Yannick Jauzion : Graulhet dans la peau

Publié le 10/06/2011 09:38 | LaDepeche.fr

Yannick Jauzion aime le Tarn

L'international de rugby/ Photo DDM, JML

Comme tous les samedis, La Dépêche du midi consacrera une page à ces personnalités qui aiment le Tarn. Demain, nous vous donnons rendez-vous avec le rugbyman international Yannick Jauzion qui portes les couleurs du Stade toulousain et vient d'être sacré champion de France. Le joueur est aussi originaire du Tarn, un département où il revient souvent. A lire demain dans l'édition tarnaise de La Dépêche du Midi.

 

Graulhet dans la peau

 La Dépêche du Midi, samedi 11 juin 2011

 

Publié le 11/06/2011 03:51 | LaDepeche.fr

Jauzion le Graulhétois a le Tarn dans la peau

Jeudi 9 juin, 13 h, bar restaurant Le Saint-Pierre, Graulhet. Il est là, attablé au milieu de 8 personnes. En face de lui, Pierre Cathalau, le président du XV de la cité du cuir. Il parle peu, il écoute beaucoup. Yannick Jauzion, c'est l'enfant du pays. Tous les amateurs tarnais de rugby sont fiers de le compter comme un des leurs. Frais et dispo ... et pourtant : «Nous avons fêté notre titre de champion de France jusqu'à mardi soir», précise-t-il. Un nouveau titre acquis samedi dernier, pour une tête déjà bien couronnée : 2 titres de champion de France, 3 titres de champion d'Europe avec le Stade Toulousain, 73 sélections en équipe nationale, 7 tournois des Six-Nations dont 2 Grands Chelems. De quoi prendre la grosse tête. Mais ce n'est pas le style Jauzion. Un style tout en puissance et précision sur le terrain, tout en finesse, gentillesse et humilité au quotidien.

Des amis à Graulhet et à Castres

L'enfant de Vénès a fait ses premières armes rugbystiques à Graulhet. «J'ai joué en équipe 1 de 1997 à 2000», se souvient-il. Dans le club house graulhétois, il est toujours chez lui.

«Je reviens régulièrement dans le Tarn. Mes parents ont une exploitation agricole à Vénès et j'ai de nombreuses relations à Graulhet et à Castres.»

Une exploitation agricole où Yannick prendra sa place le moment venu. Cet ingénieur agronome («J'ai préféré sacrifier le centre de formation de rugby aux études») compte bien poursuivre l'activité parentale. Mais pour l'instant place aux vacances : 4 semaines bien méritées. A moins que le comité de sélection ne revienne sur sa décision et appelle Jauzion pour la prochaine Coupe du Monde en Nouvelle-Zélande.

Considéré comme l'un des meilleurs centres au monde, Yannick n'exprime ni rancœur, ni amertume : «Si l'on m'appelle, je répondrai présent».

Comme toujours.

Son village préféré : Lautrec (Photo Simon Rodier)

Ses 3 bonnes adresses :

Auberge du Garde Pile.> Dans le Lautrécois. Elle se trouve en pleine campagne lautrécoise au pays de cocagne. dans un cadre rustique avec pierre aparente et charpente en chêne, qui lui confère une ambiance chaleureuse. Mon ami Thierry Bardou propose une cuisine de terroir, avec une spécialisation culinaire de l'ail rose de Lautrec.

Le Victoria.> A Castres. Un petit restaurant très charmant, place du 8 mai, à Castres. Dans un cadre romantique avec une cave voutée, le service et la présentation sont très soignée, l'ambiance très calme et surtout les plats sont raffinés et délicieux.

Les fêtes> De Brassac. Leur réputation n'est plus à faire. Une foule joyeuse, bigarrée pour une semaine de fiesta dans un village de montagne, c'est vraiment sympa.

Un lieu : le centre éducatif multisports de Graulhet

«Je suis le parrain de cette structure dont l'ouverture est prévue en septembre. Ce Centre Educatif Multisports s'adresse aux jeunes de la commune de Graulhet. Les cinq disciplines sportives impliquées dans ce centre sont l'athlétisme, le basket, la gymnastique, la natation et le rugby. La finalité de ce centre est la prise en compte de la globalité du parcours du sportif : de sa détection à sa fin de carrière en passant par son projet professionnel. L'organisation doit permettre de combiner formation sportive du « stagiaire » de haut niveau régional à une formation scolaire du « jeune » la plus adaptée en passant par un accompagnement éducatif . La localisation de ce centre éducatif sera le Stade Noël Pélissou et le foyer Léo Lagrange à Graulhet.

La Peyro Clabado, emblème du Sidobre (Photo Simon Rodier)

Un coin nature : le Sidobre

Le Sidobre c'est le souvenir de pique nique en famille, de baignades dans les lacs, de balades autour des rochers. Le massif du Sidobre constitue un fabuleux terrain de jeu pour les amateurs de frisson et de flâneries. Le rocher tremblant de Sept-Faux me stupéfait. Il est constitué de deux blocs superposés, pèse 900 tonnes et s'élève à plus de 7mètres de haut. Et dire que cette masse peut osciller sous la simple pression d'un levier...

 

Publié le 30/05/2011 08:21 | Philippe Lauga

Top 14 : Le grand retour de Monsieur Jauzion

Retour au premier plan : Il fut l'homme du match contre Clermont vendredi soir.

Yannick Jauzion est passé : bonjour les dégâts constate le Clermontois Lapandry./ Photo DDM, Xavier de Fenoyl

Le centre toulousain a signé à Marseille un retour au premier plan après quelques semaines de disette. La roue a tourné et le Stade en a pleinement profité.

Nous sommes dans les couloirs du stade Vélodrome. La grande carcasse de Yannick Jauzion apparaît au loin. Et il semble bien que ce soit un sourire de soulagement qui éclaire alors son visage. Non pas que le centre toulousain ait perdu et le sourire et sa gentillesse habituelle depuis quelques semaines, mais son rictus semblait teinté de fatalisme. Comme s'il pensait : mais quand la série va-t-elle prendre fin ? Le bilan était - il est vrai - déprimant. Dans la charrette romaine du Tournoi, puis remplaçant lors des quarts et demi-finales de la Coupe d'Europe et enfin, privé de Coupe du monde. N'en jetez plus !

« La roue tourne »

Vendredi soir, à Marseille, Yannick Jauzion est redevenu Monsieur Jauzion. À l'image des deux premières grandes actions sur lesquelles il intervient avec cette percée décisive sur le premier essai de Rupeni Caucaunibuca. Le centre toulousain analyse cette action, enveloppé dans un drap d'humilité : « Sur une touche, on fait un lancement de jeu précis. Je profite de la puissance de Louis Picamoles qui fait un bon leurre et Clément Poitrenaud est bien venu à hauteur. »

Inévitablement, nous sommes toutefois obligés d'insister pour saisir le ressenti du joueur après ces quelques semaines de galère qui n'étaient pas liées à une blessure comme cela peut se produire parfois. C'est alors là que nous découvrons le soulagement du joueur aux 73 sélections en équipe de France : « Il n'y a pas que des déceptions. La roue tourne. C'est bien d'apporter quand on est remplaçant et qu'on rentre en cours de match. Mais cela fait du bien d'être titulaire et d'apporter un peu plus. Le haut niveau, il faut être présent tout le temps et je ne l'ai pas toujours été cette année. Mais c'est vrai que sur ce match, j'avais envie d'être incisif. »

« Guy Novès a toujours été là »

La première marque de confiance est venue assez tôt dans la semaine de préparation de la demi-finale avec cette annonce d'une place de titulaire. Un premier coup de booster après le soutien régulier du staff depuis quelques semaines : « Guy Novès a toujours été là pour me soutenir par le biais de petits mots, de petites phrases. »

La seconde marque de confiance, c'est donc lui qui est allé la chercher avec ces raids tranchants du début de rencontre. Après, tout s'est enchaîné : « On voulait mettre du rythme, on a réussi. Après, on a fait attention à rester concentré et à être plus conservateur. On n'a pas encore été assez réaliste mais on a su rester cohérent dans l'ensemble. »

Une liste donnée trop tôt ?

Alors, c'est sûr, voir évoluer un Yannick Jauzion à ce niveau, nous renvoie inévitablement à l'équipe de France. Sage, il ne rentre pas dans la polémique : « Moi-même, j'ai profité de la Coupe du monde en 2003 pour franchir des étapes. Maintenant, c'est au tour de ces jeunes. »

Il reste au final, cette question : Marc Lièvremont n'a-t-il pas donné sa liste pour la Coupe du monde trop tôt ?

 

Publié le 23/03/2011 08:02 | Michel Jammet

Stade Toulousain : Yannick Jauzion a encore de l'ambition

Yannick Jauzion, prêt pour de nouveaux défis./ Photo DDM, Xavier de Fenoyl,

Condamné sans sommation au lendemain de la «gifle» transalpine, Yannick Jauzion vient sans doute de passer sa plus mauvaise quinzaine de joueur de rugby.

Voué aux gémonies par le staff technique tricolore, le Tarnais a retrouvé «le cocon» stadiste non sans un certain soulagement, et avec avec toujours une dose de lucidité et d'honnêteté. «Il faut cesser de se plaindre», dit-il, comme pour tourner la page italienne. «On a failli dans les duels. Cette espèce de démission physique nous a conduits là où l'on sait (...) Il fallait que des joueurs partent, c'est clair. Cela n'exclut pas non plus un sentiment de frustration. Sans que l'histoire de l'âge intervienne, me semble-t-il (il aura 33 ans en juillet prochain, NDLR). C'est, du moins en ce qui me concerne, l'occasion de rebondir avec un nouvel état d'esprit».

Un mal pour un bien? On peut le penser, tant le centre toulousain, après avoir connu la position inconfortable du bouc émissaire, a su faire la part des choses, mettant malgré tout de côté une dose importante de désillusion...

«Cette fin de saison s'annonce passionnante pour le Stade Toulousain. C'est une chance d'avoir la possibilité de disputer de tels challenges. À commencer par le déplacement de samedi, au Racing-Métro, puis la Coupe d'Europe. Je ne suis pas non plus le premier international renvoyé dans ses foyers», se console-t-il. Pour le centre toulousain, tout n'est pas perdu. «La porte reste ouverte pour la Coupe du monde si j'ai bien compris». Il n'y a donc pas d'ostracisme envers les trentenaires et l'attaquant au physique impressionnant n'entend pas rendre les armes sans combattre.

Test important au Racing

«À moi, justement, de savoir mettre à profit les quelques matchs qui restent"(la publication de la liste des 30 est prévue le 11 mai, NDLR).

Tout est donc encore possible à ses yeux. C'est pourquoi il rend ainsi un hommage appuyé à son club sans lequel plus rien ne serait possible.

On l'a donc bien compris, la première étape de cette reconstruction, débute pour lui au Stade de France, samedi, face au Racing-Métro. «C'est un club avec plein d'ambitions, qui rappelle un peu le Stade Toulousain d'il y a dix ou quinze ans. Ils ont réussi un amalgame intéressant entre les stars et les joueurs du cru. À nous d'être à la hauteur».

On en connaît au moins un qui devrait y être…

«En étant à mon meilleur niveau avec le Stade Toulousain, je pense avoir une chance d'être dans les 30. C'est donc à moi de jouer...»

Yannick Jauzion, trois-quart centre international du Stade Toulousain.

Le chiffre : 73 Sélections>En équipe de France. Pour le trois-quart centre trentenaire du Stade Toulousain.

 

Publié le 26/11/2010 08:21 - Modifié le 26/11/2010 à 10:40 | Philippe Lauga

France-Australie : Jauzion-Rougerie, le duo gagnant

Aurélien Rougerie - Yannick Jauzion : du poids au centre du terrain en attendant la complémentarité. / Photo AFP

À quelques mois de la Coupe du monde, le staff tricolore a pris le risque de tester une paire de centres inédite Jauzion - Rougerie.

Associé à Mathieu Bastareaud lors du dernier Tournoi, Yannick Jauzion, qui vit sa dernière saison internationale, pensait avoir clos la liste des joueurs avec qui il a évolué au centre de l'équipe de France.

Plus d'une dizaine dont six pour les seuls matches contre l'Irlande (Marsh, Traille, Baby, Marty, Fritz, Bastareaud). C'était sans compter sur l'ultime tentation de Marc Lièvremont : lui associer le Clermontois Aurélien Rougerie, reconverti centre dans son club l'an dernier. Une tentation associée à un deuxième pari, celui de positionner Damien Traille à l'ouverture, formant ainsi le trio demi d'ouverture-centres le plus lourd de l'histoire du XV de France.

Puissance et déplacement de jeu

L'association Jauzion-Rougerie peut se révéler très intéressante dans la recherche de la prise du centre du terrain, une arme parmi tant d'autres dans les stratégies de jeu actuelles. Pour Emile Ntamack, l'entraîneur des lignes arrières, « l'idée c'est d'impacter le milieu de terrain et d'assurer la conservation du ballon pour continuer à déplacer le jeu. »

Contre l'Argentine à Montpellier, seules quelques promesses sont apparues pour la grande première du duo. Avec notamment, cette longue percée du Clermontois qui s'est soldée par une perte de balle en fin d'action heureusement compensée par une pénalité pour les Français (un Bleu ayant été retenu par le maillot lors de l'action).

Offensivement, le Toulousain qui possède évidemment le plus d'expérience à ce poste apporte la sûreté par sa capacité à jouer dans la défense et à faire jouer après lui. Marc Lièvremont compte sur Aurélien Rougerie pour créer de l'incertitude par ses angles de courses (des vieux restes de ses années d'ailier) et par ses choix (le franchissement ou l'évitement). Actons donc que l'association offre un compromis intéressant entre puissance et déplacement du jeu.

Mais nous ne saurions nous montrer aussi grandiloquents que beaucoup de nos confrères au soir de la première association. Car au rayon interrogations, se pose tout de suite le problème de la défense.

Ce n'est pas une nouveauté pour le Clermontois et même s'il a beaucoup travaillé ce secteur, il nous semble qu'Aurélien Rougerie n'est pas l'assurance tous risques et que son intérieur a semblé parfois s'ouvrir face à l'Argentine.

Il est en tout cas incontestable que face à la vivacité australienne, on en saura davantage demain soir sur les possibilités du duo. Et sur son avenir.

 

Publié le 03/11/2010 09:35 | G.D.

Graulhet : 450 enfants ont disputé le tournoi Yannick Jauzion

Un petit graulhétois défie la défense de Lavaur./DDM.G.D.

Bien-sûr, ce samedi après-midi, Yannick Jauzion n'était pas à au stade Noël Pélissou, affairé à remettre des toulonnais ambitieux à leur place. Mais l'esprit qui anime le vénéssol, formé à l'école de rugby du Sporting, à l'époque des bus de ramassage du samedi, a plané toute la journée sur la deuxième édition du tournoi qui porte son nom. Au total, 48 équipes représentant les clubs du Stade Toulousain, Carcassonne, Villemur, Rives du Tarn, Gaillac, Lavaur, l'Ajra (Albi) et Graulhet-Briatexte, ont disputé les trophées dans chacune des quatre catégories à commencer par les plus jeunes.

Un excellent travail d'organisation fourni par l'équipe de Thierry Stignani, autour des aires de jeu et à la logistique, a permis de voir à l'œuvre les trois-quart centres et les secondes lignes en herbe, tous fans de leur aîné. L'école de rugby, qui renoue cette saison avec les affluences de jeunes du passé, a profité de l'occasion pour rendre hommage à deux personnes récemment disparues et qui ont laissé leur empreinte sur le grand livre du club: Alain Balayé, ancien joueur et éducateur de l'école de rugby, ainsi que Paul Brayette, bénévole attachant et qui a toujours participé à la vie du club. Les équipes graulhétoises ont eu du mal, en milieu aussi relevé d'atteindre les hauteurs du classement, mais il s'en est fallu de peu pour que les moins de 9 ans remportent le trophée Alain Balayé, battus in-extrémist par Carcassonne.


Publié le 06/10/2010 11:20 | G.D.

Graulhet : 100 ans du Sporting

Une fête en tous points réussie

Les anciens internationaux graulhétois autour de J.Claude Baqué, président de la Fira, Pierre Cathalau, président du Sporting et Pierre Camou, président de la Fédération.

Sous la haute autorité de Pierre Camou le président de la Fédération Française de rugby, les fêtes marquant le centenaire du Sporting Club Graulhétois, ont réussi à fédérer durant deux jours, jeunes et anciens joueurs, proches supporters ou parents éloignés du club.

La soirée au forum a permis de revoir les vieilles gloires d'il y a un demi-siècle, mais ce sont bien Fabien Pelous et Yannick Jauzion qui ont encore conforté leur capital de sympathie, sollicités comme ils l'ont été pour les photos et les autographes.

Le temps pour Jean Claude Baqué de se souvenir d'un club de rugby très cher à son cœur, et du personnage incontournable de Marcel Batigne, Pierre Cathalau et Pierre Camou, unis dans la même volonté de faire vivre, chacun à son niveau, le rugby amateur, ont pu dire aux générations présentes ou représentées, tout le bien qu'ils pensent des hommes et de leur volonté à poursuivre l'aventure. Séquence émotion dans la salle du forum, avec la projection du Dvd historique.

Images en noir et blanc, chants de victoires, joies des supporters, la rondelle, offerte avec la plaquette centenaire et la carte postale en cuir, s'est vendue comme des petits pains.

 

Publié le 29/09/2010 12:32 | LaDepeche.fr

Graulhet : Le Dvd historique sera offert avec la plaquette

Yannick Jauzion, interviewé par Sylviane Souloumiac et Eddy Lefebvre. / Photo DDM.G.D.

La commission du centenaire a travaillé sur l'organisation depuis novembre de l'an dernier et a lancé deux réalisations en amont. D'abord une plaquette souvenir, avec petites histoires dans la grande du Sporting, photos anciennes, saisons inoubliables et autres hauts faits d'armes. Elle est préfacée par Pierre Camou, président de la FFR, qui rend hommage à ce rugby amateur que le Sporting illustre parfaitement. Ensuite, elle a réalisé un DVD, avec l'aide du studio Syle Son Vidéo de Castres et de l'INA toulousain. Durant 40 minutes, défilent des photos du début du siècle, des films des demi-finales de 57, 66, 67, 86, des interviews de Jean Satgé, Marcel Batigne, Françis Rouzières, André Abadie, J. Claude Baqué, Fabien Pelous, Yannick Jauzion, Vincent Moscato, Henri Auriol, Julien Barbara et d'autres encore. Le tout agrémenté de chansons de toutes les générations, enregistrées par le groupe choral Fiesta.

Enfin, par le savoir-faire de M. Laure Biscond, une carte postale en cuir rouge et noire a été imprimée.

 

Publié le 09/09/2010 10:01 | LaDepeche.fr

Arthès (81) : La dédicace de Jauzion sur un plateau...

Joêlle montrant le plateau dédicacé.

Joëlle Rolland est très fière de présenter le plateau que le célèbre joueur de rugby, Yannick Jauzion, lui a dédicacé personnellement . C'était à l'occasion du mariage de sa sœur que Yannick honora de sa présence le restaurant le grand chêne pour son hâvre de paix. Voulant un mariage discret, dans la simplicité et loin des médias, sa sœur avait opté pour cet endroit discret, calme, avec ses célèbres chalets au bord du lac, pour se marier avec un homme d'origine allemande. La moitié de la famille de ce dernier était venue passer quelques jours en France.

Yannick, considéré comme l'un des meilleurs centre du monde, pour le rugby à XV français, avec ses 68 sélections, était accompagné de son épouse. Joëlle, la patronne des lieux déclara: « Je suis honorée de la présence d'une telle célébrité comme Jauzion, il est très discret et d'une extrême gentillesse. Même les clients de passage ont respecté son anonymat». Toute la famille du joueur est restée une dizaine de jours, profitant ainsi d'un repos bien mérité, de la beauté du lac, de la bonne nourriture du restaurant, avec en prime le soleil et surtout pouvoir apprécier les joies de la famille loin des projecteurs.

 

Publié le 14/05/2010 09:07 | Dossier Philippe Lauga

Top 14 : Stade-USAP, Jauzion-Mermoz au centre des débats

Photo DDM, Xavier de Fenoyl

Une demi-finale Stade toulousain - Perpignan recèle bien évidemment des trésors de duels. Celui qui oppose Yannick Jauzion à Maxime Mermoz a retenu notre attention parce que c'est un duel d'artistes.

Ces deux joueurs à la gestuelle parfaite, représentent encore (même dans le rugby moderne) l'idée qu'on se fait du centre élégant et racé.

Huit ans séparent Yannick Jauzion le monument de Maxime Mermoz, arrière-petit-neveu de Jean Mermoz. Mais le jeu les rapproche.

Signe de l'école toulousaine, les deux s'inscrivent toujours dans le credo de la continuité du jeu en évitant de passer par le sol. Passes avant contact ou passes après contact mais… passes.

Yannick Jauzion ne change pas et Maxime Mermoz mûrit. De fait, le regard de l'adversaire est désormais le même pour le Catalan que pour le Toulousain.

Il est désormais craint des autres et donc très surveillé, ce qui peut permettre d'ouvrir des portes autour de lui. Marty peut ainsi en profiter à l'Usap comme Fritz ou David au Stade.

Jauzion, le 4X4 tout terrain

31 ans 1,93 m pour 107 kg, 68 sélections en équipe de France

Sa saison : certains le disaient à tort vieillissant. Le Tarnais a fait taire ces détracteurs maladroits en se montrant l'un des joueurs les plus performants sous le maillot tricolore avec un Grand Chelem à la clé. Le Tournoi sitôt fini, il a montré les mêmes dispositions en club. C'est ainsi qu'il fut l'homme du match (très largement au-dessus de tout le monde !) lors du quart de finale de Coupe d'Europe contre le Stade français. Titulaire contre le Leinster puis Castres. Indispensable.

Points forts : véritable pivot, il pèse sur le milieu de terrain avec ou sans le ballon. Avec sa lecture du jeu, il donne le tempo de la ligne de trois-quarts. Autres qualités : sa passe, ses appuis, sa puissance, sa défense agressive, son jeu au pied qui peut lui permettre de soulager le demi d'ouverture voire de le remplacer.

L'expérience : à l'image de son équipe qui sait parfaitement aborder et gérer toutes les rencontres éliminatoires. Elle lui permet de faire le dos rond au plus fort de la tempête avant de placer l'accélération qui s'impose.

Joueur cadre et mature, il sent les tournants du match.

@

Publié le 12/04/2010 08:41 | LaDepeche.fr

H Cup : Jauzion, caïd du milieu

Le centre toulousain homme du match.

Jauzion, caïd du milieu, malgré Bastareaud

Il aurait fallu que le jury de l'ERC soit atteint de de cécité pour ne pas lui décerner le titre d' «homme du match», tant il a pesé sur les débats. Yannick Jauzion a encore démontré, hier, qu'il est bel et bien une des pièces maîtresses de son équipe et son apport au cours de ce quart de finale a été énorme. Dans la terrible bataille du milieu qui s'annonçait, Yannick Jauzion a confirmé qu'il était le patron et son duel avec Mathieu Bastareaud a vite tourné court, largement à l'avantage du Toulousain. Un Bastareaud qu'il avait à l'œil mais pas seulement. «Je ne pouvais pas me fixer que sur lui car la défense, c'est tout un travail collectif», confiait Jauzion après coup en évoquant son face à face avec son compère de l'équipe de France. «Mais ce qui est sûr, c'est que j'ai eu plus de ballons que lui.»

Et le Toulousain, lorsqu'il a le ballon entre les mains, il fait rarement le mauvais choix. Le premier coup porté aux Parisiens, c'est quand même lui qui l'a asséné juste avant la mi-temps, en s'extirpant d'un regroupement pour un essai qui a fait l'effet d'un coup de massue sur le moral parisien. «En plus, je me suis disputé le ballon avec Romain (Ndlr: Millo-Chluski). Lui voulait aller à droite et moi, à gauche, j'ai eu le dernier mot», se marre le trois-quart centre toulousain qui a fini par dominer les débats au fur et à mesure que Toulouse accélérait.

«A un moment donné, il a fallu avancer, accélérer et j'ai donc changé de braquet.» Yannick Jauzion a tiré dans son sillage tous ses coéquipiers de la ligne arrière.Notamment Florian Fritz avec lequel il a pesé sur la seconde période. «J'ai énormément de plaisir à ce que l'on se retrouve comme ça avec Florian», insiste Jauzion dont les choix, les accélérations au cœur de la défense parisienne, les prises d'intervalles, la distribution des munitions ont largement contribué à la hausse du tempo toulousain. C'est d'ailleurs sur une accélération de Jauzion qui échappe à Arias puis Leguizamon, qu'interviendra le deuxième essai toulousain.Sur le troisième aussi, le Tarnais est à l'origine de celui-ci, sa longue passe sautée vers Fritz initiant le déséquilibre et le mouvement qui débouche sur l'essai d'Heymans. Incontournable, on vous dit! «C'est le genre de match qui fait du bien, où l'on prend conscience que l'on a de la marge», conclut modestement le héros du jour qui confirme qu'il ne rate jamais les grands rendez-vous.En grand patron. Xavier Thomas

 

Publié le 10/04/2010 07:40 - Modifié le 10/04/2010 à 08:28 | Photo DDM, Xavier de Fenoyl

H Cup : Jauzion-Bastareaud, duel de centres

Quarts de finale de la Coupe d'Europe : Stade toulousain - Stade français.


 

Ensemble, ils viennent de partager l'émotion d'un Grand Chelem. Quatre rencontres où ils furent tous les deux titulaires côte à côte. L'expérience du Toulousain a bénéficié au fougueux Parisien. Ce dernier en convient : « C'est toujours plus facile quand on joue avec Yannick à côté. »Aujourd'hui, ils seront face à face. Tous les deux en position de premier centre ; Gasnier jouant second centre au Stade français.

Un choc parmi tant d'autres (Servat - Szarzewski, Poux - Marconnet, Papé - Millo-Chluski, Leguizamon - Picamoles…). Mais ce choc ne se jugera pas dans l'intimité des petits tas. Le face à face se fera à très vive allure. Deux TGV lancés sur les rails. S'il y a collision, il y aura des dégâts. Ce duel, c'est un peu le raccourci de ce que sera ce quart de finale. Un match tendu, âpre, intense, engagé où chaque millimètre gagné pourra faire pencher la balance.

Jauzion, la force tranquille

Les qualités :

La puissance, les appuis, la lecture du jeu qui lui dicte de rentrer, de jouer simple ou d'adresser une passe sautée. Son jeu au pied également qui peut lui permettre de jouer demi d'ouverture en cours de rencontre.

L'expérience :

On appelle cela un cadre. Dans son cas, le terme semble même avoir un peu plus de force que l'adjectif incontournable. Les années et les entraîneurs du XV de France passent, Yannick Jauzion est toujours là : depuis 2003, le Toulousain, aujourd'hui âgé de 31 ans, s'est imposé naturellement e. Aujourd'hui, l'âge aidant, il y a ajouté une forme de sérénité qui bonifie son jeu. Il est devenu une force tranquille comme en attestent ses prestations lors du dernier Tournoi.

L'état de forme actuel :

Après avoir assisté à la victoire face à l'Af'sud, il a enchaîné tous les matches en bleu, trouvant dans la nouvelle concurrence (Mermoz notamment) une nouvelle force : « Ne pas être appelé, ça arrive et ça arrivera à nouveau », expliquait alors le joueur, habitué à la concurrence au Stade toulousain : « Il y aura des jeunes qui vont monter. C'est comme ça, il faut accepter d'être mis en concurrence. Ca fait avancer ! »

 

Publié le 18/03/2010 09:16 | Ph.L.

XV de France : Jauzion-Poux, souvenirs de Grand Chelem

Selon Jean-Baptiste (à d.) Poux qui, comme Yannick Jauzion rêve de Grand Chelem, il faudra se méfier des Anglais qui ont une motivation toute trouvée : « Empêcher les Français de faire le Grand Chelem. » Photos archives DDM, Xavier de Fenoyl

Parce que le grand chelem n'est pas qu'une histoire d'anciens, on trouve plusieurs joueurs ayant participé aux derniers grands chelem français en 2004 et 2002. Du groupe qui affrontera l'Angleterre samedi soir, ils sont cinq à avoir connu le dernier en date : Yannick Jauzion, Imanol Harinordoquy, William Servat, Clément Poitrenaud et Dimitri Yachvili.

L'indestructible Yannick Jauzion avait déjà joué les cinq rencontres de ce grand chelem 2004 dont Fabien Pelous était le capitaine. Plus qu'un match en particulier, il se souvient « d'une aventure en commun et d'un état d'esprit en dehors et pendant le match. Un Grand Chelem, c'est une finale. C'est l'aboutissement de quelque chose. Un investissement dans une vie de groupe pendant quatre à cinq semaines au cours desquelles les joueurs mettent tous les ingrédients pour préparer le rendez-vous final. Nous sommes actuellement dans cette dynamique de groupe bonne pour la confiance avec des sensations positives. » Le Grand Chelem 2004 a ceci en commun avec celui qui se profile à l'horizon du Stade de France qu'il s'était terminé par un France-Angleterre…

Pour le grand chelem 2002, les « survivants » sont évidemment moins nombreux mais on retrouve toujours l'indéracinable chêne basque Imanol Harinordoquy et Jean-Baptiste Poux qui évoluait alors sous les couleurs de Narbonne. Le pilier toulousain s'en souvient comme si c'était hier : « J'ai commencé le Tournoi contre l'Italie. J'étais remplaçant mais je n'étais pas rentré en jeu. Après, je me suis blessé avec Narbonne et j'ai alors raté le pays-de-Galles et l'Angleterre. Puis, je suis revenu contre l'Écosse et j'ai participé à la grande victoire contre l'Irlande (ndlr : 44-5). Je me souviens très bien de la grande fête après. Un grand chelem, c'est comme une finale, cela marque une carrière de rugbyman. Quand on est compétiteur, on a toujours cette vision de gagner un maximum de trophée. Le grand chelem, c'est un trophée. »

Poux marqué par 1977

Mais Jean-Baptiste Poux n'a pas en mémoire que « son grand chelem ». Il peut parler de celui de 1997. Et même celui de 1977 grâce aux images de ESPN : « J'ai été marqué par celui de 1977 parce qu'il a été joué à quinze. J'imagine que quand tu fais partie d'un tel groupe, cela te reste à vie. Aujourd'hui, c'est différent. On fonctionne avec un groupe très élargi. Cependant, ce grand chelem 2009, on ne l'a pas encore fait. Les Anglais ont une motivation toute trouvée : empêcher les Français de faire le grand chelem. »

 

Publié le 10/03/2010 10:56 - Modifié le 10/03/2010 à 12:37 | AFP

XV de France : Yannick Jauzion, la force tranquille

Les vainqueurs de l'Écosse (18-9) puis de l'Irlande (33-10), vont tenter, dans quatre jours, une passe de trois qui se refuse à eux depuis septembre 2007 lors de la Coupe du monde.

A Cardiff, Yannick Jauzion et les Bleus vont devoir se débarrasser de Step Les années et les entraîneurs du XV de France passent, Yannick Jauzion est toujours là: depuis 2003, le Toulousain, aujourd'hui âgé de 31 ans, s'impose naturellement au centre tant par sa puissance dans le jeu que par sa sérénité sur et hors du terrain.

Le 13 novembre dernier, après 61 sélections, il avait assisté à la victoire (20-13) face aux champions du monde Springboks depuis les tribunes du Stadium de Toulouse. Sur le terrain: une paire de centres de 23 et 21 ans, Maxime Mermoz et Yann David.

Après une Coupe du monde 2007 mitigée malgré l'essai de la victoire contre les All Blacks en quarts de finale et un retour laborieux au haut niveau en raison d'une fracture d'une main en 2008 puis une opération des amygdales, beaucoup annonçaient la retraite internationale de celui qui était considéré peu avant comme le meilleur centre au monde.

La semaine suivante, avec Maxime Mermoz blessé, il était de retour, titulaire contre les Samoa (43-5) puis la Nouvelle-Zélande (12-39). Deux mois plus tard, Mermoz à nouveau blessé, il est convoqué pour le Tournoi. Il a disputé l'intégralité des trois premières rencontres.

"Ne pas être appelé, ça arrive et ça arrivera à nouveau", explique le joueur, habitué à la concurrence au Stade Toulousain, où il évolue depuis 2002.

"On est des grands garçons, il faut arrêter de regarder si on est titulaire ou pas, mais ce qu'on peut apporter à l'équipe", ajoute-t-il.

"Quand on est sur le terrain, l'important, c'est d'avancer. Si on avance, on met tout le monde sur les bons rails. Etre leader, c'est être capable de faire la différence, de gagner ses duels", explique-t-il.

Expérience

Dans la déroute de novembre contre la Nouvelle-Zélande, Jauzion (1,93 m, 107 kg) a été un des seuls à parvenir à percer la ligne de défense All Black. Contre l'Irlande en février, il a inscrit un des trois essais français.

Lors du dernier match du XV de France contre le pays de Galles le 26 février, il a été un des plus gros plaqueurs français et un de ses plaquages a amené l'essai sur interception de François Trinh-Duc.

Dans une équipe rajeunie, Jauzion apporte également son expérience de deux Coupes du monde, cinq Tournois (trois titres), un titre de champion de France, deux de champion d'Europe.

Dans la furia du Millennium Stadium, au plus fort de la pression galloise alors que Morgan Parra était exclu pour dix minutes, il a grandement contribué à calmer le jeu en dépannant à l'ouverture, son poste de formation à Graulhet (Tarn).

"Il faut que j'apporte ma lucidité à certains moments. Mais c'est un échange, avec les leaders de jeu, le 9 le 10 et d'autres joueurs", raconte-t-il.

"On s'engueule parfois mais l'essentiel, c'est de ne pas faire la même erreur deux fois", sourit-il.

"Cadre" sous la direction de Bernard Laporte, il apparaît comme incontournable sous Marc Lièvremont, avec sa connaissance du niveau international... et du chemin qui reste à parcourir à l'équipe de France.

"On est capable de faire plusieurs styles de jeu. Maintenant, à nous de savoir le faire au cours du même match", explique-t-il, sans se préoccuper de sa présence ou non à la Coupe du monde 2011.

"Il y aura des jeunes qui vont monter. C'est comme ça, il faut accepter d'être mis en concurrence. Ca fait avancer !"

 

Publié le 19/07/2008 09:24 | Sylvie Polycarpe

Lescure (09) : Yannick Jauzion s'est marié

Yannick a épousé Barbara / DDM

Ils se sont dit oui. Ils sont désormais unis pour le meilleur comme pour le pire. Barbara Sicco et Yannick Jauzion se sont mariés civilement hier à la mairie de Lescure, petite commune près de Saint-Girons, le mariage religieux se tenant aujourd'hui, à Audressein.

Pour son premier mariage en tant que maire de la commune, Jean-Marie Monreysse, était pour le moins ému. « Barbara est une citoyenne du village depuis sa naissance, nous dit-il. Les Sicco habitent ici depuis près de trente ans. » Bien connaître Barbara, certes, mais se retrouver en face d'un Jauzion imposant de par sa stature, cela a de quoi vous intimider. J'avais peur de bafouiller, rajoute le maire, mais cela s'est bien passé. »

Le moins que l'on puisse dire est que ce mariage ne se fait pas sur un coup de tête. « Nous nous connaissons depuis 8 ans, nous dit Yannick Jauzion. J'étais un ami du frère de Barbara. Nous faisions tous les trois nos études d'ingénieur à Purpan. Il m'a présenté sa sœur. » « Sylvain, mon fils, était très ami avec Yannick», rajoute Jean-Loup, le papa de Barbara.

Barbara et Yannick ont soutenu Sylvain jusqu'à son dernier souffle. C'était il y a un peu plus d'un an.

« Après la douleur de la perte de mon fils, nous dit Anne-Marie Sicco, ce mariage nous aide à regarder devant, cela nous oblige à faire le deuil plus rapidement. »

La joie se lisait sur tous les visages, hier après-midi, et tout le monde a éclaté de rire quand le maire a annoncé que le livret de famille pouvait enregistrer dix enfants. « Pour les enfants, on verra plus tard, avoue Barbara. On en profite d'abord. »

Et ils ont raison. Barbara a 26 ans et Yannick 30 ans. Ils ont toute la vie devant eux.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Barbara n'est pas une « fan » de rugby, loin de là. « Je vais voir quelques matches, mais pas tous. Je ne suis pas sa groupie ! » Voilà qui est clair.

« Yannick aime à parler d'autre chose que le rugby, précise la maman de Barbara. Cela le détend. Quand il vient à la maison on parle de tout sauf de rugby. »

Aujourd'hui, le mariage religieux est célébré à Audressein. « Nous connaissons bien l'abbé Jean Fauroux et Audressein est sur son secteur, précise Jean-Loup Sicco. De plus, le cadre est magnifique. » Bon nombre d'invités sont attendus et on peut déjà dire que l'ambiance sera excellente.

« La vie est faite de contraste. En ce moment, nous vivons un bonheur intense » conclut Jean-Loup.

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr

Le Stade Toulousain, avec Yannick Jauzion, champion de France 2011 /Photos DDM

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement