5/7/2016 Barrage de Razisse : D'importants travaux réalisés sur la digue

Depuis début 2014, la digue du barrage de Razisse*, implanté sur le Dadou en amont de Graulhet à l'aplomb du village du Travet, a connu d'importants travaux afin de renforcer sa sécurité et son efficacité.  Avec un joli relooking en prime !
Attention : Le site de la digue n'est à ce jour pas accessible au public.


Cette retenue est utilisée pour la production d'hydroélectricité et pour la distribution d'eau potable par l'intermédiaire du Syndicat Intercommunal de la Vallée du Dadou.


L'imposant chantier qui s'est étalé sur plus de deux années avait pour but de conforter le barrage initial (absorbtion d'une crue millénale) et de rehausser la digue existante de 60 cm. Le niveau d'eau du barrage avait alors été baissé d'une dizaine de mètres.


Sur la rive droite de la retenue, côté Le Travet, il a été créé un nouvel évacuateur de crues de type PK Weir (surnommé aussi en touches de piano), avec large déversoir et bassin de dissipation à sa base.


Par ailleurs, la partie rectiligne du barrage à contrefort existant a été renforcée par une recharge aval en béton, emprisonnant les contreforts originels, et donnant maintenant l'aspect d'un escalier géant.


Enfin, sur la portion incurvée du barrage voûte, les deux anciennes vannes métalliques ont été supprimées et remplacées par un système PK Weir, avec mise en place de tirants précontraints au droit des culées existantes.


Afin de faciliter l'accès aux différents engins de chantier, de véritables mastodontes, une route a dû être construite sur la rive gauche, côté Mont-Roc, avec installation d'un pont pour franchir le Dadou sous la digue, au coeur de la station de traitement de l'eau.


Cet imposant chantier, d'un coût prévisionnel de près de 12 millions d'euros, a notamment nécessité 2500 passages de camions, 15.000 mètres-cubes de béton, 600 tonnes de fer et 56.000 mètres-cubes d'enrochement.


Une fois ces gros travaux terminés, la remise en eau a été effectuée, et grâce à ses 210 kilomètres-carrés de bassin versant, la retenue est actuellement à son niveau maximum ce qui permet de vérifier le bon fonctionnement des nouveaux équipements réalisés.


Dans l'attente de la création de ce nouvel évacuateur de crues, depuis plus de quinze ans, le niveau de l'eau du barrage avait été baissé et la bande de terrain ainsi mise à l'air libre s'est recouverte d'une abondante végétation (peupliers, saules,...).



Ainsi, les ruines du château de Grandval qui étaient pendant tout ce temps accessibles à pied (mais avec interdiction de s'en approcher en raison du danger) ont retrouvé toute leur insularité...



Rétro : la digue de Razisse avant ces travaux

La digue d'origine du barrage de Razisse telle qu'elle se présentait lors de sa mise en eau en 1954 / Carte postale Cim

Pour revivre l'évolution du chantier sur le site letravet.org :


(*Selon les cartes ou les panneaux, Razisse peut également s'écrire Rasisse ou Rassisse)


 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
Albi : "Saveurs du Tarn" sur le Vigan
Tarn : Échos des communes (mai 2017-1)
Randonnées tarnaises, côté baliseurs
Eau : des situations contrastées dans la région
Le Tarn attire toujours plus de vacanciers


• Catégories liées :
tarn
dadou
barrage
razisse
travaux


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement