Rétro - Dadou en crue,
Quelques clichés anciens :
 

 
Sous le château de Crins au début des années 80
 

 
Sous les anciens préfabriqués de l'école de Crins
 

 
En 1988, à l'Ilotte
(Photos : Simon Rodier)
 

Intempéries mai 2013
 
A Graulhet :
 

 
A Graulhet, sur les 5 premiers mois de l'année :
- en 2012, il était tombé 270 mm d'eau ;
- en 2013, il est tombé 620 mm d'eau, soit plus du double !
(Source : Alain Berthomieu, correspondant local de Météo France)
 

 
Mardi 28, pluie - mercredi 29, pluie - jeudi 30, pluie - vendredi 31, pluie !...
 

 
D'hier jeudi 16 h à ce matin vendredi 4 h : une cinquantaine de mm d'eau (mon pluviomètre était à ras bord...)
 

 
Le Dadou ce vendredi matin à la chaussée de Ferran...
 

 
A Ferran, ça pulse !
 

 
A la passerelle de Millet...
 

 
...le Dadou attaque la rive droite
 

 
Tiens, un petit rayon de soleil sur le Pont Vieux... Rare !
 

 
Herbes couchées et chemin des berges bien imbibé sous le Musée du Cuir
 

 
Autour (de ce qu'il reste) du moulin
 

 
La chaussée du moulin depuis la rive droite
 

 
Perspective sur la chaussée du moulin depuis la rive gauche
 

 
La chaussée du moulin et les 2 ponts
 

 
La chaussée du moulin sous un nouveau rayon de soleil... Quel luxe !
 

 
Vue traditionnelle depuis la terrasse du château
(Photos : Simon Rodier)
 
Dans le Tarn :
 


 
La carte de vigilance mise à jour pour la région (DDM)
 

 
Quais de l'Agout à Castres cette nuit (Photo Météo81 - Cyril)
 

 
Castres (Photo FB - DDM)
 

 
Castres (Photo FB - DDM)
 

 
Castres (Photo FB - DDM)
 

 
Entre Mazamet et Castres, la Durenque (Photo FB - Montagne Noire)
 

 
Entre Mazamet et Castres (Photo FB - Montagne Noire)
 

 
 Castres (Photo FB - Montagne Noire)
 
 
Dans le Grand Sud :
 

 
Dans le Gers (Photo France 3 MP - Pascale Conte)
 

 
Près de Toulouse 31 (Photo FB Hebdo Météo - Adrien Eichenholc)
 

 
La Gelise au village de Poudenas 47170 (Photo FB Hebdo Météo - Mirabaud Nicolas)
 

 
La D930 dans le Gers (Photo France 3 MP - Pascale Conte)
 

 
Le stade de Pavie dans le Gers (Photo France 3 MP - Pascale Conte)
 

 
Dans le Gers, les rivières sortent de leur lit (Photo DDM - Sébastien Lapeyrere)
 

 
Dans l'Aude, les habitants ont les pieds dans l'eau (Photo DDM)
 

 
Dans l'Aude (Photo DDM)
 

 
La voie verte le long du gave de Pau ( Photo FB - Francky V.)
 

 
L'Adour à Bayonne (Photo FB - Euskal kostaldea photographie)
 
Les Pyrénées sous la neige :
 

 
Dans le Capcir (Photo FB - Ski Nordique Capcir)
 

 
Cauterets, Pont d'Espagne (Photo FB - ESF Cauterets)
 

 
Arcalís, Andorre (Photo FB El Temps - Sílvia Peroti)
 

 
Grau Roig, Andorre (Photo FB - Escola Esquí Grandvalira)
 

 
Le Pic du Midi (Photo FB - P. Compère)
 



 
Les troupeaux à Barèges (Photo FB - Joël Adagas)
 

 
Hirondelles au refuge des Oulettes (Photo FB - Refuge des Oulettes)
 

 
Route de Gourette (Photo FB - Tourisme Gourette)
 

 
Col d'Aubisque (Photo FB - Tourisme Gourette)
 


Publié le 04/06/2013 à 03:49, 08:09  E.R.

 
Mai 2013 : la période la plus froide depuis 1922
 
Photo DDM, Xavier de Fenoyl / Thierry Bordas
 
Les chiffres le confirment. Le mois de mai 2013 a battu des records en termes de froid, de précipitations et de déficit d'ensoleillement. La Haute-Garonne, qui sort de la zone de vigilance crues, va profiter du soleil, au moins jusqu'à vendredi.
 
Alors il a vraiment été si moche ce mois de mai ? Au téléphone, Mireille Alleno, du service étude et climatologie pour le secteur sud-ouest basé à Bordeaux, rit. «Oui. Même si les précipitations n'ont rien d'exceptionnel, il a été gris et froid».
 
Avec une moyenne de 9,2 °C pour les minimales et de seulement 17,6 °C pour les maximales à Toulouse, c'est le troisième mois de mai le plus froid à Toulouse depuis 1922 après ceux de 1951 et 1984. C'est surtout la deuxième quinzaine qui a surpris avec des valeurs autour de 10 °C le long des Pyrénées et de 13 °C en plaine au meilleur de l'après-midi, températures tout à fait normales pour… un mois de mars ! Cette deuxième quinzaine de mai est d'ailleurs la plus froide observée depuis le début des mesures aussi bien à Blagnac (1947) qu'à Francazal (1922). Sur l'ensemble du mois, les précipitations sont particulièrement abondantes au pied des Pyrénées, avec un cumul de 172 litres d'eau par mètre carré à Luchon, et 140 litres à Saint-Gaudens. En plaine, on a relevé plus de 100 litres par mètre carré, soit un excédent de 40 par rapport à la normale.
 
Pour l'ensemble du printemps 2013 en Haute-Garonne, on retiendra qu'après trois printemps secs, 2013 est le deuxième printemps le plus pluvieux depuis 20 ans, derrière 2007. Luchon a notamment enregistré 343 mm soit 30 % d'excédent par rapport à la normale. Du côté des températures, c'est le printemps le plus froid depuis 1996 à égalité avec 2004.
 
Et maintenant ? Le soleil réchauffera les cœurs jusqu'à vendredi avec des températures jusqu'à 26° et des orages possibles en soirée. Ça se gâte samedi avec des averses et une baisse des températures…
 
Le chiffre : 481 heures >de soleil. Le printemps 2013 vient en deuxième position des printemps les moins ensoleillés depuis plus de 20 ans à Toulouse avec 481 heures de soleil (478 heures en 2008). C'est 10 à 20 % de moins que la moyenne de l'ensoleillement dans le département.
 
Dans le Grand Sud :
 
Fleurance (32) : Le sénateur maire Raymond Vall a tenté de reconnaître les dégâts dans les bâtiments qui entourent le stade./Photo DDM, Marc Centène
 
Bessières (31) : Samedi matin, la route d'accès à la forêt de Buzet a été coupée. Le maire et la police municipale étaient sur place./Photo DDM, J.-M. B.
 
Gragnague (31) : La D20 ici inondée sous le pont autoroutier et là impraticable a laissé de nombreux chauffeurs dans l'embarras./Photos DDM, L. G.
 
Bazus (31) : Les champs de tournesols souffrent !/Photo DDM, M.-H. d'H.
 
Cornebarrieu (31) : La rivière déborde sur l'aire de jeux./Photo DDM, G. D.
 
Saint-Clar-de-Rivière : La folie des intempéries./Photo DDM
 
Gers et Lot-et-Garonne sont confrontés à une décrue très lente./DDM
 
Val d'Adour (65) : Jean-Raymond Birou attend que l'eau ait quitté son champ pour mesurer l'étendue des dégâts./Photo Laurent Dard.
 
Condom (32) : La Baïse en furie./DDM
 
Un gros travail de nettoyage attend Carol Mac Latchy dont le moulin a été inondé à Cambounet (81)./photo JMG.
 
Puy-l'Évêque (46) : Rivières, la décrue est amorcée/Photo DDM, J-P. K.
 
Larrazet (82) : La Gimone... en crue !/Photo DDM
 
Sémalens (81) : Inondations autour du village/Photo DDM
 
Grisolles (31) : Garonne, c'est la décrue /Photo DDM-MV
 
Fleurance (32) : Deux quartiers fleurantins sous les eaux
 
A Tarbes, la crèche Bébébiz , encerclée par les eaux, a été évacuée./Photo DDM, Laurent Dard
 
Vers Loubéjac l'Aveyron est sorti de son lit / Photo DDM, Manu Massip
 
Soual (81) : La Méjane à 14 h a encore disparu sous les flots du Sor./DDM.
 
Burlats (81) : L'école des Vignals inondée et fermée./DDM
 
 
Publié le 02/06/2013 à 10:18 | E.H.
 
Cette pluie qui fait du bien à nos cours d'eau
 
La renaturation donne un nouveau visage au cours d'eau comme ici, l'Hers, à Launaguet./Photo DDM.
 
Si les précipitations de ces derniers jours ont parfois causé des dégâts, elles font aussi le bonheur des cours d'eau. Et particulièrement dans le Nord-Est toulousain où l'on est très attaché à ces artères vitales à notre équilibre. Garant de la bonne santé des plus grands d'entre eux que sont l'Hers ou le Girou, mais aussi des plus petits tels que la Marcaissonne, la Sausse, la Saune ou la Seilhonne, le syndicat mixe du bassin versant de l'Hers (SMBVH) a le sourire face à cette actualité mouillée mais bienvenue. «Et surtout bénéfique !», s'exclame Alexandre Insa, président du syndicat qui explique : «Alors que les derniers étés, ces cours ont dû subir les conséquences de la canicule, cette année le débit est passé à 5 m3/seconde contre environ 3 m3/seconde en moyenne pour l'année. Mais surtout, ce remplissage permet d'envisager au mieux une prochaine sécheresse comme elle est positive sur divers aspects de la vie de ces cours d'eau».
 
Prévention de crues
Cette montée des eaux, même si elle n'atteint pas le débit de 42 m3/seconde enregistré en février (!) est une bonne chose pour les nappes et la biodiversité qui profitent directement de ces pluies douces et régulières. Plus remplis, mieux gérés aussi, les différents cours d'eau voient ainsi une multiplication de certaines espèces de poissons, et également l'apparition de nouvelles. De la même façon, l'eau, petit à petit s'assainit et les cours reprennent un visage plus naturel, aidés aussi par une grande technicité du syndicat à travers notamment une action qui suit son cours : la «renaturation». En opposition au recalibrage, il y a quarante ans, devenu une technique obsolète et rejetée, les nouvelles méthodes de préservation de ces milieux naturels sont plus favorables à la faune et à la flore. Elles passent par de grands travaux, au fil de l'eau et des communes, comme récemment à Balma ou Launaguet.
 
En parallèle, une réflexion est également menée sur les risques d'inondation, bien réels et pris très au sérieux. Certes, les crues trentennales et ses 188 m3/seconde sont loin et le risque immédiat de danger n'est pas à l'ordre du jour. Mais il reviendra. Et c'est plusieurs centaines de maisons construites en bords de l'Hers qui pourraient alors être touchées. Une étude très avancée aboutira fin 2013 à l'issue de laquelle des propositions seront faites principalement à des communes très exposées comme par exemple Saint-Alban qui, il y a cinq ans à peine, a bien failli avoir les pieds dans l'eau.


 

Publié le 31/05/2013 à 17:31 | La Dépêche du Midi | 
 
Crues : 2 blessés dans le Tarn, l'ïle du Ramier évacuée, 7 départements en vigilance orange
 
Les pompiers en pleine intervention à Castéra-Verduzan. SEBASTIEN LAPEYRERE
 
Météo France a placé l'Ariège, la Haute-Garonne, Lot-et-Garonne, les Landes, les Hautes-Pyrénées, le Haut-Rhin et le Tarn en vigilance orange crues, en raison des fortes précipitations tombées ces derniers jours. Dans ces sept départements les secours ont multiplié les interventions. On note notamment deux blessés dans le Tarn.
 
Dans le sud du Tarn, les sapeurs-pompiers ont réalisé près de 300 interventions depuis jeudi soir. "Nous en sommes à 278 interventions, principalement dans les secteurs de Mazamet, Labruguière, Castres, Puylaurens, Graulhet et Lavaur", a indiqué le capitaine Guy Martiel, officier du Sdis 81. Tôt ce vendredi matin, 18 personnes, dont certaines piégées dans leur véhicule, ont dû être secourues par les pompiers plongeurs. Parmi elles, deux sinistrés ont été hospitalisés à Castres. La première victime, habitant Lescout, a a été retrouvée en hypothermie après s'être réfugiée sur le toit de sa maison. La deuxième, un homme de 80 ans, s'est blessée en voulant quitter son domicile cerné par la rivière Sor à Cambounet.
 
 
L'île du Ramier évacuée
D'autre part, l'île du Ramier a été fermée en raison de la crue de la Garonne et du Touch. La piscine Nakache est fermée jusqu'à nouvel ordre, comme le Casino Théâtre Barrière et la passerelle Viguerie. La résidence universitaire Daniel Faucher, le camp de Roms et un lieu d'hébergement sont en cours d'évacuation. Le pic de crue est attendu entre minuit et une heure du matin.
 
En Ariège, la situation s'améliorait en début d'après-midi. Le niveau de la Lèze, à Lézat-sur-Lèze commence à baisser. La nuit dernière, la mairie d'Artigat a fait évacuer le camping municipal préventivement.
 
Dans les Hautes-Pyénées, les pompiers sont intervenus à une vingtaine de reprises, essentiellement pour des inondations de caves. L'Adour, qui a presque atteint son niveau de la crue record de 1981, a entamé sa décrue à Bagnères-de-Bigorre. Un crèche de Lannemezan a été évacuée en fin de matinée, à la suite de remontée d'eau provenant des égoûts.
 
Près de Figeac, dans le Lot, département qui n'a pas été placé en vigilance orange, le Célé déborde, notamment sur la commune de Corn.
 
 
Publié le 01/06/2013 à 07:37 || La Dépêche du Midi | Recueilli par Marine Daval
 
Est-ce que les intempéries vont bientôt s'arrêter ?
 
Hautes-Pyrénées, Tarn, Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Gers : partout dans le Grand Sud les cours d'eau sont sortis de leur lit./Photos DDM
 
Cela fait plus de vingt ans que Joël Collado fait la pluie et le beau temps sur Radio France. Depuis la salle des prévisions à Toulouse, le cœur névralgique de Météo France, il voit en temps réel les évolutions climatiques et les prévisions ne peuvent pas être pires qu'elles l'ont été jusqu'ici. «On entre dans une nouvelle circulation climatique», promet-il. Et le beau temps devrait effectuer son retour.
 
Les intempéries vont-elles continuer ?
 
Non, c'est fini ! Aujourd'hui (hier, ndlr), c'était le dernier épisode pluvieux. ça s'améliore très nettement à partir de dimanche. Nous entrons dans une nouvelle circulation atmosphérique. Avant, les perturbations venaient du Nord et plongeaient directement sur la France. Désormais, des courants d'air chaud proviennent du Maroc, de l'Espagne et de l'Algérie.
 
À quoi peut-on s'attendre dans les prochains jours ?
 
On se rapproche des normales de saison mais on n'y est pas encore. Et ça risque d'être encore le cas tout le mois de juin, d'après nos prévisions mensuelles. Il ne faut pas s'attendre à un retour du soleil franc et massif. Le temps sera agréable mais les températures ne dépasseront pas les 20 °C en moyenne en France. C'est un temps qui se rapproche du début de printemps et surtout pas du début d'un mois de juin.
 
Des inondations dans les Hautes-Pyrénées./Photo Laurent Dard
 
Un petit point météo sur la région ?
 
Globalement bon, mais ça reste en dessous des normales de saison. À cette période, on peut atteindre les 30°. Ce ne sera probablement pas le cas. Les températures vont plafonner vers 25°. En milieu de semaine, on pourrait avoir le retour du vent d'autan, quoiqu'assez léger. Avec la hausse des températures, l'atmosphère deviendra un peu plus lourde, ce qui pourrait occasionner des épisodes orageux, plus localisés sur les Pyrénées et un peu dans les plaines.
 
Selon certains météorologues, les fortes précipitations de ces derniers mois vont atténuer la hausse des températures. Qu'en pensez-vous ?
 
C'est un discours que j'entends ici et là mais que je ne partage pas personnellement. Oui, le sol est humide, très humide. Mais si vous importez de l'air chaud, je dis bien «importer» pas «fabriquer» de l'air chaud, les températures vont augmenter quoiqu'il arrive. Le fait que le sol soit humide n'aura pas d'incidence sur le retour de la chaleur. ça prend au maximum 2 ou 3 jours pour que les sols deviennent secs. C'est seulement un frein.
 
Bagnères-de-Luchon (31) : Les caprices de la météo plombent l'économie locale / DDM
 
Qu'en est-il des autres pays touchés par ce phénomène ?
 
On a connu des hausses de température exceptionnelles dans le nord de l'Europe : la Finlande, la Laponie où il faisait 22° ce matin (hier matin).
 
Les météorologues dans le brouillard pour l'été
Même les plus pointus ne se risqueraient à aucun pronostic pour la période estivale. Les météorologues de Météo France ont pour habitude d'établir des prévisions saisonnières, que Joël Collado qualifie de «médiocres en raison de notre latitude, alors qu'elles sont très fiables dans les régions équatoriales». Pour cet été, ce n'est même pas envisageable de dire s'il sera chaud ou pas. «Les modèles sont trop divergents. C'est impossible d'en faire une synthèse. Il y a trop de dispersion. Certains modèles diront qu'il sera chaud, d'autres l'inverse. Nous n'avons pas de signal cohérent.» Reste à espérer le retour des beaux jours.
 
 
Publié le 01/06/2013 à 06:48 | J.-M.G
 
La lente montée des eaux inonde l'ouest de Castres
 
Tarn : plus de 300 interventions
 
A Cambounet, la maison de Robert Camou était encerclée par le Sor qui a débordé. Les pompiers et plongeurs sont allés le chercher. /Photo DDM, JMG.
 
La pluie intense de la nuit de jeudi a fini par faire déborder de nombreux ruisseaux et canivaux essentiellement dans l'ouest de Castres. 300 interventions ont été assurées par les pompiers dont une douzaine de mise en sécurité de personnes.
 
C'est parti tout doucement jeudi soir. Les intenses averses à répétition qui se sont abattues sur le sud du Tarn, en particulier sur l'ouest de Castres, ont fini par faire déborder les ruisseaux et caniveaux qui sont allés inonder caves, jardins et cultures et parfois bien davantage. Jeudi soir vers minuit, les pompiers castrais et des alentours avaient déjà assuré une trentaine de sorties et la mairie de Castres avait déclenché la «pré alerte» crue avertissant par téléphone tous les habitants de Castres concernés par les bassins versants.
 
Mais c'est plus tard dans la nuit que les choses se sont gâtées pour atteindre un pic entre 6 et 10h du matin. En début d'après midi hier, le capitaine Nicolas Morlans adjoint au chef du groupement Tarn Sud expliquait : «Près de 200 interventions ont mobilisé nos effectifs dans le sud Tarn dont une douzaine de mises en sécurité.» Ainsi à Lescout, au lieu dit En Lime, un automobiliste piégé dans une énorme flaque est monté sur le toit de sa voiture en attendant, frigorifié, les pompiers plongeurs. Puis, ce fut à Cuq-les-Vielmur qu'une personne a été évacuée par une barque, à En Teste aussi et enfin à Cambounet, au chemin de Froncouzoule où Robert Camou, octogénaire, dont la maison était encerclé par les eaux du Sor, a dû être tiré de chez lui en barque. Il s'est légèrement fait mal à l'épaule dans sa maison avant le départ.
 
Mézens : Le ruisseau «Le Passe» est devenu torrent hier / Photo DDM R.B.
 
Un peu plus en aval, Carol Mac Latchy, co-propriétaire de l'ancien moulin de Cambounet a elle aussi été surprise de voir son rez-de-chaussée envahi par les eaux de la rivière : «En dix ans, je n'avais jamais vu cela. Mais les voisins et la mairie ont été formidables pour m'aider à évacuer les meubles» témoigne la ressortissante australienne.
 
Les autres mises en sécurité ont concerné des automobilistes coincés au milieu de l'eau. Mais pas de blessés à regretter.
 
En revanche, plusieurs dizaines de maisons ont essuyé la montée des eaux à Soual par exemple où trois commerces sont noyés mais aussi à Lescout, près d'un gros ruisseau vers En Lime, à Verdalle ou encore à Saïx. La ville de Castres n'a pas été épargnée non plus pour ce qui concerne une multitude d'appels au secours pour des caves ou garages remplis d'eau. En fin de matinée, la météo aidant, les eaux ont commencé leur retrait et du coup le standard des pompiers s'est calmé. Mais toute l'après midi et la soirée étaient consacrées hier par les secouristes sud-tarnais à des reconnaissances voire des aides au pompage auprès des sinistrés.
 
 Le Sor est sorti de son lit à Soual./ France 3 MP
 
100 mm tombés en 12 heures
C'était la hantise de nos ancêtres les Gaulois. Eh bien, jeudi soir, le ciel est tombé sur la tête des Tarnais, en particulier ceux habitant au sud et à l'ouest. «Aux Martis, sur les crêtes de la Montagne noire, on a relevé 120 mm en moins de 24 heures, dont 100 mm en l'espace de 12 heures entre 18 heures et 6 heures du matin», confirme Jean-Michel Vayssettes, prévisionniste à Météo France Albi. A Castres, il est tombé en moins d'une journée ce qu'il tombe d'habitude sur tout le mois de mai, soit 90 mm! La station de locale de Pont-de-l'Arn a mesuré 95 mm. Plus au nord, le ciel n'a pas été en reste avec 55 mm qui ont noyé Lavaur où l'Agout, grossi par le déluge tombé sur la Montagne noire, est monté de 5 mètres: jeudi soir à 22 heures, la cote de la rivière était à 1,38 m mais hier matin à 10 heures, ce sont 6,34 m qui prenaient d'assaut le pont de Lavaur. Incroyable! L'accalmie a été la bienvenue en milieu de journée. Météo France prévoyait encore une dizaine de millimètres entre l'après-midi et la soirée d'hier, sur les monts de Lacaune et d'Alban. Aujourd'hui, le risque de pluie sera très faible... et Météo France prévoit un temps sec, ensoleillé et de plus en plus chaud la semaine prochaine.
 
 Le Vaurais les pieds dans l'eau / DDM
 
Rabastens - Glissement de terrain : péril sur les berges
Hier matin avant 6 heures, un glissement de terrain sur plus de 50 mètres a emporté le jardin de deux maisons qui surplombent le Tarn, à Rabastens. Ces habitations jouxtent la route de Gaillac, presque en face la cave coopérative. La cause de l'affaissement de cette parcelle de terre est très certainement liée aux pluies diluviennes qui se sont abattues dans la nuit sur le Rabastinois. Les trois occupants, un couple et leur fille ont dû être relogés par la mairie. La deuxième maison était inoccupée. Les pompiers ont sécurisé les lieux. Un arrêté de péril a été pris par la mairie.
 
Le chiffre : 278 interventions > des pompiers. Entre jeudi 18 heures et hier après-midi, le Codis du Tarn a dû effectuer 278 interventions liées aux crues, la plupart dans les secteurs de Mazamet, Labruguière, Castres, Puylaurens, Graulhet et Lavaur. 130 pompiers et 40 véhicules ont été engagés.
 
 
Publié le 01/06/2013 à 09:27 | Propos recueillis par Pierre Bascugnana
 
Intempéries : Toulouse sous les eaux
 
A Toulouse,le niveau de la Garonne est monté tout au long de la journée.
 
En raison du niveau de vigilance orange aux inondations, la préfecture a procédé à plusieurs évacuations hier. La décrue devrait s'amorcer dans la matinée.
 
Des eaux marronatres au débit puissant qui charrient quelques troncs d'arbres. Hier après-midi, aux abords du Port-Garaud, à proximité de l'île du Ramier à Toulouse, quelques photographes et preneurs d'images amateurs se sont attardés, le temps de quelques clichés, en bordure de Garonne.
 
Alimenté par les précipitations, le fleuve, comme de nombreux cours d'eau dans le département, a gonflé d'heures en heures au point que des mesures préventives d'évacuation ont été prises. À l'issue d'une réunion préfectorale, en début d'après-midi, le niveau de vigilance orange aux inondations a été maintenu.
 
/ Photo DDM - Frédéric Charmeux
 
À 15 h 30, la Garonne, à Toulouse, passait de jaune à orange. Hier soir, la préfecture prévoyait un pic de crue entre minuit et 1 heure avant une décrue dans la matinée.
 
«Route barrée», «risque d'inondations»…l'Île du Ramier et ses infrastructures ont vécu au rythme du principe de précaution hier. Un danger largement anticipé puisque, dès jeudi, les équipes de la police municipale avaient prévenu les habitués des lieux. «Ils nous ont dit qu'il faudrait sans doute partir, témoigne un SDF averti la veille mais resté, malgré tout pour se nourrir au restaurant social de la mairie. Maintenant, tout est fermé.» Les usagers du restaurant social seront réorientés vers un autre lieu de vie dès aujourd'hui si la décrue annoncée ne se produisait pas.
 
/ Photo DDM - Frédéric Charmeux
 
Situation sous contrôle
Hier après-midi, les policiers municipaux n'ont cessé de raviser les nombreux automobilistes qui désiraient se rendre au Casino Barrière. Venus des départements limitrophes (Tarn, Tarn-et-Garonne, Gers…), ils comptaient passer l'après-midi ou la soirée dans l'établissement. Ils ont tous été refoulés avec patience.
 
Fermé depuis le matin, le Casino, privé d'eau courante, a dû annuler son dîner-spectacle. Il devait rouvrir ce matin vers 10 heures et maintenir la venue de Pascal Obispo ce soir. Les responsables attendaient cependant le feu vert des autorités.
 
Une centaine de Roms ont par ailleurs été évacués du côté du chemin des Étroits (ancien Bikini). Ils devaient être hébergés dans des gymnases. Environ 20 étudiants logés à la cité universitaire Daniel-Faucher ont dû quitter les lieux. Ils ont été accueillis à la cité U de Rangueil. De même, une trentaine de jeunes du centre de formation du TFC ont été évacués et relogés au Creps.
 
/ Photo DDM - Frédéric Charmeux
 
Sur le canal du Midi, la navigation a été interrompue entre l'écluse Bayard et celle des Béarnais entre 16 h 30 et 19 heures.
 
Hier soir, sous la houlette de la préfecture et de la mairie, la situation était sous contrôle.
 
116 interventions en moins de 24 heures
Les sapeurs-pompiers de la Haute-Garonne sont intervenus cent seize fois pour des interventions liées aux crues et aux inondations, entre vendredi minuit et hier soir, à 20 h 30. Travail de reconnaissance, bâchage, caves inondées, habitats menacés… ils ont sécurisé l'ensemble du département sans déplorer de victimes.
 
Du côté des crues, hier, après la réunion préfectorale, le tronçon Arrats-Gimone-Save-Touch est resté en vigilance orange. Ailleurs dans le département, l'avis de vigilance de niveau jaune émis jeudi par le service de prévision des crues a été maintenu sur ces tronçons : Ariège Hers vif ; Arize Lèze ; Garonne amont ; Ger-Salat ; Hers Mort ; Tarn aval.
 
/ Photo DDM - Didier Pouydebat
 
Interview : «Encore loin du record !»
Laurent Floch, adjoint au responsable du centre météorologique de Toulouse-Blagnac, analyse les récentes précipitations.
 
En ce qui concerne les précipitations, ce mois de mai 2013 a-t-il été anormal?
 
Non, ce n'est pas un mois de mai extraordinaire. Depuis le début du mois nous avons recensé 95mm de pluie et la moyenne est de 74mm. Nous sommes un peu au-dessus de la normale mais encore loin du record de 1977 où il était tombé 180mm ou encore en 1948 avec 210mm à St Gaudens ! Il ne faut pas s'étonner, le mois de mai est, en général, le plus pluvieux de l'année en Haute-Garonne.
 
/ Photo DDM - Michel Labonne
 
Il n'y a rien d'exceptionnel alors ?
 
Si, il y a un véritable déficit d'ensolleiment. Habituellement, le mois de mai est pluvieux mais ce sont surtout des orages et autres averses. Cette année c'est une pluie continue. Cependant cela ne présage rien d'anormal pour cet été. D'ailleurs, la semaine prochaine sera placée sous le signe du beau temps !
 
Depuis le début de l'année, le niveau de pluie est-il supérieur à la moyenne ?
 
Oui, clairement. Depuis le 1er janvier 2013, nous avons recensé 400mm de pluie sur Toulouse alors que la normale est de 286mm... Sur un an le niveau moyen se situe à 638mm, nous nous en approchons alors que la moitié de l'année n'est pas encore passée !
 
Le chiffre : 30 millimètres> De pluie à Blagnac. Entre jeudi et vendredi, en 24 heures, Météo France a relevé 30 millimètres de pluie à Blagnac. Le record, pour un mois de mai, date de 1988 où l'on avait enregistré 55 millimètres de pluie en une journée.
 
/ Photo DDM - Frédéric Charmeux
 
La Garonne à 3m60 !
Dans la nuit de vendredi à samedi, vers 1 heure, la Garonne a atteint une hauteur de 3,60 mètres à Toulouse. Loin des records, certes, mais cela est suffisant pour perturber la vie de la ville, notamment sur l'île du Ramier. La plus haute crue de la Garonne date de 1875 avec un record de 8m32! Seul le pont Neuf avait résisté à cette montée des eaux.
 
La Garonne à Toulouse / Photo FB - Didier Puech
 
La Garonne à Toulouse / Photo FB - Didier Puech
 
Un couple de campeurs évacué à Auterive (31)./Photo DDM, Nathalie Sié
 
Auterive : Camping évacué, manifestations annulées /Photo DDM, Nathalie Sié
 
Ariège : Les rivières ont flirté avec le trop-plein /Photo DDM
 
Carcassonne : Beaucoup, beaucoup d'eau... sur les routes  /Photo DDM
 
Verfeil : Inondations, des habitants évacués /Photo DDM, Emmanuel Vaksmann
 
Auch : L'eau coule et les terrasses se vident /Photo DDM, Sébastien Lapeyrère
 
Rivières : mauvaise surprise dans le Quercy Blanc / Photo DDM,J-M. F.
 
Villeneuve-sur-Lot. Les cours d'eau débordent /Photo Joêlle Faure
 
À Momères (65), les canalisations ont été mises à mal par les fortes pluies et la hauteur des nappes. Charles et Emile se sont employés pour les dégager d'éventuels encombrants./Photo Laurent Dard
 
La D142 entre La Barthe-de- Neste et Montoussé (65) transformée en torrent sur quelques centaines de mètres.
 
Caussade : Au camping, les vacanciers ont les pieds dans l'eau / DDM
 
Brugairolles (11) les pieds dans l'eau / DDM
 
Les sapeurs-pompiers et les gendarmes gersois évacuent les sinistrés et tentent de sécuriser la zone inondée. / DDM Sébastien Lapeyrere
 
Les rivières du Gers sont en crue; un poids lourd tente de se frayer un chemin. / DDM Sébastien Lapeyrere
 
Le Lot en vigilance jaune à cause des pluies torrentielles. / DDM Marc Salvet
 
La rivière Auloue à Castera Verduzan en crue. Les sapeurs pompiers du Gers évacuent des garages et des caves inondés à l'aide du matériel de pompage. / DDM
 
Orthez (64) / Photo FB Hebdo météo
 
Larée (32) / Photo FB Hebdo météo - Julie D
 
Brax (31) / Photo FB Hebdo météo - Adrien E
 
Aire sur l'Adour (64) / Photo FB Hebdo météo - Do Mi
 
Le Tarn à Moissac  / Photo FB - Isabelle Correcher
 
En Ariège / Photo FB - Jaja Claudel
 
Gers, entre Valence et Beaucaire / Photo FB - Mousqu'et air ULM
 
Gers, le château de Herrebouc / Photo FB - Mousqu'et air ULM
 
Condom (32) / Photo FB - Mousqu'et air ULM
 
L'Osse à Mouchan (32) / Photo FB - Mousqu'et air ULM
 
A Tonneins, dans le Lot-et-Garonne / Photo Sud-Ouest
 
Route inondée à Pavie (Gers) / Photo Sud-Ouest - Bataille Philippe
 
A Estillac, dans le Lot-et-Garonne / Photo Sud-Ouest - Borderie J. Louis
 
Inondations à Peyrehorade / Photo Sud-Ouest
 
La Garonne à Marmande / Photo FB - OT Val Garonne
 
Route du Tourmalet / Photo FB - Joël Adagas
 
Avalanche dans le secteur de Barèges / Photo FB - Joël Adagas
 
 
Inondations dans le Sud-Ouest par francetvinfo
Les pompiers du Gers et du Tarn ont effectué des dizaines d'interventions depuis jeudi (France TV Info)
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement