Bassin du Dadou : les barrages sont bas

1 : Barrage de Razisse *

Les débits des cours d'eau tarnais sont en cette année 2011 très bas depuis le début du printemps, et les retenues paient au prix fort ce manque d'eau, comme le confirme cette vue panoramique du barrage de Razisse.

Face à la Base départementale de plein air, au niveau de la digue côté Travet la plage caillouteuse s'élargit inexorablement.

Conséquence visible de cette baisse des eaux : au niveau de Cantegrel, l'ancienne route reliant Albi à Lacaune émerge de la surface du lac.

Les deux arches du pont qui jusqu'au début des années 50 franchissait alors notre rivière locale se font de jour en jour plus apparentes.

Il en va de même pour les anciens bâtiments agricoles qui avaient été noyés lors de la mise en eau du barrage à partir de l'année 1954.

Ce spectacle n'est toutefois pas inhabituel car il se reproduit en général à chaque fin d'automne, par contre il est particulièrement précoce cette année.

Un méandre plus loin, le château de Grandval qui était entièrement entouré d'eau depuis la création de la retenue retrouve un environnement naturel proche de celui qui était le sien auparavant.

Le deuxième ancien pont situé à quelques centaines de mètres du précédent refait également surface au pied du hameau de Cap de Coste.

A son niveau, le lac n'est plus qu'une grande mare et ce qu'il reste du Dadou a retrouvé son lit d'antan.

La rivière n'est plus qu'un simple ruisseau, et ce deuxième méandre dans lequel se dressent les ruines de Grandval est devenu une vaste étendue de vase.

On peut ainsi s'apercevoir que dans ce secteur le lac est peu profond, et que la surface boueuse du fond lacustre à l'air libre depuis plusieurs semaines se craquelle en séchant.

Les terrasses de ce château médiéval restauré sous le premier empire réapparaissent ; avant d'être noyée dans les eaux du barrage, cette superbe demeure avait été incendiée sous l'Occupation en 1944.

Au pied du château, la baisse des eaux permet d'imaginer l'organisation de l'ancien parc : terrasses, bassins, canaux, passerelles,...

A cet endroit, le Dadou n'est plus qu'un simple filet d'eau que l'on pourrait enjamber sans difficulté... si ses berges n'étaient pas aussi boueuses !

Sur la façade sud-ouest aux nombreuses ouvertures béantes on peut apercevoir aisément la partie du bâtiment qui a été immergée pendant plus d'un demi-siècle, alors qu'une végétation luxuriante occupe l'intérieur qui était jadis richement décoré.

Cette situation hydrologique déficiente a été anticipée suffisamment tôt : le bon remplissage de la retenue pendant l'hiver a permis de soutenir l'étiage du Dadou tout au long de l'été ; il n'empêche qu'actuellement les berges de Razisse se dénudent rapidement.

Quelques vues du Château de Grandval :

Au XXème siècle, entre les 2 guerres : perron en fer à cheval, tours rondes, fenêtres à meneaux ou à colonnettes,...

Les ruines quand la hauteur d'eau du barrage est à son maximum

Avec la surface du lac gelée, en décembre 2007

(Photos & reproduction : Simon Rodier)

Sous la neige, en décembre 2010 (Photo Blogou - blog Mamicha)

(* ou barrage de Rassisse)


 

 

2 : Barrage de la Bancalié

La sécheresse, qui dure depuis le début du printemps 2011, se poursuit au cours de cet automne en dépit de l'épisode pluvieux de la deuxième quinzaine de juiillet qui en a simplement freiné l'aggravation.

Ce manque d'eau n'a pas épargné le barrage de la Bancalié, à l'image de son proche voisin de Razisse, même si une anticipation précoce a évité d'accentuer le phénomène de basses eaux.

Cette retenue, constituée d'une digue non maçonnée, a été réalisée au début des années 80 pour réguler le cours du Dadou et améliorer la distribution d'eau potable sur son bassin.

Le barrage a été édifié sur un petit ruisseau, le Lézert, affluent du Dadou, jadis réputé pour ses écrevisses, et provenant...

La retenue est très prisée l'été par les citadins qui viennent y chercher calme et fraîcheur, même si la baignade y est (normalement...) interdite, adduction d'eau oblige.

Les pêcheurs également occupent souvent ses berges, notamment ceux qui traquent la carpe et qui n'hésitent pas à dormir à proximité de leur impressionnant équipement.

Le lac, de forme allongée, occupe le fond d'un agréable vallon, et est entouré de forêts, champs et prairies : un superbe cadre champêtre qui respire la tranquillité !

Alentour, le bassin du barrage est dominé par un doux moutonnement de "puech" qui se reflètent suivant les heures du jour à sa surface : Arnau, la Peyre, Massoutié, Soulet, la Ginestarié, la Bancalié,...

Un sentier très agréable et sans difficulté aucune permet d'effectuer le tour du lac, toujours au plus près de celui-ci ; voir plan et description de la balade (déjà publiée dans la rubrique "Actualités" de ce site) ci-après.

Peut-être croiserez-vous lors d'une promenade le troupeau de quelques 200 chèvres appartenant à la ferme de la Ginestarié, et dont le fromage (le pavé) est suffisamment apprécié pour intéresser le meilleur affineur toulousain.

La partie amont de la retenue n'est plus qu'un modeste fond de vallon évasé et envasé, parcouru par un bien modeste filet d'eau : ce qu'il reste du Lézert et de son lit originel.

Rivage méditerranéen ? Non, La Bancalié, tout simplement !...

Il ne reste plus à espérer que les épisodes cévennols annoncés pour ces jours-ci sur le versant sud de nos reliefs haut-languedociens parviennent à les franchir pour venir arroser la plaine tarnaise !...

Quelques vues du lac à la sortie de l'hiver, quand il atteint son niveau maximum (mai 2007).

La Rando

Publié le 31/05/2010 12:15 | LaDepeche.fr

Rando : Sentier du lac, la Bancalié

A Saint-Antonin de Lacalm, à 10km au nord-est de Réalmont (Tarn), une balade facile de 10 km (3 heures) autour de la retenue d'eau de la Bancalié, bordée d'arbres et de pâturages. Balisage jaune, circuit de VTT.

Départ du parking de l'aire de loisirs. Prendre à droite le sentier qui épouse les contours du lac, le tracé contemple le plan d'eau où se mirent les sommets arrondis des dômes voisins. N'oubliez pas la gourde et le chapeau !

Une balade facile, au dénivelé inexistant, dans un joli cadre naturel champêtre.

Extrait du Topo guide FFRP « Le Tarn à pied ».




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement