Du Bruc à Ricardens

Actualités décembre 2010 (1)

Publié le 30/11/2010 09:46 | LaDepeche.fr

Tarn : des fleurs pour 47 communes


Les représentants (tes) des 47 communes tarnaises du concours de fleurissement 2010./Photo DDM,J-M.Lamboley.

Le comité départemental du tourisme a distribué ses lauriers du concours de fleurissement des communes . 47 ont été primées. D'encouragements en confirmations voici la liste des lauréates.

Depuis une dizaine d'années, le comité départemental du tourisme organise le concours des communes fleuries. Mais «au-delà de la compétition, souligne son président Jean-Marie Fabre, c'est surtout l'occasion, lorsque le jury composé de professionnels visite les communes, de les conseiller». Outre le fleurissement, le jury a cette année pris en compte la conservation et la mise en valeur du patrimoine. Les représentants des 47 communes primées ont reçu le livre : «50 ans de villes et villages fleuris», un chèque en fonction du classement de 60€ à 90€ et un diplôme.

Les communes primées :

Catégorie 1 (-150 hts) : 1er Le Vintrou, 2e Mioles.

Catégorie 2 (151-180 hts : 1er Vieux et Souel, 2e Espérausse.

Catégorie 3 (181-300 hts) : 1er Montroc, 2e Belcastel, 3e Montdurausse.

Catégorie 4 (301-400 hts) : 1er Les Cabanes, 2e Boissezon, 3e Mongaillard.

Catégorie 5 (401-500 hts) : 1er Laboutarie, 2e Puycelci, 3e Teulat.

Catégorie 6 (501-600 hts) : 1er Saint-Salvy-de la Balme, 2e Rouffiac.

Catégorie 7 (601-800 hts) : 1er Le Bez, 2e Serviès, 3e Valdurenque.

Catégorie 8 (801-1300 hts) : 1er Castelnau-de-Montmiral, 2e Lombers, 3e Muret-sur-Vèbre.

Catégorie 9 (1301-2000 hts) : 1er Burlats, 2e Lautrec, 3e Lacrouzette.

Catégorie 10 : (2001-3000 hts) : 1er Sorèze, 2e Soual.

Catégorie 11 (+ 3000 hts) : 1er Lescure-d'Albigeois, 2e Saint-Juéry, 3e Rabastens.

Prix d'encouragement : Roussayroles, Lempaut, Montans et Viviers-les-Montagnes.

Label régional 2 fleurs : Saint-Amans-Soult, Le Séquestre, Carmaux, Saint-Sulpice-la-Pointe, Milhars (prix des jardiniers), Lavaur, Lacaune, Lisle-sur-Tarn.

3 fleurs : Castres, Gaillac, Graulhet, Mazamet.

4 fleurs : Albi, fleur d'or 2010.

@

Publié le 01/12/2010 08:39 - Modifié le 01/12/2010 à 13:31 | Pierre-Jean Pyrda

Laboutarié : la traque aux excès de vitesse s'accentue


La RD 631 entre Réalmont et Graulhet: un des axes où l'on déplore le plus d'accidents graves. Les gendarmes y multiplient les contrôles, comme ici à Laboutarié. / Photo DDM, archives Emilie Cayre

Avec la hausse du nombre de tués sur les routes, gendarmes et policiers ont multiplié les contrôles depuis 3 mois. Avec un constat accablant: les excès de vitesse sont légion.

« Certains considèrent que jouer au chat et à la souris avec les forces de l'ordre, ça fait partie de l'ordre des choses. Ils ne comprennent pas qu'ils ont des comportements à risques qui peuvent mettre en jeu des vies. »

Jean-Gabriel Delacroy, le directeur de cabinet du préfet, parle de ces conducteurs (trop) sûrs d'eux-mêmes et des capacités de leur véhicule. Mais connaissent-ils tous leurs limites ? Sans doute pas. D'ailleurs, beaucoup attendent qu'au détour d'un contrôle ou au déclenchement d'un radar, policiers ou gendarmes leur fixent ces limites. Ils ne sont pas déçus car pour endiguer l'hécatombe sur les routes (voir la carte des accidents ci-dessous), la préfète a demandé aux forces de l'ordre d'intensifier les contrôles. Les axes accidentogènes sont particulièrement concernés. Ainsi, depuis trois mois, l'axe Gaillac-Montauban (RD 999) fait l'objet de toutes les attentions de la part des gendarmes de Gaillac. « On y est présents de jour comme de nuit, en semaine et le week-end. On fait des contrôles sur 3 ou 4 jours d'affilée, avec parfois plusieurs points échelonnés sur quelques kilomètres, car justement on se rend compte que des usagers recommencent à rouler vite après le premier contrôle », détaille le capitaine Serra. Résultat de cette présence visible et quasi continue des gendarmes ? « 50 excès de vitesse par mois sur la D 999, et je ne vous parle que des vitesses au-dessus de 110 km/h. On y a relevé des 150 km/h. » Le profil de ces conducteurs trop pressés ? « Ce ne sont pas obligatoirement des jeunes. » Le directeur de cabinet du préfet a une explication : « On se heurte à une population qui n'a pas été impactée par les campagnes de prévention de la sécurité routière. Il y a une lueur d'espoir concernant les jeunes générations, peut-être que cette action pour faire baisser la vitesse commence à payer. »

Les mauvaises habitudes

Dans le plan départemental d'actions de sécurité routière (PDASR) 2011, en cours d'élaboration, la prévention sera toujours en bonne place. Pour ceux qui ne comprennent pas ces messages, reste le bâton. Travaux obligent, les policiers de la brigade motorisée urbaine d'Albi n'avaient plus installé leur radar depuis 6 mois chemin de Gaillaguès, où la vitesse est limitée à 50 km/h. Les mauvaises habitudes se reprennent vite. « La semaine dernière, en 1 h 30 à peine, on a relevé 42 infractions, dont certaines à 80 ou 90 km/h. C'est sûr qu'on va être obligés d'y revenir. Notre présence quasi quotidienne sur les routes de Cordes et de Millau a contribué incontestablement à faire baisser la vitesse moyenne », souligne David Genieys, chef de la BMU d'Albi. Le policier ne veut pas être appelé sur un accident grave chemin de Gaillaguès « là où les voitures s'encastraient toujours autour du même pylône ».

@

Publié le 30/11/2010 09:58 | LaDepeche.fr

Saint-Paul-Cap-de-Joux : Déjà 1600 euros pour le Téléthon


Le marathon de la belote a été aussi animé en chansons : le groupe Fiesta de l'Amicale Laïque de Graulhet Photo DDM, J-C C

Comme chaque année c'est le club des aînés ruraux « Entre nos « qui a ouvert le bal des manifestations organisées au profit du Téléthon. Samedi dernier le traditionnel « Marathon de la belote « s'est déroulé à la salle des fêtes. A cette occasion 50 équipes se sont affrontées à la belote - mais aussi huit au rami - « pour la bonne cause « durant cet événement qui a été animé par le groupe « Fiesta ». Le repas comme la musique ont enchanté les sens des participants des quelques 150 convives. « Nous n'avons pas encore arrêté les comptes, mais nous devrions transmettre au Téléthon la même somme que l'an dernier, c'est à dire 1600 euros ou même plus « se félicite Yvon Dalet, président du dynamique club des aînés. L'an dernier déjà le succès était au rendez-vous avec 31 équipes et la progression enregistrée du côté de la participation est de bon augure pour les prochaines éditions.

@

Publié le 01/12/2010 10:01 | LaDepeche.fr

Les Joyeux Pinsons ont fait leur kermesse


 La kermesse de l'association des Joyeux Pinsons, poly-handicapés de Graulhet, est, avec la subvention municipale, le poste le plus important de financement des activités qui permettent à une quinzaine d'handicapés léger, moteurs et mentaux, de participer aux animations hebdomadaires et sorties. Les bénévoles autour de la présidente Geneviève Ribes, ont tissé au fil des ans, des liens solides avec ces personnes souvent esseulées, en les réunissant au local de la place Bosquet. «Il n'y a aucune lassitude de notre part. C'est un engagement, et même s'il est de plus en plus difficile à honorer, ces personnes ont besoin de nous». Pâtisseries maison, ouvrages, plantes vertes ou autres lots généreusement donnés par des commerçants et sympathisants, ont trouvé acquéreurs pour la bonne cause.
 @

Publié le 02/12/2010 10:24 | LaDepeche.fr

La Follia demain soir à l'Odéon


L'orchestre de chambre de Toulouse. /Photo Olivier Minh

Demain, vendredi 3 décembre, l'orchestre de chambre de Toulouse se produira à l'Odéon pour donner « La Follia «. L'Italie baroque sera au programme avec des pièces de Vivaldi, Dall'Abaco, Pergolese ou Corelli. Au même titre que la Grèce dans l'Antiquité, l'Italie est la mère des arts pour cette Europe moderne qui naît après les grandes découvertes. Que l'on pense à la Renaissance en peinture et architecture ou à la période Baroque en musique, l'influence de l'Italie est immense et aucun artiste ne peut ignorer ce qui s'invente entre la fin du 16ème et le milieu du 18ème siècle dans la péninsule. La plupart des musiciens feront un séjour en Italie qui invente en même temps les formes musicales et les instruments pour les traduire. C'est là que se crée cette famille des violons qui se substitue progressivement aux violes et il n'est que justice d'associer les Stradivari, Amati et autres Guarneri, luthiers devenus aussi célèbres que les compositeurs, à la gloire de Vivaldi, Corelli ou Locatelli. L'Orchestre de Chambre de Toulouse a souhaité réunir ici les plus grands compositeurs baroques italiens dans un programme qui permet de mesurer toute leur inventivité. Un véritable voyage à découvrir demain à l'Odéon à partir de 20h30.

@

Publié le 02/12/2010 10:25 | J-C C.

Label national pour l'association culturelle


Le maire a tenu a remercier les bénévoles de l'association.

En décrochant le label de la FFFSH (Fédération française des fêtes et spectacles historiques), les bénévoles de l'ACPG font rayonner la ville à l'échelle nationale. Son spectacle figure ainsi sur le programme des fêtes et spectacles historiques de France.

« Ce label est une belle reconnaissance pour votre association. Il vient récompenser votre dévouement et vos efforts. Il vous situe aussi dans l'excellence » a déclaré Claude Fita, maire de la ville, qui a tenu à féliciter les bénoles dans leur local. Ce label, remis en jeu tous les ans, est attribué à 35 associations sur les 90 proposant des fêtes ou spectacles historiques.

Le congrès de la FFFSH en 2013 ?

C'est dans le Bourbonnais, lors du congrés national de le FFFSH, que l'association a reçu ce label. « A cette occasion, les représentants de l'ACPG ont participé à des ateliers sur les relations avec la presse, la qualité et la patine des costumes. Nous avons également visité le CNCS (Centre national du costume de scène) à Moulins avec l'ensemble des participants au congrès, tous costumés et avons participé devant des centaines de spectateurs à un défilé historique » a déclaré Alain Huc, président de l'ACPG.

Et d'ajouter : « Je suis heureux de vous annoncer que le congrès a acté l'organisation à Graulhet, sur proposition de l'ACPG, du conseil d'administration du mois d'octobre 2011. Enfin nous avons postulé pour accueillir dans notre ville le congrès FFFSH 2013 ». La cérémonie a aussi été l'occasion de visiter les nouveaux locaux situés dans une ancienne usine route de Réalmont qui regroupe engins, véhicules, costumes, tissus, salle de réunion et bureaux. C'est là que naitra le spectacle de 2011 attendu par les Graulhétois et les amateurs de spectacles historiques de tout l'hexagone.

@

Publié le 02/12/2010 10:25 | LaDepeche.fr

Sécurisation de la voie douce


Le développement des « voies douces « se poursuit avec une mise en sécurité de la piste de l'avenue de l'Amiral général Jaurès. Cette prise en compte de l'environnement et au développement durable est destinée à inciter les Graulhétois à se déplacer à pied ou à vélo dans les rues de leur ville.

Après avoir mis en place la piste cyclable qui part du rond point de l'avenue Amiral Jaurès au rond point de l'Europe, les employés municipaux et la société STPR ont installé des plots et des bordures de béton pour que les cyclistes et piétons puissent vaquer en toute sécurité devant le stade Noël Pélissou. Le montant de ces travaux de sécurisation de cette voie douce s'élève à 4664,40 euros.

@

Publié le 03/12/2010 09:02 | J-C C.

Comme en rallye

Baptêmes avec auto sport passion


Quinze pilotes chevronnés attendent le public.

Fort du succès remporté l'an dernier, l'association Auto sport passion propose à nouveau cette année au grand public de découvrir les sensations d'un co-pilote de rallye à l'occasion du Téléthon. Pour cette nouvelle édition de l'opération qui se déroulera ce samedi 4 décembre, le parcours a été rallongé, et pour cinq euros ce sont 2,5 kilomètres de rallye qui seront offerts aux passagers.

Pas moins de quinze véhicules de rallye seront présents et, bien entendu, autant de pilotes chevronnés. On retrouvera parmi eux Romain Favreau, finaliste en coupe de France des rallyes, les cousins Sistero dont Sébastien qui a été finaliste en coupe de France il y a quatre ans ou encore Claude Aussenac, finaliste en coupe de France de course de côte.

« Les personnes seront casquées, harnachées, et n'auront plus qu'à profiter du pilotage des conducteurs» explique Marie-Hélène Sanchis, secrétaire de l'association. Car tout cela est possible grâce aux bénévoles qui vont organiser l'événement, de l'intendant des repas au commissaire de course et son fameux talkie-walkie.

Celles et ceux qui ont le cœur moins accroché - ou qui n'ont pas de goût pour les dérapages contrôlés - pourront aussi s'amuser à bord de grosses cylindrées. Des promenade en véhicules tout terrains seront proposés à partir de 9 heures place Jourdain et amèneront les curieux découvrir les sensation du franchissement d'obstacle sur le parcours de Cricri. Ces balades sont destinés à tous les publics, des réhausseurs sont même prévus pour que toute la famille puisse y prendre part. Quant aux amateurs de sensations fortes, ils ont rendez-vous de 9 heures à 12h30 et de 13h30 à 18 heures à la salle des fêtes de Saint-Julien-du-Puy.

@

Publié le 04/12/2010 11:30 | LaDepeche.fr

Natation : De bon augure pour la saison



Le 2ème circuit départemental s'est déroulé les 20 et 21 novembre à Albi et à Castres en solution d'urgence après un problème technique sur la bassin de Graulhet. Le samedi était réservé aux sprints de chaque spécialité. Bastien Boyer a ainsi battu le record du club du 50 dos en 30.42, détenu par Jacky Boutes depuis 1985 en 31.04. Toujours en dos, Maeva Meric et Tiphanie Manens se sont qualifiées pour les compétitions régionales (38.23 et 36.01 au 50 dos). Un grand regret pour Julien Vaudé qui voit la qualification lui échapper pour un tout petit dixième de secondes…

Attentifs aux entraînements, Billel Chikaoui et Quentin Stignani progressent de 2 ou 3 sec à chacune de leurs courses. En pleine transformation physiologique et physique, Jordan Cavalié franchit allègrement les paliers ce qui permet d'entrevoir les portes du niveau régional avant la fin de la saison.

Le dimanche, les épreuves des deux réunions prévues se sont donc enchaînées en un seul après midi. Ce fut donc une compétition très particulière où la résistance des nageurs et leur capacité de récupération furent évaluées. Médailles du TOAC

Très attaché à cette compétition depuis des dizaines d'années le SCG s'est de nouveau déplacé avec 21 nageurs à Toulouse pour permettre aux poussins et benjamins de faire leurs premières gammes dans un bassin de 50 m, un complexe rempli de spectateurs et plus de 460 nageurs en courses.

Dans ce contexte particulier les jeunes nageurs graulhétois se sont très bien comportés et quelques résultats sont très prometteurs. Pour les poussins qui nageaient les 50m, Léonie Douziech a effectué un super 50 brasse en 57.03, également en brasse Justine Vaudé 57.34, Amandine Pons 1.00.25 et Céline Roques 1.02.24 ont montré de grandes qualités.

@

Publié le 04/12/2010 11:29 | LaDepeche.fr

Briatexte : Le téléthon est sur les rails


Le groupe d'Etienne Pezet sur scène pour le téléthon.

Les animations pour le téléthon ont déjà démarrées, l'association « Génération accordéon » a organisé un thé dansant. Avec une fréquentation de plus de 50 personnes ils ont posé la première pièce à l'édifice. Petit rappel des nombreuses manifestations du week-end humanitaire. La journée du samedi s'articulera autour du stade de Briatexte avec au programme une démonstration de gymnastique, un concours de pétanque, un château gonflable, des promenades en calèche ou en petit train, karaoké et lâcher de ballons. Une buvette sera disponible et il y aura aussi une vente de bonbons.

A l'espace culture et loisirs vous assisterez à une démonstration de judo. Les motards seront accueillis dans le village à 12h00. Le salon de coiffure Evelyne proposera de son coté des brushings et des massages du cuir chevelu de 17h00 à 21h00 au stade municipal. Un cocktail de clôture aura lieu de 19h00 à 21h00, toujours au stade, animé par le chanteur « Lou Lewis ».

Par ailleurs le club de rugby participera aussi en reversant la recette de la bourriche.

@

Publié le 04/12/2010 11:29 | LaDepeche.fr

Briatexte : Rugby, choc au sommet


Berthoumieux derrière sa mêlée, un atout dans le jeu briatextois. /DDM.G.D.

Dimanche à 15 heures, le Sporting Club Briatextois reçoit Seilh, pour le match au sommet de cette poule 1 de 1ere série. Les haut-garonnais poitent à la première place, Briatexte à la deuxième. Les deux clubs présentent un bilan de début de championnat identique, avec une seule défait et six victoires en huit rencontres. C'est la goal-average qui fait la différence, avec 83 points positifs pour Seilh contre 37 pour les locaux. C'est dire si les hommes de Jean Puech devront empêcher leurs adversaires de dispose de beaucoup de ballons. La conquête sera donc déterminante. En lever de rideau, à 13h 30, l'équipe 2 reçoit également Seilh.

@

Publié le 04/12/2010 11:30 | G.D.

L' Omnisports est sans président


Thierry Stignani et Béatrice Vicente entourant Francis Blanc. Une image du passé ? /DDM.G.D.

Ce n'était un secret pour personne, Françis Blanc, très pris par ses occupations professionnelles, ne briguerait pas un septième mandat, à la présidence de l'Omnisports. Il l'a officiellement confirmé jeudi soir, lors de l'assemblée générale qui a réuni les sept sections, représentantes de 1 408 sportifs licenciés sur la ville. A charge maintenant à chacune d'entre-elles, de nommer un élu par tranche de 50 licenciés pour composer un conseil d'administration qui élira un nouveau bureau. L'échéance est annoncée pour le jeudi 16 décembre à 20 heures. Une situation qui se présente au moment ou l'Omnisports n'est pas au mieux financièrement. Un déficit de 75 000 euros a été confirmé par la l'intervenante de la Cour des Comptes présente à l'assemblée générale. «C'est une mauvais année pour l'Omnisports, a reconnu Françis Blanc en pointant du doigt la section rugby, à qui incombe la majeure partie de ce déficit. «Chaque section est responsable de ses enjeux financiers. Et je sais que le rugby a fait des efforts conséquents pour réduire ses pertes». Et de citer l'organisation des manifestations du centenaire qui devraient être un brin excédentaires.

En bonne intelligence.

En présence du maire Claude Fita, la secrétaire Béatrice Vicente a, en ouverture, mis l'accent sur le rôle fédérateur de l'Omnisports, sur les leins forts qui unissent les sections et la bonne intelligence qui prévaut lors du partage des 161 720 euros de subventions. Elle a aussi fait mention sur les organisations de masse telles que les tournois de rugby, le meeting régional de natation ou le récent gala de boxe. Avant de quitter son siège, Françis Blanc a présenté les nouveaus statuts qui ont récemment fait l'objet d'un «dépoussiérage». Les premiers dataient de 1962, et avaient été modifiés en 1985. Qui sera le prochain président qui les fera valider? Réponse dans une dizaine de jours.

@

Publié le 06/12/2010 09:54 | G.D.

Fédérale 1 : Graulhet, seul le panache...


Le physique et le froid réalisme des Biterrois ont eu raison des Graulhétois./Photo DDM Archives Emilie Cayre

Béziers-Graulhet 30-9

On annonçait les graulhétois sans complexes, ragaillardis par la titlarisation de gars qui avaient tout à gagner d'une prestation remarquable. D'entrée, les Héraultais, au bénéfice d'un raté de Squassina sur le coup d'envoi, ont annoncé le défi physique. Brabara en a rapidement fait les frais. Suite à un raté de Majeau et sur la première incursion dans les 22 mètres tarnais, Vermass a marqué le premier essai sur coup franc rapidement joué. Gratton en ratant 3 pénalités, n'a pas permis aux siens de garder le contact. Une situation d'autant plus regrettable, que ces derniers ont, qui en conquête, qui en lancements, qui en occupation terrain, ont fait jeu égal. Certes, par 2 fois, l'alerte a été chaude, mais la défense a tenu. Et autant de fois, les tarnais ont montré la qualité de leurs hormones en provoquant les héraultais au près comme au large. Malheureusement pour eux, un ballon tombé derrière une mêlée stable à 40 mètres, a carrément donné le second essai aux locaux. Rageant quand le cœur y est. Trop parfois sûrement, avec une surenchère de risques pris par les trois-quarts de Boutié qui ont laissé maints ballons en route. La note était déjà conséquente à la mi-temps: deux ballons échappés par les graulhétois, deux essais pour les biterrois.

Froid réalisme. Le début de seconde mi-temps a donné 3 points aux visiteurs par le pied de Gratton. Les débats ont baissé en intensité, comme la température du stade de la Méditerranée. Beziers, sans vraie solution a fait donner du lourd, du pied et du rugby à une passe, tant pis pour le spectacle. Graulhet n'a pas fait mieux, avec un jeu au pied plus qu'approximatif. Avec le carton de Pauthe, l'affaire est devenue délicate. Beziers en surnombre et dominateur, en profitait pour marquer l'essai du bonus encore en force. La messe était dite. Au panache, Graulhet finissait fort, mais le physique et le froid réalisme héraultais avait prévalu.

@

Publié le 06/12/2010 09:35 | LaDepeche.fr

La salle du comité social prend le nom d'Alain Balayé


La famille d'Alain Balayé aux côtés de Claude Fita et Denis Mourgues devant la plaque souvenir. /DDM.G.D.

S'il a été un grand joueur de rugby, Alain Balayé, décédé l'an dernier, a aussi été un responsable bénévole de la première heure. Entré en 79 dans les services municipaux, il a rapidement intégré le le bureau du comité social des employés communaux, fondé en 1970, pour, dans un premier temps, venir en aide aux collègues dans le besoin. Le rayon d'action s'est depuis agrandi et, en prenant la présidence en 1999, Alain Balayé s'est attaché à faire avancer plusieurs dossiers qui lui tenaient à cœur, en particulier, celui du contrat collectif de prévoyance. En présence de Claude Fita le maire, de Claude Bousquet, le conseiller général, de son épouse Sylvie, de son fils Romain et de toute la famille, une plaque a été dévoilée vendredi soir, à l'entrée de la salle de réunion, du premier étage des ateliers municipaux. L'occasion pour le nouveau président Denis Mourgues de rappeler les valeurs collectives qui doivent perdurer. « En s'inspirant du message qu'Alain nous a laissé ». Claude Fita a salué l'investissement d'un homme dans son engagement bénévole et son attachement au travail.

@

Publié le 07/12/2010 09:42 | F.F

Graulhet Benfica tout sourire


Malgré la défaite à domicile face à Vère Grésigne, Graulhet Benfica reste en tête de la 1re division.

Les années se suivent et ne se ressemblent pas. On n'en est encore qu'au tiers du championnat mais nul doute que l'édition 2010-2011 est bien engagée. La précédente, au contraire, s'était terminée difficilement avec le soutien des vétérans pour la conclure. Le vice-président Jean-Charles Lapeiro explique les raisons de ce bon départ : « Le retour de Jaime Marques aux commandes de l'équipe fanion après un exil professionnel et l'arrivée ou le retour de joueurs ayant évolué en Ligue à Gaillac et Graulhet comme Mazari, Haddada ou encore Zaoubai sont les deux facteurs essentiels à la réussite actuelle. » Des compétiteurs qui espèrent participer à l'accession de l'équipe en Excellence pour que le club retrouve un autre standing.

Tout va très vite dans le football, le « Benfica » était un club majeur du département dans les années 1990 avec une Coupe du Tarn en 1996 puis une accession en Ligue et une finale de Coupe du Tarn en 1999. Le club est même monté en PH avant de dégringoler tout aussi vite. De retour en Excellence en 2004, le club descend aussi sec à l'étage inférieur en 1re division l'année suivante. L'équipe réserve a disparu en 2007 alors qu'elle remportait le Challenge Trouche l'année précédente. « Cela fait trop longtemps qu'on traîne en 1re division, il est peut-être temps de voir plus haut. Il est évident que l'ambition est de monter mais pour y parvenir, il a fallu restructurer le club », souligne le vice-président. En plus du retour de l'entraîneur et de l'arrivée de quelques recrues, José Calisto, qui s'investit toujours plus dans le club depuis son arrivée en 2008, a été intronisé directeur sportif.

L'école de foot avait également disparu et se reconstruit progressivement. « Une équipe s'est constituée en débutants il y a quelques années. La majorité des joueurs est fidèle à nos couleurs et chaque fois qu'ils montent, on crée une catégorie ; Actuellement 1re année en U13, on sait qu'on engagera une équipe en U15 dans deux ans. Cela nous permet en plus d'inculquer à ces jeunes des valeurs chères au club et de ne pas être pénalisé pour des problèmes de comportement ». En effet, Graulhet Benfica traîne une mauvaise réputation depuis des décennies : « Il y a des problèmes partout mais c'est amplifié quand ça se déroule chez nous. Néanmoins, je constate que notre image s'améliore au fil des ans notamment grâce à notre relation apaisée avec le District du Tarn. »

Le Graulhet Benfica a fêté ses quarante ans d'existence la saison dernière, « cette longévité prouve qu'on n'est pas là par hasard », avance le vice-président, « l'âme du club perdure, on reste attaché à ce que les anciens nous ont transmis. On est un club comme les autres, on accepte tout le monde mais il est vrai que les membres décisionnaires sont tous d'origine portugaise. On a même des jeunes joueurs qui font 30, 40 km pour jouer sous les couleurs du Benfica ».

@

Publié le 07/12/2010 09:39 | J-C C

Deux actions pour la journée de la laïcité


Philippe Gonzalez présentant la plaque dans l'école Victor Hugo./ Photo DDM, J-C C

C'est ce jeudi 9 décembre à 18h30 qu'aura lieu la levée de la première plaque « Ecole publique laïque « à l'école Victor Hugo. « Il s'agit de rappeler, notamment aux jeunes citoyens, ce que signifie la devise « Liberté, Egalité, Fraternité « inscrite sur cette plaque et surtout que l'école publique est laïque, qu'elle respecte toutes les religions et qu'à intérieur d'un lieu public la laïcité doit primer « explique Philippe Gonzalez, maire adjoint aux affaires sociales et à l'Etat civil.

Un des objectifs de la pause de ces plaques qui, à terme, seront présentes dans toutes les écoles publiques de la ville, est d'inviter chacun à s'interroger sur une des valeurs les plus importantes de la République Française. La laïcité à l'école publique s'est peu à peu imposée, sans remettre en cause l'existence d'écoles privées, et la loi de 1882 a rendu obligatoire la laïcité des programmes et des locaux des écoles publiques. Mais aujourd'hui cette laïcité à l'école connait de nouveaux développements avec des questions que les tenues vestimentaires ou la composition des repas.

A Graulhet le conseil municipal des jeunes a décidé de s'emparer de la question. C'est ce que souligne Philippe Gonzalez en rappelant que cette action s'inscrit dans une action plus globale menée par la municipalité. « Le soir même il y aura en ville un quatrième colloque sur la laïcité avec deux de ses défenseurs « souligne-t-il, précisant que « Marc Blondel est le président de la Fédération nationale de la Libre pensée » et que « Thierry Carcenac, député du Tarn, a fait de la Laïcité un point fort de son action politique ». Si ces deux évènements auront lieu le 9 décembre, à l'occasion de la journée nationale de la Laïcité, cette plaque comme celles à venir dans les écoles graulhétoises, rappelle qu'elle est une valeur qui se vit ou se défend chaque jour.

@

Publié le 08/12/2010 09:38 | LaDepeche.fr

Les Graulhétois remportent le concours de l'Armistice


Graulhétois et montiliens se sont retrouvés en finale. /DDM.G.D.

Une équipe graulhétoise formée de Sylviane Leroy, J. Robert Estéve, Yves Ballocco, Claude Peyre et renforcée par Pierre Saint Martin, a remporté le concours de jeude l'Armistice, au boulodrome de Béziers. Et ce, devant 32 équipes venues de toute la France. En finale, ils ont battu les favoris de Montélimar.

@

Publié le 08/12/2010 09:38 | G.D.

Ruée sur les jouets de Noël à tout petit prix


La braderie du Secours Populaire n'a pas désempli durant deux jours. DDM.G.D.

S'il est des vigiles de la précarité qui touche la population graulhétoise, le Secours Populaire comme l'Agecos font partie de ceux qui la côtoie régulièrement. Et s'il est des témoins de la difficulté croissante des familles à « joindre les deux bouts », la bourse au jouets de la semaine dernière comme la braderie de ce week-end sont tout indiqués pour en mesurer l'évoluation. Et les deux organisations ont connu un succès jamais envisagé. Une vraie ruée sur les cadeaux et jouets de Noël à tout petits prix.

L'Agecos, qui a comptabilisé 91 vendeurs pour 1690 articles d'occasion voire parfois neufs à 1, 96 euros de prix de vente moyen, a vu les deux-tiers partir dans les mains de personnes venues chercher de quoi faire plaisir sans se ruiner. Le rayon bijoux-fantaisies proposant des bacelets ou colliers a 1 ou 2 euros a purement été pris d' assaut.

Même constat du côté du Secours Populaire qui a organisé sa braderie pour la deuxième fois en centre-ville, salle de l'Odéon, samedi et dimanche. « Nous avons eu beaucoup plus de monde que les années précédentes, et ce n'est sûrement pas que l'effet Téléthon qui anime la ville !» Reconnaît Dominque Roblin qui dirige l'antenne locale. « Les gens viennent acheter ici, pour des sommes modiques, ce qu'ils n'ont pas les moyens d'acheter ailleurs ». Plusieurs centaines de peluches d'occasion, fraîchement lessivées, brosssées et emballées à 1 euro pièce, ont trouvé acquéreurs pour agrémenter un sapin de plus en plus difficile à honorer. « Ce sont les petits prix qui sont paris rapidement. Le peu que les gens donnent, c'est toujours le plus pour nous » Assure Dominque Roblin qui accompagnera une vingtaine d'enfants voir un spectacle de cirque à Toulouse ce mercredi. Une sortie financée en partie avec les bénéfices de ces braderies.

@

Publié le 08/12/2010 09:38 | LaDepeche.fr

Graulhet : Près de 6 000 euros pour le Téléthon



Les chiffres qui ne sont pas encore officiels, annoncent une quasi équivalence avec ceux de 2009, soit près de 6 000 euros recueillis en faveur du Téléthon sur les diverses manifestation organisées sur le ville durant trois jours.

Soit près de 2 000 euros en dons divers et le reste en recettes des ventes et autres participations aux animations. Un millésime classique.

@

Publié le 09/12/2010 09:10 | J-C C

Un nouveau regard sur la ville

«Art de bâtir, art de vivre»


Donatien Rousseau et Jean-Louis Julié. /Photo DDM, J-C C.

C'est demain à 18 heures à la médiathèque Marguerite Yourcenar qu'aura lieu le lancement officiel du livre « Graulhet : art de bâtir, art de vivre «. En 144 pages la ville s'y dévoile sous le regard de Donatien Rousseau et les mots de Ferdinand Kerssenbrock. Rares sont les ouvrages relatant en image le Graulhet d'hier et d'aujourd'hui. Une ville aux richesses architecturales souvent insoupçonnées que les auteurs ont eut un réel plaisir à découvrir.

« Il n'y a pas que Lyon d'or « déclare Donatien Rousseau, parti à l'assaut d'une ville inconnue, arpentant ses rues armé de ses boîtiers et objectifs, s'aventurant dans des lieux abandonnés, rencontrant ses habitants. « Tout un chapitre lie la monté de l'industrie du cuir à l'architecture des années 50-60, des maisons des mégissiers à celles des ouvriers « explique le photographe. Loin des cartes postales et des images d'Epinal le travail réalisé témoigne de ce qui se fait aujourd'hui dans le cuir, de gens attachés à leur patrimoine et d'une vie locale et culturelle attirant de nombreux jeunes et artistes. « Le risque dans une ville industrielle est de ne parler que de mémoire « explique Donatien Rousseau.

S'il signe les photographies, le travail d'écriture de Ferdinand Kerssenbrock a été suivi par des personnes comme Martine Languillon, John Dodds ou Jean-Louis Julié de la chambre syndicale des patrons mégissiers. « La ville a un patrimoine pour le pire ou le meilleur. On ne peut pas tourner la page, il y a encore des patrons et des salariés mais avant tout des gens qui sont sur une même barque pour avancer. Je suis heureux qu'un tier de l'ouvrage soit consacré à une industrie que l'on dit perdu « déclare-t-il avec émotion. Quant au photographe sa seule frustration est de ne pas pouvoir montrer tout ce qu'il a capté et capturé : « Il y a d'autres clichés qui permettraient de faire un deuxième sur les trésor cachés «. Graulhet n'aura-t-elle sans doute jamais fini de livrer ses secrets à qui sait regarder.

@

Publié le 10/12/2010 09:48 | LaDepeche.fr

Environnement : Trifyl pour la biodiversité


Le centre Occitanis a été visité par les élus et les industriels à l'occasion de cette conférence.

Trifyl et Occitanis, acteurs public et privé du traitement des déchets, ont fait le choix d'agir ensemble et on organisé une conférence intitulée « Préservation de la biodiversité et développement économique » au Forum qui a regroupé près de 150 invités. Pouvoirs publics, entrepreneurs locaux, scientifiques et acteurs du développement durable étaient au rendez-vous de cette conférence qui a été l'occasion pour le sénateur et président de Trifyl Jean-Marc Pastor et le PDG d'Occitanis, Thierry Gosset, de rappeler leurs objectifs communs en faveur de la biodiversité.

Maître de conférence AgroParisTech et directrice adjointe du laboratoire « Ecologie, Systémique et Evolution », Nathalie Frascaria est intervenue sur les enjeux de l'ingénierie écologique. L'activité de Trifyl se déploie sur 25 sites, répartis sur un territoire de 6 000 km2 pour assurer une mission de valorisation des déchets ménagers et assimilés. Ce sont 200 agents de la fonction publique qui assurent au quotidien ce service à la population. Le centre Occitanis quant à lui assure le traitement et le stockage de déchets industriels ultimes, notamment par un procédé de stabilisation dite « à froid « à base de liants minéraux, et par un dispositif de confinement des déchets. Ces derniers proviennent de processus industriels et de dépollutions. Depuis trois ans il assure également le traitement biologique de terres polluées aux hydrocarbures dans sa nouvelle unité : le Biotertre.

Situés face à face, les sites de Trifyl et d'Occitanis appartiennent à un continuum naturel que les deux organisations ont choisi de préserver, ensemble. Vendredi dernier, à l'occasion de cette conférence, les présidents de Trifyl et d'Occitanis ont signé une charte d'engagements réciproques pour la biodiversité s'engagant à déployer un outil de diagnostic de la biodiversité sur leurs sites et à développer des partenariats avec les acteurs de ce domaine et à sensibiliser leurs visiteurs sur les enjeux de la biodiversité.

@

Publié le 11/12/2010 03:50 | LaDepeche.fr

Graulhet Temps Libre à Gaillac



La temps automnal n'a pas empêché Graulhet Temps Libre de partir en balade à Gaillac redécouvrir un patrimoine proche mais parfois méconnu. Les Graulhétois ont d'abord été accueillis au Musée de l'Abbaye dans les salles voûtées. Leur guide a évoqué la vie et l'activité autour de l'ancien port. Ils ont pu y voir entre autres le matériel et les outils utilisés pour la culture de la vigne, ainsi que la fameuse Vierge à l'enfant polychrome du XIIIe siècle désormais mise à l'abri des convoitises après avoir été volée puis retrouvée en Italie.Une embellie a permis ensuite de parcourir la vieille ville en particulier la place du Griffoul avec ses arcades mais aussi les rues étroites. L'après-midi s'est terminée par une dégustation à la Maison des Vins, accompagnée d'une petite leçon

@

Publié le 11/12/2010 03:54 | LaDepeche.fr

«Le sport tarnais n'est pas à la traîne»


Auditoire attentif aux précisions de Michel Marcoul.. / Photo DDM.G.D.

La première Rencontre des sports tarnais s'est tenue à l'auditorium, vendredi dernier. Une centaine de personnes ont participé aux débats, entre le mouvement sportif représenté par le Comité Départemental Olympique et Sportif du Tarn (CDOS), les Comités sportifs et les Clubs, ainsi que les partenaires institutionnels tarnais tels que le Conseil Général et la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP). Suite à la présentation des missions du CDOS, les échanges se sont articulés autour de quatre points : les équipements sportifs, les moyens humains, le financement et la communication au sein des associations sportives. « Le sport tarnais n'est pas à la traîne » explique Michel Marcoul, le Président du CDOS du Tarn « depuis les années 2000 notre slogan l'esprit d'équipe en partenariat avec la DDCSPP et le Conseil Général nous permet de tracer un sillon indélébile et aujourd'hui de faire face en étant porteur de propositions au service du sport tarnais. La mise en place d'une étude sur le poids économique du sport dans le Tarn en est l'illustration et elle a pour objectif de faire que le sport devienne un enjeu pour notre département ». La vétusté et le manque d'équipements sportifs a été remis en question, mais aussi la gestion associative entre le manque de bénévoles et le coût salarial. D'autres inquiétudes ont nourri le débat sur les besoins financiers, la formation et la communication nécessaires au fonctionnement et au développement des structures. Ces quatre thématiques feront l'objet d'un traitement spécifique, notamment lors de la prochaine Assemblée Générale du CDOS qui se tiendra le 25 février prochain. Ces orientations alors définies permettront, grâce au partage et à la solidarité, d'optimiser les actions du mouvement sportif afin d'éviter qu'elles ne se superposent en cette période difficile de réforme de l'Etat et des Collectivités territoriales.

@

Publié le 11/12/2010 03:47 | G.D.

Travailleurs retraités : l'association renouvelle ses cadres


Le nouveau bureau derrière J Louis Vaissière et Françine Trouche a distribué les colis de Noël cette semaine. / DDM.G.D.

Au suffrage universel. Les 281 adhérents de l'association des travailleurs retraités, ont eu recours aux élections à bulletin secret pour élire un nouveau président, à même de succéder à Francine Trouche, en place depuis 8 ans. C'est le trésorier, Jean Louis Vaissière qui lui succède, pendant qu'elle garde un poste de président délégué, chargée des festivités et des animations.

C'est Maurice Olmière qui prend la trésorerie, René Maurel le secrétariat, pendant que Jacqueline Thuriès, Emile Mokrani et Claude Bousquet assurent les charges diverses. Premier souci du nouveau bureau, le nombre des adhérents qui baisse chaque année. « Notre moyenne d'âge est élevée. Les gens qui prennent la retraite veulent de plus en plus dess actvités plus dynamiques que celles que nous proposons. » Accepte Jean Louis Vaissière qui ne veut pas changer ce qu'il considère comme des traditions. A commencer par les jeux de cartes et de société qui rassemblent plusieurs dizaines d'adhérents tous les jours dans les locaux de l'avenue Gambetta.

La croisière s'amuse

L'autre incontournable, comme une institution, le colis de Noël. « Il est distribué depuis le début des années 50. Il nous coûte une fois et demi le prix de la carte d'adhérent. Nous finançons la différence avec les bénéfices des lotos et des sorties » Assure Françine Trouche. Et les sorties, si elles sont choisies en réunion, ont tendance à espacer les dates de plus en plus. D'une par mois, elles sont passées à une par trimestre. « Histoire d'être sur de remplir le car ». Et puis il y a les grandes escapades. En septembre, une trentaine de travailleurs retraités se sont payés une semaine de croisière autour de la Méditerranée. Un souvenir que tous gardent mémorable, à même de fédérer encore plus les nouveaux cadres de l'association créée en 1945.

@

Publié le 13/12/2010 09:09 | G.D.

Fédérale 1 : La défaite de trop pour les Graulhétois

Graulhet s'incline 17-14 face à Romans.


Malgré l'essai de Gratton, les Graulhétois échouent dans les derniers instants de la rencontre./ Photo DDM, Jean-Marie Lamboley

Ce Graulhet-Romans sentait le sapin. Et ce sont bien les graulhétois qui peuvent avoir les boules au terme d'un match qui n'aurait jamais du leur échapper. Mais c'est quand l'arbitre siffle le fin du match que le vainqueur peut exulter. Romans a pudiquement eu le triomphe modeste, conscient qui l'en aurait pu être bien autrement sans l'incroyable malchance des locaux, voyant par deux fois l'essai se refuser à leurs mains à cinq minutes de la fin. Ces mêmes graulhétois qui avaient tout emporté dès la première minute de jeu. Gratton en bout d'attaque avait profité du travail préparatoire de ses avants. Romans n'avait pu que défendre, réduit à la portion congrue d'un ballon pour eux à 3 pour les locaux. A la demi-heure, les débats se sont équilibrés, aidés en cela par la réaction romanaise et toujours des bons ballons tombés par les graulhétois. A la mi-temps, les avis étaient logiquement partagés entre ceux qui avaient vu un manque de finition chez les locaux et un manque de chance chez les visiteurs. Les premiers avaient pu asseoir leur prestation sur le sérieux d'une conquête stigmatisé par la solidité de la mêlée, sans imaginer que 40 minutes plus tard, ce serait cette même épreuve qui leur serait fatale.

La seconde période débutait comme la première avec une domination incontestable des tarnais, mais stérile au tableau d'affichage. Un match que l'on croyait tranquille et qui a basculé une première fois sur une relance dromoise trouvant l'intervalle et envoyant Waldberger à la conclusion. C'est le pack local qui a pris les destinées en mains.

Un essai refusé d'abord, puis un ballon tombé par Squassina au moment d'aplatir, ont mis un supplément de pression. Romans se sortait de l'étreinte et se permettait un final tonitruant. Dominée durant tout le match la mêlée romanaise emportait sa rivale sur l'ultime affrontement, avec l'essai de la victoire en prime. Du silence des vestiaires graulhétois s'élevait déjà comme un murmure, la fin des illusions...ou presque.

Dans les vestiaires :

Renaud Gély (entraineur Graulhet) : « C'est le hold-up parfait. Comme souvent cette saison,nous avons l'occasion de tuer le match mais nous laissons l'adversaire à portée. La saison n'est pas encore totalement compromise.... »

Nicolas Boutié : « Nous sommes abattus. Cette saison, les rencontres se jouent à 2 ou 3 points. Nous avons une fois de plus manqué de chance. Nous dominons 60 minutes sur 80 et nous franchissons plusieurs fois la défense de Romans sans marquer. Ca se jour à pas grand chose. Le fait d'avoir beaucoup de joueurs blessés est un handicap. Maintenant, nous savons ou nous allons. Et il va falloir y aller avec l'esprit commando. »

Raphaël Reynet (entraineur Romans) : « D'abord, beaucoup de respect pour cette équipe de Graulhet. Sincèrement, nous sommes tristes pour elle. Nous savions que ce serait difficile. Nous nous étions préparés en conséquence, et nous avons su gérer les moments difficiles, en défendant sur notre ligne au moment ou Graulhet pouvait définitivement faire basculer le match. Plus que la réaction de notre mêlée, je retiendrais l'état d'esprit de notre équipe aujourd'hui.»

@

Publié le 13/12/2010 09:40 | LaDepeche.fr

L'école laïque pour «émanciper» le citoyen


Des élus municipaux et deux conseillers généraux de Graulhet et Castres étaient dans la salle ./Photo DDM J.R

Le quatrième colloque sur la laïcité a été suivi par une centaine de personnes au foyer Léo-Lagrange. Khalid Kheddouch, adjoint au maire chargé de la jeunesse et des sports, a dirigé la réunion. Le Tarnais Christian Démeautis, membre de la fédération nationale de la Libre Pensée, a d'abord excusé le président Marc Blondel qui n'a pu effectuer le déplacement annoncé. Premier orateur, Christian Démeautis a relaté la genèse de la laïcité et les difficultés d'application des lois de la séparation de l'église et de l'État. Il stigmatise la réforme des collectivités territoriales : « L'État transfère des compétences mais les moyens ne suivent pas ». Député et président du conseil général, Thierry Carcenac énonce le rôle de l'école publique qui ouvre l'esprit, émancipe le futur citoyen dans une République solidaire et fraternelle, ajoutant que «toutes les composantes de notre société doivent s'exprimer et y parviennent grâce à l'école publique laïque.»

Confronter les idées

Le public manifestement acquis aux principes de la laïcité reprend les thèmes de financement des écoles privées, cite des exemples d'actions contre la laïcité, alors «qu'elle cherche à rassembler et est à l'opposé des communautarismes». Pierre Pérez de Dénat dans un élan émouvant raconte son expérience d'enfant réfugié espagnol à Cordes à la fin des années trente et dresse le panégyrique de l'école et de ses maîtres. Khalid a effectué le même cheminement et est aujourd'hui fier de participer au soutien scolaire, dans sa bonne ville de Graulhet. Le maire Claude Fita est invité à conclure. Il se réjouit de la tenue de ce cycle de quatre conférences sur la laïcité et affirme sa conviction de l'utilité de la discussion, du débat : « Avec les nouvelles techniques d'information, tout le monde a accès à plus de connaissances, de culture, et donc la confrontation des idées est une nécessité.» J.R.

@

Publié le 13/12/2010 09:40 | LaDepeche.fr

Noël très actif pour les élèves


Un atelier de création/Photo DDM J.-C.C

Depuis le début du mois de décembre des parents volontaires de l'école Jeanne d'Arc animent des ateliers de bricolage et de pâtisserie après la classe. Ces activités très variées réchauffent les mains des élèves qui mettent un maximum de cœur à l'ouvrage. Les objets confectionnés seront vendus au profit des classes lors d'un petit marché de Noël qui se déroulera à l'école, le vendredi 17 décembre, à partir de 16h15. Toute l'équipe tient déjà à féliciter les enfants pour leur investissement et à remercier les parents pour leur implication et leur admirable savoir-faire.

@

Publié le 14/12/2010 09:15 | J-C Clerc

Bapel : la démolition de l'usine a démarré


Les élus ont donné le « premier coup de pelle». /Photo DDM, J-C C

Si ailleurs on organise une cérémonie pour la « première pierre «, hier matin à Graulhet c'est le « premier coup de pelle mécanique « qui a été donné en présence de Martin Malvy, président du conseil régional de Midi-Pyrénées et de Thierry Carcenac, président du conseil général du Tarn. Cette démolition de l'usine Bapel, située sur les berges du Dadou dans le quartier Saint Jean, face à la maison des métiers du cuir, s'inscrit dans le cadre du projet de redynamisation du bassin Graulhétois.

La Région soutien cette opération au titre du « Grand Projet de Pays » et le Conseil général à travers le contrat « Atout Tarn ». Après l'acquisition et les études préalables en 2010 l'ensemble des étapes conduisant à l'aménagement paysage devrait se dérouler dans l'année à venir. Le foncier de 2700 m2 comprend 1800 m2 de bâtiments disposés sur quatre à cinq niveaux.

Le chantier a commencé hier matin et est composé de deux phases. La première concerne le désamiantage et la déconstruction du site. La seconde sera sa dépollution. L'imbrication des friches industrielles au sein de la ville rend en effet difficile la détection des sources de pollution et un accès avec le matériel nécessaire. Le foncier libéré à l'issue de ces travaux, pourra permettre la création d'un espace vert au cœur du quartier Saint Jean dans un endroit stratégique en limite du centre ville et sur les berges du Dadou. Ce sont ces dernières qui, à terme, pourront être réappropriées par les graulhétois.

Coût de l'opération : acquisition maison 76659 euros, estimation désamiantage 481091 euros, estimation dépollution 215280 euros, aménagement des espaces verts 68770 euros. L'opération d'un coût global de 856825 euros TTC devrait être financé par l'ADEME (40%), la Région (30%), le Conseil général (15%) et la ville.

@

Publié le 14/12/2010 09:15 | LaDepeche.fr

680 convives au repas de Noël des retraités



Le forum était plein, pour le repas offert aux retraités de la commune par la mairie de Graulhet. Le maire Claude Fita et son adjointe chargée des festivités, Florence Belou avaient choisi un thème en accord avec l'actualité locale, les 100 ans du rugby. Tables en rouge et noir, le menu illustré d'une phase de jeu, proposait une déclinaison gastronomique des 6 nations du tournoi du même nom. Préparé par la cuisine centrale et servi par le personnel communal, il était composé d'une salade du Piémont italien, d'une terrine du Loch écossais, d'un civet de biche à la Française, de pommes de terre au beurre d'Irlande, de Cheddar anglais et d'un apple-crumble du Pays de Galles. Un repas apprécié, dans la bonne humeur, avec orchestre qui a fait danser jusqu'en fin d' après-midi.

@

Publié le 15/12/2010 10:11 | LaDepeche.fr

Crins : Fêtes de fin d'année à l'Amicale Laïque

Atelier de cuisine rassemblant parents et enfants

C'est dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale que la Maison de l'Enfance de Crins a fêté Noël, mercredi 8 décembre, avec quelques jours d'avance.

Les parents étaient conviés à cette journée autour d'un repas partage. Une douzaine de parents ont répondu présents et ont confectionné le repas avec les enfants lors d'un atelier cuisine. Ce repas a réuni outre les parents, 35 enfants et les animateurs de la Maison de l'enfance.

L'après-midi les ateliers de Noël, animés avec l'aide de parents, le goûter et la visite du Père Noël a permis à plus de 50 enfants de partager un dernier moment avant les vacances.

@

Publié le 15/12/2010 10:12 | LaDepeche.fr

Médaillés et retraités des services municipaux


Les départs à le retraite de l'année 2010. /DDM.G.D.

Samedi, les employés de mairie ont été conviés au Noël de leur Comité Social au forum, pour une soirée offerte par la mairie de Graulhet. L'occasion pour le maire Claude Fita de renouveler toute sa reconnaissance envers le travail accompli durant l'année par les divers services. «Vous exercez un métier difficile, en étant observé par les graulhétois. Quand vous faites de belles choses, il est rare que vous en soyez félicité». L'élu a ensuite fait l'énuméré des réalisation à venir qui vont transformer la ville. En commançant par le démolition de l'usine Bapel, la réalisation de la plaine de Millet, les travaux du quartier St Jean, jusqu'à la sortie d'un livre entre mémoire ouvrière et Graulhet de demain. Quatre médaillés, 6 retraités.

Comme de tradition, le président du Comité Social, Denis Mourgues, et les membres du conseil municipal ont décoré de la médaille du travail quatre employés de mairie. Brigitte Blanc, Ccas, Alain Moulis, service voirie, et Josian Boyer, ateliers municipaux, pour 20 ans de service, Gérard Durand, cuisine centrale, pour 35 ans de service. Ils ont honoré 6 nouveaux retraités, Maryse Escudié, centre social, Cécile Mazens, administratif, Patrick Jaquier, pompes funèbres, Emile Casals, terrains de sport, J. François Fabriès, atelier menuiserie, et Régis Lacôme, placier.

@

Publié le 15/12/2010 10:12 | G.D.

Lasidoré fait son spectacle de Noël

Un casting renouvelé qui garde la fraîcheur de la troupe initiale.

Le spectacle de Noël de LaSiDoRé est devenu un rendez-vous incontournable pour bien commencer les fêtes. Comme chaque année depuis 12 ans, la troupe présente le dimanche 19 décembre à 15h30 à l'Auditorium un tout nouveau spectacle de Noël pour tout public. Une pièce de théâtre : « Gustave et la maison hantée », jouée déjà plusieurs fois avec un grand succès, suivi des chansons de création propre. Autant de compositions qui ont depuis dix ans, fait sensation sur les diverses scènes théâtrales de jeunes talents dans toute la région. « Pendant la partie chansons, une histoire s'incruste dans le spectacle… ce qui fait que le public va de rebondissement en rebondissement et suit complètement intrigué le déroulement jusqu'au bouquet final… à ne pas manquer ! » annoncent André Escribano et Mayca Sanz, les géniteurs de la formation qui compte une dizaine d'acteurs en herbe, assidus à la préparation de leur représentation annulle, qui rassemble de plus en plus de sympathisants du groupe. Esprit des débuts.

LaSiDoRé est une de rares troupes à savoir mélanger avec un succès toujours renouvelé à l'adresse des adultes, jeunes et enfants dans un même, un unique et original spectacle. « Depuis 12 ans la troupe a évolué, mais l'esprit reste le même : faire passer au public un moment inoubliable et partager avec lui un peu plus d'une heure et demie de bonheur, de rires et de surprises ! Ne manquez pas le rendez-vous sinon vous allez le regretter toute l'année !!! Venez faire du « rigolage » le dimanche 19 décembre à l'Auditorium de Graulhet». Mayca Sanz n'a pas son pareil pour faire déclencher le rire et faire pousser la chansonnette. Des moments de détente qu'il convient de consommer sans modération, comme pourrait dire le nouveau slogan de LaSiDoRé. « Mais le spectacle reste adressé à un public bien familial. Nous pouvons adapter notre répertoire de quarante chansons en fonction des conditions. » Quelques-unes ont été écrites, paroles et musique par les deux animateurs.

@

Feu d'habitation rue Barricouteau

@

Page réalisée à partir du site :

http://i43.tinypic.com/51y1ed.jpg

 
 

@

 

@

@

 

@

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement