Du Bruc à Ricardens

Actualités mars 2012 (1)

Publié le 01/03/2012 07:52 | J-C C | La Dépêche du Midi

Le retour des femmes de mars

Les « caméléones», peintures éphémères sur papier peint affichées en extérieur.

C'est à partir de la symbolique date du 8 mars, journée internationale de la femme, que s'est bâti à Graulhet l'ambitieux programme « Femmes de Mars». Si l'événement n'avait été marqué l'an dernier que par le projet de l'Agora, il est aujourd'hui reparti de plus belle avec une synergie regroupant plusieurs initiatives de la Régie du territoire, du centre social, de la ville de Graulhet, du foyer Léo Lagrange et de l'association Mémoire sociale graulhétoise.

A la découverte des «nouvelles caméléones»

« L'association mémoire sociale de Graulhet est née en mai. Nous avons travaillé autour du quartier du Moulin neuf, aujourd'hui disparu, pour honorer les femmes de ce quartier des années soixante à quatre-vingt dix, essayant qu'un maximum de personne s'y intéresse» explique Monique Fauré. Le mercredi 7 mars, au foyer Léo Lagrange, des animations se succéderont de 10h30 à 17h30. La journée débutera avec une balade en ville à la découverte des « nouvelles caméléones», peintures éphémères sur papier peint affichées en extérieur. « Cela a été quelque chose d'important sur le plan humain. Ces ateliers menés par Mika Lopez travaillent la créativité mais aussi l'estime de soi et la place de la femme à Graulhet, qu'elle soit jeune ou moins jeune» explique Fatima Selam, directrice de la régie de territoire. La visite se terminera à 11h30 avec un apéritif-rencontre au foyer. A partir de 14 heures, c'est la vie du quartier disparu qui sera évoqué avec Zineb Dilmi qui a écouté quand elle était petite au Moulin neuf des contes arabes et qui les racontera cette après-midi à tous, gratuitement, en français. S'en suivra une rencontre et des témoignages avant une remise de récompenses à 16h30. La journée s'achèvera à 17h30 autour d'un goûter.

Au delà de ce temps fort, plusieurs animations seront aussi organisées du 3 au 16 mars dont la projection du film « La source des femmes « à 14 heures au cinéma de la ville ou encore le lundi 12 mars et vendredi le vendredi 16 mars de 10 heures à 11h30 des ateliers « re-source» au centre social pour les thèmes de l'estime de soi et de l'échange.

?

Publié le 02/03/2012 07:48 | La Dépêche du Midi

Du cuir aux métaux : une reconversion réussie

Dans leur atelier Cyril Mauriès et David Gau proposent des solutions pour la découpe de nombreux types de matériaux.

La croix occitane pour le marché Victor-Hugo à Toulouse ou encore le blason en marbre de Bize-Minervois ont été découpés ici, à la zone industrielle de Rieutord. L'entreprise Aquabrasion, née de l'association de Cyril Mauriès et David Gau en 1994, spécialiste de la découpe au jet d'eau, compte aujourd'hui parmi ses clients GIAT Industrie ou Airbus.

Une nouvelle vie

L'entreprise est née pour redonner vie à une machine qui découpait le cuir et se lancer, à Graulhet, dans une activité de découpe au jet d'eau de tous les matériaux.

Pour y parvenir la machine a été transformée pour s'attaquer à tous types de matériaux. « On connaissait cette machine et on avait vu que le jet d'eau arrivait et que cela permettait de découper différentes matières. On s'est lancés ! » se souviennent les deux associés aux talents complémentaires. Aujourd'hui cette première machine ne tourne plus et la société s'est équipée de trois nouvelles pour proposer des solutions de découpe au jet d'eau pur ou chargé d'abrasif. « On parvient à découper jusqu'à 15 centimètres de métal, en sachant que dans ce cas de figure, on ne découpe que quelques millimètres à la minute », souligne David Gau. « Avec la découpe au jet d'eau, on offre une qualité et une finition propre et précise, ainsi qu'une économie de matière vu qu'on a un trait de coupe d'un millimètre », ajoute Cyril.

Une des clefs du succès de l'entreprise réside dans le large panel de matière qu'elle propose de découper, des matières plastiques aux métaux en passant par le bois, la moquette, les minéraux ou encore les élastomères, et le liège. Bien entendu Aquabrasion a la plupart du temps un rôle de sous-traitant et intervient, essentiellement, dans les départements du Tarn, de l'Aveyron, la Haute-Garonne et l'Ariège. Sans le savoir les Graulhétois connaissent déjà leur travail puisque l'entreprise a réalisé pour la mairie de Graulhet la devise « Liberté, égalité, fraternité » accrochée au fronton de l'hôtel de ville. Pour cette réalisation, Cyril et David ont travaillé avec d'autres entreprises locales telles que Mecaform pour la peinture et Montels pour la réalisation des accroches comme autant de signatures d'un renouveau de l'industrie graulhétoise.

?

Publié le 03/03/2012 11:05 | La Dépêche du Midi

Damiatte : Poney City défile pour le carnaval

Une pause sur la place du Jourdain de Graulhet.

L'association Poney City a participé à Graulhet à l'organisation d'un défilé dans les rues de Graulhet avec le cirque Pistil. Ce fût l'occasion pour quelques-uns des cavaliers de Poney City de présenter qui un poney shetland, qui un double poney, qui un cheval, et même une mini calèche. Chacun y a pris du plaisir, la météo étant vraiment idéale, et les spectateurs ont ainsi pu profiter de la venue de ces belles montures.

?

Publié le 03/03/2012 11:06 | La Dépêche du Midi

Des courses ouvertes à tous demain matin

Le podium de la dernière édition. / Photo DDM.G.D.

Les primevères sont arrivées, c'est une bonne nouvelle pour les organisateurs de la ronde Graulhétoise, puisque tous les coureurs et bénévoles se verront offrir cette fleur en guise de souvenir, Un souvenir fleuri qu'ils pourront garder tout le printemps et que l'équipe l'Eric Loison espère le meilleurs possible. Le circuit est tracé les chapiteaux sont montés, les coupes et lots sont stokés, mais il reste toute la préparation des dernières minutes, qui ne peut pas être fait avant. Marilyne Sanchez et son équipe préparent le secrétariat, Rémy Lacourt affine son équipe à la sécurité.Il faut installer les barrières et les déviations, (notamment pour fermer la rocade pendant le passage de la course).

Le record de l'épreuve est pour l'instant détenu par Boucif Mohamed de l'ecla Albi en 32''26 et par Nicolas Fernandez de team 12 en 33''01. La meilleure féminine Marlène Privé a déjà remporté l'épreuve 2 fois son meilleur temps est de 41''19 ; Nous Espérons cette année que le record des 15 qualifiés aux championnats de France.

La course est ouverte à tous sous réserve de présenter un cerificat médical ou une licence. Pour un prix de 8€ pour la populaire, ouverte dès l'age de 14 ans (né en 1998 ou avant) et de 10€ pour la course des AS, ouverte dès 17 ans (né en 1995 ou avant).

La course des enfants, est un circuit de 1000m accompagné ouverte dès l'âge de 6 ans, Elle est bien sûr gratuite pour eux.

?

Publié le 03/03/2012 11:06 | La Dépêche du Midi

Ils sont revenus sans voiture mais avec de grands souvenirs

De grands souvenirs et des rencontres pour l'équipage tarnais.

Presque pour l'anecdote, l'équipage Marc de la Osa - Thomas Vallejo a terminé 49e sur 60 à l'arrivée du Students Challenge dont le raid s' est déroulé durant dix jours au Maroc.

« Nous avons réussi notre pari de participer à un raid dans le désert marocain en Fuego ! Ce qui n'était pas gagné d'avance lorsque l'on voit l'état dans lequel était la voiture quand nous l'avons récupérée en début d'année. Elle allait partir à la destruction! Nous avons rencontré quelques difficultés lors de certains passages du fait d'avoir un véhicule lourd et inadapté mais nous nous en sommes toujours sortis grâce à l'entraide mutuelle qui était présente sur le raid » assure le pompier graulhétois qui a participé avec son co-pilote à toutes les actions de solidarité prévues sur place par les organisateurs.

Sur la route du retour à hauteur de Kénitra, le moteur à lâché. Résultat, bloqués 2 jours le temps de trouver un nouveau moteur et d'effectuer les réparations.

Malheureusement ce nouveau moteur trouvé d'occasion au Maroc à cassé 500km plus tard au niveau d' Altéa en Espagne et les Tarnais ont du laisser la voiture, qu'ils récupèreront dans les prochains jours, pour finir le trajet en train !

«Nous sommes donc arrivés samedi soir, des souvenirs plein la tête, heureux et épuisés ! Nous avons passé des nuits très fraiches en tente, avec des températures allant jusqu'à -5°C ! Ce raid à été l'aboutissement d'un projet de presque 2 ans qui nous à procuré énormément de plaisir et qui nous à permis de faire de formidables rencontres ! Un periple que l'on conseille à tous les amoureux d'aventure et qui donne envie d'y revenir ».

?

Publié le 03/03/2012 07:15 | Patrick Guerrier

Briatexte : 49 licenciements chez Guille

L'entreprise de Briatexte est spécialisée dans la chaussette depuis plus de trois générations./ Photo DDM PG

Un plan de restructuration touche l'entreprise Guille spécialisée dans la fabrication de chaussettes à Briatexte. 49 des 178 salariées ont reçu une lettre de licenciement.

«On a des filles qui sont complètement perdues », témoigne une élue du Comité d'entreprise de Guille. C'est lundi que 49 des 178 salariées de l'entreprise familiale installée depuis trois générations à Briatexte ont reçu leur lettre de licenciement. Pour ces ouvrières du textile spécialisées dans la confection de chaussettes, leur univers professionnel se résume à la porte des ateliers de Guille. « La plupart ont toujours travaillé là. On n'a pas d'autres qualifications », souligne l'une de ces petites mains qui se souvient de la période où l'entreprise accueillait près de 400 salariés à la fin des années « 90 ». Depuis la crise de l'industrie textile est passée par là. Sans faire de bruit, la maison Guille a perduré, tant bien que mal. Mais en 2011, l'enseigne Carrefour, distributeur historique des productions de la maison, a mis fin au contrat qui la liait à Guille depuis de longues années. Un marché qui représentait 25 % de l'activité. Carrefour lui aurait préféré les marchés asiatiques ou du Maghreb aux coûts de fabrication moins élevés.

Mesure de sauvegarde

Dans une situation financière déjà fragilisée, Olivier Guille a décidé de placer son entreprise sous mesure de sauvegarde en décembre dernier, pour une période de six mois. Dans le même temps, il a engagé un plan de restructuration portant sur 49 emplois.

Le personnel est composé en grande majorité de femmes avec plus de 25 à 30 ans d'activités . Elles ont passé la cinquantaine. 22 salariés se sont portés volontaires pour être licencié. Soit ils étaient proches de la retraite ou ils étaient porteurs d'un autre projet. Pour les autres, cela a été la douche froide. « Certaines culpabilisent et se demandent pourquoi c'est tombé sur elles », cite une élue du CE. Des élus qui souhaitent que le personnel licencié bénéficie d'une cellule de reclassement.

Malgré cette restructuration, quel est l'avenir de l'entreprise qui est l'une des plus importantes de tout le bassin graulhétois?

Outre le secteur de la grande distribution, pour lequel elle fabrique des chaussettes, Guille est spécialisée dans les bas de contention pour les laboratoires Fabre. Elle réalise également des chaussettes pour de nombreux clubs de rugby (Castres, Albi, Perpignan…) et d'autres clubs sportifs.

La semaine prochaine, le préfet doit se rendre à la mairie de Briatexte pour rencontrer les salariés. Bernard Baccabe, le maire, est particulièrement préoccupé par la situation de l'entreprise. Il a eu de nombreux échanges téléphoniques avec le représentant de l'État ainsi que Thierry Carcenac, le président du conseil général qui suit aussi le dossier.

Contacté à plusieurs reprises, Olivier Guille était à chaque fois indisponible.

?

Publié le 04/03/2012 03:46 | G.D

Expo : Prémices de Printemps à la Far

Jacques Mariette devant les œuvres d'Annie Jeunet. /Photo DDM.G.D.

La deuxième exposition de l'année des artistes de la Far vient d'ouvrir à la halle des arts, sous l'auditorium, et va durer jusqu'au 17 mars. Elle rassemble 14 artistes régionaux dont certains, comme la peintre Annie Jeunet , exposent pour la première fois. «Prémices de Printemps» réunit les peintures de F. Camelin, A. Jeunet, J. Toupance, J. Mariette, H.M. Mazel, M. Milleville, et A.M. Jardry, les photographies de J. Rouzet, Cl. Ribes, J. Mariette et M. Milleville, les sculptures de J. Brignac, J.J. Deltour, et les objets d'arts de P. Blatgé, P. Camelin et R. Fourès.

La prochaine expo réunira au même endroit deux peintres, ténors de l'association, Geneviève Ribes et Henry Manavit, du 7 au 28 avril, avant le Salon de Printemps, dans la salle de l'Odéon, agrémenté d'une présentation de patchworks, en mai.

?

Publié le 05/03/2012 08:20 | La Dépêche du Midi

Un conducteur insulte les gendarmes

C'est place du Jourdain que le conducteur a violemment insulté les gendarmes.

Hier, peu après 17 heures un conducteur qui venait d'être verbalisé sur la place du Jourdain pour défaut de port de ceinture a pris à partie les militaires de la gendarmerie de Graulhet. C'est plus particulièrement un gendarme féminin qui a fait l'objet des insultes de l'individu fortement énervé. Ces incidents ont rapidement provoqué un attroupement d'une vingtaine de personnes provenant des bars et de l'espace public attirés par l'incident. L'individu a été interpellé et placé en garde à vue à la gendarmerie quelques minutes plus tard. « Le fait d'outrager un militaire de la gendarmerie est totalement inacceptable. Ceux qui voudraient passer outre s'exposent à des poursuites décidées par le parquet » explique le lieutenant Bertrand Collot, commandant la brigade autonome de Graulhet.

?

Publié le 05/03/2012 10:36 | G.D

Rugby : Graulhet passe à côté

Une bien mauvaises opération pour les Graulhétois sur leur terrain./ Photo DDM, Emilie Cayre.

Graulhet plus léger attendait du beau temps et du terrain sec. Céret plus solide espérait sûrement des conditions humides. La météo a donné l'avantage aux Catalans. Qu'en serait-il au tableau d'affichage au terme d'un match capital pour les tarnais ? Devant un public réduit à sa plus stricte expression, les Graulhetois avaient un impératif : gagner. D'entrée de jeu, la détermination des deux équipes n'a pu laisser envisager une quelconque issue. Dumon, par deux fois ratant sa cible, n'a pu donner l'avantage qu'a rapidement pris son adversaire. Ces mêmes Cérétans, qui l'ont corsé au bénéfice d'un bon rebond sur long coup de pied délivré par Isèbe pour son ailier Bosch. La pénalité de Bille qui aurait permis de revenir dans les tours percutait la barre. Jour sans chance ? D'autant plus préoccupant que Roque de son côté de ratait pas grand-chose, et que Céret marquait un deuxième essai par Hoursempé sur un contre. A la mi-temps, Céret, en toute logique, profitant d'une grosse apathie locale, menait de 15 points.

On attendait la réaction des graulhétois à la reprise. Trop désordonnée pour être efficace à l'image du pack laissant échapper nombre de précieuses conquêtes. Heureusement, le réalisme de Théron jouant rapidement une pénalité à la main sur les 22 mètres, permettait de marquer l'essai de l'espoir. Céret, gardait le jeu dans le camp local, pour s'exposer le moins possible. Graulhet sauvait deux fois in-extrémiste. Cérét devant au score durant tout le match, et avec 11 points d'avance, n'avait plus qu'à « laisser venir » et serrer sa défense. Le ballon glissant devenait alors un précieux allié des visiteurs. Les Graulhétois résignés très tôt, n'avaient plus qu'à constater les dégâts. Ce n'est plus de qualification qu'il va être question pour les quatre matchs restant, mais de maintien.

Graulhet 10-Céret 21

A Graulhet : Céret bat Graulhet 21 à 10

MT : (18-3)

Pour Graulhet : 1 E. Théron (44e) 1 T. Bille, 1 P. Bille (20e)

Carton jaune : Gouveia (24e)

Carton blanc : Théron (55e)

Pour Céret : 2 E. Bosch (14e) Hoursempé (37e), 1 T. Roque (14e) 3 P. Roque (3e, 34e, 60e)

Carton jaune : Selva G. (29e)

Arbitre : Mr Courbin (Ca)

Graulhet : Bille, Marcel, Garcia, Boutié, Codjia, (o) Dumon, (m) Girard, Montels, Théron, Valette, Pappakostas, Pauthe (cap), Gouveia, Buéno, Brosse. Entrés en jeu: Miechtry, Da Costa, Balayé, Arroyo, Albouy, Montbroussous J., Mandagaran.

Céret : Roque, Bosch, Casenove, Aniès, Coma, (o) Isèbe, (m) Paloffis, Nou, Selva G (cap), Hoursempé, Boulhimas, Conhil, Lapasset, Trilles, Tourek. Entrés en jeu: Selva J., Raynaud, Gadreau, Garet, Campassol, Bouquié, Nimbo.

Fédérale 2B : Graulhet bat Céret, 13 à 8.

?

Publié le 06/03/2012 08:22 - Modifié le 06/03/2012 à 10:58 | J-C C

Le club house du stade Noël-Pélissou détruit par les flammes

Les déblaiements ont duré toute la matinée. /Photo DDM, J-C C

Hier matin, vers quatre heures, un incendie a ravagé le bâtiment du club house du SCG au sein de l'enceinte du stade Noël-Pélissou. Grâce à l'intervention rapide du service d'incendie et de secours de Graulhet, avec le renfort d'hommes de Gaillac, Lavaur et Réalmont, les dégâts ont pu être limités à ce seul bâtiment qui comprenait des salles de réception du Sporting Club, l'ancien logement du gardien ainsi que des bureaux du centre éducatif multisport.

« Je suis d'abord soulagé que personne n'ait été blessé et je remercie les pompiers pour leur professionnalisme. Cet incendie m'affecte profondément. Comme tous les Graulhétois, ce lieu est pour moi chargé de souvenirs de la belle aventure sportive de Graulhet. C'est un déchirement de voir ce bâtiment partir en fumée, c'est comme voir partir sa maison de famille, une partie de soi. J'ai une pensée pour tous les bénévoles du club, son président Pierre Cathalau, le président de l'omnisports Jean-Luc Cathalau, les salariés du SCG, les membres de l'amicale, les joueurs, les dirigeants, les anciens, les jeunes stagiaires du CEM et leurs encadrants, et bien sûr, tous ceux qui ont fait l'histoire de notre rugby local », déclare Claude Fita, maire de la commune.

Les dégâts sont considérables et un inventaire précis de ce qui a été détruit devra être réalisé. La commune avait des projets à l'intérieur de l'enceinte sportive avec la réfection des vestiaires situés sous les tribunes et l'aménagement d'une salle des fêtes. « Ces projets vont nécessairement devoir être adaptés à cette nouvelle situation. Comme nous en avons l'habitude, nous ferons face », promet Claude Fita.

L'origine du sinistre n'est pas déterminée pour le moment. La Brigade de gendarmerie de Graulhet s'est saisie de l'affaire. Hier après-midi ce sont les techniciens de la gendarmerie venus d'Albi qui ont succédé aux sapeurs-pompiers sur le site afin de déterminer l'origine de l'incendie.

?

Publié le 06/03/2012 08:25 | J.-C. C.

Le camion fou finit dans le jardin

Après avoir défoncé un muret de clôture et couché un gros sapin, le camion a stoppé sa course dans le jardin, à 2m50 à peine de la maison. / Photo DDM, JCC

Hier matin, un camion a fait une folle embardée sur le boulevard Rivari. Le chauffeur a été légèrement blessé, les riverains en étant quitte pour une grosse frayeur.

Spectaculaire accident de camion hier matin à Graulhet. Peu avant 8 heures, un poids lourd qui circulait sur le boulevard Rivari a soudain dévié de sa trajectoire, défonçant un muret avant de traverser un jardin puis de sauter et détruire un second muret une quarantaine de mètres plus loin pour achever sa course à 2 mètres 50 à peine d'une habitation !

« J'ai entendu un boom mais je ne me suis pas inquiété. Cela ressemblait un peu au bruit du déchargement comme on peut en entendre parfois aux maisons Malié. Ce n'est que lorsque je suis passé devant la fenêtre, plus tard, que j'ai aperçu le camion accidenté », témoigne Jean Bourguès, propriétaire des lieux qui habite à proximité depuis 1972.

Sa locataire et son fils ont eux été immédiatement voir ce qui se passait dans leur jardin. « Mon fils s'est inquiété de ce bruit, on habite juste à côté des maisons Malié où il travaille. Mais là, le camion était entré chez nous. S'il n'y avait pas eu un sapin qui a été détruit au passage et l'a sans doute arrêté, le camion aurait pu entrer dans la maison », explique Marie Gentet.

Depuis 23 ans qu'elle habite là, elle n'avait jamais vu cela. Et pour cause, sa maison est située à 40 mètres du boulevard, en pleine ligne droite. L'enquête ouverte par la brigade de gendarmerie autonome déterminera dans quelles circonstances le conducteur a quitté sa voie de circulation route avant d'entamer cette folle chevauchée qui n'a heureusement fait aucune victime. Légèrement blessé, le chauffeur du camion a été évacué par les sapeurs-pompiers de Graulhet au centre hospitalier d'Albi pour y subir des examens de contrôle.

?

Publié le 06/03/2012 09:41 | La Dépêche du Midi

Le sporting sera relogé à l'office de tourisme

Suite à l'incendie qui a ravagé le club house du SCG dès la fin de matinée, grâce au dévouement de tous et à une prise en main par les services de la commune, il était proposé au cours d'une réunion de mettre à disposition les locaux de l'office de tourisme. Situé non loin du stade, cet emplacement semblait opportun. Restait à le faire valider par les présidents. Jean-Luc Cathalau, président de l'Omnisport et Pierre Cathalau, président du SCG rugby ont de suite adhéré à cette solution de repli. Le Pays Vignobles Gaillacois, Bastides et Val Dadou, qui a la compétence tourisme, a accepté de transférer son personnel dans les murs de la Maison des métiers du cuir, afin de libérer l'office de tourisme actuel. Le service informatique de la ville ont permis que l'office de tourisme et le sporting récupèrent au plus vite leurs lignes.

Les employés des services techniques ont également apporté leur aide et leur soutien aux bénévoles du SCG rugby qui tentaient de sauver quelques souvenirs du club : photos, coupes, boîtes à archives mais aussi des emblèmes comme la fresque en cuir accrochée au mur de l'espace bar, etc.

Ils sont également venus aider les stagiaires et encadrants du CEM (Centre éducatif multisports) à déménager leur matériel. Enfin, secrétariat général de la mairie et le DGS venaient également en aide au club pour le volet administratif et déclarations aux assurances. Un bel élan de solidarité et un réseau d'entraide s'sont rapidement cristallisés pour venir en aide à cette grande famille du ballon ovale.

?

Publié le 07/03/2012 08:10 | La Dépêche du Midi

Cyclopède veut être associé au futur plan de circulation

Améliorer la circulation et la sécurité des cyclistes fait partie des priorités de Cyclopède.

Vendredi soir, une quarantaine de personnes ont répondu à l'appel de l'association Cyclopède qui invitait les Graulhétois à débattre du sujet de la sécurité des piétons et des cyclistes en ville. « Un chiffre, qui avec celui des adhérents qui approchent la centaine, nous satisfait »se félicite Muriel Garin militante de la première heure. « L'association qui se veut espace de réflexion et de proposition, a été créée après le décès de Lucien Mazelier, et ses objectifs sont de ralentir de la circulation automobile, de favoriser les déplacements des piétons et cyclistes et de développer les transports collectifs » ajoute Olivier Rouff, lui aussi actif dans le collectif. Les personnes présentes ont ainsi pu témoigner des difficultés quotidiennes, et ont fait ensemble l'énumération des points noirs sur la ville.

« Nous avons retenu l'étroitesse de certains trottoirs, les liaisons entre établissements publics, la vitesse excessive de véhicules, le raccordement de pistes cyclables, le manque de signalisation par endroits qui provoque l'égarement de transporteurs routiers en ville, et l'inter-connexion avec quelques lotissements. »

Au rayon des satisfactions, les responsables saluent l'efficacité des plots sur les bandes blanches posés à la sortie du pont neuf, ou des ralentisseurs sur les avenues, en espérant en voir d'autres équiper les abords d'établissements recevant du public. « Nous espérons surtout être invités à donner notre avis, en même temps que le compte rendu du bureau d'études qui a été mandaté par la mairie et qui va présenter prochainement un diagnostic qui servira de base au futur plan de circulation de la ville. »

?

Publié le 07/03/2012 09:53 | La Dépêche du Midi

L'ordre national du mérite à Geneviève Ribes

Geneviève Ribes médaille de l'ordre national du mérite./Photo DDM

Graulhétoise d'adoption depuis 57 ans, Geneviève Ribes vient d'être décorée de la médaille de l'ordre national du mérite. Mariée, mère de deux enfants, trois fois grand-mère, diplômée de l'école technique lyonnaise option dessin industriel et chimie, c'est après 1968 qu'elle a créé à Graulhet une association de parents d'élèves fédération Cornec et organisé les premières antennes de ramassage scolaire. Elle a aussi incité un menuisier à créer de petits bateaux à voile permettant aux élèves de s'initier à ce sport, crée une librairie papeterie, s'est aussi chargée - entre autres - du Syndicat d'initiative qu'elle préside depuis 1985. Elle a aussi crée l'association tourisme et culture pour l'animation des lieux et celle des Joyeux Pinçons (polyhandicapés) en 1978 dont elle assure la présidence depuis 32 ans. Durant 21 ans elle a aussi été présidente de la délégation de la Croix-rouge (qu'elle représente toujours au CCAS et vice-présidente départementale pendant six ans. Elle est d'ailleurs médaillée de bronze et de vermeil de la Croix-Rouge. Geneviève Ribes est également vice-présidente de l'Eveil artistique et donne des cours d'arts plastiques depuis vingt ans. C'est avec beaucoup de dévouement qu'elle anime l'unité Alzheimer de la maison de retraite, parvenant à faire peindre les résidents.

Au delà de son engagement sa jeunesse d'esprit et son dynamisme la rendent unique et indispensable à beaucoup.

?

Publié le 08/03/2012 07:49 | J-C C.

Est-ce la fin des pannes de la TNT ?

L'émetteur de Combalières ne devrait plus connaître de problème.

Depuis l'arrivée de la TNT (télévision numérique terrestre) à Graulhet, les problèmes n'ont cessé de se succéder. On se souvient du sectionnement des câbles d'alimentation à l'été 2010 et des soucis d'alimentation en raison du froid il y a quelques semaines.

Cependant, les travaux qui viennent d'être réalisés à l'émetteur situé au lieu-dit Combalières devraient mettre un terme à cette série aussi noire que la mire des téléspectateurs. Pour éviter que le câble d'alimentation de l'émetteur ne soit sectionné, intentionnellement ou de façon accidentelle, il fallait enfouir ce dernier sous terre.

En attendant une solution avait été trouvée avec l'alimentation du site grâce à un groupe électrogène dont le fioul avait gelé en raison du grand froid connu en février cette année. La batterie a elle aussi beaucoup souffert de ces conditions. Si lors des premières interruptions il était possible de continuer à recevoir les programmes télévisés sur le réseau hertzien, le passage au « tout numérique » a rendu les interruptions encore plus difficiles pour les mordus du petit écran. À chaque panne les services municipaux sont submergés d'appels, parfois virulents, même si le dossier n'incombe pas à la mairie.

Aussi, depuis plusieurs mois, le maire de Graulhet a usé des leviers qui étaient en son pouvoir pour agir et solutionner les éventuels problèmes en interpellant le CSA (Conseil Supérieur de l'Audiovisuel) et la société prestataire. Suite aux dernières interruptions, évoquées par le conseil municipal en séance publique, les élus ont accentué « la pression » sur le CSA, le prestataire de service et ERDF afin qu'il soit procédé le plus vite possible au raccordement de l'émetteur au réseau électrique. Ces travaux viennent enfin d'être effectués. Aussi on ne devrait désormais plus entendre parler de problèmes de la TNT.

?

Publié le 08/03/2012 09:26 | La Dépêche du Midi

L'orchestre de la batterie fanfare en concert

Dans le cadre du 10ème anniversaire du partenariat entre l'Orchestre Batterie-Fanfare Graulhet Tarn (OBFGT) et le Conservatoire, l' Orchestre Batterie-Fanfare Graulhet dirgée par Robert Lacourt donnera un concert aux cotés de l' Harmonie de Saint-Sulpice, direction Michel Vialles et l'Orchestre d'Harmonie de Graulhet, direction Renaud Escriva le Samedi 10 mars à 20h45 forum . L'entrée est à 7 €, gratuit www.obfgraulhet.fr en partenariat avec la ville de Graulhet avec le soutien du Conseil général du Tarn.

?

Publié le 08/03/2012 09:26 | La Dépêche du Midi

Un Graulhétois vainqueur des cinq kilomètres

Le podium des 5 km avec les personnalités. / Photo DDM.G.D.

C'est un Graulhétois, licencié en Aveyron, Team 12, qui a remporté l'épreuve des 5 km de la Ronde des Primevères organisée dimanche matin, par la section athlétisme du SC Graulhet. Pour sa première participation, Slimane Benyakoub, a couru l'épreuve en 15'55, soit 4 petites secondes en-dessous du record, mais à plus d'une minute du deuxième Patrice Sanchez et du troisième Khalifa Jebari. Une troisième victoire acquise devant 47 autres athlètes et qui fait suite aux premières places de Saint Feliu d'Amont et de l'Union huit jours plus tôt. Dans l'épreuve des 10 km, qu'ont couru 139 hommes et femmes, c'est un aveyronnais encore licencié au Team 12, qui a pris la première place. Gaëtan Fetaud l'a terminée en 33'40, loin devant Grégory Be et Christophe Yamnaine.

« Je me suis retrouvé rapidement seul devant et j'ai géré ma course. Un exercice particulier vu que j'étais au départ inscrit sur les 5 km et que je m'étais entraîné dur la veille ». Constate Gaëtan Fertaud, revenu récemment de Singapour et des épreuves de duathlon, dont il a été titré champion de France espoirs en 2011. Prochain objectif pour lui, les championnats nationaux du 10 km, le 1er avril prochain à Roanne. Chez les féminines, toutes catégories confondues, c'est la vauréenne Marlène Privé, habituée du podium de la ronde des Primevères qui l'a emporté sur le 10km, devant Laurence Pavy et Anne Florent. Sur 5km, la carmausine Cécile Nissen a devancé 2 graulhétoises, Victoria Mattutzu et Inès Cathalau.

?

Publié le 09/03/2012 07:52 | J-C Clerc

Sécurité et portes ouvertes au lycée Clément-de-Pémille

La journée portes ouvertes se déroule le samedi 10 mars.

Au lycée Clément-de-Pémille, la semaine dernière a été placée sous le signe de la sécurité, avec diverses actions réalisées par de nombreux intervenants extérieurs. « Une action de ce type est une première dans l'établissement. Tous les niveaux ont été concernés », souligne Yannick Morgen, proviseur adjoint de l'établissement scolaire. Des élèves, du CAP aux études supérieures, ont formé un public varié auquel il a été proposé, en fonction de leurs âges et qu'ils soient titulaires ou non du permis de conduire différentes actions. « Gendarmerie, formateur relais anti-drogue, Préfecture, brigade motorisée, MAIF, conseil général, toutes les structures ont travaillé ensembles. Elles ont pu proposer des formations, des moments de discussion, des vidéos, des simulateurs ou encore des témoignages », explique Yannick Morgen qui atteste d'un retour très positif des élèves à l'issue de cette semaine. Près de 150 d'entre eux ont pu participer à cette opération sur les 350 que compte aujourd'hui l'établissement.

Trois grandes filières

Le lycée de Graulhet organisera une journée portes ouvertes ce samedi 10 mars, de 9 heures à 16 heures.

Ce moment sera l'occasion de découvrir les trois grandes filières de l'établissement - tertiaire avec le commerce et la vente, industrie avec la mécanique auto et moto et métiers d'arts avec l'orfèvrerie et la photographie - ainsi que le cadre offert par l'établissement ou les techniques qui y sont enseignés. Ce sont les élèves du secteur tertiaire qui s'occuperont de l'accueil des visiteurs qui pourront tout découvrir de l'établissement de l'internat aux ateliers. « L'objectif est de montrer ce qu'on fait et combien le lycée a changé. Désormais les élèves choisissent de venir ici. Nous proposons une très large qui reste cohérente, CAP, BAC pro, apprentissage et Greta », souligne Yannick Morgen. Les élèves seront acteurs de cette journée qui s'adresse aussi bien aux futurs élèves et à leurs parents et à un public plus large encore.

?

Publié le 09/03/2012 08:00 | Patrick Guerrier

Briatexte : Licenciés, les salariés de Guille veulent pouvoir rebondir

Des salariés licenciés d e Guille étaient à la mairie hier, avec des élus du comité d'entreprise pour discuter de leur situation./ Photo DDM

Les salariés de l'entreprise Guille à Briatexte, victimes du plan social, veulent obtenir les moyens de retrouver un emploi. Ils réclament une cellule de reclassement.

«C'est une vraie cocotte-minute », estime Bernard Bacabe, le maire de Briatexte qui a reçu hier à l'hôtel de ville, des élus du comité d'entreprise et des salariés licenciés de l'entreprise Guille. La société familiale spécialisée dans les chaussettes sous mesure de sauvegarde depuis décembre a mis en place un plan social touchant 49 salariés sur un effectif de 178 personnes. Ils ont reçu leur lettre de licenciement au début du mois et tentent de gérer une situation qui pour ceux qui n'ont pas choisi de partir est un saut dans l'inconnu.

Le sentiment d'être délaissé

La plupart ont autour de 50 ans et peu ou pas de qualification. C'est la raison pour laquelle les élus du comité d'entreprise souhaiteraient la mise en place d'une cellule de reclassement.

« Les salariés licenciés ont besoin de se retrouver collectivement, de parler », confirme le maire de Briatexte. « On est délaissé, regrette une ancienne salariée. C'est comme quand vous perdez quelqu'un, on a besoin de s'exprimer. »

Bernard Bacabe a eu des contacts avec la préfecture et attend toujours une date pour la visite du préfet. « Il faut voir avec les services de l'État, de la Région et du département ce qui peut être fait. Pour les salariés licenciés mais aussi pour l'entreprise ».

Avoir nos droits

S'il semble que du côté d e la direction, on affiche un certain optimisme sur la capacité à gagner de nouveaux marchés, la discrétion reste de mise. Même à l'égard du comité d'entreprise.

Mais pour les salariés en quête d'un nouvel emploi, l'avenir n'est plus chez Guille. La mairie va installer un accès internet à leur intention car certains en sont dépourvus. Face aux démarches administratives qu'ils doivent engager, ils se sentent un peu perdu. S'ils ont accepté d'être suivi en Contrat de Sécurisation Professionnelle (CSP)*, ils sont inquiets pour leur situation financière. « J'ai tenté d'appeler l'organisme que l'on m'a indiqué mais ils disent qu'ils ne sont même pas au courant du plan social de Guille », assure une ancienne salariée. Tous soulignent leur difficulté à savoir où s'adresser. « On veut juste recevoir nos droits ».

(*)Le CSP permet de bénéficier d'une allocation de sécurisation professionnelle (ASP) dont le montant est égal à 80 % du salaire brut antérieur pendant 12 mois. Le versement de l'allocation est immédiat. Les bénéficiaires du CSP ont le statut de stagiaire de la formation professionnelle.

?

Publié le 09/03/2012 09:25 | La Dépêche du Midi

Briatexte : Déstockage chez Guille

L'atelier de tricotage dans lequel sont confectionnées les chaussettes.

L'entreprise O. Guille met en place une nouvelle opération de déstockage les vendredi 30 et samedi 31 mars de 10h00 à 18h00. En ces temps compliqués pour un des derniers fabricants français de produits chaussant, cette opération est une occasion de faire profiter à chacun de la qualité de la fabrication tarnaise près de chez vous.

?

Publié le 10/03/2012 03:47 - Modifié le 10/03/2012 à 07:16 | J.-C. C.

Incendie du club-house : la mystérieuse absence du concierge

Le bâtiment est entouré d'une double enceinte de sécurité./Photo DDM, J-C C

Après l'incendie qui a ravagé le club-house du stade Noël-Pélissou dans la nuit de dimanche à lundi, une rumeur a enflé dans Graulhet au sujet de la disparition du concierge. Hier, vendredi 9 mars, la commune de Graulhet informait dans un communiqué laconique que « le concierge du stade Noël-Pélissou dont la commune était sans nouvelle depuis lundi, est retourné dans sa famille à Graulhet dans la soirée d'hier. Vu son état de santé et à la demande de la gendarmerie, une hospitalisation a été nécessaire». En fait, selon nos informations, les gendarmes de la brigade territoriale autonome avaient réuni un faisceau d'éléments justifiant le placement en garde à vue de l'intéressé. Sauf que le médecin appelé jeudi soir à la gendarmerie de Graulhet pour l'examiner a jugé son état de santé incompatible avec une garde à vue. D'où la mesure d'hospitalisation d'office signée par le maire.

Le concierge du stade était jusqu'au 29 février logé au premier étage du club-house qui a été ravagé par les flammes. Son absence à son poste de travail le lundi matin n'était pas passée inaperçue et avait bien entendu donné lieu à des inquiétudes mais aussi alimenté de multiples rumeurs dans la cité du cuir. La gendarmerie ne souhaite pas s'exprimer pour l'heure mais de gros moyens sont mis au service de cette affaire. Lundi après-midi les TIC (techniciens en identification criminelle) d'Albi sont intervenus sur le site et mardi c'est le LIPS (Laboratoire interrégional de la police scientifique) de Toulouse qui était à l'œuvre dans les gravats du club-house. Après une consolidation de l'édifice réalisée jeudi matin, d'autres constatations techniques ont été effectuées sur les lieux afin de déterminer l'origine exacte de cet incendie. Pour l'heure, aucune hypothèse n'est donc écartée. Mais il est important de mentionner qu'aucune charge ne pèse sur le gardien.

?

Publié le 10/03/2012 11:22 | G.D.

Rugby et omnisports sous un nouveau toit

Jean Luc Cathalau dans son nouveau bureau de président et de secrétaire/Photo DDM.G.D.

Trois jours à peine après le sinistre l'Omnisports, le Sporting rugby et le Centre éducatif multisports ont repris le cours normal de leurs activités, avec le rétablissement de la boite mail et du fax. Un record que trois associations qui gèrent des centaines de licenciés, des déplacements, des dossiers, des finances, et des bénévoles, apprécient à sa juste valeur. Ainsi, dès mardi, l'Omnisports et le rugby ont récupéré le premier étage de l'office du tourisme, avec bureaux et salle de réunion, occupés précédemment par le service culturel, revenu à la mairie il y a peu. Le Cem s'est trouvé avec le rez-de-chaussée un local idéal pour établir bureau, salles de réunion et de consultations. Par la bouche de Christian Delfau, directeur du Cem et de J. Luc Cathalau, président de l'Omnisports et secrétaire du Sporting, les nouveaux occupants se sont dits ravis. «Nous disposons désormais de locaux refaits à neuf il y a peu, fonctionnels et très proches du stade. Nous avons apprécié cette décision rapide et salutaire».

De son côté, le rugby déplore la perte de matériel informatique, d'archives papier, de documents comptables et de photos anciennes dans le sinistre. Le Cem, doit récupérer son ordinateur sans savoir si les données auront été sauvegardées. «La seule incidence sur le fonctionnement, a été l'annulation de la séance de lundi soir. Depuis, nous avons retrouvé notre fonctionnement normal», se félicite son directeur. «Nous avons pu, avec le rétablissement des lignes mail et fax, remettre notre agenda à jour» conclut J. Luc Cathalau.

?

Publié le 11/03/2012 03:45 | La Dépêche du Midi

Anciens combattants : ils sont toujours actifs

L'assemblée générale est précédée par la régularisation et le renouvellement des cartes d'adhérent.. / Photo DDM.G.D.

L'assemblée générale de anciens combattants s'est tenue dimanche salle de la Démocratie. Après avoir, par le président Robert Couzinié, fait observer une minute de silence à la mémoire des quatre des leurs décédés en 2011, le secrétaire Gérard Blériot a lu le rapport moral et le rapport d'activités qui relate des nombreuses participations aux cérémonies sur les sept communes du canton. Le trésorier Robert Bourgarel a pu rendre compte d'une gestion claire et saine, malgré la baisse des effectifs d'adhérents.

Dans la foulée, le bureau a été reconduit, avec un nouvel administrateur, Jacques Delaire, pour représenter les gars des missions extérieures (Opex) qui a pu faire part de la difficulté pour les adhérents concernés d'obtenir leur carte de combattant. Le président Robert Couzinié a pu annoncer que le prochain comité fédéral de l'Union Fédérale Tarnaise, serait organisé par son association, le 17 avril. « Au plan national, la retraite du combattant sera augmentée de quatre points d'indice, pour atteindre les 48 points, mais seulement à compter du 1er juillet prochain. La retraite mutualiste reste, elle, bloquée à 125 points ». A retenir que l'assemblée annuelle des la France Mutualiste aura lieu à Laboutarié, le 5 avril prochain.

?

Publié le 12/03/2012 09:47 | La Dépêche du Midi

SCG Natation : de belles performances

Le groupe des benjamins avant le Natathlon.

Le 2ème Natathlon et le 5ème circuit départemental se sont déroulés ce dimanche à Mazamet.

Le Natathlon permet aux benjamins de s'évaluer en vitesse, en 4 nages et en endurance. Les objectifs sont atteints avec de beaux chronos et récompensent les efforts fournis depuis le début d'année.

Hedi Ramdouni, Guillaume Baron, ont ainsi bouclé leur 1er 800M NL, Alexia Dastugues a fourni un bel effort sur 400 4N et sur 800 NL, Hugo Michel à nager le 400 4N très techniquement. Tout le groupe de filles a aussi nagé 3 fois dont des 800 mètres bien maitrisés et l'instar de Camille Guiraud 11.58.74 Plusieurs d'entre eux peuvent prétendre à entrer en équipe départementale .

A noter également les bons débuts de Guillaume Bardou, Alan Salazard et Valentin Ygorra.

Concernant les minimes et plus, sur le circuit départemental, les nages ont évolué, des réglages techniques et tactiques sont encore à effectuer, mais une puissance se dégage lors de leurs courses. Les chronos sont tout de même tombés et ils améliorent leurs meilleures performances personnelles.

Laura Pau réalise le 1er 1500 NL féminin du club en 24.27.68 et obtient ainsi le record du club. Vincent Mathis se hisse au niveau des meilleurs minimes sur 100 NL, Solenn Simioni tombe tous ses chronos de 2 à 4 secondes, Romain Bérou et Robin Lacroux réitèrent de bons temps et Julien Vaudé reprend confiance en améliorant 3 nages sur 5.

?

Publié le 12/03/2012 09:47 | DM.

Briatexte : Des enfants de Saint-Joseph à la neige

Un groupe d'enfants ravis

Les grandes sections maternelles et les CP de l'école Saint-Joseph ont, dans le cadre d'un projet scolaire, pu découvrir les joies de la neige à la montagne. Après avoir gouté voilà quelques semaines à la neige tarnaise,ils sont allés passer deux jours dans les Pyrénées. Partis lundi vers Guchen, les enfants étaient logés au Château Rolland. Bagages posés dans les chambres, direction Peyragudes pour faire des raquettes ( CP/CE1) et des chiens de traîneau (GS) sous un beau soleil. Le lendemain matin, inversion des groupes et le matin se passa sous la neige. Vers 17h00, retour vers Briatexte « avec dans la tête des tas de bons moments ».

?

Publié le 13/03/2012 09:17 | La Dépêche du Midi

Le réseau de chaleur est en bonne voie

Les représentants de Trifyl, SPI et la mairie visitant la chaufferie de la piscine municipale.

Depuis plusieurs semaines les travaux vont bon train dans les rues graulhétoises en vue de la réalisation du réseau de chaleur. Celui-ci, raccordé à la chaufferie bois elle aussi en construction, permettra de chauffer douze bâtiments publics de la chaufferie jusqu'à la future crèche en bordure du Dadou.

Un réseau enterré de 2300 mètres

C'est le syndicat Trifyl qui assure la maîtrise d'ouvrage pour la réalisation et l'exploitation de ce réseau de chaleur. La chaufferie centrale sera mixte avec du bois (couvrant 85% des besoins) et une chaufferie gaz assurant l'appoint et le secours. Le réseau enterré, d'une longueur de 2300 mètres, consommera 2000 tonnes de bois par an.

Gislain Brioude, responsable d'affaires dans le département génie-climatique, de la société SPIE (mandataire du groupement qui assure la conception et la réalisation de la chaufferie bois) explique : « On est en train de créer la chaufferie. A ce jour, le terrassement est fini à 100% et on entame la construction du silo ». Lise Delrieu ingénieur bois-énergie de Trifyl ajoute : « Petite particularité sur ce chantier graulhétois : par souci d'esthétisme, nous avons souhaité enfouir ce silo. A noter que ce silo a une capacité de stockage de 250m3 de bois. Quant au bâtiment, il se scindera en deux parties : une dédiée au bois, la seconde au gaz ». L'eau chaude sera véhiculée via un réseau de tuyaux en acier enrobé d'un isolant. « Ce réseau est comparable à un réseau d'eau classique, donc sans vapeur et sans pression. En parallèle, nous poserons des échangeurs en vue de récupérer les abonnés pour le transfert ultérieur et remplacer ainsi leurs chaudières » précise Gislain Brioude. Courant avril, la société SPIE procèdera également à des travaux au niveau des chaudières au sein bâtiment principal avenue Marcel Pagnol. Les travaux de voirie devraient être achevés fin avril puis les travaux de raccordement d'avril à juillet.

?

Publié le 13/03/2012 09:17 | La Dépêche du Midi

Le planning des travaux du réseau

Pour procéder à l'installation du réseau de chaleur les techniciens de SPIE doivent ouvrir des tranchées dans la chaussée afin d'enfouir deux tuyaux en acier enrobé d'un isolant qui véhiculeront de l'eau chaude. Ce réseau est comparable à un réseau d'eau classique, sans vapeur et sans pression. Trifyl assure la maîtrise d'ouvrage pour la réalisation et l'exploitation de ce réseau de chaleur. Bien entendu le maintien de la circulation routière est privilégié dans la mesure du possible.

Cependant les graulhétois devront encore faire pendant quatre mois avec des circulations alternées dans certaines rues. Les services techniques de la ville participent d'ailleurs chaque semaine aux réunions de chantier pour la mise en place des déviations éventuelles et pour assurer la sécurité de tous. Durant le mois de mars les secteurs touchés seront l'avenue de Provence, le passage d'Aubijoux, les allées des Pins et le stade Noël Pélissou. Le calendrier prévoit une autre tranche de travaux de fin à mars à fin avril allée Priem Am Chiemsee, rue du centre social et le chemin en bord de Dadou de la piscine municipal à La Poste. Les deux dernières rues affectées seront les chemins de la Geysse et de la Mégisserie de fin avril à mi mai. La livraison de l'ensemble (réseau et chaufferie) est prévue fin juillet 2012. S'en suivra une période de réglage et d'essais

?

Publié le 13/03/2012 09:16 | La Dépêche du Midi

Briatexte : Animations de la médiathèque

Et tout au long de l'année, la médiathèque accueille les enfants des écoles du village.

La médiathèque de Briatexte propose de nombreuses activités…

Après une exposition photo intitulée « L'incertitude des marges », ou la découverte de l'aromathérapie et des huiles essentielles, elle organise un spectacle concert le samedi 24 mars. Il s'agit d'une évocation poétique et subtile de Baudelaire, Verlaine, Hugo, Apollinaire, Rimbaud… Violaine Condat dira les textes et Anne-Lise Labusquière l'accompagnera au piano. Intitulée « Et leurs feuilles flûtaient des mots… ».

Cette animation vous sera donc proposée le samedi 24 mars à la salle culture et loisirs de Briatexte à 14h30.

?

Publié le 14/03/2012 08:11 | Br. M.

Le braqueur de supermarchés arrêté

L'homme avait braqué quatre supermarchés en vingt minutes il y a trois semaines./Photo DDM, archives JCC

Il avait braqué quatre supermarchés en 20 minutes il y a trois semaines à Graulhet. Les gendarmes ont fini par arrêter ce marginal de 30 ans qui a été écroué hier soir.

Il avait semé la panique dans Graulhet il y a trois semaines en commettant quatre vols à main armée en moins d'une demi-heure dans des supermarchés de la ville (voir notre édition du 24 février). Le braqueur a finalement été interpellé dimanche par les gendarmes qui le traquaient depuis le début de sa cavale. L'homme, âgé d'une trentaine d'années, a été présenté hier matin au parquet de Castres qui l'a fait déférer dans la soirée au pôle d'instruction criminelle de Toulouse. Il a été mis en examen et écroué à la maison d'arrêt de Seysses.

Arrêté dimanche à Pézenas

C'est à Pézenas dans l'Hérault que ce marginal, sans domicile fixe et sans profession, a été arrêté dimanche midi. Les gendarmes de la brigade de recherche de Castres, associés avec la section de recherche de Toulouse, avaient réussi à remonter sa trace depuis plusieurs jours. Les enquêteurs disposaient de la description précise du braqueur qui avait agi à visage découvert devant les caméras de vidéosurveillance des supermarchés qu'il avait attaqués armé d'un pistolet d'alarme pour se faire remettre des fonds de caisse et voler de la bière. Ils avaient aussi une immatriculation partielle de la camionnette blanche avec laquelle il circulait et qu'il avait achetée sous un faux nom. Des éléments diffusés à grande échelle dans toutes les brigades de France. Et le véhicule a fini par être repéré la semaine dernière sur le secteur de Marseillan-Pézenas. Les militaires tarnais ont alors monté une surveillance qui n'a rien donné dans un premier temps. Mais leurs collègues de Pézenas ont aperçu le fugitif dimanche et l'ont interpellé avant de le confier aux militaires tarnais. Au cours de sa garde à vue, l'homme a fini par reconnaître les faits. Ce SDF, qui se décrit comme un révolté contre le système, n'a pas trop livré d'explications sur les raisons de ces braquages en série. Un coup de colère sans doute de ce routard qui vit de petites bricoles, dormant à droite ou à gauche chez des amis ou dans sa camionnette. Pourtant il avait agi avec calme et méthode pour menacer les caissières de son arme, passant d'un commerce à l'autre le 23 février dernier. C'est pourquoi les magistrats n'ont pas hésité à le placer en détention en attendant les suites de l'enquête qui reste confiée à la BR de Castres et la SR de Toulouse. D'autant que l'homme est déjà connu pour d'autres faits et que plusieurs services de police ou de gendarmerie aimeraient bien l'entendre au sujet de quelques enquêtes en cours.

Le chiffre : 4 BRAQUAGES > en 20 minutes. C'est le tour de force insensé qu'avait réussi cet homme âgé de 30 ans, le soir du 22 février, à Graulhet. Circulant à bord d'une fourgonnette blanche, armé d'un pistolet d'alarme, il avait tour à tour braqué le magasin Lidl (où il avait blessé une caissière d'un coup de crosse), le centre Leclerc, l'Intermarché (où il avait failli renverser le responsable de l'enseigne qui tentait de le retenir sur le parking) et enfin la supérette « Marché Plus ». Au total, il avait raflé un millier d'euros et un pack de bières.

?

Publié le 14/03/2012 08:12 | P.-J. P.

Tarn : Un trafic de cocaïne démantelé

Le trafic porterait notamment sur de la cocaïne./ Photo illustration DDM

Les policiers d'Albi ont mené une grosse opération judiciaire hier matin dans le milieu des stupéfiants. Agissant sur commission rogatoire délivrée par la juge d'instruction François Allien, une quarantaine de fonctionnaires ont procédé à 10 interpellations (8 hommes et 2 femmes âgés entre 23 et 35 ans) sur les communes d'Albi, Saint-Juéry, Graulhet et Monestiés. Un coup de filet qui constituait la conclusion opérationnelle d'une enquête démarrée il y a 2 mois, suite à un renseignement évoquant un trafic local de cocaïne.

Le groupe stupéfiants de la brigade de sûreté urbaine a mis en place un dispositif aussi minutieux que discret. Entre surveillances, planques, filatures et autres investigations, l'architecture de ce trafic s'est faite chaque jour plus précise. À la tête de ce commerce illicite, portant sur de la cocaïne mais aussi du cannabis, un homme de 30 ans, récemment installé à Saint-Juéry avec sa copine. Au service de ce couple (séparé depuis quelques jours), des rabatteurs et un certain nombre d'usagers habituels. « Tous consomment », indique une source proche de l'enquête qui reste volontairement discrète sur les dessous d'une enquête loin d'être bouclée. On sait que du cannabis et du matériel (des balances notamment) ont été saisis. Il s'agit désormais pour les policiers d'établir l'antériorité de ce trafic, les volumes écoulés et d'éventuelles ramifications même s'il semble que la marchandise n'ait été écoulée que localement. Hier soir, la garde à vue de trois personnes devait être levée, les 7 autres devant donc passer leur première nuit à l'hôtel de police.

?

Publié le 14/03/2012 09:26 | La Dépêche du Midi

Le Basculoscope exposé à Graulhet

Pipototal est une de ces compagnies qui oscillent entre musique et danse, poésie et performance : fondée en 1989 à Beauvais par le touche-à-tout Philippe Geffroy, artiste pluridisciplinaire et créateur de machineries de spectacle, elle regroupe aujourd'hui une quinzaine d'artistes de cirque ainsi qu'un quatuor de musiciens spécialisés dans la musique traditionnelle des Balkans, qui assurent le spectacle autour de neuf allégories mécaniques insolites.

Des créations amusantes représentatives d'un imaginaire prolifique qui rappellent dans leurs formes les croquis et maquettes de l'inclassable Léonard de Vinci, à cette différence près qu'elles fonctionnent toutes. Machines roulantes et volantes, représentation animale comme le Chepipoval, une sculpture équestre articulée, les créations du Pipototal transportent les spectateurs dans un monde original, pour le plus plaisir des petits et des grands. Les amateurs et les curieux ont d'ailleurs rendez-vous ce jeudi avec la compagnie pour la sortie de résidence d'une nouvelle machine, le mystérieux Basculoscope. Présentée pour la première fois en 2010, la construction, en forme de S, offre la possibilité aux artistes d'évoluer autour de portiques qui culminent à quelque 11 mètres de hauteur ! Une performance exceptionnelle à voir jeudi 15 mars à partir de 20 heures, dans la cour de l'usine des plasticiens volants, chemin de Léziniac à Graulhet.

?

Publié le 14/03/2012 09:33 | La Dépêche du Midi

La très bonne année du centre de vacances

Nombreux équipements et imagination des équipes à la base de cette bonne saison.

La commission du centre de vacances intercommunal de La Courbe vient de présenter son bilan. Avec une augmentation globale de 8,6 % du nombre de journées-enfants, générant un budget parfaitement équilibré (avec 540 683 € de dépenses), on peut affirmer que tous les indicateurs sont au vert. Ouverture pendant les petites vacances, six séjours organisés par catégories d'âges durant l'été (de 3 à 15 ans), 1461 participants issus de 25 communes de Tarn et Dadou, onze camps proposés tout au long de l'année : l'activité fut conséquente, engendrant au total 14.127 journées-enfants. Les différentes sessions se sont articulées autour de thèmes définis par les équipes d'animation, variant du « savant fou » aux « VIP à la Ferme » ! Outre les activités traditionnelles, les jeunes participants ont bénéficié de nombreuses sorties et visites (sportives ou culturelles), d'animations conduites en partenariat, de veillées ou de nuits sous la tente en juillet-août, avec en point d'orgue le « vélo » géant du Tour de France. Chaque période estivale s'est terminée par une fête très fréquentée favorisant la rencontre entre animateurs, administrateurs, parents et élus. Par ailleurs, les familles ont fait remonter leur satisfaction grâce au questionnaire proposé.

Les camps n'ont pas été en reste, et ont connu eux aussi une bonne fréquentation ; tous seront reconduits en 2012. Si 2011 a vu la création d'un préau pour les sections élémentaires, fort utile avec le mauvais temps de juillet, les travaux à venir seront également conséquents. Peinture, maçonnerie, rénovation, élagage, aménagements pédagogiques, entretien courant : voilà de grosses journées en perspective pour les Amicalistes ! Il convient donc de remercier tous les acteurs de cette réussite, et de souhaiter un bon rétablissement à Bernard Ladet, homme-orchestre de La Courbe afin qu'il retrouve rapidement ses troupes.

?

Publié le 14/03/2012 09:33 | La Dépêche du Midi

Les féminines sur le podium régional

Graulhétoises et tarnaises heureuses de cette première troisième place.

L'équipe As du Tarn, composée de sept graulhétoises sur onze, a terminé troisième régionale. Après être sortie première de poule, l'équipe a perdu en demi-finale contre St Affrique.

Ce dimanche, à Montauban, elle a battu le Tec pour la troisième place. Le groupe se compose de Ludivine Bénaben, Cassandra Vaissière, Yolande Venzal, Sandra Lory, Véronique Guipaud, Carmen Raynaud, M. Claire Véla, Christiane Castan, Rose Galinier, Martine Pauzié et Sylviane Leroy, toute nouvelle secrétaire du club bouliste graulhétois. C'est J. Paul Faur qui a pris la présidence, secondé par Claude Peyre, Jérôme Lory devenant trésorier, aidé par Denis Lafon.

?

Publié le 15/03/2012 09:07 | La Dépêche du Midi

Bapel-Dourlhiès : encore cinq "spots" à dépolluer

Le site en cours de démolition.

Suite à la démolition de l'usine Dourlhiès-Bapel, et afin de pouvoir réhabiliter le site, une nouvelle étape de dépollution s'avère indispensable. Comme pour Ilote-Escapat l'excavation de « spots « de pollution est une étape dans le processus de requalification du lieu. Une pollution aux hydrocarbures et aux métaux lourds - principalement arsenic et chrome - est contenue à une zone située en limite du Dadou. Elle concerne cinq « spots « et représente au total une centaine de mètres cubes. C'est l'entreprise Valgo qui assure cette dépollution dont le chantier devrait durer sept semaines. Les terres polluées sont excavées avant d'être traitées dans des centres agréés. D'autre part a été recommandé de prévoir la mise en place d'une couche minimale de trente centimètres d'épaisseur de terre végétale, avec grillage avertisseur permettant de connaître le passé du site au cas où son sol serait creusé à l'avenir. Les résultats de l'évaluation quantitative des risques sanitaires valident la compatibilité du site avec les usages futurs, à savoir un espace vert d'agrément et de détente en bord du Dadou.

?

Publié le 15/03/2012 09:12 | La Dépêche du Midi

Basket Tarn : Les benjamins au tournoi régional à Auch

La sélection benjamins du Tarn./ Photo DDM

8 sélections départementales benjamines et benjamins 1ere année participaient à Auch au Tournoi Inter-Comités, avec au final 2 beaux résultats de nos représentants, la 2e place pour les filles et la 4e pour les garçons.

Chez les garçons, le tournoi commençait bien le jeudi avec un succès face à l'Aveyron 46-25, et se poursuivait toujours bien face au Gers 44-39.

Changement de ton le vendredi, les jeunes Tarnais prenaient une valise contre la Haute-Garonne 65-36, et s'inclinaient face aux hautes-Pyrénées 46-37, pour une 4e place finale derrière la Haute-Garonne 1 et 2, les hautes-Pyrénées, et devant l'Aveyron, le Quercy, le Gers et l'Ariège.

Félicitations à Thomas Gérard (Le Séquestre), Arnaud Ferrant (Saint-Sulpice), Axel Puech, Teiva Terorohauepa (Roquecourbe), Théo Herlem (Castres), Esteban Celeste (Graulhet), Cyprien Tourte, Corentin Andreu (Carmaux), Malo Gaucher (Lavaur), Aurélien Salvan (Albi, et à leurs entraîneurs Olivier Malphettes et Kévin Meges.

La délégation Tarnaise était emmenée par Myriam Pelfort, également présidente de la commission mini-basket au comité départemental.

?

Publié le 15/03/2012 09:07 | La Dépêche du Midi

Depuis un an, les véhicules roulent grâce aux déchets

Une « station-service » permet à Trifyl de stocker le carburant et de le distribuer très rapidement.

C'est aujourd'hui, jeudi 15 mars, que Trifyl fête le premier anniversaire de l'arrivée de ses véhicules fonctionnant avec les déchets résiduels du territoire. L'occasion de dresser un premier bilan de cette solution que le syndicat a décidé de développer. Le projet est simple : valoriser le biogaz issu des déchets et faire rouler sa flotte de véhicules au biométhane-carburant.

Le principe du bioréacteur consiste à capter le biogaz issu des déchets pour le convertir en source d'énergie. Quatre ans après son implantation, il tient ses promesses, Trifyl produisant de l'électricité, de la chaleur et aujourd'hui son propre carburant à partir des déchets. Depuis un an, un véhicule léger et un poids lourd roulent sans problème au biométhane-carburant. Fort de cette expérience, il est désormais possible pour l'établissement public de voir plus grand et de réfléchir à la création d'une flotte de véhicules économiques et écologiques.

Un carburant propre

Sur son site de Labessière-Candeil Trifyl a implanté une unité de production de biométhane-carburant où le biogaz issu des déchets du bioréacteur y est épuré pour obtenir un minimum de 90 % de méthane, nécessaire au bon fonctionnement des véhicules. Plus de 11 000 m3 de biométhane-carburant ont ainsi été produits en 2011, soit l'équivalent de 11 000 litres de carburant classique. Le biogaz est une énergie renouvelable dite « CO2 neutre » car aucun CO2 d'origine fossile n'est émis, offrant par ailleurs un meilleur bilan sur les émissions de polluants réglementés que le carburant conventionnel. En un an, les deux véhicules ont parcouru plus de 36000 km tout en économisant 24 tonnes de CO2 fossile en moins en une seule année de fonctionnement.

A terme, la production de biométhane-carburant pourrait atteindre 960 Nm3 par jour et faire rouler huit camions sur 220 kilomètres par jour. Ce serait ainsi 960 litres de gasoil économisés par jour et autant d'économies répercutées sur le prix du traitement des déchets ménagers et certaines collectivités tarnaises ont d'ores et déjà pris rang pour alimenter leurs futures bennes de collecte au biométhane-carburant.

?

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr

 

L'incendie du Club-House :

C'est ce matin très tôt (lundi 5 mars 2012) qu'un incendie s'est déclaré au Siège du Sporting Club Graulhétois, et malgré la présence rapide d'un important dispositif déployé par le centre de secours, le bâtiment central a été entièrement ravagé. D'après quelques informations recueillies sur place en fin de matinée, alors que les pompiers s'employaient à déblayer les décombres, le feu aurait pris au niveau du premier étage dans des circonstances paraissant assez floues pour l'instant...

Avant d'être le Siège du Sporting Club Graulhétois Omnisports, ce bâtiment constituait à l'origine la gare de Graulhet : à l'époque une ligne desservait Laboutarié à l'est (dès 1895) puis la Ramière à l'ouest. Après la fermeture de ces lignes (1930), ces locaux ont accueilli  le Cours Complémentaire Mixte (devenu Collège d'Enseignement Général ensuite) jusqu'en 1966, avant d'être affectés au SCG.

La Gare de Graulhet, carte postale du début du XXème siècle.

Le Siège du Sporting Club Graulhétois Omnisports photographié courant 2011.

Photos prises ce matin (1, 2, 3) et en fin d'après-midi (4, 5).

Un large périmètre de protection a été mis en place par les services municipaux (des fissures sur les murs sont inquiétantes)

Le toit du Club-House vu depuis la "ville haute"

(Photos : Simon Rodier)

Le SCG déménage à l'Office du Tourisme

Suite à l'incendie qui a récemment ravagé le club-house du SCG, il a été conclu au cours d'une réunion d'urgence de mettre à disposition les locaux de l'office du tourisme situé à quelques dizaines de mètres du stade Noël Pélissou. Le déménagement a été officiellement validé par le président de l'omnisport Jean-Luc Cathalau ainsi que par le président du Sporting Pierre Cathalau. Les bureaux du Centre éducatif multisports sont également transférés dans ces nouveaux locaux.

La direction du club remercie toutes les personnes qui ont oeuvré dans cette solution de repli.


Les nouveaux locaux du Sporting Club Graulhétois et du Centre éducatif multisports.

(Texte et photos : http://www.scg-rugby.com)

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement