Du Bruc à Ricardens

Actualités mai 2011 (1)

Publié le 02/05/2011 10:45 | G.D.

Contrat moral rempli pour Graulhet

Les Graulhétois s'imposent dans la Drôme à l'énergie./ Photo DDM, archives

Les joueurs devant leurs responsabilités. Tel a été le mot d'ordre d'un dernier match de championnat sous le chaud soleil drômois. Une ultime représentation qui marquait peut-être la fin d'un groupe, et donc, l'obligeait à vivre ensemble, un moment de bonheur. Comme du plaisir de jouer que les Graulhétois ont été les premiers à manifester. Dès la 10e minute, Squassina a laissé échapper le ballon de l'essai derrière sa mêlée. Par deux fois, Gratton a vu ses pénalités passer de peu à côté. Traduction d'un premier quart d'heure d'entière domination, Pauthe s'est d'abord vu refuser un essai, avant celui de Rioux, en force et tout à fait valable. En s'appuyant sur une mêlée à 5 dominatrice, Romans a réagi, mais le collectif tarnais, sur la ligne, a tenu bon. Et c'est même le huit de Pauthe qui a rendu la pareille à son vis à vis pour la pénalité de Gratton donnant aux siens 10 points d'avance à 5 minutes de la mi-temps. Même réduite à 7 points juste avant la pause, l'avance restait prometteuse d'un succès d'autant plus envisageable que les Graulhétois avaient monopolisé les initiatives seulement perturbées par quelques timides incursions locales.

Sauvetages in extremis

A la reprise, Guilhot remettait les siens dans les roues. Derrière Pauthe, Graulhet contrait toutes les intentions de Romans. Gratton rajoutait 3 points. Guilhot s'alignait forcément. Et ce, jusqu'à une relance des locaux qui mettait Graulhet en grande difficulté, première prise d'intervalles digne de ce nom de la seconde mi-temps. Graulhet sauvait encore in-extrémis, et se voyait pratiquement rejoint par l'intervention de l'inévitable buteur maison.

Romans accélérait, et la pénalité de l'avantage heurtait la barre pour ressortir. Ouf! Mais les Tarnais, inférieurs en nombre étaient en grand danger. Ils s'accrochaient au maigre avantage né d'un drop de Gratton en fin de match. Une victoire à l'énergie qui permet au Sporting de croire maintenant en de maigres chances de repêchage sur tapis vert. Réponse début juillet.

 

Publié le 03/05/2011 09:38 | LaDepeche.fr

Urbanisme : de nouvelles reconversions à l'étude

La reconversion de plusieurs sites majeurs - dont « Ilote Escapat », destiné à accueillir un cinéma et une passerelle pour franchir le Dadou et « Bapel » qui accueillera un espace vert et une zone de stationnement en lien avec un schéma de déplacements repensé - est actuellement à l'étude.

Mais en raison de leur localisation et des enjeux en terme de développement urbain, d'autres sites méritent d'être étudiés, même si les projets de reconversion restent pour certains à formaliser. Aussi la commune a-t-elle souhaité engager une mission d'études préalables sur plusieurs sites échelonnées sur les trois prochaines années qui s'inscrit dans une série de dispositifs dont la ville de Graulhet souhaite se doter. L'objectif recherché est d'avoir une bonne connaissance en vue de reconvertir une partie du patrimoine industriel.

Des rapprochements seront à opérer, avec les investigations menées dans le cadre de l'Inventaire historique urbain et avec l'étude de faisabilité architecturale, technique et économique sur quatre sites de friches. La ville a inscrit cette mission d'études dans la stratégie globale du PRBG (Plan de redynamisation du bassin Graulhétois) et a confié la réalisation à un prestataire extérieur.

 

Publié le 03/05/2011 09:37 | J-C Clerc

La régie de territoire fait aussi du lien social

Habitants de tous âges et artistes ont participé à la peinture des cages d'escalier. Si pour le grand public la régie de territoire est synonyme de travail et de réinsertion professionnelle, cette mission n'est pas le seul objectif poursuivi par la structure associative qui regroupe les collectivités locales, les logeurs sociaux et les habitants du territoire. Ces trois acteurs participent durant ces vacances à une action dans les cages d'escalier de la barre Normandie dans le quartier de Crins II.

« La régie participe activement aux manifestations qui ont lieu sur la ville comme la semaine du goût ou la journée sur Nabeillou « rappelle Fatima Selam, directrice de la structure. Car au-delà de l'insertion la régie a aussi pour mission de créer du « lien social». Si l'exemple le plus évident de cette vocation se trouve dans l'organisation de la Fête des voisin au mois de mai, elle trouve aussi son expression dans de nombreuses autre actions tout au long de l'année, du compostage au pied des immeubles à la journée de la femme en passant par la gestion administrative et l'animation des jardins partagés.

En mai prochain la régie portera un projet de « Glan'art» sur le quartier d'En Gach. « Il s'agit de travailler à partir de ce que les salariés récupèrent. Des ateliers vont être ouverts aux habitants du quartier pour réaliser une œuvre à partir de cette matière» explique Fatima Selam.

Pour l'heure une trentaine d'habitants de Crins repeignent durant ces vacances les cages d'escaliers de la barre Normandie. « Au départ il s'agissait d'une commande de Tarn habitat et nous avons eu l'idée de faire participer les habitants et Mika, une artiste, durant les vacances scolaires» souligne la directrice de la régie qui se félicite de l'engouement connu par l'opération notamment auprès des jeunes, qui deviennent non seulement acteurs mais aussi force de proposition. Après l'idée d'une thématique «plage» pour la prochaine opération, les idées de peindre des papillons sur les façades ou de décorer les poubelles ont été entendues. Si de la discussion jaillit la lumière, il en naît aussi parfois de nouveaux projets.

 

Publié le 04/05/2011 09:24 | LaDepeche.fr

Rugby : soirée 8-0ne samedi soir

Ce samedi 7 mai, salle de Labessière-Candeil, l'association des 8-0ne, convie les supporters de rugby et les amateurs de soirées à thèmes à leur soirée-repas « 8-0ne à la ferme ». Le déguisement n'est pas obligatoire, mais conseillé. L'occasion de rencontrer les joueurs en tenue de soirée. Ambiance garantie.

Balle ovale : Sylvain Péguillan, du comité du Tarn de rugby est intervenu, la semaine dernière au centre de loisirs de la Courbe pour initier une douzaine d'enfants à la balle ovale. Ceci afin de promouvoir un sport pour un public de non licenciés.

Equipe 2 : Elle a sombré à Romans et perdu 58 à 0. A la mi-temps le score était déjà de 27 à 0 et les têtes étaient en vacances. En seconde période, malgré les louables efforts de tous, le score des tarnais est resté vierge.

Cadets : Privés de compétitions officielles durant un mois, les cadets du Sporting vont jouer ce samedi 7 mai, le quart de finale de championnat Petit Sud, face à l'entente Condom - Vic Fezensac, qui n'a perdu qu'un seul match cette saison et mis des « cartons » à tout le monde. Le match se déroulera sur le terrain de Lisle Jourdain, samedi à 16 heures.

 

Publié le 04/05/2011 09:24 | G.D.

Haltérophilie : Olivier Tomatis kiné de l'équipe de France

Olivier Tomatis prépare des gabarits de 60 à 140 kg./ PhotoDDM.G.D.

Dûment diplômé de l'école de kinés de Strasbourg et de l'école de kinés du sport de Paris, Olivier Tomatis est venu s'installer à Graulhet il y a deux ans et demi.

Dans la foulée, il a intégré le cabinet de kinés de Marie Pierre Blanc à Cadalen. En parallèle, il a officié comme vacataire auprès du RC Strasbourg en Ligue 1 de football, puis de l'équipe de cyclisme professionnelle du Crédit Agricole, avant d'être enrôlé par le Sporting Club Graulhetois. Une carrière déjà conséquente à 27 ans, pour cet épris de sport sous toutes ses formes. A l'automne dernier, il a ajouté une ligne de qualité à son CV, en intégrant l'équipe des kinés de l'équipe de France d' haltérophilie, pour les championnats du Monde en Turquie. En novembre prochain il sera à la tête de l'équipe médicale chargée de préparer les haltérophiles et les accompagner aux championnats du Monde à Paris. Une première nationale que le lotois d'origine ne veut pas laisser sans suite. « C'est une grosse expérience, avec désormais, une possibilité de continuer dans une filière de haut-niveau que j'aimerais bien développer »

De la casse

Olivier Tomatis, se dit impressionné par les spécificités d'un sport qui allie tonicité, technique et force pure. « Avec quelques similitudes avec le rugby de haut-niveau qui se prépare de plus en plus en usant des propriétés de l' haltérophilie. » A la découverte d'un groupe, il a trouvé un mileu très sympathique et bosseur. « Le suivi nécessite énormément de soins de préparation et de récupération. Car c'est un sport qui provoque de la casse chez ses pratiquants». Trois séances par jour de kiné ne sont pas de trop.

 

Publié le 04/05/2011 09:25 | LaDepeche.fr

Montdragon : Pierrette Guiraud expose son talent

L'artiste devant ses œuvres.

Pierrette Guiraud, artiste amateur, expose enfin depuis peu dans son atelier 6 route du Stade à Montdragon (face au cimetière). Mère au foyer, voilà cinq ans déjà qu'elle s'est prise de passion pour ces activités en commençant d'abord par réaliser des vitrines miniatures en bois, du rotin de la mosaïque et de la poterie. Cette autodidacte s'est perfectionnée auprès d'Anne-Marie pour la poterie et de Frédéric pour la mosaïque à la maison de l'amitié de Graulhet.

Appartenant depuis très longtemps à une famille très connue sur Montdragon, cette mère de trois enfants et grand-mère de trois petits-enfants s'est aperçue qu'elle pouvait créer de ses mains quelque chose de beau. Dernièrement, elle est passée à la vitesse supérieure : « Depuis 5 mois, j'ai fait l'acquisition d'un four de cuisson pour la poterie, ce qui me permet de travailler à mon rythme avec une certaine indépendance. J'aime beaucoup la poterie mais je garde aussi un goût pour le travail du miroir et de la mosaïque lors de créations originales (pâte de verre, émaux de Briare réputés pour leurs couleurs).

Pour vous donner une idée, il me faut compter entre 60 et 80 heures de travail pour réaliser un dessus de table en mosaïques d'un diamètre de 80 cm car il y a beaucoup de finitions. Je fais également des créations sur demande ». A noter qu'elle réalise aussi des encadrements pour les artistes peintres.

 

Publié le 05/05/2011 09:27 | LaDepeche.fr

Téléthon merci

Comme il est de tradition les associations graulhétoises ayant participé à l'édition 2010 du Téléthon se sont retrouvées à l'occasion d'une petite réception en mairie.

Le but de ce moment est de remercier tous ceux et toutes celles qui ont contribué à collecter des fonds pour lutter contre la maladie en décembre dernier. Grâce à eux un chèque d'un montant de 6167,06 euros a été remis à l'AFM (Association Française contre les Myopathies). Un verre de l'amitié a clôturé cette réception « Téléthon merci » permettant aux associations d'échanger et d'envisager déjà l'édition 2011 du Téléthon à Graulhet

 

Publié le 05/05/2011 09:26 | J-C C.

A la découverte des verreries de Murano

Le choix des perles soufflées en verre de Murano avec Michelle Bordas, créatrice de bijoux.

Le projet pluridisciplinaire « Le verre dans tous ses éclats» trouvera son aboutissement dans une visite des fameuses verreries de Murano. Les élèves de terminale CAP section bijouterie ont bénéficié cette année d'un projet qui associe leurs professeurs d'histoire et géographie, d'Arts Appliqués et de Bijouterie qui a permis de sensibiliser les élèves au travail sur le travail du verre sous toutes ses facettes.

Du côté historique la tradition verrière a été découverte via une randonnée sur le chemin des Gentilshommes Verriers, les visites du Musée du verre de Carmaux, d'un atelier de souffleur de verre et de la verrerie d'Albi. L'aspect artistique s'est traduit par la découverte du verre en tant qu'objet d'art grâce à l'exposition Suprême Luxe au Musée du Verre de Carmaux (sculptures de Salvador Dali, Braque…). Le projet comprend aussi un volet environnemental avec l'appropriation des gestes éco-citoyens grâce à l'intervention de l'ambassadrice du Tri. Enfin l'aspect professionnel s'est concrétisé par la réalisation personnelle de bijoux sur le thème de « l'Italie, Venise et Murano» en collaboration avec Michelle Bordas, créatrice de bijoux qui a été initiée aux secrets du travail du verre dans les ateliers de Murano.

Aujourd'hui forts de ces connaissances les élèves prolongeront leur travail en partant à la découverte d'une autre région européenne où la mémoire liée au travail du verre est encore aujourd'hui très forte et reconnue dans le monde entier pour son savoir-faire : l'île de Murano et ses fameux maîtres verriers. « Nous avons obtenu des subventions financières du Conseil Régional de Midi-Pyrénées dans le cadre des Projets d'Avenir ainsi que le soutien du Rotary Club de Graulhet-Lavaur et de la Mairie de Graulhet pour financer une sortie pédagogique pour les 14 élèves de la section terminale CAP Bijouterie du 29 mai au 1er juin à Venise en Italie pour visiter les célèbres verreries de Murano» se félicite Stéphanie Deltour, professeur d'histoire et géographie qui a porté ce projet pédagogique.

A partir du 10 juin une exposition à la médiathèque mettra en valeur l'ensemble du travail réalisé par les élèves de la section bijouterie.

@

Publié le 06/05/2011 10:25 | LaDepeche.fr

Les réseaux de chaleur s'installent

La plate-forme bois-énergie du site de Labessière-Candeil.

En trois ans, Trifyl est devenu un acteur incontournable de la filière bois-énergie par la valorisation du bois issu de ses déchetteries comme des produits connexes de scieries ou d'activités forestières - la structure a d'ailleurs passé une convention de partenariat avec la coopérative forestière Forestarn - ainsi que par l'alimentation de chaufferies et de réseaux de chaleur.

Le syndicat Trifyl a par exemple engagé une démarche en faveur d'une filière locale, le bois-énergie, dans le but de limiter la consommation de ressources fossiles et a pour cela implanté une plateforme de préparation et d'approvisionnement en combustible bois. Disposant les 4000 tonnes de déchets bois captées annuellement sur ses installations, Trifyl a la responsabilité de valoriser énergétiquement cette ressource. En s'associant avec d'autres acteurs le syndicat structure la filière bois-énergie pour ne pas négliger ce combustible alternatif concurrentiel et développe ses infrastructures en ce sens.

En plus de la préparation de combustible bois sur sa plateforme de Labessière-Candeil, il participe à l'approvisionnement de chaufferies bois situées à Graulhet, Mazamet ou Castres et à la réalisation de réseaux de chaleur bois. Un établissement public tel que Trifyl ne peut envisager son avenir sans réflexion avancée sur l'innovation. Un pôle de recherche et développement travaille actuellement sur les filières et projets d'avenir. Il développe actuellement une plateforme satellite sur son site de Labruguière. Développer une filière bois énergie locale et durable consiste également à implanter les infrastructures en lieu et place de certaines collectivités de son territoire. Ainsi ont été engagés certains projets de réseaux de chaleur sous maîtrise d'ouvrage Trifyl, dont celui de la ville de Graulhet.

@

Publié le 06/05/2011 10:26 | LaDepeche.fr

Un projet d'importance

Le réseau de chaleur de Graulhet couvrira lycée, écoles, gymnase, piscine, Foyer Léo Lagrange, centre administratif, futur cinéma, EMPAD, crèche, médiathèque, ainsi que des habitations en copropriété et de Tarn habitat. Ainsi rive droite le réseau comprendra une chaudière bois de 2MW assurant la base et une ou deux chaudières gaz en appoint et secours de 4MW ainsi qu'un silo de stockage de bois de près de 250m3 et un réseau de chaleur de 2000 ml. Tout ceci prendre place sur le site de l'ancienne usine Sudre qui a été achetée par la municipalité. Rive gauche la chaufferie de la maison de retraite (une chaudière bois, une chaudière gaz) fournira un réseau de chaleur de 250 ml. Trifyl fournira les 2000 tonnes de bois annuelles nécessaires pour chauffer cet ensemble pour un coût qui devrait être inférieur à celui des énergies traditionnelles.

@

Publié le 07/05/2011 03:52 | LaDepeche.fr

Les coureurs graulhétois équipés de la croix occitane

Des athlètes désormais très bien équipés./Photo DDM

Il manquait aux coureurs graulhétois une marque de reconnaissance et une signalisation dans les nombreuses courses auxquelles ils participent. C'est ce qu'ont pensé Frédéric Py et Jean Marc Tisse qui ont proposé de participer financièrement à l'élaboration de nouveaux maillots et survêtements pour les coureurs de fond.

Un nouveau k-way a également été attribué aux jeunes de l'école d'athlétisme. La remise a permis de rassembler la famille de l'athlétisme autour d'un apéritif dînatoire très convivial, tout en s'attardant sur les performances d'Éric Loison 10 km de Toulouse en 42'51, Nicolas Zilliox aux10 km en 42'30 à Toulouse, Frédéric Py 10 km en 53'04 à Leucate et Josette Chrorkh 10 km en 52'00 à Blagnac. La manifestation a permis de présenter les Benjamins et Minimes qui se sont illustrés lors des compétitions indoor : Célia Perron à Fronton, Victoria Mattutzu et Mathieu Azéma à Castres, Lise Lacourt à Foix, Maëlle Perron à Carmaux, et Inès Cathalau et Méline Rodier chez les Cadettes. La saison estivale a également bien démarré avec les meetings de Castres ou Carmaux. Les plus petits n'étaient pas en reste : le Challenge Poussins a débuté par la victoire de Lucas Kaya sur le cross départemental. Ce sont aussi Camille Bouchard, Florine De Jésus, Camille Dionizo, Naomie Bouillie, Guilhem Casenave, Mathieu Beriac et Mathieu Aussenac qui participent à ce Challenge qui récompense performance et assiduité. Les Mini-Poussins participent eux à des compétitions par équipe : Samuel Brule, Tom Bouillie et Tom Delbruel ont fini 10e sur 26 équipes à Florentin. G.D

@

Publié le 07/05/2011 03:51 | G.D.

Briatexte : La 8e finale de Jean Puech

Jean Puech, 7 titres de champion de Midi-Pyrénées, 4e, 3e et 2e série. /Photo DDM Archives G.D.

Après avoir été joueur, Jean Puech, entraîneur va jouer dimanche à St Orens, la huitième finale de Midi-Pyrénées de sa carrière. Il en a remporté six à ce jour et espère bien battre Seilh pour revenir au village avec le «bout de bois». «C'est une équipe qui nous convient. C'est hyper-solide, et ça joue. Nous savons comment les prendre et les gars sont très concernés par ce match. De plus, nous sommes la seule équipe à avoir battu Seilh cette saison». Qu'en sera-t-il ce dimanche à16 heures? Hormis Judde-Antonioti, légèrement accidenté au travail, et qui est incertain, l'équipe est au grand complet. «Elle a bénéficié cette saison de l'apport de gars d'expérience comme Khattou. Elle est bien plus forte que la saison dernière. Mais, cette finale et la qualification pour le championnat de France restent une surprise. En montant d'une division, nous avions pour objectif la maintein. Alors c'est du bonus qui vient» Et quel bonus!

Qualifié pour le championnat de France, le quinze briatextois monte en puissance depuis 3 rencontre éliminatoires. D'abord Prat Bonrepeaux. «Un match catastrophique, avec une victoire à l'arraché qui ont eu le mérite de provoquer une réaction». Puis Lisle sur Tarn battu après match nul, au nombre d'essais. «Lisle est la plus belle équipe que nous avons rencontré cette saison». Enfin, Lacaune dimanche dernier. «Avec plus de sérénité».

@

Publié le 07/05/2011 03:51 | LaDepeche.fr

Le centre multisports ouvrira en septembre

/Photo DDM G.D.

En deux ans de travail qu'a nécessité la réalisation du projet, le centre de formation envisagé initialement par le Sporting est devenu un centre éducatif multisportspour intéresser le plus grand nombre de disciplines sportives. Ce centre ouvrira à la rentrée ùaios déjà le rugby, le basket, l'athlétisme, la natation et la gymnastique ont donné leur accord.

«L'Omnisports était demandeur dans la perspective d'élever le niveau de ses adhérents» assure Pierre Bono qui participe au comité de pilotage aux côtés de Christian Delfaut, Jean-Marc Py et Yves Gouyen, qui se répartissent dans les diverses commissions. «Le centre sera à même d'assurer un suivi sportif, mais aussi scolaire et médical», précise Pascal Salvetat, le porteur de projet. Le centre accueillera garçons et filles, de la 5e à la seconde, les lundi et jeudi soirs, avec arrangements scolaires possibles, dans un premier temps, sur les installations du stade Pélissou.

Déjà 31 inscrits

31 jeunes se sont déjà portés candidats. «Nous avions tablé sur 30 en capacité de travail optimum. Le chiffre est excellent à 4 mois de l'ouverture», se félicite Ch. Delfaut. Bénéficiant d'un encadrement de bénévoles diplômés d'Etat, complété par l'intervention du docteur Dary et du cabinet de kinés de M. Pierre Blanc, le centre sera lié par convention avec la clinique du sport Médipôle Garonne. «Le but est de faire progresser les jeunes vers un bon niveau régional, voire plus en poussant à la réussite dans les études». Le rugbyman international Yannick Jauzion sera le parrain de la première promotion. Mairie, conseil général et régional ainsi que DDCSPP soutiennent le projet. Il en coûtera 100 € par an et par jeune.

Une somme accessible au plus grand nombre. C'est aussi un volet important de notre philosophie.» G.D.

@

Publié le 09/05/2011 08:59 | LaDepeche.fr

«La main à la pâte» à l'accueil de loisirs maternel

La boulangerie a connu un franc succès.

« Voyage autour des métiers» , tel est le thème proposé aux enfants courant avril à l'accueil de loisirs maternel d'en Gach-Gambetta. Aussi, les activités gravitent-elles autour de ce thème et pour permettre aux enfants de toucher du doigt ces différents savoir-faire, des séquences d'initiation ont été programmées.

Les métiers de pompiers, de boulanger, mais aussi des métiers d'antan tel que le meunier ont ainsi été présentés. Pour découvrir le métier de boulanger, rien de mieux qu'une immersion au « Fournil de Graulhet» ! Les enfants moyens et grands y ont été accueillis afin de découvrir la boulangerie. « Ainsi, nous sommes rentrés dans le fournil du boulanger, où des aromes de pain chaud ont éveillés nos petites narines !», confient les enfants. Et d'ajouter : « L'artisan boulanger nous a présentés les différentes machines qu'il utilisait, en précisant bien, que la technologie avait fortement évolué et facilité le travail. A l'époque, les artisans faisaient tous ces gestes à la sueur de leur front ! Le boulanger nous a appris à façonner la pâte avec des gestes précis, rapides et efficaces tel un musicien qui répète ses gamme pour jouer une parfaite mélodie.

Ses mains dansaient sur la table de travail, une pluie de farine fine jonchait la pâte à pain ce qui empêchait que le pâton colle ! Nous avons ainsi pu sculpter ce pâton comme un artiste modèle son argile. Durant cette séance le boulanger nous à transmis sa passion et nous à offert son savoir faire». « Moi c'est sûr, quand je serai grand, je serai boulanger» , ont même lancé certains. De quoi susciter des vocations ou à défaut découvrir un univers insoupçonné.

@

Publié le 09/05/2011 08:58 | LaDepeche.fr

Grande soirée poétique à l'auditorium

Les poetes graulhétois se sont succédé au micro.

La soirée traditionnelle des Poètes Sans Frontières a réuni à l'auditorium les passionnés et les amateurs de cet art subtil de manier les mots.

Langage universel, la poésie s'ouvre à tous dans un dialogue où la rime vient embellir de ses sonorités la simplicité des textes, dont la seule écoute nous entraine dans un partage du vécu et du ressenti.

Après l'ouverture de la soirée par Pierre Pradelles avec « Le monde bleu », les divers participants offraient aux nombreux spectateurs leurs récits poétiques.

L'entracte avec les croquants de la famille Bruyère et les boissons douces permettait aux spectateurs de venir discuter et échanger avec les nombreux intervenants.

« Poursuivant leur étoile ou partir au grand large », les chantres de la poésie le faisaient en une tournée colorée parfois venue de l'histoire locale et aussi des faits d'actualité. Venus de toute la région, les poètes Graulhétois, Réalmontais, Albigeois, Vauréens, Castrais et Toulousains partagèrent les mots de cette soirée d'une qualité exceptionnelle qui fut sans doute une des plus riches et des plus intenses que la poésie ait pu offrir au public depuis quelques années.

La culture était une fois encore présente dans notre ville et le public nombreux ne s'y trompait pas.

@

Publié le 10/05/2011 09:20 | LaDepeche.fr

Les actes d'un colloque de 2010 à Graulhet sur Jaurès

Les actes du colloque de la Société d'études jaurésiennes sur « Grèves et réformisme social chez Jean Jaurès » sont parus. Ce colloque fut organisé à Graulhet les 30 avril et 1er mai 2010, dans le cadre du centenaire de la grande grève des ouvriers mégissiers graulhétois, qui s'acheva le 2 mai 1910, après 147 jours de conflit avec le patronat local. Ce colloque, qui réunit presque essentiellement des historiens, a été l'occasion d'actualiser la recherche sur l'action politique de Jaurès dans le mouvement social de lutte ouvrière, en filigrane d'une réflexion sur le rapport entre réforme et révolution dans la pensée politique du grand tribun tarnais. Jaurès vint à Graulhet le 11 janvier 1910 pour essayer, en vain, d'arbitrer le conflit et en fit le compte-rendu à la Chambre des députés le 17 janvier, auprès de René Viviani, ministre du travail et de la prévoyance sociale.

Ce colloque s'est aussi inscrit dans le centenaire du vote de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes du 5 avril 1910, pour laquelle Jaurès s'engagea activement à la Chambre. Lors de ce colloque, trois intervenants vinrent confronter trois grèves pour en montrer les ressemblances et aussi les différences : François Jarrige pour la grève de Graulhet à propos de la question de la santé au travail car la revendication des ouvriers mégissiers constitua pour Jaurès l'occasion de faire avancer des lois sur l'hygiène et la salubrité au travail ; Claude Geslin pour la grève des chaussonniers de Fougères, en Bretagne, pendant l'hiver 1906-1907 et Rémy Cazals pour la grève victorieuse de Mazamet, en 1909. Au-delà des faits de grèves, un autre aspect fut abordé : l'aspect institutionnel, avec Vincent Viet qui montra comment le gouvernement républicain essaya de prévenir et parfois même de contrer les conflits ouvriers par la création de diverses institutions intermédiaires d'organisation du travail, et Rémy Pech montra l'implication parlementaire de Jaurès en matière de réformes agricoles au début du XXème siècle.

Après les faits et les institutions, les trois intervenants du 1er mai analysèrent l'idée de réformisme révolutionnaire de Jaurès : Gilles Candar, président de la « Société d'études jaurésiennes », confronta la théorie et la pratique de la réforme, ainsi que Guy Dreux qui exposa une application concrète du réformisme révolutionnaire à travers la loi sur les retraites ouvrières et paysannes et les débats houleux entre socialistes de l'époque à ce sujet. Ils cosignent un texte sur cette aprroche. Bruno Antonini montra comment sur le terrain, notamment graulhétois, s'élabore une « méthode socialiste » de conversion graduelle de l'économie capitaliste dépérissant en économie socialiste à travers l'idée d'« évolution évolutionnaire » chez Jaurès, et en quoi ce mouvement revendicatif graulhétois annonce le réformisme social du Front populaire.

Ces actes sont introduits par Bruno Antonini, Graulhétois professeur de philosophie à Paris et initiateur du colloque. Ils constituent le n°199 des Cahiers Jaurès et sont vendus à Graulhet à La Maison de la Presse, à Albi à la Librairie Guillot et à Gaillac, à la Librairie Noir sur Blanc. (prix : 12€)

@

Publié le 10/05/2011 09:13 | J-C C

Ces six jeunes ont le déclic de la formation

La formation s'est conclue dans les locaux de R d'Autan./ Photo DDM, J-C C

Métissage gastronomique, les associations de la ville, l'orientation des jeunes et l'emploi... Les six jeunes de la formation « déclic» de l'IRFA sud ont choisi eux-même les thèmes travaillés durant leur formation. Celle-ci a duré deux mois et a compris un volet de remobilisation et un projet collectif. Après la vidéo l'an dernier, c'est la radio qui a été choisi cette année. Le partenariat avec R d'Autan a permis aux jeunes de mener plusieurs activités qui pourront leur servir.

« En plus de la mise à niveau dans des matières comme le français, les maths, la communication ou la citoyenneté, ce projet leur a permis de faire de nombreuses choses qui leur seront utiles plus tard» explique Ancolie, formatrice de l'IRFA.

Ainsi les jeunes en formation ont-il pris des rendez-vous téléphoniques, préparé et réaliser des interviews. « Ce projet de remobilisation est à la fois ludique et pédagogique. Le côté audiovisuel marche bien. Cela oblige chacun à écouter et rentre en cohérence avec le travail en français et la citoynneté» souligne Sandrine Velasco, coordinatrice d'antenne de R d'Autan.

Le résultat sera à l'antenne dans l'émission « Micro Dadou» qui donne la parole aux habitants de la ville ce mardi 10 mai à 13 heures, avec une rediffusion dimanche à midi. Trois autres émissions, autour de chacun des thèmes choisis par les stagiaires seront aussi diffusées sur les ondes.

R d'Autan est diffusé sur 102.8 à Castres, 105.1 à Lavaur et 100.2 à Gaillac

@

Publié le 11/05/2011 10:11 | Propos recueillis par Pierre-Jean Pyrda

«Avec Graulhet, on gagne 32 gendarmes»

Interview du lieutenant-colonel Bouquin

Le lieutenant-colonel Bouquin: «Nous serons prêts comme prévu le lundi 1er août»./Photo DDM, J.-M. Lamboley

Le 1er août, Graulhet passera en zone gendarmerie. Le lieutenant-colonel Pierre Bouquin explique comment la brigade autonome va fonctionner.

La fermeture du commissariat de police de Graulhet avait été annoncée dès juin 2010. Presque un an plus tard, le transfert de la 4e ville du Tarn en zone gendarmerie va devenir réalité. « La décision officielle est prise depuis fin avril. La reprise s'effectuera bien comme prévu le lundi 1er août », annonce le lieutenant-colonel Pierre Bouquin, qui attend juste l'arrêté ministériel donnant naissance à la brigade autonome de Graulhet. Le commandant du groupement départemental de gendarmerie détaille toute la logistique de ce transfert.

Dans 3 mois, la gendarmerie va reprendre la commune de Graulhet. Comment vont se déployer les effectifs ?

Nous allons monter en puissance au fil des semaines. La brigade autonome de Graulhet comprendra 35 personnels. Des éléments précurseurs sont déjà en poste depuis le 1er mai. C'est bien sûr le cas du lieutenant Bertrand Collot, qui commandera cette brigade. Avec quatre sous-officiers et deux gradés, il travaille sur l'organisation de la brigade et du service. Le 19 mai, nous aurons une réunion au parquet de Castres avec la police pour parler du transfert judiciaire.

Les 35 gendarmes sont-ils tous nommés ?

Absolument, à ce jour, tous les personnels sont affectés à Graulhet. Les arrivées seront échelonnées jusqu'au 16 juillet. En septembre, nous accueillerons deux gradés qui rentrent d'Outre-Mer et un élève gendarme qui arrive de l'école de Montluçon. 32 postes sont créés : 30 à Graulhet pour la brigade autonome, qui s'ajouteront aux 5 de l'actuelle brigade territoriale, et deux affectés à la brigade de recherches de Castres. le département gagne donc 32 gendarmes sur un versant Ouest soumis à pression. On se renforce sur un axe sud/sud-ouest.

Dans quels locaux travaillera la brigade de Graulhet ?

Elle utilisera l'actuelle brigade de gendarmerie, place du Bosquet. C'est un très bel immeuble, idéalement situé, avec une place et derrière une grande cour où l'on peut facilement stationner. Depuis le 1er avril, nous avons commencé des travaux qui consistent à déclasser cinq logements de fonction pour les réaffecter en bureaux. Les services techniques du groupement se chargent de l'électricité et du câblage informatique. La SNI va aussi réaliser des travaux, en particulier la réfection de sols et la construction de trois chambres de sûreté. Au rez-de-chaussée, on va casser les cloisons pour agrandir l'accueil et construire un local des plaintes.

Justement, pour le public, est-ce que la gendarmerie fonctionnera de la même façon que le commissariat ?

La brigade autonome de Graulhet sera ouverte 24 heures sur 24 avec un chargé d'accueil à l'entrée. Une patrouille roulante au moins sera sur le terrain en permanence avec si besoin l'appui du PSIG (N.D.L.R. : peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie) de Castres. Je remarque d'ailleurs que Graulhet est située aux confins de tous les PSIG.

Vous avez dû anticiper l'arrivée de 32 gendarmes, qu'il faut héberger avec leurs familles. Comment cela va-t-il se passer ?

L'hébergement des familles était un enjeu essentiel pour nous. À l'heure qu'il est, on a 32 logements soit déjà loués soit réservés. Deux gendarmes habiteront à la brigade, dans les deux appartements de fonction que nous gardons, au dernier étage de la caserne. Les 30 autres seront hébergés dans le parc privé, dans un périmètre d'1 km, maximum 1,8 km autour de la brigade. 27 habiteront la commune de Graulhet, 2 à Busque et 1 à Briatexte. Il nous reste juste à trouver 2 T5 pour les gendarmes de retour d'Outre-Mer et un logement pour l'élève gendarme. C'est presque inespéré, d'autant qu'on a trouvé des logements de qualité.

(1) Société nationale immobilière. Le groupe SNI est le 1er bailleur de France.

29 policiers de Graulhet restent dans le Tarn

Si Graulhet s'apprête à accueillir 32 gendarmes, il dira bientôt au revoir à 41 policiers. Où seront réaffectés ces fonctionnaires ? « En majorité dans le Tarn », répond Paul Agostini, directeur départemental de la sécurité publique. Le commissaire divisionnaire annonce que 12 policiers graulhétois seront mutés à Albi, 8 à Castres, 5 à Mazamet et 4 à Carmaux. « À Castres, cela nous permettra de mettre en place un quart judiciaire et d'augmenter l'amplitude horaire de la BAC qui patrouillera l'après-midi et la nuit. À Albi, les renforts graulhétois profiteront à l'unité judiciaire (la brigade de sûreté urbaine passera à un effectif de 22 policiers avec la création d'un groupe financier et d'un groupe stupéfiants, s'ajoutant aux deux groupes de flagrant délit et à la brigade de protection des familles) et à la voie publique : l'unité de jour, l'Upaaj, renforcera ses patrouilles pédestres dans les quartiers et au centre ville d'Albi, notamment durant la saison touristique », détaille Paul Agostini.

@

Publié le 11/05/2011 10:11 | LaDepeche.fr

La brigade autonome sera prête le 1er août

Le lieutenant Bertrand Collot en poste depuis le 1er mai à Graulhet./Photo DDM, Jean-Claude Clerc

« La brigade de Graulhet va fonctionner en autonomie, de jour comme de nuit, mais ses missions ne se limiteront pas forcément au canton de Graulhet. La gendarmerie est nationale et si besoin, les gendarmes de Graulhet pourront renforcer d'autres unités », indique le colonel Bouquin. Le commandant du groupement laisse toute latitude au lieutenant Collot pour « organiser le service comme bon lui semble ». L'organisation d'une brigade autonome « permet de davantage spécialiser les personnels. Graulhet comprendra un pôle judiciaire et un pool de nuit. 18 des 35 gendarmes de la brigade auront d'ailleurs la qualification d'officier de police judiciaire. Parmi les compétences précieuses, nous aurons un moniteur d'intervention professionnelle, un négociateur régional et des TIC de proximité ».

Ce n'est pas encore la parité mais la brigade autonome comptera tout de même 5 femmes sur un effectif de 35. Les nouveaux personnels arrivent des quatre coins de l'hexagone : Ile-de-France, Bourgogne, Centre, Pays de la Loire, Alsace, Champagne-Ardenne, Rhône-Alpes, Auvergne mais aussi des départements d'Outre-Mer (Martinique, Guadeloupe). N'oublions pas les régionaux : l'adjoint du lieutenant Collot sera le major Patrick Bris qui arrive d'Estaing (Aveyron). Pour les adjudants Rossignol et Jonquet, la nomination dans le Tarn s'accompagnera d'une promotion de grade.

@

Publié le 11/05/2011 10:03 | LaDepeche.fr

Briatexte : Rugby, la fête malgré la défaite

Les Briatextois à la fin du match sont venus chercher leur coupe de finaliste en passant par la haie d'honneur des joueurs de Seilh. /DDM.G.D.

Elle a été belle la fête qu'ont réservé les supporters du Sporting Club Briatextois à leur équipe malgré la défaite (13 à 29)en finale du championnat de Midi-Pyrénées. D'abord à St Orens, ou le verte et noir a pris le pas sur toutes les autres couleurs. Avantage Briatexte avec banda et drapeaux. Jusqu'à la mi-temps tout le monde y croyait. Après la pause, l'équipe a marqué le pas, les haut-garonnais ont irrémédiablement pris le large au score. Mais Briatexte est tombé avec les honneurs. «Il faut reconnaître la supériorité de l'équipe de Seilh sur ce match. Et ce, malgré un gros effort colelctif des nôtres.Reste que c'est une belle saison qu'accomplit le club. Au départ, l'objectif était le maintien.

Ces phases finales, c'est un bonus. Il faut continuer cette belle aventure en championnat de France» Espère le président Philippe Serres. Et le championnat de France débute dimanche avec le 32e de finale face aux Lot et Garonnais de Mezin. Au retour du match, tout le village attendait les joueurs, qui ont eu droit à un tour d'honneur sur la plate-forme d'un camion. La place de la Courtille était verte de monde. Le maire Bernard Bacabe, qui avait fait le déplacement à St Orens, a offert la collation au nom de sa municipalité. Une fois le match décortiqué, analysé, et les leçons retenues, les pensées allaient déjà vers ce tableau final, d'une compétition que les briatextois vont aborder sans complexe.

@

Publié le 11/05/2011 10:03 | G.D.

Les grandes écoles aéronautiques se rencontrent

Des dizaines de planeurs évolueront dans le ciel graulhétois.

L'association tarnaise de vol à voile basée à Graulhet, partenaire de l'institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace, et formatrice reconnue de vélivoles, va organiser pour la première fois sur l'aérodrome de Salès, du 2 au 5 juin prochain, les 41e rencontres de vol à voile des grandes écoles aéronautiques.

Créées en 1969, leur but était de rassembler les futurs ingénieurs, contrôleurs, pilotes civils ou militaires, afin de poser les bases d'une future coopération en vol à voile. Les objectifs ont évolué, et un nouveau règlement a été établi afin d'éviter toute « championnite » née de challenges entre écoles. « La rencontre qui consiste traditionnellement en quatre journées de vol pendant le week-end de l'Ascension rassemble une centaine d'étudiants qui partagent la même passion de l'aéronautique.

Pour étoffer le rendez-vous graulhétois, nous avons souhaité convier une délégation d'étudiants de Stuttgart qui viendront notamment présenter le fonctionnement d'une Akaflieg, véritables institutions qui allient le développement du vol à voile et les études en vol en Allemagne. » Se félicite Patrice Corbille, chef pilote de l'Atvv et membre de l'équipe d'organisation.

Prix de la performance

Cette rencontre qui existe grâce au soutien de l'Isae, de Dassault Aviation, de la Ffvv et d'Atr, va rassembler plusieurs dizaines de planeurs, sous les couleurs de l'école nationale supérieure de Poitiers, l'école nationale de l'aviation civile de Toulouse, l'école de l'air de Salon de Provence, Ensica et Supaero de Toulouse et l'école supérieure des techniques aéronautiques de Levallois et Laval. Une journée type se déroule ainsi : 8h 30 petit déjeuner, 9h 30 briefing avec déroulement de la journée, utilisation de la plate-forme, consignes de sécurité et prévisions météo, puis mise en piste, 10h 30 début des vols, 19h, fin des vols. A l'issue des deux 4 jours, des prix seront remis aux équipages les plus performants.

@

Publié le 11/05/2011 10:04 | LaDepeche.fr

Les cadets éliminés

Les cadets auraient pu passer un tour de plus.

Les cadets ont été éliminés en quart de finale de la course au titre de champion de Petit Sud, par l'entente Vic Fezensac-Condom, 19 à 11. Avec comme toujours en pareil cas, un sentiment de frustration. Car les jeunes graulhétois avaient les capacités de l'emporter. Débutant face au vent violent, ils ont subi la domination des gersois, mais réussi a bien défendre. Ils ont encaissé un essai transformé, mais malheureusement pour eux, doublé par un deuxième sur des fautes grossières juste avant la pause. Avec 14 points à remonter, le handicap n'était pas insurmontable, d'autant plus que le pack marquait un essai à la reprise, agrémenté de 2 pénalités. Mais la forcing des tarnais s'avérait stérile, par la faute d'efforts trop désordonnés et individuels pour être décisifs. Au contraire, ce sont les gersois qui marquaient sur la récupération d'un ballon d'engagement. Les cadets sortent de la compétition avec le sentiment qu'avec un peu plus d'application...

@

Publié le 11/05/2011 10:03 | LaDepeche.fr

8-mai : la croix de combattant pour un libérateur

Les cérémonies liées au 8 mai ont permis à la municipalité et la population d'honorer la mémoire de tous les morts pour la France de la seconde geurre mondiale. Elles ont aussi permis d'honorer les vivants et les libérateurs. Parmi eux, Elie Salvan, qui a reçu des mains du Colonel Mademba-Sy la Croix de Combattant. Une récompense tradive qui n'enlève en rien la légitimité d'une telle reconnaissance. Et pour cause. Chauffeur du char Bretagne, combatant du 12 e Chasseur, cantonné d'abord en Afrique, Elie Salvan a participé au débarquement en Normandie, à la bataille de Dompeyre, à la libération de Paris, de Strabourg et à la poussée jusqu'en Allemagne. «Je suis heureux d'avoir accompli ce périple. J'ai connu beaucoup de peine, de pertes. J'ai une pensée pour mes camarades morts au combat. Je ne suis par un héros ni un voleur de gloire. Je m'en suis tiré. Dieu merci!»

@

Publié le 12/05/2011 11:30 | J-C C.

Escourbiac investit 1 200 000 euros

Chaque année l'entreprise utilise 1000 tonnes de papiers. /Photo DDM, J-C C.

Le savoir-faire et la qualité du travail de l'imprimerie Escourbiac, deux fois lauréat du cadrat d'or, ne sont plus à démontrer. Elle fait partie de ces entreprises graulhétoise qui à l'instar de KP1, Weishardt ou Malié, ont dans leur gênes la volonté de conquête de marchés bien au delà de leur territoire, dignes héritières des mégisseries d'autrefois. L'imprimerie réalise ainsi aujourd'hui la moitié de de son chiffre d'affaire hors de la région et un tiers en région parisienne.

Des catalogues de grandes marques aux publicités en passant par les rapports d'activité de grands groupes ou les livres (30% du chiffre d'affaire), l'imprimerie honore des commandes de musées, de collectivités locale, d'entreprises, de l'Etats ou de ivre sà compte d'auteurs. La dernière machine à prendre place dans l'atelier est une imprimante cinq couleurs cofinancée par l'union européenne et le conseil régional. « Cette aide s'inscrit dans un programme pour la compétitivité et l'emploi. Cette machine va permettre accroitre la compétitivité de l'entreprise mais aussi augmenter sa capacité de production et permettre une diversification de ses clients»s'est félicité Béatrice Steffan, secrétaire générale de la Préfecture du Tarn.

« Durant la crise nous n'avons procédé qu'à un seul licenciement, un départ non remplacé. Cela nous a coûté cher, mais c'est notre politique»souligne Philippe Escourbiac, héritier d'une entreprise qui navigue aujourd'hui dans un secteur ultra concurrentiel. Pour sortir son épingle du jeu, il a misé sur la qualité et le conseil. Cet accompagnement des clients, qui restent fidèles à l'entreprise graulhétoise, semble bel et bien être aujourd'hui payant.

Les financements : Union européenne (FEDER, Fonds Européen de Développement Régional) 96000 euros ; Conseil régional 144 000 euros ; Etablissement financier (crédit bailleur) 960000 euros

@

Publié le 12/05/2011 11:30 | LaDepeche.fr

Briatexte : Allez les moins de 19 ans

L'équipe des moins de 19 ans peut décrocher un titre./ Photo DDM .

L'équipe des U19 réussit décidément une bien belle coupe du Tarn. Ils ont en effet triomphé dans la demi-finale qui les opposait à l'entente Autan 81. Les voilà donc qualifiés pour la finale, ils seront opposés à l'équipe du Castres Football Club 2. La rencontre aura lieu le 22 mai à Saint-Sulpice, au stade de Moletrincade. Le titre se rapproche

@

Publié le 12/05/2011 11:31 | LaDepeche.fr

La maison des métiers du cuir passe aux horaires d'été

De mai à septembre la Maison des métiers du cuir est ouverte aux visiteurs « individuels «. Cette année le départ de la visite aura lieu à l'office de tourisme. Ce musée, témoin de toute une époque, est installé dans les bâtiments d'une ancienne mégisserie sur les rives du Dadou et propose une rétrospective des activités liées au métiers du cuir, du lavage des peaux (la «rivière» de la mégisserie), en passant par le laboratoire, les galetas de séchage, les ateliers de corroierie et de finition, jusqu'à la maroquinerie elle-même. La découverte d'une mégisserie du XIXème siècle expliquant la transformation de la peau de bête au noble cuir par une véritable alchimie technique et artisanale est émouvante tant les ateliers semblent dans leur jus, inchangés ou presque depuis la fermeture de la mégisserie. Les départs du circuit ont lieu à 9h15, 10h45, 13h45, 15h15 et 16h54. Les tarifs sont de 5 euros pour les adultes, 2,5 pour les enfants et 3 euros pour les groupes à partir de dix personnes. Pour de plus amples renseignements il suffit de contacter l'office de tourisme.

@

Publié le 12/05/2011 11:31 | LaDepeche.fr

Journée Graulhétoise au trophée «Stignani»

Les nageurs de la journée graulhétoise.

Près de 130 nageurs sont venus en découdre dans le bassin graulhétois .

Cette compétition est la seule de l'année proposant des épreuves aux avenirs mais aussi jusqu'aux maîtres. Le Trophée « Stignani » était de nouveau remis en jeu.

Il récompense le club marquant le plus de points à la table de cotation. Malgré de gros efforts d'Albi natation, il revient au SCG remerciant ainsi l'investissement de tous, nageurs et bénévoles.

Les clubs de Carmaux, Castres et Lacaune étaient également de la fête.

Côté performance, on remarquera les belles progressions des plus jeunes à l'image des G2, Camille Martorel, Léonie Douziech, Ivana Maio, Justine Vaudé, Hugo Michel. C'était aussi l'occasion pour les groupes perfectionnement de découvrir les joies de la compétition : Hugo Bardou, Emile Bernard, Samy Chikhaoui, Marion Ghilaci, Yohan Leguevaques, Cyrine Nouri , Mathilde Rolo, Alan Salazard et Olivia Sicard.

Le record du club du 4x100 NL garçons (17 ans) en place depuis 1982 est tombé de 4.27.01 à 4.16.83 par Bastien Boyer, Robin Lacroux, Jordan Cavaillé et Julien Vaudé. Un des détenteurs de ce record participait encore à la compétition : Jacky Boutes….sans commentaires !!!

Les nageurs, en stage pendant les vacances, retrouveront très rapidement les chronos puisque les benjamins et minimes auront à cœur de bien figurer aux interclubs le 15 mai à Lavaur puis les jeunes au meeting de Marmande le 22 mai.

@

Publié le 13/05/2011 10:42 | J-C C

Six diplômés de «l'Europass mobilité» au lycée

Les élèves des sections européennes ont pu découvrir les différentes programmes /Photo DDM J-C C.

Depuis plus d'une dizaine d'années déjà le lycée Clément de Pémille bénéficie de « classes européennes «. Cette année encore des élèves se sont vus remettre un diplôme de l'Union Européenne, « l'Europass Mobilité », qui atteste de l'expérience de l'élève dans une entreprise européenne.

Du 31 janvier au 18 février derniers des élèves de bac pro commerce et bac pro vente ont bénéficié de bourses attribuées par l'organisme européen Leonardo et d'un partenariat avec la Slovaquie et ont ainsi pu participer à une expérience valorisante dans des commerces slovaques. « Cela m'a permis d'améliorer mon anglais et de découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles façons de penser. On est plus ouverts après ce véritable échange avec d'autres jeunes» témoigne Morgan, élève de terminale vente. « On a découverts de nouvelles cultures et on s'est fait des amis. J'aimerais y retourner» confie Sanida. Grâce aux réseaux sociaux d'internet les élèves sont toujours en contact avec celles et ceux qu'ils ont rencontré à l'occasion de ce séjour. « Ce diplôme constitue un atout professionnel non négligeable, un véritable plus pour votre CV» a souligné Yannick Morgen, proviseur adjoint de l'établissement, lors de la remise des diplômes.

Des élèves slovaques, polonais, grecs, espagnols ont déjà été accueillis par le lycée. En mai 2012 une quinzaine d'élèves slovaques pourront réaliser à leur tour cette expérience professionnelle très riche dans les commerces partenaires de Graulhet.

La remise des diplôme quant à elle a permis aux élèves des classes européennes du lycée de rencontrer les animateurs de la MJC du SVE (service volontaire européen),Mireille Payrastre, la responsable du secteur européen de la MJC et une responsable d'itinéraire international. Les lycéens ont ainsi pu découvrir le SVE ainsi que les différents programmes permettant aux lycéens, étudiants, chômeurs ou actifs de bénéficier de soutiens pour réaliser des séjours au sein de la communauté européenne ou ailleurs.

@

Publié le 13/05/2011 10:42 | LaDepeche.fr

Reno Bistan demain soir à l'Ibère

Après presque dix ans à chanter ses chansons dans le cadre du très Croix-Roussien groupe Bistanclaque, Renaud Pierre enlève la Claque et devient Reno Bistan. Il se produira ce samedi 14 mai à l'Ibère familier en trio offrant une chanson française pleine de chaleur, des tranches de vie musicales, émouvantes et conviviales entre chroniques sociales et portraits amusés. Si le spectacle de Reno Bistan (chant, guitare, accordéon), Noémie Lamour (contrebasse) et Yves Perrin (guitares) débutera à 21 heures, une bonne petite blanquette de veau sera servie à partir de 19h30.

@

Publié le 14/05/2011 12:26 | G.D.

Les pizzas sont devenues reines

Fabien Lopez, son formateur et leur Little-Italy juste sortie du four.

Avec l'ouverture de Tutti-Pizza, place du Jourdain, quarante-septième du nom en Midi Pyrénées et dans le grand sud, ce sont pas moins d'une demi-douzaine de pizzérias qui ont pignon sur rue en ville. Fabien Lopez qui a ouvert la franchise espère, après étude de marché, coup de pouce de son formateur « maison » et places de parking en devanture, frapper un grand coup avec ses spécialités, dans le milieu local largement ouvert de la pizza. « Je compte surtout sur l' impact très tendance de l'enseigne sur les jeunes ». Espère-t-il en disposant prestement copeaux de Parmesan, roquette et tomates cerises sur sa Little Italy, fleuron de la carte. Juste en face, de l'autre côté de la place, Formul-Pizza, une pizzeria plus ancienne et bien ancrée dans la paysage, et la Panetière qui proposent tous deux des pizzas à emporter. Si l'on y ajoute les restaurants, cuiseurs de pâtes et boulangers, qui proposent eux-aussi Pescatores et napolitaines, à emporter, plus d'une douzaine de points de vente sont recensés.

Pizzas à thèmes

Pas de quoi déranger le gastronome graulhétois amateur de radis au foie salé et de mesturet, mais une recrudescence des installations en reprise souvent d'anciens commerces du centre-ville, qui en dit long sur les changements alimentaires des autochtones. « Les cafés ferment, les pizzérias ouvrent. A midi, sur la place, ça sent la pâte à pain brûlée. Et à quand le fast-food? » A-t-on récemment entendu sur la marché. Alors, pour faire leur beurre, ou plutôt leur huile d'olive, les pizzaïolos de tous poils rivalisent d'imagination. Pizzas à thèmes, graulhétoise par ci, tarnaise par là, Toulouse-Lautrec, coupe du Monde ou aux champignons des bois (en saison) apparaissent régulièrement sur les cartes. « Un plus qui n' apporte rien au niveau global des ventes. Sommes-nous trop aujourd'hui? » Luc Garrigues, qui a ouvert son Marius Pizza dans le quartier St Pierre il y a quatre ans, se pose la question. Pour lui, comme pour les autres, trop de pizza...

@

Publié le 14/05/2011 12:25 | LaDepeche.fr

Le tennis de table a enfin atteint son objectif

Les Graulhétois vainqueurs d'Albi

Face à Albi, les Graulhetois démarraient la rencontre avec une grande ferveur. Jean-michel Brieussel et Marc Couturier, amenèrent les deux premiers points en trois sets sans difficultés ,suivaient dans la foulée les victoires de Yannick Dieux et Jean-Charles Carvalho si bien qu'au double crucial Graulhet menait 6 à 2 . C'était sans compter sur la détermination des joueurs d'Albi 6 qui après avoir remporté ce fameux double revenaient au score de 6 à 5 . La tension était à son comble sachant que pour les deux équipes , la défaîte était synonyme de relégation.Arrivèrent les deux derniers matchs, Jean-Michel et Jean-Charles ne craquèrent point sous sous l'enjeu et finalement les pongistes Graulhétois remportaient la rencontre 8 à 5. Des cris de joies tonnèrent dans la salle. Graulhet tenait son maintien en félicitant l'équipe Albigeoise déçue mais fort sympathique et très fair play.

@

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr

 

Exposition "Chemins invisibles" organisée par Volubilo à l'Office du Tourisme (Photos : Simon Rodier.

@

@

@

@

@

@

@

@

@

@

@

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement