Du Bruc à Ricardens

Actualités mars 2013


Publié le 01/03/2013 à 08:48  | La Dépêche du Midi |
 
De la magie du tri postal


«Comment le courrier arrive-t-il dans la bonne boîte aux lettres ?». Lundi, vingt-huit enfants du centre de loisirs de Crins, âgés de trois à six ans, ont découvert la plate-forme de distribution du courrier de Graulhet. Encadrés par leurs neuf accompagnateurs, ces enfants ont pu découvrir le métier de facteur ainsi que le parcours d'une lettre, les casiers de tri ou encore la messagerie où sont stockés les colis. Ils ont, pour ce faire, été accueillis par Philippe Guibaud, encadrant courrier à la plate-forme de Graulhet, qui leur a présenté les nouveaux casiers de facteurs qui s'éclairent, montent et descendent, qualifiés par les enfants de «bureaux magiques des facteurs». 

Pour conclure la visite, les enfants ont reçu leur diplôme de «jeunes facteurs en herbe». L'établissement compte une équipe de 74 personnes dont 64 facteurs qui effectuent 50 tournées desservant 49 communes. Pour un total de 3 680 kilomètres parcourus chaque jour pour délivrer en moyenne 27 299 objets.


Publié le 01/03/2013 à 08:49 | La Dépêche du Midi | J-C Clerc

 
Demain, c'est carnaval qui passe

Le carnaval dans le cœur de ville. /Photo DDM

Crêpes, chocolat chaud avec la cuisinette mobile du centre social, animations avec des vélos trafiqués par Frog and Rock, démonstrations par les élèves de l'école de cirque Pistil et du Poney City, brûlage du Bonhomme carnaval confectionné collectivement, musique avec La batucada… Cette année encore le Carnaval de Graulhet, qui aura lieu demain, fera date.

«Le rendez-vous aura lieu à 14h30 sur la place Jourdain et le défilé aura lieu de 15 heures à 16 heures, suivant le parcours habituel», explique Muriel Garin du cirque Pistil qui organise l'événement. Ce dernier est le fruit d'une synergie entre les associations de Poney City, Pistil et Frog and Rock et le centre social avec le soutien de la municipalité. En amont de l'événement, le centre social a invité celles et ceux qui le veulent à participer à un atelier de confection de costumes. Les retardataires pourront réaliser un «pétassou» occitan (tunique décorée de grandes bandelettes de couleurs vives) gratuitement ce vendredi, de 14 heures à 16 heures.

Si les costumes sont essentiels au carnaval, la musique aussi. Une batucada, orchestre à percussions, a répété à six reprises à la salle de l'Odéon. «Les instruments ont été confectionnés par notre ami Eder Paiva, musicien professionnel tarnais d'origine brésilienne. Une douzaine de personnes investies dans ce nouvel orchestre festif», précise Muriel Garin.

Après être passé par la mairie et emprunté la rue Gambetta avant de rejoindre le cœur de ville, le défilé se retrouvera à nouveau sur la place Jourdain où goûter et animations auront lieu de 16 heures à 17 heures. Si les bénévoles œuvrent depuis des semaines pour le bon déroulement de l'événement, celui-ci reste soumis aux aléas climatiques. Si d'aventure les conditions météorologiques n'étaient pas bonnes, le carnaval serait annulé et Bonhomme Carnaval serait en sursis jusqu'à l'année prochaine… Alors chacun croise les doigts pour qu'il soit brûlé dès demain après-midi en place publique.


Publié le 01/03/2013 à 08:51   Gérard Durand

 
Mazamet a tout à gagner et Graulhet a tout à perdre

Lors du match aller, Mazamet (en blanc) l'avait emporté 27 à 11 sur Graulhet (en rouge) ./Photo  Jean-Marie Lamboley

Dans ce calendrier déjà incohérent, et tronqué par les intempéries et les interdictions de terrains, il reste quelques îlots d'intérêts comme ce derby tarnais qui opposera dimanche les deux Sporting, le Graulhétois recevant le Mazamétain. Deux clubs qui présentent un profil assez similaire, en terme de résultats, mais qui vont aborder ce match avec des conceptions différentes de la victoire.

Mazamet, qui sort d'une victoire essentielle sur l'Étoile Catalane au pied de la Montagne Noire, vient à Noël-Pélissou pour assurer quasiment sa qualification, n'ayant à affronter ensuite que Thuir et Pézénas, les deux équipes déjà reléguées.
Graulhet de son côté avec cinq rencontres à jouer doit impérativement rester invaincu à domicile pour garder une petite chance de qualification, qui ne passera que par des exploits à Gaillac pour l'autre derby tarnais ou à Villefranche, chez un concurrent.

Pronostic difficile
C'est dire la lourde tâche qui attend les gars de David Gau, qui de son aveu même, reconnaît qu'une non-qualification aurait une incidence sur la stabilité de son groupe à l'intersaison prochaine.
Pauthe et Khattou comptent sûrement leurs dernières heures de joueurs, Bille est très courtisé et un échec précipiterait à n'en pas douter d'autres décisions. Une victoire relancerait les rouges et noirs pour ce long sprint de cinq rencontres qu'ils devront pratiquement toutes gagner.

De son côté, Mazamet, fort d'une victoire sans contestation possible lors du match aller, peut compter sur un rythme obligatoirement supérieur, les gars du président Patrick Ruiz ayant joué deux rencontres de plus que leurs adversaires durant ce mois de février.
Favoris, outsiders, l'enjeu est important, le pronostic bien difficile. Il y a dix ans pile, Mazamet a gagné une seule fois à Graulhet en 60 saisons. Les hommes de Farenc et Pagès sont parés pour la conquête de l'Ouest du Tarn. Ceux de Bellot et Gély sont prêts à les renvoyer patienter, à l'Est. Reste à espérer que le derby ne perde pas le Nord.


Publié le 01/03/2013 à 08:52   Propos recueillis par G.D

 
Benoît Bellot : «Ne pas avoir de regrets après ce derby»

Le staff graulhétois au grand complet sera-t-il à l'heure de la qualification ? Benoît Bellot est à droite sur la photo./ Photo SCG.

La valse des dates du calendrier. Quels sentiments vous inspirent ces perturbations Benoît Bellot, vous qui êtes co entraîneur du Sporting club graulhétois ?
Benoît Bellot : Après la défaite à Saint-Sulpice-sur-Lèze, les gars avaient envie de réagir tout de suite. Nous étions passés à côté et l'échec est autant chez les joueurs que chez les entraîneurs. Il tarde au groupe d'enchaîner les matchs pour pouvoir se lâcher. En attendant, on muscle les entraînements, on fait plus de physique pour rester dans le rythme.

La motivation est intacte ?
Avant la trêve, l'équipe était bien, collectivement. Si on n'a pas trop de blessés, ce sera plutôt un bien de jouer les cinq derniers matchs à la file.

Il en reste 5, il faut en gagner combien ?
Quatre minimum, avec en plus un bonus offensif et un bonus défensif, pour être certains.

À commencer par Mazamet qui vient chercher la qualification à Graulhet ?
Nous recevons deux fois, Mazamet puis Pézénas. C'est un tableau idéal malgré le challenge relevé. Ensuite, nous nous déplaçons deux fois à Villefranche-de-Lauragais et Gaillac ; en sachant qu'il faudra ramener au moins une victoire pour terminer par la réception de Céret. Mais il est vrai qu'une victoire de Mazamet ce dimanche serait synonyme de quasi-qualification.

Gagner, d'accord, mais comment ?
C'est vrai que nous marquons peu d'essais. Nous prenons donc peu de points de bonus comparé à des concurrents comme Argelés par exemple. Si on n'est pas timides, nous pouvons vaincre. Nous l'avons fait contre d'autres, comme Argelès Étoile catalane, Saint-Sulpice-sur-Lèze, Gaillac ou Villefranche-de-Lauragais à Noël-Pélissou. Nous avons les cartes en mains, si nous n'avons pas peur de nous engager de faire des fautes. Après ce derby, il ne faudra pas avoir de regrets.

Quel est l'état des troupes ?
Da Costa a fini la saison, Kasdorf, Balayé et E. Albert sont blessés. Enfin, Bille qui ne s'est pas entraîné depuis 15 jours est incertain


Publié le 02/03/2013 à 03:45  G.D.

 
20 ans et un ancien-nouveau président

Françis Gayraud dans la salle qui porte le nom de Bernard Gayraud, son regretté frère pionnier de l'escalade graulhétoise.

Naturévasion escalade a 20 ans. «C'est vrai, il faudra penser à fêter l'anniversaire», lance du haut de son surplomb de la salle de Nabeillou, le nouveau et ancien président Françis Gayraud, revenu aux affaires après 5 années assurées par Florian Cavenne. Si la prise est délicate, l'assise est sécurisée. Le club est depuis peu labellisé Fédération française montagne escalade et depuis juin, la salle est homologuée «nouvelles normes de sécurité». De quoi ravir les 85 adhérents dont une quarantaine composent l'école de ce sport dès 7 ans. «Depuis des années, le club aménage, modifie, améliore la salle d'escalade pour satisfaire les demandes de ses partenaires comme l'Amicale laïque, le lycée, la ville, le comité départemental, qui l'utilisent. Elle est devenue trop juste pour arriver à bien travailler. Nous souhaiterions une salle de pan pour l'initiation avec une approche ludique de l'escalade». Pour l'instant, la demande n'a pas abouti.

En attendant chacun et chacune vient s'entraîner dans cette unique salle associative du département et la centaine de voies différentes qu'elle propose. Un groupe féminin s'est composé. Un autre aborde une nouvelle pratique dérivée, la danse-escalade dont les rudiments ont été donnés par Antoine Le Menestrel, grimpeur-voltigeur de renommée internationale. Avec les beaux jours qui arrivent, Naturévasion Escalade a prévu les sorties loin du cadre des quatre murs de Nabeillou. A Montroc, Saint-Antonin, le Carroux ou les Pyrénées. «Avec un encadrement de professionnels ou de bénévoles diplômés d'Etat ou de la fédération». La sécurité avant tout.


Publié le 02/03/2013 à 03:50

 
Vacances : les générations jouent ensemble

Une quarantaine de petits et grands jeux, pour le plaisir de grands et des petites. /DDM.G.D.

Par l'intervention du centre social Caf ville, les enfants des centres de loisirs maternelles, les mamies et les papys du foyer-logement-résidence du Château ainsi que quelques parents ont partagé un après-midi ludique.
De nombreux jeux mis à disposition par les centres de loisirs et la ludothèque Graine de jeux ont permis à tous de partager un moment particulièrement convivial, comme durant chaque petite vacance.
«Le jeu est fédérateur, ces échanges autour sont intergénérationnels, interculturels. Ce sont des moments de partage à même de renforcer le bien vivre ensemble. C'est notre rôle d'impulser cette mixité», explique Chantal Peyrin, responsable du centre social.


Publié le 03/03/2013 à 03:49

 
Rugby : Programme chargé de fin de saison

Comme en octobre dernier, les jeunes seront sur le pré au printemps. /Photo DDM Archives G.D.

Grosse fin de saison prévue pour les bénévoles du Sporting, qui vont devoir, toutes compétitions confondues, organiser pas moins de six événements. L'école de rugby, avec l'amicale des supporters, va ouvrir le ban, avec le challenge Pierre Astié qui rassemblera les équipes de moins de 7, de 9 et 11 ans de tous les clubs du Tarn, le samedi 13 avril à la Jonquière. Mercredi 24 avril, c'est l'édition annuelle du challenge Marcel Batigne qui mettra en compétition à Noël Pélissou et à la Jonquière, des moins de 15 ans départementaux de Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon et Armagnac-Bigorre. 

Trois jours plus tard, l'école de rugby reprendre le relais pour le tournoi des Petits Graoulhétous, les moins de 7ans, à la Jonquière. Le jeudi 9 mai, grosse journée avec l'organisation à Noël Pélissou et à la Jonquière, des Pavois du Tarn, regroupant équipes de club séniors, jeunes et sélections. Le samedi 1 juin, le Sporting proposera une soirée autour de la finale du Top 14 au forum. Enfin, la saison se terminera par la nocturne de l'école de rugby, le samedi 15 juin à la Jonquière, avec le tournoi des moins de 13 et 15 ans.
Avec en prime peut-être, l'organisation d'un match de phase finale, ce qui n'a pas été le cas en fin de saison dernière par le fait du terrain préservé pour le match de foot amical du ...TFC.


Publié le 04/03/2013 à 09:49  Recueilli par G.D.

 
La victoire à Graulhet, le bonus à Mazamet

Le derby tarnais a logiquement tourné en faveur de Graulhet.


En manque de rythme, Graulhet s'est mis à l'abri grâce à sa première période./Photo DDM Emilie Cayre

Graulhet le dos au mur se devait de débuter sa série de cinq rencontres à venir par une victoire.
Mazamet, comptait sur un succès pour mener la vie dure aux leaders et mettre un orteil dans l'antichambre des qualifiés. Les besoins des uns et des autres n'étaient pas formellement identiques, mais ce derby valait par son enjeu. Les deux équipes ont montré un visage tendu dès l'entrée. C'est le buteur visiteur Alquier qui a ouvert le score de 50 mètres. Dumont a répondu, de cinq mètres face aux poteaux. Le stress a-t-il contrarié les désirs de locaux ?, le soleil gêné les transmissions ? Toujours est-il que les ballons tombés se sont comptés à la demi-douzaine dans le premier quart d'heure. Pas de quoi enflammer les débats. Seul éclair dans la grisaille des initiatives, Khattou débordant sur son aile, a raté la reprise de son coup de pied à suivre dans l'en-but. Dumont par trois pénalités a donné neuf points d'avance aux siens. De quoi donner un brin de confiance pour la suite, bien sûr.

Bis-répétita en seconde mi-temps, avec plus d'entreprise du côté de Mazamet, mais toujours autant d'erreurs collectives ou individuelles. À leur tour, les visiteurs laissaient échapper une occasion d'essai, Escande arrivant une seconde trop tard sur un ballon roulant dans l'en-but. Tournant du match, quand un effort du pack local délivrait un bon ballon pour les trois-quarts et Codjia en bout de ligne n'avait plus qu'à marquer l'essai. À partir de là et avec 14 points d'avance, les Graulhétois ont pu se lâcher en laissant la balle dans le camp mazamétain. La différence était faite et le gain du match ne semblait plus leur échapper.

Mazamet en supériorité numérique marquait en coin, l'essai de l'espoir, mais, non-transformé. Alquier d'une pénalité mettait de l'intérêt aux cinq ultimes minutes, mais une relance de loin envoyait Moulin à l'essai de la libération pour Graulhet. Mazamet arrachait le point bonus défensif en toute fin de match avec un essai à vingt passes de Marteau entre les poteaux.
Chacun trouvait son bonheur, mais c'est bien Mazamet qui a raté la bonne affaire et Graulhet qui a réussi à conserver la flamme allumée.

 

Mi-temps : 12-3
Pour Graulhet:
2 E. Codjia (55e), Moulin (78e), 4 P. Dumont (10e, 22e, 33e, 37e)
Carton blanc: Buéno (70e)
Pour Mazamet:
2 E. Marteau (70e, 80+3), 1 T (80+3) 2 P. Alquier (7e, 77e)
Carton jaune: Alquier (22e)
Carton blanc: Nunninger (74e)
Arbitre: M. Ramos (Lgdc)

Graulhet : Sarcia, Codjia, Montbroussous A., Boutié, Khattou (o) Dumont, (m) Albouy, Teyssier, Montels, Valette, Pauthe (cap), Regnier, Gouveia, Buéno, Goulignac. Entrés en cours de jeu:Vidal, Pégorer, Moulin, Anglade, Barthélémy, Mandagaran, Bille.
Mazamet: Raynal, Marteau, Pagès D., Alquier, Pagès M., (o) Escande, (m) Icher, Rayssac, Ruiz, Poret (cap), Albert, Cenès, Salles, Delort, Badiu. Entrés en cours de jeu: Basso, Nunninger, Maris, Froissard, Assemat, Marey, Glories.
Equipe Fédérale 2 B: Graulhet 3, Mazamet 20.

 
 
«Dommage de leur laisser le bonus»

Les vestiaires de Graulhet :
David Gau (président) : «Il fallait gagner et c'est fait. Nous pouvions scorer davantage en première mi-temps, se mettre à l'abri, sachant qu'en seconde nous allions manquer de rythme. De plus nous avons comptabilisé sept ballons perdus en touche, ce qui ne nous a pas permis de tuer le match comme nous aurions pu le faire. Maintenant, c'est Pézénas, il va falloir assurer».
Renaud Gély (entraîneur) : «Dommage de donner le point bonus à Mazamet à la fin. Nous n'avons pas eu assez d'emprise en touche en particulier, ou nous perdons trop de ballons.
À partir de là, on ne peut pas peser sur le match. Nous n'avons pas non plus su prendre Mazamet dans l'axe, là ou nous aurions pu faire le plus mal. À la fin nous manquons de rythme, par rapport aux trois semaines sans jouer.»

Sébastien Valette : «Nous avions une revanche à prendre par rapport au match aller. Nous avons plus joué que Mazamet, et je crois que c'était un bon match de rugby pour un derby. Dommage de laisser le bonus offensif à la fin. Maintenant, c'est Pézénas, et là aussi il y a une belle revanche à prendre !»
Quentin Buéno : «On fait une bonne première mi-temps et nous devons marquer deux essais au moins. Celui de Codjia nous met en confiance. Il faudra marquer contre Pézénas ceux que nous avons raté aujourd'hui, car là il faudra récupérer le bonus offensif».

Les vestiaires de Mazamet :
Patrick Ruiz (président) : «Notre énorme fin de match est à retenir, cela prouve que l'équipe a des ressources. Mais Graulhet mérite de gagner ce derby. Nous avions beaucoup d'intentions sur ce match, mais nous souffrons de trop d'inconstance, pour pouvoir le gagner. Notre jeu a été trop pauvre en première mi-temps».
Yoann Farenc (entraîneur) : «Une mi-temps pour chaque équipe. La réorganisation de notre ligne de trois-quarts avec le forfait de Stewart et la blessure de Pagès au centre, nous a perturbés. Graulhet mérite son avance de neuf points à la mi-temps. Nous avons dominé la seconde mais je regrette que nous n'ayons pas eu une pénalité en notre faveur. Nous perdons en prenant le bonus défensif. Il faudra prendre le bonus offensif contre Thuir.»
Mathieu Pagès : «Pour mon premier match en équipe 1, j'ai trouvé la rencontre très dure physiquement. Nous passons la seconde mi-temps dans le camp adverse et nous sortons avec le bonus défensif.»


Publié le 05/03/2013 à 09:06

 
La brevette restaurée a été réceptionnée
 

 
Les pièces maîtresses des archives municipales sont également restaurées au fil du temps. Après le fameux compoix, Claude Fita, maire de Graulhet a réceptionné dernièrement en mairie une brevette communale datant de 1716 et restaurée par La reliure du Limousin. Lors de son inspection des archives de la commune la directrice des Archives départementales du Tarn avait relevé le mauvais état de conservation et la nécessaire restauration de cette brevette, registre complémentaire des deux Compoix de 1575 restaurés en 2009. Cette opération d'un montant de 1508,16 euros TTC a bénéficié d'une subvention de 504,40 euros de la DRAC (40 % du montant hors taxes).


Publié le 05/03/2013 à 09:06

 
Les élus au secours de la bannière


Martine Languillon, Nadège François et Guy Peyre./ DDM

Enfermée dans son sarcophage protecteur la bannière de la Société du Secours mutuel de Graulhet, inscrite à l'inventaire supplémentaire des objets mobiliers classés Monuments historiques, vient de quitter les archives de la ville. Emportée par Nadège François, conservateur-restaurateur de textile, la bannière va reprendre vie.
«Nous sommes conscients de l'importance historique de cet objet et soucieux de sa préservation. Nous avons commencé en 2009 par inscrire cette œuvre à l'inventaire supplémentaire des objets mobiliers classés Monuments historiques, une inscription acquise en 2011, et aujourd'hui nous lançons sa restauration» explique Guy Peyre, adjoint en charge des travaux.

La bannière qui mesure près d'un mètre quarante de haut sur 65 centimètres de large est aujourd'hui en mauvais état de conservation. Nadège François, conservateur-restaurateur de textiles va procéder en diverses étapes pour restaurer cette œuvre : dépoussiérage, démontage des deux épaisseurs de la bannière, remontage après consolidation, remise en forme des tissus de la bannière afin de résorber les plis et déformations, consolidation à l'aiguille sur un support approprié, complétée éventuellement par un thermocollage si la soie s'avère trop fragilisée, pose d'une protection de surface. Enfin, un support pour présenter cette bannière restaurée sera réalisé. Le montant des travaux de restauration s'élève à 7953,40 euros TTC. Une demande de subvention a été adressée à la DRAC, au Conseil Général du Tarn et au Conseil Régional.

La bannière restaurée sera ainsi dévoilée à l'occasion des prochaines journées du patrimoine à Graulhet. «Nous désirons à l'issue des travaux pouvoir exposer cette bannière dans la salle du Conseil Municipal, dans une vitrine adaptée» conclut Guy Peyre.

Le pire incendie de l'Histoire
Le 25 mars 1862, la ville connaissait le pire incendie de son histoire qui dura trois jours, anéantis 48 maisons et privant 160 habitants de leur toit. En 1869, l'Empereur Napoléon III, sensible à cette catastrophe incite la ville à se tourner vers le secours de l'Union Mutualiste et en lui offrant une bannière à la devise «Aidons nous-aimons-nous» faisant de Graulhet la première ville mutualiste du Tarn.


Publié le 06/03/2013 à 08:01

 
Le premier Salon des bières et du vin en avril

La Brasserie des Vignes se veut un lieu de transmission de savoir-faire et de tradition brassicole mais aussi un espace d'échange, de culture  et de convivialité. / Photo FB

L'association Le Petit musée de la bière est étroitement lié à la Brasserie des Vignes, installée depuis 2005 sur Graulhet et depuis trois ans avenue Marcel-Pagnol dans une ancienne mégisserie.
Les deux valorisent la réhabilitation d'un patrimoine et surtout la transmission brassicole à travers les visites pédagogiques, accompagnées d'ateliers de dégustation. «En raison de la mouvance économique actuelle, de l'impact de l'industrie brassicole et des nouvelles taxes imposées à l'ensemble de la profession, certains brasseurs de Midi-Pyrénées ont souhaité se fédérer lors d'une manifestation afin de communiquer sur la renaissance d'une activité économique encore méconnue, les bières artisanales», explique Stéphane Dumeynieu, le brasseur graulhétois. «Cet événement refléterait la vitrine d'un secteur en expansion avec un savoir-faire présenté au public».

C'est ainsi que les 13 et 14 avril prochain, il organisera avec Fabienne Buzaud le premier Salon des bières et du vin de Midi-Pyrénées, autour des locaux de la Brasserie des Vignes.
À ce jour, une trentaine d'exposants sont inscrits, pour la plupart brasseurs artisanaux de toute la région. Une demi-douzaine de vignerons seront aussi présents, plus des producteurs de spécialités alimentaires.
Au programme, des ateliers de dégustation bien sûr, mais aussi des expositions, des conférences, des débats, mettant en avant une production méconnue dans la région, mais qui se développe. Un attendu échange de deux brasseurs intitulé «grandeur et misères d'une micro-brasserie» conclura les deux journées consacrées à la mise en avant de produits bien de chez nous.


Publié le 07/03/2013 à 08:00

 
Centrale voltaïque : Les travaux débutent enfin


Le projet avait été présenté au printemps 2009. /Photo DDM

Annoncé au printemps 2009 le projet de ferme photovoltaïque porté par Eosol, à la lisère de la commune de Busque, a dû être retardé au gré des aléas de la politique nationale dans le domaine des énergies renouvelable. Aujourd'hui les premier travaux de terrassement ont commencé sur le site.

Le projet d'une superficie d'une quinzaine d'hectares prévoit la possibilité de fournir l'équivalent de la moitié de la consommation des administrés de la commune, soit 6000 équivalents habitant. Cette ferme photovoltaïque, actuellement la plus avancée du département, s'était vu opposée un refus de permis de construire en mai 2009. Le préfet soulignait que la parcelle, situé sur l'emplacement d'une ancienne carrière, avec à côté une cimenterie, était à vocation strictement agricole. Une modification du plan local d'urbanisme a parmi de pallier à cet état de fait.

Ce projet est porté par la société EOSOL Énergies Nouvelles, basée en Aquitaine, spécialisée dans le développement, la construction, l'investissement et l'exploitation de fermes photovoltaïques. Cette centrale électrique, située à proximité de la zone de la Jonquière, bénéficie de tous les atouts pour ce type de projet du potentiel d'ensoleillement au raccordement enterré à proximité poste source de Graulhet. Elle devrait générer une puissance de 6 MW.Du côté de l'emploi 30 à 40 emplois devraient être générés pour une durée de six mois pour la construction et la mise en œuvre de la ferme photovoltaïque


Publié le 07/03/2013 à 08:00

 
La médiathèque met les femmes à l'honneur
 

A l'occasion de l'opération «Femmes de mars» la médiathèque Marguerite Yourcenar propose lecture à haute voix, causerie et exposition. Jusqu'à la fin du mois la médiathèque propose en effet une exposition baptisée «Femmes de Panessac». Réalisée par l'association Mémoire sociale Graulhétoise, elle comporte des films, des anecdotes et des photographie sur la vie des femmes autrefois dans ce quartie du centre ville.

Ce vendredi 8 mars à 10h30 la structure proposera une lecture à haute voix. «Mots de femme» est organisé par le centre social. Le même jour à 17h30 une causerie sera aussi proposée autour du vécu des femmes du quartier de Panessac.


Publié le 08/03/2013 à 08:02

 
La Navette change de circuits
 

Le service de transport gratuit a modifié ses horaires et ses trajets. Ce sont désormais quatre circuits qui sont réalisés, toujours au départ de la place du Jourdain. La ligne A jusqu'à Saint-André, la ligne B jusqu'au Forum, la ligne C jusqu'à la Bressolle, la ligne D passant par Nabeillou et la Bousquétarié. Cette nouvelle organisation a été réalisée à l'issue d'une consultation des usagers, en fonction de leur utilisation de la navette, de leurs désirs, mais aussi des contraintes inhérentes à la taille du véhicule qui ne peut desservir l'intégralité de la ville, notamment les rues les plus étroites.

Cette réorganisation permet d'irriguer des secteurs qui jusque-là ne l'étaient pas, notamment de nouveaux quartiers. La navette, qui reste gratuite, circule désormais tous les matins du mardi au dimanche, sauf les jours fériés. Ces horaires permettent notamment à chacun de se rendre au marché du centre-ville, mais aussi de ne plus se préoccuper du stationnement.
Renseignements et horaires par téléphoner au 05 63 42 85 50.


Publié le 08/03/2013 à 08:03  J-C C

 
Plaine de Millet, la passerelle arrive


La passerelle commence à s'élancer depuis la berge côté plaine de Millet./Photo DDM, J-C C

Malgré la pluie et les jours de grand vent qui ne facilitent pas le gros œuvre, le chantier de la plaine de Millet suit son cours. Un an après le commencement de la préparation du chantier et des premiers coups, les «chaises» sont enfin sur le site pour soutenir les premiers pans de la passerelle.
Les six tronçons fabriqués aux ateliers Saint-Eloi mesurent en moyenne vingt-cinq mètres de long. Ces imposantes pièces sont livrées et assemblées sur le site pourvu de piliers provisoires.

Un vérin de trois mètres, spécialement conçu à cet effet, a été construit pour pousser la passerelle par dessous, depuis la berge située du côté de la médiathèque.
Lorsque le mât sera dressé, il sera ensuite possible de positionner les haubans en câble clos et de démonter ces piliers provisoires. La passerelle accueillera une circulation exclusivement piétonnière reliant les quartiers Crins à la plaine de Millet.
L'ouvrage devrait alors devenir un maillon important du périmètre du centre ville élargi.

Un cinéma plaine de Millet
Car au delà de la réalisation de cet ouvrage évoqué depuis de nombreuses années, le Dadou et ses berges pourront prendre une toute autre dimension, en acquérant des fonctions urbaines par le développement d'usages sportifs et de loisirs. Côté plaine de Millet c'est un cinéma qui est en construction à côté de la médiathèque, comprenant deux salles de 200 et 80 places. Le hall d'accueil du public, spacieux, sera accessible depuis la rue de la Mégisserie, via une esplanade formant parvis. Le bâtiment développera une surface de près de 830m2 avec à proximité un parking de cinquante six places.


Publié le 09/03/2013 à 09:09  G.D.

 
SCG : victoire bonifiée obligatoire

En match en retard, le Sporting reçoit dimanche (15 h) Pezenas, l'avant-dernier.


Graulhet est en ballottage favorable pour la quatrième place./Photo DDM Emilie Cayre

Demain, le Sporting reçoit Pézénas à 15 heures. Les Héraultais avec 10 défaites et 2 nuls sur 14 matchs, sont avant-derniers et déjà relégués en Fédérale 3. Pour les Graulhétois, les données sont simples, et les résultats obligatoires. Il s'agit de sortir de Noël Pélissou avec les 5 points d'une victoire bonifiée, pour ne pas se retrouver distancé par les autres prétendants aux dernières places qualificatives. «La donne est claire, il nous reste quatre matchs à jouer et un maximum de points à prendre. La qualification est très disputée et le moindre point sera primordial. Nos concurrents directs ont pris ce point de bonus chez eux face à Pezenas,à nous de faire pareil», envisage Jules Montels qui voit ce match comme une occasion de montrer le vrai visage de son équipe. «Il faudra impérativement élever le rythme mais surtout être bons dans l'efficacité et le réalisme. Nous ne scorons pas assez sur nos temps forts. Le groupe est soudé et conscient que la saison peut vite se terminer. Nous ne voulons pas avoir de regrets alors nous allons tout donner pour nous qualifier».

Concentré sur l'objectif
Pour le troisième ligne, la victoire face à Mazamet a des valeurs d'encouragement. «Tout d'abord un sentiment de revanche accomplie car nous avions vraiment en tête le match aller où nous sommes passés à côté... On devait aussi se racheter de la piètre prestation de Saint-Sulpice. L'envie de bien faire et de jouer dimanche était bien présente après les deux reports des deux week-ends précédents. Seulement nous avons manqué de rythme et d'application, surtout en deuxième mi temps». Secteurs montrés du doigt, la touche et la conservation du ballon. «Il est impératif de rectifier le tir dans ces domaines pour mettre notre jeu de mouvement en place. Le système mis en place et adopté par tous fonctionne bien mais nous avons du mal à l'utiliser car «la base» n'est pas assurée». Reste l'état d'esprit des joueurs de Pézénas. «Nous savons à quoi nous attendre. C 'est une équipe qui n'a plus rien à perdre et qui jouera libérée. Il vont certainement jouer l'embrouille comme au match aller. A nous de rester concentré sur notre objectif».


Publié le 10/03/2013 à 03:48

 
Renouvellement du projet «club balle ovale»


Dans la cour de l'école Victor Hugo.

Fort du succès rencontré en 2012, le Comité Départemental de Rugby relance l'opération «Club Balle Ovale» en partenariat avec l'Amicale Laïque de Graulhet et le centre de loisirs de Briatexte. À la rentrée des vacances d'hiver, chaque mercredi matin (de mars à avril : 6 séances), des enfants âgés de 8 à 11 ans de Graulhet et de Briatexte, seront initiés aux rudiments du rugby par le Comité Départemental (en 2012, 35 garçons et filles avaient participé au projet).

Ce «club balle ovale» développé pour la deuxième année a pour objectif de faire découvrir l'activité pour un public non licencié et d'utiliser cette discipline comme un outil éducatif et pédagogique. Ce projet développé par le Comité Départemental de Rugby se ponctuera par un déplacement à Albi pour assister à l'entraînement de l'équipe professionnelle de rugby du Sporting club albigeois le mercredi 17 Avril 2013. Ce projet éducatif est soutenu par le Contrat Urbain de Cohésion Sociale de Graulhet.


Publié le 11/03/2013 à 09:11

 
Des podiums pour l'Avant Garde


Une partie de l'équipe féminine de l'Avant Garde Graulhétoise.

Briatextea accueilli la coupe du Tarn de gymnastique. L'Avant Garde graulhétoise dans toutes les catégories y a décroché de bons résultats. En Promotion junior jolie brochette avec Chloé Pontié 1ère, Léa Christon 2ème, Julia Records 3ème, Charlène Gobbato 4ème, Audrey Goncalvés 5ème.
En Promotion benjamine, Coralie Lourenço 3ème, Manon Assalit, Léa Cathelin, Lory Nsir, Marie Puech, Aude Delmas et, Aurore Blanquet dans les points. En Promotion Minime, Aurélie De Oliveira 1ère, Romane Galinier 2ème, Océane Lourenço, Aloë Barral 2ème.

En Honneur Minime, Juliette Sénégats 4ème, Océane Pineldans les points. En Honneur cadette, Elise Ibars 1ère, Elisa Chabut 2ème, Emma Garcia 3ème. En Excellence Minime, Alexia Marco 1ère, Mélissa Velin 2ème. En Excellence cadette, Mélanie Vaurs 1ère, Elodie Venne 2ème, Alicia Bellières 3ème, Camille Célariès 4ème. Félicitations à toutes ces gymnastes et remerciements à Eugénie, Amandine, Manon, Meredith et Astrid d'avoir œuvré pour le club en tant que juges ainsi qu'aux entraîneurs Justine, Elsa, Ophélie, Jacky et Coralie.


Publié le 11/03/2013 à 09:11  J-C C

 
Environnement : des déchets à la base d'une filière


Plusieurs centaines de tonnes de déchets verts vont être transformées. /Photo DDM, J-C C.

Que deviennent les déchets issus de l'élagage des arbres le bord des routes ? S'il y a quelques années ils étaient simplement brûlés sur place, ces résidus sont aujourd'hui à l'origine d'une filière qui alimente les chaudières des industriels et des particuliers. «Chaque année le volume que nous récoltons se compte en centaines de tonnes» explique Arnaud Bonafous, gérant de la société Agri sud-ouest à Graulhet. Passionné de machines agricoles anciennes et diplômes en poche, il a créé sa société en 2005, s'adressant aux collectivités comme aux particuliers et professionnels. N'étant pas issu du milieu agricole, Arnaus Bonafous a commencé en louant ses services pour les travaux d'élagages.

Aujourd'hui il travaille avec plusieurs conseils généraux et son entreprise compte une dizaine de salariés et des saisonniers, notamment pour les moissons ou le fauchage du bord des routes. Elle propose d'ailleurs ses services en Midi-Pyrénées, du Languedoc-Roussillon Aquitaine. «Il semblerait aujourd'hui impensable de brûler ses déchets issus de l'élagage ou de l'abattage alors qu'ils peuvent trouve rune nouvelle vie» souligne Arnaud Bonafous. Rassemblés à Lasgaraïsse, ils sont broyés en plaquette sur place. Une entreprise spécialisée se charge de les sécher et de les conditionner pour un usage domestique ou industriel. Cette matière première d'origine locale, est bien moins onéreuse que le fioul alimentant traditionnellement les chaudières.


Publié le 11/03/2013 à 09:29  G.D.

 
La cavalcade graulhétoise

Victoire bonifiée pour le Sporting.


Les Graulhétois ont rempli leur contrat./Photo DDM Emilie Cayre

Pour les Tarnais, gagner avec le point de bonus offensif était impératif. Les en empêcher était la mission des visiteurs. Absents de longue date, blessés, Graulhet a dû recomposer sa première ligne en titularisant pilier droit, le jeune formé au club, Thomas Pégorer. Graulhet a ouvert le match de la plus pragmatique des manières en marquant 3 points sur pénalité. Dans la foulée, Codjia à la récupération d'un ballon plein champ, pointait le premier essai qui laissait augurer la cavalcade. Restait à ne pas tomber dans un rugby de carnaval. Mais, puisque la défense héraultaise, passée maître dans l'art de l'embrouille, ressemblait au calendrier de la Fédérale 2, les locaux ont vite compris qu'un peu de sérieux dans les enchaînements, mettrait de l'embarras. A 15 contre 13, les Graulhétois ont marqué un deuxième essai en force par Pauthe. Mais il a manqué un brin de réalisme aux rouges et noirs pour «tuer le match».

Au contraire, Pézénas, qui n'est pas sorti du match, marquait au pied des poteaux en force, par Kadous et ratait juste avant la pause, la pénalité qui aurait mis l'équipe en bonne position.
A la reprise, Pézénas souvent a la faute et pénalisé, a subi la domination graulhétoise. Logiquement, à deux de plus, le pack local a enfoncé le clou et marqué en bloc, par Gouvéia. Pézénas, sans abdiquer, a tenté ses coups, a proposé un jeu sans plus de complexes à la limite de la réussite. Elle est venue sur une relance de 50 mètres et un exploit personnel en bord de touche de Flamant, marquant une «Fofana» en coin. En réponse, face à une équipe encore réduite, Codjia y allait de son doublé. Le bonus n'était plus qu'à un essai. C'est Mandagaran qui le pointait en coin au terme d'une classique sur mêlée.

Petite frayeur en fin de match quand le huit visiteur était stoppé à un mètre de l'en-but local. Suivent deux rencontres à l'extérieur pour Graulhet, qu'il va falloir négocier par au minimum une victoire. Périlleuse aventure.

 
 
Graulhet 32-Pézenas 12   (Mi-temps : 15 à 7)
Pour Graulhet : 5 E. Codjia (4e, 66e), Pauthe (23e), Gouvéia (49e), Mandagaran (73e), 2 T. Mandagaran (23e, 49e), 1 P. Bille (1e)
Carton jaune: Mandagaran (54e)
Pour Pézénas: 2 E. Kadous (38e), Flamant (59e) 1 T. Goudal (38e).
Carton jaune: Saez (14e)
Carton blanc: Idrissi (20e) Faure (45e) Kadous (48e), Péraltat (66e)
Arbitre: Mr Trieux (Béarn)
Graulhet : Bille, Marcel, Codjia, Boutié, Mandagaran, (o) Sarcia, (m) Barthélémy, Montels, Valette, Anglade, Pauthe (cap), Moulin, Pégorer, Bunéno, Gouvéia. Sont entrés en cours de match: Kasdorf, Regnier, Albert L., Teyssier, Albouy, Dumont.
Pézénas : Flamant, Mauras, Péraltat, Fleury, Blanc, (o) Goudal, (m) Guionnet, Draguis, Pradines (cap), Claret, Michel, Kadous, Idrissi, Saez, Faure. Sont entrés en cours de jeu: Gravejat, Barreau, Duchein, Cros, Castan, Alaranq, Suné.
Fédérale 2 B: Pézénas bat Graulhet 36 à 24.


Publié le 12/03/2013 à 09:02  J- C Clerc

 
«Je devais aux Graulhétois ce bilan»

Le maire Claude Fita présente son action


Claude Fita avec un bulletin municipal  sous forme de bilan./ Photo DDM, J-C C.

La campagne pour les élections municipales n'a pas commencé à Graulhet, mais… On se souvient de la création par Francis Auriol, ancien adjoint au maire de Françoise Rodet, d'une association avec à sa tête Jean Picarel -ancien maire de la ville - à l'issue de son plein gré (voir notre édition du 1er février). Et alors que Sylvain Bonleux, chef de file de l'opposition UMP, déclare qu'il faudrait une liste des centristes au FN (voir notre édition du 12 février), les Graulhétois vont trouver cette semaine dans leurs boîtes aux lettres un numéro spécial du bulletin municipal sous forme d'un bilan de l'action menée depuis 2008.

Le document de 80 pages est établi autour des trois thématiques «Vivre ensemble», «Cadre de vie» et «Vie de la commune» et est tout en couleurs et en illustrations. «C'est un devoir de dire à la population ce que nous avons fait pour elle. Avec l'équipe municipale nous avons mis en place beaucoup de projets. Ce document, je le devais aux 12.000 habitants de la commune pour qu'ils sachent ce qui a été fait avec leurs impôts», explique Claude Fita. Le maire de la commune souligne au passage que «le montant des subventions obtenues pour les dépenses d'équipement est passé de 6,7 % à 46,7 % grâce à l'engagement de l'Etat, de l'Europe, du conseil général du Tarn, du conseil régional de Midi-Pyrénées, de la communauté des communes Tarn et Dadou ou encore de l'ADEME pour le traitement des friches».

Cependant, à un an des élections municipales, Claude Fita précise : «Il ne s'agit pas là d'un document de campagne. Celui ou celle qui voudra assurer le prochain mandat devra présenter un projet pour la ville pour les six années à venir». Mais dans le contexte actuel, il ne fait aucun doute que certains pourront bel et bien prendre ce numéro spécial comme tel.


Publié le 12/03/2013 à 03:49

 
Les regrets du mandat
 

Même si le document apporte un éclairage sur la pléthore d'actions menées depuis l'arrivée de l'équipe municipale, il reste encore quelques projets qui n'ont pu aboutir et qui n'aboutiront pas d'ici la fin du mandat.
A l'instar de la passerelle la déviation permettant aux véhicules, notamment les poids lourds, venant de Saint- Paul-Cap-de-Joux, de contourner le centre-ville, est un autre serpent de mer graulhétois. «Pour cela il aurait fallu que ce projet figure dans le PLU de 2004. Je ne peux que regretter son absence», explique le maire qui souligne : «Il faudra que le contournement soit prévu dans le prochain plan local d'urbanisme en 2015. Si le projet prévoit une route départementale, ce sera au conseil général de décider, mais il faudra d'abord inscrire ce projet».

D'autres zones d'ombres se trouvent sur la place Jourdain et au Château. «Aujourd'hui nous lançons des études sur cette rénovation», explique l'élu qui confie : «Nous ne pouvions pas tout mener de front. Pour le projet de la plaine de Millet, nous pouvions compter sur des financements extérieurs et tenions à lancer des projets qui soient réalisables sans trop coûter au Graulhétois. Nous ne nions pas les problèmes, qu'il s 'agisse du barrage de Miquélou ou des friches industrielles, mais nous les traitons». Quant à la rénovation des places du Jourdain et du Château, il n'est pas sûr que la conjoncture des années à venir permette un taux de financement extérieur aussi important que celui obtenu pour les réalisations déjà lancées.


Publié le 13/03/2013 à 09:05  G.D.

 
C'est bien fini pour L'Union musicale

L' Union musicale dans les années 70 avec Fernand Dondeyne à la baguette.

Avec la dispersion des instruments et la remise des 400 partitions pour ensemble à la Fédération départementale, l'Union musicale a, cette semaine, rendu les locaux de l'immeuble Gambetta et ainsi cessé toutes activités, fussent-elles encore symboliques. En 1878, premiers pas de la fanfare qui essaimera d'autres groupes pour se réunir après la Première Guerre, avec les rescapés, derrière la bannière commune de l'Union musicale. Entre-temps le kiosque de la place du Jourdain aura été construit et les musiciens graulhétois se seront distingués jusqu'à Oran où ils ont reçu le Premier Prix en 1906. En un siècle, une quinzaine de chefs ont dirigé les pupitres de Philémon Andrieu à Marc Héral en passant par Fernand Dondeyne. L'Union musicale a ainsi connu ses heures de gloire jusqu'au milieu des années 90, avec une centaine de musiciens aux pupitres, des retransmissions radiophoniques et un passage historique à la télévision, pour les «Musiciens du Soir».

«La création d'une antenne de l'École nationale de musique, créant une école de musique sur Graulhet et nous obligeant à fermer la nôtre, a sonné le glas de l'Union. Les jeunes ont intégré les rangs des orchestres de l'école nationale au détriment de notre formation qui n'a pas pu connaître de renouvellement dans ses rangs», regrette Lionel Vallet, dernier président de l'Union musicale, qui succédait à Raoul Catalau et qui joue aujourd'hui, comme cinq autres musiciens graulhétois, dans l'Harmonie de Gaillac, avec laquelle elle avait d'ailleurs conclu une convention de partenariat il y a une vingtaine d'années. Cette fin définitive est pour Brigitte Vicent, qui a débuté à l'Union, à 7 ans, et qui joue toujours de la flûte traversière à Gaillac, un vrai crève-cœur. «Je revois toute l'histoire de cette Union musicale dont les anciens parlaient avec une certaine fierté. C'était en son temps une formation d'un sacré niveau». Pour refermer le grand livre de l'Union musicale, qui a formé tant de musiciens, l'épilogue mentionnera que plusieurs élèves issus de ses rangs sont aujourd'hui professeurs à l'École nationale de musique.

Publié le 14/03/2013 à 03:48

 
La Mémoire Sociale Graulhétoise a fait revivre Panessac
?
Les témoignages spontanés ont été nombreux. / Photo DDM.G.D.

Débordée par le nombre de participants, le hall de la médiathèque s'est avéré bien trop petit pour permettre a chacun de prendre place à l'invitation de Mémoire Sociale Graulhétoise. Un joli chahut qui a fait place au grand silence, quand a débuté le film que l'association a tourné, pour recueillir les témoignages de ceux et celles qui étaient enfants à l'époque et qui sont aujourd'hui des grands-parents. Dans un décor de portes et fenêtres closes, quatre ex-habitantes du quartier d'origine médiévale resté authentique mais quasi désert, ont évoqué leurs souvenirs. 

Mémoires d'après-guerre, du début de la télévision, des lavoirs communs, des discussions de devant la porte, de métiers disparus, de surnoms savoureux, de solidarité et de bonheur. Sitôt la projection terminée, Monique Faure et Robert Py ont fait parler la salle. Chacun et chacune y allant de son anecdote, ou parfois même du rappel d'une certaine rivalité entre quartiers du centre-ville. Deux heures après le début des débats, l'ordre du jour étant épuisé, tous se sont donnés rendez-vous sur les autres animations de ce Femmes de Mars qui a débuté de la plus populaire des manières.


Publié le 14/03/2013 à 07:44

 
Les véhicules anciens découvrent Trifyl

Véhicules essence et au biométhane se sont croisés.

Dauphine, Traction, 4 CV, R8 ou 4L... Le pôle des énergies renouvelables de Trifyl avait samedi dernier comme un air des années 60/70.
Et pour cause, le siège de Trifyl accueillait la première sortie de l'AGAV, amicale des véhicules anciens de Gaillac. Cette première virée 2013 de l'association, intitulée «sortie décrassage pédagogique» avait pour objectif de faire rouler les veilles mécaniques mais surtout de venir découvrir l'éco circuit de Trifyl.
Il s'agit d'un parcours pédagogique qui évoque la valorisation des déchets ménagers et, plus globalement, les missions remplies par Trifyl, service public du Tarn.

Bien sûr, les automobilistes se sont montrés très intéressés par la question des énergies fossiles et par le débat sur les énergies renouvelables ; un thème largement évoqué lors de la visite du circuit, et mis en scène par une station service musée.
Là s'est amorcée la discussion sur le lobby des pétroliers qui, dit un visiteur «freine l'évolution des carburants renouvelables comme le biométhane». Certains collectionneurs se sont même déclarés prêts à équiper leurs véhicules avec une telle carburation. «Mais après, comment s'approvisionner ?» fait observer un participant.

Rappelons que la station de distribution du biométhane produit par Trifyl à partir du biogaz issus des déchets ménagers (et qui fait rouler des véhicules de la flotte Trifyl) n'est pas accessible au grand public. «Sur les routes de Midi-Pyrénées, et de France, on en trouve pas beaucoup, de stations de cette sorte» ajoute un des membres de l'AVAG.
Les visiteurs ont aussi fait part d'un vif intérêt pour la recherche développée par Trifyl sur l'hydrogène, bientôt produit lui aussi à parti des déchets. Preuve que les passionnés de mécaniques d'hier suivent de près les progrès technologiques et sont déjà prêts pour les énergies de demain.


Publié le 15/03/2013 à 08:41   J-C C

 
«On ne noie pas le poisson dans le flux des comptes»

La présentation des comptes administratifs a été l'occasion de virulents échanges./Photo DDM, J-C C.

Hier soir il était surtout question de chiffres au conseil municipal. Claire Fita, adjointe au maire en charge des finances, a d'abord présenté les comptes administratifs : «En comparant le bilan de l'équipe précédente, on constate que les augmentations des charges générales sont passées de 20% à +12%».

Il n'en fallait pas plus pour que Bruno de Boissezon prenne la parole pour fustiger : «Vous mettez des chiffres qui ne sont pas comparables. C'est trop facile quand on compare des torchons et des serviettes. La caisse des écoles était un artifice comptable. Le chiffre que vous prenez comme base 2007 n'est pas comparable avec celui de 2012». Claire Fita n'était bien entendu pas du même avis. «Là, nous comparons des masses financières. Votre remarque est intéressante. Il y a un jeu d'écriture, mais on parle de masse salariale. Il y a toujours des modifications à l'occasion de chaque budget. Le service de restauration a changé avec la création d'un groupement d'intérêt public. Tout cela a bien entendu des incidences».

Le ton est alors monté, Sylvain Bonleux prenant la parole : «Arrêtez de noyer le poisson ! Concernant les subventions, nous vous disons que c'est faux, car le périmètre 2007 n'est pas celui de 2012. Nous considérons que cette présentation n'est pas sincère». Et Claire Fita de rétorquer : «Ce que nous disons n'est pas faux. Les chiffres sont exacts. On ne noie pas le poisson».

«Mission accomplie»
Les comptes administratifs ont aussi montré l'évolution de la capacité de désendettement qui est passée de 31 ans à 17 ans de 2007 à 2012. «Mais si on enlève l'incendie du stade, on arrive à 30 ans», a souligné Sylvain Bonleux.«Nous avons eu une recette exceptionnelle de remboursement d'assurance. C'est vrai», a concédé Claire Fita, précisant «Mais vous n'allez pas jusqu'au bout et ne regardez pas la globalité des chiffres».

La conclusion revenait à Claude Fita, maire de la ville : «Nous avons demandé aux services de diminuer les dépenses sans diminuer les services à la population. Cette mission a été accomplie tout en améliorant par l'investissement le cadre de vie». Le compte administratif approuvé par la majorité, les deux oppositions s'abstenant.


Publié le 15/03/2013 à 08:41

 
Le cirque Aléa s'est posé place Bosquet
 

Le cirque Alea vient d'arriver en ville. Deux représentations seront données sous le chapiteau installé place Bosquet, samedi 16 mars à 20h30 et dimanche 17 mars à 16 heures. A peine entré sous le chapiteau étoilé, au son de l'orgue de Barbarie, le public y est plongé dans une ambiance chaleureuse et intimiste.

Sur la piste, onze artistes, acrobates, jongleurs, musiciens, enchaînent des numéros aussi variés que surprenants. La musique est omniprésente : les chants tsiganes, les tarentelles italiennes, le swing manouche, les airs traditionnels bosniaques ou macédoniens et les chansons françaises accompagnent et soutiennent les artistes sur la piste. Poésie et beauté naissent d'une note, d'un geste. Les artistes se donnent à leur public avec rage, folie et dérision mais surtout honnêteté et sincérité.


Publié le 15/03/2013 à 08:37

 
Réalmont : Venez découvrir le circuit des pigeonniers

Le groupe Graulhet Temps Libre sur le circuit des Pigeonniers.

C'est sous un beau soleil que l'association Graulhet Temps Libre s'est retrouvée dernièrement en Réalmontais pour découvrir le circuit des Pigeonniers conçu par l'Office de tourisme Centre Tarn à Réalmont. Ce circuit de quelques kilomètres, réalisable en autocar ou en voitures individuelles, propose aux groupes de découvrir une partie de notre patrimoine et la beauté de nos pigeonniers : pigeonnier à tour ronde, de type toulousain, à arcades… Tous plus beaux les uns que les autres.

Après avoir découvert quelques-uns des pigeonniers autour de Lombers (Saint-Pierre-de-Conils, Saint-Sernin…) et d'avoir pu profiter des explications de leur guide, le très sympathique groupe s'est ensuite vu proposer la visite de l'exposition de Michel Lucien, aménagée chez lui à Bel Soleil, exposition bien sûr sur le thème des pigeonniers.L'Office de tourisme Centre Tarn à Réalmont remercie ainsi vivement l'association Graulhet Temps Libre pour ce bel après-midi passé ensemble en Réalmontais.


 

Samedi 9 mars Chloé Lacan (double lauréate des découvertes «Alors chante», de Montauban) s'est produite à l'auditorium.

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr


Vendredi 15 mars, la maison des jeunes et de la culture de Graulhet a accueilli Irakli K trio. 

A suivre...

Publié le 16/03/2013 à 11:48   S.B.
 
Graulhet-Castres : La folle course-poursuite à 180 km/h d'un mineur


Hélicoptère des gendarmes./ Photo DDM 

Plusieurs brigades mobilisées, un hélicoptère de gendarmerie en soutien : un mineur a donné hier matin du fil à retordre aux forces de l'ordre. En voulant leur échapper, après avoir volé une voiture à Graulhet, il a surtout mis en danger sa vie et celle d'autrui. Tout serait parti d'un survol aérien du secteur de Graullhet dans le cadre d'une opération classique de surveillance routière mais aussi de prévention des cambriolages. Un hélicoptère de gendarmerie a repéré ce qui semblait être le vol d'un véhicule puis le comportement pour le moins anormal d'un conducteur au volant d'une Ford Galaxy. Alertée, une patrouille s'est mise en demeure d'intercepter l'équipage. Elle comprendra très vite que l'affaire allait s'avérer compliquée. 

Empruntant des routes secondaires, la Ford s'est dirigée à tombeau ouvert en direction de Castres. Plusieurs brigades étaient immédiatement mobilisées, guidées du ciel par l'hélicoptère, afin de ne mettre aucun usager de la route en danger. Le conducteur de la Ford n'hésitait pas lui à dépasser les 180 km heure ! La poursuite menait tout le monde aux abords de la cité castraise. De la voie rapide, la Ford plongeait rapidement vers le quartier de Laden. Le conducteur comptait sans aucun doute s'engouffrer dans des ruelles et s'évaporer dans la nature à pied. Hélas pour lui, les gendarmes avaient anticipé et lui ont tendu une souricière non loin de l'Intermarché. 

Seul à bord du véhicule, le conducteur, un mineur (presque adulte), déjà défavorablement connu des services de police, a été interpellé. Placé en garde à vue, il a été présenté au Parquet en fin d'après-midi. Puis, un juge de la détention et des libertés devait ensuite statuer sur son sort immédiat. Une enquête se poursuit.


Publié le 18/03/2013 à 08:51

 
Expo : les autoportraits de femmes libres

Quelques-unes des artistes d'un jour aux côtés de Sylvie Groschatau et Mika Lopez. / Photo DDM.G.D.

Vendredi soir, l'exposition Les Cartes du Corps, proposée par l'association 1 2 3 les Timides, a été inaugurée salle de l'Odéon. Les peintures de l'atelier animé depuis trois ans par Sylvie Groschatau, sont visibles le mercredi ou sur rendez-vous au 05 63 42 71 37.
Présentée dans le cadre de l'action Femmes de Mars, l'expo accueille aussi les œuvres personnelles des Camaléones, vingt femmes hébergées à l'Agora, et qui ont chacune réalisé en partie, une fresque personnelle, ou son visage et son corps est mis en valeur.

«Chacune d'entre-elles a réalisé le fond, et pris la pause, pour pouvoir faire le visage.» explique Mika Lopez, animatrice, qui a dessiné les contours. Un travail commun sur l'assemblage a donné un résultat surprenant dans lequel chacune s'exprime avec beaucoup de gestuelle, sur des thèmes chers de liberté, d'amour, de racines ou de devenir.
«Chacune d'entre-nous a essayé de traiter ce qui la touche ou parfois ce qui la détruit. A travers cet atelier, on a pu découvrir l'importance du dialogue et de la rencontre autour de la réalisation de ces peintures» conçoit Maco, styliste modéliste de formation et en stage à l'Agora. «Mon message c'est le bout du tunnel que j'entrevois» explique Khadija qui a peint comme les autres le fond de l'oœvre, avec force colombes.


Publié le 18/03/2013 à 09:14

 
Suzy Bastié n'est plus


Suzy Bastié a été capitaine de l'équipe de France./Photo DDM

Les basketteurs de l'ASB Gaillac étaient bien tristes ce dimanche. Ils venaient d'apprendre le décès, ce matin à 11 heures, de Suzy Bastié. Cette grande dame du basket a été internationale et capitaine de l'équipe de France. Elle a été également entraîneur à Graulhet, qui jouait alors en Nationale 1. La salle de Gaillac porte son nom. Suzy Bastié est décédée à l'âge de 79 ans, des suites d'une longue maladie.

Ses obsèques auront lieu mardi à 17 heures en l'église Saint-Jean de Gaillac. Le club de Gaillac, le basket tarnais et «La Dépêche du Midi» présentent à sa famille ses plus sincères condoléances.


Publié le 18/03/2013 à 03:49

 
Un livre sur Graulhet vu par les enfants du centre de loisirs

Un moment sympathique lors de la visite du premier magistrat.

Le centre de loisirs municipal de Crins sous la direction de Gisèle Moulis, a accueilli une cinquantaine d'enfants durant les vacances de février.
Plusieurs sorties dans la ville, des visites à la Poste, à la gendarmerie, la mairie, la maison des métiers du cuir, la mégisserie Lieutard, le cinéma et autres lieux incontournables.

A chaque étape, les enfants ont pu dessiner et écrire ce qu'ils avaient vu.
A la sortie, la compilation des meilleurs textes et dessins, ont permis de réaliser un grand livre à la couverture en cuir qui a solennellement été remis à Claude Fita, le maire, lors de sa visite vendredi dernier.


Publié le 18/03/2013 à 09:08  L.G.

 
SCG rugby : une défaite amère
 

La première alerte était donnée par la ligne d'attaque villefranchoise avec le centre Mathieu Mercier (3) qui ajustait un coup de pied tactique côté gauche dans le dos de la défense graulhétoise pour son ailier Mascarenc qui malheureusement n'héritait pas du rebond favorable. Ce coup de semonce devait être prémonitoire pour le XV villefranchois puisqu'après une pénalité validée par l'ouvreur tarnais Dumont (16), la même tactique faisait cette fois mouche. À la 18e minute de jeu pour cette seconde tentative, l'ouvreur Patey était à la manœuvre et l'ailier Mascarenc (18) finissait le boulot en sprintant et plongeant le premier dans l'enbut pour le premier essai de la partie transformé par Rallier.

En place et bien installé dans le camp visiteur grâce à son jeu au pied, le team lauragais concrétisait une bonne occupation du terrain et une nette domination territoriale. Mais il suffisait aux Graulhétois d'une brève incursion dans les 22 mètres fécévistes pour recoller au score après une seconde pénalité validée entre les perches par le buteur Dumont (33). À 7-6 en faveur des villefranchois à la pause le suspens était entier et les visiteurs du SCG donnaient toute la mesure de leur ambition avec deux drop-goal tentés mais avortés coup sur coup dès le coup d'envoi de cette 2e mi-temps (42 et 43). Il fallait attendre l'heure de jeu pour voir l'avance au score changer de camp (7-9) après la 3e pénalité graulhétoise réussie par l'arrière Bille (63). Sous le crachin persistant et un ballon détrempé, les maladresses dans la transmission de balle trouvaient un bon terreau d'où ni le FCV ni le SCG ne parvenaient à s'extraire. Dans ce combat de tranchée, le dernier mot revenait au buteur local Gérald Mercier dont le viseur ne tremblait pas face aux barres et validait avec assurance la pénalité de la gagne à juste 5 minutes du coup de sifflet final.

Villefranche-de-Lauragais 10 - Graulhet 9
MT: 7-6 ; arbitrage de M. Sanchez (Pays Catalan) ; 700 spectateurs.
Vainqueurs : 1E Mascarenc (18). 1T Rallier. 1P Mercier (75).
Vaincus: 3 P de Dumont (16 et 33) et Bille (63).
Evolution du score: 0-3 ; 7-3 ; 7-6 / 7-9 ; 10-9
VILLEFRANCHE : M. Mercier; G. Mercier, Tekurio, Rallier, Mascarenc ; (o) Patey (cap.), (m) Saffon; Impérial, Mignonat, Blache ; Julien , Antequera; J.Prax , Sanchez, G. Prax.
Sur le banc: Sidobre, Lux, Lemaître, Sicard, Capdevielle, Comet, Linger.
Exclu. temp.: Mignonat (15 carton jaune), Mercier M. (45, carton jaune).
GRAULHET : Bille ; Khattou, Monbroussous, Codjia, Mandagaran ; (o) Dumont, (m) Albouy; Moulin, Teyssier, Montels; Pauthe (cap.), Régnier ; Pegorer, Bueno, Gouveia. Sur le banc : Goulignac, Kasdorf, Albert, Valette, Barthelemy, Sarcia, Marcel
Réserves: FCV 20 - SCG 13



Publié le 19/03/2013 à 09:08

 
Le salon de la bière et du vin se prépare


Le salon aura lieu au cœur de la brasserie. / Photo DDM, J-C C.

Entretien avec Stéphane Dumeynieu, gérant de la brasserie des vignes et à l'initiative du salon de la bière et du vin prévu les 13 et 14 avril prochains.

Comment est née l'idée de cette manifestation ?
Le club des amis de la bière dont j'étais le présidant avait vu le jour en 2003 à Toulouse. On a réédité l'opération en 2004, 2005 et 2006 et 2008. Puis comme dans beaucoup d'association le bénévolat s'épuise. D'étudiant à vie de couple. Au cours des conversations avec les autres brasseurs on a discuté et l'idée et venue de recréer un salon sur la bière et le vin. La structure étant neuve, j'ai pris l'initiative de relancer l'idée.

Combien d'exposants sont prévus ?
Une quarantaine d'exposants prendront part à la manifestation. Il y aura des professionnels comme des brasseurs, des fournisseurs de matières premières, d'emballage. Il y aura aussi une partie découverte des bières, Robert Dutin qui a créé l'annuaire des brasseurs de France qui présentera un nouveau livre, Gilbert Delos journaliste à bière magazine ou Elizabeth Pierre qui fera un atelier de dégustation bière et Fromage. Il y aura le petit musée de la bière qui porte la manifestation, Graine de jeu qui propose des jeux traditionnels en bois, Culture occitane qui représentera un ancrage régional ou encore des tégestophiles qui collectionnent les objet relatifs à la bière. Les horaire seront à découvrir sur le blog http://brasseriedesvignes.blogspot.fr

Quels seront les temps forts ?
Plusieurs conférence auront lieu : «Grandeurs et misères de la création création d'un microbrasie», un atelier bières et fromages. Gilbert Delos interviendra sur l'économie brassicole et Robert Dutin sur la bière et gastronomie. Plusieurs concerts auront lieu avec Sylviane Blanquart et son orgue de barbarie, la fanfare de guitare, le groupe de rock «Control C». Le cirque Pistil proposera aussi des animations.

Quels seront les objectifs de cette première édition ?
D'abord se faire plaisir. Ce sera avant tout un moment pour se retrouver et faire connaître cette dynamique économique et sociale qui se déroule dans une convivialité assez rare dans le monde économique. Il permettra de faire découvrir une véritable diversité culturelle, sociale et gustative, un arc-en-ciel des saveurs et des couleurs des bières de Midi-Pyrénées et d'ailleurs.


Publié le 19/03/2013 à 09:11 

 
Dossier Prioritaire : ces friches industrielles qui nuisent à l'image de la ville

Au cœur de la ville, sous l'arche du Pont-vieux, des témoins de pierre du passé industriel./Photo DDM J-M.L

Au cours du mandat écoulé, le maire actuel et son équipe ont traité, de différentes manières, 6 friches industrielles et travaillé à la rénovation du quartier Saint-Jean et d'une partie du centre ville.

Une nouvelle passerelle, en construction, réunira bientôt les quartiers de Crins et de l'Albertarié, sur le secteur réaménagé du Pré de Millet. Le quartier d'En Gach, débarrassé de six tours, est en passe d'être labellisé éco-quartier.
Rénover les plus de 170 friches industrielles qui témoignent aujourd'hui encore, du déclin de l'industrie du cuir dans la cité, comme autant de doigts pointés tout le long du Dadou : «Pour la majorité des Graulhétois, ça a été une priorité. Ils m'ont élu sur ce projet», explique Claude Fita.

Une ville suréquipée
C'est tout le paradoxe de cette cité qui fût en son temps la 3e ville du Tarn devant Gaillac. Aujourd'hui 4e avec 12 600 habitants, la cité est suréquipée depuis les années 1970, du temps de son industrie florissante, avec entre autres un réseau d'assainissement surdimensionné, quatre groupes scolaires disposant chacun d'un centre de loisirs associé, et trois crèches qui depuis 20 ans ne connaissent pas de soucis de liste d'attente.

Tout ce qu'il faut pour attirer des entrepreneurs, à condition de transformer l'image de la ville en faisant disparaître un patrimoine l'abandon, propre à refroidir les investisseurs. L'industrie du cuir emploie encore directement 300 salariés (500 au total), avec des savoir-faire précieux liés à l'automobile et l'aviation et des innovations de pointe comme le cuir extensible.
«C'est une ville où on pourrait accueillir 2 000 à 3 000 habitants sans coût supplémentaire» estime Claude Fita.
Depuis deux ans, la population recommence à monter doucement, après avoir perdu une centaine d'habitants par an pendant 6 ans.


Publié le 19/03/2013 à 09:12 | 

 
La gauche en place, la droite en friche


Hier, sur le chantier de la passerelle qui relie les quartiers de Crins et de l'Albertarié./Photo DDM Jean-Marie Lamboley.

En 2008, après 13 ans de gouvernance à droite, la mairie de Graulhet a basculé à gauche. Les Graulhétois ont choisi dès le premier tour une liste d'union menée par le socialiste Claude Fita. La ville renouait alors avec la gauche, aux commandes dès 1944.
Le maire actuel, 64 ans, va-t-il se représenter? «Ce sont les militants qui décideront qui est le mieux placé» répond l'interressé, en masquant difficilement son envie de poursuivre, «l'envie est là, bien sûr; je suis passionné par ma ville et il y a encore des tas de choses à faire».

L'union faisant la force, à un an des municipales de 2014, la droite locale, par la voix de Sylvain Bonleux (UMP), 69 ans, conseiller municipal d'opposition, prônait il y a peu une alliance à droite la plus large possible, «des centristes au FN». «Le moment venu, nous aurons un candidat qui sera en mesure de réunir sur la même liste toutes les droites», déclarait-il récemment (La Dépêche-du-Midi du 12 février 2012).
L'extrême droite ne l'entend pas ainsi. «Nous présenterons une liste à Graulhet, une liste bleu-marine, comme dans toutes les villes du Tarn», confirme Jean-Paul Piloz, secrétaire départemental du FN 81.

UNE LISTE DIVERS DROITE
«Il y aura bien une liste divers droite», maintient Sylvain Bonleux. «Ce n'est pas moi qui la conduirait. Je ne vous donnerai pas de nom, nous sommes en train de décider» a ajouté l'élu UMP battu aux cantonales de 2011 (17,8 % au 1er tour).

PICAREL EN SPECTATEUR
Pour Jean Picarel, maire sortant en 2008, la messe est dite sans nuance: «Je ne me représenterai pas. J'ai 66 ans, je suis spectateur». Et l'ancien maire de souhaiter bonne chance au prochain, à celui «qui arrivera à colmater le chômage quand à l'échelon municipal, on a peu de leviers».

à droite encore, côté «Graulhet pour tous», 2e groupe d'opposition municipale , le centriste Jean-Claude Amalric (parti radical valoisien), regrettant de ne pas avoir été convié aux discussions sur une liste commune à droite, laisse planer le doute sur son éventuelle candidature. «Aujourd'hui je n'y pense pas, mais on ne sait jamais», lance le centriste, en attendant «qu'on se mette autour d'une table et autour d'un projet». Quant à Bruno de Boisseson, élu municipal UMP, si d'aucuns voient en lui le chef de file de la droite aux prochaines municipales, l'intéressé entretient le suspens. «La tête de liste sera dévoilée en temps et en heure», dit-il. Ce qui laisse à la droite le temps de défricher sa liste. Martine Lecaudey


Publié le 20/03/2013 à 08:59

 
Lombers : Décès d'un meunier de l'Assou

Pierre Roquelaure dans son moulin / DDM

Condoléances à la famille de Pierre Roquelaure dont les obsèques ont eu lieu lundi 18 mars. C'était un admirable conteur et historien. Un arrêt aux Plégats, 13ème moulin sur l'Assou, était toujours un plaisir pour le passager et l'hôte des lieux. Il ouvrait la cannelle et les meules ronronnaient. Les descriptions techniques étaient émaillées d'anecdotes savoureuses choisies suivant la personnalité du visiteur. 
Le meunier est parti à la veille pratiquement de l'assemblée générale de l'association régionale des amis des moulins du Tarn, l'Aram, présidée par le Lombersois Francis Roques. Elle se tenait dimanche 17 mars à Anglès. Les participants ont rendu hommage à l'ami Pierrot, un des fondateurs de cette association avec Pierre Rivayrand le meunier de La Bressolle à Graulhet. Noter les dates de la journée des moulins, samedi 15 et dimanche 16 juin 2013.


Publié le 20/03/2013 à 09:06

 
Tout sur la permaculture

Joris et Dorian Fonvieille, une philosophie de culture engagée dans le respect de la nature.

Jeudi 21 mars à 20 h 15, salle de la Démocratie à la mairie de Graulhet, aura lieu une conférence organisée par l'association des Jardiniers de France en collaboration avec les Amis du Jardin. Thème de la soirée : la permaculture. Sous ce terme un peu abstrait pour les jardiniers non initiés se cache un système d'agriculture basé sur des principes respectueux de l'homme et de son environnement (culture naturelle sans fertilisants chimiques ni pesticides), l'observation de la nature : on reproduit des écosystèmes tels que les forêts, les lisières et la coopération avec la nature plutôt que la lutte contre elle.

Cette réunion sera présentée par Joris et Dorian Fonvieille, deux jeunes Graulhétois de 23 et 21 ans, passionnés de nature et des alternatives «bien-être», suivant actuellement une formation par correspondance en 3 ans en herboristerie. Ils pratiquent la permaculture depuis quelques années dans le jardin familial et chez des amis.

Plus récemment, sur leur terrain d'1,6 hectare, ils ont planté des arbres (pêchers, pommiers, amandiers, noyers, noisetiers, pruniers), des légumes (fèves, pois chiches, tomates, haricots, etc), des aromates (thym, romarin, sauge, marjolaine, mélisse, hysope, sarriette, diverses menthes, verveine, persil, ciboulette, etc). Ceci pour leur consommation personnelle et celle de leur entourage.
Plus tard, ils aimeraient faire un jardin pédagogique pour apprendre à se servir des plantes : plantes potagères pour se nourrir, plantes médicinales pour se soigner.


 
Publié le 21/03/2013 à 07:59
 
Briatexte : Fiesta chante pour Maëlle

Le groupe Fiesta chantera pour une noble cause. /Photo DDM

Le groupe Fiesta de l'Amicale laïque de Graulhet,tient à s'associer au grand élan de solidarité organisé par la municipalité, pour aider les parents de Maëlle, une petite fille polyhandicapée. Vendredi 22 mars à partir de 20h30 ,Fiesta donnera un concert à l' Espace culture et loisirs de Briatexte (entrée libre avec une urne au profit de «L'association pour notre Maëlle». Médiathèque:

Samedi 30 mars a 20h30, la mediatheque de Briatexte présente «Florilege autour de Jean Ferrat», par l'association Art d'Autan. Les textes d' Aragon ou de Boris Vian, Georges Brassens et Vincent Van Gogh ou les chansons de Jean Ferrat, interpretees par un duo de musiciens fideles aux arrangements originaux.


Publié le 21/03/2013 à 08:00  G.D.

 
Le printemps des musiciens


Rastarn, sur scène devant ses nombreux fans.

Promouvoir les talents locaux, c'est le vœu commun que vont réaliser Clothilde Bergeret du service culture de la mairie et l'association Les Marées Chaudes de Fréda Garlaschi. Samedi 30 mars à partir de 19 h au forum, quatre groupes locaux vont se succéder sur scène. L'ouverture sera assurée par Rastarn. Suivront le rock progressif de Purple Plane, les chants du monde de la Rugissante, ses 26 choristes et son accordéon, et pour clore l'affiche, le reggae acoustique d'El Bombasin.

Pour Rastarn, «ze concert» sera l'occasion de faire étalage d'un talent confirmé récemment par une sélection décrochée lors des productions dans le métro parisien. Une reconnaissance qui leur a ouvert les portes de scènes nationales, à commencer par une tournée en Bretagne en mai et le festival Art Rock à St Brieuc. Un succès naissant qui ne monte pas à la tête des six musiciens qui répètent leurs compositions textes et musiques, dans une pièce à l'isolation acoustique renforcée, dans la rue St Jean.

«Nous jouons sur les petits festivals du coin, mais nous sommes bien partis pour, un jour prochain, pouvoir aborder les grandes scènes» annonce Fabien Durand le guitariste, partagé entre humour et espoir. Déjà rodé sur la scène du Bolegason et de Rues d' Eté, le reggae mâtiné de blues et de jazz, du groupe, devrait lancer une soirée pleine de surprises musicales. Les réservations sont ouvertes à l'office du tourisme.


Publié le 21/03/2013 à 08:05  J.L.G

 
Les adieux à Suzy Bastié : une grande dame disparaît

Suzy Bastié est décédée dimanche 17 mars à l'âge de 79 ans.

Sa disparition laisse le basket Tarnais, régional et bien au-delà, dans une immense peine, tant cette grande dame du basket aura marqué de son empreinte et de son sourire ce sport qu'elle aimait tant.

Née le 11 août 1934 à Gaillac, Suzy connait sa 1re sélection en équipe de France le 8 décembre 1955 à Pavie, en Italie, et sa dernière le 18 mai 1958 à Lodz, en Pologne, contre la Yougoslavie, après 18 sélections et 2 championnats d'Europe.
Joueuse internationale, elle devient ensuite entraîneur assistant de l'équipe de France féminine, de 1968 à 1979, avec sous sa houlette des grandes joueuses telles qu' Irène Guidotti, Cathy Malfois, Elisabeth Riffiod, Jacky Chazalon ou encore Jacqueline Delachet.

Les beaux jours de Toulouse et Graulhet
En club, Suzy fait les beaux jours de Toulouse puis de Graulhet, un club qu'elle entraîne de 1968 à 1977, avec à la clé un titre de champion de France fédéral (ex L2), en 68 et un de N2 (ex L2), en 1977.
Marie-Claude Dreuilhe, ancienne basketteuse, adjointe chargée des sports à la mairie de Gaillac, et amie de longue date de Suzy, se souvient: «J'ai connu Suzy dans les années 50, j'avais 10/11 ans et je jouais à Gaillac. Elle a ensuite quitté Gaillac, nous nous sommes retrouvées en 66/67 à Graulhet, je jouais, elle entraînait, et elle nous emmena au titre de champion de France».

Femme de conviction
Sportive de haut niveau, médaillée d'or de la Jeunesse et des Sports, Suzy Bastié était très engagée dans la vie locale, et notamment à Gaillac, sa ville de cœur: «Suzy a été conseillère municipale de 2001 à 2008, et s'est aussi très fortement impliquée dans de nombreuses actions, du salon du livre où elle était membre du comité de pilotage, au centre communal d'action sociale de 95 à 2008. Et elle s'investissait dans l'épicerie sociale Lou Mercat».

Sans oublier son investissement dans le projet de l'Oisel, la salle multisports dont le terrain d'honneur porte son nom, tout comme la coupe du Tarn féminine, la coupe «Suzy Bastié».
«Femme de conviction, femme de gauche, femme courageuse», Marie-Claude Dreuilhe admirait l'engagement de Suzy Bastié dans tous ses combats, y compris celui contre la maladie: «J'ai encore rencontré Suzy récemment. Elle souffrait mais se battait avec force.

Elle aura consacré toute sa vie à se battre, surtout pour les autres. Elle avait une vision humaniste du sport, elle aimait les gens et était toujours présente, dans les bons et les mauvais moments. Son humour et son grand sourire étaient communicatifs».
Un grand sourire qui illuminait encore la salle Suzy Bastié le 5 mai dernier, lorsque cette grande dame du basket remettait à son équipe de Gaillac la coupe du Tarn «Suzy Bastié», après sa victoire en finale.


Publié le 22/03/2013 à 09:31 | 

 
Les élèves allemands reçus à l'hôtel de ville
 

 
C'est dans la salle de la République de l'hôtel de ville que les élèves allemands ont été reçus à l'occasion du traditionnel échange qui se déroule depuis 40 ans entre les collèges de Graulhet et Priem Am Chiemsee. «Il est exceptionnel qu'un collège bénéficie de trois jumelages. Nous fêtons cette année les quarante ans avec l'établissement allemand mais aussi les vingt ans avec l'anglais et l'espagnol» se félicite Danièle Désert, première adjoint au maire. 

Cette année 25 élèves allemands ont découvert ce coin de France avant que les graulhétois ne fasse de même outre Rhin. Mais à Graulhet les échanges ne se limitent pas aux échanges entre collégiens. Artistes et sportifs des deux villes se rencontrent. «Grâce à ces échanges des graulhétois travaillent aujourd'hui en Espagne, en Allemagne ou aux Etats-Unis. Ils permettent d'élargir sa vision du monde et de perpétuer le désir de paix entre les peuples» conclut Danielle Désert.


Publié le 22/03/2013 à 08:29  J-C C

 
Télévision, internet : pour un meilleur usage des écrans

Danielle Désert, François Auriol et Valérie Billard présentent affiches et livrets. /Photo DDM, J-C C

Cette année le GPS813 revient avec la poursuite d'une action de prévention sur les usages des écrans, jeux vidéo, réseaux sociaux, télévision ou internet. Né il y a trois ans, le «Groupe de Prévention Santé» se compose de professionnels et coordonne la politique de prévention sur le territoire du code postal «81300».

«En septembre le groupe a souhaité repartir sur cette thématique, mais avec une diffusion plus massive» explique François Auriol, chargé de formation et de prévention au sein de l'ANPAA81 (Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie). Cette année un millier d'exemplaires de la brochure «Pour un usage presque parfait» seront distribués dans une trentaine de lieux publics. Déjà présentes à la MJC, à la médiathèque, au foyer Léo Lagrange, au centre social ou encore à la maison du conseil général, la Gendarmerie et dans les locaux municipaux, elle va faire son apparition dans les salles d'attente des professionnels de santé.

«En janvier et février des pauses cafés à l'attention des parents ont été organisées dans les écoles de Crins, En Gach et de l'Albertarié. Une conférence a été organisée à la MJC et les élèves de sixième ont été mobilisés et une soirée sera organisée au centre social» explique Valérie Billard référence du parcours plateforme éducative. «La multitude des structures avec lesquelles nous travaillons sur ce projet permet de toucher un large public et toute une véritable ampleur au projet et y donne une véritable cohérence» se félicite pour sa part Marie-Alice Lacourt chef de projet, chargée de fédérer l'ensemble des thématiques développées dans la politique de la ville.

Une enquête sur la qualité de vie de jeunes scolarisés en classes de cinquième et de troisième est en cours. «Elle est menée par un chercheur en sociologie et concerne trois cent collégiens. Il y est, entre autres, questions de cette thématique. Les résultats nous permettrons de savoir où mettre l'accent à l'avenir» conclut Marie-Alice Lacourt.


Publié le 23/03/2013 à 03:45

 
23e échange de nageurs entre Graulhet et Prien
 

Samedi 23 mars, une forte délégation de nageurs des clubs de Prien avec qui Graulhet est jumelée et Bernau, la cité bavaroise voisine, arrivent pour un séjour d'une semaine, consacrant ainsi le 23 e échange sportif entre les deux clubs.
Ils seront dès leur arrivée reçus à la mairie. Jean Nespoulous et son équipe du S C G natation, leur ont monté un programme de visites et de soirées, digne en qualité des nombreux échanges qui ont émaillé l'histoire du jumelage.

Il débutera par la balade pédestre dans Graulhet, avant la visite de Carcassonne, de la Cité de l'Espace, du musée Toulouse Lautrec, du musée de la charcuterie à Lacaune, et du Sidobre.
Le tout agrémenté de sorties en parc d'attraction, et de deux soirées dansantes entre jeunes et moins jeunes des deux clubs. Sans oublier, dimanche, la traditionnelle compétition amicale de natation au centre nautique. Cet échange sera l'occasion de fêter le millième nageur sur l'échange.


Publié le 23/03/2013 à 03:47

 
Gaillac et Graulhet dominent le parcours sportif


Les jeunes gaillacois et les anciens. / Photo DDM.G.D.

Samedi, le stade Noël Pélissou de Graulhet, accueillait les épreuves d'athlétisme et de parcours sportif des pompiers du département.

Plus de 200 jeunes sapeurs pompiers et adultes se sont disputés les titres départementaux, qui vont donner accès aux finales inter-régionales organisées à Albi le 13 avril, puis pour les temps records, aux finales nationales, début juillet à la Guadeloupe.
Si le colonel Dulaud, directeur départemental a pris part aux épreuves, il en va de même pour le plus jeune, Maxime Bouzebiba de Lavaur et du plus ancien, Raymond Jau de Graulhet à la grande satisfaction du capitaine Mercier, qui dirige le centre de secours local, très impliqué dans l'organisation.

C'est l 'équipe de Gaillac qui a remporté le combiné (parcours sportif et épreuves athlétiques) devant Graulhet, Lavaur, Carmaux et Albi. Les graulhétois ont pris leur revanche sur l'ensemble des épreuves (jeunes et adultes), devançant Gaillac et Albi.
A noter que c'est un Albigeois, Alexis Palaffre qui a été le meilleur sur le parcours sportif devant le carmausin Grégory Benne et le St Juérien Christophe Raynal. Chez les jeunes sapeurs pompiers les épreuves ont révélé les capacités des filles de Labruguière et de Gaillac, des garçons de Gaillac et d'Albi.


Publié le 23/03/2013 à 10:24

 
La grande dame du basket s'en est allée

Suzy Bastié en haut à gauche avec l'équipe championne des Pyrénées en 1958.

Triste dimanche que ce dimanche 17 mars. Suzy, qui luttait depuis plusieurs mois contre un adversaire bien plus fort qu'elle, venait de perdre son dernier match. Suzy est arrivée à Graulhet en 1957, toute auréolée de son titre d'internationale de basket. Elle portera 18 fois le maillot de l'équipe de France de 1954 à 1958. En quelques années, grâce à ses talents d'entraineuse puis comme joueuse, elle a hissé l'équipe féminine au plus haut niveau. Suzy, jusqu'en 1964, si elle entraine Graulhet, continue de jouer à Toulouse (TAC). En 1963, les 2 équipes sont opposées et Suzy est dans le camp des toulousaines. Ces dernières remporteront facilement le match.

En 1968, les Graulhétoises sont championnes de France de nationale 2 et accèdent, pour la première fois, en nationale 1. Suzy a 34 ans mais elle est toujours sur le terrain.
Avec peu de moyens financiers, mais avec un cœur admirable et des joueuses talentueuses et fidèles au club, Suzy réussit l'exploit de maintenir l'équipe en nationale 2 pendant plus de 20 ans. A cinq reprises (1968, 1972, 1975, 1978 et 1982) les Graulhétoises évoluent en nationale 1.

Que de souvenirs de ces matches contre le CUC, Marseille, Orly, Nice,... dans cette rustique salle du stade Noël-Pélissou qui avait du mal à contenir la foule de spectateurs venus après un match de rugby. En 1987, après 30 ans au service du basket graulhétois, mais aussi départemental et national, Suzy prend du recul . Trois ans après, son équipe, qu'elle a mis tant de cœur à construire, disparaissait.
Merci, Suzy, pour tout ce que tu as fait pour ce sport que tu aimais tant.


Publié le 23/03/2013 à 09:56  F.B.

 
Gaillac-Graulhet, le derby de tous les records

Malheur au vaincu dans la course à la qualification dimanche à Bernard Laporte.


Au match aller, Graulhet s'était imposé 18-6 grâce à la botte de Romain Bille./Photo DDM J.M.L.

À deux journées du baisser de rideau, le derby Gaillac-Graulhet pourrait être décisif en vue de la quatrième place qualificative pour les phases finales.

Jamais le derby Gaillac- Graulhet n'avait revêtu une telle importance pour les deux clubs : fin de saison annoncée pour le perdant, qualification (quasi) assurée pour le vainqueur avec en corollaire de passionnantes phases finales, grisantes pour les supporters et ... juteuses pour les finances. «Le système des matchs aller-retour en 16e et 8e est très positif», souligne Maurice Raynaud, «d'autant que nous recevrions en cas de succès». Autre saveur du derby, les liens qui unissent les deux cités tarnaises sont particulièrement étroits. Dans les rangs gaillacois figurent 4 anciens Graulhétois: à tout seigneur (il mérite le terme) figure le capitaine, toujours disponible et charismatique, Julien Régnier. «Son aura auprès de ses coéquipiers est énorme», apprécie Cassou admiratif . L'autre Julien, Grégoire, est le genre de taulier indispensable, «il fait un boulot incroyable et possède une sacrée force de bras», loue l'autre deuxième ligne (comme Benjamin Généré, venu de la vallée du Girou) Romain Roques. Cédric Squassina lui a fait toutes ses gammes à l'UAG jusqu'en Pro D2 et n'a passé qu'un an au SCG, après la rétrograqation, «suffisamment pour «être pote avec des gars comme Olivier ( Régnier !) et tant d'autres et d'affronter de gros clubs comme Montauban, Nice ou Béziers en fédérale 1.

Quant au quatrième, Alexandre Calmont, il est arrivé dans les «bagages» des deux coachs Philippe Garrigues et Jérôme Arru qui ont entraîné les Reichel graulhétois pendant quatre ans. Passons sous silence les ex juniors qui ont évolué dans les deux clubs et se retrouveront pour la troisième mi-temps, comme beaucoup d'autres. «Une des clés de la rencontre sera la discipline», martèle le staff gaillacois. Les Graulhétois possèdent le meilleur buteur de fédérale 2, un certain Romain Bille, qui enquille de partout, et son lieutenant, Dumont est d'une précision chirurgicale. No contest in the rucks, surtout si l'arbitrage est aussi strict qu'à l'aller. Ne pas se fier à la H Cup où la continuité du jeu prime !

De toute façon, le salut de l'UAGR passera par le grand large. «Pas question d' être bloqué par l'enjeu et de faire un non-match, comme à l'aller», insiste Cassou. ( le SCG avait fait le jeu). «L'émotion ne doit pas tuer le plaisir de jouer», abonde Calmont. «Cette fois-ci seule la victoire compte, pas de bonus en tête, défensif ou défensif», rappelle Julien Régnier.
«Il nous tarde d' y être», salive Calmont, les supporters de Gaillac et Graulhet, attendus en très grand nombre (plus de 2000) aussi.

Gaillac B-Graulhet B à 14 h; Gaillac-Graulhet ( écoles de rugby) à 15h30

Repères : «À l'aller, dans un match sans occasions d'essai, les missiles de Romain Bille nous ont tués».
Jérôme Arru, entraîneur de Gaillac.

Le chiffre : 1 point > Entre Gaillac et Graulhet. Cinquième, Graulhet compte un point d'avance (45) sur Gaillac (44) mais un point de retard sur Villefranche-de-Lauragais, 4e (46).


Publié le 24/03/2013 à 03:45  G.D.
 
Amicale laïque : les Maisons de l'enfance ont un temps d'avance

Le spectacle de Noël, un moment très attendu des enfants et des familles./Photo DDM

Dans cette deuxième quinzaine de mars se déroulent les assemblées générales des quatre maisons de l'enfance graulhétoises. Si côté chiffres les données sont très bonnes (29.405 journées/enfants réalisées, soit 8,69 % de plus qu'en 2011), l'aspect pédagogique n'est pas en reste. Après la classe, les élèves des écoles élémentaires qui ne rejoignent pas leur domicile ont le choix de bénéficier d'un accompagnement éducatif (aide aux devoirs, remue-méninges) en cohérence avec l'éducation nationale, ou de pratiquer des activités plus ludiques et très diversifiées. Dans le cadre des Contrats Urbains de Cohésion Sociale, les structures axent leurs actions vers l'écologie (Albertarié), la parentalité (Crins), la citoyenneté (En Gach) ou la liaison avec la maternelle (Victor Hugo).

Championnats de France de «push car»
Tout au long de l'année, le mercredi, des journées spéciales sont proposées en partenariat avec plusieurs associations locales ou en collaboration avec les autres accueils de loisirs du secteur (maternels, de Busque ou de Briatexte). Ainsi carnaval, danses du monde, spectacle de noël, journée du goût ou jeunes talents fédèrent les différents centres. Avec en point d'orgue pour 2013 les championnats de France de «push car» qui vont se dérouler à Graulhet sur le site de Nabeillou du 26 au 28 avril ! Au moment où l'on parle de nouveaux rythmes scolaires, la mise en place de la réforme devrait s'effectuer sans difficulté sur la ville, «tant Graulhet a un temps d'avance dans ce domaine», comme l'a souligné Claire Fita, adjointe au maire, lors du dernier conseil d'administration de l'association.


Publié le 24/03/2013 à 03:47

 
Tarn et Dadou : Gaillac et Graulhet prennent du poids


Séance de conseil communautaire ce mardi au centre de ressources.

Mardi soir, à 18 heures, au centre de ressources de Técou, les 52 délégués communautaires représentant les 29 communes de Tarn et Dadou se retrouveront pour voter le projet de budget primitif de l'intercommunalité.

En 2014, avec les élections municipales, les électeurs devront également choisir leurs nouveaux délégués à l'intercommunalité. Et si le nombre de communes ne bouge pas, la loi du 31 décembre 2012 relative à la représentation communale dans les intercommunalités modifie la répartition des sièges d'une collectivité à l'autre. La loi permettrait de passer de 52 à 73 élus délégués. Dans le projet qui sera présenté mardi, le nombre d'élu est limité à 66 délégués. Si l'on s'arrête à la lecture de la loi, les «grosses» communes du territoire se retrouvaient renforcées avec 16 délégués pour Gaillac, quand ils n'étaient que 8 auparavant et 14 pour Graulhet contre 8 actuellement. Au détriment des «moyennes». Cadalen perdait un siège sur les deux qu'elle détient. Idem pour Labastide et Montans. Un accord local permet d'ajuster cette répartition.

Après plusieurs rencontres entre Pascal Néel et les élus des communes, un compromis semble avoir été trouvé. Il sera en tout cas soumis au vote mardi avant d'être validé dans les communes.

Nouveau mode de désignation des délégués
Gaillac prendrait 14 sièges (soit deux de moins qu'initialement prévu) ; Graulhet passerait à 13 sièges (soit un de moins que prévu) ; Lisle-sur-Tarn obtiendrait un siège de plus qu'actuellement avec 5 représentants ; Cadalen, Labastide et Montans pourraient rester à 2 délégués. Toutes les autres communes garderaient le même nombre de délégués.
Les citoyens devront aussi se familiariser avec le nouveau mode de désignation de ces délégués communautaires qui seront élus lors des élections municipales.


Publié le 24/03/2013 à 09:28  Propos recueillis par F.B

 
Gaillac-Graulhet : un derby forcément offensif


On attend la grande foule cet après-midi (16 h) au stade Bernard Laporte pour le match retour du derby.

Qui de Gaillac ou de Graulhet sera encore en position de jouer les phases finales./Photo DDM J.M.L.
Tout est prêt pour faire de ce derby une grande fête tarnaise : le repas d'avant-match (inscriptions closes à 520 convives depuis vendredi), la belle affiche avec les réserves en lever de rideau (qualification en jeu aussi), le mini-tournoi des deux écoles de rugby à 15 h 30 et le big match, déjà fait et refait dans toutes les têtes, suivi de la fiesta au club-house (grillades à partir de 19 heures).

Les tactiques ont été échafaudées dans la semaine, la vidéo peu utilisée : «On se connaît très bien», glisse Julien Grégoire. Le vaillant et puissant deuxième ligne sait de quoi il parle, lui qui a évolué neuf ans au Sporting Club Graulhétois, «même si à l'aller je me suis aperçu que hormis les anciens, Pauthe, O.Régnier, Valette, il y a plein de nouveaux».
Mais les vertus demeurent. «Ils ne lâcheront rien», assure Cédric Squassina. «Nous non plus», renchérit Julien Régnier, dont le duel «fratricide» avec son frère Olivier ne sera pas le moindre attrait, et capable de transcender le cinq de devant, animé par l'ex stadiste Yoan Saint Cyr, qui continue son record de meilleur marqueur d'essais à distance avec Thomas Rouffiac.

MIEUX VAUT UN BONUS
À Gaillac, pas question de réitérer le non-match de l'aller avec zéro occasion et une ambiance plombée par les piètres prestations des deux équipes, notamment de l'UAGR, battue dans tous les domaines. «Nous étions en retard dans les rucks et trop indisciplinés», avouait sportivement St Cyr. Et comme l'arbitre sanctionnait impitoyablement chaque faute, l'artificier, Romain Bille, s'en était donné à cœur joie.

Compte tenu des incertitudes des dernières rencontres, les deux équipes ont intérêt à viser le bonus offensif, (le défensif ne servirait à rien). Tant mieux pour le spectacle et le public, friand d'essais. La charnière Cédric Vaissière- Dawid Poplawski a démontré qu'elle savait s'adapter à l'adversaire et aux conditions, elle détiendra les clés du match.
«Les entraînements cette semaine ont été très positifs (plus de 40)», salive Cassou qui espère la consécration pour le «petit», Jonathan Wisniewski, cet été. Les coachs ont fait le nécessaire, maintenant la vérité sera sur le pré». Et l'ambiance dans les travées…

Les équipes
GAILLAC : Guille- Rouffiac, Rouland, Fougedoire, Calmont (o) Poplawski (m) Vaissière N. Clergue (7), Squassina (8), Régnier (cap) - Généré, Cransac- F.Gisquet, St Cyr, O.Gisquet. Remplaçants J.Clergue, Boddi,Grégoire, Roques, Diarra, Lalliard et Orsi.

GRAULHET (le groupe) : GVidal, Gouveia, Buéno, Kasdorf, Goulignac, Pauthe (incertain), Moulin, Regnier, Montels, Valette,Teyssier, Anglade, Balayé, Barthélémy, Albouy, Mandagaran, Khattou, Codjia, Montbroussous A. et J., Sarcia, Bille, Dumont.

Du côté de Graulhet :

 

Gély : «Que l'enjeu ne tue pas le jeu» 

La qualification pour les phases finales est-elle encore possible ?
Il nous faut gagner les deux derniers matchs et prendre un bonus offensif, tout en dépendant des résultats des autres clubs...

Ne s'est-elle pas envolée dimanche dernier à Villefranche ?
Cette défaite laisse beaucoup de regrets. Même si l'arbitre a reconnu qu'il avait sifflé la faute qui donne la pénalité de la gagne à Villefranche, un peu trop précipitamment, nous avons manqué de maîtrise en fin de match. Si nous avions gagné, nous nous placions idéalement. Cette semaine nous avons tenté de remobiliser les gars, très déçus, très frustrés.

Ne craignez-vous pas vu le contexte à Gaillac, d'avoir un derby à l'ancienne ?
Les deux groupes se connaissent trop, je ne crois pas. Pourvu que l'enjeu ne perturbe pas nos intentions. Gaillac est, sur cette fin de saison, l'équipe la plus constante et organisée après un début poussif. La conquête et surtout la touche sont ses points forts. Ce qui n'est pas notre cas. Ce sera l'une des clefs du match.

Graulhet va disposer de pratiquement tout son matériel. Quel sera le plus nécessaire dans ce derby ?
La maîtrise, la lucidité et la constance. Savoir gérer nos temps forts, et nos temps faibles. Ce match est avant tout et reste un derby, qui va comme toujours se jouer sur des détails. Ceux que nous avons payé cash depuis le début de saison.

Le match aller peut-il servir de référence ?
Nous l'avons maintes fois visionné, mais nous ne nous en servons pas comme tel. Gaillac n'avait pas beaucoup joué, insisté sur les mauls pénétrants et le jeu au pied. Gaillac ne refera pas la même erreur.
De notre côté, mis à par contre Saint-Sulpice à Graulhet qui est déjà trop loin, nous ne disposons pas de match référence. Je crois que nous n'avons pas de points forts, mis à part nos buteurs.

Et pour les points faibles ?
A Gaillac de les identifier !

 

Du côté de Gaillac :
Interview. Alex Calmont : «Un vrai 32e de finale»

C'est le meilleur réalisateur de Gaillac et pour cause, Alexandre Calmont est le buteur attitré de l'UAGR. Efficace puisqu'il tourne à plus de 80 %, grâce surtout aux conseils d'un certain Benoît Bellot. Et pourtant, c'est un joueur méconnu. «Normal, il ne parle pas outre mesure», sourit le manager Cassou. L'arrière reconverti à l'aile est fort apprécié de ses coéquipiers qui louent son entrain et sa bonne humeur permanente. Comme Julien Régnier, il adore les espaces verts et a été formé à Graullhet.

Quel est votre parcours ?
Tout simple, j'ai débuté à 6 ans (1995) à l'école de rugby de Graulhet (avec Christophe Battut), club que j'ai quitté il y a 2 ans en même temps que Philippe Garrigues et Jérôme Arru, qui m'avaient entraîné en Reichel, et que j'ai donc suivis à Gaillac.

Avez-vous connu des moments forts à Graulhet ?
Oh oui, notamment quelques matchs en fédérale 1 avec un certain match à Lannemezan, alors que j'étais encore Reichel. Ensuite c'est devenu compliqué, mes longs déplacements professionnels (paysagiste à Blagnac), n'arrangeant pas les choses.

Vous connaissez la plupart de vos adversaires de dimanche…
Justement, il y a beaucoup d'éléments de valeur, Kodja, Khattou, Sarcia derrière, et les «papas» devant, Pauthe, Olivier Régnier mais je ne peux pas les citer tous ! Nous avons conscience du challenge mais nous sommes prêts à le relever.

Ne risquez-vous pas de vous mettre trop de pression, comme à l'aller ?
Nous tenons absolument à éviter ce piège et notre salut passera par le jeu et la vitesse, face à une puissante formation. Nous avons retrouvé les mêmes sensations que lors des phases finales. D'ailleurs ce derby équivaut à un 32e (si nous décrochons le bonus à Thuir),


Publié le 24/03/2013 à 09:23

 
Vincent Moscato suivra le derby des tribunes

Vincent Moscato a testé pour «Séniors» les fauteuils à bascule de son père spirituel Jean-Pierre Delmas. /Photo DDM.

Il sera là. Quand il a appris que le derby Gaillac-Graulhet avait lieu cet après-midi, son sang n'a fait qu'un tour. «Crénom, mon sang n'a fait qu'un tour (bis). J'ai annulé mon rendez-vous avec Obama». Vincent Moscato a réservé sa place à table où son coup de fourchette (pas celui qui lui a valu l'expulsion contre l'Angleterre) est proverbial. Il se tiendra au milieu des grosses gabardines des deux clubs, les frères Corleone comme il les appelle (Jean-Pierre et Dany Delmas), son copain Jean-François Baulès, le maire de Técou, et le pharmacien Graulhétois Cathalo. «On peut toujours avoir besoin de produits quand on a la panne à Vichy» souligne ce grand adepte de la contrepèterie. 

Lui qui avait prévu les deux buts de Messi contre Milan se refuse à tout pronostic. Pas question de mettre une «piéçotte» sur l'un ou l'autre. Le Vincent est courageux, mais pas téméraire et surtout très diplomate. Tous les Gaillacois et Graulhétois se souviennent du jeune et fringant talonneur au torse d'éphèbe, au mollet galbé et au cuissot bien pris dans le short ajusté. «À l'époque c'était le modèle moulboul-poutrap». Succès garanti auprès des dames d'âge mûr qui en auraient fait leur quatre-heures ou leur cinq à sept. Dimanche, après l'ouverture au jaune, l'allaegro au duras, le final au «rôteux» et le déluge de cholestérol charcuto-canardier, Vincent Moscato, lesté du bedon et empourpré du museau prendra le chemin de Laborie. «Dans la voiture officielle des Corleone, j'y tiens». L'UAGR, malgré toute son influence, n'a pu avoir la Garde Républicaine pour ouvrir le convoi.


Publié le 25/03/2013 à 03:45 

 
Une médaille militaire et une du combattant

Les deux récipiendaires aux côtés du maire, de l'actuel et ancien président et du porte-drapeau de la Fnaca./Photo DDM.G.D.

C'est Guy Bachelier, le nouveau président de la Fnaca qui succède à Rémi Peyre, qui, aux côtés du maire Claude Fita, a présidé les manifestations officielles du 19 mars, commémorant la fin des combats en Algérie, Tunisie et Maroc. Après le dépôt de gerbe au Monument aux morts, le cortège a pris la direction de la mairie pour une réception et une remise de médailles. Marcel Vaissière qui avait reçu le matin la médaille militaire a reçu son diplôme, Emile Mokrani a été décoré de la médaille du combattant. L'occasion pour Guy Bachelier de rappeler les faits et d'avoir au nom de son association, une pensée forte pour tous ceux qui ont laissé leur vie.


Publié le 25/03/2013 à 03:48, Mis à jour le 25/03/2013 à 11:17  Eric Théron

 
Gaillac en course, Graulhet sur la touche

Dans un match viril mais correct, Gaillac a dominé Graulhet d'une courte tête et reste en course pour la qualification.


Dans des conditions difficiles, les avants gaillacois ont fait la différence en deuxième période./ Photos DDM, Jean-Marie Lamboley

En s'imposant d'une courte tête, Gaillac reste en course pour la qualification, même s'il faudra sortir les calculettes au soir du 7 avril pour savoir qui de l'UAGR, Mazamet ou Villefranche-de-Lauragais, prendra le dernier strapontin pour les phases finales. Seule certitude, les hommes de Garrigues et Arru ont éliminé Graulhet. Un Sporting forcément déçu qui a sans doute laissé passer sa chance bien avant.

Après 160 minutes de jeu entre les deux clubs voisins, on n'a toujours pas vu d'essai. Dans un match très engagé mais correct si l'on excepte la générale de la 5e minute, histoire de saluer la présence dans les tribunes de Vincent Moscato, Alexandre Calmont a cette fois pris le dessus sur Romain Bille. En misant sur une défense hermétique et un jeu au pied d'occupation efficace, grâce à la triplette Bille, Dumont, Sarcia, le Sporting a longtemps retardé l'échéance.

Graulhet plombé par son alignement
Mais la sanction est venue de la touche avec six ballons récupérés par les Gaillacois sur lancers graulhétois en deuxième période. Les rentrées de Djibril Diarra et surtout de Romain Roques, ont permis à l'UAGR de dérégler l'alignement graulhétois.

La vérité oblige à dire que Gaillac n'a pas volé son succès si l'on se réfère aux nombreuses occasions de la première période. Malgré une meilleure entame du Sporting, Gaillac, privé prématurément de son demi de mêlée Poplawski, a dominé territorialement et s'est procuré au moins trois situations plus que favorables. Par deux fois, Cédric Vaissière puis Nicolas Clergue ont tutoyé l'essai, mais il y avait toujours un Graulhétois sous le ballon pour annihiler l'action (16e et 17e). Et que dire de cette échappée de Thomas Rouffiac sur son aile, qui n'avait plus qu'à aplatir lorsque Monbroussous a surgi pour enlever le ballon d'un tacle de footeux (24e). Bref, l'UAGR n'était guère récompensée par le 6-6 à la pause, même si le SCG pouvait regretter d'avoir loupé un deux contre un imparable.

En deuxième période, dans des conditions difficiles (pluie et vent), Gaillac a accentué sa pression, notamment devant. Après être passé en tête grâce à deux pénalités et un drop d'Alexandre Calmont, Gaillac a géré mais a tremblé lorsqu'à cinq minutes de la fin, Graulhet a fait le siège de sa ligne. Les hommes de Bellot et Géry ont eu beau multiplier les charges et les temps de jeu, ils ont finalement été stoppés sous les poteaux. Une dernière pénalité, tapée dans des tribunes bien garnies, a délivré les supporters gaillacois, qui rejoueraient bien les prolongations comme l'an passé. Avant, il faudra s'imposer à Thuir et attendre les résultats de Mazamet à Pezenas et de Villefranche à Saint-Sulpice-sur-Lèze.

Gaillac : 15 Graulhet : 9  MT :6-6
Arbitre : M. Maréchal (Côte Basque Landes) 2000 spectateurs environ
Vainqueurs : 4 P (18, 27, 63, 66), 1 D (48) Calmont
Vaincus : 2 P Bille (2), Dumont (54), 1 D Sarcia (12)
Evolution du score : 0-3, 0-6, 3-6, 6-6/9-6, 9-9, 12-9, 15-9
GAILLAC : Guille (Orsi, 15); Rouffiac, Rouland (Lalliard, 78), Fougedoire, Calmont; (0) Poplawski (Guille, 15), (m) Vaissière; Clergue, Squassina (Diarra, 48), J. Regnier; Genere (Roques, 58), Cransac (Grégoire, 52); F. Gisquet (J. Clergue, 51), St Cyr, O. Gisquet (F. Gisquet, 68).
Carton jaune : Squassina (7, brutalité)
Carton blanc : Guille (40)
GRAULHET : Sarcia (Monbroussous. A, 70); Mandagaran (Khattou, 70), Montbroussous. J, Codjia, Bille; (0) Dumont, (m) Albouy (Barthélémy, 69); Valette, Teyssier, Montels; Moulin (Balaye, 77), 0. Regnier; Kasdorf (Gouvignac, 48), Bueno, Gouveia (Vidal, 72).
Carton jaune : O.Regnier (7, brutalité).



Publié le 25/03/2013 à 09:22

 
VTT : les jeunes sur les podiums

Le départ des minimes, les Graulhétois sont déjà devant./Photo DDM.

Autour du lac de Nabeillou avait lieu la première coupe Midi-Pyrénées de cross-country de la saison. Organisée par le VC Graulhet, cette compétition se faisait sous l'égide de la FFC (fédération française de cyclisme) 137 coureurs étaient venus de tout Midi-Pyrénées (Albi, Mazamet, Montauban, Lourdes, Val d'Azun, Millau, Luchon,… pour rivaliser et se placer parmi les premiers sur le podium.

Sous une météo mitigée alternant éclaircies et pluie, les vététistes ont parcouru avec force et endurance, un circuit difficile, varié, glissant et technique avec des virages sérés, des montées raides,… 9 km environ pour les plus jeunes catégories (minimes), 18km pour les cadets-cadettes et junior dame, 27 km pour les juniors homme-master 3/4 et 36 km pour les hommes-espoirs hommes et master 1/2. La compétition a été réussie, les coureurs satisfaits du tracé et de ses difficultés, le travail des bénévoles remarquable, les spectateurs présents.

Clément Bardou champion du Tarn
Les représentants de la fédération cycliste de Midi-Pyrénées, M. Henri Lafargue, président régional, M. Cyril Granier, conseiller technique étaient également présents lors de cette compétition. Ils ont pu constater que les vététistes étaient particulièrement impliqués dans leur discipline. Le vélo club Graulhet a vu Bardou Clément minime, licencié à Graulhet obtenir le titre de champion du Tarn, a également été déclaré champion du Tarn, chez les cadets Thomas Defer de l'UV Mazamet. Nombreux (16) ont été les jeunes et master du club à participer à ce XC et tous ont donné le meilleur d'eux-mêmes.


Publié le 26/03/2013 à 06:44 | J-C C

 
Ils concourent pour la fondation EADS

Les collégiens graulhétois imaginent le transport du futur.

Un avion qui ne pollue pas, ne consomme pas énergies fossiles et qui soit autonome… Tel est l'ambitieux cahier des charges que se sont donné les élèves de 4°4 du collège Louis Pasteur qui participent au concours proposé par la fondation EADS «imaginons les transports du futur». Cette année six académies y participent, avec quatre classes de collège chacune. Six classes, sur les vingt quatre en compétition recevront un prix qui leur sera remis au salon du Bourget où les élèves se rendront en avion.

A travers ce concours, la Fondation EADS cherche à développer le goût des sciences auprès des jeunes générations en leur permettant de les découvrir avec un autre regard et susciter ainsi des vocations scientifiques et techniques. «Nous devons pour le 12 Avril rendre un dossier technique complet présentant le travail accompli par la classe avec toutes les recherches, expériences techniques, choix des matériaux, dessins, maquettes» explique Sylvie Monasson, enseignante de technologie.

Les quinze élèves du collège ont appelé leur appareil le «Skyfollow». Ils cherchent aujourd'hui un slogan après avoir fait des dessins et commencé les maquettes. Le groupe visitera le 28 mars l'entreprise Astrium à Toulouse. Il sera accompagné par leur ambassadeur, Arnaud Deligny, qui travaille dans cette entreprise et qui est déjà venu à Graulhet pour rencontrer les collégiens. Après leur cours de technologie avec Sylvie Monasson le mardi de 14 heures, les élèves ont cours de physique avec monsieur Oka continuant à travailler sur leur projet. Dans ce cours ils étudient et mettent au point la propulsion l'alimentation en énergie du Skyfollow. En plus de leur étude les élèves doivent tenir à jour un blog sur leur travail.

Il est ainsi possible de découvrir l'évolution de cette aventure sur internet à l'adresse suivante : http://www.transport-du-futur.net/2013-louis-pasteur-graulhet/


Publié le 26/03/2013 à 03:49 | LP.
 
Lettre ouverte à monsieur le maire
 

«Je viens de lire le bulletin municipal qui est consacré aux travaux effectués dans la ville, en mettant en valeur ceux intervenus depuis l'élection de 2008. Je suis un vieux graulhétois né au n° 20 de la rue Barricouteau, Nord, il y a 90 ans.

Dans ce secteur la rue n'était pas goudronnée. C'était les crottes des brebis «dal Miletto» qui s'en chargeaient le soir en revenant de la journée passée à «Pisso-Fèdes» pour se trouver la nuit à la bergerie de Barricouteau «Nord». En 1945 je suis venu habiter dans la même rue, mais plus au sud.

Il y avait là un chantier de pose de bordures pour le trottoir, côté ouest de la rue. Le maître d'œuvre de la maison Pérapeau et le chef de chantier était «lou Coco» dont la bouteille de rouge suivait tous les cinquante mètres. Ce qui explique que les bordures, qui sont toujours les mêmes actuellement,ne sont pas tout à fait en ligne droite. Ceci pour vous rappeler que 70 ans après, la rue Barricouteau sud est toujours dans le même état. On rebouche les trous en goudronnant par-ci et par-là. En revanche, nous avons eu droit à des tuyauteries souterraines pour l'eau et le gaz, ce qui est trés bien.

Mais nous avons toujours la même «route» dangereuse par le nombre de véhicules qui l'empruntent avec, souvent, des vitesses et un bruit insupportables et l'absence de trottoir digne de ce nom côté ouest. Alors qu'on nous promet, à chaque élection municipale, de faire la rénovation indispensable. Et je ne peux que dire au maire: «Regardez SVP si vous n'avez vraiment pas quatre sous supplémentaires pour la réfection des malheureux 150 métres dans la rue Barricouteau Sud». D'avance merci.


Publié le 27/03/2013 à 06:49

 
En 2012, La Courbe a tenu le cap


A la faveur d'un été 2012 très chaud, pataugeoire et piscine ont tourné à plein régime. / DDM

Souhaitant renforcer la communication avec les familles, les équipes pédagogiques avaient proposé le jeudi 2 août une animation «En direct de La Courbe» sur le blog de l'Amicale. Ainsi, des grands-parents normands ou provençaux ont pu voir évoluer via internet leurs petits-enfants sur les coteaux de Busque, alors que pour d'autres parents plus proches la surprise était également au rendez-vous : «On a découvert des coins de La Courbe qu'on ne connaissait pas», «Quelle chance vous avez de faire toutes ces activités», «On a le sentiment que les enfants sont bien encadrés». 

Toutes ces impressions ont été largement confirmées dans les faits : la fréquentation du centre de vacances a augmenté de 2,5% tous séjours confondus, et l'ensemble des 11 camps de 4,89%, plaçant La Courbe dans les rares centres de la région dont les effectifs augmentent. Seul accueil de loisirs a accepter les enfants à la journée, sa zone d'action s'étend sur plus d'une vingtaine de communes de la Communauté Tarn & Dadou, les différentes sessions en ayant accueilli 1.501 (dont 713 Graulhétois) pour un total de 14.110 journées/enfants.

Lors de la récente assemblée générale de la commission La Courbe, les responsables ont dressé le bilan financier (s'équilibrant autour de 730.000 euros de dépenses) répertorié les quelques points à renforcer, listé les travaux à effectuer avant l'été afin d'améliorer encore et toujours les conditions d'accueil et l'éventail des possibilités, remercié salariés, vacataires et bénévoles pour leur forte implication.


Publié le 27/03/2013 à 03:51

 
Les Donneurs de voix dans le sillage de Gilberte Théophile


Pierre Marie Lecerf, Marie-Jeanne Dauzat, Mauricette Soulié et Hélène Cornu.

Trente quatre ans après sa création par le club Soroptimist avec pour présidente fondatrice Gilberte Théophile, les donneurs de voix Bibliothèque sonore, seule du Tarn, a tenu son assemblée annuelle à Graulhet. Des bureaux qui abritent désormais 2 500 œuvres enregistrées sur CD, par une vingtaine de donneurs de voix, à l'adresse des personnes en incapacité physique de lire. En 2012, la Bibliothèque sonore a compté plus d'une cinquantaine de lecteurs pour 1 335 prêts.

«Des chiffres que nous pourrions augmenter, car l'association souffre d'un déficit de communication. Les gens qui pourraient avoir accès à nos services gratuits ne savent pas forcément que nous sommes en mesure de mettre la lecture d'œuvres de qualité à leur disposition» assure Marie-Jeanne Dauzat, l'actuelle présidente, qui a pu accueillir le président régional Pierre Marie Lecerf ainsi que la nouvelle présidente des Soroptimist et actuelle trésorière de la bibliothèque sonore.

Un club Sorop qui s'investit toujours dans le fonctionnement et le financement des activités de la Bibliothèque sonore. L' assemblée a permis de faire le point sur les conseils d'enregistrement sur les nouveaux supports en respect de la charte nationale des Donneurs de Voix.


Publié le 27/03/2013 à 03:51

 
Les nageurs de Prien sont là
 

La délégation de nageurs de Prien et Bernau, est arrivée samedi et a, dans la foulée été reçue en mairie.
L'occasion pour le président graulhétois Jean Nespoulous, de rappeler tous les objectifs d'un jumelage qui dure depuis 37 ans.
«Je sais que nos nageurs trouvent dans ces rencontres, les motifs de construire ensemble l'avenir, leur avenir, en leur insufflant ainsi la fraternité entre les peuples dans une liberté qu'ils se construiront pour eux et leurs enfants». Après le traditionnel échange de cadeaux et la photo souvenir, le millième nageur échangé a été dignement feté.


Publié le 28/03/2013 à 18:45   J-C Clerc

 
Les «Incroyables comestibles» débarquent

Un escalier a été réalisé pour accéder facilement au jardin en devenir. / DDM

Intrigués, admiratifs, amusés, circonspects, ravis… Les personnes qui fréquentent les abords du lac de Miquelou ne sont pas insensibles aux graines de jardin extraordinaire qui sont entrain de prendre vie sur sa rive. «On nous a contactés pour nous signaler que des choses étranges poussaient sur la berge» confie-t-on à la mairie. Derrière cette initiative on retrouve un groupe de Graulhétois. Hélène, Joris, Laure, Dorian et leurs amis ont découvert les «Incroyables comestibles» sur internet avant de l'importer ici.

«L'idée est apparue à Todmorden en 2008. Cette ville de l'ouest du comté du Yorkshire a beaucoup en commun avec Graulhet. Faire naître ici ce mouvement était pour nous une évidence» explique Hélène Brethes. Pour elle et ses amis qui connaissent les bords du lac depuis leur enfance, le site était idéal depuis qu'un arrêté préfectoral a obligé de baisser le niveau de la retenue d'eau.

Un jardin ouvert à tous
Concrètement, dès qu'ils le peuvent, ils viennent travailler un jardin ouvert à tous suivant une dynamique collective ainsi que des pratiques respectueuses de l'environnement et de la biodiversité. Chacun est invité à venir donner un «coup de main» pour faire pousser des légumes qui seront à la disposition de tous. «Le contact avec la nature, le plaisir de se rencontrer autour de valeurs simples et la participation à un projet de développement durable… Les Incroyables comestibles, c'est un peu tout ça. Il s'agit de relier les personnes par la pratique de la culture locale et montrer qu'il existe de nouvelles possibilités» explique Joris Fonvieille. Car si cultiver de façon altruiste est au cœur de ce projet, il revêt aussi un aspect social.» Les gens peuvent venir faire de la musique, passer un moment, c'est aussi un lieu de vie.

Les enfants viennent avec leurs parents et mettre et jardinent avec plaisir» souligne Hélène Brethes. Il faudra attendre encore quelques mois avant que fruits et légumes n'arrivent. Mais d'ici là, aux bords du lac on peut entendre pousser les fleurs dans un cadre bucolique. Et comme dans toute œuvre collective chacun peu apporter sa pierre à l'édifice avec des plans, des graines, un coup de main ou un simple encouragement.


Publié le 28/03/2013 à :03

 
Musique : les talents ont rendez-vous sur scène
 

«Graulhet est connue et reconnue dans le domaine des arts de la rue, mais il y a aussi des talents musicaux» explique Fréda Garlaschi. L'association Volubilo organisera ce samedi 30 mars un concert au forum de Graulhet qui, à partir de 19 heures proposera de découvrir sur scène des talents graulhétois. Pop, jazz, reggae, musique du monde se marieront au fil de la soirée à l'issue de laquelle une surprise est annoncée. 

Sur scène se succéderont Purple plane (rock progressif), El Bombassin (reggae dancehall), La rugissante (chanson) et Rastarn (reggae, pop et fusion). Comme tous les spectacles réalisés par la municipalité un tarif réduit sera proposé grâce au Pass ainsi que pour les jeunes et les personnes sans emploi. Il sera possible de se restaurer sur place. «J'espère que cette soirée sera un nouveau départ pour la musique» explique Fréda Garlaschi. Si le succès est au rendez-vous une nouvelle édition pourrait avoir lieu l'an prochain.


Publié le 28/03/2013 à 10:03 | 

 
Changements pour la zone rurale
 

La commune et la communauté de communes Tarn & Dadou changent les modalités de collecte des déchets ménagers sur toute la zone rurale graulhétoise. Au vu des objectifs du Grenelle de l'environnement (réduction des tonnages de 7 % en 5 ans et valorisation de 40 % des déchets produits) et afin d'améliorer le cadre de vie, un service de proximité va être mis en place à compter du premier juin. L'objectif de ce service est d'assurer la collecte au plus près du lieu de production, en supprimant les conteneurs collectifs. Ces derniers engendrent régulièrement des problèmes d'insalubrité qui polluent la qualité des déchets recyclables. Les foyers concernés par ce changement de collecte recevront dans les prochains jours un courrier d'information. Chacun sera doté d'une caissette jaune pour les emballages ménagers à recycler et d'un conteneur individuel pour les déchets résiduels (sacs-poubelles). La collecte se fera une fois par semaine pour chacun des flux.

Pour retirer le matériel de collecte, des permanences de distribution seront organisées tout au long du mois d'avril. Le rendez-vous aura lieu dans les locaux Tarn & Dadou situés derrière la déchetterie Trifyl, zone industrielle du Rieutord à Graulhet les samedis matins des 6, 13, 20 et 27 avril de 9 heures à 12h30, les mercredis 10, 17 et 24 avril de 9 heures à 18 heures et les vendredis après-midi du 12, 19 et 26 avril de 14 heures à 18 heures.


Publié le 29/03/2013 à 09:39

 
Trifyl ouvre ses portes ce week-end
 

Du 29 au 31 mars 2013, le ministère de l'Ecologie organise les premières Journées de l'énergie et à cette occasion les collectivités et entreprises sont invitées à ouvrir les portes de leurs installations au grand public. Trifyl, service public du Tarn pour la valorisation des déchets ménagers, s'est proposé pour la visite de son circuit pédagogique et a été retenu avec la mention coup de cœur du ministère, le seul en Midi-Pyrénées. L'éco-circuit Trifyl s'inscrit dans le débat sur la transition énergétique et offre une multitude d'informations sur ce thème permettant d'explorer les énergies d'aujourd'hui et du futur le temps d'une balade guidée d'environ une heure trente. 

L'équipe des ambassadeurs emmène les visiteurs sur un parcours composé d'une dizaine de scènes et ponctuées de démonstrations en taille réelle, ainsi que d'expériences interactives. Les participants arrivent à quelques dizaines de mètres du bioréacteur qui transforme nos déchets résiduels en biogaz, puis en électricité, en carburant, ou encore en chaleur. Les visites guidées auront lieu uniquement sur réservation au 05.63.81.23.50 ou à tourisme@trifyl.fr.


Publié le 29/03/2013 à 07:52 | Richard Bornia
 
Cas de gale au lycée de Graulhet : l'internat fermé
 

L'internat des filles du lycée Clément-de-Pémille à Graulhet a été fermé hier pour cause de gale. Deux cas avérés de cette maladie contagieuse ont été déclarés jeudi. Hier matin, une jeune fille a téléphoné à ses camarades de classe pour les informer qu'elle avait la gale et qu'elle ne viendrait donc pas en cours. Bien entendu, cette nouvelle s'est propagée rapidement dans l'établissement, et plus particulièrement dans la classe concernée de première année CAP Commerce.

«Une autre élève au régime de l'internat était également atteinte par cette maladie. Dans ces conditions et par mesure de précaution, en liaison avec le médecin du rectorat, nous avons décidé de fermer l'internat jeudi soir», explique Yves Gouyen, le proviseur du lycée. L'internat filles accueille une trentaine de pensionnaires, certaines venant de loin. L'ensemble du dortoir devait être désinfecté hier soir et toujours par mesure de précaution le dortoir des garçons sera également désinfecté ce vendredi soir. Tous les élèves de cette classe de CAP ont été examinés par l'infirmière scolaire. Les parents ont été avertis et s'ils en avaient la possibilité ils ont pu récupérer leur enfant au lycée. Les autres ont emprunté les transports scolaires habituels pour rentrer chez eux.

«Cette classe reprendra normalement les cours mardi matin, puisque nous sommes à la veille d'un week-end prolongé», indique le proviseur. Le principal souci de l'administration du lycée était hier de rassurer les parents et les lycéens : «Nous contrôlons la situation. Nous procédons aux désinfections nécessaires et il est inutile de s'affoler». Les plus folles rumeurs ont en effet circulé, notamment sur le nombre d'élèves susceptibles d'avoir la gale. Cette maladie alimente toujours les pires fantasmes. La gale fait peur, plus par méconnaissance que par crainte puisqu'il s'agit d'une affection relativement bénigne mais qui revêt une connotation misérabiliste.

Les médicaments en rupture de stock
La gale se soigne très bien, encore faut-t-il qu'il y ait les médicaments en pharmacie. Et ce n'est pas toujours le cas, visiblement. Une habitante de l'Allier, qui séjournait dans le Tarn au mois de février, nous avait alertés. «Mon bébé de 6 mois a eu la gale. Il ne dormait plus paisiblement depuis plus de trois semaines, les boutons vont sans doute même laisser de vilaines cicatrices. Adressez-vous aux pharmacies, ils n'ont plus de produit contre la gale, il y a des ruptures de stock jusque dans le Tarn, où je suis en visite actuellement chez ma famille à Castres.» Jointe hier par téléphone, cette maman raconte qu'il a fallu deux mois et demi pour que son enfant guérisse. Bernard Champanet, président du syndicat des pharmaciens du Tarn confirme cette mauvaise nouvelle : «La pénurie d'Ascabiol touche la France entière. Une des substances actives, la Sulfirame, est en rupture de fabrication».

Une alerte sanitaire de l'Agence régionale de Santé, lancée au mois de janvier, confirme ces propos.
Cette rupture de stock tombe bien mal puisque la gale est en très forte recrudescence : «Nous avons de plus en plus de cas», note Bernard Champanet. Vous trouverez en pharmacie les produits pour désinfecter les vêtements, la literie et éviter ainsi que la gale se propage. Pour le traitement, il existe bien deux médicaments de substitution, mais ils font l'objet de contre-indications, notamment pour les plus jeunes.


Publié le 29/03/2013 à 03:49   J-C C

 
Le club d'escalade poursuit son ascension


Le mur extérieur de la ferme de Nabeillou est idéal lorsqu'il fait beau.

Lors de sa dernière assemblée générale le club Graulhet Naturévasion Escalade s'est doté de nouveaux dirigeants. Labellisé Club Escalade expert par la Fédération française de la Montagne et de l'Escalade pour les années 2012 à 2014, le club compte plus de quatre-vingt-dix licenciés chaque année, dont la moitié de jeunes de 7 à 18 ans et la moitié de femmes. Tous s'entraînent à la salle et retrouvent les plaisirs de la pierre les week-ends et pendant les vacances. Le club participe aussi activement à la vie du site de Nabeillou en faisant découvrir au plus grand nombre sa passion.

Le bureau de l'association est désormais composé de Francis Gayraud, président, Corine Bellouard, secrétaire, Stéphanie Cavenne, trésorière, avec pour adjointe Valérie Loison. Graulhet Naturévasion Escalade propose cinq entraînements par semaine, hors vacances scolaires. Trois sont encadrés par des bénévoles diplômés, le lundi de 18 heures à 20 heures pour les adultes, le mardi de 18h30 à 20h30 pour les jeunes et les adultes autonomes et le vendredi de 18h30 à 20 heures pour les jeunes à partir de 11 ans et les grimpeurs autonomes puis de 20heures à 21h30 pour les adultes. Deux sont encadrées par un brevet d'Etat d'escalade le mercredi de 9h30 à 11 heures pour les 7 à 10 ans confirmés et de 11 heures à 12h30 pour les 7 à 10 ans débutants.

Pour contacter le club il suffit de téléphoner à son président au 06.79.99.23.01. ou d'écrire un courriel à escalade.graulhet@neuf.fr.



Publié le 29/03/2013 à 09:39 | J.C.C
 
Les taux d'imposition en question

Claire Fita expliquant les principaux axes du budget Graulhétois./Photo DDM

Il a fallu rajouter des chaises hier soir lors de la réunion en séance publique du conseil municipal. Le vote du budget était à l'ordre du jour, la municipalité présentant des indicateurs d'une amélioration avec un résultat positif de 770000 euros dégagé en 2012.
La première question a été le vote des taux des taxes communale : taxe d'habitation, foncier bâti et non bâti.

Les élus ont décidé de ne pas augmenter ces taux. Les deux oppositions se sont abstenues, sans se prononcer sur ce choix. «Grâce au travail impulsé à Tarn et Dadou sur la taxe des ordures ménagères, 80 % des ménages de Graulhet verront cette année leur contribution baisser d'environ 10 %» se félicite Claire Fita, adjointe au maire en charge des finances.

Lorsque John Dots a expliqué les que les taxes baissaient grâce au travail entrepris par la communauté des communes Louis Arquier et Anne-Marie Cabaussel du groupe «Graulhet pour tous» sont intervenus pour demander pourquoi leurs taxes ne baissaient pas. «Il y avait trois zones avec trois taux différents. Le rural n'a pas baissé. Vous devez être dans le secteur rural. Au-delà des taxes, il faut penser aux taux. L'an dernier l'État les a augmentés de 1,3 %» a expliqué l'adjoint aux finances.

Bruno De Boissezon du groupe «Allez Graulhet» est intervenu sur l'ensemble des taxes : «Sur le foncier, Graulhet est le plus haut du Tarn avec Castres, et pas loin pour la taxe d'habitation. Si on regardait le total des taxes, par rapport aux services proposés, Graulhet a des taux les plus élevés du département» et Claire Fita d'acquiescer «Vous avez raison, c'est parmi les plus hauts. Il faut savoir qu'à Graulhet nous avons des bases moins élevées qu'ailleurs. Cela dépend des dimensions des maisons et de leur ancienneté» et Claude Fita, maire de la commune, de conclure :«Si on regarde en valeur absolue, nous ne sommes pas plus chers qu'ailleurs.»


Publié le 30/03/2013 à 07:09  Recueilli par G.D

 
«Nos engagements ont été tenus envers les joueurs»


David Gau au milieu des joueurs, après l'une des sept victoires de cette saison./DDM.S.C.G

La saison se termine prématurément ?
Nous préparons un dernier match sérieux face à Céret, nous allons le jouer à 100 %.

La non-qualification a quelle incidence sur le club ?
Sportivement, c'est une déception pour tout le monde, des joueurs aux supporters en passant par les dirigeants et les partenaires. Notre objectif était la qualification. Si on s'habitue à jouer le ventre mou de la Fédérale 2, dans deux ans, il y a fort à parier que nous serons en fédérale 3. Financièrement, elle n'a pas d'incidence. Outre la satisfaction de recevoir un match de phase finale, il aurait fallu assurer un déplacement de plus.

Aucune équipe de jeunes qualifiée. Un constat d'échec au niveau de la formation ?
C'en est un, mais sur la quantité pas sur la qualité. Ce sera le gros chantier à venir, de redynamiser notre secteur formation. Par la situation de notre équipe 1 nous avons perdu l'attrait d'une ville moyenne sans lycée pour son rugby. Nous lançons une réflexion sur le fonctionnement des trois catégories de jeunes. Pourquoi pas envisager un rapprochement avec d'autres clubs à ce niveau pour élever celui des juniors par exemple.»

Êtes-vous d'accord avec eux qui disent que le Sporting a vécu sa saison par ses buteurs ?
Non. Les motifs de satisfaction sont dans le comportement de la défense, l'implication des joueurs mais aussi l'intégration de jeunes comme Barthélémy, Farré ou Pégorer. C'est aussi vrai que nous n'avons pas marqué d'essais durant six matchs. J'y vois les conséquences d'un énorme déficit en touche récurrent et une difficulté à maîtriser les fins de matchs.

Quels vont être les objectifs de l'intersaison ?
Garder le groupe intact. Quelques joueurs sont susceptibles d'être contactés pour jouer en Fédérale 1. Notre recrutement se fera sur 2-3 joueurs, là où il faut se renforcer. ça ne va pas être facile. On compte sur la notion de plaisir qu'a pris le groupe. Les consultations des joueurs et de l'encadrement, à ce titre, ont déjà commencé. Notre atout vient du fait que nous avons tenu tous nos engagements envers les joueurs»


Publié le 30/03/2013 à 03:49

 
Pas de perdant au concours de pêche
 

Le fait est rare pour pouvoir être signalé : aucun des participants au concours de pêche, organisé samedi par l'Aappma de Graulhet en partenariat avec le conseil général, au bord du lac de Nabeillou, n'a été «capot». Tous ont d'ailleurs été récompensés par les organisateurs mais aussi par la mairie, Bastié électroménager et le Fournil graulhétois. C'est M. Guéral avec 5750 pts qui a remporté le concours, devant Mr Zamaï, 4 700 pts, et J. Francès, 3970 pts. Suivent J.C. Boutié, D. Oustry, J.C. Gasinger, A. Vicente, Ch. Bastié, D. Rey et M. Bastié.


Publié le 30/03/2013 à 03:50

 
Soirée des talents graulhétois au Forum

Les Rastarn feront danser le public sur la scène du Forum.

Samedi 30 mars, le service culturel propose une soirée spéciale pour mettre en valeur les talents graulhétois. C'est au Forum, avenue Saint-Exupéry que la soirée se tiendra avec un coup d'envoi donné à 19h. Ce sont cinq formations que l'on retrouvera sur scène. A l'affiche, El Bombassin qui chante en italien et en anglais dans un style reggae dancehall, mais aussi le jeune groupe de rock progressif Purple Plane ou encore Xlamotte.

Les 26 voix de la chorale La Rugissante, accompagnées de leur accordéon, seront aussi de la partie pour un tour du monde en musique. Enfin, le groupe Rastarn et ses six musiciens passionnés de reggae seront les derniers à monter sur scène. Avec leur reggae 100% cathare, chanté en français et en anglais et des rythmes chaloupés, ils feront danser toute la salle. 


Publié le 31/03/2013 à 03:45  G.D.

 
Aqua Passion partagée entre plongée et apnée

Graulhet Aqua Passion compte une quarantaine de licenciés./Photo DDM

Graulhet Aqua Passion a été créé à la fin des années 90 au départ dans le giron de Naturévasion. Antoine Mielko en a été le président durant de nombreuses années et a émancipé le club vers son autonomie. Pascal Perron a repris la présidence en 2008 en assurant quatre mandats, et depuis, entre 30 et 40 personnes adhèrent chaque année. «Au départ, le club était presque en totalité composé de plongeurs en recherche de technique de plongée avec bouteilles, il a depuis bien évolué et s'ouvre désormais à de plus en plus d'adeptes de la plongée en apnée. Dans cette discipline, nous comptons accéder aux niveaux de compétition durant l'année 2013», précise Pascal Perron.

Un sport qui est loin d'avoir atteint la parité hommes-femmes. «Ce n'est pas une activité qui attire forcément les dames et demoiselles, même si les mentalités évoluent». Tous les mardis soir, au centre nautique qui met un local technique à disposition du club, les scaphandriers se retrouvent dans le bassin de 25 m, les apnéistes viennent s'entraîner, en bonne entente avec les nageurs de l'Omnisports, le vendredi soir. «Ce sont des rendez-vous qui sont bien fréquentés. Chacun en suivant ses cours de niveaux prodigués par les quatre éducateurs du club, vient aussi pour discuter d'expériences en sorties, de matériels, de techniques».

Sorties en mer
Aux beaux jours, l'association propose une dizaine de sorties par an, de plongée, plongée spéléo ou apnée, sur les lieux habituels de Méditerranée «entre Marseille et la Costa Brava», à Cerbère en particulier, ou de la Côte Basque. En amont et pour chaque saison, le club a établi un calendrier destiné à la finalisation des formations qui peuvent se déplacer dans la fosse de 15 mètres à Ramonville. En parallèle, Graulhet Aqua Passion développe une activité de nage mono-palme et envisage d'inaugurer une section de hockey subaquatique. Le club accueille les plongeurs débutants ou en recherche de niveaux, à partir de 12 ans.


Publié le 31/03/2013 à 03:46  Propos recueillis par Jean-Claude Clerc

 
Claire Fita : «Nous sommes aujourd'hui sur la bonne voie»


Claire Fita, adjointe au maire chargée des finances./Photo DDMJ-C C.

Dans quel état sont les finances de la ville ?
Nous sommes aujourd'hui sur la bonne voie. Les indicateurs de gestion s'améliorent significativement, comme en témoigne le résultat positif de 770 000 € dégagé en 2012. Les dépenses de personnel qui avaient considérablement dérivé avant 2008 ont été maîtrisées, les dépenses de gaz et d'électricité qui représentent tout de même 650 000 euros ont été stabilisées grâce à une meilleure gestion des équipements publics. Les efforts de tous ont contribué au redressement des finances, sans que la qualité des services publics soit remise en cause.

Allez-vous augmenter les impôts locaux cette année ?
Nous avons décidé de ne pas augmenter les taux d'imposition des Graulhétois, taxe d'habitation et taxe foncière. Et grâce au travail impulsé à Tarn et Dadou sur la taxe des ordures ménagères, 80 % des ménages de Graulhet verront cette année leur contribution baisser d'environ 10 %. C'est un beau résultat, celui du travail mené par les élus pour mutualiser la collecte et le traitement des déchets au niveau du territoire, en améliorant le service rendu aux usagers, tout en réalisant des économies d'échelle.

Quid des projets pour 2013 ?
Les deux projets majeurs lancés en 2008 vont connaître leur aboutissement. Il s'agit des aménagements réalisés sur le quartier et l'école d'En Gach d'une part, et sur les berges du Dadou d'autre part, avec la nouvelle crèche, le nouveau cinéma, reliés par la passerelle. Ces deux projets structurants pour la ville ont en commun des taux de cofinancement exceptionnels. Et je profite de cette interview pour remercier à nouveau l'État, la région Midi-Pyrénées, le département du Tarn, et la communauté de communes Tarn et Dadou d'avoir été présents à nos côtés. L'amélioration de l'état de nos finances, nous permet également d'envisager pour cette année la création d'une salle des fêtes communale dans le bâtiment de l'ancienne cuisine centrale, des interventions dans l'enceinte du stade Noël Pélissou, au cœur de ville, dans nos écoles… Bref, 2013 sera encore une année riche en réalisations.


Publié le 31/03/2013 à 03:48

 
Le revue Arc en Ciel de Printemps va sortir


La couverture d'Arc en Ciel, une revue disponible aux points de distribution habituels./Photo DDM

Le numéro de Printemps de la revue Arc en Ciel, éditée par le Comité Culturel, va sortir pour Pâques. Au sommaire, l'actualité culturelle par le rédacteur en chef maison Gabriel Rouyre, mais surtout un historique de quatre pages sur l'hostellerie du Lyon d'Or, et surtout, la plaque de la dalle funéraire de Messire Louis d'Amboise d'Aubijoux seigneur de Graulhet par Henry Manavit. Suivent une réflexion du même Gabriel Rouyre sur les abus du mot monopole. Plus loin, Jean Chabbal, refait le tour d'un secteur qu'il connait bien en insistant sur les noms de lieux-dits, du Salvage à la Fédal en passant par Aillot et Pélissou puis l'inventaire alphabétique des nomes graulhétois et de leurs origines. Christiane Denaux, fait l'inventaire détaillé des moulins sur le ruisseau Assou tout proche. Michel Larrue raconte ses souvenirs entre Lacaune et Graulhet, et enfin, après la page d'occitan d'Arlette Homps, Gabriel Rouyre conclut par ses souvenirs de maître d'école en secteur rural.


Publié le 01/04/2013 à 09:29

 
Le 1000e nageur échangé


Viktoria Posner, officiellement millième jeune échangé entre les deux clubs. /Photo DDM

L'actuelle présence à Graulhet d'une délégation de nageurs de Prien, ville jumelée avec Graulhet et de sa voisine Bernau, , a permis de célébrer le millième échange de jeunes entre les deux clubs. C'est ainsi, que lors de la réception officielle en mairie, après les échanges traditionnels de cuirs et de vins de Gaillac d'un côté, de choppes gravées et de bières de l'autre, deux personnalités ont été fêtées. Le conseiller général Claude Bousquet, aussi président du Comité de jumelage, a reçu, des mains des deux présidents bavarois, la médaille d'argent des deux clubs. A l'opposé, Viktoria Posner, jeune bavaroise, désignée comme la millième nageuse, a reçu le livre de Graulhet et la parfaite panoplie du nageur tarnais. Un 23e échange fructueux qui sera suivi d'un voyage de la chorale Fiesta en Bavière.
 
Page réalisée à partir du site ladepeche.fr
 
 
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement