28/2/2015 Intempéries Grand Sud : avalanches et inondations -2-

Intempéries Grand Sud : avalanches et inondations -2-

Publié le 27/02/2015 à 10:39  | La Dépêche du Midi |

Les Pyrénées paralysées par la neige

Les agents de L'Hospitalet-près-l'Andorre dégagent la voie ferrée - DENIS SLAGMULDER - DDM

L'alerte orange a été levée hier par Météo France pour les avalanches sur les départements pyrénéens, mais ce niveau de vigilance a été maintenu pour les inondations dans cinq départements du Sud-Ouest.

Malgré l'accalmie annoncée pour aujourd'hui – quelques flocons encore en perspective ce matin – l'abondance des chutes de neige depuis lundi sur les Pyrénées rendent toujours les conditions de circulation délicates, même si Météo France a levé hier la vigilance orange pour les avalanches (le risque a été ramené de 5 à 4).

L'alerte orange a cependant été renouvelée pour les pluies-inondations dans les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Garonne, l'Ariège ainsi que l'Andorre et le département des Landes.

Saint-Lary Pla d'Adet / Photo FB Saint-Lary

Hier la majorité des stations pyrénéennes sont restées fermées. Seules quatre d'entre elles ont été partiellement ouvertes (La Pierre-Saint-Martin, Saint-Lary, Peyragudes, et un seul téléski en fonctionnement à Gourette). Surtout, les routes pour y accéder étaient toujours bloquées. Les services de déneigement espèrent les dégager d'ici ce matin…

Saint-Lary-Pla d'Adet.- La route d'accès au Pla devrait être rétablie ce matin. Les parties hautes de la station étaient en cours de sécurisation hier pour une réouverture ce matin également.

Cauterets.- L'accès à la station a été rouvert hier.
La route entre Cauterets et le Pont d'Espagne qui était coupée depuis mercredi par un éboulement, a été dégagée et la station était fermée hier.

La Mongie, Barèges et Piau-Engaly. L'accès aux stations reste fermé et des convois seront organisés demain pour assurer le ravitaillement alimentaire des skieurs à la Mongie. La reconnaissance des routes effectuée par les services de la voirie s'est soldée par une impossibilité de sécuriser et de déneiger hier dans la journée les accès routiers vers les stations de La Mongie et de Piau Engaly.


Déneigement à Piau-Engaly / Photo FB Piau-Engaly

À Piau Engaly, l'étape de la N'Py Cup qui devait avoir lieu ce samedi, est annulée.

La liaison entre Barèges et La Mongie est également restée fermée. La sécurisation du domaine skiable et la préparation des remontées mécaniques est en cours et le domaine devrait rouvrir progressivement aujourd'hui. Pour les vacanciers qui étaient sur place, quelques pistes ont été ouvertes hier sur le secteur débutant de La Mongie. La liaison entre les deux domaines ne devrait pas être rétablie avant samedi.

Par ailleurs, les habitants de la Mongie sont privés de téléphonie mobile et d'internet haut débit en raison d'une panne détectée sur les équipements d'Orange situés sur le Pic du Midi, à 2 800 mètres d'altitude. Le téléphérique du Pic étant à l'arrêt depuis le début de la semaine, les équipes d'Orange ne peuvent intervenir… L'opérateur précise que les numéros d'urgence restent joignables.

Peyragudes / Photo FB Peyragudes

Pic du Midi.- Fermé encore aujourd'hui.

Andorre.- Accès toujours fermé. Les agents de la Dirso (direction interrégionale des routes Sud-Ouest) poursuivaient hier le travail de sécurisation de la RN 20 en purgeant notamment les épaisses couches de neige qui surplombent la route. Ils déclenchent préventivement des avalanches. Une déviation par Bourg Madame est opérationnelle par le tunnel du Puymorens ouvert. Les équipements sont obligatoires pour y accéder. Le col du Porté Puymorens est lui toujours fermé. Les équipements sont recommandés ou obligatoires pour accéder aux stations de ski de l'Ariège. Accès normal par la route à Ax-3-Domaines.

Haute-Garonne.- Les stations de Superbagnères, Peyragudes et du Mourtis ont été partiellement ouvertes, hier. Elles continuent de sécuriser leurs domaines en espérant une ouverture plus large samedi. L'accès à Peyragudes par la Haute-Garonne est cependant toujours inaccessible.


Publié le 27/02/2015 à 07:53   | La Dépêche du Midi |  Thierry Jouve (avec Christian Vignes)

La Mongie au ralenti

Hier à La Mongie, seul l'espace débutants était ouvert./ Photo Office de tourisme du Grand Tourmalet

«Nous offrons à notre clientèle de séjour une station 100 % piétonne». Henri Mauhourat, directeur général du Grand Tourmalet, a le sens de l'humour et de la communication. En raison du fort risque d'avalanches, la route d'accès à La Mongie demeure fermée. L'accès au domaine skiable, versant Barèges, est également fermé.

Le déneigement de la route de La Mongie a débuté, hier, à la fois depuis la station et la vallée. La route sera donc dégagée ce matin. La décision de réouverture, ou pas, interviendra après une expertise du service de Restauration des terrains en montagne (RTM) sur le risque de coulées. Demain matin, si la météo le permet, un agent du RTM effectuera une reconnaissance dans un hélicoptère de la gendarmerie. Il semble que les couloirs d'avalanche menaçant la route ne soient pas tous purgés. En fonction des résultats de la reconnaissance, la route pourrait rouvrir dans l'après-midi, afin de permettre aux vacanciers en séjour et aux classes de neige de repartir. Demain matin, un convoi sera organisé pour ravitailler les socioprofessionnels en denrées alimentaires. Justement, du côté des restaurateurs, on se frotte un peu les mains, puisque l'activité ski est réduite, les touristes consomment…


Dans les rues de La Mongie / Photo FB Plein Ciel La Mongie


«Les frigos se vident»
«Oui», admet le gérant du restaurant «Le Schuss», «on a pas mal de monde qui vient déguster des crêpes, et ça se passe bien, l'ambiance est plutôt sympa, mais il ne faudrait pas que ça dure, les frigos se vident.» Même inquiétude au restaurant «La Mamma», même si le maître des lieux reste positif. «ça fait maintenant deux jours pleins que l'on est coupé du monde, on a du stock, mais il diminue, il ne faut pas oublier qu'il y a en ce moment 18 000 personnes à La Mongie. Sinon, les touristes prennent leur mal en patience, ils râlent un peu parce que le domaine est exceptionnellement enneigé, mais ils ne peuvent pas en profiter, pour cause de sécurité. ça reste très convivial, malgré tout».

La station a ouvert hier les sept téléskis de l'espace débutants. «Ce vendredi, on espère ouvrir le Pain de sucre et le Béarnais». Henri Mauhourat précise que dès mardi soir, la station a gardé en haut une quarantaine de personnels : pisteurs, dameurs, perchman, caissières. Et ce afin de pouvoir travailler et proposer quelque chose à la clientèle, et aussi de sécuriser le domaine skiable. Le téléski du Turon fonctionne jusqu'à 20 heures pour permettre le ski de nuit. D'autres optent pour la luge, la dégustation de crêpes, de vin chaud. Le Grand Tourmalet multiplie les animations pour occuper les vacanciers. Il y a environ 5 000 personnes en séjour à La Mongie cette semaine. «Cet après-midi, nous avons proposé une démonstration de chiens d'avalanches», indique Frédérique Cazaux. 

Depuis la dameuse / Photo FB Pentrite 65

Des familles ont profité de l'abondance d'or blanc pour confectionner des bonhommes de neige et redécouvrir les joies des batailles de boules de neige. à Barèges, les touristes ont la possibilité de buller à l'espace balnéo Ciéléo, situé au centre du village. L'espace familles propose jeux gonflables, wii, ping-pong, squash. à la salle des fêtes, on peut pratiquer du fitness. «Sur Barèges, il y a plusieurs séances de cinéma gratuites par jour et également». Frédérique Cazaux explique qu'il y a beaucoup de passages à l'office de tourisme. «Les gens veulent savoir quand la route va rouvrir et s'ils vont pouvoir repartir samedi». Réponse en principe aujourd'hui.


Publié le 27/02/2015 à 08h13 par | Sud-Ouest |  Sylvain Cottin

La Mongie paralysée : les skieurs mécontents vont manifester


La station de ski de La Mongie est coupée du monde pyrénéen / Photo FB Plein Ciel La Mongie

Lassés d’être bloqués, des dizaines de vacanciers vont se rassembler devant l’office de tourisme pour protester contre la gestion de cet épisode neigeux
Voilà probablement la toute première manifestation contre la neige… à la montagne. Si caricaturale soit-elle, la formule semble à peine exagérée face aux dizaines de vacanciers en colère attendus ce vendredi après-midi devant l'office de tourisme de La Mongie (Hautes-Pyrénées).

Chauffé à blanc après six jours passés à huis clos dans le froid de la station, Jean-Marc Vazeille distribuait jeudi ses affichettes dans cette grande rue de la station coupée du reste du monde pyrénéen. « Les gens en ont d'autant plus marre qu'aucune information ne leur est donnée sur la date à laquelle ils pourront enfin repartir, explique ce touriste venu de Châteauroux (Indre). On a juste entendu dire que la route restera fermée tant que les hélicos ne pourront pas décoller pour déclencher des avalanches préventives. »


Dans les rues de La Mongie / Photo FB Emilie G.

"La station pourrait quand même faire un geste..."
Si les manifestants ne contestent pas cet évident principe de précaution, ils dénoncent en revanche l'éclipse des responsables de la station. « Pas d'affichage, rien… Le directeur a disparu de la circulation et laisse monter la pression au lieu d'apaiser les esprits, s'agace également Martine. Et, en plus, il n'y a plus de pain… On se sent un peu comme des otages. »

Outre quelques égards, les skieurs frustrés réclament alors une consolation sonnante et trébuchante. « En plus d'une location à 800 euros, j'ai payé d'avance mes six jours de forfait, soit 213 euros pour une seule journée passée sur les pistes, se justifie Jean-Marc Vazeille. La station pourrait quand même faire un geste. Car, après tout, ils auraient dû faire comme dans les Alpes, et ne jamais nous laisser monter, puisqu'ils étaient prévenus de ce gros bazar climatique. »

Parking à La Mongie / Photo FB Préfet des Hautes-Pyrénées

"Service de déneigement incompétent"
Moins virulents, la majorité des reclus de La Mongie se contentent pourtant de noyer leur solitude dans le vin chaud et les calories. À l'image de Juliette, qui aura au moins évité ainsi l'entorse du genou.

« On passe l'essentiel de notre temps à jouer à des jeux de société et à manger. J'étais venue pensant perdre du poids, je vais repartir avec des kilos en plus, sourit la jeune Bordelaise. Désormais, nous prions pour que la pluie fasse fondre la neige qui bloque le parking. Parce que s'il faut compter sur le service de déneigement, totalement incompétent, nous ne sommes pas près de revoir la vallée. »


Publié le 27/02/2015 à 08:09   | La Dépêche du Midi |  Maggy V.-B.

Une grosse avalanche à Barèges

L'avalanche du Theil est descendue jusqu'au poste montagne du 1 er RHP de Tarbes./Photo Joël Adagas.

Après l'expérience de la crue en 2013, la mairie de Barèges est parée. Quand l'avalanche du Theil descend mercredi, personne n'est surpris. Elle s'est arrêtée au mur du parking, devant le pub l'Oncet. «Elle est descendue en deux fois, hier après-midi et cette nuit, mais c'est de la neige lourde, elle est arrivée lentement.» Marc Richard est premier adjoint du maire : «Elle a cependant transporté pas mal de cailloux. Le Bastan a creusé son tunnel, donc il coule naturellement. Nous avons évacué le parking sauf trois voitures dont nous n'avons pas trouvé les propriétaires». 

Toutes les avalanches entre Barèges et la station sont descendues, pas trop de danger pour la suite puisqu'elles arrivent en douceur, «mais nous ne pouvons pas voir s'il reste de la neige au-delà de 1.800 m et tout dépend de la météo que nous allons avoir». Début février, la grosse avalanche du Tratet avait été dégagée pour éviter de dangereuses embâcles sur le Bastan. «Nous nous demandons si nous n'allons pas poster une pelleteuse au niveau du Theil pour intervenir si un autre épisode neigeux se présente.» 

Barèges, secteur de Tournaboup / Photo FB Préfet des Hautes-Pyrénées

En attendant, la commission de sécurité a décidé, jeudi, de garder fermée la route du village vers Tournaboup jusqu'à l'ouverture de la station samedi. «Pour plus de sécurité, nous avons fait évacuer la résidence du Schuss, en zone rouge, et le Bois-de-Marie, même s'il est en zone bleue. Nous avions prévu un hébergement au bâtiment militaire mais les gens ont préféré rentrer chez eux. Les pensionnaires du camp Rollot et du chalet Solitude restent confinés. Ils seront évacués dès que les accès seront sécurisés.»

Jeudi matin, la vallée est coupée du reste du monde : les gorges de Luz sont, elles, bloquées par des pierres et de la boue descendues avec le ruissellement. La pluie et les eaux de fonte gonflent les cascades existantes et des minichutes d'eau se créent, tombant directement sur la route. Situation qui réveille le sens de l'humour d'une jeune valléenne : «Gorges bloquées = pays Toy indépendant !» Enfin juste une matinée.


Publié le 27/02/2015 à 03:55, Mis à jour le 27/02/2015 à 08:03   | La Dépêche du Midi |  A.B.

Hautes-Pyrénées : «Il y a de l'eau partout le manteau est imbibé»


Le débit du Neez était particulièrement impressionnant hier soir, faisant craindre pour la sécurité d'un troupeau. Le niveau montait encore en fin de journée./ Photos Laurent Dard

Alors que le département n'est plus en alerte orange pour les avalanches (la vigilance demeure pour les crues), un survol doit permettre de sonder la fragilité de la couche de neige.

Avec un isotherme qui fait le yo-yo (annoncé à 600 m pour la nuit dernière avant de remonter près de 1 000 m plus haut aujourd'hui) et des précipitations encore importantes, le risque avalanche demeure même si la vigilance météorologique s'est éloignée. «De grosses coulées restent possibles dans différents secteurs d'altitude, rappelle Jean-Yves Lasplaces, le responsable de RTM, la branche spécialisée sur les terrains de montagne de l'ONF. Nous survolerons demain le département pour se rendre compte réellement de la situation et des hauteurs mais aussi de ce qui s'est purgé naturellement.» Plusieurs avalanches ont été recensées, sans faire aucune victime. Le vent attendu aujourd'hui pourrait fragiliser un peu plus ce manteau.

«Certains dispositifs comme les râteliers au-dessus de Barèges ont prouvé leur efficacité» poursuit Jean-Yves Lasplaces, dont l'inquiétude s'est atténuée par rapport à mercredi. «Mais il y a de l'eau partout, le manteau est imbibé avec toutes ces précipitations. Cela a pour conséquence de limiter l'efficacité des plans d'intervention pour le déclenchement des avalanches. La neige est extrêmement alourdie par l'eau et ne réagit pas suffisamment aux explosions.» La remontée de l'isotherme devrait renforcer le débit de certains cours d'eau, notamment le gave et l'Adour. «Les versants sont saturés d'eau, précise le spécialiste de RTM. Cela devrait occasionner des désagréments sur les routes mais l'impact devrait être assez limité. On ne sera pas dans des phénomènes torrentiels comme on en a connus en 2013.» De nouvelles averses sont attendues aujourd'hui sur et à proximité du relief.


Coulée de boue à Lortet, Vallée d'Aure / Photo FB Météo 65

Juncalas : la vallée n'était pas rassurée
Dans la vallée de Castelloubon, le Neez pointait encore le bout de son nez hier. En plusieurs endroits, le torrent a quitté son lit, gonflé par les ruissellements qui convergent au fond de la vallée lourdaise. À Juncalas, un éboulement a même fait peser de vives inquiétudes sur un cheptel d'une cinquantaine d'animaux, coincés dans leur stabulation où l'eaux montait dangereusement. Un temps l'évacuation du troupeau vers une autre exploitation a même été envisagée. Mais une fois l'amas d'encombrants évacué, l'eau a doucement quitté l'exploitation. Néanmoins, le débit du Neez et les écoulements le long des parois éloignaient hier soir la perspective d'une décrue. Le niveau du torrent était même à la hausse en fin de journée, malgré l'arrêt de la pluie, laissant augurer d'une nuit délicate avec le retour de précipitations conséquentes.


Publié le 27/02/2015 à 08:03   | La Dépêche du Midi |  C. V.

Hautes-Pyrénées : Le pire a tout de même été évité

Les gorges de Luz ont été interdites à la circulation jusqu'à hier midi, à cause d'éboulements sur la chaussée./Photo  FB Jancques Béhague

L'alerte orange lancée par MétéoFrance était justifiée, même si les débordements en plaine ont été relativement modestes, hormis dans le Val d'Adour, toujours sensible à la montée des eaux. Quelques routes ont été ponctuellement coupées çà et là, comme de coutume la zone Bastillac, à Tarbes, a été noyée hier matin. La décrue s'est amorcée en cours de matinée, grâce à une baisse du niveau des précipitations.

Situation plus tendue en revanche du côté de la montagne. Hier matin, la route des gorges de Luz a été fermée à la circulation, pour cause d'éboulements, puis rouverte à midi. Un peu plus haut, l'accès à Cauterets a également été rétabli en fin d'après-midi, de même, la route entre Luz et Gèdre a été rendue à la circulation.

Éboulements dans les gorges de Luz Saint-Sauveur / Photo FB Conseil Général Hautes-Pyrénées

Pour autant, tout n'est pas rose, certaines routes restent fermées, à cause du risque d'avalanches : Aulon, où le couloir de la Vierge a encore fait des siennes, mais aussi la station de Piau-Engaly restent inaccessibles. Mais les accès devraient être rétablis rapidement. Sauf pour La Mongie, où la route a été bloquée par plusieurs coulées, qui ont été dégagées, mais le risque d'autres coulées est tel que la route est, pour le moment, interdite à la circulation. Un convoi de ravitaillement en médicaments et nourriture a été organisé, hier soir, un autre ce matin, en attendant une ouverture probable de la voie cet après-midi. En attendant, les transports scolaires ont été à nouveau autorisés, sauf au départ de Gavarnie, Aragnouet, Aulon et La Mongie. Mais le retour à la normale est annoncé.


Publié le 27/02/2015 à 08:00   | La Dépêche du Midi |

Castillon-en-Couserans (09) : Que d'eau !

À gauche, le Lez ; à droite, la Bouigane qui rasent Notre-Dame de Tramesaygues qui porte bien son nom, entre deux eaux./Photo DDM.

Depuis samedi dernier, la pluie tombe sans discontinuer. Les ruisseaux se répandent sur les routes, dans les prés, le moindre ruisselet se transforme en torrent, transportant feuilles, arbres et branches sur les voies de circulation. Hier, à 11 h 30, le pluviomètre enregistrait depuis le 21 février 163 mm, soit 163 litres au mètre carré. Un record ! Et depuis le 1er février, 209 mm ! Et la situation ne semble pas s'améliorer. Première conséquence, c'est très rare à Castillon car le stade des Quatre-Vallées est bien drainé, la rencontre qui devait avoir lieu dimanche, face à Lavernose, est reportée à une date ultérieure, si bien que les Castillonnais auront encore quatre matchs à disputer, les deux prévus selon le calendrier de la fédération, Haut-Salat et Mirepoix, et deux autres reportés, à Saint-Jean-du-Falga et à Castillon face à Lavernose.


Publié le 27/02/2015 à 07:31     | La Dépêche du Midi |

Luchon : les domaines rouvrent

Il y a encore beaucoup de monde sur la station, mais bloqué en vallée / Photo DDM

Les stations continuent à sécuriser leurs domaines après l'importante perturbation qui a amené pluie et neige sur le Luchonnais. À Luchon Superbagnères, il est tombé un peu plus de 1,40 m en cumulé et le risque avalancheux sur le haut du domaine est de 4 sur 5. «Nous avons eu de la neige en quantité mais aussi beaucoup de vent, avec la formation de congères, explique le président de la régie Luchon Superbagnères Pyrénez-vous, Louis Ferré. Hier, la station a pu ouvrir le secteur Techous ainsi que celui du Lac, avec la ferme volonté de proposer le Céciré à nos clients dès samedi, qui s'annonce très beau.» 

Un domaine de Luchon Superbagnères fermé toute la journée de mercredi. «Nous avons vraiment un gros risque avalancheux sur le Céciré, il faut le temps aux équipes de gérer tout cela, poursuit Louis Ferré. Ensuite, il est difficile de dire s'il y a eu des remboursements de forfaits suite à la fermeture de la station. Pour l'instant, les gens ne se sont pas encore trop manifestés». À Peyragudes, c'est aussi sur un domaine restreint que les skieurs les plus courageux ont bravé les intempéries mardi et mercredi. «Chez nous aussi les équipes travaillent à ouvrir le domaine plus largement, confirme Laurent Garcia, le directeur de la Maison de Peyragudes. Il y a encore beaucoup de monde sur la station et les gens commencent à déneiger leurs voitures pour pouvoir repartir samedi. Il y a un peu de déception pour ceux qui comptaient skier toute la semaine, mais nous avons fait le maximum tout de même pour assurer un produit ski intéressant». 

Une idée de la hauteur de neige tombée à Luchon-Superbagnères / Photo FB Météo Pyrénées

Une station de Peyragudes dont l'accès est au goudron côté Hautes-Pyrénées, l'accès côté Haute Garonne, versant Agudes, restant fermé en raison du risque d'avalanches. Concernant les vacanciers de cette troisième semaine, les réactions face aux intempéries sont contrastées. «Nous, nous avons décidé de rentrer plus tôt, entre les forfaits et la location, cela coûte cher pour ne pas faire grand-chose, constate ce couple originaire de Royan. Par contre, la location de ski a été formidable. Le jour de la fermeture de la station, ils nous ont repris les skis sans frais et nous ont prêté une luge pour notre petite-fille. Le geste était très sympa». «Nous, nous avons fait le choix de skier, nous sommes là pour cela, conclut une famille du Pays Basque. Nous sommes à la montagne, nous savions qu'il pourrait faire mauvais, tant pis !»


Publié le 27/02/2015 à 07:30   | La Dépêche du Midi |

Bagnères-de-Luchon (31) - Les CRS : «Les vacanciers doivent être prudents»


"Actuellement, nous avons un risque avalanche maximum" / Photo DDM

De permanence jusqu'à lundi prochain, les secouristes de la CRS 29 veillent sur la sécurité du massif du Luchonnais, en alternance avec le peloton de gendarmerie de haute montagne de Luchon.

Où en est la montagne aujourd'hui ?
Actuellement, nous avons un risque avalanche maximum, de 5 sur 5. Au-dessus de 1 600 mètres, il est tombé plus d'un mètre de neige, avec beaucoup de vent. Du coup, nous avons des formations de plaques à vent, sur tous les versants et toutes les expositions. En dessous, la pluie a limé la neige, le manteau neigeux a été alourdi, avec le risque de voir une avalanche de masse partir. C'est pour cela que certaines routes ont été fermées, comme le col de Peyresourdes.

Vous êtes très sollicités ?
Les gens nous appellent pour des renseignements, sur l'ouverture des domaines, les accès aux stations. Nous les informons, même si notre domaine reste la montagne. La pluie a considérablement alourdi la neige, nous avons un public de vacanciers, peu aguerri. Ils devront être prudents sur les skis. Ceci étant, la météo a été tellement mauvaise ces jours-ci que les gens ne sont pas trop risqués ni sur les pistes, ni en montagne.

Luchon : Les secouristes ont testé leur savoir-faire grandeur nature en janvier 2015 (PGHM, CRS, pompiers du Val d'Aran, guardia civil de Bénasque, bureau des Guides, ONF et RTM, section montagne de la gendarmerie de Luchon, médecin du SAMU) / Photo DDM

Quelle évolution pour les prochains jours ?
Le retour du froid avec du soleil pour le week-end. C'est là qu'il va falloir faire preuve d'un peu de patience et ne pas se précipiter en montagne. Il faut laisser quelques jours au manteau neigeux pour se stabiliser. Il s'agira bien sûr de ne pas s'engager en hors-piste et de privilégier les itinéraires balisés. Il vaut mieux encore éviter haute montagne. Enfin, il faut penser à se munir du matériel adapté et savoir sans servir, je parle du DVA, le détecteur de victime en avalanche, avec la pelle et la sonde. Enfin, il ne faut surtout pas hésiter à contacter les professionnels en cas de doutes.
Pour joindre le secours en montagne : 05 61 31 89 89


Publié le 27/02/2015 à 07:53   | La Dépêche du Midi |

Valence-sur-Baïse (32) : Les rivières sous surveillance

La Baïse est sortie de son lit au port de Valence-sur-Baïse. /Photo DDM, Daniel Da Silva.

Depuis deux jours, au gré des intempéries qui affectent principalement le piémont et la chaîne des Pyrénées, les rivières traversant le département font le yo-yo. Rien de catastrophique pour l'heure. Néanmoins, depuis mercredi soir, le service «Vigicrues» a placé le bassin Arros-Bouès en vigilance orange inondations. Hier, l'Arros prenait ses quartiers à Villecomtal tandis que non loin de là, le lac de Miélan débordait.

La Baïse est elle aussi sortie de son lit, hier, à Valence. Heureusement que la Guinguette est en mode hivernal. La petite rivière de l'Auloue est elle aussi en train de monter et vient grossir le phénomène en se jetant dans la Baïse. Le redoux, qui accentue la fonte des neiges, n'augure rien de bon dans les jours prochains.


Pluie, inondations, avalanches dans les Pyrénées-Atlantiques

(Publié le 26/02/2015 à 18h08  par Sud Ouest Pau)

Le gave de Pau est toujours en vigilance orange © PHOTO LUKE LAISSAC

Une personne s'est retrouvée piégée dans sa voiture à Auterrive © PHOTO ROSELYNE LANSALOT

Le risque est maximal pour les avalanches dans les Pyrénées  © PHOTO LUKE LAISSAC

A Bassussarry, l'eau a pris certaines voitures au piège © PHOTO BERTRAND LAPÈGUE

L'avalanche sur la RD 934 a été dégagée et la route a pu rouvrir © PHOTO LUKE LAISSAC


Route des Monts d'Olmes (09) coupée par une coulée de boue / Photo FB Monts d'Olmes 


Sélection d'articles réalisée à partir des sites LaDepeche.fr et SudOuest.fr
 

Avalanche route de Gourette / Photo FB République des Pyrénées
 

 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
Un début septembre très automnal !
Pyrénées, premières neiges d'été
Avril 2017 : Ne pas se découvrir d'un fil !
Mars : Succession d'intempéries avant l'heure d'été
Petit coup de blanc hier matin en Occitanie


• Catégories liées :
grand sud
intemperies
neige
avalanches
inondations
fevrier2015


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement