Du Bruc à Ricardens

Actualités septembre 2010

@

Publié le 01/10/2010 09:11 | J-C Clerc

Plaine de Millet, le calendrier se précise


Vue d'ensemble du projet, sur le site de la plaine de Millet./Photo DDM.

Le projet d'aménagement de la plaine de Millet, comprenant le futur cinéma, la passerelle et l'aménagement des berges du Dadou, suit son cours. L'APS (avant projet sommaire) devrait être validé le 11 octobre avant une présentation de l'avant projet détaillé à la population graulhétoise en novembre.

« Nous espérons que les travaux débuteront avant l'été 2011. Ils devaient durer jusqu'à fin 2012», déclare Guy Peyre, adjoint au maire chargé des travaux. Et l'élu précise: « le site devrait avoir son visage au printemps 2013. Les employés municipaux vont aussi travailler sur le paysager».

Le projet porté par la municipalité est désormais attendu par la population. Pour Claire Fita, adjointe au maire chargée des finances et de l'intercommunalité « on est dans les délais qui sont toujours trop longs mais les partenaires sont toujours à nos côtés. Il s'agit là d'une des grosses opérations menées par des collectivités dans le département».

Ce projet s'inscrit dans le cadre du traitement des friches industrielles et contrairement à la plupart des autres projets de ce type, outre la dépollution, il s'agit aussi ici d'un aménagement urbain, les friches industrielles graulhétoise se trouvant souvent au cœur de la ville.

«Il faut maîtriser les coûts»

Le projet d'aménagement de la plaine de Millet est pour le moins ambitieux. «Entre le concours, toujours grandiose, et la réalité, il faut maîtriser les coûts» rappelle Guy Peyre qui assure qu'aujourd'hui l'aménagement est toujours dans l'enveloppe initialement prévue.

Qu'il s'agisse des questions liées au financement ou de questions liées à des aspects plus pratiques, les élus pourront répondre directement à la population graulhétoise à l'occasion de la présentation publique du projet en novembre prochain. Quant à la forme qu'il prendra, rien n'a encore été arrêté.

@

Publié le 01/10/2010 09:10 | LaDepeche.fr

Des tribunes comme neuves


Mercredi, la société spécialisée posait les derniers sièges en lieu et place des anciens «promenoirs». /Photo DDM g;d

Les supporters graulhétois, habitués aux grandes banquettes de bois originelles, ne reconnaitront pas les tribunes du stade N. Pélissou. La mairie a décidé de réaliser deux tranches de travaux sur l'édifice, dont la première se termine. Les employés municipaux ont démonté les planches et recouvert la structure d'une résine adaptée.

Une société vient d'installer des sièges coques aux couleurs du club.

Pour une mise aux normes d'un stade de F1, les balustres ont été modifiés et des portails d'accès qui condamnent l'accès aux tribunes en dehors des rencontres, ont été posées. Les tribunes proposent maintenant 880 places assises tout confort. Une seconde phase prévoit le réaménagement des vestiaires et l'extension de 200 m2 des structures.

@

Publié le 01/10/2010 09:11 | LaDepeche.fr

Passage de relais chez les jeunes sapeurs pompiers


Tous les quatre ans, une nouvelle promotion de JSP (jeunes sapeurs pompiers) est accueillie au centre de secours. C'est en présence de Sébastien Lamandon, chef du groupement ouest et des parents que s'est déroulée la cérémonie de passage de relais entre les deux promotions.

Cette année douze jeunes intègrent cette formation. Celle-ci est axée autour du secours à la personne, de la lutte contre les incendies et de la protection des biens et de l'environnement. Au premier janvier les anciens JSP, sous réserve de réussir leurs examens, pourront intégrer le centre de secours de la ville en qualité de sapeurs pompiers volontaires.

@

Publié le 30/09/2010 07:45 | P.-J. P.

Le lycée n'est pas chaud pour un policier référent


À Graulhet, le policier référent existe déjà en fin de compte : le capitaine Rouvière intervient régulièrement au lycée et au collège, comme ici lors de la semaine de la sécurité routière./Photo DDM, archives J.-C. C.

Le lycée Clément-de-Pémille serait sur une liste, encore cachée par le rectorat, de trois établissements devant accueillir un policier référent dans leurs murs. A Graulhet, le scepticisme domine.

Un policier fera-t-il bientôt sa rentrée au lycée professionnel de Graulhet? Selon des informations conconcordantes de syndicats de l'enseignement, Clément-de-Pémille serait l'un des trois établissements de l'académie à accueillir un policier référent. A terme, le dispositif imaginé par Brice Hortefeux et Luc Chatel, les ministres de l'Intérieur et de l'Education nationale réunis, ouvrirait les portes d'établissements qualifiés de «difficiles» à 53 fonctionnaires de police ou gendarmes. Le policier référent y disposera d'un bureau et devra y assurer des heures. Voilà ce qui est prévu sur le papier. Mais de l'annonce (pour ne pas dire de l'effet d'annonce) à la mise en application, il y a sans doute un pas qui, dans le cas de Graulhet, pourrait ressembler à un gouffre. Surtout qu'à l'été 2011, dans la cité du cuir, la référence sécurité ne sera plus la police... mais la gendarmerie.

Officiellement, le rectorat de Toulouse se refuse à communiquer les noms des établissements concernés «afin de ne pas les stigmatiser», mais cette consigne de silence n'a pas tenu longtemps. En Haute-Garonne, les sections départementales du SNES et du Sgen-CFDT croient savoir que le lycée professionnel Guynemer et le collège de Bellefontaine sont sur la liste.Dans le Tarn, l'information est remontée par le même canal. «La semaine dernière, on a juste appris par M. Azéma (NDLR: l'inspecteur d'académie a quitté le Tarn cette semaine pour rejoindre sa nouvelle affectation en Tarn-et-Garonne) que le lycée de Graulhet en fait partie, mais pour l'instant on n'a plus d'informations», indique Stéphane Garrigues, co-secrétaire départemental du SNES.

Tout juste ceux qui suivent le dossier voient-ils un lien évident entre le classement de ces trois établissements dans le programme CLAIR (Collèges et lycées pour l'innovation, l'ambition et la réussite) et le fait qu'on les propose en priorité pour accueillir un policier référent dans leurs murs.

«Si l'arrivée est imposée, nous l'accepterons»

Dans le Tarn, Clément-de-Pémille est d'ailleurs le seul établissement classé «ambition réussite».Pour l'heure à Graulhet, un profond scepticisme domine. Y compris au sein de la police tarnaise (lire ci-dessous) qui ne considère pas le lycée de Graulhet comme un établissement difficile.

Joint mardi, Yves Gouyen, le proviseur, n'avait aucune information quant à l'arrivée d'un policier référent dans l'établissement. « Nous attendons déjà des moyens sur les premiers volets du programme. Si l'arrivée est imposée, nous l'accepterons, mais je n'ai reçu aucun élément sur ce sujet», explique-t-il.

Si, dans un premier temps, le programme CLAIR n'avait pas provoqué de levée de boucliers dans le corps enseignant, la découverte du détail des actions a changé la donne.

@

Alain Fourès : « Je crains qu'on stigmatise le lycée alors qu'on a déjà amélioré les choses »

C'est peu de dire que l'éventuelle arrivée d'un policier référent au lycée de Graulhet provoque l'étonnement, jusque dans les rangs de la police. «Je n'ai pas été consulté. Je n'ai aucun élément à ce sujet», répond Paul Agostini. Le directeur départemental de la sécurité publique rappelle qu' «actuellement, on a des référents classiques Education nationale au sein de chaque commissariat. Ce policier est l'interlocuteur privilégié des chefs d'établissement qu'il aide à établir les diagnostics.» Sur le cas de Graulhet, le commissariat divisionnaire est très clair: «On a très peu de problèmes au lycée Clément-de-Pémille. J'ai souvenir d'une bagarre entre gamins de 14 ans à la sortie du lycée et d'une affaire de tags racistes mais qui ne s'était pas déroulée dans l'établissement ni même aux abords.»

A Graulhet, le commandant Alain Fourès dresse le même constat: «S'il y a eu des problèmes, on les a réglés. Aujourd'hui, on a beaucoup moins de difficultés. Du reste, le profil des étudiants du LEP a changé: leur recrutement est plus ciblé. Est-ce que le diagnostic n'est pas arrivé en retard à Paris? Je crains qu'on stigmatise le lycée alors que, justement, on était en train d'améliorer les choses. Ce qui est sûr, c'est qu'on n'a rien demandé.»

Depuis plusieurs années, un travail de prévention est réalisé dans le cadre d'un partenariat étroit entre le commissariat, le collège Pasteur et le lycée Clément-de-Pémille. «La réalité, ici, est déjà prise en compte par le capitaine Rouvière. Le seul référent pour les établissements scolaires de Graulhet, c'est lui. Il intervient régulièrement au lycée, en tant que formateur anti-drogue ou, tout récemment, sur le thème de la sécurité routière.» Pour le commandant Fourès, le policier référent version Hortefeux et Chatel serait «un rajout. Son action n'aurait de force que s'il a un lien avec le judiciaire, le parquet et s'il connaît son environnement».

@

Publié le 30/09/2010 09:22 | LaDepeche.fr

Une œuvre majuscule toute en chocolat


Un ballon, un geste, un visage et beaucoup d'attention à la réalisationd'une œuvre qu'il offrira au club. /Photo DDM.G.D.

Depuis juin, Christophe Pomiès, maître pâtissier, travaille à la confection d'une œuvre majuscule en chocolat blanc et chocolat noir rehaussé de quelques touches de sucre rouge. Elle sera travaillée dans le secret de son laboratoire et dévoilée aux participants du repas de gala de samedi soir puis présentée au repas de dimanche. Elle sera ensuite offerte au club qui pourra la présenter lors des grands matchs, à commencer par le derby du dimanche suivant contre Lavaur. Abordant bien-sûr le thème rugby, elle a déjà nécessité plus de 200 heures de travail aux quelles il ajoutera une soixantaine cette semaine pour peaufiner les détail. En même remps, le pâtissier servira un dessert en rouge et noirde sa création baptisé Alliance.

@

Publié le 30/09/2010 08:23 | J-C C.

Trois solutions pour le barrage de Miquelou


Christian Carrière de la Régie municipale de l'eau inspectant le barrage.

Lors de la dernière séance publique du conseil municipal Claude Fita, maire de la commune, a présenté les trois grandes pistes pour surseoir à la situation alarmante du barrage de Miquelou dont un arrêté préfectoral a rendu obligatoire une baisse du niveau d'eau de près de trois mètres.

Deux experts de la DDT (direction départementale des territoires) du Tarn ont présenté aux élus trois hypothèses de travail : le confortement de l'ouvrage, sa transformation en ouvrage écrêteur de crues et sa démolition.

La première solution proposée par les techniciens est un confortement de la structure. Deux options différentes sont proposées : la première avec des palplanches pour établir un voile d'étanchéité et améliorer le drainage et la seconde avec la pose de 60 tirants de 100 tonnes. Pour l'heure les estimations du coût de ces opérations sont de 750 000 euros pour la première et 830 000 euros pour la seconde.

La seconde solution proposée par les techniciens est la création d'un pertuis dans le barrage qui deviendrait alors un ouvrage écrêteur de crues. Outre son coût moindre - estimé à 310 000 euros - cette solution a été accueillie plus favorablement par les élus car elle est réversible et permet le maintien d'un petit lac dont les abords peuvent être aménagés.

Enfin la troisième solution est la démolition de l'ouvrage par explosifs.

L'estimation du coût de l'opération (1,2 million d'euros) ne prend pas en compte l'évacuation des 12 000 m3 de gravats générés. Les échanges entre techniciens et élus laissaient à penser cette dernière solution n'avait pas leur faveur de prime abord. Enfin ces estimations ne tiennent pas compte des différentes aides dont pourrait bénéficier la municipalité pour réaliser cette opération d'envergure, devenue nécessaire pour assurer la sécurité de la ville située en aval de l'ouvrage. Car si ces aides varient suivant la solution choisie, elles conditionnent aussi en partie ce choix terriblement délicat que devront faire les élus graulhétois.

@

Publié le 29/09/2010 12:48 | LaDepeche.fr

Le menuisier prend sa retraite


Jean François déballe les cadeaux./DDM.G.D.

Au terme de 20 ans de service comme menuisier aux ateliers de la mairie de Graulhet, Jean François Fabriès vient de prendre sa retraite. Si la popularité de la personne peut se mesurer à la présence en nombre de collègues au pot de départ, celle de JF Fabriès a dépassé le cadre de son seul service. Honoré par nombre de messages d'amitié et une demi-douzaines de cadeaux, il part retrouver son atelier, le sien dans son garage ou il répare tous les meubles abimés. Un passe-temps qu'il va partager avec les séances de danse sur piste dans un club dont il est l'un des plus assidus élèves.

@

Publié le 28/09/2010 12:49 | LaDepeche.fr

Chevaux et flamenco ont fait le spectacle


Démonstration de danse et évolutions équestres ont animé le samedi après-midi.

C'était une première. Depuis quelques temps, l'association d'équitation Art Equis que Bernard Puginier dirige route de St Mémy et l'association Tablao Sévillano de Lapeyrouse Fossat cherchaient à se rapprocher. « Sur le principe de la réunion des différents arts de la Féria, l'équitation académique et la danse flamenco, nous avons monté un spectacle mettant les deux en scène. » Expliquent les intervenants. Initiative payante puisque le public invité est venu en masse autour de la scène, de l'aire à chevaux et de la « caseta » décorée aux couleurs des férias espagnoles.

@

Publié le 27/09/2010 09:50 | Alain-Marc Delbouys

Un couple choqué par un feu de voiture

« Cet incendie aurait pu avoir des conséquences énormes », s'émeut William Paris. Une voiture a pris feu devant le domicile de ses parents, samedi, vers 23 heures, rue Anatole-France à proximité du centre de Graulhet. L'incendie s'est communiqué aux volets et à la fenêtre du rez-de-chaussée, ainsi qu'aux rideaux. « Le plafond a été noirci. La télé était à proximité. Cela aurait pu être dramatique. Cela devait être impressionnant. Les flammes sont montées très haut. Elles ont même brûlé le volet du premier étage », rapporte William Paris.

Voisins « héroïques »

Alertés, les voisins sont sortis. « Il y en a un ou deux qui ont été héroïques. Ils sont allés chercher à l'intérieur mon père qui ne s'était rendu compte de rien, ainsi que son chien Félix, pour les faire sortir, avant l'arrivée des pompiers. Il ne faut pas exagérer. La maison n'était pas en feu. Mais il fallait avoir du courage pour venir aider et entrer dans la maison », remercie le fils.

«Pas joli à voir»

Pierre Paris, 75 ans et son épouse Marie ont été très choqués. « Ils n'avaient pas besoin de ça. Mon père, malade, s'est retrouvé dans la rue, déchaussé. Ma mère a eu une hausse de tension et a dû être transportée à l'hôpital d'Albi. Ensuite, mon frère à Albi les a gardés chez lui. L'odeur de fumée était insupportable », poursuit William Paris. Arrivé dans la matinée, il a découvert à son tour les dégâts. « Quand j'ai vu la façade noircie et l'état du salon, ce n'était pas joli. J'étais désolé de voir ça. »

Les enfants du couple ont nettoyé, puis ont sécurisé l'ouverture béante en mettant un autre volet, ainsi qu'un tissu pour protéger du froid. « Les nuits sont déjà fraîches », constate William Paris, qui accompagnera ce matin ses parents au commissariat de Graulhet pour porter plainte. Selon la police, l'origine du sinistre qui a touché un véhicule de marque Citroën était encore indéterminée hier, dans l'attente des résultats de l'enquête.

Manque de chance, la voiture était garée devant la maison de M. et Mme Paris. « Si c'est criminel, j'aimerais que le ou les auteurs sachent les conséquences que peut avoir un feu de voiture, même si j'espère que l'assurance prendra en charge les réparations. Mon père, un ancien maçon et ma mère, qui faisait des ménages, sont des gens sans histoire. La rue Anatole-France est habituellement très calme. Je souhaite que cela ne se reproduira pas et j'aimerais que ce soit accidentel… »

@

Publié le 24/09/2010 09:09 | J-C C

Les pur sang arabes graulhétois médaillés


Yalta des Aubus, médaillé d'argent en sénior et Kattel Lucas. Photo DDM, J-C C

C'est en se promenant du côté de Canguilan qu'on se rend pleinement compte que le Graulhetois est une terre de cuirs mais aussi de chevaux. On y retrouve en liberté nombre de chevaux de toutes splendeur. C'est là que l'on trouve, entre autres, le haras de la Chataignière qui vient de recevoir truster les podium du championnat de France avec cinq médailles sur six possibles en junior et en seniors.

« Ce résultat vient confirmer le titre que nous avons obtenus à Paris, celui du meilleur élevage français « se félicite Kattel Lucas, tombée très jeune amoureuse du pur sang arabe. Le jury international a choisi parmi les quatre vingt dix participants nombre de chevaux né et élevé ici et des enfants de la perle graulhétoise « Mystic image «. Chevaux de l'élevage graulhétois et de la ligné du haras de la Chataignière ont obtenus un palmarès impressionnent : tous les titres chez les juniors (Nadjyk des Aubus l'or, Azeem Abismal l'argent et Shaolin de Nedja le bronze, excusez du peu) et deux en senior avec de l'or pour Ares et Aubus et de l'argent pour Yalta de Aubus qui a été décroché. De quoi rendre jaloux les autres éleveurs. Dire que le Haras de la Chataignière, qui compte parmi ses clients nombre de personnes vivant à l'étranger, a brillé serait un euphémisme. S'il a trusté les podiums chez les mâles, Vassilia de Aubues a décroché le bronze en espoir femelles. S'il ne reste en France que deux champions du monde de la catégorie, âgés de 19 et 27 ans, il n'est pas étonnent que tous deux sont aujourd'hui à Graulhet.

Avec ces nouveaux trophées le haras graulhétois continue de s'enrichir d'un palmarès national et international déjà impressionnent. Cependant, s'il n'est pas encore sur qu'il concoure pour le championnat du monde en décembre, la voie de l'excellence choisie par Kattel Lucas porte aujourd'hui ses fruits bien au delà de ce que l'on aurait pu imaginer.

@

Publié le 22/09/2010 09:21 | G.D

La natation booste l'omnisport


Plusieurs nageurs ont été récompensés pour leurs performances réalisées durant la saison dernière./ Photo DDM

Les inscriptions ont à peine débuté à la section natation de l'Omnisports, que déjà, les responsables s'attendent à un chiffre supérieur sinon égal à celui des adhésions de la saison passé. « Il était de 420 nageurs et dirigeants, toutes disciplines confondues. Ce qui nous positionne, comme l'association sportive la plus importante de la ville en terme d'effectif.» indiquent les responsables de la natation. « Malheureusement, le refus de nouveaux créneaux d'occupation des bassins nous empêche d'accueillir plus de nageurs » ont-ils regretté lors de l'assemblée générale de la semaine dernière en présence de Me Morosi présidente du comité départemental, Claude Bilsky, formateur des officiels dans le Tarn, Françis Blanc, président de l' Omnisports et Kalid Keddouch adjoint au maire.

La vedette de la soirée aura été Claude Jean, l'emblématique dirigeant, qui recevra le 3 octobre prochain, la plus haute distinction nationale, la médaille d'or de la Fédération Française de Natation. Récompenses sportives et mentions bien.

En s'appuyant sur le dynamisme d'un nombre toujours plus conséquent de bénévoles et sur des résultats de bon niveau, le président Jean Nespoulous peut envisager la suite avec cette sérénité dont il ne se départit jamais. Et, en fin de bilan, il n'a pas oublié de saluer le travail accompli par ceux qui œuvrent pour la bonne marche du club. Ainsi, Nicole Bonnes, trésorière du club et Laure Pignat nageuse méritante, ont reçu la médaille officielle de l'Omnisports. Nathalie Bonsirven, bénévole dévouée au club, a également reçu une distinction. Pour la saison qui débute, deux nouveaux éducateurs interviendront au bord des bassins, avec le retour de Karine Aussenac qui secondera Daniel Barron, et Thibaud Aulaire qui assistera Tiphanie Manens pour les groupes compétition débutants.

@

Publié le 21/09/2010 11:32 | LaDepeche.fr

La région poursuit son soutien


Martin Malvy.

A l'occasion de sa dernière visite graulhétoise pour l'inauguration des externats et ateliers du lycée Clément de Pémille, le président de la région Midi-Pyrénées, Martin Malvy, a tenu à rappeler à la communauté éducative ainsi qu'aux jeunes et à leurs familles l'engagement de la Région pour l'éducation et la formation. Le président confiait : « C'est un chantier d'envergure qui nous réunit aujourd'hui. Le lycée Clément Pémille fait peau neuve : près de six millions d'euros ont été mobilisés par la région pour des travaux d'extension et de restructuration des bâtiments ». Et de conclure : « La Région continuera à s'engager et à soutenir la ville », faisant sans doute référence au projet de la Plaine de Millet nouvelle preuve du soutien de la région pour la cité graulhétoise.

@

Publié le 21/09/2010 11:33 | Propos recueillis par J-C Clerc

«Choc des titans» avec le Boxing-savate


El Hiamine Mansouri et le club de savate prêt pour l'événement.

C'est le samedi 16 octobre que se déroulera à Graulhet le « Choc des titans» organisé par le Boxing savate Graulhet dont certains boxeurs sont des pointures de niveau international. El Hiamine Mansouri , président du club qui compte soixante dix licenciés nous présente lévénement.

Douze combats de « K1 « constituent la manifestation. Comment définir cette discipline ?

- Il s'agit d'une forme de kick boxing créée en 1993 au Japon qui fait référence au karaté, au kung-fu, au tae-kwon-do et au kick boxing. Le K1 associe les différentes techniques pugilistiques utilisées dans l'hexagone. Cette discipline doit permettre d'ouvrir de nouveaux horizons en terme compétitifs et éducatifs. Les rencontres se disputent sous forme de combats en trois ou cinq reprises de deux minutes selon le niveau des boxeurs.

Quels sont les objectifs de cette manifestation ?

- Nous souhaitons organiser à Graulhet un événement de grande ampleur et en permettre l'accès à toute la population graulhétoise. Cette soirée permettra aussi de faire connaître de K1 mais aussi d'impliquer la jeunesse dans son organisation.

Comment les jeunes seront-ils impliqués ?

- Tout est réalisé dans un état d'esprit de démarche citoyenne et participative. Les membres sont déjà impliqués dans diverses actions locale sou nationales et il s'agit là d'une nouvelle mise en œuvre de l'expérience de grands événements par le boxing savate Graulhet notamment ses jeunes membres. On se souvient notamment du cinquième tournois international de la Méditerranée qui s'est déroulé à raulhet avec l'association Droit de cité.

Combien de spectateurs attendez-vous ?

- Nous sommes sûr qu'il y aura plus de 900 personnes, peut-être un millier. C'est un très grand événement qui ne devrait pas décevoir les spectateurs de la salle Robert Primault le 16 octobre.

@

Publié le 18/09/2010 03:47 | G.D.

C'est la foire-expo de l'Ouest-tarnais

Sonia David-Migeon, hier après-midi, à la réception des exposants venus équiper leurs stands. /DDM.G.D.

Au nombre d'exposants, cette première foire-expo qui débute ce samedi pour se poursuivre demain toute la journée, est déjà une réussite. « Dès le projet lancé, la réponse a été rapide de la part des exposants. En peu de temps, les 40 emplacements à l'intérieur du forum, ont trouvé preneurs. Il a fallu refuser du monde. Dans la foulée, nous avons été obligés de rajouter une dizaine d'exposants à l'extérieur, sur l'un des parkings. » Forte de son expérience du salon des partenaires en 2009, et de la qualité de son organisation, Sonia David-Migeon, chargée du secteur partenaires au SC Graulhet, a voulu créer un événement à même de rassembler plus de monde et d'intéresser un public plus large. Objectif atteint avec la présence d'une douzaine d' exposants qui ne sont pas forcément partenaires du club, mais surtout, qui représentent désormais toute la diversité du bassin d'activité de l'ouest du Tarn.

Proximité des services

De l'informatique au transport, en passant par les métiers de bouche, l'habitat, le commerce, la mode, le terroir et ses produits, l'artisanat ou la décoration, chacun devrait trouver son bonheur dans cette proximité de services. « Cette foire expo innove. Elle est la preuve d'un développement économique et du dynamisme de tous les secteurs d'activité» soutient Sonia, totalement immergée dans l'aboutissement de son projet. Et pour montrer l'intérêt qu'ils portent à une telle manifestation, les participants ont tous offert un cadeau, de prix, pour la tombola. Claude Ferra qui sera au micro ne devrait avoir que l'embarras du choix pour la promotion de ces savoir-faire. Et pour compléter un tableau déjà riche, une piste routière, des exercices de désincarcération de véhicules, et une esplanade de manèges forains seront le plus qui appellent les visiteurs.

@

Publié le 17/09/2010 10:57 | Jean-Claude Clerc

La ville gagne des habitants

La rentrée 2010 a battu des records en terme d'inscriptions. /Photo DDM

La rentrée scolaire aura-t-elle été le révélateur d'une petite révolution pour la cité graulhétoise ? Au total 170 enfants de plus sont scolarisés sur Graulhet, soit une hausse de 9 % par rapport à l'an passé. Après 20 ans de déclin démographique, un ensemble d'indicateurs semble indiquer un revirement de tendance : Graulhet serait-elle redevenue attractive ?

Les maternelles affichent complet et une trentaine d'enfants de TPS était sur liste d'attente à la veille de la rentrée. Depuis deux ans, après avoir connu une baisse de son effectif, le collège enregistre une hausse croissante du nombre d'élèves : 666 à la rentrée 2010 soit 53 collégiens de plus. L'effectif est aussi à la hausse au lycée professionnel : 275 l'an dernier pour 296 cette année. Mais surtout les élèves viennent désormais par choix : 92 % de l'effectif a formulé en premier ou second vœu le lycée graulhétois. Du côté de la Poste près de 180 nouvelles familles sont arrivées sur Graulhet courant premier semestre contre moins de 100 en 2009 sur la même période.

Une hausse de la fréquentation dans les services communaux

Mathieu Bless, directeur général des services à la mairie confirme cette tendance : « Au 1er septembre, nous avions déjà atteint les résultats annuels prévus concernant le prélèvement de la Taxe locale d'équipement et les droits de mutation, recettes fiscales liées à l'activité immobilière. Les chiffres concernant les dépôts de permis de construire vont dans ce sens ».

Du côté de la médiathèque on enregistre une hausse de 7 % de la fréquentation des équipements du premier janvier au 31 août, meilleure évolution de fréquentation sur Tarn et Dadou. A la piscine on enregistre 4 470 entrées contre 3 975 l'an dernier sur la même période. Enfin la régie municipale des eaux de Graulhet évalue à une centaine le nombre de nouveaux abonnés. L'INSEE donnera quant à elle les chiffres officiels sur cette période lors du recensement qui sera publié en 2 013.

@

Publié le 16/09/2010 10:57 | LaDepeche.fr

La bonne conduite enseignée par l'exemple

Le groupe devant la maternelle Gambetta, lieu accidentogène. / Photo DDM, J.-C. Clerc

Dans le cadre de la semaine de la prévention routière, une classe du lycée Clément-de-Pémille et des élèves de l'école de rugby ont effectué hier matin un tour de ville particulier en compagnie de représentants de la police nationale.

Au fil du circuit de 3,5 kilomètres, ce sont 34 lieux d'accidents qui ont été parcourus, faisant découvrir aux adolescents diverses typologies d'accidents.

« Nous avons commencé à travailler avec les jeunes depuis plusieurs mois et avons réalisé des t-shirts dans le cadre de cette opération baptisée Brizzpastavie», explique le commandant Alain Fourès, chef de circonscription.

Outre le lycée, les jeunes de l'école de rugby ont aussi pris part à cette action, menée en partenariat avec l'Education nationale, le monde associatif et les sapeurs-pompiers, comme ce week-end à la foire exposition de Graulhet.


Publié le 17/09/2010 10:58 | P.-J. P.

Un parrain surprise pour l'opération «Brizzpastavie»

L'opération «Bon conducteur» organisée mercredi matin par le commissariat de Graulhet avec la radio «100%» a connu un retentissement inattendu. Parmi les véhicules interceptés par les motards de la BMU d'Albi, une Berline à bord de laquelle se trouvait le président de la fédération française de football, Fernand Duchaussoy. Le commandant Alain Fourès raconte cette rencontre surprise survenue vers 11h45, place du Jourdain. «Notre attention a été attirée par le fait que cette voiture, immatriculée 62, adopte une conduite civilisée et apaisée dans les rues de Graulhet. Pour une fois, ce ne sont pas des auteurs d'infractions qu'on interceptait mais les bons conducteurs. On a remis le T-shirt Brizzpastavie à M. Duchaussoy. Il était enchanté.» Un moment que ne sont pas près d'oublier Nassim Derdour, le jeune lauréat de la finale départementale de la Prévention routière; Julie Berthoumieu, membre du conseil local des jeunes; le sous-brigadier Didier Milhau et ses collègues de la BMU d'Albi Pascal Fenoy et Berty Mathan.

@

Publié le 15/09/2010 11:23 | LaDepeche.fr

Du changement à la tête du conservatoire


L'antenne du Conservatoire de musique et de danse du Tarn, située à l'école de Crins, vient de rouvrir. Le grand changement réside cette année dans la passation de pouvoir entre Renaud Escriva qui dirigeait l'antenne quasiment depuis sa création en 1981, et Xavier Durand, musicien expérimenté, qui lui succède. Ce dernier a débuté comme élève de trompette avec le chef Fernand Cols, a joué avec la « clique municipale » de José Paz, avant d'entrer au Conservatoire de Toulouse, puis de réussir son DE d'enseignant.

Les professeurs et le directeur seront à la disposition du public, le 18 septembre de 10 à 12 heures et de 13 à 15 heures, comme le jeudi 23 de 17 à 19 heures à l'école de Crins.

@

Publié le 11/09/2010 09:47 | G.D.

Avec «Temps Libre» on ne s'ennuie pas


Promenade automnale du côté de Ste Cécile de Mauribal.

Avec l'automne, sonne l'heure le rentrée des classes pour les seniors du Temps Libre. La présidente Christiane Dumontier qui pointe les adhérents pense bien dépasser la barre des 200 atteinte allègrement l'an dernier. A peine rentré de longues sorties de printemps, son comité d'animation s'est remis au travail pendant que les autres prenaient des vacances. C'est ainsi qu'un programme jusqu'à Noël a pu être établi. Comme toujours, il mêle des genres, une spécificité qui fait que l'association peut ratisser large au niveau social, sportif comme intellectuel. Le top sera donné avec l'assemblée générale du 14 octobre à 14h 30 au local de la place Bosquet. Elle sera précédée d'une séance de cinéma aux Temps Modernes de Graulhet huit jours plus tôt. Le départ sera donné le 21 octobre à 7h 30 au pied du bus qui conduira les adhérents vers Roquefort et ses caves, l'abbaye de Sylvanès et sa chapelle. Le 18 novembre, après-midi studieux avec Aimé Balssa et Jean Faury qui présenteront en conférence le livre de Victorin Bès, « Journal de route 14-18 ».

Ciels, marches et légendes

Entre deux séances de cinéma, l'association Graulhet Temps Libre poursuivra son rythme des sorties et se déplacera le 25 novembre à Gaillac visiter l'abbaye St Michel et ses alentours, puis le 9 décembre à Toulouse, visiter la cité de l'Espace et ses nouveautés. Plus tard, mi-décembre, M de Vivies animera une intéressante conférence sur les contes et légendes de la mythologie tarnaise. En parallèle, les séances d'aquagym très fréquentées au centre nautique reprendront le 22 septembre et pour les habitués, les marches et sorties pédestres et les tournois de cartes au local de la place Bosquet, reprennent ce mardi 14 septembre.

@

Publié le 10/09/2010 12:29 - Modifié le 10/09/2010 à 12:30 | LaDepeche.fr

La ville privée de la TNT par deux irréductibes

 

Les habitants de Graulhet sont privés de la TNT (Télévision numérique terrestre), depuis le mois d'août, en raison d'un conflit entre deux riverains et l'entreprise chargée d'implanter l'émetteur.

Le relais a fonctionné normalement pendant quelques mois après sa mise en service en décembre 2009. Quelqu'un se livrerait-il à des actes de sabotage ? Et quel est le rôle de ces deux habitants qui réclament de coquettes sommes d'argent, l'un parce que l'émetteur est installé sur sa propriété, l'autre parce que passe sur son terrain un raccordement à l'alimentation électrique ?

1500€ euros par mois

Cédric Plucain, un installateur de chantier de 33 ans dont la propriété abrite le raccordement EDF, exige un dédommagement de 1.500 euros par mois. C'est, dit-il, ce que la société Itas-Tim, chargée de l'implantation du relais TNT, s'est engagée à lui payer à compter du 1er juin dernier.

"Ils m'ont payé pour juin mais, depuis, rien du tout", s'indigne-t-il. Il s'estime "d'autant plus lésé" qu'il est de toute façon privé de TNT, sa propriété se trouvant "derrière l'émetteur".

Mais de là à saboter l'installation... C'est lui, assure-t-il au contraire, qui a re-enclenché un disjoncteur à la suite d'un orage cet été. Mais "l'installation, non conforme, a ressauté". A présent, il interdit "à ERDF de rentrer chez moi pour réparer. Je ne le ferai que si Itas-Tim honore sa dette".

L'entreprise se dit "victime de racket". "Nous avons dédommagé M. Plucain une fois", dit Eric Florin, responsable du déploiement. Accéder à des exigences "astronomiques" reviendrait à "payer plus que ce qu'on gagne".

D'après des sources concordantes, l'autre riverain demanderait plusieurs dizaines de milliers d'euros.

 

L'entreprise en appelle à la mairie


"Nous demandons à la mairie de raisonner ses administrés", plaide M. Florin.

La mairie, qui a alerté le Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA) sur "la situation pour le moins rocambolesque", presse quant à elle les "protagonistes de se mettre d'accord".

Cédric Plucain se dit prêt à "couper la poire en trois" et à accepter un "loyer de 500 euros".

Comme on lui demande s'il ne craint pas le courroux des habitants, il rétorque : "Ils n'ont peut-être pas la télé, mais moi j'ai les embêtements".

En attendant, "les gens râlent", constate Jacques Terral, gérant d'un magasin d'électroménager. "On a des clients qui rouspètent toute la journée et ça se ressent sur le chiffre d'affaires".

Les habitants de la région auront néanmoins accès aux six chaînes "historiques" (TF1, France 2, France 3, Canal+, Arte et M6) via le traditionnel signal analogique pour an encore. A part Canal+ qui ne sera plus visible que via la TNT dès octobre.

 

@

Publié le 10/09/2010 08:54 | LaDepeche.fr

 

Barrage de Miquelou : priorité à la sécurité


Le niveau d'eau du barrage a été diminué de trois mètres./Photo DDM.

 

«La situation du barrage de Miquelou est alarmante ». Tel a été le bilan dressé par la Police de l'eau début juillet, suite à une visite sur site en présence d'élus graulhétois, de techniciens de la mairie et de la régie municipale des eaux de Graulhet. Construit en 1928, cet ouvrage montre depuis une dizaine d'année des signes de fatigue. Jusqu'à cet été où la Préfecture a émis un arrêté imposant la baisse du niveau de l'eau en dessous d'une fissure sur la rive droite. « Cette fissure menace l'édifice et le débit constaté dans celle-ci impose la prudence et la précaution. L'urbanisation dans le lit aval du Verdaussou provoquerait une catastrophe en cas de rupture de l'ouvrage », souligne Miren Martin-Iturria, directrice des services techniques. Et le maire de Graulhet, Claude Fita, d'ajouter : « Les évènements récents dans le Var et sur la côte atlantique, avec la tempête Xintia, sont des exemples malheureux et nous rappellent chaque fois la nécessité de prendre toute les mesures pour assurer la sécurité des biens et des personnes ».

Hors d'usage

Cette mesure de mise en sécurité des habitations en aval est d'autant plus justifiée que depuis 2009, le barrage de Miquelou n'est plus utilisé comme réserve d'eau potable de la ville, la qualité de son eau n'étant plus adaptée à la consommation.

Concernant l'avenir du barrage, les élus, en collaboration avec le service départemental de la police de l'eau et la régie municipale des eaux, étudient toutes les hypothèses.

Leur volonté est de sécuriser de manière pérenne les habitations et la ville.

« Les conclusions de cette étude devraient être rendues prochainement et permettront d'évaluer les différents scénarios de traitement de ce problème », , précise Claude Fita.

En partenariat avec les utilisateurs du site, associés à la réflexion, la ville élabore les pistes d'actions.

Le choix devra être fait en tenant compte de la vocation actuelle du site, des coûts de remise en état et des perspectives d'aménagement du site.

@

Publié le 10/09/2010 09:38 | G.D.

 

Graulhet renaît à l'ambition


Le groupe de l'an dernier a été renforcé pour doubler tous les postes./Photo DDM G.D.

L'année de son centenaire, l'objectif du Sporting Club Graulhétois est ambitieux : faire partie des huit meilleurs clubs de Fédérale 1 en jouant les quarts de finale. Pour le justifier, Benoît Bellot et Renaud Gély, les deux entraîneurs, s'appuient d'abord sur un constat. « Celui de la progression d'un groupe de base qui joue ensemble depuis plusieurs saisons. Il y a deux ans, il figurait en Jean-Prat, sans en sortir. L'an dernier, il est passé mais a chuté en barrages contre Limoges de très peu. Notre ambition est réaliste. Elle ne suppose finalement qu'un palier de plus. »

 

Puis sur une situation avantageuse en termes d'effectifs. « Tous les postes ont été doublés à l'intersaison. L'apport d'une dizaine de joueurs dont la plupart ont de l'expérience, va nous permettre de faire tourner l'effectif sur les longues séries de rencontres, et disposer d'un banc de remplaçants à la hauteur. Ce qui n'était pas le cas les saisons passées. »

Une poule compliquée

Mais voilà, à commencer par dimanche à Nice, Graulhet va rencontrer des clubs aussi sinon bien plus ambitieux que lui. À commencer par des Azuréens au gros potentiel, comme il en va de Blagnac, de Grasse, de Montauban, de Béziers ou de Valence d'Agen. Sans oublier le « classico » Graulhet-Lavaur de tous les dangers. « C'est une poule compliquée, reconnaît l'ancien ouvreur, mais on y a notre place. » Avec toujours l'un des plus petits budgets de Fédérale 1, Graulhet va tenter, comme l'an dernier face à Marseille, de défier les gros et de les battre. « C'est quand même plus excitant d'envisager le haut niveau plutôt que de partir pour assurer le maintien ! » Les trois rencontres d' Espérance, mitigées sur le fond de jeu, ont confirmé les capacités d'une défense citée parmi les meilleures de Fédérale 1 et qui n'a toujours pas encaissé d'essai en trois matchs. Jusqu'à quand ? La saison dernière, l'équipe s'était appliquée à relever les challenges qu'elle s'était lancés. Voilà le premier.

@

Publié le 09/09/2010 10:07 | LaDepeche.fr

Inquiétudes au collège malgré une rentrée sereine


Avec 666 élèves cette année, une école ouverte qui a connu un franc succès et un personnel pédagogique peu renouvelé, la rentrée s'annonçait sous les meilleurs auspice au collège Louis Pasteur.

Deux classes (une entre sixième, une en troisième) ont été créées pour accueillir les 53 élèves supplémentaires. La seule ombre au table est celle de l'encadrement. Si jusque là l'établissement classé « ambition réussite» avait été épargné, cette année plusieurs contrats de travail ne seront pas renouvelés, diminuant de fait le nombre d'adultes encadrant les collégiens.

Le projet d'établissement poursuit l'action « éco collège» et le projet culturel touchera tous les niveaux : musique pour les sixièmes, théâtre et cirque pour les cinquièmes, cinéma pour les quatrième et littérature pour les troisième. De plus les personnels volontaires pourront bénéficier de formations de prévention à la violence. Enfin après la rénovation d'une salle d'étude cet été c'est les travaux de câblage qui se poursuivront dans l'année au sein de l'établissement l'objectif étant que toutes les salles soient connectée l'a prochain via un ordinateur à l'espace numérique de travail mis en place.

@

Publié le 09/09/2010 10:07 | J-C C

Des élèves en manque de classes


La rentrée scolaire s'est bien passée dans la plupart des cas.

La rentrée scolaire serait-elle le révélateur de la reprise démographique sur la ville ? Le nombre d'enfants inscrits en TPS (toutes petites sections) dépasse les capacités d'accueil et la ville a sollicité l'Éducation Nationale pour ouvrir une nouvelle classe. Des locaux sont d'ailleurs immédiatement disponibles à l'école de Crins.

Sur les variations d'effectif en cours d'année scolaire, Danièle Désert, adjointe au maire en charge des affaires scolaires a mené une étude. « En 2009, par exemple, le prévisionnel de l'inspection d'académie était de 1146 élèves, à la rentrée nous en avions 1177 et 1195 en fin d'année. Aussi, en 2010, avec un prévisionnel de 1167 et un effectif à la rentrée de 1196, je m'interroge sur l'effectif en fin d'année… D'autant que des familles continuent à arriver sur Graulhet et qu'une soixantaine de nouveaux logements vont être créés sur En Gach » s'inquiète-t-elle.

La mairie a adressé un courrier aux familles dont les enfants étaient nés après le premier septembre 2008 afin de les informer que la rentrée en janvier 2011 ne serait pas possible et que leurs enfants devraient attendre septembre 2011 pour être scolarisés. Il resta 11 enfants sur Gambetta et 7 sur Crins en attente. « L'académie m'a fait savoir qu'il n'y avait pas de poste d'enseignant disponible », confie l'adjointe qui précise « Il nous a été proposé le transfert d'un poste de La Ventenayé sur le centre ville. Mais la mairie s'y refuse, on ne déshabille pas Pierre pour habiller Paul ! Toutes les maternelles sont saturées, seuls les élémentaires peuvent accueillir des enfants. La solution viendra par l'ouverture d'une classe ». Et Danièle Désert de conclure : « Bien entendu nous nous réjouissons de cette évolution démographique positive qui semble s'amorcer ! L'évolution de la carte scolaire est donc nécessaire, elle est aussi liée pour nous au projet global d'aménagement de la ville dont l'étude est en cours. ».

@

Publié le 08/09/2010 09:54 | G.D.

Rugby : 100 ans et une santé de fer


Le président Cathalau (à droite) va assurer un quatrième mandat, l'année du centenaire du Sporting./ DDM.G.D.

Un temps hésitant, Pierre Cathalau a décidé de conserver un an de plus la présidence du Sporting Club Graulhétois, l'année du centenaire du rugby local et de multiples animations et mises en route. En particulier, celle d'une Sasp (société anonyme sportive professionnelle) toujours à l'ordre du jour. Après avoir rendu hommage aux disparus de l'année, tel Paul Brayette, ainsi qu'au travail de fond payant assuré par Sonia, l'assemblée générale, a, par le bouche de son président, fait les éloges d'une équipe 1 qui a réussi un parcours digne d'éloges en 2009-2010. « Nous, dirigeants, devons prendre exemple sur elle qui avance sans états d'âme. Le montage de la Sasp est retardé mais toujours d'actualité et sera à l'ordre du jour de la première réunion du comité directeur. Il devrait apporter une autre dynamique. » Avec un budget actuel à 570 000 euros, le Sporting reste dans la partie la plus basse du classement de Fédérale 1 dans ce secteur. « On me fait souvent éloge en haut lieux, des capacités du club, qui présente un des meilleurs rapports budget-résultats de F1 ». Le doyen de l'assemblée, Gilles Parayre a assuré quelques minutes d'intérim, le temps de trouver une succesion à la «démission» de Pierre Cathalau, revenu sous le plébiscite, et raisonnablement à ses fonctions.

L'exemple vient d'en bas

Alors, pour tenter de mieux asseoir les finances, le Sporting lance une grande campagne d'abonnements et espère toucher le plus grand nombre de particuliers, de couples ou de professions et fédérer les forces vives de la ville autour d'une équipe chargée de la représenter aux quatre coins de France. Les premiers signes sont bons, et ceux de l'école de rugby plus qu'encourageants. Lors de la première journée d'inscriptions, samedi dernier, elle a enregistré 119 enfants de 7 à 15 ans. Ils étaient au total 125 l'an dernier en fin de saison.

@

Publié le 07/09/2010 11:31 | LaDepeche.fr

Le forum dans les starting-blocks


Le forum permet aux bénévoles de présenter leur action à un large public.pg

Alors qu'il est souvent difficile aux associations d'avoir une lisibilité, le forum qui a lieu chaque rentrée est un moment privilégié pour se faire connaître, promouvoir ses activités et bien entendu favoriser de nouvelles adhésions. Cette année l'événement se déroulera en deux temps. La matinée sera réservée aux bénévoles alors que l'après-midi le grand public pourra découvrir la richesse associative de la ville.

Pour la première fois débats et rencontres seront proposés de 10 heures à midi. Ce moment permettra aux bénévoles des associations de s'informer sur les dispositifs CUCS (contrat urbain de cohésion sociale) et le CEL (contrat éducatif local). Pour se faire Eric Routier, chargé des CUCS à la Préfecture du Tarn et Martine Moron de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations seront présents.

Ces interventions seront conclues par une table espagnole, moment de convivialité et d'échanges entre les bénévoles des diverses associations de la ville.D'ores et déjà une trentaine d'entre elles ont répondu à l'invitation. Au fil de l'après-midi des animations seront organisées - vol de modèles réduits, scrabble, danse country, dressage canin, athlétisme (saut et sprint), tumbling, pétanque et lyonnaise - ainsi que des ateliers - cirque et peinture - et des expositions d'arts plastiques et de planeurs. Vers 15 heures Christophe Batut qui participe à une randonnée de Paris à Nezignan l'Evêque pour collecter des fonds pour l'association » Un maillot pour la vie « fera escale au forum.

Les associations graulhétoises qui souhaiteraient prendre part à cette grande fête du bénévolat, des loisirs et des passions, peuvent encore s'inscrire. Il suffit pour cela de contacter le service « Culture événementiel « de la mairie au 05.63.42.87.27. au plus tôt.

@

Publié le 06/09/2010 03:49 | LaDepeche.fr

La Courbe : clap de fin de vacances


L'été 2010, tant pour la météo que pour la carte proposée, restera un très bon cru.

La rentrée des classes ferme la parenthèse d'été du Centre de Vacances de La Courbe sur un bilan satisfaisant. Fréquentation en hausse de près de 5% . 1137 enfants (3 / 15 ans) de la Communauté de Communes Tarn et Dadou ont apprécié les diverses activités mises en place par une équipe de 95 directeurs, adjoints et animateurs… durant 9 semaines. Piscine et pataugeoire ont été particulièrement appréciées cette année. Les maternelles ont participé à des sorties et veillées autour des thèmes : l'île aux pirates, les géants multicolores, la fée bulleuse, et la forêt magique. Les 7 / 11 ans, du Labyrinthe de Merville au Campement Préhistorique de Bruniquel se sont vus proposer 27 sorties, en complément des activités sportives, artistiques et ludiques organisées sur le Centre. Les pré-ados autour de mini-camps de 2 nuits / semaine, les

jeunes ont construit leur programme d'activités. Lors des 2 Fêtes de juillet et août, 700 parents ont répondu à l'invitation de l'Amicale Laïque et o+nt rencontré animateurs et bénévoles, visité les installations et apprécié spectacles et repas. 137 jeunes pour 7 séjours (Arcachon, La Raviège, Sainte-Enimie, Nasbinals) les Camps de l'été 2010 ont répondu aux attentes de tous pour des activités différentes.

@

Publié le 04/09/2010 08:45 | J.-M. L.S.

Sous les platanes de Graulhet


Des fruits, des légumes et une ambiance chaleureuse./Photo DDM

C'est presque une image d'Epinal, avec les platanes apportant une ombre bienvenue, des maisons anciennes bordant la place du Jourdain… et la rivière qu'on sent toute proche. A Graulhet, dans le Tarn, le marché est une institution, et celui de jeudi encore plus que les autres. Dans les allées, les habitués, le plus souvent retraités (on est en semaine), s'en donnent à cœur joie et pas seulement quand il s'agit de faire les emplettes. ça papote, ça rigole, ça roumègue parfois. Tout le plaisir de se retrouver.

Sur le plan du terroir, le Tarn se défend très bien. C'est le cas des pommes, qui débarquent en force à petits prix (lire ci-dessous) ou des melons, que l'on trouve largement à partir de 1,50 € pièce. Arrivés avec une quinzaine de jours de retard, ils devraient être présents dans la région un bon moment encore, pour peu que le soleil reste généreux.

La sole de la belle-mère

Au marché de Graulhet, il y a aussi de la place pour les embruns, venus de l'Atlantique ou de la Méditerranée. Chez Marie-Jo (c'est le nom du magasin ambulant), Emilie connaît presque tous ses clients par leur petit nom. Elle les taquine : « Vous oubliez la sole de la belle-mère, lance-t-elle à un homme aux cheveux poivre et sel. Qu'est-ce qu'elle va dire ! » Autour du colin (22,50 €/kg) du saumon Label Rouge d'Ecosse (19,90 €/kg) ou du maquereau (6,90 €/kg), ces dames s'amusent de la sortie. Emilie, elle, reste concentrée sur le boulot et n'oublie pas de parler de ses chouchous du moment, les moules du Mont Saint-Michel, « une AOC, très bonne » (4,90 €/kg).

Les Monts de Lacaune sont également bien représentés par Christophe Cauquil qui revendique « une charcuterie artisanale de qualité, avec un savoir-faire qui ne se dément pas ». A découvrir : de la saucisse fraîche (8,40 €/kg) ou de la saucisse sèche (14,50 €/kg).

Si vous passez à Graulhet, rendez aussi visite à Alain Roumier, le roi du bazar. Chez lui, vous trouverez votre bonheur dans des registres très variés (c'est le principe) pour quelques sous. Une mamie, « obéissant au coup de cœur », est repartie avec un jeu pour ordinateur et des serviettes en papier, le tout pour deux euros.

Le chiffre : 3

marchés > Chaque semaine. Graulhet ne laisse pas ses 12 301 administrés mourir de faim ! La ville compte pas moins de trois marchés, les plus importants étant ceux de jeudi et dimanche matin. Mardi, place Bosquet, c'est plus intimiste.

@

Publié le 03/09/2010 08:30 - Modifié le 03/09/2010 à 13:51 | Jean-Marc Guilbert

Castres : Le chantier de l'hyper Leclerc est lancé


David Primault surveille de près l'avancée du chantier situé route de Lautrec, au bord de la rocade nord. / Photo DDM Th.A.

Ca bouge du côté de la route de Lautrec ! Côté nord, le chantier de prolongement de la voie urbaine nord bat son plein mais côté sud aussi, à Empy Neuf, les engins de terrassement ont pris les choses en mains pour préparer la construction du futur hypermarché Leclerc, projet porté par David Primault, actuel propriétaire de l'espace Leclerc de la rue Villegoudou et de l'enseigne Leclerc de Graulhet.

Les travaux de préparation du terrain actuellement en cours sont impressionnants puisqu'il s'agit de reformer une plateforme bien horizontale sur le terrain naturellement pentu. Les bulldozers œuvreront pendant deux mois environ avant de laisser la place à l'élévation d'un bâtiment qui accueillera le magasin d'une surface de 3000 m2, la galerie marchande, une station service et une cafétéria dont le prestataire n'a pas encore été choisi. « Nous avons choisi une architecture respectant un esprit campagnard, avec des façades en bois surmontées d'une toiture métallique plus moderne. » indique David Primault. Le magasin et ses annexes, parkings compris, occuperont 3 hectares environ sur un terrain de 7 hectares acquis par la société.

Cela fait maintenant de très nombreuses années que l'enseigne Leclerc cherchait à s'installer sur le pays castrais. Ici, au confluent de la route de Lautrec, de la rocade et de la voie urbaine, l'investisseur estime qu'il a mis toutes les chances de son côté pour réussir : « Nous sommes sur un nœud de communications très bien desservi situé à 2 minutes du centre-ville. Mais nous souhaitons respecter nos engagements concernant l'impact commercial sur la ville. »

Ainsi, David Primault, et son épouse Carine associée à l'aventure commerciale, souhaite que priorité soit donnée aux commerçants du centre qui voudraient ouvrir une boutique dans sa galerie marchande qui comptera une dizaine d'emplacements. Les engagements en terme de créations d'emplois aussi doivent être respectés (lire ci-contre).

Quant à l'esprit du futur magasin, David Primault souhaite rester dans l'esprit qui anime sa marque de fabrique: «Il s'agit d'un petit hyper qui aura une forte vocation alimentaire avec une démarche commerciale identique à ce que l'on sait bien faire habituellement. Un mélange de produits issus de notre groupement mais aussi un réseau d'approvisionnement de proximité.» L'arrivée de cette enseigne va, à coup sûr, redessiner l'urbanisme de cette partie de la ville. Elle devrait ouvrir ses portes à la rentrée de septembre 2011.

La construction du futur magasin Leclerc, sur la route de Lautrec, vient de demarrer. David Primault, le porteur de ce projet, espère ouvrir les portes de cette grande surface dans un an, pour la rentrée de septembre 2011.

120 emplois à la clef

Pour faire fonctionner ce nouvel établissement, ce sont 120 personnes environ qui vont être recrutées (100 équivalents temps plein). La phase de recrutement va commencer dès le début de l'année 2011 avec une embauche prévue pour certains postes clefs dès le printemps. Il faut plusieurs mois de préparation en amont pour monter en charge le magasin, l'installer, anticiper les approvisionnements ...etc.

A ces 120 emplois, on peut ajouter 25 postes environ qui seront créés par les magasins indépendants de la galerie marchande et une dizaine sur la cafétéria.

Le chiffre : 3 000

mètres carrés> de vente. C'est la surface totale du magasin qui a été autorisée par la commission d'équipement commercial.

«Il s'agit d'un petit hyper qui aura une forte vocation alilmentaire avec une démarche commercial identique à ce que l'on sait bien faire habituellement.»

@

 

@

Page réalisée à partir du site :

 

@

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement