1950 : le Miroir des Sports

Athlétisme - Décathlon :

Aux championnats d'Europe,

le Français Ignace Heinrich bat le record national avec 7 364 points,

et offre son quatrième titre à l'équipe de France.

Automobile :

24 heures du Mans :

Talbot gagne les 24H avec les pilotes Louis Rosier et Jean-Louis Rosier

F1 :

Le 13 mai 1950, la Grande Bretagne accueille la F1 à Silverstone

pour le tout premier Grand Prix de F1.

Alfa Roméo affiche sa suprématie en dominant largement les débats.

Basket-ball :

L'AS Villeurbanne est champion de France chez les hommes.

Boxe :

A Détroit, le Français Dauthuille est mis KO au dernier round (à 13 secondes de la fin)

par l'américain La Motta alors qu'il menait aux points.

Canoë - kayak :

Aux championnats du monde à Copenhague,

le Français Robert Boutigny gagne l'épreuve du 10 000 mètres.

Cyclisme :

Paris-Roubaix :

L'Italien Fausto Coppi remporte l'épreuve

Tour de France :

Victoire du Suisse Ferdi Kubler ; Louison Bobet termine 3ème

Football :

Bordeaux est champion de France, avec 6 points d'avance sur Lille.

Le stade de Reims remporte la coupe de France face au Racing de Paris (2-0)

L'Uruguay remporte la Coupe du monde face au Brésil (2-1)

au stade Maracana à Rio de Janeiro devant 174 000 spectateurs.

Natation :

A Vienne, le Français Alex Jany devient champion d'Europe sur 400 mètres (59"4)

Rugby à XIII :

Carcassonne est champion de France (finale contre Marseille).

(Photo : Puig-Aubert)

Rugby à XV :

Tournoi des 5 nations :

Le Pays de Galles remporte le Tournoi en signant son 1er Grand Chelem

(la France termine 4ème, devant l'Angleterre).

Le parcours de l'équipe de France :

Ecosse - France : 8 - 5

France - Irlande : 3 - 3

France - Angleterre : 6 - 3

Galles - France : 21 - 0

Championnat de France :

Le Castres Olympique est champion de France

pour la 2ème année consécutive

en dominant le Racing (11 - 8).



Anecdotes :

Les petites histoires du Tour :

Abandon italien

Gino Bartali, capitaine de l'équipe italienne, menacé et attaqué par des spectateurs lui reprochant d'avoir fait chuter Jean Robic, se retire dans la 12e étape du Tour (à Perpignan) et abandonne la course avec tous les autres Italiens (y compris Fiorenzo Magni, porteur du maillot jaune). Le passage du Tour en Italie est annulé par crainte de représailles.

Zaaf réveillé au rosé finit en ambulance

Il n’est pas possible d’évoquer Zaaf sans parler de l’étape Perpignan-Nîmes du Tour de France 1950. Ce jour-là, Zaaf donne des signes de grande lassitude à 28 km de l’arrivée, des signes de si grande lassitude qu’il s’écroule inanimé au pied d’un platane. Nous sommes dans une région vinicole. L’eau en bouteille plastique n’existe pas encore. Ici quand on a soif, on boit une gorgée de vin si possible rosé. Emus par l’état de Zaaf, des spectateurs l’aspergent avec un peu de vin. Les secours arrivent. Les journalistes aussi. Tout le monde constate que le coureur sent le vin. La légende aussitôt s’incruste. Zaaf est ivre. Zaaf qui a ouvert un œil pense aux juteux contrats d’après-Tour qu’il va pouvoir obtenir s’il profite de la situation. Une fois debout, il reprend sa machine mais en sens inverse de la course. Finalement, il termine l’étape dans l’ambulance et le lendemain sur la ligne de départ de l’étape suivante, il supplie Jacques Goddet de lui laisser accomplir les 28 km qu’il a parcouru la veille en ambulance. Refus de Jacques Goddet mais cette année-là. Zaaf a bien gagné sa vie grâce aux contrats d’après-Tour, beaucoup plus en tout cas que son équipier Molines, vainqueur de l’étape ce jour-là.

Et dire que Zaaf, de religion musulmane, n’a jamais bu une goutte d’alcool de sa vie.




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement