Du Bruc à Ricardens

Actualités septembre 2011 (1)

Publié le 01/09/2011 07:42 - Modifié le 01/09/2011 à 10:46 | Richard Bornia

Le chien sauve la retraitée de la mort

Vick avec son maître sur les traces de Germaine qui sera retrouvée dans quelques minutes./Photo DDM.

Heureux dénouement dans la disparition d'une Graulhétoise de 83 ans, hier après-midi. La retraitée, qui s'étaient égarée, a été retrouvée par Vick, un chien de recherche.

Germaine (le prénom à été modifié) doit une fière chandelle à Vick. Ce chien de recherche de la gendarmerie a retouvée la retraitée, une Graulhétoise âgée de 83 ans, alors qu'elle gisait, prostrée, à une centaine de mètres de son domicile. Les sapeurs pompiers ont transporté la personne âgée aux urgences de l'hôpital de Lavaur. Elle souffre de blessures aux jambes, mais ses jours ne semblent pas en danger. Germaine, comme à l'accoutumée, était partie hier matin, à 8 h 30, pour une petite balade. Elle habite avec son conjoint, un pavillon, dans un lotissement, sur les hauteurs de Graulhet, au lieu dit Combalières. C'est sur les bords du Dadou, qu'elle se promène régulièrement. Ne la voyant pas revenir son mari s'inquiète, et au fur et à mesure que les heures passent, il se fait un sang d'encre. à 12 h 30, il alerte les gendarmes de Graulhet. Immédiatement, une procédure de disparition inquiétante est engagée, 15 gendarmes se déployent sur le terrain avec enquêtes de voisinage et ratissage des rives du Dadou.

Dans le même temps, il est fait appel à l'hélicoptère de la section aérienne de Toulouse. à 13 heures, l'hélicoptère se pose sur la piste de l'aéroport de Graulhet, embarque un gendarme de la brigade et survole la zone. Enfin, l'aide d'un maître chien du groupement de gendarmerie d'Albi est sollicitée.

Le flair de Vick

Une demi-heure plus tard, Vick et son maître sont à pied d'œuvre.

Après avoir reniflé un vêtement fourni par le mari, Vick suit une piste.

Une recherche fructueuse puisque, peu après 14 heures, l'animal conduira son maître et les gendarmes jusqu'à Germaine.

Elle était allée au bout de ses forces. En se promenant au bord du Dadou, elle est tombée dans un trou. Peu profond, mais suffisant pour blesser une personné âgée. Dans l'impossibilité de marcher, elle a rampé jusqu'à une centaine de mètres de sa maison. Mais, à cours d'énergie, son incroyable volonté a fini par lâcher.

Elle ne bougeait plus quand les secours sont arrivés. Elle avait perdu espoir. Vick lui a sauvé la vie.

Claude Fita, le maire de Graulhet, déclarait hier soir : «Je me félicite de cette issue heureuse et je tiens à féliciter des forces de gendarmerie pour leur rapidité et leur efficacité».

@

Publié le 01/09/2011 07:46 | J-C Clerc

Une nouvelle section s'ouvre en bijouterie

Yves Gouyen, proviseur, et Yannick Morgen son adjoint. /Photo DDM, J-C C

Cette rentrée confirme les changements qui s'opèrent au sein du lycée Clément de Pémille. S'il y a quelques années il semblait pour certains le « lycée de la dernière chance », force est de constater qu'aujourd'hui la quasi-totalité des élèves poursuivent leurs cursus jusqu'à terme. « Cette année nous faisons le plein de secondes et de premières », se félicite Yves Gouyen, proviseur de l'établissement qui comptera à la rentrée 330 élèves pour 350 places.

Cette diminution des « pertes en cours de route « s'explique aisément : « Désormais les élèves viennent ici volontairement. L'établissement a été rénové et un travail considérable a été fourni par les enseignants « souligne le proviseur.

Filière repensée et rénovée

Le projet d'établissement est d'ailleurs centré sur les élèves, leur développement et leur prise en charge. Ce jeudi premier septembre ainsi que demain les enseignants vont se trouver pour approfondir cette réflexion ainsi que, plus globalement, celle sur le nouveau projet d'établissement.

Si on note la « suspension « de la formation au bac pro de secrétariat - il n'y a eu aucun candidat -, il s'agit d'un phénomène conjoncturel. On compte dans l'académie plus de 150 places vacantes dans cette filière. « Cette filière va prochainement être repensée et rénovée « souligne Yves Gouyen qui est prêt à accueillir la nouvelle mouture de cette section, tout comme la formation au CAP en un an pour la bijouterie qui va trouver sa place dès cette année à Graulhet. La seule ombre au tableau est dans la crainte de la fuite l'abandon avant la fin du cursus non plus pour des raisons comportementales, mais sociales. Chaque année il en coûte aux familles 430 euros pour la restauration scolaire et 1153 euros d'internat auxquels ont doit ajouter fournitures et transports. Cet «effort scolaire» est parfois difficile à gérer pour des familles qui n'ont qu'un faible revenu et pour lesquelles les aides ne suffisent pas à couvrir les frais de scolarité. Aussi arrive-t-il encore que certains lycéens, dont la scolarité n'est plus obligatoire, quittent le cursus avant son terme avec les conséquences que l'on connaît sur leur avenir.

@

Publié le 01/09/2011 08:19 | La Dépêche du Midi

Blagnac (31) : Mathieu Gratton au BSCR

Mathieu Gratton, nouvelle recrue.

Mathieu Gratton est une nouvelle recrue du BSCR pour la saison à venir. Agé de 30 ans, ce joueur a été formé à Graulhet et il y a effectué toute sa carrière, marquant notamment 262 points lors de la dernière saison. Pour une taille de 1,83 m et un poids de forme de 83 kg, il occupe le poste de demi d'ouverture.

@

Publié le 01/09/2011 08:43 | La Dépêche du Midi

Des étudiants intègrent le lycée

Cette rentrée, un « CAP bijoux « en un an va être ouvert. Il s'adresse aux titulaires du baccalauréat ou d'un diplôme universitaire qui souhaite effectuer une réorientation dans le domaine de la bijouterie. Ce nouveau public est âgé de 17 à 25 ans et devrait encore accentuer l'émulation qui règne entre les élèves au cœur de Clément de Pémille. La suite logique serait pour le lycée l'ouverture d'une formation au diplôme des métiers d'art, l'équivalent d'un BTS pour la bijouterie. Le titulaire d'un DMA est, un spécialiste de la création, de la conception et de la réalisation du bijou et du joyau qui doit avoir une parfaite connaissance de l'évolution des modes et des cultures et être prêt à formuler des propositions et des modèles.

Cette perspective a été ouverte par la rénovation du lycée dans lequel la Région a investi 5,93 millions d'euros en travaux. « Nous avons reçu le feu vert du Rectorat et de la Région « souligne Yves Gouyen qui précise « il ne reste plus qu'à convaincre le Ministère «. La réponse sera connue au cours de cette année scolaire pour une ouverture possible dès septembre2012. Lors de cette rentrée l'internat qui compte à ce jour 150 places, toutes occupées, devrait par ailleurs avoir été lui aussi rénové permettant ainsi l'accueil de ce diplôme aux métiers d'arts.

@

Publié le 01/09/2011 08:43 | La Dépêche du Midi

Travaux à l'Albertarié

La pose des potelets rue du cardinal Roques.

La circulation aux abords de l'école de l'Albertarié a été modifiée. Le but est, en raison de l'augmentation du nombre des élèves, de sécuriser les transports scolaires, qu'il soit effectué en bus ou dans les véhicules des familles. Désormais l'accès à la rue du cardinal Roques s'effectue désormais à sens unique, par la rue colonel Naudy. Ainsi un panneau «sens interdit» a été placé à l'intersection de la route de Saint-Julien-du-Puy et de la rue du cardinal Roques. Par ailleurs un passage piétonnier, sécurisé par des potelets, a été réalisé dans la rue du cardinal Roques.

Tarot>. Vingt trois joueurs du tarot club de Graulhet ont participé au festival de tarot organisé par leurs amis albigeois du 14 au 20 août dernier. S'y sont particulièrement distingués : Louis Sanschez, 22eme et Anny Mangin, 49 eme sur 196 joueurs. Patrick Devraine a terminé troisième, G.Piron sixième et C.Rigaud vingtième. M.Berthoumieux était sixième. P.Capelle se classait dixième, M.Berthoumieux treizième, M.Boivin vingt sixième. Samedi, sur 228 participants J-L Arroyo terminait quinzième, A.Landais dix-neuvième et C.Vergnes vingt-septième. Tous ces tournois se disputaient en donnes libres. Le tournois duplicaté du lundi voyait la présence de trois joueurs graulhétois, Anny Mangin, Robert Gaxet et Patrick Capelle, mais aucun n'a réussi à se classer.

@

Publié le 01/09/2011 08:44 | La Dépêche du Midi

Les normaliennes ont découvert la ville

Les normaliennes au Foyer Léo Lagrange.

Chaque année les enseignantes de la promotion 1960-1964 de l'Ecole normale d'Albi - aujourd'hui retraitées - se retrouver pour une journée de détente dans le plaisir de se revoir. Cette année seize normaliennes et leur famille se sont retrouvées à Graulhet où elles ont été accueillies au Foyer Léo Lagrange par Dany Bousquet-Escudier et son frère Claude Bousquet, le conseiller général du canton.

Tous ont apprécié la visite de la Maison des métiers du cuir et de se promener dans les anciens bains-douches, aujourd'hui siège du Syndicat d'initiatives, et au cœur du quartier médiéval de Pannessac.

La visite s'est achevée au lac de Nabeillou dont les invités ont pu apprécier le parcours de santé. Ce sont Lucienne Balézo-Roques et Annie Pinel-Leinenweber, anciennes graulhétoises qui ont servi de guides, ainsi que Suzanne Sablayrolles qui a enseigné au collège Louis Pasteur.

Les souvenirs - souvent amusants - de la vie à l'Ecole Normale avec parfois un zeste de rébellion étaient au cœur des conversations.

Quant à la comparaison avec la situation actuelle de la formation des enseignants, elle témoigne d'une nostalgie pour le pré-recrutement qui préparait les normaliens à leur métier en les mettant très tôt au contact des enfants.

La réunion 2012 quant à elle, déjà programmée, elle aura lieu dans le Gers.

@

Publié le 02/09/2011 09:42 | J-C C

Collège : une rentrée sereine

Bernadette Compain, principale de l'établissement, accueille les futurs élèves de sixième depuis plusieurs jours. /Photo DDM, J-C C

Après une forte augmentation des effectifs les années précédentes, les effectifs du collège Louis Pasteur restent stables cette année. La création d'une classe en quatrième permet, entre autres choses, à tous d'aborder cette rentrée de façon sereine.

La grande nouveauté est l'entrée de l'établissement dans le dispositif Eclair (Écoles, collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite). « Il nous permet de bénéficier d'un poste de coordinateur pour chaque niveau » se félicite Bernadette Compain, principale de l'établissement. Cette personne permettra d'assurer la liaison et la transmission d'informations entre les familles, les enseignants et le bureau de la vie scolaire ainsi que d'assurer la prise en charge individualisée d'élèves en difficulté.

Le lien entre les écoles, le collège et le lycée de la ville sera en outre renforcé. Bien entendu il y a eu, comme chaque année, l'action « école ouverte » qui a permis aux anciens écoliers de découvrir en douceur leur nouvel établissement, ses règles de vie avant la rentrée. Les parents ont aussi été intégrés à ce processus avec une visite de l'établissement à l'issue de ces journées durant lesquelles, en participant à des ateliers, les nouveaux collégiens ont aussi bénéficié de conseils sur le sommeil ou l'équilibre à l'alimentaire. De plus cette année, sur le temps scolaire, des professeurs des écoles vont intervenir au collège et des enseignants de Louis Cassin donneront des cours dans les écoles.

Si le contrat d'objectif a été signé l'an dernier, le projet d'établissement est quant à lui redéfini chaque année. Outre le rapprochement avec les écoles et le lycée, il devrait confirmer le développement du travail réalisé en musique, conforter la classe expérimentale des arts du cirque et approfondir l'apprentissage des langues. De ce côté-là, les échanges avec les élèves allemands et espagnols seront renouvelés mais les élèves de troisième bénéficieront aussi d'un appareillage audionumérique. Tous les postes étant pourvus, tout est désormais fin prêt pour cette nouvelle rentrée.

@

Publié le 02/09/2011 09:42 | La Dépêche du Midi

Elodie Fournalès, nouvelle principale adjointe

Graulhet. Elodie Fournalès, nouvelle principale adjointe

Cette année Elodie Fournalès effectuera sa première rentrée à un poste de direction. C'est après des études de droit et un an et demi dans l'immobilier qu'elle a passé son concours pour devenir CPE.

« Mes parents sont enseignants alors j'avais toujours baigné là-dedans », explique-t-elle.

Après douze années durant lesquelles elle a assuré la fonction de conseillère principale d'éducation elle a décidé de passer le concours pour faire partie du personnel de direction.

« Lorsque j'étais CPE j'ai travaillé avec les équipes de direction et cela m'a donné envie de les rejoindre », explique la nouvelle principale adjointe. Son affectation à Graulhet résulte elle aussi d'un choix : « C'est un établissement semblable à celui dans lequel j'ai travaillé à Montauban, par son contexte comme ses effectifs. Qui plus est Graulhet est proche de mes origines », souligne Elodie Fournalès, enchanté de rejoindre la cité du cuir. Depuis plus d'une semaine elle a pris ses fonctions, découvert les dossiers en cours et finalisé les emplois du temps des élèves et des enseignants avant cette nouvelle rentrée.

@

Publié le 03/09/2011 10:58 | G.D

Frog and Rock refait sa fête de la moto

L' humour décalé mais motocycliste de l'association Frog and Rock. /Photo DDM

L'an dernier, sans publicité, en comptant sur le bouche à oreille, Frog and Rock a réussi de réunir 300 motards pour la première édition de la fête de la moto. Installée rue Claude Bernard, dans un ancien séchoir de mégisserie, l'association a depuis participé avec succès à la fête de la musique dans ses locaux aménagés en salle de concert. Ce samedi et demain, elle organise la deuxième édition de la fête de la moto. Cette fois, via les moto-clubs, les événements motocyclistes du Sud Ouest, les réseaux internet et l'association des Motards en Colère, elle devrait accueillir plus du double de participants.

« Ils vont venir de l'Hérault, du Gers, des Hautes-Pyrénées, et bien sûr de tout le Tarn ». Annonce, Glen Talbot qui organise les deux jours avec Olivia son épouse. Les animations sont prévues : de la musique avec 7 groupes de rock, de blues, d'électro, de reggae de chansons, un marché de producteurs avec 20 stands et restauration sur place, un spectacle aérien avec les portiques de l'association résidente Libellune et une expo de modèles anciens. Il y aura même une bière brassée artisanalement pour l'occasion, « l'Interdite » avec étiquette événement.

Conduite responsable

« Les gens sont souvent surpris des locaux que nous avons aménagés. C'est un lieu de vie comme nous le définissons ». Se félicite Olivia, en attente d'un heureux événement mais à fond dans les préparatifs. Attenant, un atelier de mécanique. Glen a piloté les bolides durant quinze saisons, puis a été préparateur. Sa philosophie motocycliste le pousse à faire le projet d'un atelier pédagogique, à l'adresse des motards débutants ou confirmés. « Nous voulons, par le biais de cette fête de la moto, développer un réseau de motards du dimanche, en famille, de bikers, de trialistes, adeptes d'une conduite responsable ».

@

Publié le 03/09/2011 10:59 | La Dépêche du Midi

Rugby : De bons débuts

On fait tourner les ballons pour lire l'avenir./Photo DDM

Après avoir battu Lavaur en finale de la Coupe de l'Espérance, le Sporting vient de battre l'équipe nationale de l'armée, en phase de préparation de sa Coupe du Monde en Australie et Nouvelle Zélande, 5 essais à 2, mardi soir. Les Graulhétois ont essayé plusieurs formules avec beaucoup de jeu. L'adversaire, redoutable dans les phases d'affrontement, a dû plier devant le jeu plus dynamique des locaux. Si l'équipe est à rebâtir, le stage de quatre jours effectué en fin de semaine dernière à Argelès-Gazost, a permis de mieux se connaître et de s'apprécier sur les terrains et en dehors.

Le Sporting poursuit sa préparation du début de championnat dans un mois à Lunel.

Dimanche 4 septembre, il effectuera un déplacement à Cahors à 15 h, pour une troisième rencontre amicale. Puis à Rodez dans huit jours et à Tournefeuille en suivant. à signaler que les cartes d'abonnement sont en vente au stade ou chez Sannou Tabac-presse place Mercadial.

@

Publié le 04/09/2011 03:45 - Modifié le 04/09/2011 à 07:03 | La Dépêche du Midi

Le retraité ne supporte plus le menuisier

Claude Trantoul montre les sorties et les sacs de sciure qui disperseraient dans l'air des particules les jours de grand vent.

Il y a 28 ans, Claude Trantoul, pour profiter de sa retraite de mégissier, a élu résidence boulevard de la Casse. Or, depuis un an, et l'installation d'un atelier de menuiserie, dans des locaux qui ont servi à diverses activités artisanales auparavant, l'octogénaire se dit dérangé. « L'odeur et le bruit sont insupportables, les poussières me donnent du mal à respirer quand le vent disperse les particules des rejets de machines. Même le linge devient jaune sur son étendoir. » Il faut dire que la maison de Claude Trantoul, comme son potager ne sont distants que de quelques mètres de l'atelier. Pour étayer ses dires, il sort des certificats médiaux et un constat d' huissier effectué au tout début de l'activité de l'entreprise et qui confirme ses dires.

« Nous sommes en zone pavillonnaire, d'extension récente à dominante d'habitat et nous ne sommes pas tranquilles comme nous le voudrions ». Et de citer l' article 2 du chapitre III des dispositions applicables à la zone UC. « J'ai essayé de régler le problème à l'amiable, il n'y a eu rien à faire. Je n'empêche pas le menuisier de travailler, amis je voudrais qu'il se mette aux normes ! »

Dans son droit

Des normes que le gérant de l'atelier de menuiserie, estime respecter. « Les conditions d'implantation ont été acceptées par le Drire et la Préfecture. Je suis tranquille là-dessus » réagit Denys Mazel, avant de citer en exemple le comportement d'autres voisins. « L'atelier est mitoyen avec d'autres résidences, d'autres maisons de particuliers. Et depuis notre installation, je n'ai eu aucun problème avec eux ».

@

Publié le 04/09/2011 03:46 | S.B

Ils se préparent à faire le rallye 4L Trophy

Guerric Panis (à gauche ) et Arnaud Charpentier, ont démonté leur 4L.

Ils se prénomment Arnaud et Guerric. Ces deux étudiants, élèves ingénieurs en 3e année de l'INSA Toulouse, vont participer au prochain rallye 4L Trophyquis e déroule du 16 au 26 février 2012. Mais, le plus dur sur ce rallye, ce n'est pas durant l'épreuve, qui, bien qu'éprouvante, n'a rien d'une compétition sportive. Le plus difficile se trouve en amont : la préparation du véhicule et pis encore celle du budget nécessaire. Plus de 3 000 € uniquement pour les frais d'inscription, comprenant le transport, la demi-pension, l'assistance médicale et l'assistance technique. Ce coût incompressible double rapidement : achat d'un véhicule (600 € dans le cas de nos compères), préparation de la 4L (1 300 €), essence (1 100 €), pièces de rechange et équipements imposés, assurance, communication…

Une Savane de 1992

Arnaud Charpentier, Castrais depuis 10 ans, et Guerric Panis, Aveyronnais de toujours, âgés tout deux de 20 ans, se sont mis sur ce projet depuis avril dernier.

« Nous avons totalement démonté notre 4L Savane de 1992, indique Guerric qui revendique quelque intérêt pour le bricolage. Cette 4L n'avait que 84 000 km. Juste un peu de tôle froissée. Rien… Toutefois, nous avons décidé de faire vérifier toutes les pièces par un garagiste partenaire. La protection de plusieurs éléments doit être également et obligatoirement renforcée : réservoir, moteur… Il nous faudra aussi installer des anneaux de remorquage. »

Car, nos deux compères auront quelque 6 000 kilomètres à faire dont plus de 700 sur des pistes chaotiques du Maroc.

« Pour réaliser ce projet, nous avons donc besoin de financements de partenaires publics ou privés », souligne Arnaud, le futur copilote de la 4L mais président de l'association créée pour mener l'équipage au départ.

Le travail obscur, lui, il connaît ça en tant que 2e ligne du club de rugby de Graulhet après avoir été formé à l'Aviron castrais. L'ancien élève du collège Jean- Jaurès et du lycée de La Borde Basse adore relever les défis dont celui qui consiste à surcharger son emploi du temps. « Il vaut mieux avoir trop d'occupations que pas assez », indique le solide gaillard. « Nous allons créer quelques événements, faire des actions dans des supermarchés, vendre des stylos, démarcher avec notre plaquette à la main », ajoute Guerric, qui sait, lui, le pilote de motocross, contourner les obstacles. Souhaitons tout cas qu'aucun ne soit rédhibitoire à leur participation à ce 4L Trophy. (site : http://Alenvol.canalblog.com).

@

Publié le 05/09/2011 09:41 | La Dépêche du Midi

Le groupe « Fiesta » sur tous les fronts

Fiesta a séduit le public de Loire.

Fin de saison….,début de saison… pour les chanteurs de Fiesta ? On ne sait pas ! Mais la transition entre un bon 2010 - 2011 et le début de la future saison a été particulièrement intense pour le groupe de chanteurs de plus en plus sollicité. Dimanche 21 Août, animation du marché de Graulhet avec des chalands et des commerçants ravis : des fleurs et des fruits ont été offerts au groupe. Le lendemain, Lundi 22, à 7h30, c'était le départ pour une semaine en Touraine.

Au programme musical, animation du marché de Bourgueil le Mardi matin, concert, seuls, le mardi soir à Chouzé-sur -Loire, et le Jeudi 25, concert à Benais avec l'harmonie locale devant près de 400 personnes enthousiastes. Le public a bien apprécié « l'accent » et les chants en occitan. Au cours de cette semaine, le côté touristique n'a pas été oublié avec, visites de châteaux, d'une champignonnière, et bien sûr de « Caves » avec « dégustations ». Fiesta n'oubliera pas de sitôt le formidable accueil qui lui a été réservé. Mardi 30 Août, à 13 heures, nouveau départ pour aller donner un concert le soir-même à Argeles-sur-Mer.

Un grand succès là-aussi. Finalement l'inter-saison sera de courte durée puisque les répétitions reprennent les Mercredis 7 et 21 septembre. Les prochaines prestations auront lieu le dimanche 25 septembre à Navès (près de Castres) et le Samedi 1 Octobre à l'auditorium de Graulhet à 15 heures.

D'autres prestations sont déjà au programme pour fin 2011 et même 2012.

@

Publié le 06/09/2011 08:21 | La Dépêche du Midi

Dadou Cyclotourisme sur les routes de l'Ardèche

Cette année un groupe de cinq cyclos de Dadou Cyclotourisme ont pédalé sur de belles routes du Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche. Ils ont partagé leur passion pour le cyclotourisme en organisant un séjour de cinq jours, où chacun a pu vivre et pédaler à son rythme. Les cyclotouristes étaient confortablement installés dans un hôtel à Saint Cirgues en Montagne à 1 000 mètres d'altitude avec une cuisine de terroir pour retrouver des forces le soir. Au programme, sorties cyclistes sur la journée sans oublier de s'arrêter pour les photos souvenir, et de se restaurer à midi dans de sympathiques restaurants ardéchois.

Les Graulhétois ont, pendant quatre jours, sillonné quelques routes de légende de la cyclosportive « L'Ardéchoise » avec des points de vue magnifiques. La montée au mont Gerbier de Jonc depuis le village de Burzet restera un merveilleux souvenir surtout qu'ils ont pu se rafraîchir aux sources de la Loire pour étancher leur soif. Ils ont aussi fait étape dans le village cévenol d'Antraigues-Sur-Volane, ayant une pensée pour le chanteur Jean Ferrat.

Cette région offre beaucoup de possibilités de pratiquer le cyclotourisme, possédant un réseau routier très dense, bordé de châtaigniers séculaires. Aussi c'est avec regrets, que les cyclos ont quitté ce très beau département.

@

Publié le 06/09/2011 08:21 | J.-C.C

LP : L'inspecteur d'académie en visite

L'inspecteur d'académie en visite dans les classes du lycée professionnel. /Photo DDM

Éric Tournier, inspecteur d'académie, a visité hier trois établissements à l'occasion de la rentrée scolaire dont le lycée Clément de Pémille à Graulhet. La première raison de cette visite, était de donner un coup de projecteur aux lycées professionnels. «C'est grâce à eux que nous allons pouvoir augmenter le nombre de bacheliers en France comme dans la Tarn» a-souligné l'inspecteur, insistant sur le rôle « d'ascenseur social» de ces établissements.

Quant au choix du lycée Clément de Pémille, avec la réorganisation des filières «il adapte parfaitement son offre aux besoins de la société et de l'économie» a estimé l'inspecteur d'Académie.

Ce qui marque cette rentrée est aussi et surtout le passage au programme ECLAIR (Écoles, collèges et lycées pour l'ambition, l'innovation et la réussite). « Un des principe est, pour donner plus de chance de réussite aux élèves en difficultés, de donner plus d'accompagnement aux enseignants», a expliqué Eric Tournier, qui a aussi souligné combien il était important que les enseignants choisissent pleinement d'intégrer ces établissements.

Des élèves venus de loin

En visitant la classe de CAP de bijouterie en un an, réservée aux bacheliers et aux titulaires de diplômes universitaires, il a pu constater que les élèves ont déjà choisi de venir au lycée Clément de Pémille. Certains n'ont pas hésité à venir s'installer à Graulhet, à plusieurs centaines de kilomètres de chez eux, pour bénéficier d'un «enseignement d'exception». Quant aux explications relatives au dispositif ECLAIR, notamment « l'école du socle commun», l'inspecteur d'académie les poursuivra ce mardi à 16 heures mais cette fois au collège Louis Pasteur..

@

Publié le 08/09/2011 07:44 | J-C Clerc

Les subventions à la MJC "épinglées"

La MJC ferat-elle les frais d'un formalisme obtu?/Photo DDM, J-C C.

La cour régionale des comptes a relevé en avril 2011 l'irrégularité du versement des subventions versées à la MJC en 2007 et 2008. « Nous sommes arrivés le 15 mars 2008. Il aurait fallu que nous établissions une convention en 15 jours avant le vote du budget» explique Claude Fita, maire de la ville, soulignant que c'est surtout la gestion de son prédécesseur qui est mise en défaut. Le groupe d'opposition UMP, lui, ne l'entend pas de cette oreille.

Les associations dont la subvention dépasse 23000 euros doivent conclure une convention d'objectif avec la ville, conformément au décret n° 2001-495 du 6 juin 2001. « Nous avons signé une convention avec la MJC en 2009. L'association y propose un projet que la collectivité examine avant d'effectuer les versements. C'est une bonne solution» estime Claude Fita. Du côté de Sylvain Bonleux, chef de file du groupe UMP, le son de cloche est tout autre : « A notre connaissance la convention n'a été renouvelée qu'en 2011. Aussi pour 2009 et 2010 la sanction devrait être la même. Ce manque de sérieux met en difficulté l'association qui doit rembourser la subvention indue». Ce montant est de 556000 euros répartis sur deux années.

Avant que la polémique ne dérape Claude Fita précise « La Cours régionale des comptes n'a pas épinglée la commune, mais le comptable. Ces régularisations sont faites à la demande de la trésorière». L'élu concède cependant « On n'a pas été bons le 16 mars 2008. Mais depuis notre arrivée on passe une partie de notre temps à rétablir un cadre de gestion pour la collectivité aussi bien du côté du budget que dans la gestion du personnel ou les partenariats avec les associations. Nous étions par exemple la seule ville de plus de 10000 habitants sans DRH avec 250 agents» explique-t-il.

Cette note de la Cours régionale des comptes galvanise aujourd'hui le groupe d'opposition qui a porté devant le tribunal administratif la ville pour une autre affaire de cet ordre. « Les élus de la majorité nous donnent es leçons dans tous les domaines, mais il feraient mieux de balayer devant leur porte» conclu Sylvain Bonleux. Le conseil municipal de rentrée, le 22 septembre promet d'ors et déjà d'être animé.

@

Publié le 11/09/2011 09:34 | La Dépêche du Midi

Les subventions de la MJC «épinglées» (suite)

Suite à l'article publié le 8 septembre sur des subventions municipales « épinglées» par la Cour régionale des comptes Claude Fita, maire de Graulhet, souhaite apporter les précisions suivantes :

« Au printemps 2011, la Cour des Comptes a relevé dans son rapport de contrôle de la Trésorerie de Graulhet un manquement au titre de la production des pièces justificatives pour le paiement de la subvention à la MJC. En effet, l'obligation qui est faite de conventionner avec les associations bénéficiant d'une subvention de plus de 23 000 euros n'était pas remplie depuis 2007, sous la responsabilité de M.Picarel. Cette régularisation a été effectuée depuis, dans le cadre du nécessaire rétablissement du cadre de gestion de la Commune que j'ai du engager dans de nombreux domaines.

Sur les conseils des services de la Trésorerie et en accord avec la MJC, la commune a procédé à un remboursement-reversement pour permettre au Trésorier de l'époque de produire les éléments de régularisation. Cela n'engage aucune dépense supplémentaire ni pour la commune ni pour la MJC, c'est un simple jeu d'écriture, sans aucune conséquence. Après l'Amicale Laïque, c'est au tour de la MJC d'être la cible des attaques et des polémiques stériles de M.Bonleux (UMP). N'avait- il pas proposé, en 2008, devant les difficultés financières de la commune, de « supprimer toutes les subventions» ? Cette stratégie d'attaque du mouvement associatif, mouvement qui réalise un travail formidable pour nos enfants et nos jeunes, est une insulte faite à ceux qui s'investissent bénévolement pour nos concitoyens. Il y a là sans doute, une allergie chronique de l'UMP à tout ce qui touche à la politique jeunesse et au mouvement associatif. La question maintenant est de savoir à quelle association, à quels bénévoles, s'en prendra à nouveau M. Bonleux?».

@

Publié le 08/09/2011 09:27 | G.D.

Le secours populaire n'a pas connu de trêve estivale

Une vingtaine de familles du graulhétois ont participé au rassemblement à Cap Découverte.

Au Secours Populaire, les bénévoles graulhétois n'étaient pas en vacances. « Durant tout l'été, la permanence a été ouverte toutes les semaines et les urgences ont été assurées sur un simple appel des assistantes sociales autant de fois que nécessaire ». Précise Dominique Roblin, l'une des responsables de l'antenne locale. Cette même antenne qui a accueilli 9 enfants de Dordogne et d'Essonne, dans des familles de vacances. Un chiffre qui ne satisfait pas la bénévoles, mais à ses dires, la difficulté est grande pour trouver des familles chaque été. Dix enfants ont aussi pu partir dans diverses colonies et 4 familles ont bénéficié d'aides pour des séjours autonomes à la mer, à la montagne ou à la campagne grâce à l'intervention de partenaires, tout en participant à à hauteur de 100 à 150 euros restant à la charge des familles. Fin août, une sortie familiale à Cap Découverte a rassemblé des centaines de familles de tout Midi Pyrénées.

Journée de la paix

Et les semaines qui viennent, n'annoncent pas de répit pour les organisateurs. Le 18 septembre, ils participeront au vide grenier automnal à la Bousquétarié. Le 23 septembre, le Secours Populaire proposera une grande soirée de chansons dans le cadre de la Journée mondiale de la Paix, avec le trio Aventura à 21 heures à l'auditorium. « Les bénéfices sont une rentrée de fonds nécessaire autant que l'est en denrées la collecte que nous ferons du 14 au 16 octobre à l'entrée des supermarchés ». Chaque concert annuel est l'occasion de soutenir les nombreuses actions et au Secours Pop de Graulhet, elles ne manquent pas.

@

Publié le 09/09/2011 13:43 | La Dépêche du Midi

Chapeau melon et bottes de cuir

Thierry Barrouquere et Isabelle Géli sont tarbais et toulousains. Après avoir vécu à Toulouse puis à Saint-Paul-cap-de-Joux , ils ont finalement choisi de se poser à Graulhet. Habitués à restaurer des maisons anciennes avant de les vendre, ils sont tombés sous le charme de Graulhet. « J'ai eu le choc de ma vie lorsque j'ai découvert les maisons du quartier médiéval», confie Isabelle Geli pour qui «Ce patrimoine mérite d'être mis en valeur et certaines mégisseries sont splendides».

Pour rendre hommage à cette richesse architecturale, après une séance de photo ambiance « drôles de dames», ils en ont réalisée une autre sur le thème de « Chapeau melon et bottes de cuir». Ils continuent à restaurer leur nouvelle maison. Mais contrairement aux autres, ils n'envisagent pas le moins du monde de la revendre ensuite ni de quitter la ville.

@

Publié le 09/09/2011 10:16 | J-C C

Le centre nautique reprend du service

Le centre nautique à l'heure du grand nettoyae de rentrée/Photo DDM, J-C C

C'est le 19 septembre que le centre nautique rouvrira ses portes après un grand nettoyage de rentrée. Scolaires, associatifs ou grand public, l'établissement reçoit en période d'hiver de 300 à 400 personnes par jours. Pour l'heure, personnels municipaux et personnels de centres agréés travaillent de concert pour le bien être et la sécurité des futurs nageurs.

« Il faut comprendre une chose. En dehors de ces courtes périodes dites de vidanges, quelques semaines par an, la piscine tourne à feu continue depuis quarante ans», souligne Antoine Mielko, maitre nageur depuis 30 ans. Nettoyage complet des bassins, renouvellement de la masse d'eau, nettoyage de la machinerie, désinfection de l'ensemble du site: tout le monde est sur le pied de guerre pour que la réouverture soit effectuée dans les temps. Si cette pause est plus longue que celle des vacances de Noël ou d'hiver, c'est qu'en plus l'hivernage des bassins extérieurs doit aussi être réalisé. Après avoir accueilli les nageurs durant la saison estivale, les bassins et toute la machinerie extérieure doivent être vidés, séchés, nettoyés et chlorés. «En quelque sorte on hiverne les bassins extérieurs l'hiver et l'intérieur est hiverné l'été», souligne Antoine Mielko.

à ses côtés, on retrouve deux autres maîtres nageurs sauveteur (désormais appelés éducateurs sportifs des activités de la natation), ainsi qu'un technicien de machinerie, aidés d'un technicien municipal et deux caissières qui assurent, entre autres, l'accueil dans l'établissement. Outre les scolaires , le centre nautique reçoit en plus du public d' associations. Grâce à elles, le centre nautique peut exprimer tout son potentiel, de la plongée sous marine et la natation sportive jusqu'à l'aquagym des seniors et aux bébés nageurs.

@

Publié le 10/09/2011 12:42 | Patrick Guerrier

TED : Les centres anciens en voie de réhabilitation

Les abords de l'abbaye à Gaillac sont d'une grande richesse patrimoniale mais ave cun habitat souvent dégradé.

Avec environs 680 logements vacants plus ou moins répertoriés, les réhabilitations des centres anciens des villes de Gaillac, Graulhet et Lisle-Sur-Tarn sont une priorité pour la communauté de communes. Tarn et Dadou (TED) rentre dans la phase opérationnelle des opérations programmées de l'habitat (OPAH) après des années d'étude. C'est que le chantier est de grande envergure pour une intercommunalité de la taille de TED.

Centres anciens de Gaillac, Graulhet et Lisle

L'OPAH de renouvellement urbain concerne uniquement les centres anciens des trois principales communes. Des centres à la forte richesse patrimoniale mais dont l'habitat est souvent dégradé, voire insalubre pour certains bâtiments quand il n'est pas inoccupé. Des ménages à faible revenu y ont trouvé à se loger, comme locataires ou comme propriétaires occupants en profitant de la faiblesse des prix. « Les ménages pauvres y sont plus concentrés qu'ailleurs, précise Sarah Sabatier, l'une des responsables de l'opération pour TED. De l'ordre de 25 % dans ces centres anciens quand la moyenne du reste du territoire est de 16 %. »

L'objectif est d'améliorer les logements de ces ménages qui ne peuvent nécessiter que de petits travaux. Mais il s'agit également de retrouver l'attractivité de ces quartiers ; en mettant en valeur le patrimoine afin d'offrir une offre plus diversifiée. « Cela va réclamer un fort volontarisme politique de la part des élus des communes et de l'intercommunalité en terme financier mais aussi en moyen humain avec un souci de pérennité », estime Claire Fita, la vice présidente de Ted en charge de l'habitat.

Sur cinq ans, le budget de l'opération est d'un peu plus de 5,6 millions d'euros. Les propriétaires vont bénéficier d'aides financières pour leurs travaux de réhabilitation. De la part de l'ANAH (agence nationale pour l'amélioration de l'habitat) et de l'intercommunalité ; ou de la région pour le domaine de l'énergie.

Un fond pour travaux d'office est créé afin de permettre aux communes d'effectuer des travaux sur des bâtiments insalubres ou dangereux sans attendre après le propriétaire. Les aides aux bailleurs sociaux sont revus à la hausse. Mais l'intercommunalité espère aussi attirer les investisseurs sur ces marchés pour des opérations plus lourdes. Notamment sur le secteur de Gaillac avec des bâtiments à fort potentiel mais nécessitant de gros travaux.

L'enjeu est de taille pour l'intercommunalité qui ne doit plus laisser l'urbanisation gagner sur les terres agricoles. Pour y parvenir, elle doit se réapproprier ses centres anciens. À l'image de la ville d'Albi.

Un ménage qualifié de pauvre touche pour un couple, aux environs de 780 euros mensuel.

Plus de 11 millions de répercussion sur l'artisanat local

6 millions pour l'artisanat locale avec l'OPAH de renouvellement urbain touchant les centres anciens de Gaillac, Graulhet et Lisle; 5 autres millions pour la seconde OPAH qui concerne le reste du territoire. Soit 11 millions de retombées économiques. C'est ce que prévoit TED pour l'artisanat local qui sera sollicité sur les travaux que vont réaliser les propriétaires.

400 logements ciblés sur 5 ans

L'objectif quantitatif fixé sur 5 ans est d'intervenir sur 250 logements de propriétaires occupants principalement sur des travaux d'amélioration de s logements dégradés, d'économie d'énergie, d e lutte contre les termites... 100 logements de propriétaires bailleurs sont visés notamment sur la vacance. Enfin, 30 à 40 logements sociaux publics sous la forme d'acquisition.

Situation géographique prioritaire

Les îlots ou immeubles visés par l'OPaH de renouvellement urbain sont situés pour Gaillac : autour des rue Cavaillé Coll et Pénitents Blancs, les rues commerçantes de la Madeleine et Portal.

A Graulhet : L'ilôt du Gouch, l'impasse du Verdaussou, les rues commerçantes de l'avenue Gambetta et rue de Verdaussou.

A Lisle, les immeubles définis suite au diagnostic termites.

@

Publié le 10/09/2011 12:45 | G.D

La fête du cheval au petit trot

Ackar Barbarian s'est déjà produit lors des éditions au Pré de Millet.

Si il y a 16 ans, la première édition de la fête du cheval était partie au galop, au fil des ans, budget en baisse oblige, elle est aujourd'hui au trot, mais attire toujours autant de monde sur le site de la Bousquétarié.

La 17e édition se déroulera le dimanche 18 septembre toute la journée, et toujours jumelée avec la vide grenier qui fait aussi le plein sous les arbres.

«La formule n'a pas pris une ride, même si elle a perdu de l'importance en terme de budget serré.

Il y a de moins en moins de partenaires et de subventions, mais de plus en plus de charges ». Assure Jean Paul Laurents grand organisateur de cette journée rendez-vous de fin d'été. Elle débutera par la foire aux chevaux. « Nous sommes arrivés à nous mettre d'accord avec Revel pour ne pas être en concurrence. Malheureusement, pour l'instant le marché n'est pas porteur, mais il y a de la convivialité entre les marchands et ça marche! »

Quarante-cinq stands

Côté animations satellites, la fête du cheval réunira 45 stands. Ils proposeront de quoi se restaurer. L'attraction sera le jeu de « water ball », tout droit venu des plages de l'été. Pour le programme équestre, J. Paul Laurents a engagé l'association Poney City et son spectacle «Il était une fois le cheval », et l'écurie Ackar Barbarian, avec un spectacle de voltige, de dressage et d'humour.

Seront ensuite présentés des chevaux de race avant de laisser la vedette aux danseurs de Country Soir. Reste la météo. En 2009, l'édition avait du être annulée par la faute de trombes d'eau. L'an dernier, soleil et chaleur avaient rempli les tribunes.

@

Publié le 12/09/2011 08:06 | La Dépêche du Midi

L'athlétisme lance sa saison

Les athlètes même jeunes vont évoluer dans un encadrement de qualité.

Après une excellente saison 2010/2011, c'est la reprise des entraînements pour les enfants et les grands. Sur une base de 3 jours semaine à partir de benjamins, Yves Gouyen propose les Lundis Mercredis et vendredis après 17H30 une formation spécifique à chacun.

Cela peut aller du coureur de fond jusqu'au sprinteur, des lancers du javelot ou du marteau, jusqu'aux sauts en hauteur ou en longueur. Chaque athlète retrouve ses spécificités pour travailler et prendre du plaisir. Pour les enfants de 7 à 10 ans Sophie Bousquet et Ismaël Kaya, les occuperont tous les vendredis de 18h30 à 20h00 sur des ateliers intégrant un mélange de coordination, des gestes adaptés aux courses, aux sauts, aux lancers.Les coureurs de fonds peuvent dès maintenant faire de la préparation spécifique sur la piste, même s'ils préfèrent encore a pleine nature du lac de Miquélou. Les débutants trouveront toujours conseils pour démarrer une activité sportive en fonction de leur niveau. Tous les membres du club, souvent représentés par des parents, sont invités à l'assemblée générale qui aura lieu le Vendredi 16Septembre à 20H30.

@

Publié le 12/09/2011 08:06 | La Dépêche du Midi

Les randonneurs sont prêts

De nouveaux parcours, de nouvelles balades avec Rando Naturévasion.

La saison 2010/ 2011 achevée, avec des animations durant l'été, les randonneurs de Graulhet Naturévasion Rando repartent sur les sentiers et itinéraires de la région.

Les sportifs et les marcheurs intéressés ( programme accessible à l'O T de Graulhet ) sont les bienvenus pour découvrir les diverses activités du club et faire quelques sorties accompagnées à titre de découverte. Outre ces balades, prochain grand rendez vous des sociétaires, l'Assemblée Générale, le 22 Septembre, 20 h 30, au 59 rue St Jean, Graulhet.

Enfin, pour les amateurs de randonnées de masse et grand public, les rendez vous à ne pas manquer : Rando Santé Mutualité le 2 octobre à Saint Amans Soult - Rando Occitane Tarn le 9 octobre à Damiatte - Rando des Chataîgnes le 23 octobre à Pampelonne. Pour ces manifestations, la FFRP, le CDRP81 et les 50 clubs du Tarn vous réservent le meilleur accueil.

@

Publié le 12/09/2011 08:06 | La Dépêche du Midi

Saint André : une première réussite

Un premier vide grenier qui sera reconduit l'an prochain.

Malgré un temps incertain le premier vide grenier du lotissement St André a connue un franc succès. De nombreux chineurs ont déambulé dans les rues ou des articles étaient proposés a la vente. Les organisateurs tiennent a remercier la Municipalité et les services techniques pour l'aide précieuse qu'ils ont donné.

@

Publié le 13/09/2011 08:23 | J-C C

En route vers le haut niveau

La première promotion du centre éducatif multisports. /Photo DDM, J-C C

C'est hier à 16h30 qu'a eu lieu la première rentrée du Centre éducatif multisports de Graulhet. Vingt-huit « stagiaires », filles et garçons nés entre 1996 et 1999, vont pouvoir bénéficier d'une formation sportive de haut niveau régional. Pour l'heure gymnastique, rugby, natation, basket et athlétisme sont les premières disciplines de l'omnisports ouvertes, mais le potentiel du club qui compte plus d'un millier d'adhérents - comme la proximité d'autres clubs sportifs à proximité - ainsi que les possibilités d'hébergement offrent à cette nouvelle initiative un fort potentiel.

« Le but du centre est d'augmenter les capacités individuelles des sportifs grâce à des entraînements communs et spécifiques ainsi qu'un véritable suivi » explique Christian Delfaut, directeur du centre. L'équipe est aussi composée de plusieurs personnes diplômées d'Etat : Fabien Gaspard (natation), Olivier Schart (Basket), Renaud Gely et Olivier Planès (rugby), Yves Gouyen (athlétisme) et Medhi Fizir (gymnastique). Cette équipe est complétée par Guillaume Amar, préparateur physique qui travaille aussi sur la nutrition.

Bien entendu des conventions ont été mises en place avec les établissements scolaires, notamment afin de mettre en place un suivi scolaire. « Le dossier scolaire a d'ailleurs été un des critères pour retenir les candidats » souligne Christian Delfaut. Les stagiaires bénéficient aussi d'horaires aménagés les lundis et jeudis pour être au centre dès 16h30. Pour cela il a fallu mettre en place un transport depuis les établissements scolaires de Graulhet, Gaillac, Massac-Séran, Lautrec et Castres.Le financement quant à lui est en grande partie assuré par la ville, le conseil général, le conseil régional et le CDOS (Comité départemental olympique). Grâce, entre autres, au partenariat avec Yannick Jauzion, l'équipe espère trouver des mécènes ou sponsors. Car si pour l'heure le Cem travaille sur le territoire de Tarn et Dadou et de sa proximité, il a pour ambition de devenir un pôle sur l'ouest du département avec une possibilité d'hébergement pour les stagiaires. Ces derniers pourront alors, toujours à moyen terme, faire partie de tranches d'âges plus larges.

@

Publié le 13/09/2011 08:23 | La Dépêche du Midi

Pour le bonheur de Matthis

Le samedi 24 septembre l'association « Pour le bonheur de Matthis « va profiter du très beau site de La Courbe pour accueillir familles et enfants sous le thème d'une journée « Kermesse en plein air «. Plusieurs espaces, répartis par tranches d'âges, seront agencés au sein du site avec une grande diversité de jeux adaptés aux enfants de 3 à 12 ans : sports, activités manuelles, jeux d'adresses, de stratégies, de découverte, chasse aux trésors, chansons, contes, etc. A midi il y aura un grand pique-nique avec l'ensemble des participants - familles et enfants - et les bénévoles de l'associations, et bien sûr Matthis. La même chose sera organisée pour le goûter de 16 heures.

De nombreuses animations attendent les visiteurs dont certaines insolites : Brinic, twisto, tir Lucky Luke, chamboule tout, mikado géant, initiation au rugby, atelier contes et musique, activités manuelles, et bien d'autres encore. Pour de plus amples informations sur cette manifestation il est possible de contacter l'association au 06.83.77.01.86. ou à l'adresse mail contact@pourlebonheurdematthis.fr. Quant à l'association, elle a été crée par la famille et les proches de Valérie Zaccaron et Thierry Gau pour venir en aide à leur enfant Matthis atteint d'une amyotrophie spinale infantile de type II».

@

Publié le 14/09/2011 09:03 | G.D.

Un grand espoir national au club bouliste graulhétois

Di Carlo Pierjan entre Mohamed Boumedienne et Laurent Aussenac deux des « anciens » du club. /DDM.G.D.

C'est un cadeau du ciel que devrait recevoir le Club Bouliste Graulhétois, à quelques jours de l'ouverture du championnat des clubs de sport boules, le 1er octobre face à Nyons au boulodrome. Di Carlo Pierjan, s'entraîne depuis la semaine dernière aux côtés de Boumedienne, Venzal, Aussenac et consorts. Et chacun est autant stupéfait de l'adresse du nouveau comme de sa carte de visite. À la faveur de son entrée au Pôle Espoirs d'Albi, le rhodanien est sur le point de signer une licence à Graulhet, le seul club tarnais évoluant en National 2. La saison dernière, il jouait en National 1 à Janneyras, ce même club qui a remporté la finale du championnat de France contre l'équipe du Tarn au printemps dernier. Mais ce jeune joueur de moins de 18 ans, est aussi vainqueur du Tournoi des Quatre Nations 2009-2010, champion de France doublettes, champion de France des clubs, vice-champion de France en tir de précision et vice-champion de France triplettes la même année, et champion de France triplettes en 2010-2011, pour ne citer que les titres les plus prestigieux.

Avis aux employeurs

Pour Di Carlo Pierjan qui excelle dans le jeu traditionnel, en tir de précision et en tir progressif, la période est à l'adaptation. « Ici, le jeu est différent. Ou du moins, c'est la réflexion sur le jeu qui change ». « C'est un joueur complet qui peut encore progresser » note-t-on du côté du club bouliste qui s'est mis en recherche d'un contrat d'apprentissage en plomberie ou électricité qui permettrait de fixer l'espoir national à Graulhet. « Nous lançons un appel aux éventuels employeurs locaux intéressés .»

@

Publié le 15/09/2011 07:43 - Modifié le 15/09/2011 à 16:43 | Jean-Claude Clerc

Percuté sur son vélo par une voiture, l'artiste n'a pas survécu

Lucien Mazelier faisait partie de Macadam Bimbo propose depuis 1997 des spectacles pour enfants

L'accident s'est produit mardi soir vers 18h30 sur l'avenue Maréchal-Juin (RD 631). Une voiture qui tournait vers Cabanès et Fiac n'a pas vu un cycliste arrivant en sens inverse. Un choc fatal à Lucien Mazelier, 51 ans, décédé à l'hôpital Rangueil de Toulouse

C'est un dramatique accident qui s'est déroulé à Graulhet au carrefour de la D631 et de la D43 mardi soir, peu après 18h30. Une voiture, conduite par un Graulhétois de 22 ans, qui tournait en direction de Cabanès, a percuté un cycliste qui circulait sur la piste cyclable le long de la départementale. Apparemment, l'automobiliste aurait été ébloui par le soleil et n'aurait pas vu le vélo.

Sur place gendarmes, sapeur-pompiers de Graulhet et médecins du Smur de Lavaur ont porté secours à la victime. Lucien Mazelier, 51 ans, était encore conscient lorsqu'on l'a évacué par hélicoptère sur l'hôpital Rangueil de Toulouse où son état s'est brusquement aggravé. Il décédera peu près 22 heures. Il était bien connu des Graulhétois, des artistes et du jeune public.

Salut l'artiste

Lucien Mazelier faisait en effet partie de Macadam Bimbo qui propose depuis 1997 des spectacles pour enfants, marionnettes, arts du cirque, chanson et musique, bals, comédie, contes, danse. L'association réunit une quarantaine d'artistes et de compagnies de la région Midi-Pyrénées.

Fédérer les artistes ou les publics était un maître-mot de l'artiste qui a aussi coordonné cette année avec talent le festival Rues d'été. Les jeunes Graulhétois ont pu le découvrir grâce aux arbres et marchés de Noël, au centre de loisirs, lors du carnaval de la ville ou du festival. Aussi la plupart des associations culturelles ont été sous le choc de cette tragique et soudaine disparition. « C'est une grosse perte pour Graulhet. Il s'était beaucoup investi tant au niveau culturel que social avec Rues d'été. Nous étions sur la même longueur d'ondes et ses projets et actions comptaient beaucoup dans la politique culturelle de la ville. Je vais maintenant accompagner ses proches », confiait hier Claude Fita, maire de la ville.

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes qui ont conduit la voiture a percuter le cycliste.

@

Publié le 15/09/2011 09:01 | La Dépêche du Midi

Graulhet au fil du temps, au fil des flots

Le bureau de l'association.

A l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine, la médiathèque de Graulhet met la ville et son histoire à l'honneur. Ce Vendredi 16 Septembre, à partir de 20h30, elle proposera une soirée autour de l'histoire contemporaine de Graulhet, avec Monique Fauré et la nouvelle association Mémoire Sociale Graulhetoise dont elle est la présidente. « L'association a vu le jour grâce au travail qui a été réalisé lors des commémoration des grandes grève» souligne-t-elle.

« Ce groupe de travail d'une quinzaine de personnes a souhaité continuer à travailler ensemble» explique Monique Fauré. Le secrétaire en est Robert Py et le trésorier Remi Lacourt.

Vendredi soir l'association proposera la projection de films-documentaires sur Graulhet, témoignages et échanges pour se souvenir ensembles.La soirée débutera avec la projection du film « La rivière et la mise au vent» réalisé en 1953 par Louis Cros et produit par la chambre syndicale des patrons mégissiers, des images filmées par des Graulhétois lors d'évènements mémorables (inauguration du barrage en 1929, inondations de 1930, courses cyclistes, fêtes populaires…) avant la présentation du livre d'Eric Bruguière sur l'histoire de la grande grève de 1909-1910.

L'entrée de cette soirée ouverte à tous sera libre et gratuite.

@

Publié le 15/09/2011 09:02 | La Dépêche du Midi

Un hommage à Salomon de la Broue

L'association Graulhétoise s'est donnée pour nom « Salomon de la Broue» en hommage à un personnage graulhétois parfois méconnu. Salomon de la Broue d'abord page du comte d'Aubijoux à l'âge de 12 ans, devint écuyer du duc d'Epernon devient écuyer ordinaire de la Grande Ecurie du Roi (sous le règne d'Henri III).

Il a laissé deux livres d'équitation, dont un qui peut être considéré comme son chef d'œuvre : « Le Cavalerice françois», paru en 1593-1594contenant les préceptes principaux qu'il faut observer pour bien dresser les chevaux. L'ouvrage de La Broue contient aussi un projet d'académie comprenant, en dehors de l'équitation, des disciplines comme les lettres et la danse. Salomon de La broue est - avec le grand écuyer anglais William Cavendish, Duc de Newcastle - l'un des deux pères fondateurs de l'équitation classique.

« Il est le premier écuyer français théonicien et père de l'équitation française» souligne Jean-Paul Laurents qui entend aussi par son travail et celui de son association, rendre ses lettres de noblesse à l'un des illustres personnages de la cité graulhétoise.

Expo Médiathèque : "Brignac cherche une planche de salut" (Photo : R.L. Bourges)

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr

École Victor-Hugo : derniers instants de calme avant le grand rush (Photo : R.L. Bourges)

@

@

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement