Guerre»
Avec son riche passé industriel, Saint-Juéry : un riche passé industriel a souhaité rendre hommage, pour commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale, aux Saint-Juériens employés durant la guerre dans ses usines métallurgiques. L'exposition itinérante «Les Ouvriers de la Grande Guerre» explore ce quotidien, du temps où l'usine fabriquait des obus et où femmes et enfants prirent la relève des hommes partis au front.
Les munitionnettes formaient alors la nouvelle main-d'œuvre des industries françaises.


Musée du saut du Tarn

 


DDM JEAN MARIE LAMBOLEY 

Dotée d’un riche passé industriel, Saint-Juéry a compté jusqu’à 3 800 ouvriers dans les aciéries du Saut du Tarn. Le site ayant fermé en 1983, sa mémoire est désormais conservée au musée du Saut du Tarn.
Avant d’y pénétrer, admirez le Saut du Sabo, défilé rocheux dont le spectacle unique impressionne. C’est la puissance de cette chute qui a été utilisée dès 1824 dans les premiers ateliers de l’usine, spécialisés dans la production d’acier et la fabrication d’outils. Grâce à de nombreuses maquettes animées, films et démonstrations, le musée évoque le passé ouvrier de la cité en retraçant 200 ans d’aventure industrielle et sociale et propose comme chaque année une riche programmation culturelle. L’exposition temporaire «Société anonyme» proposée du 4 juillet au 31 octobre redonne vie aux protagonistes du Saut du Tarn qui ont contribué au développement industriel du département.

 

Saint-Juéry, bourse aux armes à L'Albaret / Photo DDM M-P V.
 


   Tourisme Tarn   

http://static.ladepeche.fr/content/media/image/zoom/2012/11/08/201211080061.jpg

   Bouger - Explorer - Déguster :  

http://natifs50-graulhet.wifeo.com/article-90684-tourisme-tarn-bouger-explorer-de.html


Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement