Graulhet : Rétro 2013 avec La Dépêche 
 

Janvier 2013 : 
 
Escourbiac investit dans un esprit responsable
 

 
Lauréate deux fois du Cadrat d'Or qui récompense la meilleure imprimerie de France, l'imprimerie Escourbiac utilise des encres végétales, du papier Pefc ou Fcs, recycle ses eaux et ses chutes de matière, et dispose d'une certification Imprim'Vert. C'est donc dans cet esprit qu'elle vient d'investir 500 000 €, dans l'achat d'une "Muller-Martini Pantera", pour réaliser les couvertures souples de livres. Un travail que l'imprimerie faisait sous-traiter à Bordeaux.
Escourbiac sera donc la seule à posséder ce type de matériel en Midi-Pyrénées. Son installation prochaine a nécessité l'agrandissement des ateliers de la route de Lavaur
 
La Dernière île au Trésor
 

 
Toujours aussi passionné depuis l'adolescence par l'Aventurier Robert Vergnes, à la recherche du moindre document qui puisse retracer une partie de la vie du Graulhétois, Thierry Cayla vient de rencontrer James Maingot un des compagnons d'Aventure d'une expédition en 1982 à l'île de Coco au Costa Rica à la recherche du Trésor de Lima. Les divers documents qu'il a rassemblés continueront à alimenter le site qu'il a créé depuis 2002.
 
Collège : «Viser l'excellence et la réussite de chacun»
 

 
Les chiffres obtenus lors de la dernière session du brevet des collèges sont loin de l'image que l'établissement situé en zone de dispositif ECLAIR peut projeter.
«En arrivant ici j'ai été agréablement surpris par l'investissement des équipes, et je ne m'attendais pas à un tel niveau d'excellence» confie Régis Bégorre qui entend poursuivre le travail entrepris jusqu'ici et qui porte aujourd'hui ses fruits. Pour le chef d'établissement, même s'il n'est pas facile à mettre en œuvre, le cap est simple: «L'objectif est double. Viser l'excellence et la réussite de chacun. La clef pour cela est d'être en mesure de répondre aux besoins d'élèves aux profils très différents».
 
Pompiers : Toujours plus de sorties
 

 
L'an dernier, c'est à mille cinq cents reprises que les soldats du feu ont quitté le centre de secours Léon Rouyre pour des interventions, contre 1434 effectuées en 2011.
Si les secours à personnes augmentent (1091 contre 1060) ainsi que les opérations diverses, de la fuite de gaz aux problèmes d'ascenseurs (161 contre 105 en 2011), on constate en revanche une stabilité des feux (119 contre 115). Cette évolution annuelle s'accompagne aussi d'une nette diminution des secours routiers.
En effet l'an dernier les sapeurs-pompiers ne sont en intervenus qu'à 129 reprises sur des accidents de la circulation contre 154 en 2011.
 
Les Toiles de la montagne noire ouvrent leurs portes
 

 
C'est demain, vendredi premier février, que «Les toiles de la Montagne noire» ouvriront leurs portes à Graulhet. Après Labastide-Rouairoux, lieu de production où se trouve un magasin d'usine, c'est à Graulhet qu'ouvre le second magasin du producteur engagé dans une démarche résolument locale.
Sur deux étages à l'angle de la rue de la mégisserie on tourve tout ce qu'il faut pour l'office et les arts de la table, du tissu au mètre, sac à pain, et autre tablier ajustable. Professionnels, détaillants et particuliers peuvent pousser la porte du magasin.
 
Février 2013 : 
 
Ça chauffe avec la filière bois de Tryfil
 

 
Dans le cadre d'un programme d'échange européen baptisé SUDEO, les «conseillers énergie» des Chambres d'agriculture de Midi-Pyrénées, accompagnés d'une délégation espagnole venue de Navarre et d'Estrémadure, viennent de participer à une journée d'étude «filière bois énergie» concoctée par Trifyl.
Ils ont pu visiter l'Eco-circuit de Labessière-Candeil ainsi que la plateforme du site où les déchets bois sont stockés et transformés en plaquettes. Les visiteurs se sont ensuite rendus à Graulhet pour découvrir les deux chaufferies bois sur les rives droite et gauche du Dadou.
Des équipements qui alimentent un réseau de chaleur de plus de 2 kilomètres destiné à chauffer, entre autres, le lycée, environ 300 logements HLM, les écoles ainsi que la piscine. 
 
Le livre référence de l'économie locale
 
Quand ils parlent de Graulhet, Suzanne et Albert Cathalau reconnaissent le faire avec beaucoup de nostalgie.
Nostalgie d'un passé qu'ils ont connu, dans une ville qui de 55 à 70 a connu les années glorieuses liées à la santé de son industrie.
Ce sont ces années-là qui sont le cœur du livre "Le Passé Déchiré" qui sort ce 14 février. «En fait, nous avons d'abord voulu raconter l'histoire de la ville du Moyen Âge à 1999. 
 
35 gendarmes pour faire oublier le passé
 

L'inspection annoncée de la brigade autonome de gendarmerie de Graulhet qui a eu lieu le mardi 12 février avait cette année une connotation particulière. En effet, 2012 était le premier exercice complet après la prise de fonction des gendarmes sur le canton. En 2011, en milieu d'année,ces derniers avaient succédé à la police nationale. «Les chiffres sont bons», annonce, en préambule le lieutenant Bertrand Collot, commandant de la brigade. 
Mardi, la réunion à la mairie de Graulhet, durant laquelle le lieutenant Collot a présenté le bilan 2012 devant un parterre de maires et de gendarmes peut se résumer à une phrase de Claude Fita : «Tout ce qui me revient aux oreilles de la population c'est la satisfaction du travail accompli par les gendarmes. Le reportage fait la semaine dernière par une chaîne de télévision nationale est signicatif : la journaliste m'a fait part de son étonnement de ne trouver personne pour mettre en doute l'efficacité de la gendarmerie».
 
Travaux : l'avant-dernier vestige du Petit train vient de disparaître
 

 
Avec la démolition de la ruine du club-house du Sporting incendié en mars dernier, c'est le dernier vestige du passé ferroviaire de Graulhet qui vient de disparaitre. Car il existait un train à voie étroite (60cm) qui reliait Laboutarié à Graulhet dès 1893, dont le prolongement a été effectué en 1899 d'abord vers St Sulpice, puis vers Lavaur, reliant ainsi les grandes lignes de chemin de fer. Si la ligne a été fermée en 1936, la gare est restée debout, transformée dans un premier temps, en Ceg, puis annexe du Ces de Crins, puis en club-house du rugby prenant le nom de Marcel Batigne. En 1970, un autre incendie avait détruit l'hôtel Terminus à l'actuel emplacement de la Poste.
 
Reste donc encore que le préau du stade, vestige de l'ancienne salle des machines, qui abritait les locomotives dont deux étaient nécessaires quand le train devait emporter marchandises et passagers. Ces derniers, vu l'étroitesse des wagons, étaient assis sur deux banquettes en long. Il fallait parfois descendre pour «alléger» et monter le côte Gambetta ou plus loin après la Ramière. Un temps révolu qui ne trouve que très peu de témoignages.
 
Une présence remarquée au Salon du tourisme
 
L'association graulhétoise au Salon du tourisme en compagnie du ministre Sylvia Pinel. / Photo DDM
 
L'Association culturelle du Pays graulhétois a participé, mi-février dernier, au Salon du tourisme et des seniors au Parc des expositions de Toulouse. Présente sur le stand de la FFFSH (Fédération française des fêtes et spectacles historiques), l'ACPG estime avoir réalisé cette année un bon salon. De nombreux contacts ont été noués avec les visiteurs, mais aussi avec des représentants de clubs et d'associations dans l'optique éventuelle de venir voir le spectacle 2013 «Occitanie Terre d'histoires» qui sera donné les 19, 20 et 21 juillet prochain sur le site de la Bousquétarié. 
 
Coup de jeune sur le plus vieux quartier
 

 
C'est le plus ancien quartier de Graulhet, Panessac, que l'association Mémoire Sociale graulhétoise va raconter à travers des témoignages et une exposition. Début mars, des photos anciennes seront exposées dans le hall de la médiathèque.
Le 8 mars à 17h 30, dans le cadre de «Femmes de Mars», un film de 25 minutes sera présenté en introduction d'une causerie à laquelle tout le monde est invité à participer. «Le but de ces deux manifestations est de garder un témoignage de gens qui ont habité ce quartier quand il était animé. C'était un quartier emblématique, aux ruelles étroites, héritage direct du Moyen Age, ouvrier, habité par une population hautement colorée», assurent Robert Py, le président de l'association

Mars 2013 : 
 
La Navette change de circuits
 

 
Le service de transport gratuit a modifié ses horaires et ses trajets. Ce sont désormais quatre circuits qui sont réalisés, toujours au départ de la place du Jourdain. La ligne A jusqu'à Saint-André, la ligne B jusqu'au Forum, la ligne C jusqu'à la Bressolle, la ligne D passant par Nabeillou et la Bousquétarié. Cette nouvelle organisation a été réalisée à l'issue d'une consultation des usagers
La navette, qui reste gratuite, circule désormais tous les matins du mardi au dimanche, sauf les jours fériés.
 
Graulhet-Castres : La folle course-poursuite à 180 km/h d'un mineur
 

 
Plusieurs brigades mobilisées, un hélicoptère de gendarmerie en soutien : un mineur a donné hier matin du fil à retordre aux forces de l'ordre. En voulant leur échapper, après avoir volé une voiture à Graulhet, il a surtout mis en danger sa vie et celle d'autrui. Tout serait parti d'un survol aérien du secteur de Graullhet dans le cadre d'une opération classique de surveillance routière mais aussi de prévention des cambriolages. Un hélicoptère de gendarmerie a repéré ce qui semblait être le vol d'un véhicule puis le comportement pour le moins anormal d'un conducteur au volant d'une Ford Galaxy. 
 
Le conducteur de la Ford n'hésitait pas lui à dépasser les 180 km heure ! La poursuite menait tout le monde aux abords de la cité castraise. De la voie rapide, la Ford plongeait rapidement vers le quartier de Laden. Le conducteur comptait sans aucun doute s'engouffrer dans des ruelles et s'évaporer dans la nature à pied. Hélas pour lui, les gendarmes avaient anticipé et lui ont tendu une souricière non loin de l'Intermarché. Seul à bord du véhicule, le conducteur, un mineur (presque adulte), déjà défavorablement connu des services de police, a été interpellé.
 
Les adieux à Suzy Bastié : une grande dame disparaît
 

 
Suzy Bastié est décédée dimanche 17 mars à l'âge de 79 ans.
Sa disparition laisse le basket Tarnais, régional et bien au-delà, dans une immense peine, tant cette grande dame du basket aura marqué de son empreinte et de son sourire ce sport qu'elle aimait tant.
 
En club, Suzy fait les beaux jours de Toulouse puis de Graulhet, un club qu'elle entraîne de 1968 à 1977, avec à la clé un titre de champion de France fédéral (ex L2), en 68 et un de N2 (ex L2), en 1977.
«Femme de conviction, elle aura consacré toute sa vie à se battre, surtout pour les autres. Elle avait une vision humaniste du sport, elle aimait les gens et était toujours présente, dans les bons et les mauvais moments. Son humour et son grand sourire étaient communicatifs».
 
Les nageurs de Prien sont là
 

 
La délégation de nageurs de Prien et Bernau, est arrivée samedi et a, dans la foulée été reçue en mairie.
L'occasion pour le président graulhétois Jean Nespoulous, de rappeler tous les objectifs d'un jumelage qui dure depuis 37 ans.
«Je sais que nos nageurs trouvent dans ces rencontres, les motifs de construire ensemble l'avenir, leur avenir, en leur insufflant ainsi la fraternité entre les peuples dans une liberté qu'ils se construiront pour eux et leurs enfants». Après le traditionnel échange de cadeaux et la photo souvenir, le millième nageur échangé a été dignement feté.
 
Soirée des talents graulhétois au Forum
 
Les Rastarn feront danser le public sur la scène du Forum. 
 
Samedi 30 mars, le service culturel propose une soirée spéciale pour mettre en valeur les talents graulhétois. C'est au Forum, avenue Saint-Exupéry que la soirée se tiendra avec un coup d'envoi donné à 19h. Ce sont cinq formations que l'on retrouvera sur scène. A l'affiche, El Bombassin qui chante en italien et en anglais dans un style reggae dancehall, mais aussi le jeune groupe de rock progressif Purple Plane ou encore Xlamotte.

 
 
Avril 2013 : 
 
Déchets ultimes : le tribunal administratif censure l'arrêté préfectoral
 

 
Le tribunal administratif de Toulouse vient d'annuler partiellement l'arrêté préfectoral complémentaire accordé en 2007 à la société Occitanis, exploitante d'une installation de stockage de déchets ultimes. Ce jugement confirme que «les dispositions des plans régionaux de prévention et de gestion des déchets dangereux doivent être compatibles avec les autorisations délivrées».
 
«Nous sommes étonnés du résultat de ce recours. Il n'y a que deux sites de ce type dans le sud de la France. Etant donné que le tonnage de déchets dangereux produit en Midi-Pyrénées et régions limitrophes est supérieur à 30 000 tonnes annuelles, le retour à une limitation à 30 000 tonnes par an oblige les industriels de ces régions à faire voyager leurs déchets hors de la région. On va ainsi parfaitement à l'encontre du principe de proximité prôné» explique Delphine Pailler, directrice du site.
 
Un nouveau diplôme préparé au lycée
 

 
Dans un contexte de renouvellement de l'enseignement technique, la «carte des formations» dépendant de la région, le lycée Clément-de-Pémille sera doté à la rentrée prochaine d'un enseignement «diplôme des métiers d'art» qui vient compléter la filière du bijou.
Désormais, l'enseignement de cette filière s'étendra donc à la rentrée prochaine du CAP jusqu'au diplôme de l'enseignement supérieur.
 
Premier Salon de la bière et du vin
 

 
Il aurait pu voir le jour place du Capitole à Toulouse ou bien dans la rue des Brasseurs… C'est finalement dans un lieu «atypique» que se déroulera le premier Salon de la bière et du vin ce week-end dans la bien nommée brasserie des Vignes graulhétoise.
 
«On a parfois du mal à le croire mais il y a toujours des brasseurs à Graulhet. Certains se souviennent qu'on venait chercher chez eux les pains de glace avant les réfrigérateurs domestiques. Nous avons même retrouvé des bouteilles de bière estampillée du nom de la ville où se faisait l'embouteillage», souligne Stéphane Dumeynieu, gérant de la brasserie des Vignes. Après l'ère du monopole des brasseries industrielles, c'est une véritable culture qui est en train de renaître...
 
Des braqueurs présumés interpellés
 

 
Une cinquantaine de militaires, un hélicoptère et deux maîtres-chiens de la gendarmerie avaient été mobilisés à la suite du violent braquage de la maison de la presse de la Place du Mercadal à Graulhet le 23 octobre dernier, en fin de matinée. En vain, les braqueurs n'avaient pas pu être interpellés. Mais depuis, l'enquête a permis d'identifier les auteurs présumés. Et ils ont été interpellés en début de semaine à Castres. 
 
C'est les policiers de la brigade anticriminalité (Bac) du commissariat de Castres qui ont mis la main sur le principal mis en cause mardi soir. Un Castrais de 19 ans, bien connu des services de police pour de nombreux vols par effraction et qui était également recherché pour effectuer une peine de prison suite à une condamnation.
 
Amicale Laïque : 2012 fut encore une bonne année
 

 
«La population a évolué ; les familles qui arrivent de l'extérieur nous témoignent tout l'intérêt d'une gestion associative : qualité éducative et relationnelle, sérieux et professionnalisme, convivialité, accessibilité et souplesse». (Daniel Albouy). La hausse de fréquentation constatée en 2011 s'est confirmée : + 2,87 % tous accueils de loisirs confondus. Les 43.515 journées/enfants réalisées entraînent un bon bilan financier qu'a minutieusement détaillé le trésorier Christian Pradelles.
 
Claude Fita, maire de Graulhet, s'est dit très fier d'assister à des rapports aussi sérieux présentés par des gens aussi compétents. Et précurseurs : «Tout ce que l'Amicale a réalisé autour de l'enseignement au plan local est concrétisé dans la nouvelle loi nationale sur les rythmes scolaires !»
 
Sept commerces labellisés
 

 
Sept commerçants graulhétois sur 38 tarnais inscrits dans la démarche Charte Qualité Service, ont été labellisés par le Cci et la Bpoc. Cette récompense salue trois notions essentielles que sont l'accueil, l'écoute et le conseil. Pour les commerçants, elle est un gage de professionnalisme et pour les clients, l'assurance d'une réponse à leurs attentes. Cette démarche est proposée par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn...
 
Stade : Les joueurs peuvent aller se rhabiller
 

 
Des bennes de gravats ont quitté l'enceinte du stade Noël Pélissou en ce début de semaine. L'équipe «maçons» de la ville de Graulhet a commencé par les démolitions nécessaires au lancement de ce chantier. «Dans les anciens vestiaires, nous avons détruit une cloison afin de créer plus d'espace, pour que toute l'équipe puisse se retrouver au sein d'un même vestiaire. 
De même, les anciens urinoirs ont été enlevés, tout comme les anciens sanitaires qui accueilleront désormais un nouvel espace vestiaire. Une extension en front d'environ soixante mètres carrés sera réalisée par une entreprise. Ce nouveau bâtiment accueillera des sanitaires, des douches, mais également des WC publics et l'infirmerie. Nous répondrons ainsi aux normes en vigueur pour la fédérale 2» explique Guy Peyre, adjoint en charge des travaux
 
Trentième année de fête chez les Poètes sans frontières
 

 
Samedi 20 avril l'auditorium était à la fête avec les poètes, les chanteurs et le chœur de Fiesta.Le public ne s'est pas trompé en venant nombreux écouter ce spectacle de mots et de musique.
 
Trente soirées ouvertes au public, autant partagées avec les résidents de la maison de retraite, la bibliothèque, les radios et les associations, partage de soirées avec ARPO de poètes de renoms, 13 recueils et enfin un livre, c'est après un rapide historique et un bilan riche de leurs actes que le président Jean Paul Aymés donnait le ton avec un texte d'Yves Duteil : «Avoir et être» deux verbes essentiels dans notre belle langue. 

Nabeillou : Les «push-cars» à l'épreuve de la boue
 

 
Bien sûr, à la hâte, il a fallu réaménager le programme et adapter les installations. Bien sûr, vu les conditions, la moitié des équipages n'a pas fait le déplacement. Bien sûr, la météo froide et surtout pluvieuse de ce samedi a gâché la fête de cette première journée. Mais rien n'est venu perturber l'enthousiasme de Patrick Garcia, le président de la Fédération Française de caisses à savon, organisatrice de ce championnat de France.
 
Les maisons de l'enfance graulhétoises, sous l'égide de l'amicale laïque, qui a aidé à la construction des quatre «push-cars», décorés sur le thème d'autant de saisons, se sont montrées à leur avantage, jouant à domicile et avec le soutien du public. Un pilote, deux pousseurs à tour de rôle et des sensations dans les virages en épingle.
 

Succès pour le stage de basket
 

 
Une trentaine de jeunes basketteurs (poussins poussines, benjamins et benjamines) a répondu présente au stage organisé par le SCG (Sporting club Graulhet) section basket. Un stage qui était assuré par une pointure du basket, Lola de Angelis du TMB (Toulouse Metropole Basket), plusieurs fois qualifiée en équipe de France, en compagnie de Rémy Berrabah du club de Ramonville et Olivier Scharf de Graulhet.
 
Christophe Fagot, président du SCG Basket se réjouit de ces journées qui font rayonner le club graulhétois : «Sur les 2 jours, nous avons reçu plus de 60 jeunes ! Des basketteurs en herbe issus des clubs de Gaillac, Roquecourbe, Rabastens, et bien sûr Graulhet !».
 
 
Mai 2013 : 
 
Un public conquis par l'orchestre batterie-fanfare
 

 
Les admirateurs de l'orchestre batterie-fanfare de Graulhet Tarn se sont déplacés nombreux au concert qui honorait leur échange avec la Batterie-Fanfare de Bidart.
Les quelque six cent spectateurs auront notamment apprécié le nouveau programme musical de la formation graulhétoise, avec des nouvelles œuvres traditionnelles ainsi que plusieurs hommages dont particulièrement celui adressé à Claude Nougaro.

La fête du rugby amateur à Graulhet
 

Ils sont pour la plupart des anciens du centre de formation départemental. Les «Blifflards» ont remporté les 24e Pavois du Tarn, de rugby à 7, en venant à bout d'une belle équipe de Midi-Pyrénées, 3 essais à 2. Des Pavois, épreuve unique dans sa conception, qui a l'avantage de regrouper en un seul lieu, toutes les forces rugbystiques du département et même pour cette fois, un échantillon sous forme de sélections venues du Languedoc ou du Béarn.
 
Cirque Pistil, «une tournée artistique et politique»
 

 
Le cirque Pistil repart sur les routes. Du 20 mai jusqu'au 30 juin, la petite compagnie voyagera à pied sur les routes autour de Graulhet avec son spectacle «Saluton». Pour cette tournée, «On y reTARN», Muriel Garin, Olivier Rouff, Bruno Gauer et Alain Poette vous donnent rendez-vous avec les enfants et les chevaux et seront suivis d'une caméra Super 8 pour la création d'un reportage par l'un de leurs amis. 
 
Pourquoi faire le choix de se déplacer uniquement à pied avec votre roulotte ?
"Cela part d'abord d'une réflexion écologiste, on ne voulait pas faire beaucoup de kilomètres et dépenser du carburant alors qu'on peut le faire à côté de chez soi. On voulait aussi partir à la rencontre des familles croisées à l'école et qui habitent autour de Graulhet tout en profitant de la campagne." (Muriel Garin)
 
La passerelle a rejoint l'autre rive du Dadou
 

 
Près de deux cents personnes ont assisté lundi à la «poussée» de la passerelle. Centimètre par centimètre l'imposant édifice de près de 130 tonnes s'est avancé depuis la rive sud jusqu'à joindre l'autre rive, côté quartier de Crins, avec toute la précision nécessaire.
 
Les six tronçons fabriqués aux ateliers Saint-Eloi mesurent en moyenne vingt-cinq mètres de long. Ces imposantes pièces sont livrées et assemblées sur le site pourvu de piliers provisoires. Un vérin de trois mètres, spécialement conçu à cet effet, a été construit pour pousser la passerelle par-dessous, depuis la berge située du côté de la médiathèque. Ce n'est que dans la soirée, après une progression lente et méticuleuse, que la passerelle a touché terre, côté Crins.
 
La foire bio Biocybèle bien dans ses bottes
 

 
Malgré le changement de lieu qui en a désorienté plus d'un, la foire bio Biocybèle a connu une première journée réussie mais pluvieuse. Elle se poursuit aujourd'hui à Graulhet, avec du beau temps enfin annoncé.
 
Pour le coup c'est réussi ! Nature & Progrès qui en déménageant de Gaillac à Graulhet entendait «remettre l'agriculture au centre de la foire», ne pouvait pas mieux faire. Hier pour la première journée, le parc paysager de la Bousquétarié à Graulhet ressemblait effectivement à une cour de ferme. Où le port de bottes était de rigueur au risque de souiller le pantalon du dimanche.
 
FAR : l'expo raconte les vieux outils
 

 
Depuis samedi et jusqu'au 8 juin, les locaux de la Far dans l'ancien marché couvert, abritent une expo sur les vieux outils, réunie par Yvan Fresquet, d'origine lotoise et installé à Graulhet depuis longtemps. Le retraité a retrouvé maints outils de menuisier, de mécano, d'ajusteur, de charpentier, de maréchal-ferrant, de sabotier, de tondeur, de faucheur, d'affuteur, d'élagueur et autres spécialités des villages de France d'il y a quelques décennies. Au fil de la visite on peut aussi découvrir la reconstitution d'un coin de cheminée, avec crémaillère, «toupi» et pique-feu.
 
7ème Rallye Val Dadou : une édition pleine de surprises
 

 
Ils étaient 122 équipages engagés pour cette 7e édition du rallye régional Val Dadou. Ce sont Philippe Corneau et Samuel Grégoire sur leur Mégane Rs qui ont remporté l'édition.
 
Cent-huit ont été autorisés à prendre le départ par les commissaires. A l'arrivée des six spéciales, seulement 79 ont été classés. C'est dire la difficulté qu'ont eu les pilotes à maîtrise leurs trajectoires... «Les reconnaissances ont été effectués la veille avec la pluie battante. Le lendemain, il faisait grand soleil. Les repères ont changé, les rapports co-pilotes-pilotes ont été différents, et les sorties de routes nombreuses» convient Christian Géromin, le président d'Auto Sport Passion organisatrice de l'épreuve.

Juin 2013 : 
 
Aerotech est leader dans la conception aéronautique
 

 
En 25 ans, Aérotec est passée du binôme créateur, Jean Luc Assié et Philippe Marty, à 22 salariés aujourd'hui moitié sur le site graulhétois d'origine au bord du terrain d'aviation, moitié sur le site toulousain. Elle est passée d'un petit atelier spécialisé dans la maintenance radio des avions, à des centaines de mètres-carrés abritant les matériels haut de gamme et les hangars.
En 25 ans, les deux électriciens de formation, ont réussi à hisser Aérotec au plus haut niveau national. L'entreprise est la seule en France de cette taille à disposer des trois agréments de conception avec un bureau d'études travaillant avec les particuliers comme avec les compagnies aériennes, de production de faisceaux et autres matériels de tableaux de bord et de maintenance sur tous les appareils de radio-navigation et de pilotage automatique, avions et hélicoptères.
 
Fin de saison tonique pour les nageurs

 
Laura Pau, Camille Guiraud et Adrien Causse ont tenté leur chance aux championnats régionaux du 24 au 26 mai à Tarbes. Qualifiés depuis le début de saison, ils ont réussi des performances intéressantes en plaçant de nouvelles techniques à leur répertoire. Il ne manque plus qu’à les stabiliser. 
 
Treize nageurs ont participé aux finales des médailles du TOAC samedi 1 er juin à Toulouse. La nouvelle formule de cette année permet aux poussins et benjamins de pouvoir se qualifier sur plusieurs nages en finale A ou B dans chaque année d’âge. Une belle prestation de l’ensemble de la délégation, les secondes s’égrainent, les départs, les nages sont plus efficaces.
 
Ça plane pour les collégiens
 

A défaut d’avoir la tête dans les étoiles, les collégiens de Louis Pasteur ont les yeux tournés vers le ciel. Alors que les élèves de 4eme ont décroché le prix régional du concours «imaginons le transport du futur» de la fondation EADS, une quarantaine d’élèves passent dans l’établissement le BIA (Brevet d’initiation aéronautique).
 
Les plus grands ont pu quant à eux préparer le brevet d’initiation aéronautique. Depuis cinq ans les élèves peuvent se préparer à cet examen au collège. «Il y a des tests à la fin de chaque module et même un examen blanc» souligne Sylvie Monasson, «certains élèves de la première promotion volent à présent» se félicite-t-elle.
 
Omnisport : Le président, la trésorière et les 1 600 licenciés
 

 
Comme Atlas et sa mappemonde, Jean Luc Cathalau tient depuis deux ans, l’ Omnisports et ses 1 600 licenciés sur ses épaules d’ancien pilier. Seule, Béatrice Vicente, fidèle trésorière est là pour le soulager un peu, et l’ appel à candidature pour pourvoir le poste de secrétaire est resté un vain écho dans les oreilles des présidents de sections rassemblés pour l’assemblée générale.
 
Présentés par Me Catala, commissaire aux comptes, les deux exercices font ressortir une année largement excédentaire en termes de résultats, expliquée par les manifestations de prestige comme le Centenaire du rugby, et une seconde bien moins conséquente. Un appel solennel a été lancé aux responsables de sections, au travers d’un règlement intérieur revu et corrigé qui les obligera, outre l’uniformisation des fonctionnements et les impératifs liés aux évolutions administratives et financières, à plus de réactivité au moment de présenter leurs propres comptes.
 
Graulhet, la nouvelle capitale du foot tarnais
 

 
En déménageant à Graulhet, le district de football du Tarn ouvre une nouvelle page de son histoire. Loin de sa création en 1968 dans l’arrière-salle du café du théâtre à Albi, il dispose désormais d’un bâtiment de 570m², véritable Maison du football. Il s’agit aussi d’une nouvelle page dans l’histoire de la ville qui accueille au cœur de la Plaine des sports de la Jonquière, le centre névralgique d’un sport qui fédère près de 12 000 licenciés dans le département.
 
Si la position centrale de Graulhet dans le Tarn a été un des critères de cette réalisation, elle n’a pas été la seule raison de cette implantation. «Lorsque j’ai rencontré Raphaël Carrus, président du district du Tarn de football, il avait une vision, et cela m’a touché. Il m’a parlé des onze terrains de foot qui étaient déjà là, et m’a sensibilisé au football, un sport qui s’adresse à tous, il m’a parlé de la culture populaire et des valeurs de Graulhet et cela m’a touché», explique Claude Fita, maire de la ville.

 
30 ans et cinq présidentes pour Graulhet Temps Libre
 

 
Graulhet Temps libre a fêté ses 30 ans d’existence autour de Marie Durand, Jeanine Azémar, Annette Gleyzes et Christiane Dumontier, anciennes présidentes et vice-présidente. En présence du maire qui a honoré la manifestation de sa présence, Mme Antoine, qui leur a succédé, a rappelé comment l’association a débuté, aidée en cela par M. Gabriel Rouyre, une des «mémoires» de la ville.
 
«Quand elle l’a créée en 1983, Mme Durand, la première présidente, désirait d’abord proposer des activités à caractère culturel, mais il lui fallait quelque argent pour commencer. Jamais à court de solution, elle a imaginé de vendre des châtaignes grillées sur la place du Jourdain pour financer les premiers frais». 
 
La OLA a fait le plein
 

 
Avec plus de 500 adhérents inscrits dans dix-huit activités, la OLA (Organisation-Loisirs-Animation) finit la saison en beauté. D’ores et déjà, certains membres se préoccupent de leurs inscriptions pour l’année prochaine, après l’assemblée générale de septembre. Après la création du club d’allemand -qui s’adresse aussi bien aux débutants qu’aux confirmés- la prochaine modification aura lieu dans l’atelier peinture. 
 
À la rentrée, une élève de Casimir Ferrer, Claire Skibicki, assurera ces cours. Chacune des activités est gérée par deux responsables, qu’il s’agisse de randonnées, de cuisine, d’aquagym, d’œnologie ou de jeux de société.
 
MJC : Un millier de spectateurs attendus
 

 
La fête de la MJC connaitra son point d’orgue ce samedi 22 juin avec un grand spectacle de trois heures au Forum de la ville. Cependant, en raison des nombreuses activités proposées, de nombreux rendez-vous ont été fixés sur plusieurs semaines pour réaliser les «restitutions» des différents ateliers auprès d’un public.
 
«Notre difficulté, c’est que tout le monde puisse passer sur scène dans de bonnes conditions» confie Jacques Brossard qui souligne «Ce moment est aussi un moment de rencontre pour des personnes âgées de 4 à 80 ans, un moment de rencontre entre les adhérents des clubs, un moment de rencontre entre les adhérents et les habitants».
 
Fiesta : Le groupe de chanteurs de l'Amicale Laïque s'expatrie
 

 
Profitant du jumelage de Graulhet avec la ville de Prien am Chiemsee, Fiesta, le groupe de chanteurs de l’Amicale Laïque, s’est rendu en Bavière durant une semaine. L’accueil par des membres du comité de jumelage fut très chaleureux. À peine installés dans le car, à la descente d’avion, ils avaient en main leurpremiére bière qui ne fut, bien sûr, que le début d’une longue série.... 
 
Deux concerts en soirée avec la chorale locale se terminèrent par des danses sur les chants de Fiesta, pendant et après un bon repas. Ils ont assisté, tout en déjeunant sous un soleil magnifique, à l’installation de l’arbre de mai (un mat 30 m de haut), manifestation traditionnelle, en costumes folkloriques, qui n’a lieu que tous les quatre ans. Un séjour qui restera dans les annales du groupe...
 
La saison d'athlétisme bat son plein au plus haut niveau
 

 
Cette année 2013 marque le renouveau de la section athlétisme du SC Graulhet. Ainsi, au cours de deux derniers week-ends, plus d’une dizaine de jeunes se sont qualifiés aux championnats régionaux individuels.
Quant à Célia Perron, leur chef de file, elle attend avec impatience, les championnats de France d’épreuves combinées des 29 et 30 juin prochains à Cognac pour lesquels elle est qualifiée (15e au bilan national) mais dans le but de «changer d’air», et à la demande de son entraîneur, Yves Gouyen, elle a accepté de monter sur 400m Haies. Bien leur en a pris puisque, non seulement, elle a remporté le titre régional toutes catégories, mais en réalisant avec aisance, 65’’27, elle se positionne comme une finaliste potentielle aux championnats de France individuels (8e au bilan).
 
Le boxeur Mourad El Bahri se tue dans un horrible accident de moto
 

 
Un terrible accident de la route a coûté la vie à un motard, Mourad El Bahri, hier soir, à Paulinet. Le drame s’est noué peu après 19 heures, route de Réalmont (départementale 86). Le pilote arrivait de Graulhet et circulait en direction de l’Aveyron, lorsqu’il a perdu le contrôle de sa Kawazaki 750, dans un virage à droite. La moto s’est couchée et a glissé sur la chaussée, se déportant à gauche, jusqu’à l’autre sens de circulation. Hélas, à cet instant fatal, une voiture arrivait en sens inverse. La voiture a percuté la moto, lui montant dessus et a écrasé le motard, qui a trouvé la mort dans le choc.

Juillet 2013 : 
 
Portes ouvertes chez le boulanger
 

 
C’est une initiative originale. Ce mercredi 3 juillet, Brigitte et Cédric Putto vont faire visiter l’intégralité des laboratoires de leur boulangerie artisanale La Mi Do Ré, installée depuis quelques mois, avenue Charles de Gaulle. Histoire de montrer que tout chez eux est de fabrication maison. 
 
De 10h à 12 h les visiteurs curieux pourront assister à la fabrication du pain, puis dans la foulée à celle des viennoiseries. En fin de journée, les commerçants ont prévu un vin d’honneur pour remercier leur clientèle de leur fidélité et de leur attention.
 
Un père sauve ses trois enfants des flammes
 

 
Un drame a été évité de justesse hier matin à Graulhet lorsqu’une maison a pris feu. Les quatre occupants, un père et ses trois enfants de 7, 11 et 15 ans, ont sauté par la fenêtre. Intoxiqués par la fumée, ils ont été hospitalisés à Purpan.
 
À quelques minutes près, c’est un véritable drame qui a été évité hier matin au 12 rue du Docteur-de-Pémille à Graulhet. Trois enfants, âgés de 7, 11 et 15 ans ont été piégés par les flammes avec leur père. C’est en sautant de la fenêtre du premier étage pour atterrir sur le toit d’un fourgon qu’ils ont pu échapper au feu, avant même que les pompiers arrivent pour les secourir.
 
Vingt-cinq annnées de fêtes à la Ventenayé
 

 
Le week-end dernier avait lieu la fête de la Ventenayé. Ces fêtes de hameaux font partie des traditions graulhétoise. Fort de ses vingt cinq bénévoles, le comité des fêtes de La Ventenayé a concocté un programme riche et varié pour marquer leur vingt cinquième anniversaire.

La Trucarié : rendez-vous dans un an
 

 
En clôture de la 49e édition des fêtes de la Trucarié, en présence de Maryse Escibe, adjointe au maire et Claude Bousquet, conseiller général, le président Serge Fontorbe s’est d’abord félicité de la réussite sous un temps exceptionnel des trois jours de fêtes que vient de vivre le hameau. La Trucarié, c’est d’abord une histoire d’équipe. Un travail qu’a bien-sûr mis en avant l’élue dans son discours de félicitations.
 
 
Travaux décidés au barrage de Miquélou
 

 
«Le barrage de Miquelou est malade, mais on le soigne. Il est surveillé et la situation est maitrisée». C’est en ces termes que Claude Fita a évoqué la situation du barrage Maurice Degove lors de la dernière réunion du conseil municipal. L’état est d’ailleurs tel que le patient doit être opéré et les élus ont eu à se prononcer sur la thérapie à laquelle va leur préférence, parmi les possibles.
 
Si ce barrage n’a plus en charge l’alimentation en eau potable de la ville il protège toujours cette dernière en cas de crues. Quatre orientations techniques pouvaient être envisagées. Il a été choisi de privilégier le scénario qui consiste à conforter l’ouvrage pour assurer sa stabilité tout en conservant le lac à sa cote actuelle. Un nouvel évacuateur de crues sera créé en rive gauche.
 
Tour de France : Les cyclos graulhétois étaient sur le bord des routes
 

 
Les 25 cyclos de Dadou Cyclotourisme étaient presque tous présents au bord de la route. A commencer par ce jeudi où ils se sont rendus à vélo à Lacaune pour assister au passage de la Fête du Tour.
 
Puis le vendredi, ils sont partis assister au passage du Tour à quelques kilomètres de l’arrivée. «Le Tour, c’est une promotion irremplaçable pour notre sport» assure le président Jean Louis Bories, qui était à la tête du peloton graulhétois pour l’anniversaire des 100 ascensions du Tourmalet.
 
14 juillet : Plus de 10 000 personnes aux festivités
 

 
Le week-end dernier trois événements ont marqué la ville : le festival des arts de la rue «Rues d’été», le défilé des pompiers et l’embrasement du Pont Vieux, enfin, le feu d’artifice du 14 juillet à Nabeillou avec un bal populaire. Bilan : plus de dix mille personnes sur ces trois temps forts.
 

 
Le spectacle de pyrotechnies en musique a ravi jeunes et moins jeunes, un spectacle explosif où les quelque six mille spectateurs en ont pris plein les yeux ! À l’issue du feu d’artifice, le bal populaire a repris et certains ont dansé jusqu’au bout de la nuit.
 
La natation finit la saison en beauté
 

 
La fin de saison a été riche et fructueuse pour les nageurs. Le 5e meeting sur le bassin extérieur de 50 m a tenu toutes ses promesses. Près 300 nageurs étaient présents.
 
Les championnats départementaux d’été ont également réussi aux Graulhétois. Les minimes et plus, ont nagé dans leurs temps d’engagements, mais ce sont surtout les benjamins et poussins qui, toujours aussi motivés, après cette longue saison, ont trusté les podiums. On peut ainsi compter 28 podiums, dont 11 titres de champion du Tarn. Bonne conclusion
 
Après un rodéo à moto, le contrôle de gendarmerie vire au guet-apens
 

/Photo DDM, JM Lamboley
 
En voulant ramener le calme dans un quartier de Graulhet où des jeunes effectuaient un rodéo à moto, deux gendarmes sont tombés dans une embuscade dimanche soir. «Il y en avait deux surtout qui s’amusaient à passer au feu rouge, au risque de provoquer un accident, et à chevaucher le terre-plein. Alors, on a prévenu la gendarmerie», raconte un retraité qui se plaît dans ce quartier. «Ici, c’est calme plat.»
 
Vingt-quatre militaires étaient mobilisés et un hélicoptère EC 135 du détachement aérien de Toulouse participait même à la traque des fuyards. «Des jeunes s’étaient réfugiés sur les toits des immeubles. L’hélicoptère était le seul moyen de les apercevoir à la nuit tombée», justifie-t-on à la préfecture. «Ce matin, tous les clients ne m’ont parlé que de cet hélicoptère», rapporte la buraliste de Crins. Un riverain a lui une image en tête : «Il y avait une tonne de gendarmes devant chez moi». 
 
Plein succès pour le spectacle historique
 

 
Pour la vingt-huitième année, les bénévoles de l’ACPG ont relevé leur traditionnel défi : proposer un spectacle son et lumière sur le site de La Bousquétarié. Une édition qui s’est voulue novatrice et qui a enchanté le public : «Occitanie Terre d’histoires» a comblé son auditoire.
 
L’ACPG constate une «explosion» des ventes sur internet qui ont augmenté de 300 % cette année, ainsi que le paiement par chèque vacances. «Côté entrées, il est sûr que nous avons réalisé une meilleure saison que l’an passé (environ 1 400 entrées en 2012 contre plus de 2 000 entrées estimées en 2013)», souligne le président.
 
Un laboratoire artistique dans le quartier médiéval
 

 
«Au départ, je pensais être désavantagé en m’installant à Graulhet. Depuis, la qualité de vie a effacé les derniers doutes». Pascal Pautrot a créé son laboratoire technologique et artistique il y a trois ans, en plein quartier historique, pour en faire aujourd’hui, en auto-entreprise, une société de production aux multiples références.
 
En 2010, il a ouvert son studio à l’enseigne d’Artcastle. Depuis, il crée des sites internet de A à Z. «Habituellement, ce travail relève des compétences d’agences. Je travaille seul, ce qui est plutôt rare dans ce milieu». 
 
Août 2013 : 
 
Viaule, traiteur, 50 ans en crescendo
 

 
Les quatre repas de la Fête des Vins de Gaillac (2 000 assiettes), les neuf jours d’agapes des seniors toulousains à Noël, au palais des congrès Pierre-Baudis (avec 775 couverts à chaque fois): voilà les derniers marchés conquis par la SARL Viaule, le traiteur graulhétois, dont l’aire d’expansion gagne aussi l’Aude et l’Aveyron. Une belle croissance pour cette entreprise créée en novembre 1965 par Roger Viaule, un ancien salarié de la charcuterie, et son épouse Huguette.
 
Ses galons de champion, Viaule les a gagnés en 2012 lors de Terre Gourmande, à Lautrec où il a servi 8 000 repas chauds en 3 jours, plus la soirée de gala du samedi. «Notre principe est intangible: nous achetons les produits bruts et nous cuisinons tout. En priorité des produits de proximité, avec des fournisseurs que nous connaissons bien». 
 
La piste en herbe est en travaux
 

 
Les travaux de réfection de la piste en herbe de l’aérodrome, menés par la Direction Générale de l’Aviation Civile ont débuté mi juin avec un mois et demi de retard en raison des intempéries. Les ESBA (Equipes Spécialisées des Bases Aériennes) fournissent la main d’œuvre, le matériel et leur savoir faire. Le coût des ces travaux est estimé à 500000 euros, dont 50000 euros environ sont à la charge de la ville.
 
L’aérodrome dispose de trois pistes orientées est-ouest : une piste bitumée longue de 960 mètres et large de 20, une piste en herbe longue de 810 mètres et large de 90, réservée aux avions basés et une piste en herbe longue de 300 mètres et large de 20, réservée aux ULM. S’y ajoutent une aire de stationnement, des hangars, une station d’avitaillement en carburant et un restaurant.
 
Le chantier suit son cours à «La Trivalle»
 

 
Ce sont 23600 panneaux qui sont actuellement posés sur les ossatures métalliques installées sur les treize hectares du terrain accueillant la ferme photovoltaïque, au lieudit «La Trivalle». L’équipement fournira à terme entre 6,3 et 6,4 megawatts, soit la production d’électricité nécessaire à la consommation moyenne de six milles habitants.
 
Le chantier devrait s’achever vers la mi-septembre et la ferme photovoltaïque devrait être opérationnelle dans la foulée. Elle est à ce jour, avant la mise en service de celle de Cap découverte, la plus grande du département
 
A la découverte de l'industrie du cuir
 

 
Installée dans une ancienne usine sur les rives du Dadou, la Maison des Métiers du Cuir est consacrée aux métiers de la mégisserie et de la maroquinerie. L’industrie qui a rythmé la vie graulhétoise a aussi laissé des traces. Depuis l’époque médiévale, le travail du cuir a fait partie du quotidien des Graulhétois et avait fait en de la ville, la capitale de la basane, le cuir utilisé pour les doublures de chaussures.
 
La Maison des métiers du cuir est aujourd’hui le meilleur moyen de découvrir les différentes pratiques et techniques des métiers de la mégisserie et de la maroquinerie. Lors d’une visite guidée, vous vivrez les différentes étapes de la transformation de la peau brute en cet emblème de Graulhet qu’est le cuir. 
 
Granilia : 1000 m² dédiés aux jeunes entreprises
 

 
Outre Nasta, le site graulhétoise de Granilia héberge IOD (intégration domotique et numérisation) et l’atelier Innov’bois (charpentes et ossatures bois). Tarn et Dadou a souhaité implanter il y a plus de dix ans une pépinière d’entreprises sur son territoire. Granilia a pour vocation d’accueillir des entreprises en création et de les aider dans leur démarrage. 
 
Le site de Graulhet, situé dans la zone artisanale de la Molière comprend quatre ateliers d’une surface de 187 m2, deux bureaux d’une surface totale d’environ 60 m2 et des locaux communs (accueil, secrétariat, salle de réunion, direction), soit une surface totale d’environ 1000 m2.
 
Septembre 2013 : 
 
Nouveaux rythmes : «Mention très bien pour Graulhet»
 

 
C’est à Graulhet que la préfète du Tarn et le DASEN (directeur académique des services de l’éducation nationale) ont effectué hier matin leur rentrée. Comme 41 % des écoliers du département, les petits Graulhétois ont découvert hier les nouveaux rythmes scolaires.
 
À l’école de Crins cette visite, à laquelle ont aussi participé le sous-préfet et le député Jacques Valax, a été l’occasion de faire le point sur le dispositif «plus de maîtres que de classes». La visite de l’école d’En Gach a permis de découvrir les nouveaux locaux et d’évoquer en détail la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires dans la quatrième ville du département.
 
Pour Josiane Chevalier, préfète du Tarn, l’action menée ici est exemplaire : «Je décernerais une mention très bien, ou même un prix d’excellence. La mise en place de la réforme n’a pas été un long fleuve tranquille, mais le terrain avait été ici bien préparé» s’est-elle félicité à l’issue de cette réunion de travail et d’échanges.
 
Le nouveau bureau de Poste «sans attente» inauguré
 

 
Mercredi soir l’inauguration du bureau de poste «Espace Service Clients» s’est déroulé en présence de Josiane Chevalier, préfète du Tarn, Thierry Carcenac, président du conseil général du Tarn et de la commission départementale de présence postale territoriale, Claude Fita, maire de Graulhet et de Richard Grasa, directeur de l’enseigne La Poste Quercy Rouergue Tarn.
Organisée pour une prise en charge personnalisée, la ligne guichet traditionnelle a disparu.Clients et postiers évoluent désormais ensemble dans un même espace. Le bureau dispose d’une salle organisée en îlots où les guichetiers, facilement identifiables par les clients grâce à un gilet aux couleurs de La Poste, conseillent, orientent et accompagnent les clients.
 
La bannière est enfin rentrée chez elle
 

 
Enfermée dans son sarcophage de protection, la bannière de la Société de Secours Mutuels de Graulhet, inscrite à l’inventaire supplémentaire des objets mobiliers classés Monuments Historiques, avait quitté les archives de la ville. Emportée par Nadège François, conservateur-restaurateur du Patrimoine en textile, la bannière revit aujourd’hui. Elle a retrouvé son lustre d’antan.
Cette bannière qui mesure près de 140 centimètres de haut sur 65,5 de large était en très mauvais état. Aujourd’hui, point après point, Nadège François a repris cette bannière et mis en lumière les moindres détails. Une pièce rare à découvrir samedi à l’occasion des journées du patrimoine.
 
SCG : recrutement haut de gamme
 

 
Le Sporting a réussi un recrutement haut de gamme. Peut-être l’un des plus brillants, sur le papier au moins. Maréchal, Pagès, Hédreville, Vatton, des joueurs qui ont connu le haut niveau.
 
«Qualitativement, ce recrutement, en préservant le groupe, nous conduit à avoir espoir d’une qualification, et d’un parcours dans lequel le Sporting ne sera pas amené à faire de la figuration» envisage le président David Gau qui assure qu’il n’a ni augmenté, ni grévé le budget de son club pour renouer avec l’ambition. «Tous les postes sont doublés. Cette situation nous apporte la richesse et l’expérience qu’on n’a pas eue la saison dernière par exemple».
 
L'accueil de jour ouvre ses portes
 

 
Le 17 septembre le centre hospitalier de Graulhet ouvrira au public les portes de son service «accueil de jour» de 10 heures à 16 heures. Ouvert en juillet 2012, ce service d’accueil des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées a été implanté à Graulhet pour répondre aux besoins de la population du canton et ses environs.
 
Des temps d’activités, de détente et de repos rythment la journée, en fonction des besoins et des capacités des personnes accueillies. Un repas est servi à midi et une collation dans l’après midi. Les activités proposées sont destinées à favoriser le maintien de l’autonomie le plus longtemps possible afin de préserver la qualité de vie à domicile.
 
Du bois recyclé pour se chauffer
 

 
Bardé comme il se doit de bois, l’énorme cube se dresse en bordure de l’avenue Marcel-Pagnol. À l’intérieur, la chaudière rutilante semble flambant neuve, malgré une première saison de chauffe à son actif. Quinze bâtiments publics de Graulhet sont depuis octobre 2012 chauffés à partir de bois de récupération. Cela va du lycée à la piscine en passant par la médiathèque, ou bien encore 270 logements sociaux de Crins. 
 
Plus importante installation de chauffage urbain à biomasse exploitée en régie en Midi-Pyrénées, ce réseau de chaleur a été inauguré, ce mercredi après-midi. «D’une puissance de 2 mégawatts, c’est autant d’énergie fossile qui ne sera pas consommée. C’est bien que ce soit à Graulhet», félicite Bruno Lechevin, président national de l’Ademe, venu couper le ruban.
 
Enorme succès de la fête du cheval
 

 
«Dimanche, en milieu d’après-midi, il fallait garer son véhicule à un kilomètre. Nous avons débité toutes les boissons de la buvette et servi plus de 400 repas à midi. D’après ce que nous avons pu voir, nous avons accueilli largement plus de 10 000 personnes».  
 
Une trentaine de juments se sont disputé le titre départemental de chevaux de trait suités et autant de chevaux ont été présentés sur la foire. L’après-midi, les gradins et le tour d’enceinte étaient combles pour applaudir le spectacle et en particulier les facéties de Kalidor sur cheval, vache et vélo. En parallèle, dans les sous-bois de la Bousquétarié, le vide-greniers a comptabilisé 250 emplacements occupés.
 
Derby : Graulhet touche encore sa Bille
 
Graulhet 29 - Gaillac 11 / Photo DDM Jean-Marie Lamboley
 
Romain Bille, l’arrière du Sporting Graulhétois est décidément un cauchemar pour les Gaillacois. L’an passé, dans son antre de Noël Pélissou, il avait passé au pied les vingt-et-un points qui avaient permis à Graulhet de remporter la première manche du derby tarnais. 
 
Cette fois, il a fait encore plus fort puisqu’il a enquillé les vingt-neuf points qui ont fait gonfler le score dans des proportions telles que les hommes de Garrigues et Arru n’ont jamais pu s’en remettre. Six pénalités, deux drops et un essai juste avant la sirène, l’homme providentiel a fait carton plein.
 
Octobre 2013 : 
 
Saisie record à Graulhet : 45 kg de drogue et 15 000 € en liquide
 
Manuela Garnier (procureur du tribunal de Castres) et le colonel Pierre Bouquin, présentent le butin saisi à Graulhet. /Photo DDM, S.B. 
 
45 kg de cannabis et résine et une somme en liquide 15 000 € ont été saisis sur la commune de Graulhet au cours d’une opération de gendarmerie et à l’issue d’une enquête entamée fin 2012. 4 individus sur les 7 interpellés ont été écroués.
Sept personnes ont été interpellées au cours d’une opération coup de poing qui a mobilisé plus de 70 gendarmes de tous horizons ! Quatre ont été mises en examen et écrouées. Les personnes interpellées sont des hommes âgés de 30 à 40 ans, sans emplois, certains domiciliés à Graulhet et d’autres à l’étranger.
 
La diversification clef du succès
 

 
De quatre personnes à sa création en 1990, l’entreprise Roumegoux compte aujourd’hui 30 employés en contrats en CDI. Au fil des années l’entreprise de travaux publics a complété sa gamme d’activités, de l’enfouissement des lignes téléphoniques au début des années 90 aux autres type d’enfouissement puis à l’aménagement urbain, décrochant d’importants contrats dans ce domaine.
 
Au tournant des années 2000 il s’est donc lancé dans génie civil et commencé à développer un béton décoratif qui fait aujourd’hui son succès dans l’aménagement urbain, de la place de Soual à Lapanouse à Albi jusqu’aux Cordeliers à Toulouse où il réalise 25000 m2 de dallage avec un procédé spécial.
 
Tout est fin prêt pour la semaine du goût
 

 
Depuis quatre ans l’atelier «Santé-ville» travaille sur la nutrition à l’occasion de la semaine du goût. Cette année l’événement est réalisé en partenariat avec le centre social de Graulhet avec pour objectif de toucher un large public. Pour ce faire la semaine du goût fédérera des acteurs aussi divers que le foyer Léo Lagrange, l’association Ola, les écoles, l’Amicale laïque ou les maisons de retraite de la ville.
 
Formé chez les plus grands, il revient s'installer chez lui
 

 
Des références, Sébastien Arruffat en a des dizaines. Sa carrière, commencée à l’école hôtelière de Mazamet, a trouvé son aboutissement au début des années 90 quand le Graulhétois est entré dans la brigade du Crillon, chez Christian Constant. Comme commis d’abord puis comme chef de partie. Il a ensuite travaillé au Majestic, au Laurent, aux Jardins de l’Opéra, avec des pointures de la profession, Eric Frechon, Yves Camdeborde ou Dominique Toulousy, puis fait les saisons dans des grandes maisons de Corse ou de Suisse.
 
«J’ai eu l’opportunité d’acquérir ce fonds de commerce, ex-Bar Jo, qui se situe à deux rues de là où j’ai grandi, où j’ai ma famille». «Côté Place», le nom circule déjà de bouche-à-oreille, et Sébastien Arruffat a recruté deux cuisiniers et assure le service, histoire d’avoir l’œil sur tout. Pas de cuisine haut de gamme, mais des produits frais, de saison, des plats élaborés, avec une carte qui sera renouvelée toutes les sept semaines.
 
Le cuir tarnais bien en vue au 25e Salon à Paris
 

 
Le Conseil national du cuir, que préside le Graulhétois Paul Batigne, a tenu son 25e salon «Cuir à Paris» au Parc des expositions de Paris nord-Villepinte. Cette organisation interprofessionnelle a reçu la visite d’Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, pour son inauguration. «Il y avait bien longtemps qu’un ministre n’était venu», ont remarqué les exposants, des Tarnais en nombre*  et heureux d’entendre un membre du gouvernement déclarer : «La filière française des industries du cuir aura le soutien des pouvoirs publics pour valoriser sa chaîne de production.» 
 
Le Salon du cuir 2013 a connu une très bonne fréquentation avec plus d’exposants et de visiteurs. Une hausse sensible sur plus de 23% de surface de stand puisque «Cuir à Paris» a été logé dans un hall plus grand.
* Hiriar, Alran, Averpeaux, SCP, Rives, Rives 1862 (Mazamet), Lieutard, Rial 1957, Sofa Cuir, Mégisserie de la Molière, G Project, Joqueviel et Cathala, Cuirs du Futur (Graulhet).
 
Neuf cents visiteurs au Forum pour l'emploi
 

 
Le Forum accueillait la dixième édition du Forum pour l’emploi de la Maison commune. Avec près de neuf cents visiteurs, le nombre de candidats a presque doublé par rapport à l’année dernière. Le contexte économique n’explique pas seul cette recrudescence. «Cette année j’ai reçu un mail pour m’informer de ces rencontres directement dans ma boîte mail», explique Pierre, ancien ingénieur commercial aujourd’hui en recherche d’emploi.
 
Nouvelle vie d'un moulin de 400 ans
 

 
Depuis quelques semaines, les travaux font du pont de la Bressolle surplombant le chantier l’un des sites de promenade favori des Graulhétois. La renaissance du moulin de la Bressolle vaut le coup d’œil ne serait-ce que pour les 8 000 m3 de terre pelletée et les tonnes d’enrochement qui renforcent le canal de fuite. Jean-Marc Femenias réalise un rêve de jeunesse quand il était apprenti électricien.
 
Les grands travaux ont débuté par la remise en état des canaux, la réhabilitation du bâtiment en gardant le maximum des matériaux et l’aspect d’origine, à l’image du pigeonnier tout proche déjà rénové et la construction des chambres d’eau qui recevront les deux turbines. «Nous avons tablé sur une production moyenne de 250 kW/heure sur un débit moyen de 13 m3/seconde. Le Dadou est une rivière capricieuse au débit irrégulier, mais l’étude a porté sur plusieurs dernières années».
 
La plaine de Millet a été inaugurée
 
Cinéma, passerelle et crèche : les nouveaux équipements graulhétois entre Crins et Millet
 
C’est par centaines que les Graulhétois se sont rendus hier après-midi à l’inauguration de la plaine de Millet en présence de Jean-Pierre Bel, président du Sénat, Martin Malvy, président du conseil régional, du sénateur Jean-Marc Pastor, du député Jacques Valax, de Thierry Carcenac, président du conseil général et Pascal Néel, président de Tarn et Dadou.
 

 
«La passerelle n’est pas un but, mais un moyen. Ces équipements sont des lieux de rencontre et manifestent notre volonté de faire communiquer les deux rives» a expliqué Claude Fita, maire hier comblé, précisant «Pour un euros que nous avons investi nos partenaires en investissent six». Pour conclure Jean-Pierre Bel a parlé d’un «jour de chance et d’espoir pour une ville qui peut relever la tête et sortir de l’eau. Il ne faut jamais croire les oiseaux de mauvais augure».
 
Vague de travaux à la Régie des eaux
 

 
C’est hier qu’a débuté une campagne de travaux de réhabilitation d’une grande partie du réseau d’adduction d’eau potable. Elle se déroule sur une partie ciblée du réseau avec de nouveaux moyens qui devraient éviter la dégradation de la qualité de l’eau connue jusque-là.
 
Concrètement l’intérieur des tuyaux dans lesquels passe l’eau vont être enduits d’un revêtement en résine alimentaire. Jusque-là les canalisations n’en étaient pas revêtues et la corrosion a fait son œuvre.  Cette première campagne concerne les sites de Beauséjour, Beausoleil, Saint-Jean et Crins 1. Un diagnostic est actuellement en cours sur l’ensemble du réseau.
 
Tradition et avant-garde chez Weishardt
 

 
Le Forum était comble des invités, des personnalités et surtout des employés de Weishardt et leurs conjoints, pour la grande fête de l’entreprise créée il y a 174 ans. Jean-Luc Jolimaître, l’actuel PDG, a remis personnellement, avec un petit mot à chacun et chacune, les médaille du travail à 122 de ses collaborateurs.
 
«Weishardt et la gélatine, des hommes, une passion», 140 pages largement illustrées qui racontent la saga d’une famille de 1839 à nos jours. Le livre, imprimé chez Escourbiac, a été écrit par Bernard Bouyssière qui a travaillé en tant qu’ingénieur puis directeur qualité dans l’entreprise de 1972 à 2010. 
 
Graines de champions au Centre éducatif multisports
 

 
Cette année, le centre éducatif multisports compte trente-six stagiaires qui bénéficient d’une formation sportive de haut niveau grâce à un partenariat avec les établissements scolaires dans des classes aménagées. Pour l’instant, les adolescents évoluant dans cinq disciplines (gymnastique, rugby, natation, basket, athlétisme), peuvent bénéficier de cet accompagnement de qualité.
 
Le bilan des deux premières saisons est positif avec deux jeunes rugbymen qui sont partis pour rejoindre un club pro, une basketteuse qui a intégré le Pôle France et des performances encore améliorées chez les nageuses.
 
Novembre 2013 : 
 
Célia Perron, Graulhétoise championne de France
 

 
C’est par équipes avec les moins de 23 ans, qu’une nouvelle fois, l’Entente des clubs albigeois remporte le titre de champion de France avec 9949 points et une large avance sur Mulhouse 9260 points et Niort 9910 points. Une compétition de rêve pour les Tarnaises !
Célia Perron a remporté le 100m haies en 14’’84 et a performé en hauteur 1m55, elle marque ainsi 1663 points et a aussi participé au relais 4 fois 100m avec Alice Hermet, Julie Aubert et Solène Remise en 50’’85.
 
Nouvelle responsable aux Restos du Cœur
 

 
Jacques Désert, vient de prendre la présidence départementale des Restos du Cœur, le poste de responsable local étant vacant. Fin octobre, la quarantaine de bénévoles de l’antenne de Graulhet a plébiscité Danièle Bec, la seule candidate. «Il fallait bien que l’un d’entre nous se dévoue. Je sais le gros investissement que cette responsabilité oblige, tant en temps qu’en énergie, mais je tiens à me rendre utile en m’attachant à perpétuer l’esprit pionnier de Coluche», conçoit l’ancienne enseignante de l’école Gambetta.
 
Le SCG natation surfe toujours sur la bonne vague
 

 
Cinquante-cinq nageurs présents aux Interclubs, soit 5 équipes de 10 + 5 remplaçants, pour la compétition la plus prisée par les clubs. Les points cumulés de toutes ces équipes vont permettre au SCG de progresser dans le classement national. «Les coachs et le staff sont très satisfaits de l’ensemble des performances et saluent tous les nageurs pour l’esprit d’équipe dont ils ont fait preuve», se félicitent les entraîneurs.
 

 
L'assemblée générale du Comité Régional de natation s'est tenu à Graulhet. Francis Luyce, président de la fédération française de la discipline avait fait le déplacement à Graulhet. «Il y a une véritable impulsion en Midi-Pyrénées où se sont déroulées en 2013 plusieurs compétitions à caractère exceptionnel. Je voulais souligner cette dynamique et le sérieux du comité régional» expliquait le président fédéral.

Naturévasion escalade a trouvé sa voie
 

 
Créé en 1996, en même temps que ses homonymes de la plongée et de la randonnée, le club Graulhet Naturévasion escalade, et son président d’alors Patrick Blatgé, ont vite gravi les sommets en termes de pratiquants.
 
Une action reconnue puisque la fédération française de montagne et escalade a labellisé le club - le seul du département- en 2012. La distinction court jusqu’en 2014. A  ce jour, ils sont 80 pratiquants de tous âges et de tout le secteur Graulhet-Gaillac, à se réunir trois fois par semaine dans la salle de Nabeillou, aménagée pour l’entraînement avec ses 80 voies et ses centaines de prises.
 
Football : Appel aux supporters
 

 
Après l’exploit de l’équipe de France qui a ravi le co-président du Football Club Graulhetois Michel Cuxac, le calendrier revient à l’ordinaire de la compétition régionale, avec une réception sur le terrain de l’Estarié, de Labruguière en championnat de PH. "Nous comptons sur les encouragements des supporters graulhétois pour ce qui pourrait être un tournant de la saison".
 
Renaissance des bières tarnaises et bières d'hiver
 

 
Avec déjà six brasseries artisanales, la bière tarnaise revient en force. C’est toute une filière qui se recrée. Implantée dans une ancienne mégisserie, la Brasserie des Vignes, désormais doublée d’un musée de la bière, fait sa mousse depuis 2005 à Graulhet.
 
«Chacun développe ses recettes. Le principe est le même qu’un chocolatier ou un pâtissier. La bière du Tarn reconquiert aussi les restaurants, acidulée avec le poisson ou brune avec la viande», allèche Stéphane Demeynieu.
Après un perçage des fûts de bière d’hiver le vendredi à la «place des bières» à Albi, le second temps de la manifestation, qui regroupera huit brasseurs de Midi-Pyrénées, se poursuivra samedi à la Brasserie des Vignes à Graulhet.
 
Le jardin Saint-Jean sort de terre
 

 
Le projet de jardin public dans le quartier Saint-Jean commence aujourd’hui à prendre vie. Après le traumatisme de l’incendie du Moulin du seigneur en juillet 2010, c’est une véritable renaissance qui s’inscrit dans un vaste programme de réappropriation du centre-ville.
 
«Ce jardin public s’inscrira dans la continuité des berges. Il ouvrira la rue Saint-Jean sur la rivière. Des espèces endémiques ont été choisies, graminées, plantes aromatiques, buddleïas ou figuiers. La conception s’est appuyée sur la nature du sol et de l’espace», explique Alexandre Roche, responsable du service technique de la ville.
 
Meurtre du soigneur du SC Graulhet : 12 ans de réclusion pour Alexi Bacanov
 

Photo DDM, Emilie Cayre

 
Il l’a dit et il a été entendu. «Je ne me cache pas derrière ma maladie, je mérite d’être puni et condamné.» Alexi Bacanov, l’ex-rugbyman de Graulhet accusé d’avoir massacré Paul Brayette, le soigneur, l’accompagnateur, le cuistot, l’homme dévoué du Sporting club graulhétois, le 23 avril 2010, a été condamné hier soir à 12 années de réclusion criminelle pour avoir volontairement commis des violences et tué celui qui était aussi un ami.La cour et les jurés ont tranché en un peuplus d’une heure de délibérations.
 
Décembre 2013 : 
 
Quand les ouvriers prennent la parole
 

 
Le livre «Paroles ouvrières» a été réalisé grâce à un travail de collecte de témoignages initié à l’occasion de la commémoration des grandes grèves graulhétoises. «Il s’agit d’un travail sur la mémoire vive de graulhétois, issus de l’immigration des années «50 et 60», vivant dans la ville comme ses alentours ou bien issus de la ville depuis des générations. 
 
Ce sont des témoignages qui portent sur des sujets toujours sensibles. Ils sont donc anonymes, tout comme les noms des entreprises», souligne Freda. Depuis 2010, elle recueille ces récits souvent poignants. Afin de donner un véritable panorama des conditions de vie et de travail, des hommes et des femmes de différentes qualification, mais toujours salariés, ont été choisis.
 
Victor met la clef sous la porte
 

 
Depuis le début de semaine, la boutique Victor fait une liquidation totale avant fermeture définitive prévue le 3 février. C’est le dernier fabricant historique de vêtements de peaux et de cuir qui disparaît du paysage graulhétois dont il faisait partie depuis plus de 60 ans. 

«Nous prenons notre retraite, nous n’avons pas de succession et nous n’avons pas trouvé de repreneur», argumentent Henri et Micheline Victor qui avouent qu’ils ne peuvent désormais plus lutter avec une concurrence des fabricants de pays émergents qui produisent à moindres frais.
 
Le futur centre de secours se dévoile
 

 
Après de longues années d’études, le projet de centre de secours qui prendra place boulevard Georges-Rivari, dans les anciens locaux de l’ASSEDIC, vient d’être dévoilé. Fruit d’une longue réflexion et d’échanges entre architectes et soldats du feu, le nouveau bâtiment devrait être fonctionnel et adapté aux besoins d’un centre d’incendie et de secours actuel.
 
L’ancien bâtiment de l’ASSEDIC d’une superficie de 900 m2 sera conservé, la structure métallique permettant un réaménagement aisé de son intérieur. «Après la première visite nous nous sommes aperçus qu’il pouvait être satisfaisant après un rafraîchissement et une adaptation», explique Frédéric Guibert. Pour arriver à la surface nécessaire, le bâtiment sera agrandi pour arriver à une superficie de près de 2000 m2.
 
Le Choc des Titans a refusé du monde
 

 
El Hiamine Mansouri, le président et organisteur de la soirée , estime entre 200 et 300 le nombre de personnes à qui il a du refuser l’entrée de la 3e édition du Choc des Titans. La salle était comble pour le gala de boxe K-1, et le public bien chaud pour manifester son soutien aux 22 boxeurs des onze combats de la soirée.
 
Le puncheur Laurent Debono, a, sur le ring, remis ses gants à Ali, le fils de Mourad El Bahri, à qui le Choc des Titans rendait hommage. Au fil des rencontres, c’est l’engagement physique total que les spectateurs, avertis comme néophytes, ont salué. 
 
La ville au rythme de Noël
 

 
La magie de Noël s’apprête à arriver sur le centre-ville. Les animations des commerçants et des artisans du cœur de ville débuteront dès ce jeudi avec musique, spectacles et concours jusqu’à la veille de Noël.
«Chaque année nous cherchons à nous améliorer et à en faire plus», souligne Daniel Sannou, coprésident de l’association des artisans et commerçants du cœur de ville. 
 
Un sac à main en cuir 100% graulhétois
 

 
Quoi de plus tendance qu’un sac à main 100% made in Tarn? Un sac de chez Philippe Serres, fabriqué dans l’atelier de la plaine des Recourdiès entre Briatexte et Graulhet, avec des cuirs des mégisseries graulhétoises ou des peaux lainées de Mazamet. Cette entreprise d’une quinzaine de salariés s’appuie sur un savoir faire perpétué depuis 1930 par quatre générations, dans le secteur de la petite maroquinerie et bagagerie. 
 
Page réalisée grâce à une sélection partielle d'articles parus dans La Dépêche du Midi, à partir de textes et photos produits principalement par Jean-Claude Clerc et Gérard Durand.


Il n'a pas été facile, parmi les quelques 1900 articles référencés sur Graulhet en 2013, de retenir ceux qui ont retracé des évènements marquants pour la ville. Toutefois, et dans l'esprit de la philosophie de ce site, tous les domaines ont été intégrés dans cette rétrospective : structurels, économiques, évènementiels, patrimoniaux, associatifs, sportifs, sociaux, culturels, etc... 
Cette rétro n'est qu'un résumé très synthétique de la chronique "Du Bruc à Ricardens" qui met (ou mettra*) en lumière chaque mois l'actualité du Bassin Graulhétois, et dans laquelle toutes les forces vives du secteur peuvent se retrouver...
(* Différents problèmes techniques n'ont pas permis d'alimenter totalement le site ; le retard, avec du temps, sera progressivement rattrapé)
 

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement