Du Bruc à Ricardens
 
Actualités avril 2013
 
 
Publié le 01/04/2013 à 09:29  | La Dépêche du Midi | 
 
Le 1000e nageur échangé
 
Viktoria Posner, officiellement millième jeune échangé entre les deux clubs. /Photo DDM
 
L'actuelle présence à Graulhet d'une délégation de nageurs de Prien, ville jumelée avec Graulhet et de sa voisine Bernau, , a permis de célébrer le millième échange de jeunes entre les deux clubs. C'est ainsi, que lors de la réception officielle en mairie, après les échanges traditionnels de cuirs et de vins de Gaillac d'un côté, de choppes gravées et de bières de l'autre, deux personnalités ont été fêtées. Le conseiller général Claude Bousquet, aussi président du Comité de jumelage, a reçu, des mains des deux présidents bavarois, la médaille d'argent des deux clubs. A l'opposé, Viktoria Posner, jeune bavaroise, désignée comme la millième nageuse, a reçu le livre de Graulhet et la parfaite panoplie du nageur tarnais. Un 23e échange fructueux qui sera suivi d'un voyage de la chorale Fiesta en Bavière.

 
Publié le 02/04/2013 à 08:23  Jean-Claude Clerc
 
Quand la jeunesse prend la parole
 
Graulhet, sixième édition du festival de courts métrages / Photo DDM
 
Ce samedi 6 avril, le cinéma accueillera la sixième édition du festival de courts métrages «La parole est à la jeunesse» à partir de 14 heures. Cette année, l'événement porté par la fédération Léo-Lagrange du Tarn a pour thème «Décalé». Comme toujours il aura permis à des jeunes de réaliser un court-métrage qui sera présenté au public.
 
«Ce festival s'inscrit dans les valeurs du réseau d'associations d'éducation populaire. Il permet aux jeunes non seulement de s'exprimer mais aussi d'acquérir des connaissances auprès des professionnels qui les accompagnent dans leur démarche» explique Jonathan Dupray, vice-président de la fédération. Cette année, six équipes ont pris part à l'aventure, réalisant chacune un court-métrage de six à huit minutes sur le thème imposé. L'entrée sera comme toujours libre et gratuite. «Les jeunes ont envie de s'exprimer, mais on note chaque année que le public aussi a envie de parler de ce qu'il a ressenti» rappelle Jonathan Dupray. Ici il n'y a pas de barrière entre les artistes et le public et, bien au contraire, c'est avant tout l'échange qui est visé. L'échange est d'ailleurs au cœur de cette action avec la participation de nombreuses associations qu'il s'agisse de partenariats techniques ou d'interventions liées à l'événement.
 
Quant aux œuvres réalisées, elles seront projetées sur grand écran ce samedi mais trouveront aussi une autre vie en étant proposées à d'autres festivals pour le plus grand bonheur de ceux qui ont travaillé dessus comme celui des spectateurs qui les auront découverts ici en avant-première avec à la clef un véritable dialogue avec les artistes et les techniciens.
 
Le programme
L'accueil des festivaliers aura lieu le 6 avril à partir de 13h30 et la projection de la bande-annonce à 14 heures. Le vote du public et la délibération du public auront lieu à 17 heures. La remise des prix aura lieu à 18 heures avec la projection du film réalisé par les jeunes conseillers du Tarn.
 
Graulhet : Mathieu Augé 19 ans
«C'est mon quatrième court-métrage. J'ai choisi de traiter le thème d'une éducation «décalée» entre une mère et son fils. Nous avons travaillé à deux sur a réalisation et à trois sur l'écriture. Je connaissais l'actrice qui fait du théâtre mais trouver l'enfant n'a pas été facile. Il a été parfait durant le tournage qui s'est déroulé sur trois samedis. J'ai déjà participé au festival, dans un autre cadre, il y a trois ans. Ce qui est bien avec ce festival c'est qu'après il fait vivre le court-métrage en le présentant dans d'autres cadres. Si on fait des films, c'est avant tout pour le public».
 
 
Publié le 04/04/2013 à 07:47 | J-C Clerc
 
Déchets ultimes : le tribunal administratif censure l'arrêté préfectoral
 
Le site graulhétois s'étend sur plus de vingt huit hectares. /Photo DDM, J-C C
 
Le tribunal administratif de Toulouse vient d'annuler partiellement l'arrêté préfectoral complémentaire accordé en 2007 à la société Occitanis, exploitante d'une installation de stockage de déchets ultimes. Ce jugement confirme que «les dispositions des plans régionaux de prévention et de gestion des déchets dangereux doivent être compatibles avec les autorisations délivrées».
 
Le préfet du Tarn avait autorisé le premier centre de stockage et de traitement des déchets dangereux en provenance de Midi-Pyrénées et des régions limitrophes en juillet 1999 au bénéfice de la filiale de Véolia propreté. En dépit de l'avis négatif du Conseil régional et d'autres organismes, le préfet du Tarn a cependant autorisé le 30 novembre 2007 l'augmentation du tonnage de déchets admissible et l'ouverture aux déchets provenant des régions Rhône-Alpes et PACA pour un cinquième du tonnage global.
 
Étonnement
«Nous sommes étonnés du résultat de ce recours. Il n'y a que deux sites de ce type dans le sud de la France. Etant donné que le tonnage de déchets dangereux produit en Midi-Pyrénées et régions limitrophes est supérieur à 30 000 tonnes annuelles, le retour à une limitation à 30 000 tonnes par an oblige les industriels de ces régions à faire voyager leurs déchets hors de la région. On va ainsi parfaitement à l'encontre du principe de proximité prôné» explique Delphine Pailler, directrice du site.
 
L'augmentation du tonnage et la provenance sont donc aujourd'hui censurée par le tribunal en ce qu'elles méconnaissent les dispositions du plan régional d'élimination des déchets. Pour José Cambou, vice-présidente de FNE Midi-Pyrénées qui a suivi ce projet depuis l'origine se félicite : «Le fondement de l'acceptabilité par les Midi-Pyrénéens de l'ouverture du site reposait sur une provenance régionale voire des régions limitrophes. L'arrêté du préfet du Tarn que nous avons contesté portait atteinte aux fruits de nombreuses années de concertation. La décision du tribunal est de nature à reconnaître le bien fondé de notre engagement collectif». Pour l'heure Occitanis «n'a pas encore décidé si elle dénoncerait ou pas cette annulation partielle prononcée par le tribunal administratif».
 
 
Publié le 04/04/2013 à 07:46 P.G.
 
Tarn et Dadou : L'incontournable intercommunalité
 
La nouvelle crèche sur Gaillac a été portée par l'intercommunalité./Photo DDM.
 
TH, TFNB, Taxe aditionnelle FNB, CFE, IFER, CVAE, FNGIR, TASCOM, le panier fiscal des communautés de communes a de quoi donner mal à la tête si l'on veut s'y retrouver dans les recettes de fonctionnement de l'intercommunalité depuis la disparition de la taxe professionnelle. Les élus de Tarn et Dadou qui se sont penchés sur le sujet la semaine dernière à l'occasion du vote du budget sont peut-être capables de le comprendre. Les citoyens sûrement pas. Un choc de simplification serait le bienvenu. Pourtant, ces mêmes citoyens sont désormais contributeurs de l'intercommunalité au même titre que les entreprises pour générer un budget de fonctionnement de l'ordre de 19 millions d'euros. Du côté de l'investissement, l'équilibre budgétaire voisine les 15 millions d'euros.
 
Il est préférable d'aller chercher dans les compétences de TED pour donner un tour concret à l'action de la collectivité.
 
L'exemple des déchets ménagers
Le développement économique est un poids lourd de l'intercommunalité avec la réalisation des zones d'activités. Mais Tarn et Dadou intervient également dans le domaine de la petite enfance. Les Gaillacois peuvent s'en rendre compte avec la réalisation d'une nouvelle crèche sur la zone de Piquerouge. Elle ouvrira ses portes cet été.
 
Sur le plan culturel, Briatexte va bénéficier d'une médiathèque, Graulhet aura son nouveau cinéma et un projet de médiathèque est à l'étude à Cadalen.
 
Depuis plus d'un an maintenant, le territoire intercommunal bénéficie de deux opérations programmées d'amélioration de l'habitat accès sur la réhabilitation des centres anciens et les travaux énergétiques.
 
C'est dans la conduite de ses projets que l'on trouve l'intérêt de l'intercommunalité. Seraient-ils réalisés ou réalisables par les seules communes ? Les «petites» communes n'ont plus guère les moyens de répondre à leur besoin ou désir d'équipement. Les grandes veulent garder leur prééminence sur les projets.
 
Le vote du budget au sein de l'assemblée n'a pas donné lieu à contestation même si la vision de l'essor de l'intercommunalité peut différer d'une représentation communale à l'autre.
 
Pascal Néel, le président de Tarn et Dadou, peut s'en satisfaire.
 
Mais à travers son fonctionnement budgétaire avec ses dotations, ses fonds de concours, de compensation, le financement intercommunal est bien difficile à suivre. Finalement, la prise de compétence sur les déchets ménagers qui permet cette année d'harmoniser la contribution fiscale des ménages et d'abaisser les taux les plus importants est un signe positif de ce qui peut être fait.
 
 
Publié le 05/04/2013 à 03:47 | 
 
Clément-de-Pémille ouvre ses portes
 

 
Le samedi 13 avril, de 9h30 à 16 heures, le lycée Clément-de-Pémille organisera une opération «portes ouvertes». L'établissement, situé au 17 bis avenue de l'Europe, est divisé en trois entités : le lycée professionnel, l'UFA (Unité de formation par l'apprentissage) et le GRETA (Groupement d'Établissements pour la formation continue). Cette journée «portes ouvertes» permettra à celles et ceux qui postulent de découvrir l'établissement qui, avec 340 élèves, a atteint aujourd'hui son «rythme de croisière». Cette journée n'est cependant pas réservée aux postulants. Chacun pourra, en effet, venir découvrir les locaux qui ont été récemment aménagés ainsi que les trois grandes filières proposées dans le lycée technique : tertiaire (vente et commerce), mécanique (auto et moto) et métiers d'art (mode et bijou).
 
 
Publié le 05/04/2013 à 07:50  J-C C.
 
Un nouveau diplôme préparé au lycée
 
La filière du bijou sera proposée, à la rentrée, du CAP au diplôme post-baccalauréat.
 
Dans un contexte de renouvellement de l'enseignement technique, la «carte des formations» dépendant de la région, le lycée Clément-de-Pémille sera doté à la rentrée prochaine d'un enseignement «diplôme des métiers d'art» qui vient compléter la filière du bijou.
 
Désormais, l'enseignement de cette filière s'étendra donc à la rentrée prochaine du CAP jusqu'au diplôme de l'enseignement supérieur.
 
«L'obtention de cette formation post-baccalauréat est le point final du cycle du bijou. L'établissement est le seul dans le Grand Sud à proposer un enseignement aussi complet dans la filière», se félicite Yves Goyen, proviseur du lycée. D'ores et déjà les demandes sont là.
 
«Nous avons déjà reçu soixante candidatures pour seulement quinze places», explique le chef d'établissement. À la rentrée, le lycée sera doté d'ateliers supplémentaires avec le matériel adéquat.
 
Mais cette mutation en cours touche aussi d'autres filières, notamment le CAP de photographie qui est transformé en brevet de technicien des métiers qui se situe au niveau du baccalauréat. «La formation professionnelle connaît un renouveau, elle est une compétence de la région. Il faut se poser les bonnes questions et se rapprocher du monde de l'entreprise», souligne Yves Gouyen. Ce souci trouve un exemple parfait dans la création d'une micro-entreprise d'établissement en mécanique. Des véhicules sont été achetés et sont en cours de réparation pour être loués. Les élèves, au-delà des compétences techniques, apprennent par ce biais ce qu'est l'entreprenariat aujourd'hui.
 
 
Publié le 07/04/2013 à 03:48
 
Le Temps libre repart de plus belle
 
Graulhet temps libre lors de sa « Crêpe Party » à La Courbe.
 
L'association Graulhet Temps Libre a concocté pour ce trimestre un programme aussi divers que varié. Le 11 avril, en conclusion des cours d'Histoire de l'Art mais ouvert à tous les adhérents, on redécouvrira l'œuvre de Toulouse-Lautrec dans le cadre rénové du musée à Albi. Le 18 avril, Mme Alyne Cardon animera une vidéo-conférence sur Georges Brassens à laquelle des membres du groupe Fiesta participeront. Au mois de mai, le 16, sans être pêcheur confirmé, on peut venir taquiner le poisson à Vénès. Le voyage en Charente Maritime dans les îles d'Oléron, d'Aix et de Ré avec découvertes de la Rochelle et de Saintes emmènera ensuite le Temps Libre prendre une grande bouffée d'air océanique du 21 au 26 mai. Le 30, l'élevage de canards «Lo Musquet» à Bouscatel accueillera les Graulhétois pour une visite accompagnée d'une dégustation de ses produits. Le 6 juin, une sortie d'une journée fera voir la ville de Souillac, son musée de l'automate et celui de la vieille prune, le repas sera bien sûr «souillagais». Le 13 juin, l'association qui existe depuis 1983, conviera ses fidèles à un repas au restaurant l'Hermitage pour fêter ses 30 ans d'existence. À noter une sortie de deux jours dans les Pyrénées, les 18 et 19 juin, destinée aux marcheurs. Ensuite, le 20 juin, M. Jean-Noël Sarrail, astronome et Vice-président de l'observatoire de Sabarat en Ariège, élucidera les mystères de la «mythologie du système solaire» lors d'une conférence-diaporama.

 
Publié le 08/04/2013 à 09:21
 
Gymnastique : performances aveyronnaises
 
Un groupe de gymnastes avec leurs entraîneurs;heureuses.
 
Trois week-ends de compétition dans l'Aveyron pour l'avant-garde Graulhétoise. A Villefranche de Rouergue les 16 et 17 mars pour les sélections régionales par équipe. En catégorie critérium prébenjamin -benjamin- minime : Melvyn Bourrières et Baptiste Cheneau se classent 5ème. En fédérale : Charline Blanc, Manon Cariven, Mélodie Libouroux et Amandine Spay se classent 20ème. L'équipe critérium benjamine composée de Charline Laurent, Marie Beauprez, Emma Gaillac et Stacy Birabent arrive 10ème. Rendez-vous est donné à tous les qualifiés à Lattes (34) les 8 et 9 juin pour la finale de zone. Les 23 et 24 mars, c'est Millau qui recevait les sélections individuelles régionales. Toutes ces gymnastes se retrouveront à Beaucaire les 15 et 16 juin pour la finale de zone. Préfédérale senior : Ibtissame Khadri, Cindy Lourenço. Préfédérale cadette : Astrid Birabent, Emilie Gatimel, Meredith Hamer. Préfédérale junior : Amandine Spay. Fédérale cadette : Manon Cariven, Mélodie Libouroux. Flavin le 30 et 31 mars accueillait les sélections régionales par équipe dans la catégorie préfédérales minimes/cadettes. L'équipe composée d'Astrid Birabent, Nissia Harhour, Eva Martinez, Emilie Gatimel et Meredith Hamer accède à la 3ème marche du podium et gagne leur ticket pour la finale de zone le 8 et 9 juin à Lattes.
 
 
Publié le 08/04/2013 à 09:39
 
Un gros match et des regrets pour Graulhet
 
fédérale 2 : Graulhet s'impose face à Céret (45-27)
 
Graulhet peut nourrir quelques regrets sur sa saison qui se termine./ Photo DDM,Jean-Marie Lamboley.
 
graulhet 45 -ceret 27 MT : 19-20
Pour Graulhet: 3 E. Moulin (23e), Montbroussous J. (59e), Khattou (74e), 3 T. Dumont (23e), Bille (59e, 74e), 8 P. Dumont (12e, 19e, 37e), Bille (15e, 41e, 48e, 56e, 66e)
Carton jaune : Khattou (40e)
Pour Céret: 3 E. Hoursempé (29e, 38e), Nou (70e) 3 T. Roque (29e, 38e) Bouquié (70e), 2 P. Bouquié (9e), Roque (20e)
Carton blanc: Aniès (41e)
Arbitre: Mr Praderie (CBL)
Graulhet: Bille, Mandagaran, Montbroussous J., Codjia, Khattou, (o) Dumont, (m) Barthélémy, Montels (cap), Teyssier, Valette, Anglade, Moulin, Gouveia, Buéno, Vidal. Entrés en cours de match: Kasdorf, Delbecq, Balayé, Albert L., Poujade, Sarcia, Montbroussous A.
Céret: Roque, Lopez, Cazeneuve, Aniès, Bosque (o) Bouquié, (m) Sanz, Nou, Selva G. (cap), Hoursempé, Leloir, Bouluinas, Neyroud, Trilles, Tourek. Entrés en cours de jeu: Lapasset, Selva J., Conilh, Lardeau, Giraud, Arnaudiès, Coma.
 
 
Publié le 09/04/2013 à 09:08 | J-C C.
 
Premier Salon de la bière et du vin
 
Le dispositif de l'accueil se peaufine au 9 avenue Marcel-Pagnol./Photo DDM, J-C C.
 
Il aurait pu voir le jour place du Capitole à Toulouse ou bien dans la rue des Brasseurs… C'est finalement dans un lieu «atypique» que se déroulera le premier Salon de la bière et du vin ce week-end dans la bien nommée brasserie des Vignes graulhétoise.
 
«On a parfois du mal à le croire mais il y a toujours des brasseurs à Graulhet. Certains se souviennent qu'on venait chercher chez eux les pains de glace avant les réfrigérateurs domestiques. Nous avons même retrouvé des bouteilles de bière estampillée du nom de la ville où se faisait l'embouteillage», souligne Stéphane Dumeynieu, gérant de la brasserie des Vignes. Après l'ère du monopole des brasseries industrielles, c'est une véritable culture qui est en train de renaître, comme en attestera la conférence de Gilbert Delos, dimanche, à 15 heures, sur le thème des «microbrasseries de 1985 à nos jours».
 
«Dans notre monde il n'y a pas de concurrence. Un brasseur se monte à Rabastens mais loin d'y voir un concurrent, au contraire, on l'encourage», explique Stéphane Dumeynieu.
 
Yann Gagneron, de la brasserie Joli Rouge, peut témoigner de cet état d'esprit : «C'est dans un salon du club des amis de la bière que j'ai acheté mon premier matériel de brasseur amateur. C'est encore dans ce cadre que j'ai vendu la première fois au Sisqa. Tout au long de mon travail les autres brasseurs m'ont accompagné et cette participation comme professionnel aujourd'hui a pour moi une saveur particulière», explique-t-il.
 
Le vin aura aussi la part belle au salon organisé par l'Association des «faiseurs de bière» qui regroupe une trentaine de brasseurs de Midi-Pyrénées.
 
Car si on connaît au moins de nom l'œnologie, les bonnes bières se dégustent, se savourent de la même façon. «Cet aspect de la dégustation de bière est unique en Midi-Pyrénées. Nous avons constaté un réel intérêt des touristes pour cet aspect», explique Mathilde Delmas, de Gaillac Visit, agence réceptive spécialiste du vignoble gaillacois et de son patrimoine qui participera au salon.
 
Ses portes seront ouvertes samedi de 15 heures à minuit et dimanche de 10 heures à 18 heures.
 
L'entrée sera libre et gratuite et de nombreuses animations seront au programme.
 
 
Publié le 10/04/2013 à 08:35
 
Le tour de France du spectacle historique
 
Les réservations sont déjà possibles 
 
Après le salon Fou d'histoires à Compiègne en novembre 2012, le Salon du Tourisme et des Séniors en février 2013 à Toulouse, l'ACPG était présente au salon Marché de l'histoire organisé à Orange dans le Vaucluse les 30 et 31 mars dernier. Ce salon ouvert aux professionnels des spectacles et manifestations historiques, mais aussi au grand public à accueilli plus de 2 500 visiteurs. L'ACPG était présente sur le stand de la fffSh (Fédération Française des Fêtes et Spectacles Historiques) avec affiches et flyers de présentation du spectacle 2013 «Occitanie, terre d'histoires». Sur le stand, c'est Bernard Humbert, président de la fédération et Marie-Claude Ramirez, vice présidente et membre de l'ACPG qui assuraient l'animation et représentaient les membres adhérents. L'ACPG sera présente au mois de mai sur le salon Biocybele puis se consacrera ensuite à son nouveau spectacle qui sera donné sur le site municipal de la Bousquétarié les 19, 20 et 21 juillet à 22 h. A partir de mi juin, les bénévoles de l'association commenceront à aménager le site dans sa configuration spectacle historique. Le début des répétitions est prévu à partir du 2 juillet. Les spectateurs découvriront un nouveau spectacle en 2 parties avec des nouveautés en matière de bande sonore qui est en cours de finalisation, mais aussi en ce que concerne la mise en lumière. Du Moyen-âge à la période 1939-1945, 2 heures de spectacle feront partager à toutes et à tous les joies mais aussi les affres du pays Occitan.
 
 
Publié le 10/04/2013 à 08:35
 
Rugby : 1 200 enfants au tournoi Pierre Astié
 
 
Pierre Astié était un fervent défenseur du rugby tarnais. Pour lui rendre hommage,chaque printemps, le comité du Tarn, organise avec le club qui le reçoit, le challenge qui porte son nom. Pour le samedi 13 novembre, c'est le complexe de la Jonquière qui est choisi.
 
Ainsi, près de 1 200 enfants venant des écoles de rugby de tous les clubs de Tarn seront opposés dans les catégories moins de 7, de 8 et de 11 ans.
 
Les rencontres se dérouleront sur des quarts et des demi-terrains.
 
Les échos du rugby.
 
Equipe 2 : Elle a gagné par forfait. Céret a averti vendredi soir que l'effectif de son équipe 2 ne lui permettait pas de se déplacer pour le dernier match.
 
Jeunes : Ils ont perdu de peu au Toec-Toac. 7 à 13 pour les cadets, 8 à 16 pour les balandrades.
 
Moins de 15 ans : En trophée Groupama, samedi sous le pluie et dans le froid, ils ont battu l'Union et perdu contre la Vallée du Girou, à la Jonquière.
 
 
Publié le 11/04/2013 à 10:18 | 
 
Elles avaient frappé la lycéenne pour un refus de cigarette
 
L'affaire s'était passée devant le lycée de Graulhet./PhotoDDM
 
Le 17 janvier 2013, le lycée Clément de Pémille de Graulhet était le théâtre d'un épisode violent opposant deux jeunes femmes, âgées de 20 et 24 ans, à une élève de l'établissement. La victime avait alors reçu des coups de pieds, de poings et subi un tirage de cheveux lui ayant occasionné de nombreuses blessures. Un déchaînement de violences consécutif à son refus d'offrir une cigarette à ses bourreaux qui viennent d'être condamnées à 3 et 4 mois de prison assortis du bénéfice du sursis. En l'absence des deux prévenues à la barre, les membres du tribunal ont dû se contenter du contenu du dossier comme seules explications. Tout commence sur le trottoir devant l'établissement.
 
Alors qu'elle y patiente, la jeune lycéenne est accostée par deux passantes, dont une mineure, qui sollicitent de sa part le don d'une cigarette. Indiquant ne pas fumer, l'étudiante ne peut satisfaire ses interlocutrices. Un échange de noms d'oiseaux clôture cet épisode qui connaîtra une suite. Quelques instants plus tard, le même duo - désormais flanqué de la sœur de la plus jeune protagoniste - surprend en effet la lycéenne avec une cigarette à la main. Prenant cela pour une provocation, les deux aînées se mettent en colère et se déchaînent sur la victime qui profite de l'intervention d'enseignants et de surveillants pour se réfugier à l'infirmerie du lycée. L'une des prévenues, ancienne élève de l'établissement, profite de sa connaissance des lieux pour pénétrer dans l'enceinte du lycée afin de se mettre à la recherche de sa victime et d'obtenir des explications tant de sa part que du conseiller principal d'éducation.
 
La jeune femme considère en effet que sa victime est aussi l'auteur de provocations et d'une poussée qui a mis sa sœur au sol. Un événement qu'aucun témoin ne relate cependant. «Les faits se sont déroulés dans un lycée professionnel, avec des élèves en difficulté scolaire, au sein duquel le proviseur en place depuis 4 ans essaye de rétablir l'ordre. Il est déplorable que son travail soit remis en cause par l'intrusion de personnes extérieures» a plaidé Maître Meyer-Soullier - avocate de l'établissement scolaire - avant de réclamer 300 euros de dommages et intérêts pour la mauvaise presse causée par cet événement.

 
Publié le 11/04/2013 à 08:43   G.D.
 
Le printemps des batteries-fanfares
 
Alégera sur son fronton de Bidart avec son morceau fétiche «Natural Brass».
 
Répéter les morceaux, en apprendre d'autres, intégrer de nouveaux musiciens. Les hivers des batteries-fanfares, qu'elles soient d'ici ou d'ailleurs, se ressemblent. Mais quand arrive le printemps elles refleurissent.
 
Il faut être allé à Bidart en Pays Basque pour constater la popularité d'Alégéra, une formation née en 1945, qui a évolué et qui anime désormais les fêtes de villages, les places les soirs d'été, les frontons de concours, et qui a exporté ses talents en Irlande il y a deux ans et au Puy-du-Fou l'année dernière.
 
Les 35 musiciens, autour du chef Jean-Claude Dandré, présentent un répertoire qui va du classique de batterie-fanfare à la salsa en passant par le tango et la bossa-nova, mâtinée des airs basques.
 
Habituée des championnats de France, elle présente un palmarès digne de sa longévité, toujours, comme son nom l'indique, dans la joie et l'allégresse. Alégéra reste très liée avec la batterie-fanfare de Graulhet. Les échanges sont réguliers et celui du samedi 20 avril prochain réunira les deux formations sur la même scène du forum, à partir de 20 h 45.
 
Ce sont les Basques qui ouvriront, les Graulhétois qui prolongeront.
 
La BF locale a gravi les échelons ces vingt dernières années, au point de décrocher à plusieurs reprises des grands prix d'honneur de la Confédération musicale de France.
 
Dirigée par Robert Lacourt, elle n'a de cesse de se perfectionner dans l'art de la création musicale, de l'adaptation, en faisant appel à des compositeurs renommés.
 
 
Publié le 12/04/2013 à 07:41 | Br. M.
 
Des braqueurs présumés interpellés
 
Le 23 octobre dernier, la maison de la presse avait été braquée. / Photo JCC
 
Une cinquantaine de militaires, un hélicoptère et deux maîtres-chiens de la gendarmerie avaient été mobilisés à la suite du violent braquage de la maison de la presse de la Place du Mercadal à Graulhet le 23 octobre dernier, en fin de matinée. En vain, les braqueurs n'avaient pas pu être interpellés. Mais depuis, l'enquête a permis d'identifier les auteurs présumés. Et ils ont été interpellés en début de semaine à Castres. C'est les policiers de la brigade anticriminalité (Bac) du commissariat de Castres qui ont mis la main sur le principal mis en cause mardi soir. Un Castrais de 19 ans, bien connu des services de police pour de nombreux vols par effraction et qui était également recherché pour effectuer une peine de prison suite à une condamnation. Les policiers ont ensuite remis l'individu aux gendarmes qui ont, eux de leur côté, interpellé deux complices chez qui ils ont perquisitionné mercredi matin dans leurs appartements du quartier de Laden à Castres assistés de la police municipale qui éloignaient les badauds. Les trois hommes ont été présentés au parquet de Castres hier. Une instruction aurait été ouverte et les auteurs présumés ont été mis en examen.
 
«Risques inconsidérés»
Les gendarmes refusent pour le moment de communiquer sur cette affaire qui avait ému les Graulhétois. «J'étais absent au moment des faits, mais les employées ont été très choquées. Je n'aurais jamais pensé que cela puisse nous arriver, ici. C'est prendre des risques inconsidérés pour au final pas grand-chose», nous expliquait le gérant du tabac-presse à l'époque. Il faut dire que les malfaiteurs n'avaient pas hésité à utiliser la violence pour arriver à leur fin. Le visage couvert, armes de poing à la main, deux d'entre eux avaient brutalisé une cliente qui a été projetée à terre lors du braquage. Un des deux hommes était passé derrière la caisse pour saisir le contenu (entre 300 € et 500 €) avant de rejoindre un complice qui attendait dans une voiture. Après le départ des malfaiteurs, le buraliste avait prévenu les gendarmes qui avaient aussitôt pris en chasse les fuyards dans les rues de la ville.
 
Le véhicule utilisé avait été dérobé plus tôt dans une habitation du secteur de Réalmont et un dispositif avait déjà été mis en place pour rechercher ce véhicule. En le croisant, les militaires ont aussi tôt fait demi-tour pour poursuivre la voiture qui, suite à des erreurs de conduite, a fini sa course dans le mur d'une habitation du chemin de Carlac dans le quartier d'En Gach. Les malfaiteurs se sont ensuite enfuis à pied. Mais des saisies et des prélèvements effectués dans le véhicule ont visiblement permis aux forces de l'ordre de mener à bien leur enquête.
 
 
Publié le 12/04/2013 à 08:19
 
Le grand déballage investit Charles de Gaulle
 
QU'il est bon de chiner avenue Charles de Gaulle.
 
C'est ce dimanche 14 avril qu'aura lieu le traditionnel Grand déballage de printemps. Comme toujours cette manifestation instaurée dès 2011 se veut avant tout populaire et conviviale. Elle se déroule désormais sur l'avenue Charles de Gaulle pour la plus grande satisfaction des organisateurs et des exposants, des visiteurs comme des services de secours.
 
Le départ de la foire de printemps de la place Jourdain avait pour objectif, entre autres, de ne pas pénaliser les commerçants du centre ville qui ouvrent le dimanche matin. De même le marché du dimanche Place Jourdain est maintenu et n'est pas lui non plus pénalisé par l'événement.
 
«Le bilan des deux dernières éditions a été positif tant sur la fréquentation que sur l'animation. Nous avons réussi à créer un événement populaire où on retrouve de la mixité et de la convivialité sur un site sécurisé. Sur le volet technique, tout a été parfait et j'en profite d'ailleurs pour remercier l'efficacité des équipes techniques» confie Blaise Aznar, conseiller municipal délégué aux associations, aux sports et festivités.
 
Des déviations seront instaurées et les riverains seront informés en temps et en heure pour tout le volet pratique. La seule inconnue reste celle du temps. Si ce dernier est clément le déballage de printemps pourra être une fois de plus une belle journée dédiée à l'échange, au partage et au bien vivre ensemble.
 
 
Publié le 13/04/2013 à 03:45, Mis à jour le 13/04/2013 à 09:27 | 
 
Amicale Laïque : 2012 fut encore une bonne année
 
Officiels et administrateurs à la tribune de l'assemblée générale.
 
«La population a évolué ; les familles qui arrivent de l'extérieur nous témoignent tout l'intérêt d'une gestion associative : qualité éducative et relationnelle, sérieux et professionnalisme, convivialité, accessibilité et souplesse». Par ces mots, Daniel Albouy synthétisait les différentes interventions des rapporteurs des commissions lors de l'assemblée générale de l'association.
 
La hausse de fréquentation constatée en 2011 s'est confirmée : + 2,87 % tous accueils de loisirs confondus. Les 43.515 journées/enfants réalisées entraînent un bon bilan financier qu'a minutieusement détaillé le trésorier Christian Pradelles.
 
Claude Fita, maire de Graulhet, s'est dit très fier d'assister à des rapports aussi sérieux présentés par des gens aussi compétents. Et précurseurs…
 
«Tout ce que l'Amicale a réalisé autour de l'enseignement au plan local est concrétisé dans la nouvelle loi nationale sur les rythmes scolaires !» Charles Moreau, vice-président Tarn & Dadou, s'avouait toujours impressionné par le nombre de participants à l'AG, et le travail réalisé par les bénévoles ; «la nouvelle charte commune à tous les centres de la Communauté permet d'assurer le financement public des diverses structures».
 
Daniel Albouy arrête
Claude Bousquet, conseiller général, était fier d'accompagner l'Amicale depuis 1977, et de constater sa formidable évolution. «L'ALG est la première association départementale pour la jeunesse, et nous continuerons à l'aider». En conclusion, Mme Vigier-Bach, inspectrice Jeunesse & Sports, saluait l'Amicale pour sa forte implication dans la politique sociale, lui faisant confiance pour trouver sa place dans les différents dispositifs nationaux en cours d'élaboration.
 
Daniel Albouy ne souhaitant pas renouveler son mandat de président, il s'est attaché à recruter de nouveaux membres qu'il accompagnera, recevant les félicitations des divers orateurs. Nul doute que le nouveau conseil d'administration saura préserver l'indépendance de l'Amicale, poursuivre ses prestations de qualité, maintenir sa clarté et sa rigueur budgétaires.
 
 
Publié le 13/04/2013 à 03:45
 
Alimentation et rugby au challenge Pierre Astié
 
Les moins de sept ans du Sporting seront engagés dans le tournoi.
 
La Mutualité Française Midi-Pyrénées, l'UMT-Mutualité Tarnaise et le Comité départemental de Rugby du Tarn lancent le programme «Drop sur tes repas». Ce programme a pour objectif : l'alimentation des jeunes licenciés des écoles de rugby du Tarn. Le Comité départemental de Rugby du Tarn a repéré des problèmes d'équilibre alimentaire chez les jeunes rugbymen. Les goûters fournis aux enfants sont parfois trop sucrés. La 1ere étape de «Drop sur tes repas» aura lieu samedi 13 avril, à 13h, à la Jonquière, lors du Challenge Pierre Astié. Une diététicienne sensibilisera les parents et les enfants sur l'alimentation, et plus précisément sur le goûter pendant la compétition.
 
Un carnet de conseils en alimentation sera distribué aux 1200 jeunes. Il leur servira aussi de support pour obtenir des autographes des rugbymen professionnels qui seront présents ce jour-là. Ce partenariat se déclinera sur 3 ans. La première année sera sous le signe du goûter, la seconde sur l'alimentation en général et la dernière année sur l'hygiène de vie. Sur le site de la Jonquière plus de 1000 enfants seront donc intéressés ce samedi.
 
 
Publié le 14/04/2013 à 03:49
 
Sept commerces labellisés
 
Des commerçants heureux dont certains sont labellisés depuis plusieurs années.
 
Sept commerçants graulhétois sur 38 tarnais inscrits dans la démarche Charte Qualité Service, ont été labellisés par le Cci et la Bpoc. Cette récompense salue trois notions essentielles que sont l'accueil, l'écoute et le conseil. Pour les commerçants, elle est un gage de professionnalisme et pour les clients, l'assurance d'une réponse à leurs attentes. Cette démarche est proposée par la Chambre de Commerce et d'Industrie du Tarn à l'ensemble de ses ressortissants commerces et services. Ont donc reçu leur diplôme des mains de Michel Bossi et Philippe Alary, sept vitrines locales: Pascal Marieu et sa quincaillerie, Mr et Me Roussel, du garage Renault, Nadia Chabut de Bijoux-cailloux-bisous, Sandrine Malié d'Esprit Maison, Stéphanie Verdès et Stephanie Torija de Stephanie's, Gilles Sanders et sa boutique de cycles, et Eric Biscond de l'agence Axa.
 
 
Publié le 15/04/2013 à 08:23  J-C Clerc
 
Des mesures pour rénover son logement
 
Communauté des communes, Etat, commune et conseil général travaillent de concert sur ce dossier. /Photo DDM, J-C C .
 
C'est à Graulhet que Josiane Chevalier, préfète du Tarn, a choisi de présenter les nouvelles mesures de l'Agence nationale de l'habitat (ANAH) pour faciliter la rénovation énergétique des logements privés.
 
«L'enjeu de ce plan est à la fois écologique et permettant de réduire la consommation des ménages, social pour que chacun puisse de chauffer convenablement, et économique car il doit permettre d'alimenter les emplois dans le secteur du bâtiment» a-t-elle souligné en préambule de la présentation des mesures qui vont entrer en vigueur à partir du premier juin prochain.
 
La première nouveauté réside dans l'élargissement du nombre des bénéficiaires et l'augmentation des montants de subvention pour les propriétaires occupants.
 
Concrètement le le plafond des ressources sera augmenté de 20% permettant à 50000 ménages de bénéficier dispositif dans le département et le taux de subvention passera de 35 à 50% du montant des travaux selon les revenus.
 
«Une nouvelle aide financière sera aussi créée à destination des propriétaires bailleurs pour réaliser les travaux de rénovation énergétiques de leurs logements» a souligné la préfète. Une autre changement réside dans la mise en place de dispositifs pour faciliter l'accès aux aides : création de guichets uniques pour trouver le bon interlocuteur dans le département mais aussi création de d'emplois d'avenir recrutés par les collectivités locales et les associations pour informer directement les bénéficiaires. Le bilan de 2012 est très satisfaisant avec 206 logements ayant fait l'objet de rénovation énergétique. «Le Tarn est le premier producteur de logements financés dans le cadre du programme Habiter mieux» s'est félicité la Préfète confiant que «pour l'année 2013 plus de trois cent logements devraient bénéficier de travaux de rénovation énergétique avec l'aide de l'ANAH».
 
Pour joindre le guichet unique «habiter mieux» il suffit de téléphoner au 05.63.48.73.80 et pour joindre la délégation du Tarn de l'ANAH le 05.81.27.50.02.
 
La visite d'un projet abouti
 

 
Lors de sa visite la préfète a rendu visite à uen habitant ayant bénéficié de l'OPAH renouvellement urbain. La maison situé dans la rue Pierre Boulade était mal isolé et la chaudière au fioul qui avait officié pendant 40 ans avait rendu l'âme et la cuve était percée. «Nous utilisions des chauffages d'appoint onéreux. Sans ce montage financier nous n'aurions pas pu réaliser les travaux» témoignage son habitante. Après la phase de diagnostic le plan de financement a été réalisé. pour un montant total de 15949 euros la subvention de l'ANAH s'est monté à 5217 euros, celle de l'Etat via l'aide solidarité écologique à 2100 euros, celle de Tarn et Dadou à 2236 euros, le tout complété par un chèque éco-logeùent de la région Midi-Pyrénnées de 1500 euros. Il restait donc 4896 euros à la charge de la propriétaire qui a pu bénéficier d'un prêt Procivis se montant à32,28 euros par mois pendant 10 ans. Avec un gain énergétique estimé à 43%, l'opération permet aussi de réaliser des économies. «Quand j'ai été au courant de l'OPAH, j'ai sauté sur l'occasion. Cela fait 50 ans que j'habite à Graulhet. En plus de la disponibilité des gens, les travaux ont tous été réalisé par des entreprises locales» se félicite la bénéficiaire.
 
 
Publié le 16/04/2013 à 08:39
 
Ils veulent désherber sans polluer
 
De nouvelles méthodes pour l'équipe des espaces verts de la ville.
 
Limiter l'utilisation de produits phytosanitaires est un des défis que s'est lancé le service des espaces verts de la ville.
 
Dans le cadre de la mise en œuvre de la gestion différenciée - et dans un souci de respect des nouvelles normes - il a choisi d'opter pour de nouvelles méthodes telles que le désherbage thermique ou mécanique, mais aussi l'instauration de prairies fleuries.
 
«Une terre sans désherbant, c'est une terre saine pour les générations futures. Les espaces verts sont toujours au service de votre cadre de vie, mais ils œuvrent désormais autrement, en mettant au cœur de leur dispositif la santé de tous. Si vous faites partie d'un quartier pilote, à compter de cette année, aucun traitement chimique ne sera utilisé», confie Florence Belou, adjointe chargée des affaires scolaires, du tourisme, du patrimoine et de l'agriculture. Ce choix est lié à la mise en place du plan «écophyto 2018 qui prévoit une diminution de 50% des produits phytosanitaires (désherbants, insecticides, fongicides, etc.).
 
Un mélange fleuri offert.
Ces recommandations incombent tant aux collectivités qu'aux particuliers et répondent à un souci de santé publique.
 
Cette volonté devra s'accompagner de la bienveillance des graulhétois qui peuvent eux aussi contribuer à ce défi en arrachant devant chez eux quelques mauvaises herbes. Les personnes concernées par ce projet ont reçu dans leurs boîtes aux lettres un sachet de graines pour fleurir les murs de leur quartier et limiter ainsi le désherbage chimique tout en embellissant leur cadre de vie. Ce mélange fleuri est constitué d'une dizaine de vivaces et d'une trentaine d'espèces différentes à semer à l'automne pour une floraison en d'avril à juillet ou au printemps pour une floraison de juin à septembre. Les graines peuvent être semées sur un sol stabilisé, du sable ou une terre fine au pied d'un mur ensoleillé.
 
 
Publié le 16/04/2013 à 08:39 | 
 
Les nouveaux électeurs à l'honneur
 

 
C'est dans la salle de La République de l'Hôtel de ville qu'ont été reçus les nouveaux électeurs. Cette cérémonie permet aux élus de rencontrer chaque jeune de 18 ans nouvellement inscrit sur la liste électorale de la commune et constitue une occasion de leur remettre leur carte d'électeur en les sensibilisant aux droits et devoirs du citoyen.
 
C'est Philippe Gonzalez, adjoint chargé du social, du logement et de l'état civil, qui a présidé cette cérémonie citoyenne, à laquelle étaient conviés les 104 nouveaux jeunes électeurs de la commune.
 
«Voter est un droit qui n'est pas toujours allé de soi. Il est le fruit d'une longue évolution de nos institutions politiques et du combat mené par tous ceux qui ont permis que nous jouissions aujourd'hui de cette liberté fondamentale» a-t-il rappelé.
 
Et d'ajouter : «Si la vie d'un citoyen est faite de droits, elle comporte également des devoirs… N'oubliez pas cependant, comme le disait le président Kennedy, qu'il ne faut pas uniquement se demander ce que votre pays peut faire pour vous, mais aussi ce que vous pouvez faire pour votre pays». Chaque jeune présent s'est vu remettre sa carte d'électeur, le livret du citoyen et une place de concert pour Rastarn, avant de partager le verre de l'amitié.
 
 
Publié le 17/04/2013 à 08:31 | G.D.
 
De belles affaires à faire sur la ville
 
Renaud Martinet estime que Graulhet dispose d'un parc immobilier de très bon rapport qualité-prix./DDM.
 
En colère, Renaud Martinet. Un hebdomadaire national dans son supplément immobilier tarnais a oublié Graulhet en passant toutes les villes en revue. «Et pourtant, toutes agences confondues, il se fait une douzaine de ventes chaque mois sur la zone de chalandise», assure le gérant de l'enseigne Prémium. Il a ouvert sa première agence sur Graulhet voilà juste dix ans. «Si nous sommes sensiblement sur les mêmes nombres de ventes, après le pic de 2006, les prix ont baissé d'environ 15 %. Nous restons une des seules zones avec un prix au mètre carré qui avoisine les 1 000 €. C'est 20 à 30 % en plus sur Gaillac, 40 % sur Lavaur.»
 
«L'absence de gare et de lycée, le gros handicap»
Et de citer plusieurs habitations cossues de l'époque de la mégisserie florissante. «Il y a de très belles affaires sur des biens de qualité supérieure et de prestige. Il y en a aussi du côté des bâtiments commerciaux et industriels avec des rapports qualité-prix exceptionnels. Pour ce type de biens il y a très peu d'acquéreurs». Pour lui, l'éloignement de l'autoroute est une raison mais elle n'est pas la seule.
 
«L'absence de gare et de lycée d'enseignement général est le plus gros handicap de la ville que nous rapportent les gens qui cherchent à acheter dans le coin. Pourtant, il y a ici une qualité de vie au-dessus de la moyenne». Gérant graulhétois, Renaud Martinet l'est aussi désormais sur Rabastens, Albi, Lavaur, avec des agents sur St-Sulpice et Gaillac. Depuis quelques semaines, il recherche six commerciaux sur ces secteurs. «Nous pouvons les former. L'important c'est le dynamisme, le bon relationnel et l'envie de progresser». Les candidats peuvent se présenter à l'agence de Graulhet.
 
 
Publié le 17/04/2013 à 08:31
 
Le challenge Pierre-Astié revient à Valence d'Albigeois
 

 
Plus de 1 000 jeunes encouragés par un nombre considérable de parents ont disputé, samedi, sous le soleil à la Jonquière, l'édition du challenge Pierre-Astié. C'est l'école de rugby de Valence-d'Albi qui a été déclarée vainqueur pour son comportement sur le terrain et autour. Prochain tournoi, celui des «P'tits graulhetous» organisé le samedi 27 avril sur les mêmes terrains de la Jonquière toute la journée. Il mettra aux prises des équipes moins de 7 ans de l'Ajira (vainqueur de l'édition 2012), Lavaur, Sor-Agout, Carmaux, Gaillac, Castres, Rabastens, Saint-Sulpice et Graulhet. Début des rencontres à 10 heures. Possibilité de restauration sur place.
 
 
Publié le 17/04/2013 à 07:45 | Richard Bornia
 
Fin de cavale pour les braqueurs de la Maison de la presse
 
La Maison de la presse du Mercadial où se sont déroulés les faits en octobre 2012./ Photo DDM,R.Bornia
 
Deux des braqueurs de la Maison de la presse du Marcadial à Graulhet sont derrière les barreaux. Le 23 octobre 2012, peu après 10 heures, trois Castrais âgés de 23, 18 et 17 ans se rendent à Réalmont à bord d'un véhicule volé. Ils cherchent vraisemblablement une voiture plus puissante pour commettre un braquage car l'un d'eux à besoin d'argent. Ils repèrent une Peugeot 607. Ils forcent la maison, volent les clefs et foncent avec ce nouveau véhicule, vers Graulhet. A 11 heures, ils s'engouffrent dans les rues étroites du centre ville, s'arrêtent devant le tabac-presse du Mercadial. Pendant que le conducteur laisse tourner le moteur, bloquant la circulation, ses jeunes comparses braquent, en moins de 2 mn, le tabac-presse avec des armes de poing. Leur butin en poche (à peine 300 €), ils repartent en trombe. Dès lors, sans qu'ils s'en aperçoivent, le maillage des gendarmes du Tarn se met en place tout autour d'eux. Ils reprennent leur course folle dans la ville, tombent face à face avec une première patrouille de gendarmes. Prenant des risques inconsidérés, ils évitent l'arrestation et s'enfuient vers le quartier d'En Gach circulant à contre sens sur des routes empruntées par de nombreuses automobilistes à cette heure de forte circulation. A l'entrée du quartier, le conducteur percute le mur d'une habitation de la rue Carlac. Ils abandonnent la 607 et détalent sous le regard médusé des badauds.
 
Un troisième homme toujours recherché
L'important dispositif de recherches ne permet pas d'interpeller les trois fuyards. Dans le cadre d'une commission rogatoire diligentée par le juge d'instruction, pendant 6 mois, les enquêteurs de la section de recherches de Toulouse, de la brigade des recherches de Castres et de la brigade de Graulhet vont exploiter ou faire analyser la multitude d'objets et de traces abandonnées par les trois braqueurs. Formellement identifiés, ces 3 jeunes qui se sentaient traqués, n'étaient pas comme le jargon policier l'exprime ''logés précisément''. La bonne collaboration entre la gendarmerie et la police de Castres a permis l'arrestation de deux membres de la bande le 10 avril 2013 à Castres.
 
Placés en garde à vue les deux acolytes ont reconnu leur implication et ont été incarcérés à l'EPM de Lavaur et à la maison d'arrêt d'Albi. Le troisième individu, qui pourrait être le cerveau dans ces affaires est activement recherché.
 
 
Publié le 18/04/2013 à 08:11
 
Les jeunes basketteurs en stage
 

 
Le stage de basket pour les poussins poussines, benjamins et benjamines se déroulera samedi 20 et dimanche 21 avril au gymnase, de 10 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 16 h. Des intervenants seront présents sur le parquet : Lola De Angelis du TMB ( Toulouse Métropole Basket), plusieurs fois qualifiée en équipe de France, Rémy Berrabah du club de Ramonville et Olivier Scharf de Graulhet. Il reste quelques places pour le dimanche. Prochainement tournoi des benjamins et benjamines le 8 juin. En septembre, le TMB viendra en match de gala à Graulhet.
 
 
Publié le 18/04/2013 à 08:11 | R.B
 
Les joueurs peuvent aller se rhabiller
 
Des vestiaires tout neuf seront bientôt disponibles./Photo DDM
 
Des bennes de gravats ont quitté l'enceinte du stade Noël Pélissou en ce début de semaine. L'équipe «maçons» de la ville de Graulhet a commencé par les démolitions nécessaires au lancement de ce chantier. «Dans les anciens vestiaires, nous avons détruit une cloison afin de créer plus d'espace, pour que toute l'équipe puisse se retrouver au sein d'un même vestiaire. De même, les anciens urinoirs ont été enlevés, tout comme les anciens sanitaires qui accueilleront désormais un nouvel espace vestiaire. Une extension en front d'environ soixante mètres carrés sera réalisée par une entreprise. Ce nouveau bâtiment accueillera des sanitaires, des douches, mais également des WC publics et l'infirmerie. Nous répondrons ainsi aux normes en vigueur pour la fédérale 2» explique Guy Peyre, adjoint en charge des travaux.
 
Les vestiaires arbitres, les vestiaires visiteurs, ceux de l'athlétisme et les locaux de stockage seront également rénovés (peinture, électricité, chauffage, etc). De quoi rendre un président heureux.
 
«Nous sommes très contents que la réhabilitation de ces vestiaires, qui sont restés «dans leur jus» des années 56 et qui n'ont jamais bougé, aboutisse et se concrétise», confie David Gau, président du SCG rugby.
 
Meilleure image de marque
Et d'ajouter : «C'est nécessaire et très important. C'est pour offrir un meilleur confort à nos joueurs mais aussi véhiculer une image de marque. C'est aussi un atout pour recruter des joueurs. C'est aussi primordial de présenter des installations dignes d'un club de fédérale 2. N'étant pas aux normes, nous ne pouvions accueillir des matches de phase finale. Demain, ce sera possible. C'est une grande satisfaction pour nous tous de voir ce chantier démarrer, car cela nous permettra de créer des événements à Graulhet.». Pour assurer cette période de travaux, le club de rugby jouera à l'extérieur en début de saison. Les Pavois du Tarn se dérouleront essentiellement sur la plaine de sports de La Jonquière. Un seul match se tiendra au stade Noël Pélissou, une organisation spécifique sera mise en œuvre.
 
 
Publié le 19/04/2013 à 08:06 | Richard Bornia
 
Le chantier dans la dernière ligne droite
 
La passerelle progresse lentement mais sûrement , vers l'autre rive./Photo DDM.
 
Elus et techniciens de la ville de Graulhet, l'architecte Georges-Henri Ser, le maire Claude Fita, le vice-président de la Communauté de communes Charles Moreau se sont rendus sur le chantier de la Plaine de Millet pour constater l'avancement des travaux.
 
«Voilà un peu plus d'un an que le chantier de la Plaine de Millet a démarré : il vise à redynamiser le centre-ville et à relier deux quartiers jusque-là séparés par le Dadou», explique le maire.
 
En 12 mois, une grande crèche et un cinéma sont sortis de terre de chaque côté de la rivière. En ce mois d'avril, la grande passerelle est en train d'être installée pour relier ces 2 édifices.
 
Ce nouvel espace urbain est ainsi en train de prendre forme, à quelques mètres de la médiathèque intercommunale.
 
La crèche familiale.
 
Bientôt terminée, la nouvelle crèche familiale, installée côté Crins, domine la rivière et ses berges. Construite de plain-pied, cette nouvelle structure d'accueil de la petite enfance se caractérise par une belle surface, très fonctionnelle, lumineuse et colorée, avec une grande terrasse protégée pour les jeux extérieurs. Les finitions intérieures sont en cours de réalisation, ce qui implique une livraison probable en mai-juin.
 
Le cinéma.
 
Une salle de 200 places, l'autre de 80, l'acoustique a été privilégié laissant présager des conditions optimales de projection grâce à des faux plafonds et l'habillage des murs.
 
Ouverture prévue en septembre. Le régisseur exploitant devra assurer le fonctionnement du cinéma à raison de 20 séances minimum par semaine. L'objectif annuel fixé au régisseur est de 25 000 entrées payantes.
 
La passerelle.

Le montage de la passerelle, de plus de 100 m de long et plus de 5 m de large, progresse avec l'assemblage des pièces métalliques. Celle-ci devrait être achevée au plus tard en mai, même si elle ne pourra être empruntée par le public avant plusieurs mois.
 
Une nouvelle visite du chantier devrait avoir lieu fin juin, c'est à ce moment-là que l'on saura plus précisément quand ce vaste espace culturel sera achevé et ouvert au public.
 
 
Publié le 20/04/2013 à 03:48
 
Jour de printemps au lycée professionnel Clément-de-Pémille
 
 
Samedi, le lycée a pu ouvrir ses portes sous un grand soleil et offrir en prime, à ses visiteurs, l'exposition d'une douzaine de magnifiques véhicules anciens en partenariat avec le Tarn Rétro Auto Club.
 
Cette journée a connu un réel succès puisque plus de 400 personnes ont pu découvrir l'établissement et ses filières, avec les chefs d'entreprises et des élus ont pu constater l'évolution du LP.
 
Le record de déplacement appartient cette année à une élève et sa maman venus de Belfort pour prendre des informations sur la formation bijouterie joaillerie… quand d'autres de la région parisienne ou niçoise se sont intéressés à la filière mécanique moto.
 
 
Publié le 20/04/2013 à 09:30   G.D.
 
Les Pavois du Tarn visent l'Olympisme
 
Tous les intervenants sur l'organisation des Pavois, réunis en préparation de la 24e édition.
 
Le 9 mai, la plaine de la Jonquière et le stade Noël-Pélissou vont encore raisonner des sifflets d'arbitre et des bruits de crampons des rugbymen. Cette fois, et 7 ans après, les sites graulhétois accueillent la 24e édition des Pavois du Tarn. Cette tradition, initiée et perpétuée par le Comité du Tarn de rugby assisté cette fois par le Sporting et la mairie de Graulhet, va rassembler un millier de joueurs de tous âges et divisions de tout le département. «Ces Pavois sont l'image du rugby tarnais, l'occasion pour tous les acteurs de se rencontrer», assure André Laur, le président départemental, en énumérant les équipes à 7 des clubs de Top 14 ou Prod D2 comme des séries inférieures. «L'ambition est la représentation sur un même lieu, de toutes les couches et catégories». Plusieurs sélections et équipes de rugby à 7 formées pour l'occasion, dans l'optique de l'apparition aux Jeux Olympiques, seront présentes. «Les Pavois du Tarn sont désormais une manifestation reconnue. A preuve ? Il y a peu, nous étions obligés de chercher des équipes pour monter un plateau. Désormais, nous sommes sollicités par les formations !»
 
Sport adapté, féminines, seront présents avec une marraine de choix en la personne de Cathy Fleury, championne olympique de judo. Une bodega géante suivra dans l'enceinte du stade. Comme pour chaque édition, le Comité du Tarn remettra les divers trophées et challenges qui récompensent les bons parcours des clubs les moins huppés, mais aussi, honorera les éducateurs, joueurs et écoles de rugby du département, les plus méritants sur la saison.
 
 
Publié le 20/04/2013 à 03:50
 
Phase finale pour le tournoi inter-entreprises
 
La Team Hôpital et ses supporters .
 
Depuis mi-novembre 2012, la nouvelle saison de volley du tournoi inter-entreprises de volley vient de voir sa phase qualificative arriver à son terme. C'est ainsi que 9 équipes du canton se sont rencontrées sur les terrains de Graulhet (la Capelette et salle Primault) et de Labessière-Candeil (salle des sports).
 
Les équipes engagées dans ce tournoi sont Labessière Loisirs,, la gendarmerie de Graulhet, les Ets Weishardt, les commerçants de Graulhet, le Team Hôpital de Graulhet, le 6 One, les Artisans, les Paprika's Mens et Mairie-Giuille.
 
Après s'être rencontrés en phase qualificative un classement a été établi et les 4 premières équipes vont se rencontrer dans la phase finale.
 
Les demi-finales ont donc opposé la gendarmerie à l'hôpital et Labessière-Candeil à Weishard.
 
La petite finale aura lieu le 13 mai prochain salle Primault et la finale le 15 mai à Labessière-Candeil.
 
La remise des coupes aura lieu le vendredi 17 mai au centre aéré de la Courbe et sera suivie d'un vin d'honneur ainsi qu'à l'initiative des participants à ce tournoi et d'un repas.
 
Ce tournoi continue année après année d'avoir un beau succès auprès d'adultes travaillant dans notre canton qui peuvent ainsi dans la bonne humeur pratiquer leur sport favori.
 
 
Publié le 21/04/2013 à 03:47
 
Le travail récompensé pour les nageurs
 
A deux mois du meeting graulhétois, les nageurs arrivent en forme.
 
18 nageurs du SCG ont participé au 2e circuit départemental à Albi pour les minimes, cadets, juniors et seniors. Presque tous ont amélioré leurs meilleures performances. Hugo Bardou, rétabli, montre toute son énergie et sa volonté : 1.23.62 lors du 100 NL au lieu de 1.29.22. Yann Freslon progresse en technique et les chronos tombent de 2 sec sur 50 dos 42.88 et 50 brasse 41.96. Isabelle Gaspar réalise un beau 50 NL en 33.33. Manon Gaulhet gagne 2 sec sur 50 NL et 10 sur 200 NL en 3.03.39. Vincent Mathis progresse de 4 sec sur 100 pap 1.20.28, Margaux Mauriès grapille 1 sec sur 100 NL 1.22.88, Théo Roussel s'améliore d'1 sec sur 50 pap et 50 NL. Nicolas Papin continue sa fulgurante progression de «jeune» nageur : 1 ou 2 sec sur les 50 m, 2.55.48 au 200 4N et 1.07.00 au 100 NL. Pour Adrien Causse, 1.10.55 au 100 pap et 1.26.55 au 100 B ; Julien Vaudé retrouve son meilleur niveau et réalise de belles performances en brasse 1.18.84 SUR 100 m et 2.56.17 sur 200. Sa sœur Aurélie tombe 30 sec sur 200 dos 3.12.86 suivit de très près par Laure Thorel 3.14.01. Michel Hugo améliore de 12 sec son 200 NL 2.45.25 et 100 pap 1.28.74). Camille Guiraud égraine les secondes en NL : 31.89 sur 50 et 1.10N01 au 100m. Laura Pau, en verve, réalise un beau week-end : 1.08N56 au 100 NL, 35.82 au 50 dos, 34.31 au 50 pap et 1.22N73 au 100 pap.

 
Publié le 22/04/2013 à 09:12
 
L'ultra-marathonien revient dans la course
 
Après son arrivée à Gibraltar en octobre, le coureur a eu besoin de couper durant quatre mois. /Photo DDM
 
Il a terminé la Transeurope le 21 octobre dernier. Soit 4 178, 5 km, courus en 64 jours, 533 heures de course pour terminer 18e, avec autant de concurrents derrière lui et autant qui ont abandonné. «Après la Transeurope, j'ai eu besoin de couper, de penser à autre chose. J'étais vraiment saturé, l'envie de courir n'était plus là...aujourd'hui, j'ai retrouvé la motivation, j'ai des projets plein la tête.» Jean Pierre Richard a repris ses longues courses solitaires d'entrainement vers le 15 février. «Je cours 6 jours sur 7 et en doublant deux fois par semaine. Ce qui fait 8 séances par semaines pour un volume variant entre 90 et 140 km/semaine. Avec les beaux jours, je vais remplacer deux séances de course à pied par du vélo car j'ai peur de me blesser ou bien de faire un surentraînement, ce qui m'est déjà arrivé l'année dernière à la même époque». Le raider prépare actuellement les 24 heures d'Albi qui auront lieu les 8 et 9 juin prochains. Puis il participera à la Trans Gaule qui va traverser la France de Roscoff à Gruissan au mois d'aout. «Ensuite, j'ai été accepté au Spartathlon au mois de septembre, une course de 246 km entre Sparte et Athènes à courir en moins de 36 heures mais j'hésite maintenant avec les 24 heures de Grenoble qui seront support des championnats de France d'ultra-marathon». Un programme chargé pour le quadragénaire qui pensait, avec la Transeurope, avoir couru ce qui se fait de plus dur. Reste son rêve,, la Trans'Amérique. «Peut-être un jour...» .
 
 
Publié le 23/04/2013 à 08:00 | 
 
Le local cœur de ville ouvre ses portes
 
Les personnalités devant le local dont Claude Fita le maire, les ciseaux à la main pour la traditionnelle coupure de ruban.
 
C'est en présence du président du conseil général du Tarn, Thierry Carcenac, du maire de Graulhet, Claude Fita, d'élus, du représentant de la CCI du Tarn Christophe Fagot et de commerçants du cœur de ville, que la permanence «Cœur de ville» située rue Verdaussou a été inaugurée.
 
Le maire de Graulhet a profité de l'occasion pour donner les clés de ce local à l'association des commerçants et artisans du cœur de ville.
 
Après le traditionnel coupé de ruban, les intéressés ont pu découvrir ces lieux. Des travaux de reprise de toiture ont été menés par une entreprise, tandis que les agents municipaux de la ville ont repris mur, plafond, sol, électricité et ont procédé à la création de sanitaires. L'Agora a quant à elle mené des travaux de nettoyage et de peinture. La vitrine a été rénovée et égayée afin d'identifier au mieux ce lieu. Claude Fita confiait son attachement au commerce de proximité : «Agir pour le cœur de ville, c'est œuvrer sur trois axes. C'est tout d'abord agir sur l'espace public, par la rénovation de ces espaces, comme ici Place Jean Moulin, par le travail de proximité, par les efforts en matière de propreté et enfin par une gestion des déplacements et du stationnement. C'est ensuite agir pour le logement, ce que nous pouvons impulser grâce à l'OPAH (Opération programmée d'amélioration de l'habitat) avec Tarn & Dadou et l'opération façade. Enfin, c'est agir pour l'économie et le commerce en soutenant l'association des commerçants et en ouvrant justement cette permanence cœur de ville, véritable outil pour tous».
 
De son côté, Christophe Fagot, soulignait tout son contentement au nom de la CCI de voir une association de commerçants fédérée et active, outil privilégié pour tisser des liens avec la chambre consulaire.
 
Enfin, Thierry Carcenac précisait : «Je suis certain que l'embellissement de ce local aura un effet positif sur la ville, car il impulsera une dynamique et permettra ainsi de montrer l'exemple à suivre. Bravo pour tout ce que vous faites pour votre ville».
 
Et c'est autour du verre de l'amitié qu'élus et commerçants ont pu échanger et partager un moment de convivialité.

 
Publié le 24/04/2013 à 09:20
 
Le «club rugby» a rencontré les professionnels albigeois
 

 
Mercredi dernier fut une journée inoubliable pour 25 garçons et filles âgés de 8 à 11 ans du centre de loisirs de Briatexte et de l'Amicale Laïque de Graulhet. En effet, le matin ils ont pu assister à l'entrainement des joueurs professionnels du SCA, demander des autographes et effectuer quelques photos. Cette journée s'est poursuivie par une rencontre avec l'Ecole de Rugby de Saint Juéry alliant ateliers en commun et tournoi amical.
 
Ce projet piloté par le Comité Départemental de Rugby en collaboration avec l'Amicale Laïque de Graulhet et le centre de loisirs de Briatexte était la conclusion d'un cycle de 5 séances effectué les mercredis matin de mars et avril sur le stade Noël Pélissou.
 
C'est au total 40 enfants qui ont participé à ce projet sportif et éducatif. Ce «club rugby» développé pour la deuxième année consécutive et soutenu par le Contrat Urbain de Cohésion Sociale de la ville de Graulhet a pour objectif de faire découvrir l'activité rugby pour un public non licencié et d'utiliser cette discipline comme un outil éducatif et pédagogique.
 
Une initiative qui devrait intéresser plusieurs jeunes à ce sport.
 
 
Publié le 24/04/2013 à 03:50 | G.D.
 
Robert Couzinié distingué
 
Robert Couzinié, à gauche, décoré par Gerard Blériot.
 
Maire, élus, gendarmes, famille, amis, compagnons d'armes, la salle de la mairie était comble pour la remise de la médaille de l'Odre National du Mérite à Robert Couzinié. «Et du mérite, il en a à revendre», a d' entrée annoncé Gérard Blériot, lieutenant de gendarmerie à la retraité chargé d'énumérer les états de service du récipiendaire. Le 6 mai 57, Robert Couzinié est parti servir 27 mois en Algérie, comme transporteur d'engins.
 
Plus tard, l'appelé deviendra convoyeur vers la frontière tunisienne, un secteur difficile, à l'accès dangereux, en milieu hostile.
 
En juillet 59, son camion saute sur une mine, tuant trois de ses camarades. Gravement blessé, le Graulhétois sera évacué vers Batna, puis Alger et enfin rapatrié vers Toulouse. Le caporal-chef sera présenté en janvier 60 devant la commission de réforme, et sera rayé des contrôles. Désormais maçon, il va s'investir à fond dans ses nouvelles activités au service du combattant puis de l'ancien combattant. Il devient président de la section Afn, puis vice-président de Uft, et président de la section cantonale de 94 à ce jour.
 
Le conseiller général Claude Bousquet a rendu hommage au combattant, mais aussi au travail au sein de l'Union Fédérale. Il a tenu à y associer Huguette pour sa patience. Claude Fita le mairie, a salué le médaillé dans son rôle de témoin essentiel. Avec beaucoup d'humilité, Robert Couzinié relate ces années de jeunesse dans les Aurès. «J'y ai perdu six de mes amis. Avec le recul, c'est un conflit dont on aurait pu se passer. Mais, nous avons été désigné pour y aller, il a bien fallu le faire».
 
 
Publié le 25/04/2013 à 07:41 | 
 
Trifyl devient une étape touristique
 
Le groupe en réunion à Tryfil .
 
L'association Clé Vacances, un label de qualité pour les gîtes et chambres d'hôtes, a choisi Trifyl pour la partie touristique de son assemblée générale. 70 de ses membres sont venus visiter le circuit pédagogique du syndicat mixte de valorisation des déchets ménagers du Tarn. Cette visite n'était pas le fruit du hasard, car la philosophie de Clé Vacances rejoint celle de Trifyl : priorité au développement durable. Pour labelliser ses membres, Clé Vacances prend notamment en compte des critères tels que les économies d'énergies, la récupération des eaux ou le chauffage au bois. Par ailleurs les propriétaires de gites et chambres d'hôte sont sensibilisés au tri des déchets et ont pour objectifs de favoriser une telle action au près de leurs clients. 
Et justement l'éco circuit de Trifyl permet de faire un point précis sur la collecte sélective des déchets, grâce aux explications des ambassadeurs de Trifyl ; grâce aussi au pavillon multimédia et à ses jeux interactifs qui rappellent les consignes à respecter pour une meilleure éco consommation. Les touristes d'un jour ont suivi la totalité de la visite et la découverte du bioréacteur a marqué les esprits : cet équipement qui produit du biogaz, et donc de l'électricité à partir des déchets ménagers en étonne plus d'un. Bilan très positif pour ces spécialistes du tourisme qui ont bien l'intention de recommander aux vacanciers séjournant chez eux l'éco circuit de Trifyl, nommé «coup de cœur» du ministère de l'environnement lors des Journées de l'énergie en mars 2013.
 
Visites gratuites sur réservation au : 05 65 23 81 50.
 
 
Publié le 26/04/2013 à 08:28
 
Forum sur les jobs d'été
 
Chantal Chapus responsable jeunes et Carla Adaken formatrice à la MJC./Photo DDM, R.B.
 
2 jours pour trouver un emploi d'été. A l'initiative de la MJC, un forum sur les jobs d'été aura lieu lundi 29 et mardi 30 avril, de 10 h 30 à 17 h 30, dans les locaux de la Maison des Jeunes. «Nous proposerons des offres d'emploi lors de ces deux journées», annonce Carla Adaken, formatrice. Pôle Emploi, MCEF de Gaillac, Citrus (association pour des chantiers internationaux avec de jeunes bénévoles), le point Information Jeunesse participeront à cette rencontre où seront abordées notamment les techniques de recrutement. Des ateliers CV et lettre de motivation seront aussi proposés.
Renseignements : 05 63 42 66 11.

 
Publié le 26/04/2013 à 08:28
 
Succès pour le stage de basket
 
Les jeunes basketteurs ont apprécié .
 
Une trentaine de jeunes basketteurs (poussins poussines, benjamins et benjamines) a répondu présente au stage organisé par le SCG (Sporting club Graulhet) section basket.
 
Un stage qui était assuré par une pointure du basket, Lola de Angelis du TMB (Toulouse Metropole Basket), plusieurs fois qualifiée en équipe de France, en compagnie de Rémy Berrabah du club de Ramonville et Olivier Scharf de Graulhet.
 
Christophe Fagot, président du SCG Basket se réjouit de ces journées qui font rayonner le club graulhétois : «Sur les 2 jours, nous avons reçu plus de 60 jeunes ! Des basketteurs en herbe issus des clubs de Gaillac, Roquecourbe, Rabastens, et bien sûr Graulhet !».
 
Et d'ajouter : «Je tiens à remercier tout particulièrement Lola, ainsi que Rémi et Olivier, sans oublier tous les bénévoles du club qui ont contribué au succès de ce week-end sportif ! Un coup de chapeau à Fabien Poussier du club de Rabastens qui a été très présent et a même posté sur «you tube» le harlem shek de ce stage. J'ai à cœur d'organiser des évènements avec le club de basket de Graulhet afin de montrer le dynamisme de cette structure».
 
 
Publié le 26/04/2013 à 08:29  Richard Bornia
 
Un week end pour les caisses à savon
 
Voiture écologique, la caisse à savon sera à l'honneur ce week-end.
 
Du 26 au 28 avril, le championnat de France de Push Car se déroule à Graulhet. Le Push Car, plus communément appelé caisse à savon, est une discipline sportive qui s'apparente, de loin et fort brouillard, à la Formule 1. En moins bruyant, moins polluant, moins cher, mais ô combien plus sympathique : une caisse à savon est un véhicule pour enfant composé d'un châssis, de 4 roues, de 2 axes dont un est mobile. Elle ne possède pas de moteur et est donc un véhicule écologique. Elle se déplace par la seule force de la gravité. Elle est composée de bois ou de métal, d'un volant et de freins. Les caisses à savon peuvent être construites et utilisées par des enfants pour le simple plaisir de descendre de petites pentes mais elles peuvent l'être aussi pour de véritables compétitions. Organisée par la très sérieuse Fédération des caisses à savon et les Francas du Tarn, cet événement devrait drainer la grande foule au lac de Nabeillou. 
Les compétiteurs, notamment les enfants et adolescents du centre de loisirs de Graulhet travaillent depuis des mois pour confectionner leurs bolides, quelquefois avec l'aide de leurs parents. Les épreuves se dérouleront en trois manches sur une piste en faible descente. La sécurité est le maître mot et les pilotes en herbe ne prennent aucun risque. Il y aura donc du sport mais aussi des fous rires. Nés de l'imagination sans borne de grands enfants, des adultes piloteront des engins folkloriques et s'affronteront sur une piste de 400 mètres . Ce Grand Prix permettra de découvrir un village avec différents stands et de nombreuses animations proposées par les associations de la ville. Samedi, à 18 heures, le groupe tarnais «Les Oreilles Rouges» donnera un concert. Le programme : vendredi, à 15 h : parade dans la ville et cérémonie d'ouverture. Samedi, à partir de 9 h : courses, concours d'esthétique, initiations sportives. Dimanche, à partir de 9 h : finale de push car, course de vitesse et d'obstacles, course de caisse à savon folklorique, démonstration de caisses sport, remise des prix.
 
 
 
Publié le 27/04/2013 à 03:46
 
Concours jeunes talents
 
Une journée réussie, malgré la chaleur. Rendez vous en 2015 pour le renouvellement de cette action.
 
Ce concours d'une grande qualité a réuni sur la matinée, 64 enfants pour 21 numéros des quatre maisons de l'enfance: Albertarié: 10 enfants pour 4 numéros, Victor Hugo: 17 enfants pour 7 numéros, Crins: 12 enfants pour 3 numéros, En Gach: 25 enfants pour 7 numéros.
 
Le jury composé de 4 parents et de 8 enfants a eu des difficultés pour départager les concurrents. L'annonce des résultats devant une salle comble (plus de 200 personnes) a donné les vainqueurs suivant: Catégorie théâtre: les Flyboys (groupe de Crins). Catégorie dans: les Frippeurs (groupe d'En Gach). Catégorie cabaret: les Clowns Ching Chang Chong Boys (groupe d'En Gach). Catégorie chant-musique: Don du Cœur (groupe de Victor Hugo). Ces 4 groupes ont pu se produire devant tous leurs camarades et animateurs. Chaque enfant participant c'est vu remettre un diplôme de participation.
 
L'après midi s'est ensuite poursuivi en Zumba, avec la danseuse Christelle, qui a mis «le feu à la salle» et la Troupe Lasidoré avec un spectacle ou la chanson, l'humour et l'action se sont mêlés.
 
 
 
Publié le 27/04/2013 à 03:47
 
Hérault et PO vainqueurs du Challenge Batigne
 
Les deux équipes sur le podium aux côtés d'André Laur, président du Comité du Tarn, co-organisateur avec le SC Graulhet.
 
Les sélections de l'Hérault et des Pyrénées Orientales, n'ont pu se départager et sont montées toutes les deux sur la plus haute marche du podium du 11e challenge Marcel Batigne, mercredi à la Jonquière. Dans le classement Niveau A, le Tarn a fini 4e juste derrière l'Aude. En Niveau B, ce sont les Hautes Pyrénées qui remportent le tournoi devant la Haute-Garonne 2 et le Lot. Les meilleurs jeunes arbitres désignés sont les représentants de la Haute-Garonne, Tarn et Hérault. Dans le tournoi des filles, sur les terrains de Briatexte, le Languedoc remporte la catégorie Excellence devant les Pyrénées Orientales et le Lot. En catégorie Développement, le Tarn a pris le meilleur sur Languedoc et l'entente Haute-Garonne- Tarn et Garonne. C'est encore le Languedoc qui a remporté le challenge des U13 devant l'entente Tarn-Aveyron.
 
 
Publié le 27/04/2013 à 03:47
 
Gymnastique : Il ira aux France
 

Dimitri Mazelier.
 
Un représentant en finale de championnat de France, c'est chose faite avec Dimitri Mazelier en catégorie nationale B 16 ans. Il défendra les couleurs de l'Avant Garde Graulhétoise le 10 et 11 mai 2013 à Cognac (16). Le Stade Pélissou recevait les gymnastes en compétition départementale par équipe. Catégorie pouss'up 1, 1ère : Elona, Victoria, Emeline, Tiffany et Oléna, 2ème : Mahé Amélie, Marine et Clarisse, 7ème : Elise, Lisa, Adelaïde, Shana et Garance. Catégorie DR Promotion benjamine: 2ème : Manon, Lory, Aurore, Léa et Aude. DR Promotion benjamine/minime: 1ère : Aurélie, Romane, Océance, Coralie et Aloë. DR Promotion TC, 2ème : Chloé, Charlène, Audrey, Léa et Julia. DR Honneur TC, 1ère : Elisa, Elise, Océane, Emma et Juliette. DR Excellence TC, 2ème : Mélissa, Alexia, Cindy, Elodie et Alicia. Ces équipes sont sélectionnées pour Cahors les 25 et 26 mai.
 
 
Publié le 27/04/2013 à 09:11
 
Naturévasion rando a fêté ses 20 ans
 
Le Maire, le Conseiller et les présidents lors des discours d'anniversaire.
 
L'Association Graulhetnaturévasionrando GNR s'est réunie pour célébrer dans la bonne humeur son 20ème anniversaire en présence du maire de Graulhet Claude Fita, le Conseiller Général Claude Bousquet et du Président du Cdrp du Tarn Robert Azais, montrant ainsi tout l'intérêt qu'ils portent à l'association. Petit historique de ces 20 années : Patrick Blatgé premier président en 1992, Yvan Fresquet lui a succédé en 1994, en 2002 Christian Marc en prend la présidence jusqu'en 2005. De 2005 à 2012 Alain Hicter est devenu le président emblématique que nous connaissons tous ; « On lui succède mais on ne le remplace pas» cite le nouveau président Maurice Monzat.
 
«Merci à tous les anciens, les présents et tous les nombreux bénévoles qui se sont dévoués à la bonne marche de Graulhetnaturévasionrando» Une cinquantaine d'adhérents, participent aux sorties hebdomadaires ou dominicales, à la journée ou à la demi-journée. Le 7 avril un groupe est partie en randonnée au Pic de Bugarach. Les 25, 26 et 27 mai un voyage à Turenne en corrèze et Martel la vallée de la Dordogne et Rocamadour est au programme. Le 23 juin pour cloturer la saison, à Nerac avec rando et repas-croisière sur la Baïse. «Les objectifs pour la saison prochaine seront fixés après l'assemblée générale de septembre mais dans l'immédiat nous participons aux activités de Naturabeillou; nous participons ou organisons des randonnées avec des maisons pour handicapés dans le cadre du comité départemental du sport adapté. Ce mois-ci nous étions présents à Lautrec et à Cestayrols. Nous traçons également le balisage des sentiers du département qui nous sont confiés par le CDRP à notre niveau,la formation d'animateur et l'initiation au numérique sont prodiguées par Alain Hicter. C'est une priorité de la Fédération Française Randonnés pédestre. Nous travaillons actuellement sur plusieurs projets de sentiers qui seront probablement finalisés dans les mois à venir».
 
 
Publié le 27/04/2013 à 03:49
 
Trentième année de fête chez les Poètes sans frontières
 
 
Samedi 20 avril l'auditorium était à la fête avec les poètes, les chanteurs et le chœur de Fiesta.Le public ne s'est pas trompé en venant nombreux écouter ce spectacle de mots et de musique.
 
Trente soirées ouvertes au public, autant partagées avec les résidents de la maison de retraite, la bibliothèque, les radios et les associations, partage de soirées avec ARPO de poètes de renoms, 13 recueils et enfin un livre, c'est après un rapide historique et un bilan riche de leurs actes que le président Jean Paul Aymés donnait le ton avec un texte d'Yves Duteil : «Avoir et être» deux verbes essentiels dans notre belle langue.
 
 
Publié le 28/04/2013 à 09:56   G.D.
 
Les «push cars» à l'épreuve de la boue
 
L'équipage de l'école de l'Albertarié, Lucas, Melvin et Pierre en Super Mario, sur le thème du printemps. /Photo DDM.
 
Bien sûr, à la hâte, il a fallu réaménager le programme et adapter les installations. Bien sûr, vu les conditions, la moitié des équipages n'a pas fait le déplacement. Bien sûr, la météo froide et surtout pluvieuse de ce samedi a gâché la fête de cette première journée. Mais rien, même pas la boue rendue collante par les va-et-vient des parents et supporters autour de la ferme de Nabeillou, point central de la manifestation, n'est venu perturber l'enthousiasme de Patrick Garcia, le président de la Fédération Française de caisses à savon, organisatrice de ce championnat de France de «push-car» et de caisses de vitesse. «Cette situation, nous ne la vivons pas comme un échec. Le temps est contre nous, certes, mais la ville et la mairie ont montré leur soutien à la manifestation. Ce week-end, c'est la version zéro, un essai, que nous allons améliorer pour l'année prochaine. Nous sommes appelés à le refaire !». Une vingtaine seulement de «push-cars», la plupart du Tarn, quelques-uns du Lot ou de Gard, ont pris part aux épreuves de maniabilité, finalement installées sous le grand chapiteau, et à la course chronométrée d'une centaine de mètres avec obstacles, en parcours extérieur, entre deux ondées.
 
Les écoles graulhétoises au rendez-vous
De quoi ravir les jeunes crépis de boue et un public bon enfant, venu assister à cette première. Les écoles graulhétoises, sous l'égide de l'amicale laïque, qui a aidé à la construction des quatre «push-cars», décorés sur le thème d'autant de saisons, se sont montrées à leur avantage, jouant à domicile et avec le soutien du public. Un pilote, deux pousseurs à tour de rôle et des sensations dans les virages en épingle. Ce dimanche après-midi, le site de Nabeillou accueillera les épreuves adultes avec la descente et les bolides conçus pour la vitesse, ainsi que la présentation de caisses folkloriques.
 
 
Publié le 28/04/2013 à 03:47  R.B.
 
Premières graines au lac de Miquélou
 
Venez planter des graines au Lac de Miquélou./Photo DDM.
 
Cet après-midi à partir de 15 h, les «Incroyables Comestibles» invitent tous ceux qui le souhaitent à venir planter les premières graines sur le site du lac de Miquelou. À cette occasion, ils feront découvrir, en toute simplicité, leur action, à travers la présentation du lieu et des valeurs véhiculées par ce projet. Etant très accessibles et désireux de partager, les membres des Incroyables Comestibles échangeront avec plaisir sur le mouvement. Tout est donné, rien n'est vendu.
 
Cette journée «d'inauguration» s'inscrit dans la dynamique écologique et sociale portée par les Incroyables Comestibles, son but étant, le temps d'un dimanche, de créer une véritable cohésion sociale autour d'une seule et même chose : la terre. Chaque participant a le choix, soit il amène des graines, même des semis, ou bien dans l'autre cas les Incroyables Comestibles fourniront de quoi planter. Le lac de Miquelou n'a pas été choisi au hasard, point de rencontre de nombreux Graulhetois, les Incroyables Comestibles ont su profiter de cet endroit pour installer leur potager partagé. Jeune ou moins jeunes, travailleurs ou retraités, parents, enfants ou célibataires, la journée «Ramène ta graine» est ouverte à tous. Pour l'occasion les membres prépareront de quoi grignoter sur place et seront heureux d'accueillir tous ceux quoi souhaitent venir, que ce soit pour participer, pour s'informer ou juste pour donner
 
un sourire. Traduit de l'anglais «Incredible edible», ce mouvement arrive tout droit du Nord du Royaume-Uni, de la ville de Todmorden, où il a démarré en 2008. Ce projet fut initié par les habitants. Devenues au fil des ans plus qu'un simple passe-temps ces cultures sont une véritable réponse à la crise. La coopération plurielle à tous les niveaux et l'autosuffisance sont les principales missions des Incroyables comestibles. Le mouvement ne cesse de se développer en France et dans le monde entier.
 
 
Publié le 29/04/2013 à 08:06 | G.D.
 
Une tonne de pommes de terre pour les associations caritatives
 
Les bénévoles des Restos avec Maurice Tissandié à gauche, Guy Berjaud et Jacques Désert le président graulhétois./ Photo DDM.G.D.
 
C'est un geste conséquent que vient de faire Maurice Tissandié en ouvrant en bordure de rocade, sa boutique Au petit marché graulhétois. Il a offert une tonne de pommes de terre de Bretagne, à partager entre les Restos du Cœur et le Secours Populaire. «Il y a cinq ans, à l'époque à Fiac, j'avais fait le même don pour les seuls Restos. Cetta fois, j'y ai associé le Secours Populaire, pour tenter de toucher encore plus de gens démunis. Je tâcherais de faire pareil avec les pommes en octobre», avance le commerçant qui a été chaleureusement remercié par les responsables des deux associations œuvrant dans le social. «Nous recevons très rarement des dons de ce genre et de ce gabarit. Mr Tissandié nous a informés hier, et aujourd'hui nous étions là pour enlever nos 500 kg. Nous distribuons peu de légumes habituellement. Ce don va nous permettre de modifier et agrémenter nos aides», assure Dominique Roblin, responsable local du Secours Populaire.
 
Les bénévoles des Restos du Cœur se sont aussi mobilisés rapidement, et le président départemental Guy Berjaud est même venu prêter la main et remercier le donateur. «Tout ce que l'on nous donne, nous n'avons pas besoin de l'acheter ! Une partie va être distribuée sur Graulhet, l'autre sur les autres Restos tarnais. Ce geste nous fait du bien au moment ou l'on s'attend à une réduction de la dotation européenne pour les plus démunis qui supprimerait 50 millions de repas toutes associations confondues. Les Restos tarnais qui en ont servi 30 000 cet hiver seront pénalisés, comme les Restos de Graulhet, qui ont aidé 165 familles ou près de 500 personnes».
 
 
Publié le 30/04/2013 à 08:20
 
Cinq jeunes plein d'avenir
 

 
Comme évoqué lors du dernier conseil municipal, la ville a embauché cinq jeunes dans le cadre des «contrats avenir». des emplois d'avenir. Ils ont été reçus dans la salle Jean Jaurès par Claude Fita, maire de Graulhet, mais aussi Coralie Delon, conseillère emploi à la mission locale Tarn Sud et de certains de leurs tuteurs. Sophia, Elodie, Mathieu, Florian et Jean-Baptiste ont signé chacun trois documents : leur contrat de travail, leur dossier d'engagement et de suivi dans le cadre de cet emploi d'avenir, et enfin, la convention tripartite qui lie l'Etat, la collectivité et ces jeunes. Les nouveaux employés municipaux ont ensuite «fait le tour des services» pour découvrir le fonctionnement de la mairie avant d'investir leurs services respectifs aux côtés de leurs tuteurs : Elodie à l'accueil CCAS, Sophia à l'accueil de l'hôtel de ville, Jean-Baptiste au service culture, et enfin, Mathieu et Florian ont rejoint le pôle valorisation des espaces, équipe voirie. Ces contrats devraient permettre de donner à des jeunes la chance de découvrir le monde du travail et de se doter d'une expérience professionnelle.
 
 
Publié le 30/04/2013 à 08:28 | P.-J. P.
 
Des tags injurieux sur la mosquée
 
Trois heures après la découverte des tags, tout avait été effacé et nettoyé à l'entrée de la mosquée Nour Al-Mouhammadi./Photo DDM, JCC
 
Des tags à caractère injurieux ont été découverts hier matin à la mosquée Nour El-Mouhammadi, l'un des deux lieux de culte musulman ouverts à Graulhet. Dans la nuit de dimanche à lundi, quelqu'un a souillé un mur de la mosquée et le pas-de-porte, qui donne sur la rue Saint-Jean, de deux dessins représentant une tête de porc et un sexe masculin et d'une inscription «Les arabes dehors». Avisée, la brigade de gendarmerie de Graulhet s'est rendue aussitôt sur les lieux pour constater les faits, constitutifs de profanation dans le Code pénal. La mairie a diligenté les services techniques pour nettoyer les abords de la mosquée : trois heures plus tard, toute trace était effacée.
 
Si, à Paris, le ministre de l'Intérieur a «fermement» condamné «les inscriptions infâmes portées sur les murs de la mosquée, les réactions sont beaucoup plus mesurées dans la cité mégissière. Les responsables de l'association musulmane ne souhaitent d'ailleurs pas déposer plainte. «Ce dessin ? C'est presque rien du tout et ç'a été vite effacé. C'est tellement enfantin comme graffitis qu'on reste sereins», indique Ali Ghrouti. Le président de l'association qui gère la mosquée «ne veut surtout pas rentrer dans le jeu de personnes qui, à travers ce genre d'acte, chercheraient à envenimer les choses. Nous sommes des musulmans tolérants».
 
Le maire de Graulhet Claude Fita, qui a rencontré les responsables de la communauté musulmane hier après-midi, est «tout à fait d'accord sur ce principe d'apaisement. J'ai fait effacer tout de suite ces graffitis ce matin car pour moi la mosquée est un bâtiment public et je lui accorde de l'importance. Je condamne bien sûr cet acte mais mon devoir est que tout le monde vive dans la meilleure entente possible dans notre ville.»
 
Le ton est forcément plus ferme place Beauvau où l'affaire de Graulhet coïncide avec la dégradation ce week-end d'une vingtaine de tombes du carré musulman du cimetière de Vitry-sur-Seine. Le ministre de l'Intérieur indique que «tant dans le Val-de-Marne que dans le Tarn, des enquêtes sont en cours afin de retrouver les auteurs de ces actes odieux».
 
 
Elle avait fait enlever sa rivale : une Graulhétoise en prison
 
Publié le 30/04/2013 à 10:09 | Claire Lagadic
 
Elle avait fait enlever sa rivale : une Graulhétoise en prison
 
Odieuses dans les geôles lors de leur garde à vue au commissariat central de Toulouse, elles sont apparues presque timides, hier, dans le box des prévenus lors de leur comparution immédiate. Deux jeunes femmes, âgées de 20 et 23 ans, domiciliées à Graulhet, étaient présentées devant le tribunal correctionnel pour un vol avec violences commis vendredi soir à Toulouse. Avec une mineure, qui sera convoquée ultérieurement devant le juge des enfants, elles avaient mis sur pied un véritable guet-apens. Leur victime : une jeune Toulousaine que Kelly, jeune mère de famille de 23 ans, soupçonnait de vouloir lui «voler» son petit ami, par ailleurs incarcéré.
 
Vendredi soir, les trois Tarnaises ont attendu la supposée rivale à la sortie du restaurant où elle travaille, dans le centre de Toulouse. Elles l'ont poussée dans une voiture. Une sorte de kidnapping qui aurait pu mal se terminer si des témoins de la scène n'avaient pas alerté aussitôt la police. Le véhicule sera intercepté sur le périphérique extérieur, entre les sorties La Cépière et La Faourette. Choquée, la victime sera conduite à l'hôpital. Elle venait de vivre des moments très pénibles : les yeux bandés, elle avait reçu des gifles, subi des brûlures de cigarettes sur les mains et un flot d'insultes. Elle sera même détroussée, d'où la qualification retenue par le parquet. Présente à l'audience hier, soutenue par son avocat Me Gay, la victime portait encore une minerve.
 
Petite, cheveux tirés en arrière, Kelly, 23 ans, est l'instigatrice de cette vendetta sur fond de jalousie. «Vous êtes décrite comme le chef de bande», explique le président Vergne.
 
«Je reconnais, je regrette, lance la jeune femme d'une voix fluette. C'est la première fois que je suis en garde à vue et ça s'est mal passé.»
 
Mère d'un enfant de 5 ans, elle ne travaille pas et vit chez ses parents, à Graulhet.
 
En l'absence de jurés citoyens, les deux Tarnaises n'ont pu être jugées. L'enjeu résidait donc dans leur éventuel placement en détention. Kelly, qui n'en est pas à sa première tentative d'agression, est repartie en prison, en attendant son procès prévu fin mai. Sa complice a été laissée libre.
 
 
Publié le 30/04/2013 à 08:20   Richard Bornia
 
Les jeunes bossent avant de voyager
 
Dans le groupe, l'ambiance est au beau fixe./Photo DDM, R.B.
 
Quatorze jeunes à Paris, 7 autres à Marseille, grâce aux chantiers jeunesse proposés par la MJC, des adolescents graulhétois découvriront cette semaine deux villes : Marseille et Paris, qu'ils n'auraient pas eu le loisir de visiter. Pour profiter de cette escapade, ils ont dû travailler ferme la semaine dernière. Les uns étaient affectés à l'entretien des espaces verts, pendant que les autres s'attelaient à des travaux de peinture à l'intérieur de la MJC. Ces chantiers sont ouverts aux filles comme aux garçons. «Ça va me permettre de quitter ma ville pour quelques jours et de visiter des sites que je ne connais que de nom» confie Shayna, 16 ans. Les vêtements couverts de tâches de peinture, elle se projette déjà : «Je veux voir la Tour Eiffel». À ses côtés, Kharthar, 15 ans approuve : «C'est sympa de sortir de notre ville et de voir de nouveaux horizons». 
 
Chantal Chapus, responsable des actions jeunes à la MJC précise bien les choses : «Nous leur demandons un vrai travail. Ils sont tenus à des horaires et pendant leurs activités, ils ne traînent pas .» Les chantiers jeunesse sont un dispositif initié par la CAF : «Le principe est simple : les jeunes qui y participent exécutent un travail répondant à une utilité sociale et publique .» Travailler n'engendre forcément pas la mélancolie. Dans le groupe, l'ambiance est au beau fixe. Ca chambre, ça discute, mais ça bosse. De vieux tags sur les murs de la MJC sont nettoyés et effacés, les ronds points du quartier de Crins et d'En Gach sont entretenus : «Nous pouvons aussi découvrir les copains sous un autre angle. On fait un effort en commun»souligne Saba, 16 ans. Ce matin, dans deux mini-bus de la MJC, les ados prendront la route, direction la Capitale. Un autre groupe arpentera les rues de Marseille, avec une visite du stade vélodrome bien sûr. Cet été, d'autres chantiers seront proposés, en contrepartie les jeunes pourront assister à des concerts et des festivals.
 
Jacques Cussol remporte le concours de pêche de la Mjc
 
Page réalisée à partir du site ladepeche.fr
 
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement