18/4/2015 Toulouse : attractivité et qualité de vie

Publié le 15/04/2015 à 07:52  | La Dépêche du Midi |  Cyril Doumergue

Pourquoi il fait bon vivre à Toulouse


Les Toulousains disposent d'un territoire vaste et peu dense en population./DDM, T. Pons

La dernière enquête de l'INSEE confirme l'attractivité et la qualité de vie toulousaines à l'échelle européenne. Transports et emploi apparaissent néanmoins en retrait.
Démographie. Logement. Attractivité. Loisirs. Sécurité. Dans ces secteurs, Toulouse Métropole se place avantageusement dans la comparaison avec les villes de même importance en Europe, comme Séville, Francfort, Lodz (Pologne), et 42 autres (lire encadré). En revanche, les transports et l'emploi sont en retrait.

C'est ce qui ressort de l'étude européenne «Audit urbain» mené par l'institut Eurostat, qui a pour principal intérêt de sortir du seul point de vue franco-français, et d'élargir la comparaison au niveau européen.
Toulouse Métropole est plus jeune. Un habitant sur deux a moins de 34 ans, alors que cet âge médian se situe à quarante ans dans les autres villes européennes de même population.

Toulouse est peu peuplée au regard de son étendue : 1 530 habitants au kilomètre carré, contre 3 200 habitants au kilomètre carré en moyenne, ailleurs en Europe. Toulouse est très étendue, avec 460 km2, contre 285 km2 en moyenne pour les 45 autres villes de même population mesurées par Eurostat.


Le tram au pied de l'aéroport de Blagnac : un rêve devenu réalité et qui semble beaucoup plaire aux usagers./Photo DDM, Xavier de Fenoyl

Les Toulousains parcourent des distances importantes pour aller travailler : 19 km en moyenne parcourus en 29 minutes, contre 16 km en 27 minutes dans les autres villes européennes. 63 % des trajets s'effectuent en voiture et 20 % en transports en commun, contre 53 % et 27 % dans le reste de l'Europe. «Le réseau des transports en commun rattrape progressivement un retard toujours important», souligne le directeur régional de l'INSEE, Jean-Philippe Grouthier.

En matière de sécurité, Toulouse est bien lotie : 0,2 mort violente ou meurtre pour 10 000 habitants, soit moins qu'en Allemagne, à Francfort et Hanovre, qui en comptent 0,5. «Les villes françaises sont d'ailleurs les moins violentes des villes européennes», souligne le directeur de l'INSEE. A Bordeaux, il n'y a «que» 0,03 meurtre pour 10 000 habitants.
Les «Grands Toulousains» bénéficient de plus de piscines (0,4 pour 10000 habitants) que dans le reste de l'Europe (0,2).

En termes d'emploi, la Métropole cultive un paradoxe : 51 % de sa population travaille ou recherche un emploi, ce qui est un chiffre élevé par rapport à la moyenne européenne (49 %). Mais le taux de chômage (12,5 %) est parmi les plus élevés d'Europe. Seules les villes espagnoles comme Malaga (30 %) ou Séville (22 %) affichent un taux de chômage plus élevé.


Publié le 15/04/2015 à 07:52  | La Dépêche du Midi |

Étude européenne à grande échelle

Toulouse dans l'Europe./ DDM - Idé 

L'enquête européenne «Audit urbain» a été menée par l'Office européen de la Statistique (Eurostat), avec les organismes de statistiques de chaque pays (l'INSEE en France). L'enquête permet de dresser, au travers d'une soixantaine d'indicateurs statistiques comparables et harmonisés, recueillis entre 2007 et 2012, un panorama des conditions de vie dans un certain nombre de villes d'Europe. Avec 704 400 habitants en 2011, Toulouse Métropole (37 communes) se classe dans un groupe de 44 autres villes européennes de tailles comparables (de 500 000 à 1 million d'habitants), comme Bordeaux, Nice et Nantes pour la France. Les villes les plus proches de Toulouse, à plus ou moins 50 000 habitants, sont pour les principales Lodz (Pologne), Bordeaux, Séville (Espagne), Francfort (Allemagne), Saragosse (Espagne) et Palerme (Italie).

Pourquoi n'avoir pas pris en compte également le sud de l'agglomération, où se situent des pôles d'emploi ou de population (Labège, Muret, Portet-sur-Garonne) ? «C'est une question de méthode. A l'échelle européenne, nous étions obligés de ne considérer qu'un seul ensemble. Toulouse Métropole comprend la ville centre, c'était l'ensemble incontournable», justifie le directeur régional de l'INSEE.


Publié le 15/04/2015 à 07:44  | La Dépêche du Midi |

Le portrait-robot du Toulousain


Le Toulousain est jeune, locataire, et fait 19 km pour aller travailler./Photo DDM

«Ce matin, je quitte mon appartement de 42 m2 que je loue à un propriétaire privé et dans lequel je vis seul. Je suis un trentenaire employé dans la fonction publique, né en France, et je me rends à mon travail. Celui-ci se situe à une vingtaine de kilomètres de chez moi et je mets près d'une demi-heure pour y parvenir. Les attraits de mon cadre de vie citadin me permettent d'avoir une vie sportive et culturelle diversifiée».

Voici la description de l'habitant-type de Toulouse Métropole, par l'Office européen de statistique (Eurostat).
C'est un habitant jeune : 1 Toulousain sur 2 a moins de 34 ans, contre moins de 40 ans en moyenne dans les 43 autres villes européennes de même niveau de population que Toulouse.


La fac lance la location de vélos pour les étudiants : Les couleurs orange et noire et noir permettent de remarquer les vélos dans la circulation / Photo DDM Marie Pierre Volle

La surface moyenne des logements est de 42 m2, et 57,5 % des Toulousains sont locataires, beaucoup plus qu'aux Pays-Bas et en Allemagne. Le secteur public regroupe 29 % des emplois toulousains.
Le Toulousain type n'est donc pas Airbusien, mais fonctionnaire. Toutefois, 13 % des emplois se trouvent dans l'industrie, soit 5 points de plus que la moyenne des autres villes européennes.

Les déplacements se font encore très majoritairement en voiture à Toulouse (63 %), peu en transports en commun (20 %), comparé aux autres villes européennes de population comparable (53 % en voiture, 27 % en transports). La distance pour y parvenir (19 km) est plus éloignée (16 km) et le temps passé (29 minutes) plus important (26 minutes) que dans le reste de l'Europe.


Publié le 15/04/2015 à 07:44  | La Dépêche du Midi |  Propos recueillis par Cyril Doumergue

«Deux fois moins de meurtres qu'à Francfort»


Jean-Philippe Grouthier, directeur régional de l'INSEE / Photo DDM

Jean-Philippe Grouthier, directeur régional de l'INSEE, décrypte les résultats de l'étude Eurostat «Audit urbain», qui dresse la carte d'identité de Toulouse Métropole.

Quel est le but de cette étude ?
Il est de dresser un panorama des conditions de vie dans 900 villes européennes. Toulouse fait partie d'un groupe de 45 communes de 500 000 à 1 million d'habitants. Ce qui est intéressant, c'est de situer Toulouse par rapport à cet ensemble de villes européennes.

Quels sont les grands enseignements de l'étude ?
Toulouse Métropole est jeune, étendue, et peu densément peuplée par rapport à la moyenne des villes comparables en Europe. L'impact des étudiants y apparaît de manière flagrante : notamment sur la taille moyenne des logements : 42 m2 seulement. Et ce, malgré le nombre important de maisons individuelles (33 % de l'habitat).

Le secteur de l'aéronautique attire de nombreux cadres dans le bassin d'emploi toulousain./ Photo DDM

Y a-t-il plus de maisons à Toulouse qu'ailleurs ?
Par rapport à l'Allemagne, la Pologne, oui (10 à 25 %). Mais Bordeaux et Nantes ont 43 % de maisons ! Sans parler du Royaume-Uni (65 à 85 %), avec ses nombreuses maisons ouvrières.

En termes de sécurité, Toulouse apparaît comme très bien placée.
En effet, Toulouse compte 0,16 meurtre et mort violente pour 10 000 habitants, contre 0,3 en moyenne dans les autres villes. Francfort, Hanovre (Allemagne) et Athènes (Grèce) sont les moins bien loties, avec 0,5 meurtre. Reste que le sentiment d'insécurité est loin d'être constitué uniquement des meurtres.

Comment expliquez-vous que Toulouse compte moins de cinémas que les autres villes européennes ?
L'étude n'a pris en compte que Toulouse Métropole. Elle exclut donc le multiplexe de Labège, qui fait partie du Sicoval, les cinémas du Muretain également. Ce sous-équipement en cinémas n'est donc qu'apparent.

La belle année cinéma des banlieues : Les trois salles de l'Ecran 7 de Plaisance-du-Touch ont très vite trouvé leur public./ Photo DDM, F. Charmeux

Le manque de piscines est souligné depuis plusieurs années à Toulouse, y compris par les élus. Or, votre étude montre que le taux d'équipement est plutôt bon…
En effet, Toulouse Métropole compte 0,4 piscine pour 10 000 habitants, ce qui est au-dessus de la moyenne européenne (0,2). Si on ne prend en compte que la ville de Toulouse, il peut apparaître un certain manque (14 piscines). Mais avec les 36 autres communes de la Métropole, on atteint 30 piscines. En Allemagne, il y a moitié moins de piscines, on privilégie la natation en milieu naturel.

Dans les piscines toulousaines./Photo DDM F. Charmeux

Sélection d'articles réalisée à partir du site : http://www.ladepeche.fr

Le salon bi-annuel de l'immobilier de Toulouse a accueilli près de 11 000 visiteurs en octobre 2014. / Photo DDM, archives, F. Charmeux

 
 

 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
«Un siècle vous contemple», websérie toulousaine
«Un siècle vous contemple», websérie toulousaine
Capitales d'Occitanie vues de l'espace
TF1 : Ce soir "les Enfoirés" ont l'accent de Toulouse
Les Enfoirés : Cette année, c'était à Toulouse


• Catégories liées :
toulouse
attractivite


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement