Du Bruc à Ricardens

Actualités novembre 2011 (2)

Publié le 16/11/2011 11:26 | G.D.

Une rando cantonale pour le Téléthon

Les marcheurs du club organisateur des 4 chemins.

L'initiative vient d'Hubert Justine, le président-créateur du club randonnée des 4 chemins de Busque. Le samedi 3 décembre, à l'occasion du Téléthon, il va réaliser un projet qui lui tenait à cœur depuis des mois, une randonnée sur 4 communes du canton. « J'avais en tête de fédérer les actions des autres clubs de marche à cette occasion, et d'aller dans le sens de la communauté des communes Tarn et Dadou qui envisage de tracer et baliser un chemin de 44 km, qui passerait par les 7 communes du canton de Graulhet ».

Gobelet obligatoire

Ainsi, pour 5 euros obligatoires d'engagement reversés au Téléthon, une randonnée-relais partira du stade Noël Pélissou à 9 heures (inscriptions sur place dès 8h 30), pour se terminer au stade de Briatexte vers 16h 15, en passant par Busque et Puybegon, avec ravitaillements et pause midi. Le parcours guidé de 22,5 km, empruntera sentiers, chemins forestiers et routes à faible circulation.

«Je suis très satisfait d'avoir trouvé une réponse enthousiaste à l'initiative. Autant du côte des propriétaires qui n'ont opposé aucune réticence à traverser leurs terres, autant du côté des municipalités qui nous aident et fournissent les points de ravitaillement, autant du côté des clubs ». Outre les 4 chemins, les associations Rando-Crêtes de Briatexte et Ola de Graulhet sont partie organisatrices. Chaque participant à titre individuel ou en groupe pourra participer à une, ou plusieurs étapes. Le gobelet reste l'équipement obligatoire, par respect pour la nature d'abord, et pour boire le vin chaud qui sera offert.

 

Publié le 16/11/2011 11:26 | La Dépêche du Midi

Célébration du vin à l'auditorium

Jeudi 17 novembre à l' Auditorium, soirée particulièrement chaleureuse, avec une représentation d'Entresort Théâtre. Vous choisissez le vin et ils feront le reste. Ces 3 artistes, Sylviane Blanquart, Michèle Gary et Yannick Harnois sont des épicuriens, c'est sûr.

Ils aiment l'amour, l'amitié, tout ce qui se partage, alors le vin, le bon !

D'ailleurs ils le disent et le chantent sur les accords « grisants » de l'accordéon. Avec verve et passion, ils nous entraînent dans un voyage joyeux et gourmand, sensuel et poétique, des vertiges de la dégustation aux secrets de la cave en passant par les révélations de l'étiquette, les facéties du tire-bouchon, le génie de la barrique !

 

Publié le 16/11/2011 11:26 | La Dépêche du Midi

Rugby : Exploit des 11 ans

Photo d'illustration © SCG

Ecole de rugby : Le 11 novembre, une équipe 6 de 11 ans a participé au tournoi de Decazeville, qui regroupait, Clermont Ferrand, Brive, Castres, Toulouse et une quarantaine d'autres clubs huppés du Grand Sud. Les petits graulhétois se sont qualifiés dans leur poule et faisant match nul contre le Stade Toulousain futur vainqueur . Au final ils se classent 19e.

Repos : L'équipe 1 et 2 vont disposer de 2 dimanches de repos avant la venue de Agde. Equipe 2: Un match bien plus équilibré que celui de l'équipe 1, mais une défaite trop lourde à Céret, 32 à 17.

Bélascain : Les juniors Beascain, invaincus en quatre rencontres ont perdu à Villefranche de Lauragais 25 à 24. Râlant!

Cadets : Avec les juniors Balandrades, ils participaient au tournoi à 7 de Villefranche de Lauragais. Les premiers ont perdu un seul match, les autres en ont perdu trois.

 

Publié le 17/11/2011 07:45 | J-C C

Un nouveau conciliateur pour l'ensemble du canton

Louis Tignère recevra un lundi sur deux en mairie. Photo DDM, J-C C

Attendu depuis longtemps, un nouveau conciliateur a été nommé pour le canton de Graulhet en la personne de Louis Tignères. L'homme a été adjoint au maire de Castres pendant 24 ans, chargé de l'urbanisme et du logement de 1977 à 1989 sous les mandats de Jean-Pierre Gabarrou et Philippe Deyveaux, puis sous Mandement de 1995 à 2001.

« C'est là que j'ai pris goût du service au public. J'ai reçu des gens, les ai écoutés, vu le malheur et des difficultés sans nom » explique l'ancien technicien des Télécoms. Depuis 2001, il est très investi dans le milieu associatif, dans l'Aviron castrais mais aussi comme président régional du Pact qui agi pour offrir des logements décents aux plus démunis, à l'Adips qui aide les propriétaires castrais victimes de maisons fissurées. C'est d'ailleurs dans le cadre associatif qu'il a été amené à rencontrer le conciliateur de Castres, ce qui lui a donné envie de donne de son temps pour aider les autres de cette manière. « On peut traiter tous les litiges sauf ceux qui ont un rapport avec l'état civil, le droit familial et l'administration. Il faut alors s'adresser au Médiateur de la république » explique-t-il. Pour le reste, saisir le conciliateur est un moyen d'éviter le recours à un procès, notamment pour les affaires de voisinage. La saisie, par écrit, lors des permanences ou d'un rendez-vous téléphonique est gratuite. « Je reçois ici, au bureau, mais peux bien entendu être amené à me rendre sur place pour mieux me rendre compte de la situation » souligne Louis Tignères. Dans le meilleur des cas, lorsqu'un d'accord entre les partis est trouvé, il est écrit et déposé au secrétariat du greffe et le juge peut donner une force exécutoire.

Les permanences ont lieu à la mairie habituellement un lundi après-midi sur deux. Les prochaines auront lieu le lundi 21 novembre, le lundi 5 décembre et le mardi 13 décembre de 9 h 30 à 11 h 30. Les rendez-vous sont à prendre auprès de la mairie en téléphonant au 05 63 42 80 50.

 

Publié le 18/11/2011 09:45 | J-C C

La cuisine a le vent en poupe

Christiane Sogno et ses élèves./Photo DDM, J-C C

Filet de dorade à l'huile parfumée, effiloché de poireaux frits et aubergines en beignet et mille feuilles... Cette semaine le menu proposé par Christiane Sogno dans le cadre des ateliers de la Ola a de quoi mettre l'eau à la bouche ! De l'avis des « élèves», il s'agit pourtant d'un menu facile à réaliser et à refaire chez soi. Depuis janvier 2010 le succès est au rendez-vous pour cet atelier animé par l'ancienne patronne de la Rigaudié. Aujourd'hui à la retraite, elle consacre une semaine par mois, d'octobre à mars, à continuer à transmettre sa passion pour la bonne chère.

Durant la semaine ils sont une cinquantaine, par groupe de cinq, à se succéder dans la cuisine de Christin, pour découvrir ses astuces, ses secrets, et bénéficier de ses conseils. C'est elle qui effectue le choix des recettes à réaliser. « Avec le restaurant, nous étions déjà habitués à cela. Il faut cependant adapter les recettes pour qu'elles soient plus simples pour les élèves et ne demandent pas d'ustensiles professionnels», explique Christiane Sogno. Malgré de nombreuses sollicitations elle ne donne des cours que dans le cadre de la Ola. à la retraite, elle entend bien aussi prendre du temps pour ses loisirs, même si la cuisine reste sa grande passion. Une passion qu'elle aime à partager dans l'ambiance conviviale de sa cuisine. Pour clôturer le premier trimestre, Christiane Sogno réserve à ses élèves une surprise : la confection de la «tarnette» et du meringué au chocolat qui ont fait la réputation de son restaurant. Un bien beau cadeau de Noël pour ses élèves comme pour leurs futurs convives.

 

Publié le 19/11/2011 07:31 | J-C C.

Deux interpellations après un vol avec violences

La place du Château, où ont été entendues les déflagrations, était déserte hier après-midi.

La place du Château a été jeudi soir le théâtre d'un vol avec violence qui a conduit à l'interpellation et au placement en garde à vue de deux Graulhétois.

Il était plus de 21h30 lorsque deux résidants de Graulhet, un majeur et un mineur, ont volé avec violence une troisième personne sur la place du Château.

La victime s'est alors rendue à la gendarmerie pour signaler le vol de son téléphone portable et les circonstances dans lequel celui-ci s'est déroulé.

Un important dispositif a été mis en place par la gendarmerie pour interpeller les deux individus.

En effet quatre personnes du PSIG (pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie) de Castres et huit militaires de la brigade autonome de Graulhet ont été mobilisés. Ils ont circulé dans la rue de la ville en voiture et à vélo.

Après une heure de recherche deux personnes ont été interpellées par les forces de l'ordre, une dans le centre ville, l'autre dans la rue de Normandie dans le quartier de Crins.

Les deux interpellations se sont déroulées sans heurts et les personnes ont été placées en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Graulhet. Le téléphone dérobé lors de l'agression a été retrouvé en possession de l'une des deux personnes interpellées par les forces de l'ordre. L'objet a été saisi. Une zone d'ombre restait encore à élucider hier en fin d'après-midi quant à l'usage ou non d'une arme à feu durant l'agression. Certains riverains de la place du Château affirment en effet avoir entendu des déflagrations au moment des faits. Quant aux personnes interpellées, elles devaient être présentées au parquet de Castres dans la soirée.

 

Publié le 19/11/2011 07:31 | La Dépêche du Midi

Des vacances animées

Centre de loisirs maternel de Crins

Rendez-vous pour de nouvelles aventures la première semaine des vacances de Noël.

L'Air, le Feu, l'Eau et le Terre étaient au programme des vacances de Toussaint au centre de loisirs maternel municipal de Crins.

Les conditions météorologiques (vent,pluie,soleil)de ces vacances ont permis aux enfants de bien comprendre que les 4 éléments faisaient partie de l'environnement naturel dans lequel nous vivons. ils ont réalisé une maquette sur les 4 éléments qui est exposée en ce moment à la médiathèque de Graulhet, ils ont aussi fabriqué avec les enfants de la crèche « les petits Dadous » une station météo.les sorties et activités (contes animés par les animateurs,aéromodélisme,visite d'une mini ferme, baby-gym,les jardins du vent,fontbonne,caserne de pompiers de Gaillac et Graulhet, Halloween avec l'Amicale Laïque)ont pu être réalisées.

 

Publié le 19/11/2011 07:31 | G.D.

L'année 2012 pourrait voir le retour des dadounades

Il y a dix ans, les rives du Dadou avaient accueilli près de 10 000 personnes.

Juillet 2001. Près de 10 000 personnes prenaient part à la troisième et avant dernière édition des Dadounades organisées par Graulhet en Tarn. Dix ans après, l'association relance le projet d'une édition 2012, d'une manifestation restée dans la mémoire collective comme une réussite positive pour l'image de la ville. « Car elle est d'abord initiée par un travail historique sur Graulhet et sur sa rivière avec invitation à ses riverains de sa la ré-approprier. Elle est aussi basée sur les traditions, avec le repas du soir et se spécialités. Elle est fédératrice, car gens de tous bords, associations, particuliers travaillent à sa réalisation. Elle est donc populaire! » Ainsi résume Jacques Devaux, président fondateur de Graulhet en Tarn, qui vient de lancer le projet d'une réédition. « Les circonstances sont favorables. Nous sommes plébiscités par la mairie qui trouverait une valorisation de l'image de la ville ». Les Dadounades dont le cœur de la journée restent la descente ludique du Dadou en radeaux, -jusqu'à une quinzaine- et le repas populaire sur la place du Jourdain, restent à organiser. Deux réunions ont déjà eu lieu. « Nous avons trouvé beaucoup de personnes intéressées pour construire un radeau et participer aux épreuves. Nous recherchons surtout, autant que des associations, des particuliers qui veulent s'impliquer dans la recherche d'un thème commun à la journée, la création et la mise en place des jeux. » Une réunion est programmée le mardi 6 décembre, salle de la Démocratie à la mairie. De l'intérêt porté par les Graulhétois pour sa remise à l'eau, dépendra l'aboutissement du projet.

 

Publié le 20/11/2011 09:54 | La Dépêche du Midi

Le tennis-club graulhétois passe aux 35 heures

Petites raquettes du tennis club graulhétois.

L'effectif jeunes ne cesse de croître, et pas moins de 35 heures de cours collectifs par semaine sont nécessaires à la bonne marche de l'école de tennis. Le tennis club graulhétois, c'est aussi trois soirées d'animation pour adultes par semaine, 20 équipes de jeunes engagées dans différents championnats, équipes seniors, 4 équipes seniors plus dont celle des plus de 65 ans va disputer la finale régionale contre Tarbes. La semaine dernière, les 15/16 ans garçon se sont inclinés 2/1 à Mazamet en ½ finale des championnats du Tarn Dans leur dernier match de poule, les 35 ans messieurs ont battu Saint-Juéry sur le score de 4 à 1 et terminent premier à égalité avec Saint-Sulpice. Les 65 ans ont battu Lagarigues 2 à 1 en demi-finale des championnats des Pyrénées et rencontreront l'équipe de Tarbes en finale le jeudi 24 novembre à Toulouse. Le tennis club va organiser de déroulement d'une partie des championnats individuels du Tarn jeunes et d'une partie des championnats individuels vétérans. Cette année, une sortie est prévue à Tarbes aux petits As où ont évolué les Rafaël Nadals, Roger Fédérer et autres.

 

Publié le 21/11/2011 10:01 | La Dépêche du Midi

Auto sport passion : derniers coups de volant de l'automne

Le rallye, c'est toujours spectaculaire.

Pour les pilotes Auto sport passion, la rentrée a commencé par la Course de Côte de Moissac Sainte-Thècle avec Clément Mespoulède qui termine 44e et Joël Valette 48e. Puis le 6e rallye des 100 vallées à Naucelle dans l'Aveyron avec 4 équipages, Nicolas Hebrard/Loïc Ginestet terminent 25e et Marc Amiel/Emeline Massié finissent 53e. Les deux autres équipages ont dû abandonner. À la 31e course de Côte Régionale du Lauragais clôturait la saison régionale 2011 de la spécialité en Midi-Pyrénées : Clément Mespoulède 43e 1er de classe, Joël Valette 48e, Julien Cabrol 53e, Alain Durand 69e. Puis avait lieu le Rallye régional du Thoré : Alain Dauzats/Cécile Pagès 9e, Nicolas et Didier Amalvy 14e 1er de classe, Nicolas Sistéro/Chloé Escourbiac 17e 1er de classe, Guilhem Malphettes/Nicolas Hébrard 53e. Julien Cabrol/Alexis Astié ont dû abandonner pour cause mécanique tout comme David Pommarède/Rémi Mounigan. Au 26e Rallye des Côtes du Tarn ce sont 12 équipages ASP qui ont pris le départ à cette dernière épreuve du Comité Midi-Pyrénées, un magnifique résultat de Cédric Dauzats/Jennifer Rasse 8e au scratch 2e de classe, Nicolas Amalvy/Alexandra Marie 16e 1er de classe, Nicolas Sistéro/Clément Mespoulède 23e, Julien Cabrol/David Dacosta 30e 1er de classe, Nicolas Hebrard/Florent Couderc 31e, Sébastien Sistéro/Chloé Escourbiac 37e, David Pommarède/Rémi Mounigan 42e. Les autres ont dû abandonner pour cause mécanique. Au 16e Rallye Régional du Cantal du Comité Automobile d'Auvergne, Luc Bascugnana/Régis Lionel ont terminé 35e au scratch 6e de classe.

 

Publié le 22/11/2011 09:41 | La Dépêche du Midi

Tables ouvertes chez le nouveau "compagnon du goût"

Initiative appréciée, au vu du nombre de personnes qui ont répondu présent à l'invitation de la boucherie Catala récemment ouverte, avenue Charles de Gaulle. Lionel -fraîchement titré

«Compagnon du goût » comme 400 autres commerces de bouche en France et ses parents ont fait goûter sous chapiteau, le meilleur de leurs spécialités bouchères et charcutières, accompagnées de gaillac primeur. Mitoyens du commerce, le traiteur Mathis et Lou Tarnou ont aussi proposé à la dégustation, escargots, petits seiches et spécialités panifiées.

 

Publié le 22/11/2011 09:41 | J-C Clerc

Un départ sur les chapeaux de roue

Centre éducatif multisports

La première promotion du centre éducatif multisports. /Photo DDM, J-C C

La première promotion du CEM (Centre Éducatif Multisports) compte vingt-six stagiaires, filles et garçons nés entre 1996 et 1999. Deux fois par semaines, ils se rendent au centre, après les cours, pour bénéficier d'un suivi de qualité sur leurs pratiques sportives. Avec un taux de fréquentation de 98 % et des partenaires publics et privés mobilisés, le début de saison a débuté sous les meilleurs auspices.

Afin d'officialiser l'ouverture du CEM un moment convivial, avec une remise d'équipements, a permis aux stagiaires, leurs familles, les encadrants, les partenaires, les bénévoles et tous ceux qui ont œuvré à la réalisation de se projet de se retrouver à la salle de la république. « C'est là une belle aventure et un très beau projet pour que les jeunes graulhétois puissent aller plus loin que ce que l'on pense et plus facilement» a déclaré Claude Fita, maire de la commune. Pascal Néel, président de la communauté des communes Tarn et Dadou, s'est quant à lui déclaré « heureux de pouvoir participer, en espérant que le centre de formation devienne une véritable pépinière. L'expérience de vie en équipe laisse toujours des effets positifs pour la vie.» Jean-Luc Cathalau, président du Sporting club, a quant à lui souligné: « malgré un emploi du temps chargé Yannick Jauzion a toujours répondu présent à nos sollicitations.»

Le parrain était bien entendu présent lors de cette cérémonie. « Lorsque Christian Delfaut m'a demandé de parrainer ce centre, je n'ai pas hésité longtemps. La création de ce centre paraissait un choix judicieux, chaque disciple se nourrissant des richesses des autres ». L'international a aussi donné à cette occasion quelques conseils aux élèves : « Le plus important c'est de venir ici avec plaisir, sans contrainte, pour partager des moments ensembles. C'est cela qui reste après une carrière de sportif ». Un premier bilan est programmé en décembre. « On va voir s'ils se sont habités au rythme de travail. Il y aura un bilan scolaire, des bilans sportifs, d'autres auront lieu en mars et juin» explique le directeur Christian Delfaut. Quant au centre il pourrait l'an prochain augmenter ses effectifs et s'ouvrir à de nouvelles disciplines.

 

Publié le 23/11/2011 10:47 | G.D

L'association de santé affiche complet

Monique Durand et Françoise Rigal, les deux infirmières à la tête de l'association. /DDM.G.D.

Vingt ans qu'elle préside l'association de santé de la Vallée du Dadou, comme un phare de recours éclairant quatre cantons. Monique Durand, ex-infirmière libérale, préside une structure qui prodigue des soins à domicile sur les cantons de Graulhet, de Cadalen, de Lautrec et de Réalmont, cette dernière possédant une antenne relais. Sans connaître la lassitude dans un secteur de plus en plus demandeur. « Le moteur, c'est le plaisir d'aider. Nous entretenons des liens particulièrement solides avec tout le personnel. Notre association apporte quelque chose d'apprécié, et son dynamisme m'entraîne à la faire durer ». Créée en 1983, elle intervenait auprès de 32 personnes. Aujourd'hui, 94 reçoivent les visites quotidiennes d'une vingtaine de d'aides soignantes. Outre les soins, elles assurent le lien indispensable entre les patients et les médecins, les médecins spécialisés, les établissements hospitaliers ou réseaux de soins. « Nous avons atteint depuis longtemps, le maximum qui nous est autorisé, et de nos capacités ».

Soutien moral aux isolés

Intervenant en ville comme en campagne, l'association fait partie des seize services de soins infirmiers dont dispose le département du Tarn. « Une grande partie du secteur médico-social est portée par des associations loi 1901 comme la nôtre ». Précise Françoise Rigal, l'infirmière responsable qui assure avec le personnel administratif un gros travail de coordination. « Nos aides-soignantes assurent les soins d'hygiène et de confort, mais dispensent aussi un soutien moral, une présence journalière à des personnes souvent isolées. Le service permet donc de maintenir les personnes le plus longtemps possible à leur domicile. Notre regret, bien sûr est de ne pas pouvoir répondre favorablement à toutes les demandes que nous recevons ».

 

Publié le 23/11/2011 10:47 | La Dépêche du Midi

Graulhet temps libre au pays du cassoulet

L'association Graulhet Temps Libre a profité des beaux jours de l'automne pour se rendre à Castelnaudary. Le groupe a eu la chance d'y avoir pour guide Mme Stéphanie Tonon, historienne et archéologue, directrice de l'office de tourisme de Castelnaudary et du Bassin Lauragais. Une première pause sous la halle place de Verdun, a permis à celle-ci de parler de l'architecture des maisons qui la bordent et de faire du même coup l'historique de la ville, autrefois haut lieu du catharisme. Se promenant sur les hauteurs, Graulhet Temps Libre s'est arrêté à la Collégiale Saint-Michel puis au Présidial, toujours éclairé par des commentaires érudits. Le tour de ville s'est terminé par la visite de la chapelle Notre-Dame de Pitié et de son ensemble de tableaux en bois doré, sujet de prédilection de Mme Tonon auteur avec M. F. Falcou, de l'ouvrage « La chapelle Notre-Dame de Pitié : joyau du baroque Languedocien ». L'Hostellerie Étienne à la Bastide d'Anjou a ensuite ouvert ses portes pour y déguster son cassoulet réputé avant de reprendre la route de Castelnaudary. Là, les visiteurs sont montés à bord de la péniche Saint-Roch sur le Canal du Midi pour une balade dont le temps magnifique a permis de profiter pleinement.

 

Publié le 24/11/2011 09:55 | La Dépêche du Midi

40 ans d'amitié franco-allemande

Souvenir de l'anniversaire.

Voilà quarante ans que dure l'amitié entre Graulhet et la ville bavaroise de Prien am Chiemsee. Pour fêter l'événement, une importante délégation graulhétoise - composée de près de soixante personnes - s'est rendue à Prien pour retrouver les amis bavarois. Ce séjour a été rempli de découvertes à Prien et dans ses environs, Innsbruck, Burhaussen et de moments de chaleur, d'amitié et d'émotion. L'accueil a été, comme toujours, exemplaire, avec comme point culminant l'anniversaire des 40 ans de notre jumelage. La cérémonie officielle a eu lieu à bord d'un bateau, sur le Chiemsee, où tous les promoteurs, passés et présents, de ce jumelage, avaient pris place.

En présence de M.Seebauer, ancien maire signataire de la charte du jumelage, les deux maires actuels messieurs Fita et Seifert, ont rappelé le chemin parcouru par les deux villes durant ces quarante ans. Ils ont rendu hommage à tous les artisans de cet échange vivant et intense, avec une pensée particulière à celle qui en fut l'une des principales instigatrices et le moteur : le Baronne Hedwig Von Rothkirch, décédée en juin dernier. « Vaincre des obstacles, nouer des contacts et développer des amitiés » : voilà la première tâche et le but de ce jumelage, réaffirmé par les élus. Les noces d'émeraude ont été dignement fêtées, avec un souhait partagé par tous : que cet échange puisse durer indéfiniment comme signe visible de la paix en Europe.

 

Publié le 24/11/2011 09:55 | J-C Clerc

La ville, centre d'art contemporain

L'artiste espagnol Avelino Sala a travaillé en avril et mai dernier dans les rues de la ville.

C'est aujourd'hui à 18h30 qu'aura lieu le vernissage de l'exposition « Autrui « d'Avelino Sala à l'office du tourisme, fruit d'une résidence artistique réalisée dans le cadre du programme « hito - turismo creativo en los pirineos », programme de coopération transfrontalière Espagne - France - Andorre. La ville au passé industriel est, avant d'en être l'écrin, le sujet même de ce travail de l'artiste espagnol.

« La ville est à un moment particulier de son histoire, entre passé et avenir » explique Muriel Edet du centre d'art Le Lait. Avelino Sala s'intéresse à la conscience individuelle au contact de l'Histoire et des pouvoirs sociaux, aux questions d'identité, de territoires, et considère l'art comme un moteur de transformation du réel. Autant de raisons pour trouver à Graulhet un terreau propice à son travail. Sa résidence effectuée en partenariat avec la ville, le lycée et le collège, lui a permis d'élaborer un travail inspiré par la transformation de la ville, prenant en compte son contexte social, son passé industriel et son projet d'avenir. L'ambitieux projet a reçu également le soutien des Ministères français de la Culture et de la Communication et de la Jeunesse et des Solidarités actives. Il est porté par le Gouvernement d'Aragon, l'Usine et les Pépinières européennes pour jeunes artistes.

C'est avec la vidéo qu'Avelino Sala a choisi de proposer le travail effectué pendant la résidence ainsi que d'autres, antérieures à celle-ci. « Nous allons aussi effectuer des actions pour sensibiliser le public à l'art contemporain. C'est un sujet qui pose beaucoup de questions. Avec Le Lait, nous allons amener le public à cette rencontre. Cela fait deux ans que nous travaillons dans ce sens » explique Clotilde Bergeret, adjointe au maire à la culture. De l'industrie traditionnelle jusqu'à l'avant-garde artistique, il n'y a parfois qu'un pas ou un pont. Une passerelle qui est entrain de prendre corps et un pas qu'il ne reste qu'à faire, poussé, peut-être, par la curiosité d'autrui.

Exposition jusqu'au 16 décembre à l'office du Tourisme, ouvert de 9 heures à 12 heures et de 13h30 à 17h30 du lundi au vendredi.

 

Publié le 24/11/2011 10:16 | Patrick Guerrier

L'ancien maire Jean Picarel devant les juges

L'audience qui s'est déroulée hier avait été renvoyée une première fois en l'absence de l'avocat de Jean Picarel le 25 mai dernier/ Photo DDM, T.A., archives,

Jean Picarel, l'ancien maire de Graulhet, comparaissait hier, en correctionnel pour harcèlement moral à l'encontre de deux cadres territoriaux.

C'est une plongée dans un univers politique que l'on peut espérer terminé. Les faits remontent à 2005, date de l'élection municipale anticipée où Jean Picarel avait reconquis la mairie à sa rivale et ancienne adjointe Françoise Rodet. Durant plus de 4 heures partie civile, ministère public mais aussi défense ont eu des mots très fort sur le climat délétère qui régnait sur la cité du cuir. Les différents témoignages recueillis lors de l'instruction font état du sentiment de haine, de l'esprit de vengeance qui entoure cette élection et le retour de Jean Picarel à la mairie (Lire ci-contre).

Mesures vexatoires

Eugène Nicolas est à l'époque le directeur des services techniques, Corinne Bouron est responsable du service des sports. Ils ont contre eux d'avoir été proches de Françoise Rodet dans la gestion de la ville. Dès l'investiture de Jean Picarel, les deux fonctionnaires sont mis au placard. Les mesures vexatoires s'enchaînent: plus de bureau, plus aucune mission à exercer. Durant l'audience, Anne Maffre, la présidente va détailler les faits de harcèlement supposés. Face à eux, Jean Picarel garde souvent le silence, incapable de s'expliquer si ce n'est par le déni. «Je n'ai jamais voulu faire preuve d'indélicatesse, ni faire de mal à qui que ce soit». Anne Maffre: «En gros, vous avez fait comme s'ils n'existaient plus». Lorsqu'il ne sait quoi répondre, Jean Picarel charge ses adjoints. Au point que Me Gil, l'avocat de la défense se demande pourquoi ces élus ne sont pas là aussi pour rendre des comptes.

«Compter les chasses d'eau»

La nouvelle majorité ira jusqu'à remplacer Corinne Bouron par un de ses subordonnés, agent de catégorie C avant de l'isoler dans une pièce qui servait alors de lieu de stockage.

«On dit que le pouvoir rend fou, cette affaire en est l'illustration, s'exclame Me Nakache dans sa plaidoirie. C'est une affaire de haine comme peut parfois le provoquer la politique.» L'avocat de la partie civile donne lecture des témoignages: « On est allé jusqu'à lui faire compter les chasses d'eau». Un autre agent: «J'avais pour instruction de rapporter tout ce qui concernait Corinne Bouron à la directrice de cabinet.»

Dans ses réquisitions, Philippe Mao donne sa conception de la politique; celle de l'exemplarité des élites. «Vous êtes un cas d'école. Il faut que ce soit dit. Que tous les potentats locaux ne peuvent pas tout se permettre. Je demande une peine d'emprisonnement avec sursis de 3 à 4 mois.»

La partie n'était pas facile pour Me Gil tant son client a semblé dépassé par les événements. Le climat de vengeance, «il était de part et d'autre». Mais surtout l'avocat a voulu instiller le doute sur les raisons qui ont poussé les deux agents à porter plainte. Il s'est servi de l'énormité des dommages et intérêts réclamés notamment par Eugène Nicolas (plus de 500.000 euros) au titre de l'action civile et a demandé la relaxe. L'affaire est mise en délibéré au 7 décembre.

«Ici, on est à Graulhet»

«Ici, on est à Graulhet», dira un témoin durant l'instruction pour donner l'état d'esprit qui régnait sur la ville à l'époque. Il est question de clientélisme, d'attestation de complaisance par des responsables d'association. Le tribunal revient sur des épisodes peu glorieux de la gestion de la ville qui ont alimenté les rumeurs: des repas qui disparaissent, des saisonniers recrutés à tour de bras, une dette qui s'envole.

«C'est toujours dans les accointances politiques les plus proches que les haines sont les plus tenaces» dira Philippe Mao pour expliquer le climat de revanche entre élus du même bord. De l'invalidation de Picarel en 2002 dont le mandataire financier était le mari de la plaignante jusqu'à son retour en 2005, la majorité locale de droite s'est déchirée jusqu'à remplir la page des faits divers avec la tentative d'assassinat de Jean Picarel par le mari de Françoise Rodet (aujourd'hui décédé), la veille de son investiture.

 

Publié le 25/11/2011 09:05 | J-C C

L'opération coup de pouce est lancée

La cérémonie des signatures d'engagement s'est dérouléé dans la salle de la République./ Photo DDM, J-C C

C'est dans la salle de la République que s'est déroulée la signature de l'opération « Coup de pouce ». Depuis 2006 celle-ci s'adresse aux élèves des classes de CP de la ville. Dans chaque école cinq élèves pouvant présenter des difficulté sont choisis pour participer à ce « club « qui vise à leur réussite éducative dans le cadre d'une action comprenant aussi les familles. Aussi, ce sont les enfants et leurs responsables qui ont signé un engagement à l'issue d'une cérémonie qui s'est déroulée en présence des enseignants et encadrants, des élus, et de l'inspecteur d'académie. « L'objectif est de ne laisser aucun enfant sur le bord de la route » a souligné Claude Fita, maire de la ville. « Il est de notre devoir de donner plus d'aides à ceux qui en ont le plus besoin » a souligné pour sa part Eric Tournier, inspecteur d'Académie. Concrètement chaque séance se déroule en plusieurs parties : une détente avec goûter, un travail de lecture donné par le maître, des activités brèves et ludiques et la lecture par l'animateur d'une histoire. Ces clubs permettent d'accompagner les enfants et leurs parents : les enfants découvrent avec leur animateur le plaisir de lire ; les parents découvrent qu'ils sont capables d'aider leurs enfants. Tous prennent confiance en eux.

Chaque année une évaluation est mise ne place et l'opération s'affine. « Nous pouvons aussi nous rendre au domicile des enfants si c'est nécessaire » souligne Marie-Alice Lacourt, chef de projet, chargée de fédérer l'ensemble des thématiques développées dans la politique de la ville. Ce sont parfois de petits conseils qui permettent d'aider grandement les jeunes élèves : prendre un temps dédié aux devoirs, ne pas les faire en regardant la télévision… « On sait qu'un élève qui est en difficulté au CP traînera ses difficultés tout au long de sa scolarité » soulignait l'inspecteur d'Académie, rappelant l'importance de cette année dans une scolarité. Et après ? L'évaluation réalisée permet de proposer aux élèves, s'ils en ont encore besoin, d'autres suivis dans le cadre du Plan de réussite éducative. Il s'agit ensuite d'accompagnements personnalisés, cousus main, en fonction des besoins de chacun.

 

Publié le 25/11/2011 09:05 | La Dépêche du Midi

Théâtre : Denis Rey demain à l'Auditorium

Demain Denis Rey jouera « Et puis quand le jour s'est levé, je me suis endormie» à 20h30 à l'Auditorium. Seul en scène il conte l'histoire d'une fille qui veut vivre sa vie, qui rêve de faire du théâtre. De Châteauplouc à Paris, avec ses copains d'enfance, elle nous embarque dans la dure réalité. Entre petits boulots et rencontres improbables, ils vont enchaîner les aventures. Sans répit. Les années 70, les chambres de bonnes, les happenings, les tournées, les chantiers, l'amour, le sexe, la vie, la mort… Tout est là, raconté… ou vécu. Sans décor, ni artifice, avec pour seuls atouts les nuances de son jeu et la maîtrise de son rôle, le comédien Denis Rey crée dans ce spectacle une atmosphère captivante.

 

Publié le 26/11/2011 12:12 | G.D.

Agora : les timides inventent les cartes du corps

Sylvie Groschateau et Isabelle Bouvier présentent deux réalisations picturales dont elles interprètent les formes et les couleurs. / Photo DDM, G.D. 
 

Sylvie Groschateau a envisagé son projet au contact des populations d'Afrique du Sud. Art-thérapeute, elle a appris que l'image associée à la parole donne un pouvoir guérisseur et permet de retracer une histoire, une mémoire. C'est ainsi, qu'au sein de l'Agora ou régie de territoire, et sous couvert de l'association « 123 Timides », elle a ouvert un atelier d'expression et de médiation sociale à l'appellation « Les cartes du Corps 2011 ». « Ce sont des ateliers, tous les jeudis, qui sont à même de favoriser le lien social et, parant du principe de parentalité bien gérée et mieux vécue, vecteur de bien-être et d'équilibre de société. Nous utilisons des techniques de médiation sociale orientées vers la créativité et l'expression personnelle. » Les participants -ils sont une douzaine actuellement, tracent le contour de leur corps grandeur nature et imaginent leur silhouette comme un journal, un portrait qui raconte et décrypte un message. « Cette technique permet de dépasser timidité, peur et rejet ».

Cadres de vie

« Un des facteurs de la délivrance et des problèmes de violence sont des vécus traumatiques de situations familiales. L'ancrage se situe dans la petite enfance. Il est donc évident de travailler sur le lien parent-enfant. Les Cartes du corps sont avant tout un miroir ». Pour Odile, inscrite à l'atelier, la peinture devient une forme d'expression propre à l'acquisition d'un mieux-être. « L'atelier est un espace d'écoute et de rencontre. Il m'aide à surmonter la souffrance omniprésente et qui peut prendre des formes multiples ». En parallèle, aux côtés d'Isabelle Bouvier, la plasticienne et de Jean Mazelier le photographe, Sylvie Groschateau encadre dans ces mêmes locaux de l'Agora, place du Languedoc, un atelier public d'arts plastiques et de photographie, qui permet à un public parfois difficile de trouver à travers les techniques multiples proposées, sa meilleure forme d'expression. Ces actions sont financées dans le cadre du contrat urbain de cohésion sociale.

 

Publié le 26/11/2011 12:12 | La Dépêche du Midi

Le Secours populaire prépare sa grande braderie de Noël

Les bénéfices serviront aux actions du Secours Populaire comme pendant les vacances d'été.

Après avoir fait le tour des écoles et crèches de Graulhet et des environs pour récupérer les cartons mis à disposition des enfants qui souhaitaient donner jeux, jouets, livres ou friandises, les bénévoles s'activent à trier et vérifier l'ensemble des dons. En effet tout cela est destiné à garnir les stands de la grande braderie de Noël, ouverte à tous elle se déroulera à l'Odéon le samedi 3 décembre de 10 heures à 18 heures et dimanche 4 décembre de 9 heures à 16 heures ; vous y trouverez de quoi vous faire plaisir jeux, jouets, livres, vêtements à tous petits prix et ferez en même temps un geste solidaire.Les fonds récoltés serviront à l'achat de produits festifs pour le grand marché solidaire départemental où 70 familles graulhétoises pourront acquérir de quoi fêter Noël dignement pour une somme modique. Vous pouvez également faire un don financier, le Secours Populaire est agréé «Comité de la charte Don en confiance».

Les bénéfices serviront aux actions du Secours Populaire comme pendant es vacances d'été.

 

Publié le 27/11/2011 03:48 | La Dépêche du Midi

Un concert de l'orchestre batterie-fanfare

Un orchestre de qualité nationale.

Les enfants de l'école Saint-Joseph de Briatexte et l'orchestre batterie fanfare de Graulhet vous proposent un concert en avant-première le samedi 9 décembre à 21h00 à la salle culture et loisirs.

Ils chanteront en leur compagnie plusieurs titres comme « Hippopotame », « Mon bateau de papier », « Fee fye »…

Pour vous sustenter, une buvette sera à votre disposition, vous y trouverez aussi un stand de Noël par les parents d'élèves, du vin chaud et du chocolat chaud. L'entrée est fixée à 5 euros par personne et c'est gratuit pour les moins de 15 ans accompagnés.

 

Publié le 27/11/2011 10:06 | La Dépêche du Midi

Nouveaux agents chez Renault

Le week-end dernier, l'agence a fait ses portes ouvertes. Nadège et Pascal Roussel ont reçu leurs nouveaux clients. /DDM.G.D.

Depuis 30 ans, Gilles Parayre tenait l'agence Renault-Dacia du rond point de l'Europe. Il vient de passer la main à Pascal et Nadège Roussel, tout droit venus des Yvelines et du siège de la marque.

Le premier assure encore l'accompagnement des seconds afin d'acquérir les techniques propres au métier. « Ensuite, nous allons réfléchir a faire progresser le garage, en particulier vers un service d'entretien de la marque Nissan, dont nous allons être les distributeurs ».

 

Publié le 28/11/2011 08:55 | La Dépêche du Midi

Natation : le travail récompensé

Laura Pau espoir graulhétoise dans le bain.

Premier rendez-vous important, les médailles du Toac, pour les poussins-benjamins de la section la compétition a comme chaque année révélé son nombre de surprises. Chez les poussins Juliette Sénégats a surpris tout le monde sur 50 b en 55.01, Nathan Foulard sur 50NL a signé un très bon 41.25, Olivia Sicard également sur 50NL 39.96.

Pour les benjamins Camille Guiraud continue sa progression 1.25.52 au 100 dos, Hugo Michel aussi sur 100 dos 1.31.66, et 1.25.87 au 100 NL pour Ivana Maio .

Il faudra suivre de très près les autres « petits » tels que Justine Vaudé, Céline Roques, ou Emilie Domergue.

Pour les débutants Romain Batigne, Valentin Ygorra, Juliette Imbert ou Lea Trémoulet, le potentiel important.

Circuit departemental

Une quinzaine de nageurs du SCGNatation ont participé au 2ème circuit départemental qui s'est déroulé samedi 19 à Albi et dimanche 20 à Graulhet. Samy Freslon réalise 6.45.41 au 400m 4 nages, son frère Yoni s'est très bien comporté pour sa 1ère compétition. Isabelle Gaspar tombe une minute lors du 400 NL, Solenn Simioni 3 sec sur 50 dos, 3 sec de mieux aussi pour Bilel Chikhaoui sur 100 brasse.

Frédérique Aïssani obtient son billet pour les compétitions régionales.

Il s'en est fallu de peu pour que Cécile Péaquin et Adrien Causse rejoignent également les huit qualifiés. Bastien Boyer tombe deux records du club, détenus par Joël Méric depuis 1995. Il réalise 2.20.56 au 200 dos et 5.17.96 au 400 4nages. La qualification pour les meetings nationaux est à sa portée. On retrouvera le groupe régional à Saint Afrique les 03 et 04 décembre.

 

Publié le 29/11/2011 09:36 | J-C C.

Braquage à la station service de Netto

L'individu s'est présenté à la caisse de la station service peu avant sa fermeture. /Photo DDM, J-C C.

C'est peu avant la fermeture de la station service, dimanche à 12h30, qu'un des employés de Netto a été menacé avec une arme à feu. Deux coups qui n'ont pas fait de blessé ont été tirés lors de cette agression. L'individu s'est présenté sous une capuche, avec le visage masqué, voulant se faire remettre la caisse dans laquelle il ne restait que de la menue monnaie. Aussi les deux coups de feu, un tiré en l'air, l'autre à côté de l'employé, n'auront eu pour seul effet que de provoquer la peur .L'agression n'a rien rapporté à son auteur.Il y a une dizaine d'année la gérante avait déjà du faire face à ce genre de mésaventure lorsque trois individus étaient entrés dans le magasin. Déjà ils étaient ressortis bredouilles.

« En raison de la multiplication des agressions les commerçants utilisent des systèmes d'échanges sécurisés. De ce fait l'employé d'un magasin n'a en caisse le plus souvent qu'une dizaine d'euros» explique le lieutenant Bertrand Collot, chef de la brigade autonome de gendarmerie de Graulhet.

« A cette heure on trouvait sur le parking quelques clients et les conjoints des employés» souligne la gérante du magasin dont les employés connaissent parfaitement les procédures prévues en cas d'agression. L'employé victime de cette agression a regagné le magasin, poursuivi par son agresseur. Ce dernier s'est arrêté avant la porte, peut-être en constatant qu'il apparaissait sur le système de vidéo surveillance.

Un important dispositif a été mis en place par la gendarmerie pour retrouver l'auteur des faits. Outre les gendarmes de Graulhet le dispositif comprend des militaires de la brigade de Castres ainsi que des techniciens de l'identification criminelle.

Il semblerait que plusieurs jeunes personnes aient été transportées hier après-midi à la brigade de Graulhet afin de réaliser des identifications.

 

Publié le 29/11/2011 09:37 | La Dépêche du Midi

Un nouveau visage pour R d'Autan

Adrien Louis de R d'Autan / photo DDM

Présente depuis plus d'un an à Graulhet, la radio associative R d'Autan a désormais un nouveau visage. Après avoir fait du conseil en entreprise et de la formation puis avoir travaillé au service communication d'un pays, c'est un peu par hasard qu'Adrien Louis s'est finalement retrouvé à Gaillac. « C'est là que j'ai été mordu par le micro « explique avec humour le nouveau salarié qui œuvre à mi temps entre Gaillac et Graulhet. « Dans un contexte de mondialisation de l'information, je pense qu'il est important de redonner la parole aux citoyens et de favoriser les initiatives locales. Aussi la radio associative est-elle un média privilégié pour répondre à ce vœux «. Son premier travail est l'accueil le jeudi et le vendredi de 9 heures à 13 heures et de 14 heures à 17 heures d'accueillir toutes celles et tous ceux qui ont envie de prendre l'antenne, animés par une passion. Adrien Louis reçoit ainsi les futurs producteurs, assure la technique ou la préparation d'émissions, ou couvre les événements de la vie locale. Pour de plus amples renseignements il suffit de téléphoner au 05.63.34.23.07. ou d'écrire à rdutan-graulhet@rdautan.fr.

 

Publié le 30/11/2011 09:49 | La Dépêche du Midi

Les joyeux pinsons ont réussi leur kermesse

Mesturet, oreillettes, curbelets, ouvrages, plantes vertes, vaisselle, cadeaux, tout ou presque est parti dans la journée, à la plus grande satisfaction des responsables de l'association des Joyeux Pinsons. Ils organisaient la traditionnelle kermesse dimanche place Bosquet et elle a été une réussite avec foule de visiteurs et d'acheteurs pour la noble cause. Les bénéfices serviront à financer les activités bi-hebdomadaires et les sorties exceptionnelles, du club qui accueille une dizaine de personnes en difficulté physique ou mentale et des handicapés.

 

Publié le 30/11/2011 09:50 | La Dépêche du Midi

Marie Rouanet à la médiathèque

Marie Rouanet présentera ses derniers ouvrages.

Sous sa plume, le moindre souvenir devient poésie, sensation. Plébiscitée à chacune des sorties de ses livres et elle figure sans doute parmi les écrivains que les lecteurs de la médiathèque aiment le plus fréquenter. « Elle », c'est la délicieuse Marie Rouanet que la médiathèque inter-communale Marguerite Yourcenar accueille ce vendredi 2 décembre à 20h 30, avec un plaisir non dissimulé. Romancière, ethnologue, chanteuse en langue d'Oc, réalisatrice,... Marie Rouanet cache bien des choses derrière son sourire et ses yeux pétillants de malice. Elle vient présenter à la médiathèque de Graulhet son dernier livre, nouveau chapitre ajouté à une œuvre dense et sensible où, tour à tour, elle a évoqué la rudesse de la vie rurale, l'amour de la

cuisine, le plaisir des sens ou, plus simplement, la grâce des petits instants du quotidien. Ancrée dans la terre (sa terre, entre Béziers et l'Aveyron) et la célébration des sens, elle sait parler à tous, peut-être parce que l'amour (des choses, des gens, des paysages,...)

inonde ses livres avec une humilité et une foi qui n'appartiennent qu'à elle. Quand elle parle d'écriture, elle évoque son « incompréhensible alchimie qui ressemble à celle du corps. Ce que l'on mange devient autre chose : « notre chair, notre sang, notre âme.»

 

Publié le 30/11/2011 09:50 | J-C C.

Le Téléthon concentré au stade Pélissou

L'an dernier plus de 6000 euros ont été récoltés à Graulhet.

Voilà des mois que les associations graulhétoises préparent ce week-end de mobilisation. La mécanique est désormais bien rodée : les animations sont assurées par les bénévoles et la municipalité apporte assistance technique et coordination à cette opération d'envergure.

Cette année plusieurs nouveautés sont au programme avec l'arrivée du tennis de table et des concerts toute la journée… On notera que cette année les motards passeront par la maison de retraite où seront vendus cette année des pâtisseries. « Le renouvellement des bénévoles est quelque chose de compliqué.Malgré tout il y aura beaucoup de choses cette année» confie Florence Bélou, adjointe au maire chargée des festivités, qui souligne que pour cette nouvelle édition les animations seront regroupées, autant que possible, au stade Noël Pélissou. On y retrouvera les « foulées du Téléthon» du club d'athlétisme et des sapeurs-pompiers, mais aussi samedi à 12 heures 50 motards, de 12 heures à 19h30 plusieurs concerts, à 17 heures des ventes de produits et une exposition de voitures anciennes ou encore une initiation au tir à l'arc de 14 heures à 17 heures avec les archers du Dadou. « Le départ officiel aura lieu ce vendredi 2 décembre à 17 heures au stade. Un tournoi de rugby sera organisé par les anciens du rugby» précise Stéphane Marty du service municipal de la vie associative.

D'autres manifestations sont prévues ailleurs en ville : place Jourdain (ventes réalisées par mes élèves du lycée samedi de 9 heures à 12 heures), au lac de Nabeillou avec une compétition de VTT, au lac de Miquelou avec un concours de pêche. La maison des associations, place Bosquet, verra quant à elle des tournois de bridge et de scrabble samedi après-midi à partir de 14 heures alors qu'à la piscine municipale les 6 heures de natation non-stop débuteront à midi.

« On espère que, malgré le contexte économique, les gens viendront nombreux» conclut Florence Bélou qui, en revanche, n'a plus aucun doute quant à la mobilisation des associations.

Dimanche le départ de la marche-relais du canton aura lieu à 9 heures.

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement