2/9/2015 Grand Sud : Dramatique nuit d'orages -2-

Publié le 02/09/2015 à 07:57  | La Dépêche du Midi |  T.D.

Tarn & Garonne : Le très lourd bilan de la terrible tempête

Le Centre départemental d'incendie a reçu 1500 appels / Photo DDM

Au-delà du bilan humain qui fait état d'un mort, de deux blessés graves et de cinq blessés légers, les dégâts matériels s'avèrent considérables au lendemain de l'orage et des très fortes rafales de vent qui ont balayé le Tarn-et-Garonne, lundi soir.

Au lendemain d'une nuit éprouvante, la population tentait de retrouver, hier matin, un semblant de vie malgré le spectacle de désolation. De Beaumont-de-Lomagne à Montpezat-de-Quercy, en passant par Montauban ou Castelsarrasin, les premiers dégâts recensés sont impressionnants. Arbres déracinés, routes coupées, toitures endommagées, voitures écrasées par des chutes de troncs ou de branches, vergers décimés : les orages de lundi soir ont laissé d'énormes plaies ouvertes sur tout le Tarn-et-Garonne.

Sur le plan humain, le bilan fait état d'un mort. Christelle Claude, 29 ans est décédée à Montbeton, lors de son transport au centre hospitalier de Montauban, après qu'un arbre s'est abattu sur sa voiture au pont-canal de Montech. Deux autres personnes ont été grièvement blessées, à Castelsarrasin et à Caylus, suite à des chutes d'arbres. La préfecture a dénombré cinq blessés légers, ainsi que soixante-deux entrées aux urgences du centre de Montauban dans la nuit de lundi à mardi.

/ Photo DDM

Le Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis) de Tarn-et- Garonnea reçu 1 500 appels en quelques heures. 250 pompiers ont été mobilisés sur le terrain. «On a effectué plus de 450 interventions et 217 sont toujours en attente», a expliqué hier, en fin d'après-midi, le colonel Sébastien Vergé. Les pompiers tarn-et-garonnais ont d'ailleurs reçu le renfort de quatorze collègues du Lot-et-Garonne pour le secteur de Montpezat-de-Quercy et de huit éléments de Haute-Garonne pour Montauban.

De leur côté, les gendarmes n'ont pas été en reste en répondant à plus de 600 appels. «Au moment du pic de la tempête, on a connu une saturation. Les appels ont basculé sur le centre opérationnel régional de la gendarmerie à Toulouse», a précisé le lieutenant-colonel Libournet.

Hier, le préfet de Tarn-et-Garonne a survolé le département à bord d'un hélicoptère pour mieux se rendre compte de l'ampleur des dégâts. Son analyse de la situation : «Montauban et son agglomération, dans un rayon de 20 km, ainsi que la Lomagne ont été les zones les plus touchées. Les dégâts concernent principalement les habitations (toitures endommagées ou arrachées), la voirie (chute d'arbres et de branches) et les exploitations agricoles particulièrement atteintes», explique Jean-Louis Géraud.

Maison détruite à Montech / Photo DDM Manuel Massip

Un appel à la prudence
Le préfet de Tarn-et-Garonne rappelle à la population des «consignes de prudence, déconseillant toute action dangereuse comme le bâchage des toits et l'élagage ou le tronçonnage des arbres et branches tombés sur les routes. Les accidents de ce type sont très fréquents.»
Par ailleurs, Jean-Louis Géraud demande «de ne faire appel aux numéros d'urgence qu'en cas de difficultés sérieuses. Tout cela, bien, sûr, afin de faciliter les opérations de secours importantes.»

Vent, pluie : des records sont tombés
«Une ligne orageuse organisée» : voilà comment les experts de Météo-France qualifient l'épisode météorologique de grande intensité qui a sévi sur tout le Tarn-et-Garonne, lundi soir.

«C'est un phénomène rapide, mais très violent», indique l'ingénieur.
Selon les relevés analysés hier, les rafales de vent ont atteint les 138 km/h à Montauban, lundi, à 20 heures 12. Le précédent record scientifiquement relevé à la station de Météo-France implantée dans le chef-lieu du département datait de juin 2006, avec 133 km/h.
En ce qui concerne les précipitations, il est tombé 60 mm d'eau ce 31 août à Montauban, alors que le cumul pour un mois de septembre habituel est de 50 mm.

À Castelsarrasin, le vent a également soufflé très fort lundi soir, atteignant les 127 km/h, à 20 heures 07. Mais pour la ville sous-préfecture de Tarne-et-Garonne, particulièrement touchée aussi par l'orage et le vent, c'est le cumul de précipitation qui impressionne le plus les observateurs. Il est en effet tombé 52 mm ce lundi 31 août 2015, dont 45 mm d'eau en une heure seulement, en tout début de nuit.


Publié le 02/09/2015 à 07:43  | La Dépêche du Midi |  Gisèle Dos Santos

Le «Montalbanais» durement frappé

Cellule de crise à la mairie de Montbartier. /Photo DDM Cécile Aurore Lartigue

À Montbartier, le maire et l'équipe municipale du plan communal de sauvegarde du village sont intervenus jusqu'à minuit, un peu partout sur la commune notamment route de Finhan pour dégager les arbres tombés sur la chaussée. «Sur la voie communale 4 entre Montbartier et Brial, deux gros chênes ont été déracinés et des débris de branches jonchaient les rues du centre-ville. Une toiture s'est à moitié envolée derrière le bistrot et afin d'éviter les accidents, on a empêché les gens de sortir de chez eux avec leur voiture» explique le maire Jean-Claude Raynal. Et tôt le matin, tous étaient à pied-d'oeuvre pour répondre aux interrogations et aux inquiétudes des habitants : «Le plus gênant, c'est la coupure d'électricité. Seulement 20 % du village était alimenté hier, mais nous espèrons qu'Erdf va nous la remettre avant midi. Nous avons pris la décision de laisser l'école ouverte et 40 % des élèves sont restés. Dans un village c'est plus facile de faire du sur-mesure» dit-il.

À Albasud, le vent n'a épargné ni les habitations, ni les vergers. Raymond 87 ans et Odette 83 ans ont eu leur maison dévastée. Leur jardin est jonché d'arbres tordus et arrachés, certains débordant sur l'avenue de l'Europe et le toit de leur maison est criblé de trous : «On est là depuis près de 60 ans et c'est la première fois qu'on voit ça» lâchent-ils.

Le centre équestre de Brial dévasté
Le centre équestre de Brial a été lui aussi touché par les fortes rafales de vent. La charpente a résisté mais une partie de l'immense structure du manège a subi des dégâts importants.

«Les clôtures ont été endommagées par la chute des arbres et un pan de mur en béton du manège et une partie de la toiture se sont écroulés» déplore Mallory Galan gérante du centre équestre. «Heureusement nos vans, la buvette et les silos sont intacts et de plus c'était les vacances, alors il n'y avait personne dans le manège. Mais je tiens à préciser que les cours vont reprendre normalement dès demain et que notre centre équestre sera ouvert» ajoute Joëlle, sa maman, qui est venue découvrir l'étendue des dégâts.
Mère et filles sont prêtes à retrousser leurs manches pour accueillir leurs futurs élèves.

L'église de Brial décapitée / Photo DDM Chantal Longo

Grisolles : petits dégâts
Les dégâts de la tempête dans le secteur de Grisolles sont assez limités. La route d'Ondes, à Grisolles, et le chemin des Acacias, à Monbéqui, ont été fermés pour des chutes de câbles électriques ou d'arbres coupés, que l'on déplore aussi comme au boulodrome municipal de Grisolles ou derrière le restaurant Le Relais de Campsas. Notons des clôtures abattues comme chez M. et Mme Radio, à Campsas, des gouttières comme au boulodrome de Grisolles, des sols inondés comme à l'école de Monbéqui. L'orage a déversé 47 millimètres de pluie chez M. Martin, à Fabas, 50 à Bessens et 60 à Lapeyrière selon le maire Alexandre Billiard. Dans les vergers de pommes, la cueillette se poursuit, les dégâts sont peu importants au dire des ouvriers du domaine de Fongraves, à Campsas.

A Vigueron, clocher étêté et drame évité
L'église de Vigueron, en Lomagne, qui avait été restaurée il y a deux ans, a été étêtée complètement. Son clocher n'a pas résisté à la tornade et s'est écrasé sur la toiture de l'édifice religieux.

Dans le même temps, à 20 heures précises, au pied de l'église, la toiture de la villa dans laquelle la famille Fourquier avait emménagé il y a un an à peine, a été elle aussi emportée à plus de 20 mètres. L'épouse d'Arnaud Fourquier, alors seule avec son petit enfant a eu tout juste le temps de s'enfuir. Un drame a été évité de peu. La solidarité a aussitôt joué envers les Fourquier, à la fois par la présence de toute la famille, mais aussi par les voisins, venus prêter main-forte pour le déblaiement.

A Bressols, de lourdes pertes
La population, extrêmement choquée, a commencé à nettoyer les intérieurs puis les extérieurs des habitations. La foudre s'est abattue au centre du village où des platanes sont à terre. Aucun quartier n'a été épargné : «Le toit de la maison s'est soulevé, nous étions quatre à tenir et vider des seaux au fur et à mesure dans l'écoulement de notre salon», signale Karine, une habitante du chemin de Neuville. à Brial, les interventions de sapeurs-pompiers se sont succédées. Le toit de l'église de Brial n'a pas survécu, la façade s'est effondrée. Le maire Jean-Louis Ibres avait bien triste mine tôt le matin au centre du bourg : «Les dégâts sont incommensurables, nous sommes consternés», signale le maire qui n'a cessé de tourner dans tous les quartiers afin de rencontrer les habitants. La rentrée des classes n'a pas pu se faire. L'école maternelle Jean-Zay est lourdement endommagée dans les parties hautes. La mairie n'avait pas encore retrouvé hier ni l'électricité ni aucun moyen de communication vers l'extérieur. Les services techniques municipaux étaient mobilisés. En fin de journée, l'imposante clôture du stade municipal, en bord de route départementale, menaçait toujours de tomber sur cet l'axe routier où les automobilistes étaient encore nombreux à constater les dégâts.


Publié le 02/09/2015 à 07:41  | La Dépêche du Midi |  S.N.

Tarn & Graonne : L'économie touchée

Dès le matin, les rayons de camping ont été dévalisés à Décathlon. / Photo DDM

La tempête n'a pas épargné les entreprises du Tarn-et-Garonne, comme partout c'est le même chaos : des arbres tombés sur les parkings, des toitures arrachées, des candélabres pliés… Beaucoup de restaurateurs ont dû faire face à la coupure de courant : des denrées et des frigos entiers de glaces à jeter à la poubelle. A Montauban, le restaurant l'Auberge du Tarn a été secouée en plein service : «Il y avait une dizaine de personnes sur la terrasse, on a fait rentré tout le monde à l'intérieur, ça a été très rapide et très violent» raconte le gérant Mohamed Agnaou qui n'a pas dormi de la nuit. Lui et ses cinq salariés ont même sauvé une famille de vacanciers bloqués dans leur voiture après la chute d'un arbre. Un jour après la tempête, les dégâts sont importants : «Le toit est endommagé, une partie du mur et de la clôture de l'entrée du parking s'est écroulé, le plafond de la cuisine est tombé à cause des infiltrations d'eau, on a eu une fuite de gaz et mon matériel électrique ne fonctionne plus» soupire-t-il. Tout en déblayant et éprouvé, le gérant travaille déjà sur les devis pour reprendre au plus vite, il ne peut pas encore estimer les dégâts.

A Port-Canal, le restaurant Le Port est lui aussi sur le pont pour déblayer et reconstruire, plus de vingt personnes travaillent à refaire les toitures du bar et de la scène, les structures en aluminium ont tenu le coup mais beaucoup de spots de lumière sont cassés. «On a eu de grosses pertes et les palissades coulissantes sont toutes à refaire, mais on espère ouvrir mercredi midi» explique le gérant Benoît Coffignal.

Place du 22 septembre à Montauban / Photo DDM Manuel Massip

Dans les zones Albasud et Bressols, les entreprises ont subi des dégâts matériels mais pas de quoi interrompre leur activité. Au centre commercial Géant-Casino, de nombreux arbres ont été abattus, quelques panneaux de signalisations ont volé, deux lampadaires sont couchés. Selon un responsable, il est encore trop tôt pour évaluer les coûts mais l'intérieur a été épargné. Quant aux magasins de sport ou de bricolage, ils ont été assaillis dès leur ouverture pour faire face à la panne de courant et aux travaux à venir. À Décathlon, les réchauds, camping gaz ou encore lampes en tout genre étaient en rupture de stock.

Un à un, elle sort les cartons de vêtements de ses locaux, Patricia Bourliaguet les empile sur le trottoir, désespérée… Car à l'intérieur, la pluie ne s'est pas arrêtée de couler, partout du sol au plafond tout est trempé à cause des infiltrations d'eau. «C'est une catastrophe ! On a déjà eu des problèmes avec les orages il y a quelques semaines mais là tout est inondé» déplore-t-elle. Cette chef d'entreprise de «G ! ozé» dessine et fait produire des vêtements qu'elle revend ensuite à des boutiques. Dans ses locaux sur deux étages en face de la gare de Montauban, elle stocke plus de vingt mille pièces de vêtements qu'elle emballe dans des cartons pour les livrer en France ou à l'étranger. En ouvrant ses bureaux hier matin, elle a vu une scène d'apocalypse, des mois de travail qui pourraient moisir en quelques jours : «J'ai des manteaux dans de gros cartons qui sont trempés, il faut tout sortir, tout sécher mais il restera des odeurs. C'est sûr que je vais avoir des pertes, au moins cinquante mille euros !» souffle-t-elle les pieds dans l'eau. Inlassablement, elle sort les cartons qui devaient être livrés, elle sauve ce qui peut être encore sauvé…

Dégâts dans les vergers / Photo FB Brigitte Barèges

«Personne ne vient nous aider»
«On est des petites boîtes, on se bat pour exister, ma trésorerie n'est pas énorme et je suis toujours à flux tendu mais personne n'est là pour nous aider. J'ai appelé les pompiers, la mairie, les militaires… Je vais avoir du retard sur mes livraisons, heureusement j'avais mis quelques cartons sur des palettes» raconte-t-elle. Dans les bureaux administratifs, constat toujours amer : ses dessins des collections à venir et les piles de papiers sont trempés, même les chèques des clients sont à jeter à la poubelle. Depuis plusieurs mois, elle demandait des rénovations à son propriétaire sans succès : «Il aurait au moins pu bâcher le toit, là j'ai peur que ça s'écroule, le plafond est un peu bombé» constate-t-elle à moitié découragée.

Cellule de crise à la CCI
La Chambre de commerce et d'industrie du Tarn-et-Garonne a mis en place un appui logistique pour les entreprises sans moyens de télécommunication. Dix bureaux et salles de réunions avec téléphones et imprimantes sont aussi ouverts aux entreprises dans le besoin ou dont les bâtiments sont hors d'usage au 22 allées de Mortarieu. Elle aide à trouver des solutions de repli.

Elle lance aussi un appel à la solidarité interentreprises, celles qui disposent de locaux, bureaux, matériels, moyens divers et souhaitent les mettre à disposition des entreprises sinistrées.
Enfin, toute la journée d'hier, elle a participé au diagnostic engagé par les services de l'Etat en recensant les sinistres des entreprises, leurs besoins et les a transmis à la cellule de crise de la préfecture.

50 établissements restent fermés
Les établissements scolaires ont subi de nombreux dommages dans le département, vitres brisées, toitures endommagées, infiltrations d'eau et des arbres et des branches dans les cours d'école. Cependant tous devraient rouvrir leurs portes aujourd'hui, sauf une cinquantaine d'entre eux.


Publié le 02/09/2015 à 08:52   | La Dépêche du Midi |  H.G

Violent orage de grêle : cinq communes sinistrées en Haute-Garonne


Les pompiers sont sur les toits à Lilhac pour sécuriser les habitations touchées./ Photo DDM, Y. S- C

Lundi soir, il était environ 19 h 30 lorsqu'un violent orage de grêle s'est abattu sur une partie du Comminges. Cinq communes ont été durement touchées : Lilhac, Saint-André, Esparron, Castéra et Escanecrabe. Au total, 250 habitations ont subi des dégâts importants.

Une réunion de crise s'est déroulée hier matin à Lilhac. Un dispositif exceptionnel a été déployé et tous ses acteurs étaient présents à la salle polyvalente. «Nous sommes sur un épisode climatique orageux assez concentré, l'épicentre concerne cinq communes, et à la marge, les communes limitrophes», précise Jean-Luc Brouillou le sous-préfet. 250 bâtiments ont été endommagés, par de la grêle principalement, de la taille d'une boule de pétanque.

L'épisode a duré trois-quart d'heure. «Heureusement, il n'y a pas de victime, mais psychologiquement et humainement, l'impact est lourd.

Les maisons et la chèvrerie
Les maisons sont abîmées. Soixante à soixante-dix maisons par commune sont touchées et une chèvrerie avec 12 emplois à Escanecrabe est impactée», annonce le sous-préfet. L'urgence a été traitée dans la nuit : dégagement des voies de communication, sécurisation des biens. «Il a fallu d'abord sécuriser complètement l'école de Saint-André, ce qui a été fait ce matin par les pompiers. Nous allons mettre en œuvre l'accès aux entreprises pour les travaux qui sont nécessaires pour sécuriser, comme la chèvrerie mais aussi les bâtiments agricoles. Nous mettons aussi en œuvre, cet après-midi, la couverture des maisons individuelles pour que les murs soient hors d'eau, avec les pompiers, les agents communaux et intercommunaux», poursuit Carole Delga, la députée.

Routes départementales et communales
80 à 90 % des routes départementales sont déjà pleinement sécurisées et d'ici le soir, toutes les routes communales seront balayées et sécurisées. La plupart des habitants ont retrouvé l'électricité, sauf deux quartiers. Un vrai dispositif de crise a été déployé. Gilbert Sioutac, maire de Lilhac, a tenu à saluer les pompiers pour leur réactivité. «Il y a eu une action en couverture totale, avec la gendarmerie qui a mis en place des patrouilles pour surveiller les maisons vides» ajoute le sous-préfet. Il n'y a aucun problème de relogement. L'action des services départementaux, de secours, de voirie, a été soulignée.

Émotion et soulagement au camping
Dans le Boulonnais deux communes ont été touchées Escanecrabe et Castéra Vignoles, le long de la départementale 3, une zone localisée avec une quarantaine de bâtiments agricoles et de maisons dont les toitures sont devenues de véritables passoires sous l'impact des énormes grêlons.

Au camping La Vie en Rose à Escanecrabe, la maison et le gîte ne sont plus habitables. Toutes les tuiles sont cassées. Les pompiers ont fait leur possible pour bâcher une petite partie du toit et mettre hors eau quelques pièces à vivre. Les deux véhicules des propriétaires M. et Mme Fulton ont les vitres explosées et la carrosserie cabossée. Heureusement que les vacanciers étaient partis et que les tentes étaient repliées. La maison dont la restauration est terminée depuis six mois a été inondée. «Nous attendons après les assurances confie M. Fulton, la gorge nouée en pensant à ses deux petits enfants dont l'un est en bas âge.

Justement l'assureur vient d'arriver et le réconforte. L'expert va passer cet après-midi. Il faudra envisager un relogement en attendant la fin des travaux de remise en état.

À moins d'un kilomètre de là, à la ferme équestre Les Farfadets, la maison d'habitation est recouverte de bâches. «J'ai voulu rester chez moi» déclare démoralisé, Régis Coquel le propriétaire. À la chèvrerie des Hounts, sans doute moins impactée, la famille Baudriller a réussi à étayer le plafond de la fromagerie et à protéger ainsi la production car le déluge est arrivé après les grêlons.



Publié le 15/06/2014 à 08:08  | La Dépêche du Midi | 

Orages meurtriers dans le Grand Sud

Intempéries Grand Sud - Hautes-Pyrénées, Ariège, Aude

Inondations dans les Hautes-Pyrénées. - Laurent Dard - DDM

De violents orages localisés se sont abattus dans la nuit de vendredi à samedi sur le Grand Sud, faisant une victime. Et de nombreux dégâts : caves et maisons inondées, routes défoncées, animaux noyés… Hier, l'heure était au nettoyage.

Des orages localisés ont éclaté sur les Pyrénées. Trois départements ont été particulièrement touchés. Il s'agit des Hautes-Pyrénées, de l'Ariège et de l'Aude.

Dans les Hautes-Pyrénées, le secteur Bagnères Lourdes a subi de nombreux dégâts après les orages de vendredi, en soirée, ayant entraîné des inondations. Une victime est à déplorer, il s'agit d'un homme. Certaines routes ont été fortement endommagées. Le pont de la Géline a été même en partie emporté par une énorme vague. Il faudra le réparer au plus vite car le Tour de France a prévu de l'emprunter dans un mois. Aux Angles, des exploitations agricoles ont été noyées par les eaux. Ainsi, chez Denis Coste, les bêtes ont eu les pieds dans l'eau dans les étables. Les chiens ont encore de la boue collée sur le dos, les poules encore affolées et le tractopelle prêt à entrer en action pour pousser ce qui entrave la cour. «Heureusement que j'ai porté quelques vaches aux estives», se console l'agriculteur. Ajoutant : «Mais que vais-je devenir ?» A Montgaillard, certains habitants ont perdu toute leur volaille. Une femme raconte : «J'étais au fond de mon jardin, c'est arrivé très vite. Deux minutes, peut-être moins, c'est terrible. Je me suis accroché au robinet et j'ai pu sauver mon chien de justesse !»

En Ariège, les violents orages ont éclaté vendredi, vers minuit. Il est tombé 73 mm de précipitations dans la haute vallée de L'Hers. En une heure, le niveau de L'Hers est monté de 2,5 mètres. Du jamais vu de mémoire d'habitants. En sortant de son lit L'Hers s'est transformé en véritable vague d'eau et de boue. De nombreuses habitations situées non loin du cours d'eau ont été noyées. Il n'y a heureusement aucune victime. Par contre les dégâts matériels sont très importants à L'Aiguillon, Lesparrou, La Bastide sur L'Hers, le Peyrat. Selon la gendarmerie entre 40 et 60 véhicules (des voitures mais aussi des camping-cars) ont été noyés ou carrément emporté par les flots. On a retrouvé des voitures au milieu de la rivière.

Les pompiers de l'Ariège qui sont intervenus à une quarantaine de reprises ont aidé les habitants à évacuer l'eau et commencer à nettoyer. Les élus devraient demander le classement en état de catastrophe naturelle.

Dans l'Aude, c'est aussi l'Hers qui est sorti de son lit, surprenant les habitants du Chalabrais dans la nuit de vendredi à samedi. De nombreuses maisons ont été inondées dans le secteur. Les champs de maïs ont été couchés par les pluies battantes et des voitures soulevées par les eaux. Par endroits, les routes ont été transformées en torrent. A Chalabre, l'Hers a coulé par les jardins jusqu'au pied des habitations du quartier des Moulis . A Saint-Colombe, l'impact a été violent. Lapins, poules ont été noyés, les eaux sont montées jusqu'à 1m20. De nombreux secours étaient mobilisés pour vider les caves.

Après cet épisode désastreux, le soleil était revenu hier, dans les trois départements.

 
Publié le 02/09/2015 à 08:59  | La Dépêche du Midi |

Villemur-sur-Tarn (31) : L'orage perturbe la rentrée sur le site Anatole-France

Les élus de la commune ont suivi de près le déroulement des opérations d'évacuation d'eau sur les niveaux supérieurs de l'école. /DDM RL

Le violent orage qui s'est abattu lundi en fin de soirée sur la région aura eu pour conséquence de perturber la rentrée scolaire des écoles élémentaires Anatole-France de Villemur-sur-Tarn. Pas de dégâts considérables, mais les grosses infiltrations d'eau retenues sur le plancher supérieur du bâtiment pouvaient présenter un danger potentiel d'effondrement sur les classes situées au niveau inférieur.

 
Publié le 02/09/2015 à 08:32  | La Dépêche du Midi |

Violent orage sur le Capdenacois (12)

Square Baulès./Photo DDM

Lundi, sur le coup de 22 heures, de fortes rafales de vent se sont abattues sur Capdenac et ses environs. De nombreux arbres n'ont pas pu résister et ont contraint les services municipaux à sortir dans la foulée pour dégager certaines routes encombrées. 

 
Publié le 02/09/2015 à 07:50  | La Dépêche du Midi |

Ariège : L'orage n'a fait que frôler notre département


Ces intempéries n'ont causé que peu de dommages : deux arbres couchés en travers de la chaussée / Photo DDM

Un violent orage venu d'Espagne a franchi les Pyrénées ce lundi soir, alors que notre département était classé en vigilance orange pour les intempéries et les crues, mais il n'a finalement qu'effleuré l'ouest ariégeois. Il a été plus fortement ressenti dans le Couserans et le Volvestre, mais a épargné la Haute-Ariège, le Pays d'Olmes et le nord du département.

Les services de Météo-France ont ainsi enregistré des cumuls des précipitations conséquents à Lézat-sur-Lèze (40 millimètres), en tout début de soirée. Ils étaient nettement plus faibles à Saint-Girons et Sentein (une dizaine de millimètres seulement dans les deux communes du Couserans). Par contre, le vent a soufflé avec violence sur le Couserans, aux frontières de ce violent orage, avec des pointes jusqu'à près de 100 km/h (94 km/h enregistrés à Saint-Girons). 


Publié le 02/09/2015 à 07:47  | La Dépêche du Midi |  Max L.

Cordes-Tolosannes (31) coupée du monde


Sur le clocher de Cordes-Tolosannes en partie tombé sur le toit, l e maire Patrick Dellac fait l'état des lieux./Photo DDM, Max Lagarrigue

Isolé du monde par des dizaines de chute d'arbres obstruant les accès au village, Cordes-Tolosannes était, hier, un village dévasté par l'orage de la veille. Parmi les stigmates les plus visibles, le sommet de son clocher littéralement rasé.

Privés d'électricité, de téléphone et même d'une partie de leur clocher décapité dans la nuit, les habitants de Cordes-Tolosannes se sont réveillés, hier matin, coupés du monde. Le maire Patrick Dellac, débordé, devait faire feu de tout bois pour répondre aux difficultés rencontrées par ses administrés. «Notre priorité, c'est d'abord de dégager les accès à la commune qui ont tous été obstrués par des chutes d'arbres» témoigne-t-il sans s'arrêter de marcher. Il faut dire que ce village qui surplombe avec son point de vue prisé sur la Garonne et l'abbaye de Belleperche, est ceinturé de bois et de végétation.


Publié le 02/09/2015 à 07:47  | La Dépêche du Midi | J.- Ch. T.

Comminges (31) : des grêlons comme des boules de pétanque


Certaines vitres de voitures n'ont pas résisté. / Photo DDM

Pendant trois quarts d’heure, lundi en fin de journée, la grêle est tombée avec force sur cinq communes du Comminges. 250 bâtiments ont été touchés.

Une zone centrale du Comminges, entre Boulonnais et région de l’Isle-en-Dodon, a été particulièrement touchée par la violence des orages lundi à 19 h 30. Des grêlons, d’une taille « énorme», comme des boules de pétanque selon les observateurs, sont tombés pendant quelques instants, provoquant nombre de dégâts dans des toitures de bâtiments, privés ou publics, causant même l’explosion de vitres de voitures et jonchant les routes de branches abattues. Au total, ce sont 250 habitations, 3 exploitations agricoles et une école qui ont été touchées. Parmi les communes les plus impactées, celle d’Escanecrabe où le camping la Vie en Rose voit une maison et le gîte rendus inhabitables, toutes les tuiles étant cassées, et la maison d’habitation inondée (lire encadré). Dans le même secteur, une ferme équestre et une chèvrerie qui emploie 12 personnes, ont également souffert de la grêle.




Publié le 02/09/2015 à 07:47  | La Dépêche du Midi | La. L.


Montech (82) durement éprouvée


Montech panse ses plaies / Photo DDM

Déjà marquée par la tempête de 2006, la ville de Montech a encore été durement éprouvée lundi soir. Surtout par le drame survenu sur le pont qui enjambe le Tarn. Hier, c'est toute une cité qui essayait de faire face malgré tout.

Des arbres presque tous touchés. La longue ligne droite qui conduit jusqu'à Montech est une longue suite de dégâts impressionnants. Montech a subi un lourd tribut du passage de la tempête lundi soir. C'est sur le pont qui enjambe le Tarn que Christelle Claude a trouvé la mort en début de soirée après qu'un arbre est tombé sur sa voiture. La jeune fille qui rentrait sur Montauban (lire ci-contre) était là au mauvais moment. Tragique destin. Et c'est toute une cité qui s'est réveillée hébétée hier matin.

«J'ai vécu une nuit en enfer»
Les Montéchois se pressaient à la mairie où les déclarations de sinistre s'enchaînent (90 hier, à 17 heures) en attendant, peut-être, une déclaration de catastrophe naturelle. Dès lundi soir la municipalité a ouvert la salle des fêtes pour accueillir les sinistrés de la tempête et y installer une cellule de crise. Toutes les écoles ont été fermées et le service de portage de repas à domicile annulé hier. Hier ce sont une bonne dizaine de personnes qui ont dû être relogées par la municipalité. Comme cette jeune mère de famille installée dans le centre du village : «Franchement j'ai vécu l'enfer cette nuit. Dès que la tempête est arrivée l'eau a commencé à s'infiltrer dans mon appartement et ça n'a pas arrêté, dans le couloir, dans la salle de bains, dans la chambre... Et avec deux enfants dont un en bas âge qui n'arrêtait pas de pleurer c'était vraiment dur». Hier matin l'appartement était vraiment inutilisable. La mère et ses deux enfants ont été relogés par la mairie au camping municipal, dans des mobil-home. Si les écoles rouvrent ce matin, la crèche restera fermée faute d'électricité ; l'eau reste toujours potable avec l'installation d'un groupe électrogène.


Publié le 02/09/2015 à 07:48  | La Dépêche du Midi | 

Vision d'apocalypse à Léojac (82)

Le toit de la terrasse s'est soulevé comme un fétu de paille et est retombé sur le toit de la maison./Photo DDM C. A.  Lartigue

Hier matin, partout autour de Montauban, c'est un spectacle de désolation qui s'offrait au regard. Les éléments se sont particulièrement déchaînés sur la commune de Léojac, en particulier sur le chemin de la mairie, où la circulation était encore difficile en début d'après-midi en raison des nombreux arbres couchés sur la route et des fils électriques qui pendaient, obligeant les automobilistes à slalomer sur la chaussée. Sur le sol, les feuilles des arbres semblaient avoir été hachées à la moulinette et sur les toitures, les trous béants et les tuiles arrachées laissaient imaginer la fureur des éléments. Lundi soir, les habitants ont eu la frayeur de leur vie et ce 31 août 2015 restera gravé dans les mémoires. «Chez nous, les chênes ont été décapités et tout le bois derrière est en vrac. Il y a plein de câbles par terre, certains habitants n'ont plus d'électricité, d'autre pas de téléphone, mais on n'a encore vu personne, alors on se débrouille tous seuls, avec les moyens du bord» déclare Colette Muller, tandis que son mari Philippe s'emploie à replacer les tuiles sur le toit de la maison de ses beaux-parents.

Un peu plus haut, hébétés devant le spectacle de leur maison dévastée, Didier Bousquet et Florence Larroque sont encore sous le choc : «On est là depuis 13 ans et on n'avait jamais vu ça. On a eu très, très peur. Le plafond est tombé d'un coup, alors on est parti se réfugier chez papi et mamie, en pleine nuit, avec nos deux enfants» lâche Didier, les larmes aux yeux, en contemplant sa belle cuisine sous les gravats et le trou béant où pendent des plaques d'isolant détrempé. 


Publié le 02/09/2015 à 07:45  | La Dépêche du Midi |

Lot : Les orages arrachent arbres et poteaux


Un imposant frêne s'est déraciné à Saint-Cirgues, barrant la voie communale dîte de Lasfargues et cassant un poteau électrique. Le câble et le fil téléphonique jonchent la route. / Photo DDM

À Saint-Cirgues
L'orage qui a sévi avec de fortes rafales de vent dans la soirée du lundi 31 août a causé quelques dégâts sur la commune, avec des arbres cassés ou déracinés. Ce fut le cas à proximité du village, route de Lasfargues, où un imposant frêne a été déraciné, barrant ainsi la chaussée de cette voie communale. Dans sa chute, un poteau électrique s'est cassé, et le câble électrique jonche la route, tout comme les fils de la ligne téléphonique.

Hier, l'employé communal aidé des voisins, était à pied d'œuvre pour dégager au maximum les branches et installer des panneaux signalant le danger. Il s'agissait alors de faire le nécessaire pour éviter la circulation des véhicules sur cette portion de route où se trouve le câble électrique.

À Labathude
La mini-tempête qui a traversé la région a arraché quelques arbres et branches. Le réseau électrique a lui aussi été touché puisqu'hier, la rentrée des classes a été perturbée par une coupure de courant. Dans l'après-midi, certains foyers n'avaient toujours pas d'électricité.


Publié le 02/09/2015 à 07:54  | La Dépêche du Midi |

Lot : L'orage de tous les records

Près de Flaugnac, dans le Quercy Blanc, de nombreux arbres à terre / Photo DDM

L'orage annoncé a bien frappé, lundi soir, dans le Lot. Un épisode d'une rare violence qui a déferlé du sud à l'est du département, causant des dégâts conséquents. Même s'il avait perdu (un peu) de sa force qui a provoqué de si lourdes séquelles dans le Tarn-et-Garonne voisin, l'orage a laissé des traces. Hier matin, on ne comptait plus les arbres arrachés, les toitures éventrées, les lignes électriques sectionnées ou encore les récoltes détruites.

Les équipes du département du Lot en charge des routes ont été mobilisées une bonne partie de la nuit, de lundi à mardi, avec des interventions entre 22 heures et 3 heures du matin. Il s'agissait de nettoyer et de dégager la chaussée en tronçonnant les arbres et les branches à terre, afin de sécuriser la circulation. Plusieurs interventions ont concerné la RD 662 dans la vallée du Lot. Le nettoyage des routes départementales va se poursuivre aujourd'hui. Au plus fort de la crise, 26 000 foyers étaient privés d'électricité, lundi soir. Ils n'étaient plus que 4 000 hier à 11 heures et 2 000 à 18 heures. 60 agents d'ERDF ont été engagés, renforcés par 35 collègues du Limousin et de l'Auvergne. Hier soir, les agents travaillaient sur les communes de Bagnac, Castelnau-Montratier, Saint-Paul-de-Loubressac, Montdoumerc, Flaugnac pour remettre le courant dans les maisons sinistrées. Tout devrait rentrer dans l'ordre aujourd'hui.

Des dégâts ont également été occasionnés sur le réseau de téléphonie fixe et mobile avec des centraux touchés (fixe) et 11 sites hors service pour le réseau mobile.
L'épisode orageux a donc essentiellement touché le secteur sud/sud-est du Lot : un couloir compris entre Castelnau-Montratier, Lalbenque, Limogne, Cajarc, Figeac (côte de Faycelles), Bagnac.


Les pompiers du Lot mobilisés par les intempéries / Photo FB La Dépêche du Midi

Une centaine de pompiers a été engagée sur 130 interventions, beaucoup sur des dégâts aux toitures : «Nous en sommes à 900 appels reçus depuis lundi 20 h 30, nous précisait hier peu avant 16 heures le lieutenant Mario Heller, adjoint au commandant du centre de traitement de l'alerte. À 22 heures, nous avions déjà traité 250 appels. La moyenne quotidienne classique est de l'ordre de 150 appels. Nous avions douze personnels au CTA contre trois habituellement.» Ces professionnels, mobilisés de longues heures durant, ont dû traiter les appels en fonction de l'urgence, privilégiant les situations de détresse et les Lotois dont le toit de la maison était impacté.

Fort heureusement, aucune victime ni blessé n'est à déplorer. Un miracle si l'on se réfère à la violence de cet épisode orageux. Il est tombé 40 mm de pluie en 30 minutes, «une intensité remarquable» selon Météo France Albi qui rappelle qu'on parle de «pluies fortes à 7 mm par heure»…

Le chiffre : 153 km/h > Relevés au Montat. La station météo du Montat, près de Cahors, était en plein cœur de l'orage, lundi soir. Les services de Météo-France ont confirmé, hier, avoir relevé, lundi soir, une historique rafale de vent à 153 km/h. Le précédent record datait du 7 novembre 1982 avec 147,6 km/h enregistrés à Gourdon.

Textes : Laurent Benayoun, Jean-Luc Garcia, Laëtitia Bertoni, Monique Marcy. Photos : Marc Salvet.


Publié le 02/09/2015 à 07:41 | La Dépêche du Midi | L.B.

Lot : Des récoltes par terre


Un champ de tabac en vrac et un hangar très endommagé du côté de Saint-Paul-de-Loubressac. / Photo DDM

Hier les techniciens de la chambre d'agriculture du Lot ont essayé de dresser le bilan des dégâts causés à l'agriculture lotoise par le passage de l'orage. Ils sont assez sérieux, selon les premiers bilans établis, qui devront cependant être affinés ces prochains jours.

Si la vigne n'a pas été touchée à quelques semaines d'une récolte annoncée comme excellente, d'autres cultures ont subi d'importants dégâts, juste avant d'être récoltées. Des champs de maïs irrigués, de tabac ou encore de tournesols ont été couchés par la force du vent. Des dégâts ont été constatés sur des pruniers, du côté de Belfort-du-Quercy, mais la récolte est quasiment terminée. Des serres de tabac ont été arrachées dans la vallée du Lot, notamment autour de Larnagol, Cajarc, Cénevières et Cajarc.

A noter aussi des dégâts causés sur des bâtiments par de nombreuses chutes d'arbres ou la force exceptionnelle du vent, notamment autour de Figeac et dans le canton de Latronquière. Un toit a été emporté chez un exploitant agricole à Escamps.
Et le bâtiment des volailles des Bonnaud à Pern a été fortement endommagé.


Publié le 02/09/2015 à 07:49  | La Dépêche du Midi |  Christophe Zoia, avec Florent Carli

Les intempéries frappent le Gers

Au jardin de Cocagne la serre la plus importante a subi d'importants dégâts./ Photo DDM Florent Carli

Lundi soir, un violent orage s'est abattu sur le Gers. Très vite, les plaies ont été pansées, même si, hier soir, quelques centaines de foyers restaient encore sans électricité.
Heureusement, et c'est sans doute l'essentiel, aucun blessé n'est à déplorer dans le Gers. Une très bonne nouvelle au vu de la violence de l'orage qui a frappé l'ensemble du Gers, lundi en début de soirée. Les vents ont soufflé jusqu'à 124 km/h à Mauroux et de nombreux impacts de foudre ont été enregistrés.

Si l'ensemble du département a été impacté, le nord-est du Gers, frontalier du Tarn-et-Garonne, a particulièrement souffert. Des caves ont été inondées, des toitures arrachées, des fils électriques sont tombés sur la chaussée. En tout, entre lundi soir et hier, les pompiers gersois ont été appelés 230 fois, partout dans le Gers, mais principalement en Lomagne. A Fleurance, l'eau est sortie des ruisseaux, empêchant la circulation jusqu'à Pauilhac et sur la zone industrielle pendant quelques heures. Le jardin de Cocagne, a Fleurance a subi d'importants dégâts sur ses serres. Un chêne centenaire a également été déraciné au centre-ville de Fleurance.

Sur de nombreuses routes du Gers, d'ailleurs, arbres et branches jonchaient le sol après l'orage. Les gendarmes du Gers ont ainsi reçu de nombreux appels pour des arbres couchés, de la CD930 à Condom à la RN124 à L'Isle-Jourdain en passant par la voie romaine Lecroure-Agen. Une cinquantaine d'agents du conseil départemental ont d'ailleurs déblayé les routes jusqu'à 3 heures du matin pour les rendre praticables en ce mardi de rentrée scolaire…

8 500 foyers sans électricité
Seule l'électricité restait donc problématique hier soir, dans quelques centaines de foyers gersois. En effet, au plus fort de l'événement, vers 20 heures, pas moins de 8 500 foyers gersois étaient privés électricité. «Mais c'était passager pour la plupart car une cinquantaine d'agents se sont mobilisés, des équipes sont intervenues dans la nuit», détaille M. Bresson. Du coup, le nombre des foyers sans électricité était passé à 2 500 vers midi, hier, puis à 500 en fin d'après-midi. «Je pense que toutes les situations seront réglées ce mercredi midi», assurait hier soir le responsable. Qui reprenait : «C'est un gros événement météorologique, assez inhabituel».

  
Publié le 02/09/2015 à 07:49  | La Dépêche du Midi |  Francine Depeyre

Hautes-Pyrénées : Des dégâts mais pas dans tout le département

À Arné, les pompiers ont bâché plusieurs maisons abîmées par la grêle./Photo Roland Vieutemps.

Les services de Météo France avaient annoncé des orages pour 16 heures, le déluge s'est produit très exactement à 18 h 20. Certains secteurs ont toutefois été épargnés.

«J'accompagnais ma copine aux urgences lorsque l'orage a éclaté sur le périphérique. On ne pouvait plus avancer, on ne voyait plus rien.» Marie est encore impressionnée par le spectacle qu'elle a vu lundi soir, vers 18 h 15, se composant d'un ciel devenant de plus en plus noir jusqu'à faire nuit et des trombes d'eau et de grêle inondant la route. Sans parler du vent violent et de la chute de température de près de 10° en trois secondes. À certains endroits de la ville, les bouches ne pouvaient plus absorber ce trop-plein d'eau, les trottoirs étaient saturés, les papiers s'envolaient, les caves se remplissaient, tandis que plus loin dans l'agglomération, quelques branches tombaient dans les jardins et sur les routes. 

Entre 18 heures et 22 heures, les secours placés en alerte sont sortis en reconnaissance d'inondation et de menaces de chute d'objets près de 100 fois à Tarbes et agglo et 150 fois sur l'ensemble du département, selon le Codis. Les capteurs de Météo France à Ossun ont enregistré un pic de vent à 106 km/h à 18 h 20 et des précipitations de 52 mm quatre minutes plus tard. Il est tombé 17,6 mm en six minutes, entre 18 h 18 et 18 h 24, «ce qui constitue un record supplantant le précédent, en date du 2 septembre 2011, avec 12,3 mm en six minutes». Plus de 3.000 foyers ont été privés d'électricité autour de 19 heures mais, très vite, tout est rentré dans l'ordre. Les dégâts semblent avoir été plus importants à l'est du département, en direction de la Haute-Garonne. 

Les villages de Barzodan et Arné ont été meurtris sans toutefois faire de victimes. Une quarantaine de maisons ont été abîmées par la grêle, obligeant les 25 pompiers des casernes de Castelnau-Magnoac, Lannemezan, Galan, Capvern, Tarbes, Sarrancolin et l'unité spéciale du GRIMP à poser des bâches et à sécuriser les lieux toute la nuit. Certaines ont dû être évacuées quelques heures mais au final, tout le monde est resté dans ses foyers. Dès hier matin, d'autres équipes ont pris la relève pour poursuivre la mise en sécurité des bâtiments agricoles. Les cultures de maïs ont largement été abîmées. Depuis le début de ces intempéries, le poste de commandement a été positionné dans la salle des fêtes d'Arné, en présence de Mme le maire Monique Martin. Les services des routes départementales (voir encadré) ont œuvré durant la nuit et la journée d'hier pour dégager les accès encombrés.

Sur les routes
Quelques arbres sont tombés sur les routes départementales mais aucune n'a été coupée. Les services départementaux sont intervenus secteur Lannemezan/Nestes/Barousse, secteur Tarbes/Haut-Adour, secteur Val d'Adour, secteur Bordères/Pintac, bois du Commandeur, secteur Castelnau-Rivière-Basse où un gros acacia a été dégagé dans la matinée, secteur Saint-Lanne pour dégager une ligne EDF enchevêtrée dans des arbres.

Sélection d'articles réalisée à partir du site : http://www.ladepeche.fr
 

 
• Autres articles pouvant vous intéresser :
Pourquoi a-t-on perdu 15 degrés en deux jours ?
Occitanie : Épisodes orageux
Mars : Succession d'intempéries avant l'heure d'été
Le Tarn sous les intempéries
Anglès (Tarn) : Retour sur les intempéries


• Catégories liées :
grand sud
intemperies
orages
aout 2015


• Commentaires : Cliquez ici pour laisser un commentaire

 
Aucun commentaire n'a été laissé sur cet article. Soyez le premier à laisser un commentaire !
 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement