Du Bruc à Ricardens

Actualités février 2013


Publié le 01/02/2013 à 07:42  | La Dépêche du Midi |  Richard Bornia
 
Picarel président à l'insu de son plein gré


Francis Auriol, secrétaire de la nouvelle association «Force active Graulhet»/Photo DDM
 
Etre président d'une association dont vous ne soupçonnez même pas l'existence et dont le siège social est à votre domicile est étrange. Et pourtant bien réel. «Je rentre de voyage, et je découvre à mon courrier votre facture (NDLR : 44 €), concernant une création d'association. Je suis très surpris parce que je n'ai jamais créé d'association. Je pense qu'il s'agit d'une usurpation d'identité et d'adresse», écrit Jean Picarel, ancien maire de Graulhet, le 4 janvier dernier, à la Direction de l'Information Légale et Admistrative (DILA). Le même jour, il informe la sous-préfecture de Castres de cette usurpation d'identité. Il faut remonter au 14 décembre 2012 pour comprendre cette affaire. à cette date sont déposés à la sous-préfecture les statuts d'une nouvelle association : «Force Active Graulhet». Dans les documents que nous avons pu examiner il est précisé que Jean Picarel est le président, que Francis Auriol en est le secrétaire, Alain Huc le trésorier et Françoise Bessières, la secrétaire adjointe.

Sur un air de «municipales»
Cette association, dans l'article 2 de ses statuts, précise sa finalité : «Elle a pour but de défendre les intérêts des entrepreneurs graulhétois et du canton. Elle a également pour objectif de faire reconnaître et d'accompagner tous les acteurs de la vie économique locale.» Il ne manquait qu'une chose pour que tout soit parfait dans le meilleur des mondes : que Jean Picarel soit au courant. Au téléphone, l'ancien maire est laconique : «Je n'ai rien à dire. Contactez Monsieur Auriol».

Au bout du fil, Francis Auriol n'est guère plus bavard et plaide l'erreur : «Nous avons mis la charrue avant les bœufs. Nous avons discuté avec des proches de Jean Picarel qui nous avaient affirmé qu'il serait d'accord pour présider cette association».
Une explication un peu courte pour un couac d'importance. Derrière cet imbroliglio clochemerlesque, on devine que les grandes manœuvres pour les municipales de l'an prochain ont débuté à Graulhet. Francis Auriol fut l'adjoint au maire de Françoise Rodet. Et même s'il s'en défend, il est légitime de penser que cette association est un outil pour une prochaine campagne.

Publié le 07/02/2013 à 09:16 | R.B.

 
Francis Auriol jette l'éponge
 
L'association «Force Active Graulhet», n'existe plus. Elle n'aura d'ailleurs vécu que le temps que durent les roses. Francis Auriol, son secrétaire, a envoyé les papiers de dissolution à la sous-préfecture de Castres le samedi 2 février. L'ancien adjoint au maire de Françoise Rodet s'est retrouvé en quelques jours devant d'importantes difficultés. Dans notre édition de vendredi nous révélions que Jean Picarel était président, sans le savoir de «Force Active Graulhet». Une présidence qui a déclenché une réaction de l'ancien maire qui ne voulait pas de cette fonction et qui ne tenait pas nom plus à régler les 44 € réclamés par l'administration pour enregistrer cette création d'association. Le même jour, nouveau coup de théâtre, c'était au tour d'Alain Huc, trésorier de Force Active Graulhet, ne nous faire part de sa colère, puisque lui aussi affirme ne pas être au courant de la création de cette structure.

«Je me suis fait berner», indique Francis Auriol, sans vouloir expliquer précisément les raisons qui l'ont poussé à envoyer les statuts de Force Active Graulhet à l'administration alors que ni le président, ni le trésorier désignés n'étaient au courant. Pourtant jeudi soir, Francis Auriol et Alain Huc ont passé la soirée ensemble. «Nous avions conseil d'administration de l'Association Culturelle du Pays Graulhétois (ACPG) . Il ne m'a pas dit un mot sur cette affaire», explique Alain Huc. Seul politique à réagir, Jean-Claude Amalric, chef de file du groupe d'opposition «Graulhet pour tous», n'hésite pas à tirer sur l'ambulance : «C'est une tartufferie qui discrédite une nouvelle fois la politique à Graulhet».



Publié le 01/02/2013 à 03:50 

 
Marché au gras
 

La cinquième édition du marché au gras aura lieu le dimanche 10 février de 8 heures à 12 heures autour de la fontaine de la place du Jourdain où des producteurs vous feront découvrir leurs douceurs. Audrey Viala, de la ferme de la Forêt Basse à Graulhet, proposera de l'ail rose et ses canards gras, Nadine Placier des canards gras et des tomates de la ferme de Payrade à Castelnau-de-Montmiral, Magali Svobodny des poulets, canettes, pintades et canards gras «Poulé tou de Labejou» du Born en
Haute-Garonne et André Vaissière fera déguster ses breuvages (vin et jus de fruits). 


Publié le 01/02/2013 à 09:23  J.-C C

 
Biocybèle arrive en ville


Un marché bio réputé./ Photo DDM
 
Pour sa 31e édition les 19 et 20 mai prochains, Biocybèle,la plus grande foire bio du sud-ouest, essaime et sème à Graulhet ! La manifestation portée par Nature et Progrès Tarn, qui fêtera cette année ses quarante ans, a pour vocation de promouvoir les produits de l'agriculture biologique, et les alternatives écologiques et sociales. L'an dernier, 220 exposants avaient pris part à la manifestation et attiré 20000 visiteurs.

L'édition 2013 sera placée sous le double signe de la souveraineté alimentaire et de la transmission des semences, des savoirs et savoir-faire et du patrimoine foncier.Elle permettra notamment pour la première fois au public de découvrir l'agriculture bio à l'œuvre. «Pour ce faire, des céréales et des légumineuses ont été semées, sur le site de la Bousquétarié, à proximité des Jardins partagés. Le site gaillacois qui accueillait la manifestation ces dernières années ne le permettait pas, d'où cet essaimage... Il y aura aussi des animations et des conférences autour des thèmes de cette édition» explique Claude Huet de la commission «communication» de Biocybèle.


Publié le 01/02/2013 à 09:24 

 
Une cuve pour le tri place du Château


De nouveaux conteneurs pour le centre ville /Photo DDM, J-C C 
 
La communauté de communes Tarn & Dadou et la commune de Graulhet améliorent le service de collecte des déchets pour les usagers du centre-ville. En supplément de la cuve située place André Bru, trois nouvelles cuves sont mises en service place du Château et rue Barricouteau, à proximité de l'école privée Jeanne d'Arc. Ces cuves sont destinées à l'accueil des sacs de déchets résiduels de 50 litres maximum.
Pour les emballages ménagers à recycler et le verre rien ne change. Les usagers sont invités à déposer le tri dans les cuves dédiées : place du Jourdain, place Jean Moulin et place André Bru. Les dépôts sauvages aux côtés des cuves sont interdits et susceptibles d'entrainer des amendes.
Renseignements sur http:// environnement.ted.fr ou par téléphoner au 0800.007.236 (appel gratuit depuis un poste fixe).


Publié le 02/02/2013 à 03:47 

 
Expo printanière à la Far
 

Depuis le 26 janvier et jusqu'au 23 mars, les locaux de la Far (Fédération des artistes de la région graulhétoise), rue du Général-Sudre, abritent une exposition intitulée avec quelques semaines d'avance de Printemps. S'y retrouvent les artistes de l'association, peintres et photographes, en trois sessions d'une vingtaine de jours chacune qui verront les œuvres se renouveler. Tous les «poids lourds» de l'association présentent une partie des leurs. 


Publié le 02/02/2013 à 03:51 

 
Victoire sans appel
 
 
Pour la reprise du championnat D3 Graulhet recevait Lacaune. Ce fut une rencontre à
sens unique, l'équipe de Jean-Louis Fages ne fut jamais inquiétée par les joueurs de Lacaune avec de très bons éléments comme Elmi Combes apportant toute son expérience, de Marine Chiffre possédant une toute nouvelle raquette pas encore bien en main qui l'empêcha d'utiliser toute sa vivacité sur ses revers cinglants. Lacaune repartait avec une lourde défaite de 13 à 0 mais qui n'enlevait en rien le fair-play et la sportivité.
Bravo aux Graulhétois relancés dans le championnat.


Publié le 02/02/2013 à 07:05 | Richard Bornia

 
Busque : Trois voleurs pris en flagrant délit


Une trentaine de gendarmes ont été mobilisés. / Photo DDM RB
 
 
Mercredi à 10 h, alors qu'ils ressortaient d'une maison qu'ils venaient de cambrioler à Busque, 3 individus ont été interpellés en flagrant délit par les gendarmes de la brigade de Graulhet. Les forces de l'ordre ont arrêté dans un premier temps le conducteur du véhicule qui attendait ses deux complices. Quand ces derniers sont ressortis de la maison, ils sont tombés nez à nez avec les gendarmes. Ils ont pris la fuite, courant à toutes jambes à travers les bois et les champs environnants avec les gendarmes à leurs trousses.

Interpellation sportive
Une course poursuite qui a tourné à l'avantage des militaires qui ont déniché les 2 cambrioleurs, à bout de souffle, dans un roncier. Un hélicoptère venu de Toulouse avec un chien piste à son bord a participé à cette interpellation sportive en permettant la localisation des fugitifs. Le butin : bijoux et argent liquide a été immédiatement retrouvé sur les individus. C'est 2 heures plus tôt que le dispositif de gendarmerie avait été mis en place. 3 hommes en repérage avaient été signalés par des habitants de Montans. Une trentaine de militaires des compagnies de Castres et Gaillac les avaient pris en chasse.

«L'excellente réactivité entre les unités de la compagnie de Gaillac et la brigade de Graulhet a permis cette arrestation en flagrant délit d'une bande particulièrement bien organisée» explique le lieutenant Bertrand Collot commandant de la brigade de Graulhet. C'est à Graulhet que les 3 individus ont effectué 48 heures de garde à vue. Bien connu des services de gendarmerie, l'un était porteur d'un bracelet électronique (mesure alternative à l'emprisonnement) et un autre avait donné une fausse identité. Agés de 21 ans à 26 ans, ils sont domiciliés à Verfeil, Labruguière et Toulouse. Ils circulaient dans une Peugeot 308, avec de fausses plaques d'immatriculation, qu'ils avaient volé lors d'un car jacking, début décembre 2012, dans la banlieue toulousaine.

La nuit en prison
Présentés hier matin au procureur de la République de Castres, ils ont été emprisonnés hier soir dans les maisons d'arrêt d'Albi, Seysses et Carcassonne. Dans les couloirs du tribunal; après le verdict, l'un des futurs incarcérés a manifesté une franche mauvaise humeur et son mécontentement. Des gesticulations rapidement maîtrisées par les forces de l'ordre. L'enquête se poursuit et devrait permettre de solutionner de nombreux cambriolages qu'ils auraient à leur actif dans toute la région. De son côté, la propriétaire qui était absente lors du cambriolage de sa maison à Busque affichait hier un large sourire : «J'ai été prévenue par les gendarmes alors que nous faisions nos courses. Nous sommes revenus aussitôt chez nous. Il y avait des uniformes partout. A l'intérieur, les malfaiteurs qui s'étaient introduits dans la maison en forçant à coups de pied une porte située sur l'arrière, avaient mis nos 2 chambres sens dessus dessous. Fort heureusement, grâce à l'efficacité de la gendarmerie, j'ai pu récupérer tous mes bijoux».


Publié le 02/02/2013 à 11:53  G.D.

 
Le Haras de la Châtaignière certifié


Kettel Lucas et le premier poulain de l'année dans l'écurie des juments du haras. /Photo DDM 
 
Pendant que Michel Combette était au Maroc pour présenter les pur-sang arabes du Haras de la Châtaignière, dans un concours regroupant les meilleurs chevaux des haras princiers, et décrocher avec son étalon Esta Esplanan une superbe médaille de bronze, Kettel Lucas finissait sa formation d'inséminatrice au haras du Pin en Normandie. Après une dizaine de semaines, elle est désormais rompue aux techniques qui font d'elle l'une des rares spécialistes dans le Tarn de l'insémination des espèces chevalines et asines. Une spécialité qui assure à l'élevage de La Roucarié, sur les hauteurs de Graulhet, un plus essentiel dans le développement de son unité de reproduction.

Assistée d'un vétérinaire
«Il y a quelques années encore, les propriétaires apportaient leurs juments aux haras nationaux. Depuis, les choses ont évolué et désormais les juments restent dans leur box ou leur pré, et c'est la semence d'étalon de toutes races qui voyage dans toute l'Europe.»
Assistée d'un vétérinaire qui assure l'échographie de la future mère, Kettel, en ayant vérifié l'opportunité des cycles de la jument, procède à l'implantation de paillettes de sperme frais ou surgelé, qui permettront la naissance du poulain onze mois plus tard.
«C'est un plus pour notre haras. Les juments de propriétaires peuvent être logées sur place et l'insémination se passe dans les meilleures conditions sanitaires avec toutes les précautions inhérentes à telles manipulations», explique Kettel.


Publié le 03/02/2013 à 03:47 | Grégory Andres

 
Josette Chtorkh ne perd pas son temps


Josette Chtorkh en plein effort, sera la doyenne de l'édition 2012./Photos DDM
 
Josette Chtorkh, 79 ans au mois de mars, n'aura de doyenne de la ronde givrée que le titre. Si elle sera la participante la plus âgée sur le papier, elle affiche en effet un enthousiasme et une passion pour la course à pieds qui donnent l'impression qu'elle vient tout juste d'avoir vingt ans. «J'adore courir, j'adore l'ambiance. J'aime beaucoup les jeunes et leur contact. Ils sont d'une gentillesse avec moi. Ils me traitent comme si j'étais de leur âge, j'aime ça» résume celle qui sera la plus âgée sur la feuille d'inscription, mais probablement la plus jeune dans sa tête, au moment de s'élancer sur la troisième étape de cette 31ème édition de la ronde givrée ce matin.

Une compétition à laquelle Josette a participé à de nombreuses reprises depuis qu'elle a découvert la course à pieds. «C'est par hasard que j'ai commencé. J'ai commencé à marcher et marcher, mais cela m'ennuyait. J'ai trouvé que cela n'allait pas assez vite alors je me suis mise à courir» livre-t-elle tout naturellement.

Née dans la région de Castres en 1934, cette ancienne assistante sociale s'est mise au sport sur le tard. «Je m'y suis mise à 63 ans, après ma retraite» se souvient Josette, licenciée au club d'athlétisme de Graulhet depuis cette même date. «Quand j'ai commencé, je mettais 48 minutes sur les 10 kilomètres. J'ai beaucoup baissé mais je n'ai jamais mis une heure pour faire 10 kilomètres.» Des prédispositions et une force de caractère qui auraient peut-être pu conduire Josette à faire une carrière internationale si le virus de la course l'avait gagné plus tôt. «Je fais beaucoup de compétitions à Toulouse. Je fais le challenge Raphaël Lévy, devenu le challenge Serge Lévy, et celui du Haut-Languedoc. J'ai terminé 3ème aux championnats de France sur 10kms en 2010.» lance-elle.

Mais aujourd'hui, elle pourra une fois de plus compter sur les encouragements de son mari, ancien coureur cycliste, pour faire disparaître cette appréhension. La doyenne des coureuses de Midi-Pyrénées pourra alors avaler les bornes comme elle l'a fait tout au long de la semaine. Avec dix kilomètres dimanche, dix autres mardi et le même régime jeudi, Josette Chtorkh n'a pas perdu son temps et a mis toutes les chances de son côté pour aider son équipe (Nicolas Zilliox, Jean-Claude Jacob et Eric Loison) à faire bonne figure.


Publié le 04/02/2013 à 09:02 

 
ADDAH : la solidarité ça se construit au quotidien


La grande salle du foyer Léo Lagrange était pleine comme jamais. / Photo DDM.G.D. 
 
l'Association de défense des droits des accidentes et des handicapés tenait l'assemblée générale de la section de Graulhet, ce samedi, en notant que les adhérents sont en progression.
Maryse ESCRIBES, présidente départementale, a rappelé les conditions à remplir pour bénéficier de la prestation de compensation du handicap, notamment dans le domaine des aides humaines . Ces demandes qui génèrent de nombreux rejets de la commission car elles sont formulées souvent pour des besoins en aide ménagères non prévus par la loi. Par ailleurs, elle précisa qu'elle avait été sollicitée pour représenter les usagers à la table tactique Maia Tarn Ouest. Il s'agit d'un dispositif pour simplifier le parcours des personnes et des aidants sur le Tarn ouest et que le rôle de l'A.D.D.AH pouvait intervenir dans la gestion de cas.

Le conseiller juridique Mr Thierry Joly a décliné quelques points sur la retraite à 60 ans pour pénibilité, et ensuite pour les personnes ayant travaillé 5 trimestres avant l'âge de 20 ans , et totalisant 164 trimestres cotisés à 60 ans peuvent prétendre à la retraite à 60 ans à partir du 1 novembre 2012. La loi des finances de 2013 prévoit pour les exploitants agricoles via une cotisation auprès de l'organisme agricole que des indemnités journalières soient versées au titre de la maladie. Du nouveau également dans le domaine des congés payés .Jusqu'à présent seul l'arrêt accident de travail et le congé maternité étaient générateurs de congés payés. Désormais et suite à de la jurisprudence de juillet 2012, l'accident de trajet travail, bénéficie aussi de ce droit.

Publié le 04/02/2013 à 09:22  G.D.

 
Graulhet préserve l'essentiel


Graulhet a accroché le leader à son tableau de chasse./Photo DDM 
 
Ne pas perdre ! Tel était le mot d'ordre des Graulhétois, au moment de recevoir les Catalans d'Argelès, premiers de poule, vexés et revanchards du match perdu à domicile à l'aller.
Avec le vent pour allié, les visiteurs ont marqué d'entrée les 3 premiers points.
La réponse de Dumont a été quasi instantanée. Froid ou fébrilité, ou les deux à la fois, mais les ballons tombés ont été nombreux en ce début de rencontre, perturbant les bonnes volontés de jeu. Coup de théâtre à moitié mi-temps, sur une pénalité de Dumont, Khattou qui était monté au sprint, subtilisait le ballon passé de peu à côté des poteaux, des mains catalanes à la retombée pour marquer l'essai. Un petit exploit qui mettait les seins dans le match, malgré un jeu au pied approximatif, les ballons étant systématiquement rendus à l'adversaire. Heureusement, Bille de 50 mètres face au vent, avait la précision et mettait les Graulhétois bien placés à 4 points d'avance à la mi-temps.
Qualité très moyenne
Re belote à dix minutes de la seconde période avec un drop-goal instantané du même arrière, cette fois de 55 mètres.
Le buteur catalan, avec trois ratés, se montrait de son côté peu adroit pour arriver à resserrer le score.
À l'heure de jeu, rien n'était définitivement joué, mais les débats s'inscrivaient dans la catégorie très moyenne en terme de qualité.
Les deux équipes restaient sur des risques calculés, hésitant à mettre du volume aux débats. Argelés, avec un joueur de moins mais encore dans le coup au score, revenait dans le camp tarnais.
Jorkeras délivrait un maître coup de pied en diagonale et en coin pour son centre Bénassis qui marquait avec le rebond. Deux essais à zéro passe.
La fin de match s'annonçait pénible pour les Tarnais, d'autant plus que les visiteurs étaient survoltés.
Malheureusement pour eux, un mauvais geste de leur capitaine leur était fatal.
Graulhet au courage arrivait à préserver l'essentiel pour pouvoir envisager la suite avec optimisme.

graulhet 16 - catalane 14
Mi-temps: 13 - 9
Pour Graulhet: 1 E. Khattou (23e),1 T(23e), 2 P.Dumont(4e)Bille(39e)1 D.G.Bille(50e)
Pour Etoile Catalane: 1 E.Bénassis (65e)3 P. Jorkeras(1e, 27e, 37e)
Carton blanc: Crémadeil (57e)
Arbitre: Mr Couyoupetrou (Béarn)
Graulhet: Bille, Khattou, Montbroussous J., Boutié, Codjia, (o) Dumont, (m) Barthélémy, Montels, Buéno, Anglade, Pauthe (cap), Régnier, Gouvéia, Goulignac,Vidal. Entrés en jeu: Kasdorf, Farré, Valette, Poujade, Sarcia, Beaur.
Etoile C: Marty, Crémadeil, Bénassis, Palau, Barcia, (o) Jorkeras, (m) Pull, Roight, Pig, Barrère, Picheyre, Goze, Martinez, Berget J.(cap), Jimenez. Entrés en jeu: Aulet, Gironella, Crouilles, Schuster, Garcia, Barande.


Publié le 05/02/2013 à 08:07 

 
Ça chauffe avec la filière bois de Tryfil

Manutention et broyage de bois et végétaux à Trifyl./Photo DDM. 
 
Dans le cadre d'un programme d'échange européen baptisé SUDEO, les «conseillers énergie» des Chambres d'agriculture de Midi-Pyrénées, accompagnés d'une délégation espagnole venue de Navarre et d'Estrémadure, viennent de participer à une journée d'étude «filière bois énergie» concoctée par Trifyl.
Accueillis par Lise Delrieu, ingénieure responsable de la filière bois énergie à Trifyl, les participants conduits par Julien Nedellec, conseiller énergie de la Chambre d'agriculture du Tarn, ont pu visiter l'Eco-circuit de Labessière-Candeil ainsi que la plateforme du site où les déchets bois sont stockés et transformés en plaquettes.

Les visiteurs se sont ensuite rendus à Graulhet pour découvrir les deux chaufferies bois sur les rives droite et gauche du Dadou.
Des équipements qui alimentent un réseau de chaleur de plus de 2 kilomètres destiné à chauffer, entre autres, le lycée, environ 300 logements HLM, les écoles ainsi que la piscine. Cette réunion franco-espagnole a donné l'occasion de rappeler que Trifyl, acteur du territoire, s'est engagé dans le développement et la structuration de la filière bois énergie, depuis la préparation du combustible bois jusqu'à l'implantation de réseaux de chaleur publics.

Les visiteurs, venus des deux côtés de la frontière, ont également été sensibles aux arguments prônés par Trifyl en faveur du développement durable dans le Tarn. La filière bois énergie contribue à la valorisation d'une ressource renouvelable locale, ainsi qu'à l'amélioration de la gestion forestière, et concourt à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (l'utilisation d'une tonne de bois permet, par exemple, d'économiser 350 litres de pétrole et d'éviter le rejet de 750 kg de CO2). Côté économique, le bois a un coût de revient inférieur à celui des énergies traditionnelles. Grâce à ce type d'échange interfrontalier, Trifyl a voulu démontrer que si sa vocation première reste la valorisation des déchets ménagers, son implication dans la filière bois énergie du Tarn trouve sa pleine justification dans la réalisation de projets d'intérêt local


Publié le 06/02/2013 à 08:44 

 
L'honneur sauf des juniors Balandrades


Les juniors Balandrades et leur encadrement. 
 
Balandrades : Huit jours après avoir arraché le nul face à Valence d'Agen , les Balandrades ont été gagner à Gaillac, vengeant ainsi la défaite à domicile du match aller. Au terme d'un match courageux, ils l'ont emporté 10 à 0. Soit un essai de Ducoms et 5 points de Julia. De quoi remotiver les troupes et faire plaisir aux deux éducateurs Laurent Bazart et Frédéric Gleyzes.

Equipe 2 : Elle a encore perdu, cette fois devant l'Etoile Catalane, 15 à 21. Les catalans qui menaient 21 à 12 à la mi-temps, ont géré leur avance, les graulhétois entreprenants mais approximatifs n'ont pu revenir. Dans leurs rangs, Pappakostas et Mauriès, deux anciens et l'inoxydable De Castro, reconverti en 3e ligne aile.
Hommage : Ses amis inconditionnels supporters du Sporting ont remis à Pierre Pech dit «Péchou», lui aussi grand supporter, pour ses 50 ans.un maillot de l'équipe 1 à la mi-temps de Graulhet-Etoile catalane.

Cadets : C'était un match à Gaillac déjà reporté une fois et qui n'a pas pu se jouer sur une décision arbitrale d'annuler pour des raisons de sécurité. D'après l'arbitre, les lignes n'étaient pas assez visibles. Le délégué a confirmé la décision.
Polyvalence : Ce dimanche, Michel Viguier étant absent, ce sont Virginie Julien, déjà responsable des feuilles de match et du film des rencontres, et Pauline Perlin, chargée de la communication et des partenaires, qui ont officié au micro. Un essai réussi.

Pronostics : Emile Taillefer et Paul Catuffe ont été les plus près du score pour le jeu des pronostics. Ils peuvent retirer leur lot, ce mercredi soir au siège.
Bélascains : Ils recevaient Marmande ce samedi à la Jonquière. En présence des deux équipes, l'arbitre a déclaré le terrain injouable. La rencontre a été reporté.
Organisations : Du travail en perspective pour les bénévoles du Sporting avec une demi-douzaine d'organisations en fin de saison, des Pavois du Tarn au challenge Batigne en passant le challenge Pierre Astié et les tournois de l'école de rugby.


Publié le 06/02/2013 à 08:44 

 
Spectacle historique : figurants recherchés


L' Acpg partout bien représentée. / Photo DDM. G.D. 
 
Comme en 2011 et 2012, l'ACPG spectacle historique participera cette année encore au Salon du Tourisme de Toulouse qui se déroulera les 8, 9 et 10 février au Parc des Expositions de Toulouse, couplé avec le Salon des Séniors.
En partenariat avec la Fédération Française des Fêtes et Spectacles Historiques, ce sera l'occasion de promouvoir son nouveau spectacle historique
«Occitanie, terre d'histoires» qui sera donné les 19, 20 et 21 juillet prochain sur le site municipal de La Bousquétarié à Graulhet.

«Cette année verra la naissance d'un spectacle entièrement repensé tant au niveau du scénario que de la mise en scène, de la conception de la mise en lumière, de l'habillage sonore, des effets spéciaux que des décors, … il est encore trop tôt pour dévoiler toutes les nouveautés de ce spectacle» assure le président de l'Acpg Alain Huc.
L'association a obtenu en 2012, lors du congrès national de la fffSh à Ferrières en Gatinais, le label qualité de cette fédération qui s'applique tant au spectacle lui-même qu'à l'accueil du public, ainsi qu'à la prise en compte d'éléments de développement durable.

Ainsi sur le nouveau spectacle, l'utilisation de projecteurs à led à faible consommation électrique sera mise en œuvre.
«Si vous avez envie de partager l'aventure humaine que représente la réalisation d'un spectacle historique de qualité, vous pouvez prendre contact avec l'ACPG à l'adresse suivante : acpg.graulhet@free.fr». Par ailleurs, en novembre 2014, Graulhet accueillera le congrès de la Fédération Française des Fêtes et Spectacles Historiques où sont attendus plus de 300 congressistes de la France entière.


Publié le 08/02/2013 à 08:35 | Richard Bornia

 
L'eau potable sur la table du conseil municipal


La séance du conseil municipal hier soir./Photo DDM 
 
Le conseil municipal s'est réuni hier soir à 18 h 40. «Y a-t-il des questions ?» À la fin de la lecture de la délibération, c'est l'interrogation rituelle pour donner la parole à l'assemblée communale. Mais pratiquement aucune question ne sera posée. L'arme fatale pour endormir des conseillers ? La lecture dans son entier de toute la délibération : c'est long et donc forcément ennuyeux. Certains élus entrent en conversation avec leur voisin, d'autres s'assoupissent. Un petit film présenté par Guy Peyre, a mis un peu de piquant : l'adjoint au maire a présenté la future passerelle qui enjambera le Dadou. Cette passerelle qui sera à Graulhet ce que le viaduc est à Millau. En fin de séance, la question de l'approvisionnement en eau potable a été abordée. La station de production située sur le barrage Maurice Degove a été fermée en 2009, suite à des problèmes récurrents de qualité de l'eau brute.

Le renouvellement de la station de production de La Fabrié, située sur le Dadou, envisagé dans un premier temps se heurte à deux écueils. Le premier, un coût prévisionnel d'investissement élevé (estimé à environ 4,2 millions d'euros hors taxes), nécessairement répercuté sur les abonnés Graulhétois en l'absence de mutualisation de l'équipement et de subventions.. Le deuxième : des doutes quant à la pérennité de la ressource offerte par le Dadou, au vu des contraintes de gestion de l'étiage et des variations importantes de débit constatées.
Le conseil s'est prononcé pour poursuivre les études en vue de l'alimentation future en eau potable par l'Institut Interdépartemental des eaux de la Montagne Noire.


Publié le 09/02/2013 à 07:28 | G.D.

 
Le livre référence de l'économie locale

.Le livre de Suzanne et Claude Cathalau a été réalisé à l'imprimerie graulhétoise Escourbiac. Le livre «Le Passé Déchiré» sera en vente ce lundi chez tous les marchands de journaux de Graulhet. /Photo DDM. 
 
Quand ils parlent de Graulhet, Suzanne et Albert Cathalau reconnaissent le faire avec beaucoup de nostalgie.
Nostalgie d'un passé qu'ils ont connu, dans une ville qui de 55 à 70 a connu les années glorieuses liées à la santé de son industrie.

Ce sont ces années-là qui sont le cœur du livre Le Passé Déchiré qui sort ce 14 février. «En fait, nous avons d'abord voulu raconter l'histoire de la ville du Moyen Âge à 1999. Ensuite il y a eu le déclin, et nous n'avons pas voulu l'aborder. C'est le passé déchiré, disparu. En passant les décennies, nous avons trouvé trace de cordonniers, de chapeliers, de tanneurs, de mégissiers et de maroquiniers qui ont fait l'histoire des artisans. Nous avons voulu y ajouter les commerçants, très nombreux durant des siècles qui ont profité de la prospérité».

Ainsi, après quatre années de recherches, dans les archives publiques, ou chez les particuliers, et en recueillant des témoignages, Suzanne et Albert ont réuni de quoi écrire et illustrer 368 pages consacrées à l'artisanat et au commerce local.
«L'idée est venue après que nous avons terminé le livre sur les mégisseries. Nous avions réuni une belle somme de documents relatifs aux commerces. L'un a entraîné, a poussé l'autre. Nous n'avons bien sûr pas la prétention de n'avoir oublié personne. Il est des commerces dont la vie a été éphémère et qui ont bien dû nous échapper».

Reste que certains, place Mercadial ou rue Jean Jaurès ont droit à un historique propre et complet des diverses enseignes et propriétaires qui se sont succédé dans ses murs. Au total, 450 documents historiques constituent un inventaire qui n'avait jamais été réalisé auparavant.
Le livre de Suzanne et Claude Cathalau a été réalisé à l'imprimerie graulhétoise Escourbiac. Le livre «Le Passé Déchiré» sera en vente ce lundi chez tous les marchands de journaux de Graulhet.


Publié le 09/02/2013 à 03:48 

 
Les Amis du Jardin au verger
 

La prochaine réunion des Amis du Jardin et des Jardiniers de France prend la clef des champs. Ce samedi 9 février à 14h30 à La Prade- Graulhet, démonstration de taille pratique des arbres fruitiers par Benoît Ourliac, du Verger Conservatoire de Puycelsi. Chez M Perrin, lieu dit la Prade (le 1er chemin à droite après le dernier rond-point à la sortie de Graulhet en direction de Briatexte-Lavaur). Vu le mauvais temps actuel il est prudent de prévoir des bottes et habits de pluie et de téléphoner pour confirmation.


Publié le 10/02/2013 à 09:38 

 
L'Avant Garde multiplie les podiums


Le groupe des garçons de l'Avant Garde./Photo DDM. 
 
La saison compétitive vient d'être lancée pour les gymnastes de l'Avant Garde avec déjà de très belles performances. En déplacement à Castres pour les garçons et à Albi pour les filles à l'occasion des sélections départementales, 20 gymnastes étaient aussi engagés sur des compétitions à finalité interrégionale et nationale. Félicitations aux gymnastes qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes et de ce fait ont pu monter sur les plus hautes marches du podium. Un grand bravo aux jeunes graulhetois avec un total de huit titres de champion du Tarn et sept titres de vice champion départemental, et aux entraîneurs, Mehdi, Elsa et Laura qui ont œuvré en ce début de saison à la préparation des gymnastes.

Les résultats
Charline Laurent 1re (critérium 10 ans), Marie Beauprez 3e (critérium 11 ans), Stacy Birabent 4e (critérium 11 ans), Emma Gaillac 5e (critérium 11 ans), Mélanie Diaz 6e (critérium 11 ans), Justine Estève 2e (nationale B optionnel barres), Justine Estève 1re (nationale B optionnel sol), Eva Martinez 1re (préfédérale minime), Nissia Harhour 2e (préfédérale minime), Meredith Hamer 7e (préfédérale cadette), Amandine Spay 2e (préfédérale junior), Ibtissame Khadri 2e (préfédérale sénior), Manon Cariven 1re (fédérale cadette), Andréa Maio 2e (fédérale cadette), Mélodie Libouroux 3e (fédérale cadette), Axel Marco 1er (critérium 11 ans), Melvyn Bourrières 2e (critérium 11 ans), Finlay Hamer 1er (critérium minime), Dimitri Mazelier 2e (nationale B 16 ans), Lucien Senegats 1er (coupe formation 9 ans) et Antoine Chabut 1er (fédérale junior/senior).


Publié le 11/02/2013 à 03:47  Jean Mandrou

 
Le Sporting n'a pas existé à Saint-Sulpice


Graulhet était hors sujet en Haute-Garonne./Photo DDM 
 
Pour le coach Tarnais Renaud Gélis : «On est tombé sur une équipe très agressive qui en voulait plus que nous… avec un jeu au pied déficient nous rendons trop de ballons,on se remet sous pression sans arrêt, rien n'a fonctionné aujourd'hui !, c'est le premier match de la saison où on passe vraiment à côté, ça nous servira de leçon...» Il est vrai que les Saint-Sulpiciens sous la menace toute la semaine d'une météo exécrable avaient essayé de mettre tous les atouts de leur côté Les joueurs d'abord en trouvant la motivation malgré les entraînements perturbés,les dirigeants ensuite qui, sous la menace de pénalités pour un autre report, grâce à une bâche prêtée par le Stade Toulousain ont protégé le terrain d'un bourbier annoncé. 

Ainsi dès le début de la rencontre en prenant par le pied de Doussain l'avantage au score les Saint-Sulpiciens vont jouer juste et en plus de leur ouvreur utiliser intelligemment le jeu au pied de Rouillou, Finotto et Roquebert pour mettre les Tarnais en difficulté.Toute la première période et avec les conquêtes en touche de Picco et Raturat les locaux vont s'assurer de la maîtrise du jeu . C'est d'ailleurs sur une bonne libération de balle après touche que Doussain va , d'une longue sautée, lancer Rouillou qui après cadrage transmettra parfaitement à Suberviol pour un essai limpide et un score de 16 à 3 à la mi-temps. 

En deuxième période les avants tarnais malgré leur savoir-faire sur les ballons portés ne pourront empêcher les Saint-Sulpiciens de les emporter depuis une touche aux 22 mètres pour marquer par Picco en moyenne position. Les deux équipes échangent au pied , ne commettent pratiquement pas de maladresses mais les visiteurs s'impatientent et cherchent des solutions par leurs lignes arrière. Une première fois c'est Coueffé qui, sur ses 22 ,intercepte un ballon mais une mauvaise transmission empêche Suberviol de signer le doublé. A la 68e minute alors que les Graulhétois tombent un ballon qu'ils tentaient crânement de relancer sous leurs poteaux, c'est Déjean qui sur le ruck trompe la défense et plonge dans l'enbut. Les Saint Sulpiciens en arrachant ainsi le bonus offensif se replacent dans le peloton des qualifiables. 
Pour le coach Saint Sulpicien Olivier Argentin : «On avait étudié leur jeu et cherché la meilleure façon de les contrer, on a placé Benji (Roquebert) au centre pour les prendre au milieu du terrain et fait le choix de passer par des rucks .»



Publié le 11/02/2013 à 10:22 | Richard Bornia
 
Il prend la fuite en poussant sa voiture

 
Les faits se sont déroulés à Graulhet / Photo DDM

Essoufflé, en sueur, le visage rougi par l'effort : l'automobiliste entrain de pousser sa voiture, samedi soir, vers 21 h 15, sur le boulevard en face de l'hôtel de ville de Graulhet, n'a pas la conscience tranquille. Ce Gaillacois d'une quarantaine d'années, au volant d'une Renault Scénic a accroché un autre véhicule, une heure auparavant, sur le boulevard Pontier. À une intersection, il a percuté un utilitaire conduit par un habitant de Graulhet. Un choc sans gravité pour les deux chauffeurs, seuls à bord de leurs véhicules respectifs. Par contre, beaucoup de tôle froissée. 
Au lieu de s'arrêter pour rédiger un constat, le chauffeur du Scénic a dans un premier temps ralenti, avant de disparaître dans la nuit, au volant de sa voiture cabossée. Au volant, il n'y restera que quelques petites minutes. Un des deux pneus du train avant s'étant crevé sous le choc. C'est donc à la force du poignet, en poussant tant bien que mal le Scénic, que le chauffeur a pris la poudre d'escampette. De son côté, le Graulhétois, dans son utilitaire accidenté, a immédiatement appelé la brigade de gendarmerie de Graulhet. Une des patrouilles sur le terrain à cette heure-là n'a pas tardé à retrouver le chauffeur fugitif. Conduit dans les locaux de la gendarmerie, il en est ressorti avec trois procès-verbaux, après avoir rempli le constat d'accident. Il ne lui restait plus qu'à mettre la roue de secours.


Publié le 11/02/2013 à 09:16 | G.D.

 
Un jeu de société pour aborder les problèmes de logement


Sophie Lagarrigue, conseillère en économie sociale et familiale, maîtrise déjà les particularités d'un jeu bien singulier. /Photo DDM. 
 
Vendredi, représentants de Tarn Habitat, Adil 81, Centre social et mairie de Graulhet avaient rendez-vous dans les locaux du centre social pour une première : la présentation d'un jeu de société «jeu m'loge», dont ils sont à l'origine de la création.
«C'est un jeu, pédagogique et en même temps un outil de travail qui permet de mieux appréhender les relations bailleurs-locataires», explique Chantal Peyrin responsable du centre social.

Plateau, cartes, pions, dès, permettent d'aborder de façon ludique tous les aspects des questions que se posent les particuliers, locataires et bailleurs, sur la relation locative, en favorisant la discussion sur les thèmes abordés.
«Lutter contre les idées reçues»
«Le jeu permet de s'éloigner des présentations écrites ou diapositives souvent trop complexes, et pas suffisamment interactives pour permettre à tout public de s'interroger sur les pratiques locatives et lutter contre les idées reçues».

Le jeu informe donc, sur les droits, les devoirs, les démarches des locataires du parc public et privé, pour la première fois ou déjà sur les lieux que ce soit en logement individuel ou collectif à partir de 17 ans. «Car on ne peut pas parler d'insertion sociale ou professionnelle quand il y a des difficultés de se loger».
Le plateau permet d'avancer ses pions à condition de bien répondre aux questions, dont il est proposé trois réponses. Une seule est bien sûr valable.
Un jeu de société à 20 € pièce qui sera distribué par l'Adil et qui devrait faire sensation dans de nombreux centres sociaux du département dans un premier temps, pour dépasser les frontières ensuite, les problèmes de logement étant sans limites.


Publié le 12/02/2013 à 09:05 

 
Classe de neige pour les élèves et le maire


Week end de neige pour les élèves qui ont reçu la visite de Claude Fita, maire de Graulhet. 
 
Les élèves des écoles primaires sont en classe de neige dans les Pyrénées. Belle matinée au ski ce samedi sous l'œil attentif de Claude Fita le maire de Graulhet. Les apprentis skieurs ont pris le téléphérique pour atteindre le pla d'Adet et débuter les cours de ski avec les moniteurs de l'Ecole de Ski Français. Les élèves ont particulièrement apprécié le tunnel remonte-pente qui permet d'atteindre le haut de la piste initiation sans effort! Les progrès ont été rapides et le plaisir d'autant plus grand.

Le maire de Graulhet Claude Fita est venu encourager les enfants au départ des pistes et sa participation à la réunion de préparation de la journée a été appréciée des enseignants et des animateurs du séjour.
A midi le matériel de ski a été rangé dans le local situé au pied des pistes et le téléphérique a été repris pour redescendre dans la vallée. Chacun a retenu son souffle au franchissement du pylône et admiré la superbe vue sur la vallée d'Aure. De retour au centre, tout ce petit monde a retrouvé des forces, bien au chaud. Les enfants attendant avec impatience lundi pour repartir au ski.


Publié le 12/02/2013 à 03:48, Mis à jour le 12/02/2013 à 09:06 

 
Le cirque s'installe
 
 
Le grand cirque Gilles Fratellini sera de retour à Graulhet, apres quelques années d' absence et un tout nouveau spectacle haut en couleurs.
Installé place des cirques, il donnera deux représentations les samedi 16 fevrier à 16 heures et dimanche 17 fevrier à 15 heures.
Au programme d'une heure trente de spectacle à partager en famille, les fauves d' Alexander, la cavalerie, trapezistes, magiciens,les animaux exotiques des quatres coins du monde, sans oublier les incontournables clowns les Piccolos, de la grande école du cirque Annie Fratellini.


Publié le 12/02/2013 à 07:48 | Propos recueilis par Richard Bornia

 
L'UMP veut une liste des centristes au FN


Sylvain Bonleux : «Pour gagner, nous devons présenter une seule liste qui couvre toutes les sensibilités de la droite»./Photo DDM, R.B. 
 
Où en est la droite à Graulhet ? Sylvain Bonleux, conseiller municipal d'opposition UMP, répond à nos questions.
Comment se porte la droite à Graulhet ?
L'opposition est composée de 2 groupes. L'un issu de la liste Picarel avec 5 conseillers. A part Mme Cabaussel ils étaient tous sur cette liste au-delà de la 10ième position. Ils sont très souvent absents des commissions municipales et on les entend peu. Pour notre part, avec Bruno De Boissezon nous sommes dans une opposition franche à Claude Fita. Nous avons un rôle de poil à gratter en abordant les vrais problèmes. La droite traîne toujours les vieilles divisions nées de la mésente entre Françoise Rodet et Jean Picarel.

Quelle sera la tête de liste de la droite aux prochaines municipales ?
Je ne pense pas être en mesure de la conduire. Lors des dernières élections cantonales je n'ai pas su rassembler notre camp. De plus j'ai 69 ans et je ne suis pas en bonne santé. Je crois qu'il faut du sang neuf pour espérer l'emporter.
Vous avez le nom de cette personne ?
Non, pas encore, mais le moment venu nous aurons un candidat qui sera en mesure de réunir sur la même liste toutes les droites.
Toutes les droites ? Voulez vous dire que vous êtes prêt à faire alliance avec le Front National ?
Je ne sais pas ce qu'est le FN à Graulhet. Beaucoup d'électeurs de Jean Picarel sont FN. Pour gagner, nous devons présenter une seule liste qui couvre toutes les sensibilités de la droite de l'UDI au FN.
La tête de liste pourrait être FN ?
Je ne crois pas. Nous n'en sommes pas là. Des approches sont en cours.

Quelles seront vos propositions ?
Nous devons diminuer la dette. En 2007 elle était de 12,9 millions d'€. Fin 2011 elle est de 19,7 millions d'€. Il faudra 33 ans pour rembourser cette dette. 450 000 € HT pour refaire la mairie, une passerelle dont on peut mettre en doute l'utilité, du moins son montant astronomique, me paraissent des dépenses que la ville ne pouvait pas se permettre.
Comment allez vous faire ?
Par exemple, la mairie compte trop de personnel. Il ne faut pas remplacer les départs à la retraite et je me pose la question des contractuels : sont-ils tous indispensables ?



Publié le 13/02/2013 à 09:17 
 
Le Sporting reste dans la course à la qualification
 
 
Equipe 2. Dans la boue du terrain annexe du stade de St Sulpice sur Lèze, elle s'est accrochée mais à perdu 3 à 17.

Heureux. Comme Paul Catuffe dit «Gratuffe», qui a remporté le concours de pronostics d'avant Graulhet-Argelès et son poids de demi-de-mêlée, en vins de Gaillac. A consommer avec modération d'autant plus que son équipe de juniors doit bien terminer la phase qualificative de championnat Bélascain, qui compte trois matchs de retard à rattraper.
Jeunes.Les terrains de Castelsarrasin étant interdits, les cadets et les juniors Balandrade ne se sont pas déplacés.

Fin de saison. Avec le calendrier remis à jour, Graulhet est à la 5e place de la poule. Les deux catalans Céret et Argelès font la course en tête et ne devraient plus être inquiétés pour se qualifier.
Derrière, cinq clubs peuvent prétendre aux deux dernières places qualificatives, Villefranche, St-Sulpice, Gaillac et Mazamet. Graulhet va recevoir trois fois. Pézénas dimanche, le dernier de poule, puis Mazamet et enfin Céret le leader pour le dernier match. Entre temps, le Sporting se déplacera à Villefranche et Gaillac. Dans la logique, il faudra quatre victoires sur cinq rencontres pour envisager l'une des quatre premières places. Les dés sont jetés.


Publié le 13/02/2013 à 09:17 

 
Ronde des primevères : L' épreuve sera non qualificative


Tous les participants recevront une primevère qui est le symbole du premier amour, «qui sait, ou qui se souvient». 
 
Les 10km de Graulhet, ce dimanche 17 février au matin autour du site de la Jonquière, ne seront pas qualificatifs pour les championnats de France. Pour un problème administratif, la course n'a pas été validée par la ligue d'athlétisme en tant que course officielle. Elle reste référencée par le comité du Tarn sur le calendrier des courses sur route. «Elle reste toujours cette course Populaire, qui plaît aux amoureux de la course à pieds. Le circuit est le même qui a été validé officiellement voilà 2ans. Elle donne toutes les garanties pour pouvoir mesurer son temps et sa vitesse. Elle dispose de nombreux atouts, un accueil sur le stade de la Jonquière et surtout un circuit très roulant, qui reste idéal pour les premières préparations des courses sur route que ce soit les régionaux des 10km ou bien les marathons du printemps» explique Gérard Navalès, qui fait partie de l'organisation de l'épreuve.

Le record de l'épreuve revient à Nicolas Fernandez en 33''01 en 2011 même si Mohamed Boucif a effectué les boucles en 32''26 en 2010 mais c'était un circuit qui n'était pas homologué. Et qui a été légèrement modifié. Mais les champions ne sont pas les seuls à apprécier ce circuit. Il est ouvert a tous, De ceux qui veulent faire une activité physique pour le bien être et qui considèrent les 10km comme un défi personnel, au plus novices qui ne se sentent pas près pour cette distance. Ils choisiront la course populaire, 4,8 Km. Cette dernière course, est ouverte aux athlètes de 12 ans. Les enfants plus jeunes pourront s'initier, accompagnés sur un circuit de 1km.


Publié le 14/02/2013 à 07:46 |Richard Bornia

 
35 gendarmes pour faire oublier le passé


Les gendarmes de la brigade autonome avaient invité les maires du canton pour leur présenter le bilan d'activité./Photo DDM, R. B. 
 
L'inspection annoncée de la brigade autonome de gendarmerie de Graulhet qui a eu lieu le mardi 12 février avait cette année une connotation particulière. En effet, 2012 était le premier exercice complet après la prise de fonction des gendarmes sur le canton. En 2011, en milieu d'année,ces derniers avaient succédé à la police nationale. «Les chiffres sont bons», annonce, en préambule le lieutenant Bertrand Collot, commandant de la brigade. Mais au-delà des chiffres le lieutenant a longuement i'insisté sur le sentiment d'insécurité. «C'est une notion importante, essentielle, qui va bien au- delà des données statistiques.» Graulhet, comme l'a souligné le commandant Vestieu qui dirige la compagnie de Castres est face à une délinquance particulière : «Même si nous sommes dans une ville de taille raisonnable, nous sommes confrontés par certains côtés à une délinquance urbaine avec toute la dureté que cela implique. Quelques faits divers ont frappé l'opinion par leur violence. C'est intolérable».

«Satisfaction»
La nouveauté dans la cité du cuir c'est la rapidité d'intervention et l'efficacité des gendarmes pour résoudre de nombreuses affaires. Les 35 militaires que compte la brigade n'ont pas chômé : l'enjeu était de taille, même s'il n'a jamais été annoncé comme tel, puisqu'il fallait démontrer que la gendarmerie n'avait rien à envier à la police nationale. Bien entendu, aucune autorité ne s'est permise de faire la moindre comparaison : le politiquement correct s'applique aussi en matière de sécurité. Mais, il est difficile aujourd'hui de trouver des habitants mécontents du travail des gendarmes. Des éléments favorables qui font boire du petit lait à Claude Fita et aux maires du canton : si l'insécurité et le sentiment d'insécurité baissent ce ne peut qu'être favorable à la majorité municipale en place, à un an des élections municipales. Il est loin le temps où les élus se battaient pour conserver le commissariat.

Mardi, la réunion à la mairie de Graulhet, durant laquelle le lieutenant Collot a présenté le bilan 2012 devant un parterre de maires et de gendarmes peut se résumer à une phrase de Claude Fita : «Tout ce qui me revient aux oreilles de la population c'est la satisfaction du travail accompli par les gendarmes. Le reportage fait la semaine dernière par une chaîne de télévision nationale est signicatif : la journaliste m'a fait part de son étonnement de ne trouver personne pour mettre en doute l'efficacité de la gendarmerie».


Publié le 14/02/2013 à 08:47 

 
Les nageurs graulhétois sur trois fronts


Les benjamins et minimes medaillés aux interclubs . 
 
Aux interclubs benjamins/minimes à Albi les filles avec 4 équipes engagées, ont obtenanu le titre avec l'équipe 1 benjamine et une belle 2ème place pour l'équipe 1 minime. Les garçons, faute de nombre, se sont positionné par la qualité : les benjamins finissant 2ème et les minimes avec la médaille de bronze. Seize nageurs du SCG ont participé le dimanche 10 février à la 2ème journée du challenge 81. Cette compétition organisée à Castres était réservé aux poussins et avenirs. Sept médailles d'or, autant en argent et six en bronze mais surtout les chronos sont tombés ! A commencer par les avenirs, Cindy Dos Santos améliore de plus de 15 sec son temps sur 100 NL, Vincent Roques réalise 53.97 lors du 50 dos. 

La catégorie poussine n'est pas en reste à l'image d'Olivia Sicard gagnant 20 sec sur le 200 4N, Juliette Imbert s'applique sur 100 brasse (1.55.27). Charline Carayon termine le 200 NL en 3.17.27, Gaëlle Bardou tombe 10sec lors du 50 dos, Julie Bellière 15sec sur 100 brasse, Coline Lebrun 11 en 50 NL tout comme Camille Uruty sur 200 NL. Et les garçons font aussi bien : Emile Bernard termine 1er lors du 50 Papillon en 53.24, Raphaël Zougab nage le 50 brasse en 1.01.34, Thibault Ségur le suit de près en 1.01.49. Edgar Vaslet progresse de 5sec sur 50 dos, Colin Guiraud 3sec, Titouan Bourgon 2sec toujours en dos et Tom Peltier effectue son 1er 50 pap. Un bon petit groupe est en train de se former et on espère reparler d'eux dans quelques années. Aux Championnats régionaux des maîtres, Isabelle Mas, Karine Aliacar, Marie Odile Magne, Nelson Sousa et Fabien Gaspar étaient sur les plots à Toulouse.

Publié le 15/02/2013 à 09:07 

 
La gendarmerie recrute
 
 
«Dès aujourd'hui nous nous devons de préparer l'avenir de notre arme.
Embrasser une carrière militaire dans la gendarmerie c'est l'assurance d'avoir un métier au cœur de l'événement, au contact de la population et du citoyen mais surtout la possibilité d'être un professionnel de la sécurité», explique le lieutenant Bertrand Collot, commandant de la brigade autonome de gendarmerie de Graulhet. En clair, la gendarmerie recrute. Avec un niveau master vous pouvez devenir officier. Titulaire du baccalauréat, vous pouvez accéder au grade de sous-officier et acquérir de forte technicité dans des emplois valorisants et variés. Non-diplômé, vous avez la possibilité de devenir volontaire dans la gendarmerie et ainsi découvrir la vie professionnelle et les valeurs militaires. «Tous ces niveaux de responsabilités requièrent naturellement certaines qualités (loyauté, rigueur, discipline, humanité…) qui font la valeur du gendarme mais demeurent accessibles à tous», ajoute le lieutenant.

Outre certaines conditions d'âge et de qualification, la réussite à un concours est la principale condition pour intégrer la gendarmerie (tests psychotechniques, épreuves de culture générale, épreuves sportives…). Comme toutes unités de gendarmerie, la brigade de Graulhet dispose de deux référents chargés d'accueillir et d'accompagner les futurs candidats. L'adjudant-chef Lhardy et le gendarme Bigeyre sont ainsi joignables au 05 63 34 17 17 pour répondre à vos questions et vous orienter en fonction de vos qualifications.


Publié le 15/02/2013 à 09:07 

 
La «deuche» carbure au bio


Jérôme Saisset, technicien biogaz Trifyl faisant le plein de la Deuche à la station biométhane carburant du Pôle des énergies renouvelables (Labessière-Candeil). /Photo DDM. 
 
Une 2 CV qui carbure au biométhane ou une seconde jeunesse pour la plus emblématique des voitures. Pour faire le plein, son conducteur a choisi Trifyl. Mercredi, en début d'après-midi, le bolide datant de 1975 a fait étape au Pôle des énergies renouvelables de Trifyl, à Labessière-Candeil.
Quoi d'exceptionnel ? Et bien cette Deuche, bientôt quadra, est équipée d'une motorisation au gaz naturel, et donc elle peut aussi rouler au biométhane carburant.

Elle devient ainsi le symbole des nouveaux modes de transport respectueux de l'environnement. Son conducteur, Pierre Denis Fargen, est entrepreneur à Saint-Girons (Ariège) et propriétaire d'une station-service qui distribue notamment du GNV (Gaz Naturel Véhicule). Il a décidé d'adapter le moteur d'une 2 CV à la carburation au CH4, autrement dit le gaz naturel ou le biométhane. Un sacré clin d'œil pour une voiture que l'on croyait garer dans les musées de l'automobile au rayon des antiquités. Ce véhicule mythique, devenu symbole de l'innovation, sera exposé la semaine prochaine à l'occasion du Salon Expobigaz qui se tient du 18 au 22 février à Lyon.

Un plein, du potentiel
À Trifyl, les déchets ménagers résiduels (ceux de la poubelle noire) sont valorisés dans le bioréacteur en biogaz ; ce dernier est utilisé soit sous forme de chaleur, soit en électricité réinjectée dans le réseau EDF, soit en biométhane carburant qui permet de faire rouler des véhicules de la flotte Trifyl. Le biométhane carburant, par son procédé de fabrication, est le meilleur carburant en matière de réduction des émissions de CO2, avec une diminution jusqu'à 97 % comparé au diesel. Tout cela n'est pas encore assez connu du grand public, et le gaz naturel pour les véhicules est parfois victime d'une image négative. En ouvrant ses portes et ses «vannes» à ce véhicule d'un nouveau genre, Trifyl entend donner un retentissement plus large à ce périple, afin que soit reconnu le biométhane comme carburant 100 % renouvelable et que les pouvoirs publics prennent conscience de son potentiel.


 

Jusqu'au 29 mars l'atelier Jéfré Dubochaiz a accueilli des toiles de l'artiste toulousaine Sylvie Bourniquel


Art et Mécanique : C'est un spectacle étonnant qui a été proposé le vendredi 8 février, au Forum, par l'Atelier de mécanique générale contemporaine

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr

L'Ibère Familier a accueilli le samedi 9 février, le groupe Orange Bud, qui sonne rock groove


Publié le 16/02/2013 à 03:48 
 
La Ronde des Primevères, c'est ce dimanche
 

La course des enfants débutera à 9 h 30 au départ de la Jonquière. À 10 heures, s'élanceront la course populaire sur 4,8 km et la course des As sur 10 km. Inscriptions sur place le matin ou au 06 32 39 86 69. Pour permettre le bon déroulement de la course pédestre La Ronde des Primevères, le dimanche 17 février, de 9h à 11h30, la circulation sera fermée à tous les véhicules dans le sens Busque-Graulhet sur la route départementale n° 10 du PR 26 + 480 au PR 27 + 671, au lieu-dit route de Busque sur le territoire de la commune de Graulhet. Pendant la durée de cette interdiction la circulation de tous les véhicules sera déviée ainsi : dans le sens Busque vers Graulhet par la RD10 du PR26 + 480 (au droit de la course) au Pr25 + 855 (carrefour de la VC29), par le VC29 du carrefour de la RD10 au carrefour de la RD964, par la RD964 du PR44 + 37 (carrefour de la VC29) au PR 45+630 (carrefour de la RD631A) et pas la RD-631A du PR2 + 836 (carrefour de la RD964) au PR 0+736. 


Publié le 16/02/2013 à 06:48  G.D.

 
L'association des habitants se remobilise

Une partie des habitants lors d'un repas de quartier annuel./Photo DDM 
 
Pendant que la municipalité nourrit un projet de développement de la base de Nabeillou, les riverains se mobilisent autour de l'association de quartier pour animer les lieux et aborder les problèmes rencontrés au quotidien. Construit à la fin des années 70, le lotissement de Nabeillou et ses environs comptent 250 familles répertoriées par l'association, à laquelle seulement 75 sont adhérentes. «Voulez-vous que l'association continue ?», demande le président Christian Alet dans sa convocation à l'assemblée générale prévue samedi 23 février (MJC à 14 h 30). «Nous avons besoin de la participation la plus large pour renouveler le bureau en particulier». L'union faisant la force, il rappelle les principes qui ont fondé l'association en 1987 et les évolutions des objectifs, tout en insistant sur les dossiers en cours.
Après cinq années d'attente, un abribus a enfin été posé à l'arrêt des bus du rond-point Rhin et Danube, en bas du quartier.

Des projets autour du lac
C'est une satisfaction pour les responsables autant que pour les riverains.
Mais les sujets de préoccupation énumérés dans la convocation sont nombreux. à commencer par la remise en état de la digue du lac et les projets autour de celui-ci qui ont fait l'objet d'une question précise au maire Claude Fita.
«Les adhérents, comme aux débuts, demeurent très attachés au cadre de vie en veillant à défendre leurs intérêts. La vocation de l'association est de regrouper tous les habitants soucieux de mieux vivre ensemble». Un lien social dans l'air du temps.


Publié le 16/02/2013 à 03:51 

 
Un déplacement très réussi


Une compétition qui restera en mémoire pour ces jeunes./Photo DDM 
 
En l'absence d'anneau d'athlétisme en Midi-Pyrénées, les athlètes graulhétoises continuent leurs périples. Ainsi, après Aubières en Auvergne, Bompas en Languedoc-Roussillon, c'est à Bordeaux qu'elles sont parties défendre leur chance aux championnats régionaux de courses longues, le 9 février.
Les filles ne se sont pas déplacées pour rien puisqu'elles en sont revenues toutes médaillées : Célia Perron, comme à son habitude maintenant, ouvrait le bal en remportant le 200 m toutes catégories en 26''51, confirmant ainsi son 23e rang au bilan national. Dès la série suivante, Victoria Mattutzu bouclait son tour de piste en 28''07 améliorant son record d'une demi-seconde. Enfin, Marie Buffet terminait en 31'' pour sa première course sur cette distance.

Sur 400 m, Méline Rodier, en juniors, a confirmé son goût pour les efforts longs, en améliorant son record de plus d'une seconde (71''02), quand sa cadette et copine d'entraînement, Anaïs Loison améliorait son chrono en 72''21.
Toutes les deux montaient sur le podium respectivement à la 2e et à la 3e place.

Deux relais en pointe
L'Ecla étant en capacité de se déplacer avec beaucoup de jeunes athlètes, ce sont deux relais 4x200 cadettes qui ont pu être alignés et qui ont su s'illustrer puisque Célia et Victoria, avec leurs copines albigeoises, et vauréennes, devenaient championnes régionales en 1'50''63 après un très beau dernier parcours de Victoria qui a déposé son adversaire en plein virage.
Par ailleurs, Marie et Anaïs contribuaient à amener l'équipe 2 sur la 3e marche du podium.


Publié le 17/02/2013 à 07:24 | P.G.

 
Un piéton de 76 ans fauché par une voiture


C'est à hauteur du passage piéton situé face à l'Intermarché sur la route de Briatexte que s'est produit cet accident mortel./Photo DDM E.C. 
 
Le soleil pourrait être à l'origine de l'accident mortel survenu samedi matin à Graulhet, à la sortie de la ville sur la route de Briatexte.
Une voiture a renversé une personne âgée qui traversait la route. Le piéton est décédé. Il s'agit de Guy Cathalo, âgé de 76 ans, domicilié chemin des alliés à Graulhet. L'accident s'est produit aux environs de 9h45 dans cette zone d'activité commerciale que longe la route départementale. La voiture a heurté Guy Cathalo à hauteur de l'Intermarché. C'est là que se trouve un passage piéton. Mais hier, les gendarmes qui débutent l'enquête n'ont pas confirmé si la victime l'avait ou non emprunté. Lorsque les secours sont arrivés sur place, ils n'ont pu que constater le décès du piéton.

Selon les premiers éléments recueillis, le conducteur du Kangoo, qui n'est pas de Graulhet, aurait indiqué avoir été ébloui par le soleil. Il arrivait en provenance de Briatexte et effectivement à cette heure matinale, la route est juste dans l'axe du soleil levant.
Il y a deux ans, un autre accident mortel s'est déroulé quelque 500 m plus loin, un peu dans les mêmes conditions ; mais il concernait un cycliste et s'était déroulé en sens opposé, au soleil couchant.
Claude Fita, le maire de Graulhet s'est rendu sur les lieux de l'accident où il a appris avec tristesse le décès de cet administré. L'épouse de Guy Cathalo, en compagnie de son fils, étaient avisés de l'accident quelques heures plus tard.


Publié le 19/02/2013 à 08:53 | Richard Bornia

 
Le FN est-il soluble dans l'UMP ?

La campagne municipale à Graulhet commence par une polémique./Photo DDM, JCC. 
 
De nombreuses réactions la semaine dernière suite à l'entretien avec Sylvain Bonleux, conseiller municipal d'opposition UMP qui souhaite, dès le premier tour, une liste d'union des centristes au Front National lors des prochaines élections municipales à Graulhet. Bernard Carayon, président de l'UMP du Tarn déclare qu'il s'est entretenu avec Sylvain Bonleux : «Il dément formellement toute alliance avec le FN.» Depuis 7 jours et encore hier matin par téléphone, Sylvain Bonleux n'a pas remis en cause les propos qu'il a tenus sur ce sujet et que nous avons retranscrits dans notre édition du mardi 12 février.

«Je pense avoir fait partager ma conviction qu'on ne gagne pas l'élection par l'addition d'idées partisanes mais par la conjugaison des talents, par l'amour de la ville et le service des gens». Pour Bernard Carayon, battre Claude Fita est au-delà d'un enjeu politique, un enjeu moral : «Graulhet apparaît soumis aux intérêts d'une famille et d'un clan. Je n'oublie pas qu'il a commis le déshonneur de recevoir l'intégriste musulman Tariq Ramadan». Si les parlementaires, députés et sénateurs tarnais n'ont fait aucune déclaration sur une possible liste unique UMP-FN à Graulhet, Samuel Cèbe, premier secrétaire fédéral du PS du Tarn est monté au créneau : «Je constate que la droite graulhétoise s'engage dans des relations dangereuses». Citant François Mitterrand - «Il ne faut pas franchir le fleuve de la honte»- il pointe les conséquences d'un tel accord : «L'isolement de Graulhet vis-à-vis de ses partenaires institutionnels, l'enclavement territorial de la commune, Graulhet serait placée au ban des collectivités sur le plan national». Quant au FN, Jean-Paul Piloz, secrétaire général de ce parti, nie catégoriquement tout accord ou toute discussion avec la droite graulhétoise : «Dans le Tarn, nous présenterons une liste Rassemblement Bleu Marine dans toutes les villes de plus de 10 000 habitants, à Graulhet y compris».


Publié le 20/02/2013 à 07:56 | 

 
Les pêcheurs graulhétois n'ont pas la pêche


Le lac de Nabeillou a été baissé voilà un an pour des raisons de sécurité. 
 
Cent cartes de perdues en un an, deux-cent durant les quatre dernières années, tel est le triste bilan qu'on fait les responsables de l'Aappma de Graulhet lors de l'assemblée générale à laquelle assistaient le maire Claude Fita et une cinquantaine de pêcheurs. Pour le président Maurice Tissandié, la raison en est simple. «Nous avons un gros problème. Sans rechercher la polémique, nous avions deux lacs de Miquélou et de Nabeillou magnifiques, et par sécurité, ils sont à moitié vidés. De plus, le Dadou, rivière redevenue poissonneuse, souffre des travaux de la passerelle au meilleur endroit de pêche et la future voie verte qui va le longer donne déjà un accès difficile aux berges pour les pêcheurs parfois âgés.» 

Les pêcheurs attendent avec impatience, la réponse officielle que devrait donne la Préfecture, quant à l'avenir du barrage de Miquélou, en juillet prochain. «L'ancrage serait la solution retenue, et nous espérons que les travaux permettront de remonter la côte à 187, 50 comme c'était le cas, il y a trois ans encore. Nous allons organiser le congrès départemental en 2014 à Graulhet et d'ici là, nous espérons des solutions.» Les pêcheurs ont interpelé les élus sur un réaménagement indispensable pour eux, des berges de Nabeillou et de travaux rendus nécessaires par la baisse du niveau des eaux, de l'emplacement handicapés. «Sinon, les cartes continueront à partir ailleurs. Ne perdons pas de vue que nous gardons le même volume d'alevinage et de lâchers. Si ça continue, ce ne sera plus possible.»


Publié le 20/02/2013 à 09:28 

 
Travaux : l'avant-dernier vestige du Petit train vient de disparaître


 Démolition de la ruine du club-house du Sporting / DDM

Avec la démolition de la ruine du club-house du Sporting incendié en mars dernier, c'est le dernier vestige du passé ferroviaire de Graulhet qui vient de disparaitre. Car il existait un train à voie étroite (60cm) qui reliait Laboutarié à Graulhet dès 1893, dont le prolongement a été effectué en 1899 d'abord vers St Sulpice, puis vers Lavaur, reliant ainsi les grandes lignes de chemin de fer. Si la ligne a été fermée en 1936, la gare est restée debout, transformée dans un premier temps, en Ceg, puis annexe du Ces de Crins, puis en club-house du rugby prenant le nom de Marcel Batigne. En 1970, un autre incendie avait détruit l'hôtel Terminus à l'actuel emplacement de la Poste.

Reste donc encore que le préau du stade, vestige de l'ancienne salle des machines, qui abritait les locomotives dont deux étaient nécessaires quand le train devait emporter marchandises et passagers. Ces derniers, vu l'étroitesse des wagons, étaient assis sur deux banquettes en long. Il fallait parfois descendre pour «alléger» et monter le côte Gambetta ou plus loin après la Ramière. Un temps révolu qui ne trouve que très peu de témoignages.


Publié le 20/02/2013 à 09:28 

 
Un Troyen remporte la Ronde des Primevères


Le podium de la course des As. 
 
Contre toute attente, c'est un coureur de l'Aube, licencié au club de Troyes, et actuellement en formation professionnelle à Toulouse, qui a remporté, dimanche matin, la course des As de la Ronde des Primevères organisée par la section athlétisme du Scg, autour du stade de la Jonquière. Alexande Bourgeois a terminé les dix kilomètres en 34' 07, soit 5 petites secondes devant le toulousain Sylvain Gobin.

«J'ai découvert cette épreuve. Il y a beaucoup de plat et c'est idéal pour faire une performance. J'ai pris un gros risque en prenant la tête de la course dès le départ. Je suis arrivé à maintenir mes poursuivants à distance, mais dans le dernier kilomètre, je me suis retourné, je les ai vu revenir sur moi et j'ai du serrer les dents, courir à fond pour aller au bout» reconnaît le troyen plutôt spécialiste du trail et du marathon.
C'est Jordan Brugalières qui prend la 3e place. Chez les féminines, Sarah Loussaief l'emporte devant Aurélie Alguacil et Laurence Pavy.

Au total, 137 coureurs ont terminé la course. L'épreuve populaire regroupant 43 athlètes sur 4, 8 km a été remportée par Marc Rodier devant Jerôme Vottero. Sandrine Amodeo première féminine a pris une belle 6e place au scratch, devant Edith Grillet. A signaler les bons résultats des coureurs graulhétois chez les jeunes et la belle santé de la doyenne Josette Chtorkh, qui sur 10 km a laissé une douzaine de coureurs derrière elle.


Publié le 21/02/2013 à 09:42 

 
La FNACA en balade
 
 
Durant quatre jours les adhérents de la FNACA ont pu profiter d'un voyage qu'ils ne sont pas prêts d'oublier.
Le premier jour, ils ont pris le train touristique des Pignes à Digne, direction Nice, avec un arrêt à Entrevaux pour découvrir ce village médiéval.
Le deuxième jour, ils ont assisté au carnaval de Nice avec bataille des fleurs et une vingtaine de chars. Le troisième jour, ils ont assisté à la fête des citrons à Menton avec des magnifiques chars d'agrumes. Le quatrième jour, ils ont visité le massif de Tonneron connu pour ses forêts de mimosa qui, pendant la période du carnaval, lui donnent une parure d'un jaune éclatant.


Publié le 21/02/2013 à 07:49 | J-C C

 
Les services de propreté réorganisés

L'équipe responsable de la propreté de la ville./Photo DDM. 
 
Changer l'image de la ville, leitmotiv des élus municipaux, passe aussi par des idées simples, dont l'amélioration de la propreté des rues. Aussi, les élus ont-il décidé d'investir dans cette action et de modifier l'organisation des services. Cette tâche est souvent oubliée mais primordiale pour les habitants et essentielle pour ce qu'une ville donne à penser d'elle à ceux qui la visitent.

Aujourd'hui, le service «cadre de vie» a découpé la ville en trois secteurs géographiques avec un responsable pour chacun d'eux et des agents qui assurent aussi bien des missions «espaces verts» que «propreté». Dans la droite ligne de la gestion différenciée des espaces verts le secteur du centre ville est prioritaire et désormais les effectifs peuvent être renforcés par des agents des autres secteurs ponctuellement si nécessaire. «Il s'agissait de faire que chacun se sente responsable de son secteur et de préciser les tâches de chacun. Cela n'a pas été une énorme restructuration», confie John Dodds, conseiller municipal en charge du dossier.

Deux balayeuses
Au-delà de la réorganisation des moyens humains, la municipalité a aussi décidé d'investir dans du matériel avec deux balayeuses. La première d'une capacité de 4m3 a coûté 19500€ à la collectivité et la seconde d'une capacité d'1m3, 64000€. Cette dernière plus compacte, permet de nettoyer les sinueuses et étroites rues du quartier médiéval. «Auparavant, il n'y avait qu'un seul engin qui ne pouvait pas intervenir sur les trottoirs ou dans certaines rues. La réorganisation du travail permet aussi de s'assurer que les balayeuses passent partout en ville, avec, bien entendu, des fréquences différentes», explique l'élu.

Ces actions viennent aussi en complément de l'enfouissement des poubelles publiques.
«Nous avons enfoui une quinzaine de conteneurs, ce qui évite les mauvaises odeurs. Grâce à la mutualisation des moyens, avec la communauté des communes, nous avons pu diminuer la taxe des ordures ménagères de 3 % en centre ville et de 2 % en zones périurbaines», se félicite John Dodds. Les habitants de ces zones moins denses verront aussi une petite révolution en juin avec une collecte en porte à porte qui couvrira l'ensemble du territoire.


Publié le 22/02/2013 à 08:07 | 

 
Régie municipale des eaux : une station à la pointe de la technologie

/ DDM
Charles Landry est le nouveau directeur de la Régie municipale des eaux qui collecte et traite les eaux usées et qui produit et distribue l'eau potable. 
 
Rencontre et entretien avec Charles Landry, le nouveau directeur de la Régie municipale des eaux.

Quel a été votre parcours professionnel ?
J'ai travaillé durant huit ans en région parisienne pour le compte d'une des premières entreprises françaises de l'eau et des déchets. J'ai été responsable de l'assainissement durant six ans puis directeur d'agence durant deux ans dans les domaines de la collecte et traitement des eaux usées et la distribution d'eau potable, toujours dans le cadre de contrats de délégation de services publics.

Qu'est-ce qui vous a conduit à venir à Graulhet ?
Il y a d'abord la volonté de découvrir, après une société privée, le fonctionnement d'un service en régie mais aussi le changement de cadre de vie et l'opportunité de rejoindre une région riche culturellement et bénéficiant d'un environnement très agréable.

Le travail de directeur à la Régie municipale graulhétoise est-il différent ?
Techniquement, c'est la même chose. En revanche, les objectifs sont différents. Une régie ne peut pas dégager de marge. Les excédents sont réinvestis dans le fonctionnement, l'innovation ou l'entretien des installations.

Quel regard portez-vous sur le site ?
J'ai été agréablement surpris par la capacité du site (300 000 équivalents habitants) et par les excellentes performances de la station qui recèle de véritables innovations technologiques. Sa particularité est de traiter les eaux usées des particuliers et des industriels. Elle a un potentiel qui permettrait d'accueillir sur le territoire de nouvelles entreprises aussi bien dans les domaines du cuir que l'alimentation ou la chimie.

Quels sont les axes de développement ?
Outre cette capacité de développement économique du territoire, la production et la distribution de l'eau potable aux usagers est un autre aspect du travail. De ce côté-là nous avons pour objectif d'améliorer la qualité de l'eau distribuée.

Qu'en est-il de l'approvisionnement ?
Aujourd'hui l'eau est pompée dans le Dadou puis traitée conformément à la réglementation en vigueur. Cependant, nous allons prochainement devoir faire un choix stratégique entre deux scénarios : la rénovation du site de production ou travailler avec un autre syndicat producteur. Des études ont déjà été menées, le choix devrait être réalisé cette année.


Publié le 23/02/2013 à 03:45   G.D.

 
Anna Mano : des œuvres de douceur soudées de métaux bruts


Anna Mano / DDM
 
Anna Mano est une artiste. Non pas du pinceau, du canevas ou du macramé, non, elle a choisi la sculpture pour s'exprimer et pas n'importe laquelle. Elle est soudeuse. Installée depuis 2006 dans les ateliers d'une ancienne mégisserie, elle vient d'acquérir la reconnaissance de ses pairs en réalisant «Cocon», une œuvre magistrale rassemblant sous des formes douces 9 600 rondelles d'inox lourd, récupérées de l'industrie métallurgique. Elle est depuis quelques semaines exposée dans le parc du Futuroscope, comme l'ont été deux de ses sculptures du même métal dans deux sites coréens. L'heure de la consécration. L'artiste l'espère, elle qui excelle dans la création de mobilier, réalisé toujours avec des métaux de récupération de toutes formes et grosseurs. «L'industrie se déleste de tonnes de déchets. Ils ne sont pas faciles à trouver, mais j'ai mes sites préférés…», assure cet artiste d'origine portugaise qui dit adorer le monumental et qui vient de lancer un singulier projet.

«Il s'agit de proposer à des dirigeants d'entreprises du secteur de la métallurgie une œuvre que je créerai et concevrai spécifiquement pour leur entreprise, élaborée sur place et dont toutes les étapes de fabrication seront accessibles soit directement, soit par le biais d'une trace filmée ou photographiée. Outre l'intérêt évident d'une création artistique mettant en valeur le produit de leur fabrication, la démarche permet de valoriser le travail des ouvriers». Pour l'heure, Anne Mano recherche toute forme d'aide permettant de finaliser le projet en vue de le présenter à des industriels susceptibles d'être intéressés.


Publié le 23/02/2013 à 10:19 | E.B.

 
Il va grimper en vélo les grands cols des Pyrénées


Le Lombersois Patrice Pont se prépare pour la Haute route des Pyrénées / Photo DDM, JM Lamboley 
 
C'est un sacré défi que s'est lancé Patrice Pont, un passionné de cyclisme. Cet habitant de Lombers projette de disputer du 1er au 7 septembre, la «Haute route des Pyrénées», une épreuve cyclosportive de haut niveau. Au menu des 550 participants : l'ascension des cols les plus réputés de la chaîne montagneuse. Aubisque, Hautacam, Peyresourde, Tourmalet, Superbagnères… des noms que les amateurs du Tour de France connaissent bien. Le circuit de la Haute Route qui se dispute en sept étapes, prévoit de franchir tous ces cols mythiques. Autant s'y préparer dès maintenant. 

Le Lombersois, ancien rugbyman de haut niveau (il a porté les maillots de Gaillac, Graulhet et Dijon), suit un entraînement spécifique pour être fin prêt le 1er septembre prochain, au moment de l'élancer sur cette épreuve à Barcelone. «La Haute route, c'est la cyclosportive la plus difficile au monde» explique Patrice qui n'en est pas à son coup d'essai. En quelques saisons, le coureur s'est déjà constitué un beau petit palmarès avec deux victoires sur l'Albigeoise (2 007 et 2 009), des podiums sur la Pyrénéenne et la Classic 11. «Aux beaux jours, je fais deux sorties par semaine. À chaque fois, je ne fais jamais en dessous de 5 heures de vélo auxquelles j'ajoute deux séances de travail musculaire dans la semaine» décrit le Tarnais qui travaille à la mairie de Graulhet.

Après l'ovalie, le cyclisme a toujours été une passion. «J'ai commencé à 32-33 ans après avoir joué au rugby. Les cols pyrénéens, je les connais bien car je les ai déjà tous gravis, mais jamais sur une épreuve de plusieurs jours.» Patrice ne part pas pour faire de la figuration. Il envisage sérieusement «de finir dans les cinq premiers». Reste une dernière étape à franchir : réunir le budget nécessaire. Il a déjà reçu le soutien d'un voisin de Lombers, Laurent Mousnier, responsable d'«Albi diffusion presse». mais le cycliste a encore besoin d'un petit coup de pouce. Si vous souhaitez le soutenir dans cette aventure, n'hésitez pas à contacter Laurent Mousnier qui est déjà son supporter n° 1.


Publié le 23/02/2013 à 03:48 | D.M.
 
Briatexte : La nouvelle Poste a été inaugurée


Le ruban est coupé par le maire de Briatexte.
 
 
Mercredi 20 février, a eu lieu l'inauguration de la nouvelle Poste de Briatexte. Élus, commerçants, représentants de la Poste s'étaient réunis dans les locaux flambant neufs pour procéder au fameux découpage de ruban. Le maire de Briatexte, très habile ciseaux en main, a donc officiellement inauguré la nouvelle Poste avant de se fendre d'un discours au cours duquel il mit l'accent sur «la Poste symbole du service public». Bernard Bacabe a ensuite tracé l'historique de cette rénovation, rappelant que la décision d'acheter ce bâtiment avait été très rapide car les élus briatextois souhaitaient vivement conserver la Poste dans le village. 

Aux travaux réalisés dans l'agence proprement dite, se sont ajoutés ceux nécessaires à la rénovation de l'ancien logement de fonction transformé pour sa part en appartement locatif. Le représentant du conseil général a, de son côté, rappelé que l'opération était blanche pour la municipalité briatextoise grâce au «fonds postal de péréquation territoriale». Cet argent provient essentiellement d'un abattement de fiscalité locale dont bénéficie la Poste et est utilisé pour conserver le maillage territorial en finançant des travaux de rénovation de bureaux de Poste en milieu rural ou prioritaire. Le représentant de la Poste a tenu à féliciter l'agent local et a souligné l'effort fait pour améliorer la qualité de l'accueil. Il a profité de l'occasion pour annoncer une future rénovation de l'agence de Graulhet. 

Le sous-préfet, quant à lui, a évoqué la Poste comme une «vieille maison» qui fut pendant de longues années le seul service public présent dans tous les foyers de France. Ce très bel emplacement commercial, ceux sont environ 7 000 véhicules par jour qui passent devant, avait vocation à continuer dans cet usage et comme le rappelle le maire de Briatexte, faisant par là un bel appel du pied : «L'idéal serait maintenant d'avoir un guichet bancaire…». Il est vrai que la proximité d'un tel appareil favoriserait le travail des commerçants qui sont eux aussi essentiels dans la vie du village.


Publié le 23/02/2013 à 03:51 

 
ACPG : Une présence remarquée au Salon du tourisme


L'association graulhétoise au Salon du tourisme en compagnie du ministre Sylvia Pinel. 
 
L'Association culturelle du Pays graulhétois a participé, mi-février dernier, au Salon du tourisme et des seniors au Parc des expositions de Toulouse. Présente sur le stand de la FFFSH (Fédération française des fêtes et spectacles historiques), l'ACPG estime avoir réalisé cette année un bon salon. De nombreux contacts ont été noués avec les visiteurs, mais aussi avec des représentants de clubs et d'associations dans l'optique éventuelle de venir voir le spectacle 2013 «Occitanie Terre d'histoires» qui sera donné les 19, 20 et 21 juillet prochain sur le site de la Bousquétarié. Visites nombreuses s'il en est, puisque le stock de flyers et de dépliants a été entièrement distribué (plus de 2 500). Des contacts ont également été pris avec des voyagistes et des offices de tourisme du Tarn et de la région Midi-Pyrénées.

Ce Salon du tourisme et des seniors a été inauguré par Sylvia Pinel, ministre du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme. Juste avant de prononcer son discours inaugural, la ministre a effectué un tour du salon et alors que tout le monde s'apprêtait à rejoindre l'espace de presse pour les discours officiels, celle-ci a brusquement fait demi-tour, suivie de l'ensemble des représentants (conseil régional, mairie de Toulouse, Grand Toulouse…) pour venir sur le stand de l'ACPG. Après avoir chaleureusement félicité les présents pour leur implication dans la présentation de fêtes ou de spectacles historiques qui valorisent un patrimoine humain ou architectural, et de ce fait participent à l'animation touristique du territoire, et sur la qualité des costumes présentés, elle a rejoint l'espace de presse.


Publié le 24/02/2013 à 03:46 

 
Embarquement pour les vacances d'hiver

Beaucoup d'activités ludiques sont au programme./Photo DDM
 
 
Le centre de loisirs de l'amicale laïque de la Courbe, accueillera durant les vacances, les enfants de 6 à 12 ans, en deux groupes d'âges sous la direction de Philippe Piccin. A partir de ce lundi 25 février, ils pourront participer à des activités axées autour du thème de la magie, avec un petit stage encadré par un magicien professionnel, Sylvio, pour leur apprendre les bases et un spectacle pour les mettre en pratique devant les copains. 

Pour les reste, le programme relève du classique d'hiver, avec des sorties à la piscine, au carnaval d'Albi, à Cinémômes, au foot en salle et autres balades en forêt si le temps le permet. Plus les jeux classiques à l'intérieur si la météo est mauvaise. Tout au long du séjour, des animations de cirque animeront les lieux. Les enfants sont accueillis à la journée ou à la demi-journée avec possibilité de restauration. Une rotation de bus est prévue sur les différents sites de la ville. A signaler que le séjour ski et surf organisé à la Mongie durant la deuxième semaine, affiche complet. 


Publié le 25/02/2013 à 09:25 

 
Un carnaval associatif

Les pensionnaires de Poney city seront de la fête samedi prochain, pour le défilé du carnaval./Photo DDM 
 
Avec pour partenaires le centre social Caf de Graulhet, Frog and Rock, Poney City et Pistil, le projet de carnaval associatif graulhétois soutenu par la mairie verra son aboutissement samedi 2 mars. Le rendez-vous est fixé à14h30 Place Jourdain, avec en ouverture le défilé de 15h à 16h dans le centre-villesuivi d'un goûter et d'animations de 16h à 17 h Place Jourdain. Au programme, des crêpes et du chocolat chaud avec la cuisinette mobile du centre social, des surprises avec les vélos «trafiqués» par l'association Frog and Rock, les démonstrations des élèves de l'école de cirque Pistil et du poney-club Poney City, sans oublier le brûlage du Bonhomme carnaval confectionné collectivement.

Batucada traditionnelle tarno-brésilienne
Côté musique, la Batucada, orchestre percussif, style maracatu, samba-reggae, sera emmené par Eder Paiva, musicien professionnel tarnais d'origine brésilienne. Il a mis à la disposition des musicien(ne)s amateur(e)s graulhetois(e)s des tambours et instruments traditionnels. Cinq répétitions ont déjà eu lieu à la salle de l'Odéon avec une douzaine de personnes investies dans ce nouvel orchestre festif. Vendredi 1er mars de 14h à 16h (gratuit), le centre social invite ceux et celles qui le souhaitent à participer à un atelier de confection de costumes pour une réalisation de pétassous occitans: tuniques décorées de grandes bandelettes de couleurs vives. Les 28 février et 1er mars après-midi, l'association Pistil propose deux demi-journées de stage de cirque (échasses, jongleries, trapèze...) et maquillage avec Claire de Arc en ciel et Compagnie pour les 8-13 ans 


Publié le 26/02/2013 à 07:59  J-C Clerc

 
Un mois dédié à la condition féminine


L'atelier des Caméléones se déroule à la régie de territoire. /Photo DDM, J-C C. 
 
Associations et institutions vont mettre la femme à l'honneur à Graulhet durant tout un mois à l'occasion de la troisième édition de l'événement «Femmes de mars» qui propose cette année spectacles, conférences, expositions, projection de film et rencontres en différents points de la ville, offrant au fil des ans une programmation de plus en plus riche.
Cette année le centre social, Volubilo, la régie de territoire, le foyer Léo-Lagrange, la CAF, Tarn et Dadou, l'ACSE, Mémoire sociale graulhétoise, le service culturel de la ville, ACZom et le CUCS participent à cette synergie qui s'est construite à partir de la symbolique date du 8 mars, journée internationale de la femme. «A la régie, nous travaillons beaucoup sur l'estime de soi et ses capacités. A l'occasion de Femme de mars, nous organisons des ateliers avec Mika Lopes pour les Camélones et Sylvie Groschatau pour les cartes du corps. Ce sont des moments parfois très forts», souligne Fatima Selam, directrice de la régie de territoire.

Cette année les Caméléones ne s'exposeront plus sur les murs de la ville mais proposeront une exposition itinérante qui prendra place, entre autres, sur le marché. Son vernissage, ainsi que celui des «Cartes du corps» issues de d'ateliers artistiques de «1,2,3 les timides» aura lieu le 15 mars à la salle de l'Odéon en prélude d'un concert du groupe ACZom. «Nous y donnerons un répertoire de chansons réalistes, une histoire au second degré sur le fait d'être aveuglée par l'amour puis de revenir sur terre», explique Muriel Pecca, membre du groupe.
«Femmes de mars» est à la fois un temps d'expression mais aussi de réflexions et d'échanges sur la condition féminine ici et maintenant mais aussi ailleurs et autrefois. Un regard indispensable pour imaginer ce qu'elle pourrait être demain, après la prise de conscience qu'offre cette année encore l'événement.


Publié le 26/02/2013 à 08:50 

 
Un riche programme pour 2013


Sylvie Groschatau anime l'atelier «Cartes du corps»
 
Du 1er au 31 mars, la médiathèque Margerite-Yourcenar accueillera une exposition de l'association Mémoire sociale de Graulhet intitulée «Femmes de Panessac». Elle proposera aussi le vendredi 8 mars une lecture à haute voix «Mots de femme» à 10h30 et une causerie autour du vécu des femmes du quartier de Panessac à 17h30. Chloé Lacan se produira à l'auditorium le samedi 9 mars à 20h30. Le ciné ne sera pas en reste avec la projection du film «Les femmes du bus 678» en version originale le mardi 12 mars à 14 heures. L'Agora proposera une réunion «Plaisirs de femmes» le jeudi 14 mars de 14h30 à 16 heures et le foyer Léo-Lagrange un atelier de self-défense le vendredi 15 mars de 13h30 à 16h30. La salle de l'Odéon accueillera une exposition collective «Les cartes du corps» dont le vernissage aura lieu le vendredi 15 mars à 18 heures, suivi d'un concert du groupe ACZom. Un goûter-lecture sur le thème de la relation homme-femme sera proposé par les liseuses de Volubilo le mercredi 20 mars à 15h30. C'est enfin une rencontre-débat sur «La parentalité, une histoire de femme ?» qui clôturera le programme le mercredi 17 mars à 15h30.


Publié le 27/02/2013 à 09:12 

 
Belles performances chez les gymnastes

Les trois podiums de l'avant garde
 
Mi février, 3 équipes féminines se déplaçaient à Albi pour les sélections départementales. De très belles performances et des podiums.
L'équipe composée de Charline Laurent, Marie Beauprez, Mélanie Diaz, Emma Gaillca et Stacy Birabent se classe 1ère en catégorie Critérium Benjamine.
L'équipe préfédérale minime/cadette composée de Astrid Birabent, Meredith Hamer, Nissia Harhour Eva Martinez et Emilie Gatimel monte sur la 1ère marche du podium et l'équipe fédérale composée de Manon Cariven, Charline Blanc, Andréa Maio, Mélodie Libouroux et Amandine Spay se classe 4ème.

La division fédérale n'étant pas sous divisée en catégorie cadette, minime sénior ou junior, on peut féliciter ces gymnastes qui ont matché contre des équipes plus expérimentées et ont malgré tout obtenu de bonnes notes pour une 1ère compétition de ce niveau.
Mehdi, Laura et Elsa ont accompagné les gymnastes. Ophélie, Laura et Amandine ont représenté l'avant garde en tant que juges.


Publié le 27/02/2013 à 09:12   G.D.

 
Coup de jeune sur le plus vieux quartier


Robert Py, le président de l'association avec Lyne Mazens et Antonio Fernandes/Photo DDM. 
 
C'est le plus ancien quartier de Graulhet, Panessac, que l'association Mémoire Sociale graulhétoise va raconter à travers des témoignages et une exposition. Début mars, des photos anciennes seront exposées dans le hall de la médiathèque.

Le 8 mars à 17h 30, dans le cadre de «Femmes de Mars», un film de 25 minutes sera présenté en introduction d'une causerie à laquelle tout le monde est invité à participer. «Le but de ces deux manifestations est de garder un témoignage de gens qui ont habité ce quartier quand il était animé. C'était un quartier emblématique, aux ruelles étroites, héritage direct du Moyen Age, ouvrier, habité par une population hautement colorée», assurent Robert Py, le président de l'association, qui, avec Lyne Mazens et Antonio Fernandès, ont réalisé le film qui met en scène Annie, Anne-Marie, Laurette ou Georges qui ont habité Panessac. «On s'aperçoit que la plupart des anciennes familles graulhétoises ont des origines dans ce quartier. Nous avons pu retrouver, maison par maison, qui habitait où et quel était son surnom. Il y a même eu un maire, Henri Mérou, qui résidait en ces lieux».

Si Antonio ne les a pas connus, Lyne a passé sa jeunesse dans le quartier du Château», que la Grand-Rue séparait de Panessac.
«On était de l'un et pas de l'autre, même si on se connaissait et si nos grands-mères lavaient le linge au même bassin de la porte du Gouch». Au fil des rencontres, des dizaines d'anecdotes ont été consignées.


Publié le 27/02/2013 à 09:12 

 
Natation : médailles du TOAC et meeting
 
 
Les poussins et benjamins étaient samedi 16 à Toulouse à la grande piscine Léo-Lagrange pour la deuxième journée qualificative des médailles du TOAC. 9 nageurs ont disputé le 200 nl ou le 200 4 n le matin puis une douzaine de camarades les ont rejoints l'après-midi pour les 50 et 100m de spécialités. 34 MPP ont été réalisées sur la cinquantaine de courses.

Lors des 200m, les enfants progressent de dix à quinze secondes à l'image d'Ismael Tabouche 2'54''47 et de Juliette Sénégats 3'29''56 en 200 NL.
Sur 50 nage libre, Samy Chikhaoui et Nathan Mauriès ont démontré de belle manière qu'ils avaient franchi un palier. Charlie Ramboer et Justine Vaudé améliorent de plus de dix secondes leur 100 pap. Lors du 100 dos, Raphael Zougab gagne près de trente secondes, Julie belière tombe huit secondes au 50 brasse.

Le dimanche 17, c'était au tour des minimes et plus pour le meeting de qualification à Saint-Affrique. Malgré la fatigue due à la période de travail, il n'y a pas eu de contre-performance, les chronos sont encourageants : Ivana Maio et Camille Guiraud progressent de dix secondes sur 200 NL, Aurélie Vaudé gagne quatre secondes sur 200 brasse (3'38''48), Laure Thorel trois secondes lors du 100 dos et Margaux Mauriès une seconde sur 100 brasse. Hugo Michel améliore de trois secondes son temps du 50 pap (39'15) et Nicolas Papin une seconde au 50 NL (31'54). Adrien Causse, Bilel Chikhaoui, Samy et Yann Freslon réalisent à peu de choses près leur chrono.


Publié le 28/02/2013 à 08:50   G.D.

 
Alain Phalippot : de l'ovalie à la boule

Alain Phalipot ballon en main, à l'orée des années 1980./Photo Collection privée A.P. 
 
À l'époque, Alain Phalippot pointait en en-but comme aujourd'hui dans les cadres de pétanque. Sa reconversion sportive, il l'a parfaitement réussie en devenant une star de la boule, champion de France triplettes en 2007 à Dijon avec Lagrade et Delforges. Un trophée qu'il n'a jamais décroché au rugby car, avant de devenir la hantise des adversaires de nationaux, fort dans l'art de la déstabilisation, il l'a été ballon en main sur tous les terrains de l'Hexagone, sous les couleurs des deux Sporting. Ce pur produit de l'école graulhétoise a joué sous les deux maillots. «Sur un coup de tête, j'ai signé à Mazamet, juste après mes douze mois au Bataillon de Joinville. J'ai été sanctionné d'une licence rouge qui m'a interdit de jouer en 75-76. La saison suivante, nous avons joué et gagné le match de la montée à Millau avec Quénor, Arrambide, Cauquil, Fabre et Thiverier. Alain Blain était entraîneur. Juste après, je revenais à Graulhet où j'ai joué jusqu'en 85».

Et paradoxalement, durant ces dix années, le solide troisième ligne centre n'a jamais rencontré Mazamet, mis à part en Pavois du Tarn, version initiale. «Je crois me souvenir que les deux clubs ne jouaient pas dans la même division». En regardant les photos d'époque, face au Grand Béziers, au Stade toulousain, à Agen, ses départs derrière la mêlée avec son compère «Papi» Bellot, il retrouve cette nostalgie commune aux gens de sa génération. «Le rugby à cette époque représentait les villes, grandes et petites, dans une même compétition. On avait une équipe de copains à Graulhet comme à Mazamet.» Depuis qu'il a raccroché les crampons, il ne suit que de loin les parcours des deux Sporting, préférant l'actualité bouliste. Ce dimanche, sauf imprévu, il sera à Noël-Pélissou à rêver de jeunesse éternelle, à applaudir la belle gestuelle. Histoire de voir s'il reste encore un peu de cet esprit de clocher qui sied à merveille aux derbys.


Publié le 28/02/2013 à 08:51 

 
Trois concerts samedi soir au Frog and rock
 
 
La Gardienne et Perez se produiront ce samedi 2 mars à 20h30 au Frog and Rock. Le duo partagera la scène avec Maxime d'Artensac solo et du groupe By the way. Épaulés par trois autres musiciens, La Gardienne & Perez a sorti en 2011 un premier album, «Chair à Chers». Au fil de nombreux concerts, il a confirmé son importance dans le paysage musical régional. By the Way offre deux voix qui s'entremêlent pour tracer une route résolument folk, teintée de pop, aux harmonies délicates. Le groupe vient de sortir son premier album. Maxime d'Artensac, quant à lui, est un artiste dans la lignée des Singer-Songwriter. Son univers navigue entre folk, jazz, pop, l'anglais et le français.

 
«Anna Danse», nouvelle création de Thierry Balin, a été proposé le 23 février sur la scène de Frog and Rock

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr


Le Théâtre du Phare a donné «Oh boy !» le 21 février au Forum.
 
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement