Du Bruc à Ricardens

Actualités novembre 2010 (2)

 

Publié le 30/11/2010 03:46 | J-C C

Pour que le Père Noël n'oublie personne

Les bénévoles ne comptent pas leur temps. /Photo DDM, J-C C.

Ils sont plus d'une vingtaine à donner régulièrement de leur temps pour les autres au sein du comité graulhétois du Secours populaire. Une vingtaine de bénévoles qui collectent, assurent une permanence, vendent des tickets et qui en ce moment travaillent à l'organisation de la braderie de Noël qui se tiendra les 4 et 5 décembre à l'Odéon.

Chaque année les deux braderies, au printemps et à Noël, ponctuent la vie de l'association caritative. La seconde est plus particulièrement axée sur les jouets, bibelots, livre, et autres articles « stars» des fêtes de fin d'année. Une fois encore les bénévoles ont pu compter sur la solidarité, notamment celles des plus jeunes. Avec l'Amicale laïque, le Secours populaire a organisé une collecte de jouets auprès des 13 écoles du canton. D'autres jouets viennent directement de boutiques. Ce sont ainsi de petites montagnes de jouets qui ont été collectées. « Chaque jouet est vérifié, les peluches sont lavées» explique Dominique Roblin, responsable du comité Graulhétois. Grâce à elle et tous ceux qui œuvrent dans l'ombre, le Père Noël ne devrait oublier personne cette année.

Du vide greniers de septembre au Père Noël vert en passant par les vacances pour tous, les bénévoles sont à pied d'œuvre toute l'année, venant en aide aux populations victimes de la précarité dans des actions allant du secours alimentaire aux loisirs pour tous. Les collectes alimentaires sont complétées par une aide européennes dont il faut payer la logistique et le transport. Au delà, les campagnes et l'organisation des vacances demandent des moyens financiers que l'association peut obtenir en organisant ces manifestations de solidarité. Quant à la générosité des donateurs, elle s'exprimera le 15 décembre à l'occasion du spectacle de Noël qui aura lieu au Forum où seront présents tous les jouets récupérés dans les CLAE, partenaires de l'opération.

@

Publié le 30/11/2010 03:53 | LaDepeche.fr

Une nouvelle vitrine pour Jéfré Dubochaiz

Avenue Victor Hugo, il est un lieu « pas comme les autres «. Jéfré Dubochaiz y a son atelier des arts de la terre - du modelage au raku en passant par la poterie ou la sculpture - qui est aussi une véritable galerie d'exposition pour d'autres artistes. C'est grâce au travail de Stage bois 81 que la devanture du lieu vient de changer. A l'intérieur c'est une exposition d'œuvres de Mathilde Algans qui attend les visiteurs. « Le lieu permet de montrer qu'il y a du monde au niveau artistique. On connaît désormais la ville pour ses artistes intermittents du spectacle, mais il y a aussi des sculpteurs sur bois, verre, terre, et des peintres « souligne Jérôme Bonnet. Aussi c'est tout naturellement que pour débuter le duo a choisi d'inviter en ses murs des artistes locaux. De l'œuvre de Mathilde Algans, peintre résident à Laboutarié, on retrouvera des huiles sur toile. Elle y livre bien entendu des paysages d'ici ou d'ailleurs, mais aussi des portraits de personnage sans visage auquel chacun peut s'identifier. Car le travail de l'artiste, même s'il est figuratif, va bien au delà de ce qui est peint.

@

Publié le 29/11/2010 11:48 | LaDepeche.fr

Tarn et Dadou : Réforme territoriale, «Les ressourses de la taxe professionelle seront réduites de moitié»

Les élus de la communauté des communes réunis autour du président Pascal Néel à Lasgraïsses./Photo DDM

Le Président de la communauté de communes Tarn & Dadou, Pascal Néel, avait convié récemment dans la toute nouvelle salle des «Hauts de Ferrières»

l'ensemble des élus municipaux et secrétaires de mairies du secteur de Lasgraïsses à une réunion d'information sur les conséquences de la réforme territoriale. C'était la première réunion d'une série sur le même thème qui doivent aussi se tenir à Busque, Montans, Sénouillac et Rivières.

Le président rappela en effet en introduction que la réforme territoriale engagée par le président de la République était en train de s'instaurer sans réelle concertation, notamment par la suppression de la taxe professionnelle. Selon lui, elle va avoir des conséquences importantes pour l'ensemble des collectivités puisque la communauté de communes devrait voir ses ressources provenant des entreprises, divisées au moins par deux.

à la trentaine de participants, dont les maires de Lasgraïsses, Cadalen, Aussac ou Florentin, le président de Tarn & Dadou a indiqué que cette réforme n'est pas qu'une affaire d'élus puisqu'elle risque d'avoir également un impact sur le quotidien de tous les concitoyens et sur l'impôt des ménages. Il a ainsi appelé à mener une réflexion prospective sur la manière dont une fiscalité locale harmonisée, donc plus juste, pourrait s'appliquer demain à l'échelle du territoire intercommunal. Par conséquent pense-t-il, les risques que cette réforme fait peser sur Tarn & Dadou et ses 29 communes membres invitent à un renforcement des échanges entre les élus municipaux et les délégués intercommunaux, notamment par la tenue prochaine de quatre réunions complémentaires .

La communauté de communes exprime ainsi son souci d'être «en permanence à l'écoute de l'ensemble des préoccupations des élus locaux».

@

Publié le 29/11/2010 11:50 | LaDepeche.fr

Graulhet laborieusement vainqueur

Les Graulhétois s'imposent 15-12 face à La Seyne.

Graulhet respire un peu mieux. /photo DDM,

Jouer, pour se réchauffer, pour ne pas douter, pour gagner. Graulhet a attaqué la rencontre à 100 à l'heure. Thiry a été à peu du premier essai, d'entré de jeu. Mais, c'est La Seyne, par son buteur qui a ouvert le score. Graulhet s'est montré entreprenant et volontaire, dominateur en terme d'occupation de terrain, mais trop maladroit après la prise d'intervalle. Et des intervalles il y en a eu, à l'image du cinq de devant visiteur, en manque de rythme et peu efficace en défense. Le Sporting a mis longtemps à trouver des solutions, seul Gratton a lui, trouvé et heureusement, le chemin des barres. Il aura fallu attendre la 30 e minute pour voir les graulhetois mettre un bon coup d'accélérateur, pour offrir au final 3 points de plus à leur buteur, en récompense d'un faute visiteuse sur le ruck. Petites compensations pour une bonne volonté manifeste de faire plier les varois et les remonter un peu au classement. Malmenés en 2e mi-temps.

A la reprise, tour à tour, Gratton et Majeau ont raté les deux pénalités qui auraient pu donner un peu de confort au score. Curieusement, La Seyne a produit ses meilleures séquences en infériorité numérique. Le pack de Capdellayre s'est monté menaçant, sans conclure. Les graulhétois ont un long moment cherché le ballon qui ne leur appartenait plus. Pendant que Gratton ratait une pénalité bien placée, Arniaud réussissait la sienne de 50 mètres et remettait la pression sur les locaux. D'autant plus forte que l'ouvreur récidivait 3 minutes plus tard. La Seyne de nouveau à 14 avait décidé de vendre chèrement sa peau. Les ultimes minutes s'annonçaient stressantes. L'essentiel pour les hommes de Barbara, était de rester dans le camp adverse. Au terme du terme, l'arrière varois Ourak avait le match nul sur le pied de son drop-goal, passant de peu à côté. Graulhet laborieusement, avait réussi a préserver l'essentiel et enfin gagner à Noël Pélissou. G.D.

«On en avait besoin»

Benjamin Rioux : On en avait besoin. La victoire s'est appuyée sur une bonne conquête, mais nous n'avons pas été totalement en confiance. Ce match peut la faire retrouver.

Florian Auriac : Nous faisons une première mi-temps honnête, en n'hésitant pas à envoyer du jeu. Mais nous faisons des fautes. Heureusement, nous avons été conquérants devant, avec de l'agressivité. Cette victoire nous remet dans le bon sens. Il y a trois semaines, cette rencontre, nous l'aurions perdue.

Julien Barbara (captaine) : Nous retiendrons la victoire et la première mi-temps, durant laquelle nous avons réalisé de bonnes choses sans conclure. En seconde, nous avons eu l'occasion de tuer le match. Mais, les soucis de Mathieu Gratton nous en ont empêché. Nous sommes allés chercher ce succès. Il va nous permettre de retrouver la confiance.

@

Publié le 29/11/2010 11:46 | LaDepeche.fr

Labessière-Candeil : A l'école du développement durable

Etude de la maison bio-climatique avec Trifyl ./Photo DDM

L'équipe du Centre permanent d'initiatives pour l'environnement organise des visites et des rencontres dans le cadre du centre de ressources environnement et développement durable. Un récent rendez-vous était fixé sur le site de Trifyl. Une quinzaine d'enseignants et animateurs étaient présents pour une approche pédagogique des énergies renouvelables. Analyse de la structure d'une maison bio-climatique autour de la maquette, circuit pédagogique pédestre de 2 km autour des énergies renouvelables : les participants ont pu embrasser du regard le vaste chantier des casiers étanches où sont compactées les ordures ménagères, s'approcher de la plate-forme de préparation de combustible bois. Ils ont aussi constaté que fonctionnait le bioréacteur avec le gaz produit par la dégradation des ordures ménagères. Un riche temps d'échanges de pratiques pédagogiques a terminé cette étape sur le site départemental de Trifyl.

@

Publié le 28/11/2010 03:49 | LaDepeche.fr

Crins : L'Enfance dans les étoiles

Les enfants, parents et animateurs au pied de la fusée Ariane. /Photo DDM.

Dans le cadre du Cucs (contrat urbain de cohésion sociale), l'Amicale laïque de Graulhet a organisé sa deuxième «sortie famille» à la cité de l'Espace de Toulouse. Trente-huit enfants de la Maison de l'enfance de Crins accompagnés de huit parents et d' animateurs ont pu découvrir la station Mir, de la fusée Ariane 5, des expositions et films en 3D sur écran géant retraçant le voyage d'astronautes vers la lune, et l'exploration des nébuleuses et des galaxies .Petits et des grands sont repartis avec des étoiles plein les yeux et la promesse de se retrouver pour d'autres rencontres familiales sur le quartier de Crins. G.D

@

Publié le 27/11/2010 03:52 - Modifié le 27/11/2010 à 07:45 | LaDepeche.fr

Le braqueur de la pizzeria arrêté dans les combles

La pizzeria avait été braquée en mars dernier. / Photo DDM, J-C C

C'est à une interpellation pour le moins inhabituelle que les policiers du commissariat de Graulhet ont procédé dans l'affaire du braquage du Formul'pizza qui s'est déroulé en mars dernier. La longue et minutieuse enquête a permis d'identifier un individu qui a été interpellé par les forces de l'ordre à son domicile. De prime abord, le suspect n'était pas présent, mais c'était sans compter sur le flair ou l'instinct des policiers. En montant sur plusieurs étagères ils ont fini par accéder aux combles de l'habitation où ils ont découvert l'intéressé - qui n'avait sans doute pas la conscience tranquille - caché sous une épaisseur de laine de verre. Même si le vol à main armée date de plusieurs mois, l'action judiciaire et policière se poursuit et l'auteur présumé a avoué avoir participé au vol à main armée. «Les enquêteurs ont été perspicaces et je me félicite du travail réalisé en collaboration avec la juge d'instruction Elodie Billot en toute confiance » déclare le commandant Alain Fourès, chef de circonscription, qui ne sera pas plus loquace sur cette affaire en cours d'instruction. Ce qui est sûr, c'est qu'outre la lutte contre la délinquance « de surface «, les investigations se poursuivent en profondeur sur les affaires en cours. J-C C

@

Publié le 26/11/2010 09:59 | LaDepeche.fr

Un nouveau chemin de la Bouscayrolle

Les riverains ont participé à l'inauguration de la rue. Les services municipaux de la voirie quittent le chemin de la Bouscayrolle pour le plus grand plaisir de ses riverains qui bénéficient d'une voie flambant neuve. « J'ai entendu vos plaintes : ce chemin était devenu impraticable en raison des stigmates laissés par le temps, les divers épisodes neigeux et chantiers qui s'étaient succédés », confiait Claude Fita, lors de l'inauguration de cette voie. Et d'ajouter : « Sans oublier les nuisances sonores en raison de la proximité des services techniques. Je comprends ce que vous avez enduré. Et il est vrai que ce bâtiment n'était pas à sa place au milieu de ces habitations ». Cerise sur le gâteau, le maire annonçait une seconde bonne nouvelle : «Je vous informe que les services techniques de l'usine Catalo quittent ce site pour rejoindre le nouveau centre technique sur la zone. Finis les nuisances matinales et les défilés de camions ! Retour au calme ! ».

Guy Peyre, adjoint aux travaux, soulignait pour sa part « J'aurai moi aussi aimé que ces travaux soient réalisés plus vite, mais il était important de lancer ce chantier en tenant compte de l'étude des déplacements en ville. Cette réflexion nous a permis de trancher pour le sens unique de la zone vers le centre ville. Une voie dédiée au stationnement côté usine Catalo et une voie douce à l'opposé ont vu le jour ». Et si au début le sens unique n'enthousiasmait pas tous les habitants, aujourd'hui il est apprécié : « On a beaucoup moins de circulation devant nos portes et les véhicules passent plus doucement ! » témoignaient des riverains qui ont pu retrouver le plaisir de sortir dans leur jardin ou de vivre les fenêtres ouvertes…

Quant au devenir de l'usine Catalo : ni boulodrome, ni salle des fêtes, les bâtiments seront vendus et la seule vocation envisageable du site sera de l'habitat, probablement des maisons en primo accession.

@

Publié le 26/11/2010 09:58 | J-C C.

L'art floral est en plein «boom»



Une fois par mois Laurence Gaillard donne des cours d'art floral à la maison des associations aux membres de la Ola qui compte à ce jour plus de 250 adhérents, toutes activités confondues. Depuis un an et demi l'ancienne fleuriste donne des cours chez elle et au sein d'associations et de MJC. « Le but est que les personnes puissent refaire ce travail chez elles « explique Laurence. Passionnée, outre les fleurs qu'elle se procure chez les grossiste, elle ajouter feuilles ou écorces qu'elle va chercher elle-même. A la maison des associations ce sont des groupes de douze personnes qui suivent ses conseils. « Si besoin est, il est possible de doubler les cours « explique Maryse Bouzinac, responsable de l'atelier avec Rosette Lemboulas. Après un premier essai couronné de succès en avril, l'atelier est devenu régulier. A l'approche des fêtes de fin d'année la demande pourrait même augmenter.

@

Publié le 25/11/2010 11:05 | LaDepeche.fr

La mairie achète l'usine Vieux

Graulhet. La mairie achète l'usine Vieux Le conseil municipal a décidé à l'unanimité d'acquérir un ensemble immobilier présentant un intérêt pour le plan de redynamisation du bassin graulhétois tant sur l'aménagement des berges du Dadou que le traitement des friches industrielles. L'ensemble autour de l'ancienne usine Vieux est d'une superficie de 7000m2. Le Juge commissaire du tribunal de commerce de Castres a rendu une ordonnance portant cession de gré à gré pour la somme de 15000 euros au profit de la commune de l'ensemble immobilier. Au cours des débats Jean-Claude Amalric a demandé « Quel en sera le devenir ? » avant de préciser « On peut y faire un nombre conséquents d'appartements ». Pour l'heure rien n'a été arrêté quant au devenir du site qui devra être dépollué. Mais à ce prix là, les conseillers n'ont pas hésité.

@

Publié le 25/11/2010 08:51 | J-C Clerc

La bière calabrune se teint en rousse


C'est au cœur de la ville que la gamme de la Brasserie des Vignes s'élabore. /Photo DDM, J-C C.

La bière d'hiver de la Brasserie des Vignes fait désormais partie des traditions. La Calabrune, bière millésimée, est chaque année différente. Pour l'édition 2010, disponible ce jeudi, c'est une mèche rousse qui orne le front des chevaux qui figurent sur les étiquettes - en français et en occitan - de cette boisson réalisée artisanalement par des passionnés.

La petite fabrique de bières artisanales née en 2005 élabore sa propre gamme de bières au fil des envies et des idées des amoureux qui ont créé cette brasserie atypique. « L'idée était de travailler avec des houblons plutôt typées. Il y a un véritable phénomène venu des petites brasseries américaines qui suscite un engouement « explique Stéphane Dumeynieu, créateur de la brasserie qui est intarissable sur les techniques du brassage comme sur l'actualité de cet univers. Ce travail sur le houblon est réalisé en parallèle de celui de création d'un collectif sur le houblon. Celui que l'on retrouvera dans l'édition 2010 de la Calabrune a été récolté en fleurs à Lasgraïsses. « Habituellement pour huit hectolitres nous utilisons 1,5 kilo de houblon pour la Libertine, notre bière la plus amère.

Pour la Calabrune de cette année nous avons utilisé huit kilos de houblon et 1,5 kilo de fleurs fraiche « souligne Stéphane Dumeynieu a qui les paris audacieux ne font pas peur.

La convivialité et le partage étant deux autres des valeurs des brasseurs graulhétois, une journée spéciale sera organisée ce dimanche au 21 bis du chemin de la Bouscayrolle de 11 heures à 17 heures avec le cirque Pistil et une grande assiette espagnole.

D'ores et déjà ceux qui attendent avec impatience la fin de la maturation du premier whisky bio 100% tarnais, travaillent à d'autres projets. Quant aux curieux et aux connaisseurs, ils ont rendez-vous ce dimanche pour déguster la nouvelle Calabrune et discuter avec d'autres amateurs et ces passionnés qui élèvent la brasserie au rang d'un véritable art.

@

Publié le 24/11/2010 10:20 | LaDepeche.fr

Départ canon pour la natation

Les nageurs de Graulhet au challenge 81 à Lavaur.

Les jeunes nageurs ont effectué une sortie prometteuse lors du premier challenge 81 à Lavaur. Laura Pau a réussi un excellent chrono sur 50 dos en 42.31, Camille Guiraud sur 200 4 nage a« grappiller »plus de 10 seconde sur son meilleur temps en 3.35.24, Emma Maury a boucle son 100 m nage libre en 1.30.29. Notons également les très bons débuts de quelques poussines 1ère année comme Justine Vaudé qui a nagé le 50 dos en 50.82 ou Charlie Ramboer sur la même nage en 53.96.

Pour les garçons, qui hors mis Guillaume Baron qui est de plus en plus à l'aise en dos (50.72 au 50 mètres), n'étaient représentés que par des nouveaux venus, Hugo Michel à laisser entrevoir un très gros potentiel et a nagé le 100 nage libre en 1.46.66 ; Mathieu Aussenac, Ismaël Tabouche et Julien Vidal ont eux aussi fait de très bons chronos.

Inter-clubs

Excellente surprise que de retrouver l'équipe fille du club sur la 3e marche du podium de ces Interclubs derrière l'équipe 1 d'Albi et de Lavaur. Emmenée par Aurélie Guittard, Frédérique Aissani, Tiphanie Manens et autre Laura Pignat, l'équipe a donné son maximum tout au long du week-end. Le bon retour de Marion Bages, la jeunesse de Camille Guiraud, Laura Pau, Maeva Méric, Cécile Péaquin, sans oublier la bonne prestation de Marie Pierre Blanc, ont été déterminants.

Si les filles ont performé coté podium, les garçons de leur coté, ayant à faire à des équipes d'Albi, de Mazamet et de Lavaur très confirmées, ont accroché une très jolie 4eme place.

Les 10 nageurs de l'équipe ont tous très nettement amélioré leur 100 mètres lors du premier relais de la compétition (- 4 sec pour Jordan Cavaillé, - 5 sec pour Samy Freslon).

Lors des nages individuelles, Robin Lacroux a nagé un très explosif 100 m papillon en 1.12.57, Bastien Boyer a franchi un nouveau cap sur 100m dos en 1.09.10, Adrien Boyer réalise 36.28 au 50 NL, Vincent Stignani est toujours très près de « casser la minute » sur 100 NL et Thibaud Aulaire a bouclé le 1500 m en 22.30.67

@

Publié le 24/11/2010 10:20 | LaDepeche.fr

La rue Verdaussou perd momentanément ses commerces

Graulhet. La rue Verdaussou perd momentanément ses commerces

Ouvertes respectivement depuis 6 et 3 ans, les boutiques Carré Cuir de Pascale Combès et Justine A fleur de Peau de Corine Bascoul, récente lauréate de la charte qualité, comme six autres commerces graulhétois, annoncent la liquidation de leur stock. Les deux se sont engagées sur un projet de mini-centre commercial qui devrait voir le jour du côté de Sirou, dans les mois prochains. La fermeture des deux boutiques avant la délocalisation est expliquée par le bail de location reconductibe 3 ans, arrivant à terme. Juste à côté, l'enseigne Allo les Chiens, toilettage canin, vient de déménager en haut de la rue Verdaussou. Ce qui laisse momentanément la boucherie Py orpheline des se commerces mitoyens.

@

Publié le 23/11/2010 09:44 | LaDepeche.fr

Rassurer les investisseurs

Ces premiers résultats ont conduit les personnes présentes autour de la table de travail à s'interroger sur l'opportunité de mettre en place un outil méthodologique qui poursuivra le travail du BRGM et rendra cohérentes les actions ultérieures. Comme le soulignait Stéphane Delannoy, inspecteur des installations classées à la DREAL : «Une mégisserie X n'est pas vraiment différente d'une mégisserie Y. Sachant que 90% des sites industriels graulhétois sont des mégisseries, on pourrait harmoniser la connaissance globale en rédigeant un document tel un cahier des charges. Il permettrait de développer une vraie stratégie d'action pour les différents interlocuteurs et notamment les investisseurs privés qui ont besoin de connaître les surcoûts liés aux traitements particuliers de ces sites».

Si le souci des partenaires était bel et bien de soutenir la municipalité dans son chantier de traitement des friches industrielles et dans sa volonté d'en réhabiliter certaines au cours des prochaines années, il était aussi question de permettre une réhabilitation des friches industrielles par des acteurs privés.

@

Publié le 23/11/2010 09:44 | LaDepeche.fr

Friches industrielles : l'inventaire a débuté

Le comité de pilotage de l'inventaire historique urbain.

Fil rouge de l'équipe municipale de Claude Fita, le traitement des friches industrielles industrielle se poursuit avec l'inventaire historique urbain ou IHU et c'est une après-midi studieuse et fructueuse qui s'est déroulée à l'occasion de la visite du BRGM à Graulhet (Bureau de recherches géologiques et minières). La ville est la seule de Midi-Pyrénées à avoir sollicité le BRGM en vue de réaliser un Inventaire historique urbain (IHU) et seulement quatre en France (Lyon, Grenoble, Amiens et Graulhet) on décidé de se doter d'un tel outil.

Recenser à l'échelle cadastrale tous les sites industriels - abandonnés ou non -, de 1850 à nos jours, conserver la mémoire de ces sites, fournir des informations utiles aux acteurs de l'urbanisme, du foncier et de la protection de l'environnement sont autant de missions du BRGM. « Ces données seront consultables et diffusées auprès du public. Notre volonté est de mettre en transparence un maximum d'informations sur les friches industrielles et de poursuivre l'action de dépollution », soulignait Claire Fita, adjointe en charge du PRBG (Projet de redynamisation du bassin graulhétois). Elle était aux côtés d'Evelyne Verlaguet, en charge du projet urbain, de représentants de la DREAL, de l'ADEME, de la communauté des communes Tarn et Dadou et des archives départementales, lors de ce comité technique. Durant ce dernier les premiers résultats ont été présentés, notamment ceux concernant les sites prioritaires : anciennes mégisseries Sudre, Tignol, Gasc, Rouzières, Mary Larquie et Deras-Bourdariès. Pour chacun de ces sites, le BRGM a dressé une fiche présentant la succession des propriétaires, l'activité, l'inventaire des produits utilisés et des présomptions de pollutions, les événements ayant pu se produire, dressant ainsi une véritable carte d'identité du site.

@

Publié le 22/11/2010 09:41 | J-C C

Maison de retraite : de la musicothérapie au secteur Alzheimer

La remise du « coup de pouce «

L'atelier thérapeutique de musicothérapie réalisé dans le secteur des Bleuets de la maison de retraite du Pré de Millet, s'adresse à des personnes atteintes de troubles du comportement. Il permet de réactiver des souvenirs et des habitudes perdus. Animé par un ancien soignant formé à la musicothérapie, il permet d'observer, au fil des séances, des progrès chez des résidents de plus en plus concentrés et intéressés. Jouer des airs de chansons anciennes favorise la reconnaissance des sons et des mélodies et permet de stimuler la mémoire. L'utilisation d'instruments stimule la praxie (motricité fine) tandis que l'animation favorise la concentration de chacun et l'écoute de l'autre. Aussi c'est avec un grand plaisir que madame Arnoux, présidente de l'association « Vivre ensemble chez nous « et Danielle Guiral, directrice de l'hôpital de Graulhet, ont reçu un chèque de la Caisse d'Epargne pour subventionner cet atelier thérapeutique de musicothérapie. A cette occasion les membres de la direction et les administrateurs de la Caisse d'Epargne ont pu visiter le secteur des Bleuets et visualiser le déroulement d'une des séances. Elles se déroulent dans le salon de l'unité, deux fois par mois.

@

Publié le 20/11/2010 03:55 - Modifié le 20/11/2010 à 08:13 | R. Bornia

Fiac : Un plongeon de 20 m dans l'Agout


Le muret n'a pas résisté au choc. La voiture a plongé dans l'Agout./Photo DDM, R.B.

Un accident de la route qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques s'est produit hier, au petit matin, à Fiac.

Il est 3 heures du matin. Une Renault Modus circule sur la départementale 43 qui relie Fiac à Viterbe.

A proximité du château du Vergnet, la conductrice perd le contrôle de son véhicule qui percute le parapet du pont enjambant l'Agout. La Renault Modus de couleur blanche dévale le talus et finit sa course 20 mètres en contrebas, dans la rivière. Dans l'habitacle, deux jeunes femmes qui tiennent le bar restaurant « le Shoji » à Lavaur.

Miraculeusement, elles ne souffrent que de légères blessures. Les sapeurs-pompiers du centre de secours de Lavaur, qui combattaient à la même heure un important incendie dans le centre ville (lire en page Lavaur) ont été alertés. Ils se sont rendus extrêmement rapidement sur les lieux. À l'endroit de l'accident, au lieu-dit « Montagne », la route se rétrécit au niveau du pont. À l'arrivée des secours, le muret était totalement détruit.

Dans la nuit noire, les pompiers sont descendus en rappel pour porter assistance aux deux personnes. Fort heureusement, la voiture n'était pas submergée par les eaux, peu profondes de ce côté-ci de la rive. Par mesure de prudence, les deux jeunes femmes ont été transférées en ambulance jusqu'aux urgences du centre hospitalier de Lavaur pour y subir des examens de contrôle.

Les gendarmes du PSIG de Castres ont été les premiers appelés sur les lieux, rejoints par leurs collègues de la communauté de brigades de Lavaur, chargés d'établir les causes exactes de l'accident.

@

Publié le 20/11/2010 03:50 | M.C

Saliès : Expositon de pigeons


Jacques Taurines, éleveur de pigeons orientaux, présente ses oiseaux aux élus./Photo DDM.

Près de 650 personnes sont venues voir l'exposition colombophile à la salle des fêtes de Saliès.

Des races de pigeons variées, dont certaines très rares, comme le messager de Damas ou Damascène, avaient été exposées à cette occasion.

Les visiteurs ont aussi apprécié les tableaux sur les pigeons réalisés par les enfants lors d'un atelier peinture.

La journée s'est terminée par le moment très attendu du tirage de la tombola.

Jacques Taurines a gagné l'huile sur toile «Pigeons en famille» offerte par Chris.

Tous nos remerciements aux éleveurs présents qui ont répondu aux nombreuses questions des visiteurs intéressés. Les éleveurs tiennnent aussi à remercier la commune de Saliès, la ville d'Albi, le conseil général, l'ACS et la Colombe Albigeoise qui ont permis à cette exposition de se tenir à Saliès.

@

Publié le 20/11/2010 03:54 | LaDepeche.fr

Repas des anciens employés du Rey


Les anciens employés de la mégisserie du Rey, toutes générations confondues, se sont retrouvés comme l'hiver dernier, au Restaurant de l'Aviation à Graulhet. Après des retrouvailles chaleureuses, non sans émotion, les cinquante participants ayant répondu présent ont partagé un repas animés de souvenirs et d'anecdotes, du temps ou l'usine employait plus de 200 personnes .

Les organisateurs de cette manifestation, Francis Tirefort et Marc Couturier, ont déjà prévu d'organiser d'autres retrouvailles l'année prochaine.

@

Publié le 19/11/2010 09:30 | LaDepeche.fr

Les "jardins partagés" prennent place à la Jonquière



Inscrits dans le cadre du CUCS (contrat urbain de cohésion sociale) et dans le projet de rénovation urbaine, les jardins partagés - initialement imaginés sous la forme de jardins familiaux - sont des terrains collectifs constituant un outil économique et social au service de la population, mais aussi un support d'éducation à l'environnement. L'accès à des parcelles individuelles ou collectives soutient le développement du lien social en facilitant les échanges entre personnes et entre générations. Lors du dernier conseil municipal les élus ont choisi à l'unanimité de mettre à la disposition de l'association un terrain situé à « La Jonquière », chemin de la Prade d'une superficie de près de 10 000 m2. Huit graulhétois travaillent au travers de la régie de territoire à la construction des cabanons de jardin et de toilettes sèches. Les parcelles individuelles qui seront prochainement attribuées ont une superficie de 50 à 100 m2. Quatre zones pédagogiques, réservées aux écoles et aux centres de loisirs, mesurent quant à elles 150 m2. D'autres parcelles seront aménagées pour les personnes à mobilité réduite.

@

Publié le 19/11/2010 09:30 | LaDepeche.fr

Ce soir, on bouge


Deux bus et la magie du cirque ont été nécessaires pour ' transporter ' les spectateurs.

Pour une première édition l'opération « Ce soir on bouge ! » a été couronnée de succès. Au total une centaine de Graulhétois ont pris part à l'action permettant de profiter de spectacles proposés dans les villes environnante.

C'est en collaboration avec la Scène nationale d'Albi que Clotilde Bergeret, adjointe à la culture, a imaginé ce concept. Avec deux bus affichant complet, cette première édition est déjà une réussite. L'ambiance était aussi au rendez-vous sur le trajet avec les refrain bien connus « Chauffeur, si t'es champion…». Arrivé à Albi c'est une ambiance « cabaret «»qui était au rendez-vous sous le chapiteau de la compagnie Rasposo. Musique tzigane, titis parisiens, macho italien, « poupées » d'une souplesse extrême ou clown aux multiples talents ont mis des étoiles « plein les yeux .»

Via la régie de territoire et la médiatrice Noria Djillali, des familles graulhétoises ont bénéficié de places offertes par la mairie. Une soixantaine au total. A la sortie du spectacle, l'émotion était au rendez-vous. Mamans et enfants se sont réunis autour de l'adjointe graulhétoise pour la remercier, tout simplement. « C'était magnifique, on en a pris plein les yeux ! Le clown était super !», confient les enfants de Djemilla.

«Super !», lance Isabelle. « C'est la première fois que je vois un spectacle », concède Charly, « Les musiciens sont remarquables », assure Nicette, « J'ai adoré quand le clown s'amuse à éteindre les lustres et que d'un coup tout semble tomber ! », poursuit Zacharia. « Quelle joie de voir ces enfants heureux et ces mères de famille comblées ! Pour certaines, c'était une première : elles n'étaient jamais allées sur Albi et n'avaient jamais vu de spectacle. Voir des enfants avec le sourire, c'est pour moi la meilleure des récompenses », conclut Clotilde Bergeret. Cette initiative pourrait donc être reconduite pour permettre au plus grand nombre de découvrir de nouveaux spectacles.

@

Publié le 18/11/2010 09:38 | J.-C.C

60 OrdiLib' contre la fracture numérique


Le proviseur du lycée Clément de Pémille (au centre)/Photo DDM J-C C

C'est le lycée Clément de Pémille qui a été, mardi dernier, le premier établissement duTarn a recevoir les « OrdiLib'» du conseil régional de Midi-Pyrénées. Ce nouveau dispositif permet aux élèves entrant en seconde, qu'elle soit générale ou professionnelle, première année de BEP, BEPA, CAP ou CAPA dans un lycée public ou privé sous contrat, d'acquérir un ordinateur portable personnel à des conditions privilégiées.

Sur les 32 600 élèves qui pouvaient faire cette demande, près de 13 000 ont souhaité bénéficier de cette opération. «C'est une réussite de part le nombre de personnes qui ont fait cette demande, mais aussi d'un point de vue social car les deux tiers des demandes ont été réalisées par des personnes des trois tranches de plus faibles revenus», explique Bruno Roussel, directeur adjoint de l'éducation au conseil régional. C'est à dire des foyers aux revenus inférieurs à 2000 € mensuels pour un couple avec deux enfants.

Pour les familles des élèves, le coût de l'ordinateur, de sa garantie, de l'assistance technique ainsi que les logiciels, la mallette et la clef USB compris, dépend des revenus. Elles doivent ainsi débourser entre 30 et 480 €. «Au delà de l'outil de travail pour les élèves, cette opération permet aussi de faire entrer l'outil informatique dans des familles qui, sans ça, n'auraient pas pu s'équiper», souligne Bruno Roussel.

Durant la remise au lycée graulhétois, une équipe du conseil régional a livré les ordinateurs.

Jusqu'au 16 décembre elle livrera près de 13 000 ordinateurs dans 95 lycées de la région. Cette dernière consacre 12 millions d'€ sur trois ans à cette mesure, devenant la première région en France métropolitaine à mettre en place un dispositif permettant aux élèves concernés d'acquérir un ordinateur portable personnel à des conditions privilégiées.

@

Publié le 18/11/2010 09:38 | J.-C-C

Voitures dégradées : intervention musclée place du Château

Depuis le mois d'octobre les dégradations sur des véhicules ont repris dans les rues Graulhétoises. Celles-ci ont été commises dans un large secteur géographique, sans fréquence particulière. Les appels à témoin ont finalement porté leurs fruits dimanche après-midi, deux personnes signalant à la police qu'un individu tapait dans les vitres de voitures stationnées. Mais lorsque deux fonctionnaires de police sont intervenus pour interpeller l'individu, celui-ci a lancé un appel à l'émeute et une trentaine de personnes, hostiles, ont encerclé les policiers. « Ils ont eu parfaitement raison d'effectuer un repli stratégique pour éviter un affrontement et mieux interpeller l'auteur des faits ultérieurement», déclare le commandant Alain Fourès qui dirige la circonscription.

Le compte rendu fait aux autorités départementales a permis de déclencher un rappel de l'ensemble du commissariat avec le soutien de la BAC d'Albi.

« Il faut saluer la rapidité des fonctionnaires et leur disponibilité» souligne le commandant Fourès. Quatre d'entre eux ont procédé à l'interpellation du suspect avant même qu'il ne puisse prendre la fuite. L'opération s'est déroulée rapidement et sans incident, si bien que la réserve n'a pas eu besoin d'entrer en action dans cette situation à risque. « Le dispositif repose sur l'intervention rapide de personnels rompus à l'exercice» rappelle Alain Fourès. Le sang de la personne interpellée, blessée à la main, et celui trouvé sur le rétroviseur d'un véhicule vandalisé, sont en cours d'analyses pour appuyer les témoignages.

La personne placée en garde à vue a cependant reconnu les faits qui se sont déroulés dimanche au château et dans les rues graulhétoises ces dernières semaines. Au total ce sont trente-cinq victimes qui ont été recensées. Ceux qui tableraient sur une démobilisation des policiers en raison de leur départ annoncé pourraient en être pour leurs frais.

@

Publié le 18/11/2010 09:17 | Éric Berger

Biscuiterie Bruyère à Lagrave : le pari de la tradition


Les deux sœurs Laure (à droite) et Léa Bruyère sont à la tête de la biscuiterie familiale créée en 1964 / Photo DDM, Michel Labonne

La Fondation La Dépêche a visité des entreprises de l'Albigeois. Parmi elles, la biscuiterie Bruyère à Lagrave, une PME familiale qui vend ses biscuits dans toute la France.

La Fondation La Dépêche poursuit son action pour promouvoir le savoir-faire des entreprises régionales. Avec sa méthode de fabrication qui reste traditionnelle, la société Bruyère sud biscuit est un bel exemple. Marie-France Marchand-Baylet, la présidente de la fondation, a pu le constater en visitant cette PME familiale qui emploie 18 personnes. À Lagrave, la biscuiterie fabrique de succulents croquants de Cordes. C'est l'un de ses produits phare. Si la façade de l'entreprise est bien visible depuis l'A 68, on connaît moins ses ateliers de fabrication dont sortent croquants, gâteaux à la broche et autres délices. A l'entrée, le visiteur est tout de suite dans l'ambiance avec une agréable odeur de biscuits qui l'accueille. La boutique présente les nombreux produits fabriqués sur place.

La société a conservé l'esprit artisanal qui régnait à ses débuts en 1964. C'est l'atout principal de la biscuiterie qui a la particularité d'être dirigée par deux sœurs, Laure (pour la partie gestion-production) et Léa (pour la partie salons, clientèle). L'autre atout, c'est la fraîcheur des biscuits : « On a zéro stock le soir. Tout ce qui est fabriqué part le jour même. C'est un plus pour le consommateur » insiste Laure Bruyère qui n'hésite pas à mettre la main à la pâte. « J'ai commencé par un CAP pâtisserie » rappelle la chef d'entreprise qui avec sa sœur mise sur la tradition et le savoir-faire.

La biscuiterie vend aujourd'hui dans toute la France (épiceries fines, grandes surfaces, grossistes) et exporte à travers l'Europe, voire plus loin. « On vient d'envoyer notre première commande pour le Japon » se félicite Tony Thimiot, responsable de la boutique dont les rayons ont de quoi faire craquer tous les gourmands.

Comme le souligne Marie-France Marchand-Baylet, « la réussite de la biscuiterie entre parfaitement dans le cadre des actions de la Fondation qui a créé un conservatoire des savoir-faire » consultable sur son site internet.

@

Publié le 18/11/2010 09:39 | LaDepeche.fr

Saint-Gauzens : Grande réunion de famille


Toute la famille réunie autour d'Ernestine.

Ernestine possède une grande et belle famille Sous l'impulsion de sa fille, une réunion de famille « géante » a été organisée à la salle des fêtes de Saint-Gauzens pour fêter ses 90 ans. Parents de tous horizons, enfants, petits enfants, arrière petits enfants, soit plus de 100 personnes ont répondu présent à l'appel de la fille d'Ernestine. Les familles Cabaussel et Dauba ont ainsi pu célébrer la doyenne de la journée. Cette fille d'agriculteur, agricultrice elle-même, qui a beaucoup travaillé aime à parler du temps passé, et non du temps qui passe… Très au fait de l'actualité elle se dit heureuse de profiter de sa retraite depuis plus de 30 ans. Tous apprécient son caractère rieur et sociable.

@

Publié le 17/11/2010 08:01 | Jean-Marc Guilbert

Castres : La voie urbaine nord ouvrira début 2011


Avec plus d'un trimestre d'avance, le prolongement de la voie urbaine nord ouvrira début 2011./Photo DDM Thierry Antoine.

Le prolongement de la voie urbaine nord, entre Bouffard et Empy, sera mis en service en début d'année avec presque six mois d'avance. Les conditions météo favorables et le contexte économique difficile des travaux publics ont accéléré la manœuvre.

Maillon indispensable pour enfin « boucler la boucle » du contournement de Castres, du moins pour sa partie programmée jusqu'à ce jour (1), le prolongement de la voie urbaine nord, entre Bouffard sur la route d'Albi et Empy sur la route de Lautrec, sera achevé avec quelques mois d'avance. En principe, ce tronçon d'un kilomètre et demi environ, en cours d'aménagement sur 2x1 voies, pourrait être mis en service en tout début d'année comme l'a confirmé le maire de Castres Pascal Bugis lors de la dernière réunion de quartier. Un technicien de la communauté d'agglo Castres-Mazamet précise toutefois : « Nous sommes toujours liés aux aléas climatiques mais on peut raisonnablement espérer une mise en service avant la fin du premier trimestre 2011. »

Le calendrier initial de cette opération, portée par l'agglo pour un montant estimé à 4 millions d'€, prévoyait une mise en service avant l'été. Cette avance est dûe à deux facteurs qui ont raccourci les délais. D'une part, la météo a été très clémente jusqu'à présent : « Il a surtout plu le week end et la nuit… » indique en forme de clin d'œil l'un des responsables du chantier. Par ailleurs, les entreprises de travaux publics subissent assez lourdement la crise et ont donc pu concentrer davantage d'équipes de chantier que prévu sur cette réalisation. Aucune mauvaise surprise technique importante n'est venue à ce jour perturber l'avancée du chantier.

Concernant le calendrier plus précis des opérations à venir, la réalisation du giratoire de la route de Lautrec, là même où se déroulent aussi les opérations de construction de l'hypermarché Leclerc, devrait se poursuivre jusqu'à la mi-décembre en principe. Sur la voie urbaine proprement dit, il ne manquera alors que la réalisation des enrobés (la couche de roulement) durant les premières semaines de 2011. Seules les opérations d'aménagement de sécurité et de signalétique manqueront alors à l'appel avant la mise en service. Ce sont ces ultimes finitions qui sont parfois les plus difficiles à maîtriser du côté des échéances.

Une fois achevée, cette route devrait contribuer à l'allègement de la circulation « interquartiers » et sur les boulevards pour le confort des automobilistes mais aussi des riverains du centre-ville.

Pour l'heure, le contournement de Castres prévu concerne la section entre la Borde-Basse et la rocade de Labruguière. Aucun projet n'est engagé à ce jour pour compléter le dispositif au sud entre Lameilhé et la Borde-Basse.

Le chiffre : 4 millions d'euros. Le coût hors taxes de cette réalisation a été estimé à 4 millions d'€. C'est un projet porté par la communauté d'agglomération Castres-Mazamet qui sera subventionné par le conseil général du Tarn. La route est organisée en 2x1 voies avec un échangeur à chaque extrémité. Chaque voie mesurera 3 mètres de large environ pour une emprise totale de 10 mètres.

@

Publié le 17/11/2010 09:28 | LaDepeche.fr

«La forêt magique à Crins»


C'est autour du thème de la nature que les enfants des centres de loisirs maternels ont pu pleinement profiter de leurs vacances.

Une journée dans les bois de la courbe en partenariat avec l' Amical Laïque de Graulhet. Une journée à Sivens avec un grand jeux organisé dans les bois et permis aux enfants de rechercher le magicien de la forêt Des activités autour de l' environnement : Land art avec une sortie à Fontbonne. Une sortie à la ferme avec cueillette de noix mais surtout un grand bol d' air. Le séjour s' est terminé avec un spectacle des enfants «La forêt magique» présenté aux parents autour d' un goûter convivial. Les actions environnement et social s' inscrivent dans le projet global de la ville elles vont perdurer tout au long de l' année dans chaque centre.

@

Publié le 17/11/2010 09:28 | G.D.

France-Galles se jouera à Albi


Il n'y aura pas un second match de gala «du centenaire» au stade Noël Pélissou, comme le 3 octobre dernier. / Photo DDM.Archives G.D.

Dans le cadre des festivités du centenaire du S C Graulhetois, la Fédération Française de rugby a attribué cet été, l'organisation de la rencontre France-Pays de Galles des moins de 20 ans au Sporting. La date est fixée au vendredi 18 mars à 20h 45, et la rencontre sera télévisée sur France 4. D'ou impossibilité de décaler l'horaire. Le cahier des charges de l'organisation, envoyé au club de rugby précise donc une puissance minimum de 1200 lux pour l'éclairage du stade. Or, après test, l'éclairage de l'enceinte de Noël Pélissou, inauguré il y a 25 ans ne développe qu'un maximum d'un quart à peine de la puissance demandée. De plus, les lampes comme les cônes sont devenus introuvables. Un devis à l'initiative du club, fait état de 120 000 euros pour la réfection. Un autre de 28 000 euros pour la location de quatre camions-mâts de 30 mètres, avec éventuels travaux d'aménagements au sol à ajouter. Des sommes logiquement impossibles à prendre en charge pour la collectivité.

Retour de bons procédés.

Par l'intermédiaire d'André Laur, président du comité du Tarn, Pierre Cathalau, le président du SC Graulhet a pris contact avec les représentants de la municipalité albigeoise, et les dirigeants du rugby albigeois. Ces derniers ont accepté d'heberger la rencontre. De son côté, Graulhet va assurer l'accueil de la sélection française et les terrains d'entraînements durant les trois jours précédents, ainsi que les repas officiels de deux délégations. Reste a trouver un terrain d'entente avec les albigeois fournisseurs des infrastructures et de services au sein du stadium. La municipalité par l'intermédiaire de son adjoint aux sports M. Franques, a fait savoir aux graulhétois qu'ils pourraient utiliser sans retour le stadium. Reste le SC Albi. Et après l'épisode du transfert de Lionel Estéban en pleine saison, du côté de Graulhet on pense bien à un retour de bons procédés.

@

Publié le 16/11/2010 09:39 | DM

Saint-Gauzens : Le 11 novembre dans la solemnité


Moment de recueillement pour la minute de silence.

Après le dépôt de gerbe de la municipalité, Mr Jean Vincent représentant de l'UFAC, l'union français des anciens combattants, a lu un message faisant entre autre référence à une lettre du soldat Martin Villagou : « Mes chers petits,… éviter à tout prix cette horrible chose qu'est la guerre ». Puis Christian Durand, le Maire, a énoncé le texte du secrétaire d'état aux anciens combattants Hubert Falco qui évoque la tombe du soldat inconnu ce « soldat choisi au hasard parmi les poilus morts pour la France et inhumé sous la dalle sacré en janvier 1921 ».

Après la minute de silence et la Marseillaise, le Maire a procédé aux remerciements divers et a invité l'assistance à prendre part au verre de l'amitié.

@

Publié le 16/11/2010 09:39 | LaDepeche.fr

Soirée du Secours populaire



Vendredi 19 novembre à 21 h à l'Auditorium le Secours Populaire de Graulhet organise une grande soirée au profit de ses actions. Au menu de ce rendez-vous maintenant traditionnel, en première partie: le Cirque Pistil avec numéros de portés acrobatiques, jonglages, avec trombone, clarinette, guitare, des numéros de cirque. Puis le Groupe Fiesta avec ses chants d'ici et d'ailleurs, et un nouveau répertoire à cette occasion. Le public pourra entendre, ou ré-entendre certains chants présentés et enregistrés lors du centenaire du rugby graulhétois. A signaler que ces artistes, purement locaux se produiront gracieusement. La soirée du Secours pop: l'utile et l'agréable. En 2009, 2 millions de personnes ont pu être aidées grâce à la générosité de tous.

@

Publié le 16/11/2010 09:39 | LaDepeche.fr

Les paralysés ont testé la ville


De nombreux lieux ont été visité et testés.

Jeannine Bernou du groupe « accessibilité » de l'APF (Association des Paralysés de France) a cheminé dans Graulhet dans le cadre de la campagne de sensibilisation « accéder 7 exister » concernant l'accessibilité du cadre de vie en sept points : la voirie, les établissements recevant du public, les parcs et jardins, le logement, les structures sportives, les établissements scolaires et les cabinets de soins. Elle a pu constater les nombreuses difficultés matérialisées par une silhouette rouge qui ont entravé sa progression à l'aide de son fauteuil électrique ; telles que la voirie en général, le pont saint Pierre, l'auditorium, les toilettes publiques, la gare routière, le stade Pelissou… « Faire ses courses, utiliser les transports, flâner dans un parc, aller au stade, au cinéma ou a une exposition, autant d'actes de la vie courante qui doivent être accessibles à chacun d'entre nous. Parce que l'inaccessibilité est la première des discriminations pour les personnes en situation de handicap. L'APF continuera à faire respecter la loi du 11 février 2005 concernant l'intégration à tous les niveaux du handicap dans la vie sociale de tous les jours « explique Claude Riche qui représente l'APF.

Les silhouettes vertes mentionnant une bonne accessibilité ont été apposées au foyer Léo Lagrange, au forum, à l'Office du Tourisme et à la CPAM. Un certain nombre d'établissements tels que la poste, l'hôpital, ont des projets d'amélioration et de rénovation tendant à une accessibilité correcte.

En fin de journée les représentants de la municipalité et de la commission communale d'accessibilité conduite par Maryse Escribe ont fait part des projets pour l'année 2011. « L'accessibilité n'est pas une dépense superflue c'est un confort pour chacun d'entre nous pour permettre à tous de vivre ensemble.

Faciliter l'accessibilité des personnes ayant un handicap c'est permettre leur autonomie et leur indépendance, deux facteurs essentiels de la liberté de la personne» conclut Claude Riche.

Résultats du rugby (2ème quinzaine de novembre) :

21 nov. : Chateaurenard - SCG : 15 - 9

28 nov. : SCG - La Seyne : 15 - 12

Page réalisée à partir du site :

 

@

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement