Du Bruc à Ricardens
Actualités août 2013


 
Publié le 01/08/2013 à 08:54 | | La Dépêche du Midi | 
 
Plan canicule : le CCAS est en action
 


Roger Biau prépare avec l'équipe du CCAS la mise en œuvre du niveau 2 du plan canicule 
 
Si l’été 2013 s’est fait attendre, aujourd’hui, les températures dépassent les 35° C dans l’après-midi. Aussi, le personnel du CCAS tient-ils à rappeler à l’ensemble de la population, et notamment aux personnes âgées, quelques consignes à observer afin de se protéger de la chaleur.
«Il est déjà conseillé d’éviter de sortir à l’extérieur aux heures les plus chaudes et de rester dans les pièces les plus fraîches. En l’absence de rafraîchissement dans l’habitation, il est nécessaire de passer au moins deux ou trois heures par jour dans un endroit frais et de prendre régulièrement des douches ou bains frais, sans se sécher, mais aussi à boire régulièrement et sans attendre d’avoir soif.
 
Boire beaucoup d'eau
Côté boissons, il faut éviter de consommer de l’alcool ainsi que les boissons à forte teneur en caféine ou très sucrées.
«Essayez également de manger normalement !» rappelle ainsi Roger Biau, adjoint au maire en charge de la santé.
 
Le CCAS, coordonnateur du plan canicule sur la ville se tient à disposition des Graulhétois. Les personnes âgées peuvent s’y faire connaître et les proches peuvent également signaler au CCAS les personnes concernés.
Ce recensement concerne les personnes de 65 ans et plus ainsi que les personnes de 60 ans reconnues inaptes au travail et les personnes adultes handicapées, résidant à leur domicile et n’ayant pas de famille à proximité ni d’aide extérieure.
 
Un registre à cet effet
Un formulaire confidentiel est à disposition. Les personnes inscrites sur ce registre font ainsi l’objet d’un suivi et d’une surveillance particulière en cas de fortes chaleurs dans un souci de santé publique.
La finalité est de permettre l’intervention ciblée des services sanitaires et sociaux auprès des personnes inscrites en cas de déclenchement du plan d’alerte et d’urgence.
 
Actuellement, et eu égard les conditions météorologiques actuelles, le niveau 2 du plan canicule «mise en garde et actions» est activé.
Aussi, le CCAS avec l’aide de ses partenaires invite-t-il les personnes fragiles à suivre ces recommandations et à se signaler auprès du CCAS. Pour de plus amples renseignements il suffit de téléphoner au 05.63.42.85.62.
 
 
Publié le 02/08/2013 à 08:17 
 
Le tennis de table rebondit
 
Le bureau au complet en partant de la gauche Annick Moreau trésorière adjointe, Myrlise Da Cunha secrétaire, Sandrine Sabo secrétaire adjointe, Francis Morales vice-président, Eric Moreau président et Katia Masset trésorière. 
 
Le mois dernier, lors de son assemblée générale, un nouveau bureau a vu le jour pour le club de Tennis de Table qui a vu le jour en 2008 et compte 28 adhérents. Ces bénévoles ont pour point commun d’être dynamiques et très motivés.
L’objectif du nouveau bureau est simple «Nous nous sommes fixés trois objectifs pour la saison à venir, : l’engagement de deux équipes en championnat de troisième division départementale, l’augmentation du nombre de licenciés et, surtout, une meilleure compétitivité avec pour objectif de faire monter les équipes en division supérieure» résume Eric Moreau, président du club. Et les bénévoles ont décidé de donner les moyens nécessaires au club pour atteindre ces objectifs : «Nous avons la chance de disposer d’un robot d’entraînement pour améliorer les gestes des compétiteurs et nous allons en profiter. Un entraîneur départemental en plus des entraîneurs bénévoles viendra renforcer l’équipe et nous envisageons l’acquisition d’équipements supplémentaires. Aussi, sommes nous en recherche active de partenaires financiers», poursuit Katia Masset, trésorière.
 
La petite balle réussit au sein du club à favoriser l’esprit de détente et la convivialité que chacun recherche. Au plaisir de l’exercice physique s’associe une progression dans la technique comme dans le jeu. Se maintenir en forme devient alors facile, accompagné par un encadrement adapté et les nombreuses animations qui jalonnent la saison sportive. Pour évaluer son niveau, pour progresser encore, bénéficier d’un encadrement technique compétent et d’entraînements réguliers et pour goûter au piment de la compétition lors de tournois et de championnats adaptés à son niveau, tant en individuel que par équipes, le tennis Club Graulhétois répond également présent. Une après midi «Portes ouvertes» sera organisée le 7 septembre à la salle de la Capelette. Pour de plus ample renseignement il est possible de joindre le club au 06.63.78.06.73 ou au 05.63.34.55.01 aux heures de repas.
 
La reprise des entraînements est prévue le 26 août à 18 heures à la Capelette. Les entraînements ont lieu dans le salle le lundi de 18h à 20h, le mercredi de 18 h à 20h et le vendredi à partir de 21h.
 
 
Publié le 02/08/2013 à  08:16 | 
 
Viaule, traiteur, 50 ans en crescendo
 
Deux générations, de Roger et Huguette à Christophe et Philippe, et une équipe formée à la fabrication et aux services les plus exigeants. 
 
Les quatre repas de la Fête des Vins de Gaillac (2 000 assiettes), les neuf jours d’agapes des seniors toulousains à Noël, au palais des congrès Pierre-Baudis (avec 775 couverts à chaque fois): voilà les derniers marchés conquis par la SARL Viaule, le traiteur graulhétois, dont l’aire d’expansion gagne aussi l’Aude et l’Aveyron. Une belle croissance pour cette entreprise créée en novembre 1965 par Roger Viaule, un ancien salarié de la charcuterie, et son épouse Huguette. Depuis, l’entreprise est toujours restée familiale, avec l’entrée des fils Christophe, qui devient gérant en 1998, puis de Philippe, qui a intégré l’équipe en 2005 comme chef de fabrication. A la vielle de fêter ses 50 ans, la SARL compte 10 salariés, parmi lesquels Thierry Rayssac, chef de cuisine depuis vingt ans, et un personnel stable qui connaît son job sur le bout du doigt. En 2011, Christophe Viaule a obtenu le titre de Maître Artisan, décerné par la Chambre de Métiers, eu égard à son niveau de prestations et son rôle dans la formation des apprentis.
 
Maître artisan
L’année suivante, l’entreprise a franchi un palier avec un investissement conséquent sur un laboratoire high tech de 700m2 aux normes HACCP. Ses galons de champion, Viaule les a gagnés en 2012 lors de Terre Gourmande, à Lautrec où il a servi 8 000 repas chauds en 3 jours, plus la soirée de gala du samedi. «Notre principe est intangible: nous achetons les produits bruts et nous cuisinons tout. En priorité des produits de proximité, avec des fournisseurs que nous connaissons bien». Ce crédit de confiance, Viaule l’a acquis aussi auprès des consommateurs locaux - associations, collectivités, particuliers -, sa carte de saison est renouvelée en permanence, même si le produit-culte de la société, le fameux jambon braisé (8h de cuisson) avec deux serveurs qui le présentent dans un tour de salle triomphal, reste le favori de beaucoup, avec sa sauce aux cèpes ou aux pêches. Au fil des saisons et des années, Viaule traite ses convives aux petits oignons.
 
 
Publié le 03/08/2013 à 03:47 
 
Benjamin Boutié près des meilleurs
 
Benjamin Boutié
 
Benjamin Boutié a couru le week-end dernier en Andorre à la 3e manche de la Coupe du Monde de VTT. Et le graulhétois a fait mieux que prévu. Il pensait faire dans les 30 premiers de sa catégorie vu que c’était sa première Coupe du Monde et que les meilleurs mondiaux y participent.
Il a terminé 14ème junior lors de la 1ère manche de qualification et 19ème junior lors de la finale sur 53 juniors participant.
 
Pari gagné et bien plus encore.
«Il est très fier d’avoir été sélectionné dans l’équipe de France et d’avoir couru sous le maillot bleu blanc rouge, il espère renouveler l’expérience, ce qui est fort possible vu son résultat» envisage sa maman. Ces 5 jours au sein de l’équipe de France ont été une belle expérience pour lui. «De plus le sélectionneur national a eu l’air satisfait des performances de son groupe». Le 10 août il participera à la 3ème manche de la coupe de France aux Ménuires et le 18 août à la finale de la coupe de France à Meribel. 
 
 
Publié le 03/08/2013 à 06:54 | G.D.
 
Le garage solidaire ouvrira en septembre
 
Jean-Luc Liance et Jean-Pierre Sompayrac, aménagent le local, ancienne brasserie et futur garage solidaire. Contact au 05 63 34 85 93. 
 
Le 1er septembre, sur le modèle des garages sociaux qui fleurissent partout dans l’hexagone, le premier garage solidaire mécanique ouvrira au 21 chemin de la Bouscayrolle. À l’origine du projet, une association et pour le démarrer, un intervenant, Jean-Luc Liance. «Même si je préfère le terme d’accompagnement à la mécanique, un garage solidaire est un garage associatif ouvert à tout public, mais surtout aux personnes en situation difficile.
 
Il met à leur disposition des outils pour la réparation et l’entretien de leur véhicule et permet de bénéficier des conseils, du contrôle, ou d’une intervention, d’un mécanicien diplômé.»
 
À condition d’avoir réglé le montant de l’adhésion à l’association, le particulier voit alors plusieurs formules lui être proposées. Il peut intervenir seul, en ayant accès aux outils de professionnels mis à sa disposition, et en payant un emplacement dans le garage, comme faire appel à l’intervention de Jean-Pierre Sompayrac, mécanicien de métier. «Ce garage solidaire est donc un lieu ou chacun peut venir pour apprendre à réviser sa voiture, et qui permet aux personnes qui ont peu de moyens, de l’entretenir ou la réparer à moindre frais.» À son ouverture, le garage proposera aussi d’acquérir un véhicule d’occasion réparé par le garage et dûment contrôlé.
 
Il pourra aussi «dépanner» les personnes qui ont besoin de se déplacer ponctuellement pour une recherche d’emploi par exemple. Concurrence avec les professionnels ? Jean-Luc Liance s’en défend. «Nous sommes complémentaires. Nous permettons d’aborder la mécanique de base. Et puis, il doit y avoir du travail pour tout le monde !»
 
 
Publié le 03/08/2013 à 03:51 |
 
«La Courbe a fait son show»
 
Un spectacle haut en couleurs. 
 
Animé par «Patrick et Sébastien», la fête du 1er séjour du centre de vacances intercommunal de La Courbe a remporté un vif succès ce vendredi 26 juillet. Dès 18h45, les parents ont pu visiter l’expo photos retraçant toutes les activités proposées aux enfants durant les 3 premières semaines. A 19h30, les différents groupes de maternelle ont lancé le spectacle par un cortège de clowns et d’animaux pour les plus petits, de danses pour les autres, et une grande parade avec l’équipe d’animation.

Trois cent cinquante convives ont dégusté la célèbre fideua préparée par les talentueux administrateurs bénévoles de l’Amicale laïque de Graulhet. La fête s’est poursuivie tard dans la soirée avec le spectacle des primaires et des préados (danses, sketchs, chants, acrobaties) se sont succédés sous le chapiteau de lumière.

 
Au final, tous les animateurs ont dansé sur les «sardines» très apprécié du public. Bonne ambiance et convivialité étaient au rendez-vous. Le 1er séjour s’est déjà achevé ce vendredi 02 août. La nouvelle équipe est dans les starting-blocks pour faire vivre aux enfants de nouvelles aventures jusqu’au lundi 02 septembre.
 
 
Publié le 04/08/2013 à 03:49, Mis à jour le 04/08/2013 à 10:15 
 
La lecture dans les quartiers
 
 
Dans le cadre de la Gestion Urbaine et Sociale de Proximité, le centre social va à la rencontre des habitants dans les quartiers pour les écouter, créer du lien, échanger mais également amener l’information sur les services de la ville. Le jeudi 25 juillet 2013, le centre social était présent sur le quartier de Crins avec la médiathèque et la MJC. Le centre social a organisé avec les habitants une bourse d’échange de livres. Malgré la chaleur les habitants se sont déplacés et Iliès, un des jeunes du quartier, très motivé, a participé activement à ce temps en expliquant aux enfants le principe de cette bourse d’échange de livres.

Ce temps était l’occasion pour les adultes et les familles de renouveler les livres de chez eux, sans valeur monétaire. La médiathèque a proposé des lectures à voix haute et la MJC était présente pour faire connaître et délivrer la carte jeune Midi-Pyrénées. Cette action va être renouvelée sur le quartier d’En Gach le jeudi 8 Août de 15h à18h. Le principe de la bourse reste le même : Pour un livre d’occasion déposé, vous pourrez repartir avec un autre gratuitement. «Profitons de l’été pour faire du vide sur nos étagères et découvrir de nouvelles lectures pour petits et grands!»
Pour tout renseignement, vous pouvez contacter l’équipe du Centre Social au 05 63 34 58 14.

 
Publié le 05/08/2013 à  09:01 |
 
Après l'Europe, Jean-Pierre Richard traverse le France
 
Jean Pierre Richard va courir de 55 à 65 km par jour durant presque trois semaines. Un raid malheureusement peu médiatisé. 
 
L’été 2012, Jean Pierre Richard a participé pour la première fois à la Trans Europe, une course à pied de fous, sur 64 jours et 4 178 km de la Scandinavie à Gibraltar. Il a terminé 18e sur 29 concurrents qui sont arrivés au bout. «Après la Trans Europe, je pensais ne plus refaire de courses à étapes car j’ai connu quelques moments difficiles physiquement et moralement pendant la course. Mais avec le recul, je réalise que j’ai vécu une sacrée aventure et que j’ai de la chance de participer à ce genre d’épreuves». Exténué, il gardait tout de même l’espoir un jour de faire la Trans Amérique, mais elle n’est toujours pas organisée officiellement. «Mais j’ai dans un coin de ma tête de me la faire seul...» avoue le raider. En attendant, il va faire pour la troisième fois, la Trans Gaule, qui partira le 13 août de Roscoff pour arriver le 31 à Gruissan au terme de 19 étapes et 1 200 km. Et il se prépare à faire mieux qui lors des précédentes éditions. En 2010, il avait fini 32e, puis 15e en 2011. 
 
«C’est un avantage d’avoir déjà participé à deux Transe Gaule. J’appréhende moins, je ne suis pas stressé mais surtout, je pense pouvoir éviter pas mal d’erreurs que j’ai commises lors des précédentes éditions, choix de l’allure de course, récupération, alimentation». Objectif, les dix premiers? «En ce qui concerne l’entraînement, je n’ai rien changé en volume, par contre j’essaie toujours de le faire évoluer pour continuer à progresser et surtout pour ne pas saturer et me blesser. Je m’entraîne 6 jours sur 7 et je «double» 2 fois. Ce qui fait 8 entraînements par semaine. Je fais des sorties longues de 2 à 5 heures(20 à 50 kilomètres), des séances rapides sur la piste du stade Noël Pélissou, des footings de récupération, du vélo et des courses courtes de préparation dans le coin». Toujours très humble et discret, le graulhétois de Cabanès sillonne les routes du Tarn. En guise d’échauffement.
 
 
Publié le 06/08/2013 à 09:04 |
 
La piste en herbe est en travaux
 
Commencé avec un mois et demi de retard, ce chantier devrait durer trois mois. 
 
Les travaux de réfection de la piste en herbe de l’aérodrome, menés par la Direction Générale de l’Aviation Civile ont débuté mi juin avec un mois et demi de retard en raison des intempéries. Les ESBA (Equipes Spécialisées des Bases Aériennes) fournissent la main d’œuvre, le matériel et leur savoir faire. Le coût des ces travaux est estimé à 500000 euros, dont 50000 euros environ sont à la charge de la ville (achat de fournitures : buses pour drainage, regards, terre végétale, seuils préfabriqués décalés, gazon).

Quatre agents de la DGAC œuvrent ainsi sur ce chantier. Pascal confie : «Ce chantier se décline en trois phases : tout d’abord on décape la terre végétale en surface et on la stocke, ensuite on confectionne la carcasse de cette piste, c’est à dire un toit et deux fils d’eau, en terre compactée et réglée à la niveleuse. Enfin, on procède à mise en place de la végétale et aux réglages». L’engazonnement est aussi à prévoir. Il représente quatre hectares d’herbe rampante et se fera, si le calendrier peut être respecté, à partir du mois d’octobre. Ce chantier devrait durer trois mois.

 
Trois pistes existantes
L’aérodrome dispose de trois pistes orientées est-ouest : une piste bitumée longue de 960 mètres et large de 20, une piste en herbe longue de 810 mètres et large de 90, réservée aux avions basés et une piste en herbe longue de 300 mètres et large de 20, réservée aux ULM. S’y ajoutent une aire de stationnement, des hangars, une station d’avitaillement en carburant et un restaurant.
 
 
Publié le 06/08/2013 à 03:53 
 
Toiles et photographies à la Brasserie
 
 
 
Cet été la brasserie des vignes accueille deux expositions : «Pour que vive mon son notre JOB», reportage photographique de Jean-François Le Borgne aux côtés des ouvriers de l’usine de papier à cigarette de Toulouse pendant une dizaine d’années et «Fractale» qui mêlant photographies artistiques de Patrice Carpentier et peintures de Sibylle de Carnas. «Il y a beaucoup de place à la brasserie. Exposer, c’est une façon de faire vivre le lieu autrement. C’est aussi d’une certaines façon un échange entre artiste et artisan, entre deux formes de savoir-faires» explique Stéphane Dumeynieu. Aussi sa brasserie, située au numéro 9 de l’avenue Marcel Pagnol, est-elle librement ouverte au public jusqu’au 24 août du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures. Le lieu accueillera en octobre une exposition photo de Pierre Assemat retraçant la réhabilitation de cette friche industrielle. 
 
 
Publié le 06/08/2013 à 03:51 J-C C
 
Busque : Le PLU est enfin arrêté
 
Le PLU n'a pas fait l'unanimité au sein de la mairie. Photo DDM, J-C C 
 
Lors de l’ouverture de la dernière réunion du conseil municipal en séance publique, séance Claude Holmière, maire de la commune, a donné lecture de la lettre envoyée au cabinet Citadia suite au conseil municipal du 24 juin qui avait rejeté l’arrêt du PLU. Concernant le hameau des Condats «Le conseil municipal de Busque, souhaite maintenir le classement en zone A1 du hameau des Condats (hameau à caractère agricole). Toutefois, après de nombreuses discussions en interne, nous souhaitons au regard des dispositions de l’article L123-3-1 du Code de l’Urbanisme, supprimer le pastillage donnant droit au changement de destination des bâtisses identifiées sur le plan de zonage du PLU». Le Code de l’urbanisme précise que le changement de destination ne peut être envisagé qu’en raison de l’intérêt architectural ou patrimonial des bâtiments concernés dès lors que ce changement de destination ne compromet pas l’exploitation agricole.
 
Au autre point de désaccord se trouvait dans le secteur de Bédissié et Bènages. «Nous nous voyons dans l’obligation de constater que cette urbanisation linéaire est contraire aux objectifs du SCOT et du PADD du projet de PLU» ont signifié les élus. Le conseil, après en avoir délibéré, a décidé par six voix pour et deux contre d’approuver le bilan de la concertation tel qu’il a été présenté par le maire et a arrêté le projet d’élaboration du PLU tel qu’il a été établi en annexe de la délibération.
Le dossier de PLU, tel qu’arrêté par le conseil municipal et le bilan de la concertation sont tenus à la disposition du public à la mairie aux jours et heures d’ouverture habituels d’ouverture au public.
 
 
Publié le 07/08/2013 à 03:48 
 
Deux mariages au Sporting
 
 
Mi-juillet, c’est Cyril De Castro, emblématique joueur, vice-recordman du nombre des rencontres officielles jouées par l’équipe 1, qui a ouvert le ban. «Spoon», a pris pour épouse, la sympathique et charmante Patricia Johan, en présence de leurs trois filles, avec une méga fête du côté de Puycalvel, et une nuit blanche.
 
Ce samedi, c’est un autre «taulier» de l’équipe qui s’est marié. Julien Pauthe, seconde ligne, a uni sa destinée avec la charmante et sympathique Carole Baylac sous le regard amusé de leur fille Luci. «Tutu» a réuni ses amis et équipiers, pour une belle soirée très prolongée du côté de Puycelsi. 
 
 
Publié le 07/08/2013 à 08:48  Gérard Durand
 
Succès pour la natation synchronisée
 
L'association prévoit pour les 7 et 14 ans, des tests pour les nouvelles inscriptions les deux premiers dimanches du mois de septembre entre 11h00 et 12h30 à la piscine Municipale de Graulhet../Photo DDM 
 
C’est avec beaucoup d’enthousiasme que l’association Eau Créative se prépare à démarrer sa quatrième saison. Après le succès du gala de fin d’année de natation synchronisée qui s’est déroulé mi juin à la piscine municipale de Graulhet devant un public de plus de 300 spectateurs, l’équipe d’entraineurs s’est réunie dans leur nouveau local qui a été attribué pour 3 ans par la municipalité de Graulhet. Ils ont redéfini les orientations artistiques et sportives de l’association pour la saison à venir. «En trois années d’existence, le public intéressé par l’atelier de natation synchronisée a grandit de façon exponentielle. Les effectifs de ses adhérents ont étés multiplié par quatre.» se félicite Catherine Udino entraineur principale.
 
Choix diversifiés
Un second souffle technique est apporté par l’arrivée au sein de l’équipe, d’encadrants venant de divers horizons professionnels. En plus des cours proposés en piscine d’une durée allant de 1h30 à 3h00, selon les niveaux de pratique et qui se dérouleront le dimanche, un deuxième cours hebdomadaire sera proposé aux nageuses et se déroulera, le mercredi après-midi, en salle de danse, au foyer Léo Lagrange.
 
«Ce seront des disciplines terrestres qui se rajouteront aux cours en piscine pour les adhérents en natation synchronisée et qui ont pour but de développer leurs qualités de souplesse, de gainage ainsi que leur sens artistique». Aline Durand, professeur de danse classique, à la retraite, ancienne danseuse de l’opéra de Toulouse souhaite soutenir l’association en proposant un cour de danse classique/méthode pilâtes pour permettre aux nageuses d’acquérir les qualités de souplesse et la conscience du corps nécessaire à la discipline. La venue en renfort d’une gymnaste permettra de faire travailler le gainage, lors de séances de renforcement musculaire, pour permettre aux nageuses de développer leur réactivité et leur tonicité, qualités nécessaires pour permettre la bonne exécution des figures dans l’eau. Sous la houlette de Catherine Udino, Laëtitia Cazelles ,Caroline Etienne et Karine Lelandais, anciennes nageuses ayant pratiqué l’activité de l’âge de 6 ans à 18 ans partageront leur savoir-faire aux nageuses.
 
 
Publié le 07/08/2013 à 03:52 
 
Une projection champêtre
 
 
En cette belle soirée d’été, il faisait bon être au bord du Dadou sur une esplanade naturelle qui jouxte le moulin de Briatexte, juste en contrebas de la salle des fêtes. Levant les yeux vers une ballade dans l’histoire de notre région, on découvrait les piles de ce pont qui fût autrefois un axe de communication incontournable, là passait le fameux petit train reliant Graulhet à Saint-Lieux. L’évocation ferroviaire passée la table espagnole était là pour combler les plus féroces appétits, et oui c’est comme cela que se passe «Ciné dans le pré» !!! 
 
Cette année les communes de Briatexte, Saint-Gauzens et Puybegon ont conjugué leurs efforts pour permettre au public d’assister à la projection en plein air de «Gadjo dilo», une fable tout en émotion qui conte le voyage initiatique d’un jeune homme à la recherche d’une artiste dans son pays d’origine la Roumanie. Mais le concept «Ciné dans le pré», ce n’est pas que du cinéma, outre la convivialité et la table espagnole, les convives ont eu le plaisir d’assister à un concert de jazz-blues de haute volée, donné par un trio de musiciens de qualité. Moment bien agréable qui ponctua l’apéritif et le repas en y donnant un air de fête qui plut à tous. merci encore à l’organisation pour son travail et que ce genre de manifestations perdurent.
 
 
Publié le 08/08/2013 à 03:51 | Propos recueillis par J-C.C
 
Karine Renaud, nouvelle présidente de l'amicale laïque
 
Karine Renaud devant la maison de l'enfance de Victor-Hugo. /Photo DDM, J-C C 
 
Karine Renaud est depuis trois mois la nouvelle présidente de l’amicale laïque de Graulhet qui a vu le jour en 1955 et gère aujourd’hui, entre autres, les Maisons de l’enfance et le centre de loisirs de la Courbe.
 
Quel a été votre parcours au sein de l’amicale avant d’en devenir la présidente ?
En tant que directrice de l’école élémentaire de Crins depuis trois ans, j’en étais membre de droit, mais je connaissais déjà l’amicale en tant qu’enseignante depuis 12 ans à Graulhet. Le travail de l’association est très important et même essentiel pour les écoles. Un jour Daniel Albouy m’a fait part de son désir de quitter le poste de président et m’a sollicitée. J’y ai longuement réfléchi.
 
Qu’est-ce qui vous a fait hésiter puis vous a décidé à accepter ?
La fonction de directrice d’une école demande beaucoup de temps et j’ai aussi une vie de famille… Mais l’action de l’amicale et les valeurs qu’elle porte sont très importantes… Et puis nous nous sommes réparti les tâches avec Nadège Roussel, la présidente déléguée. Depuis trois mois tout se passe comme prévu.
 
Le grand chantier est celui de la modification des rythmes scolaires. Comment travaillez-vous sur le sujet ?
Il y a eu d’importantes concertations entre l’éducation nationale, la municipalité et l’Amicale. Les quatre axes forts, culturels, sportifs, nouvelles technologies et citoyenneté seront conservés. Ce changement peut constituer un plus dans la mesure où le temps des activités sera plus long l’après-midi, nous pourrons ainsi avoir des activités de plus grande qualité.
 
Comment cela se traduit-il en termes d’emploi ?
Pour l’instant, ce sont les mêmes personnes qui seront là, mais elles travailleront plus longtemps. Nous avons déjà prévu plusieurs réunions pour tirer les premiers enseignements de ce changement et sommes déjà prêts à nous adapter rapidement.
 
Quelles sont les principales inconnues ?
C’est surtout la fréquentation du mercredi que nous ne connaissons pas encore. Il ne pourra par exemple plus y avoir de sorties à la journée. Mais toute l’équipe est d’ores et déjà prête à changer son organisation en fonction des besoins que nous identifierons à la rentrée.
 
 
Publié le 08/08/2013 à 03:54 
 
Visitez l'éco-circuit de Trifyl
 
 
Durant les vacances scolaires, le circuit pédagogique de Trifyl est ouvert au public tous les vendredis à 14 h 30. Il propose une visite pleine d’enseignements sur l’avenir de nos déchets et sur leur transformation en énergies propres et renouvelables. L’éco-circuit est conçu comme une balade de près d’une heure et demie avec une dizaine de d’espaces thématiques présentant le monde des énergies et du recyclage.
 
La promenade consiste à aborder des sujets aussi variés que l’effet de serre, la biodiversité, la transformation des déchets en énergies, ou encore le devenir des matériaux recyclés. La visite s’effectue en compagnie d’un guide qui adapte ses explications aux différents publics.
 
Grâce à des démonstrations, des ateliers interactifs et un pavillon multimédia (vidéos, table tactile, joysticks), le circuit de Trifyl est à la portée de tous et permet d’apprendre en s’amusant. Les visites sont gratuites sur réservation au 05 65 23 81 50.
 
 
Publié le 08/08/2013 à 03:52    D.M.
 
Briatexte : Les travaux avancent au gymnase
 
L'ossature est dressée./ DDM. 
 
La construction du gymnase intercommunal de Briatexte a été lancée suite à un permis de construire délivré le 29 mars 2013. Ce projet concerne les trois communes de Briatexte, Puybegon et Saint-Gauzens, avec l’appui de la communauté des communes Tarn et Dadou, du conseil général du Tarn et de la région Midi-Pyrénées, mais aussi de l’état et de l’Europe. Sans un montage financier complexe, ce projet n’aurait jamais pu voir le jour et serait resté au stade d’idée… bonne ou mauvaise, chacun a son opinion. Toujours est-il que les traits du futur gymnase commencent à se dessiner dans l’enceinte du stade municipal et l’ossature métallique du bâtiment se dresse maintenant laissant entrevoir ce que sera le gymnase. En attendant d’aller y voir quelques événements sportifs, souhaitons bonne route à ce chantier.
 
 
Publié le 09/08/2013 à 03:52, Mis à jour le 09/08/2013 à 08:56 |
 
Le chantier suit son cours à «La Trivalle»
 
La ferme photovoltaïque devrait fournir de l'électricité pour six mille habitants./Photo DDM 
 
Ce sont 23600 panneaux qui sont actuellement posés sur les ossatures métalliques installées sur les treize hectares du terrain accueillant la ferme photovoltaïque, au lieudit «La Trivalle». L’équipement fournira à terme entre 6,3 et 6,4 megawatts, soit la production d’électricité nécessaire à la consommation moyenne de six milles habitants.
 
La plus grande du département
Les études et le projet de cette ferme photovoltaïque ont été menés par Eosol Energies Nouvelles et les travaux confiés à la société TSK.
Le chantier devrait s’achever vers la mi-septembre et la ferme photovoltaïque devrait être opérationnelle dans la foulée.
 
Elle est à ce jour, avant la mise en service de celle de Cap découverte, la plus grande du département
Après avoir réalisé les tranchées pour installer les gaines électriques et des voies d’accès, les structures fer sur lesquelles reposent les panneaux solaires ont été posées.
 
Actuellement, ce sont les panneaux solaires qui sont en cours d’installation. Un gardien sera chargé de veiller à la maintenance de cet équipement dès que la ferme photovoltaïque sera opérationnelle.
Ville à énergie positive
 
Avec la rénovation du quartier d’En Gach, candidat au label «éco-quartier», la construction de la chaufferie bois de l’avenue Marcel Pagnol - en fonctionnement depuis bientôt un an-, Graulhet prend à cœur de développement des énergies renouvelables.
Son objectif majeur, celui qui lui tient à cœur, est de devenir une «ville à énergie positive «, c’est à dire produisant plus qu’elle ne consomme.
 
 
Publié le 10/08/2013 à 03:51 
 
L'Hostellerie du Lyon d'or se dévoile
 
La cour intérieure de l'édifice./Photo DDM 
 
A l’époque médiévale la ville de Graulhet abritait des activités liées à l’hébergement. Relais de poste, auberge, logis et restauration faisaient partie des services marchands proposés en ville. Les pittoresques ruelles du quartier Panessac ont été préservées, avec leurs maisons à pans de bois et encorbellements, témoignages de ce passé médiéval.
 
L’Hostellerie du Lyon d’Or, classée à l’inventaire des Monuments Historiques, est une des plus vieilles bâtisses à pans de bois de chêne du midi de la France. Elle est aussi appelée «Maison du tondeur de chiens» par les habitants du quartier du fait de la silhouette animale, singulière et équivoque, sculptée sur le linteau de la porte d’entrée principale.
 
Les attelages étaient accueillis dans la partie arrière du bâtiment, comme en attestent les mangeoires et abreuvoirs. Les pièces d’apparat du devant abritaient le couvert alors qu’aux étages étaient aménagées les chambres.
 
Dans la cour intérieure de l’édifice se trouve un puits. Près de huit sixècles d’histoire s’inscrivent dans ces murs où Henri de Navarre, futur Henri IV, fit une escale gourmande.
 
Durant l’été il est possible de découvrir cet édifice grâce à la visite organisée par l’office du tourisme.
Elle se consacre à la découverte du patrimoine médiéval et industriel de la ville tous les jeudi de 10 heures à 11h30. Informations et renseignements au 05.63.42.87.27.
 
 
Publié le 10/08/2013 à 09:49 | 
 
Les espaces verts face au jury départemental
 
Elus et membres du jury au départ du circuit./Photo DDM 
 
C’est Claude Fita, maire de la ville, entouré des conseillers municipaux délégués Christian Serin et John Dodds, Christophe Assalit, responsable des espaces verts de la ville de Graulhet et Alexandre Roche, référent gestion différenciée, qui a accueilli le jury départemental des villes fleuries. Cette «visite d’observation et d’échanges» permet aux employés des espaces verts d’avoir un jugement et quelques conseils en vue du maintien des trois fleurs, attribuées tous les deux ans par le jury régional.
Une évaluation regroupant plusieurs critères
 
Le jury a examiné à la loupe plusieurs critères. Le fleurissement, bien entendu, mais aussi la propreté, les efforts en matière de développement durable ainsi que le mobilier urbain, les projets d’embellissement, le paysage, la gestion de la publicité...
 
Le jury départemental composé de Thierry Sourd du CDT, Nelly Audigier du CAUE, Bernard Huet des Jardiniers de France et Philippe Payré du SEV Lacaune a embarqué à bord de la navette graulhétoise. Ils ont pu découvrir au fil du circuit les travaux des espaces verts, mais aussi l’avancée des nombreux chantiers menés par la ville et notamment tous les efforts en matière d’amélioration du cadre de vie. Le jury, et notamment ceux qui connaissent Graulhet depuis quelques années, ont reconnu le travail mené par le service espaces verts et ont tenu à souligner qu’au fil de ces dernières années ils avaient vraiment pu constater que la ville changeait.


Publié le 10/08/2013 à 03:52 | 
 
Travaux à l'école d'En Gach
 
 
A la faveur de l’été divers travaux d’entretien sont réalisés dans les écoles de la ville. Celle d’En Gach, même si elle vient d’investir de nouveaux locaux, n’échappe pas à cette règle. Du côté école primaire le bâtiment a été réaménagé et un dernier lavabo posé avant la trêve estivale. Du côté de l’école maternelle, là aussi en plus des petits travaux de peintures et autres rafraîchissements estivaux, on compte la création et la pose d’une rampe et d’un plan incliné destinés à permettre l’accès des locaux aux personnes à mobilités réduites. 

 
Publié le 11/08/2013 à 08:45 | 
 
La ville poursuit sa «gestion différenciée» des espaces verts
 
Une attention particulière est portée à l'arrosage des plantes./Photo DDM. 
 
Prise au début 2010, la «gestion différenciée» des espaces verts, faisant de Graulhet un précurseur dans le département, se poursuit. Elle permet de gérer au mieux le patrimoine vert d’une ville avec des objectifs précis et en tenant compte des moyens humains. En parallèle à la gestion rigoureuse de l’eau et à la création de trois zones (centre-ville très maîtrisé et très horticole, couronne avec vivaces et arbustes, extérieur avec bulbes et équilibre entre gazon fleuri et la nature), la ville œuvre pour diminuer l’utilisation des pesticides, acaricides, fongicides, insecticides et autres herbicides. Depuis mars dernier, certaines zones ne sont plus désherbées chimiquement, mais avec un désherbeur thermique. 
 
La municipalité s’est aussi équipée d’une armoire de stockage spécifique aux produits chimiques dotée d’un bac de rétention en cas de fuite de produit phytosanitaire, de pompes doseuses électroniques qui fertilisent des terrains de sport via un enrichissement de la vie microbienne du sol. Quatre terrains ont été traités avec ce procédé cette année (Pélissou annexe, Estarié honneur, le 1 et le 7 de la jonquière). Le but de la démarche est de ne plus traiter chimiquement avec des engrais azote phosphore potasse, mais avec des produits naturels respectueux de l’environnement. Enfin cette année a aussi été marquée par la création de lotissements pilotes, avec «zéro produits phyto». Pour fleurir les murs de ces quartiers, limiter le désherbage chimique et embellir le cadre de vie, la ville a offert à chaque foyer concerné par ce dispositif un sachet de graines (mélange fleuri de vivaces et espèces différentes). Car limiter l’utilisation de produits phytosanitaires est aujourd’hui un véritable défi pour les espaces verts de la ville.
 

Publié le 12/08/2013 à 03:49 |
 
L'Etoile civique pour Marcel Calvel 
 
Marcel Calvel entouré d'Henri Manavit ,Claude Bousquet, Jean Picarel et Claude Fita./Photo DDM. 
 
L’Étoile civique est une médaille qui distingue les personnes ayant accompli des actes d’abnégation au service des autres ou de l’intérêt commun. Marcel Calvel a reçu cette distinction des mains de Bernard Campos, président de l’association des Anciens Marins du Tarn, dont Marcel Calvel préside l’antenne graulhétoise.
 
«Je suis né voilà bientôt 70 ans, au sein d’une famille d’ouvriers comme il en existait beaucoup à cette époque-là. Mon enfance, ainsi que celle de mes deux sœurs, a été très heureuse et nous n’avons manqué de rien, malgré les faibles revenus de nos parents. Ma jeunesse a été un peu tumultueuse, mais ma vie a changé en épousant Danielle, en 1964, avec qui j’ai eu deux fils qui nous ont offert cinq beaux petits enfants», confiait le récipiendaire qui ne regrette rien de ce qu’il a fait. «Aujourd’hui, et avec le temps qui passe, je me rends compte que tous les hommes, ont une certaine valeur… J’aime Graulhet et les Graulhetois».
 
Bernard Campos a aimablement accepté de parrainer Marcel, qui a reçu cette distinction grâce à son parrain, mais aussi grâce aux appréciations écrites de ses amis comme Henri Manavit, Jean Picarel et Claude Bousquet. «Ces appréciations m’ont profondément touché et je les en remercie», assure Marcel Clavel. Et de conclure : «Je ne peux terminer sans parler de notre amicale d’anciens marins à laquelle je consacre beaucoup de temps, mais qui me tient vraiment à cœur. Mes amis marins et mon épouse me secondent dans cette tâche et il leur faut parfois, je dois l’admettre, du courage et de la patience pour me supporter. Mais malgré tout ils ne m’en veulent pas trop car ils sont là aujourd’hui et je les en remercie, comme je vous remercie également à tous d’être à mes côtés et tout particulièrement à ce corps d’armée qu’est la gendarmerie et au sein de laquelle je compte de nombreux amis… Merci particulièrement à toi Claude, d’avoir accepté d’organiser cette réception en mon honneur». Marcel Calvel a dédié cette distinction à son père qui n’est plus là, à sa mère et son beau-frère Michel décédé il y a peu.
 
 
Publié le 13/08/2013 à 09:03 
 
Nabeillou, écrin de verdure et havre de paix
 
Un coin de calme et de détente au bord du lac. /Photo DDM, J-C C. 
 
Le lac de Nabeillou et ses abords font partie de ces petits joyaux qui prennent l’été toute leur valeur. Le lac colinéaire, alimenté par le ruisseau de la Boulouyssié, a été mis en eau en 1985. Avec 480 mètres de long pour une largeur maximum de 110 mètres, il offre plus de 4 hectares propices aux activités nautiques et un agréable point de départ pour les randonnées comme celle des trois lacs, longue de 7,5 km qui permet de traverser et découvrir une partie de la campagne graulhétoise, un panorama sur la ville et le site classé de Notre Dame des Vignes.
 
Pêche, escalade, footing
Si elles sont bien connues des randonneurs et des promeneurs, les berges offrent aussi le long de ses mille mètres des postes de pêche. Des colverts, hérons bihoreau, tortues aquatiques, grenouilles et ragondins ont élu domicile à Nabeillou. En s’égarant dans les sous-bois, l’explorateur pourra rencontrer des sportifs de pleine nature tels que vététistes dans des couloirs de verdure, des archers à la recherche de postes de tir sécurisés, des joggeurs effectuant un footing tout terrain ou bien encore des initiés qui sont à la recherche de balises du parcours d’orientation.
 
Protégé des véhicules motorisés
Plus près de la ferme qui durant la période de la première guerre mondiale fut employée comme structure de convalescence des soldats blessés, les grimpeurs peuvent pratiquer l’escalade sur un mur équipé de prises artificielles. En contre bas du lac on trouve la possibilité d’exercices sur un mini-circuit de bi-cross ou sur un plateau équipé pour la pratique du skate qui raviront les petits et grands.
L’ensemble du site, protégé des véhicules motorisés par l’arrêté municipal, offre quiétude et possibilités d’activités ou de délassement en pleine nature, entre amis ou en famille. Les usagers trouveront des équipements de confort et propreté à utiliser sans modération.
 
Les animations de l'été proposées au lac
Durant tout l’été les archers du Dadou proposent à Nabeillou une initiation au tir à l’arc le vendredi après-midi, de 14 heures à 15 h 30 et de 15 h 30 à 17 heures. Cette intimation à la discipline s’adresse aux personnes âgées de plus de dix ans. Les inscriptions sont obligatoires auprès du service des associations au 05 63 42 85 65. Le vendredi matin c’est un atelier de Viet vo dao qui est proposé de 10 h 45 à 11 h 45. Le site est aussi animé par des voyages en calèche du lundi au vendredi de 14 h 30 à 18 heures et le dimanche de 15 h 30 à 19 heures, jusqu’au 23 août.
 
Publié le 14/08/2013 à 03:47 
 
2000 euros pour «Vivre ensemble chez nous»
 
 
Grâce au concert organisé par Alzheimer 81 à l’église Saint Joseph d’Albi - animé par les frères Jean et Pierre Pradelles, la chorale Allégretto d’Albi et la chorale Harmonia de Réquista, deux milles euros ont pu être collectés au profit de l’association «Vivre ensemble chez nous», rattaché à l’hôpital de Graulhet.
ette somme permettra de financer la venue des clowns d’accompagnement. La cérémonie de remise s’est déroulée en présence des adjoints au maire Guy Peyre et Danièle Désert, de la direction de l’hôpital : Yann Le Bras et Isidorine Reboul et de cadres et personnel des unités accueillant des malades d’Alzheimer. 
 
 
Publié le 14/08/2013 à 08:57    Propos recueillis par J-C Clerc
 
Une rentrée «sereine» se profile
 
Dans les bureaux des services scolaires la rentrée se prépare./Photo DDM, J-C C 
 
Florence Bélou est l’adjointe au maire chargée des affaires scolaires, du tourisme, du patrimoine et de l’agriculture.
 
Comment se présentent les effectifs pour la rentrée de septembre 2013 ?
Les chiffres du dernier pointage nous donnent un effectif globalement stationnaire. Aujourd’hui il est en légère baisse, mais le nombre varie de jour en jour.
 
Où en est-il du côté du nombre de classes ?
Il y aura une classe supplémentaire à En Gach et l’ouverture d’un deuxième poste est validée. On est sur le principe «plus de maîtres que de classe». Nous pourrons ainsi avoir sur Crins une classe 70% maternelle et 30% primaire. Faire le lien avec la crèche et les assistantes maternelles est une chose importante et nous avons pu mener un travail très intéressant dans ce sens avec la communauté des communes et la politique de la ville pour intégrer les enfants à l’école le plus tôt possible, ce qui est une gage pour un bon apprentissage et plus tard de réussite scolaire.
 
Combien y-aura-t-il d’enfants par classe ?
Nous devrions être en moyenne avoir entre 23 et 25 enfants par classe. Nous avons la chance d’être dans un dispositif ECLAIR. Il concerne tous les niveaux et nous commençons à travailler à la base, dès la petite enfance pour éviter les échecs plus tard et que tout le monde démarre sa scolarité avec les mêmes chances.
 
Mais la grande nouveauté de la rentrée est le passage à la semaine de cinq jours...
Nous avons tous les moyens nécessaires et avons pu voir l’implication du personnel pour mettre en place cette réforme, travailler le mercredi matin et accompagner l’après-midi les enfants dans des projets éducatifs territoriaux qui ont été monté par la mairie en lien avec les directeurs d’écoles et l’amicale laïque dans un premier temps avant d’y intégrer les autres associations et de tenir des réunions d’informations pour les parents d’élèves.
 
Globalement, comment s’annonce pour vous cette rentrée ?
C’est une rentrée sereine qui se profile dans les écoles de la ville. Nous accueillerons madame la Préfète d Tarn et l’inspecteur d’Académie le 3 septembre à Crins et En Gach.

 
Publié le 14/08/2013 à 03:49 
 
Busque : Au fil du conseil municipal
 
Les travaux d'enfouissement des réseaux./Photo DDM, J-C C. 
 
Eclairage public - Le montant des travaux d’éclairage public et d’effacement des lignes s’élève à 81521,74 euros hors taxes. La participation du SDET étant de près de 17500 euros, le conseil municipal a décidé à l’unanimité de demande rune subvention de 20000 euros à la communauté des communes, le reste des travaux étant financé par un emprunt et de l’autofinancement.
Association foncière de remembrement
 
L’AFR à l’unanimité le principe de la dissolution de l’association et a sollicité l’incorporation de ses biens dans le domaine privé de la commune. Ces biens sont situés à Peyrens et Colon et sont constitués , tels qu’ils figurent sur le relevé de propriété de l’AFR, de deux parcelles (un fossé et un chemin) pour une contenance totale de 1250m². La dissolution sera effective sur décision préfectorale dès que toutes les formalités de cession auront été réalisées. L’actif et le passif seront attribués à la commune.
 
Schémas et zonages d’assainissement - Monsieur le maire a rappellé que le conseil municipal a décidé en avril dernier d’engager les démarches nécessaires à une consultation de cabinets d’études pour l’actualisation des schémas et zonages d’assainissement des communes de Aussac, Briatexte, Busque, Labessière-Candeil et Puybegon, dans le cadre d’un groupement de commande, dont la mairie de Briatexte est le mandataire. Sept cabinets ont soumissionné et au regard de l’offre présentée, la commission d’appel d’offres a proposé de retenir le groupement CM2E-CT2E. Le montant du marché (tranches ferme et conditionnelles) est estimé à 94185 euros hors taxe au maximum. Le montant pour Busque sera de 29090 euros hors taxes.
 
 
 
Publié le 15/08/2013 à 09:53 
 
Mieux vivre chez soi avec l'Opah
 
La porte du Gouch bénéficie du programme d'OPAH. / Photo DDM, J-C C 
 
Depuis fin 2011, la Communauté de communes mène deux Opérations Programmées d’Amélioration de l’Habitat (Opah) : une Opah de droit commun, sur l’ensemble du territoire intercommunal, pour une durée de trois ans, et une Opah de Renouvellement Urbain, sur les centres anciens de Gaillac, Graulhet et Lisle-sur-Tarn, pour une durée de cinq ans. Au total l’OPAH de droit commun représentera 5 millions d’euros et celle de rénovation urbaine 6 millions, soit au total 11 millions d’euros investis par les collectivités et l’état en cinq ans. Ces deux dispositifs visent à améliorer l’habitat et les conditions de vie des ménages les plus fragiles ainsi que la redynamisation des centres villes. 
 
Les Opah sont des dispositifs incitatifs ouverts aux propriétaires privés, occupants et bailleurs, afin de les accompagner dans la réhabilitation de leur logement. Elles permettent la mise à disposition gratuite d’une équipe de spécialistes de la réhabilitation pour les conseiller et les accompagner dans leur projet de travaux, mais aussi l’apport d’aides financières aux travaux . prochaine permanences Opah auront lieu les mardi 10 septembre et 22 octobre de 9 heures à midi à la mairie. Il est aussi possible de prendre rendez-vous pour les permanences en appelant directement le service urbanisme de la mairie au 05.63.42.85.58 ou le service habitat de la communauté de communes Tarn & Dadou au 05.63.83.09.40. Enfin il est aussi possible de joindre directement l’animateur de l’OPAH en téléphonant au 05.63.38.54.04. le lundi matin de 8h30 à 12h30 et le jeudi après-midi de 13h30 à 17h30.
 

( à suivre... )
 
Publié le 16/08/2013 à 10:33 
 
A la découverte de l'industrie du cuir
 
Alain Bias et une famille à la Maison des Métiers du Cuir./Photo DDM. 
 
Installée dans une ancienne usine sur les rives du Dadou, la Maison des Métiers du Cuir est consacrée aux métiers de la mégisserie et de la maroquinerie. L’industrie qui a rythmé la vie graulhétoise a aussi laissé des traces. Depuis l’époque médiévale, le travail du cuir a fait partie du quotidien des Graulhétois et avait fait en de la ville, la capitale de la basane, le cuir utilisé pour les doublures de chaussures.
 
La Maison des métiers du cuir est aujourd’hui le meilleur moyen de découvrir les différentes pratiques et techniques des métiers de la mégisserie et de la maroquinerie. Lors d’une visite guidée, vous vivrez les différentes étapes de la transformation de la peau brute en cet emblème de Graulhet qu’est le cuir. Celles et ceux venus pour en apprendre plus sur cet art débuteront la visite avec la projection d’un film d’une dizaine de minutes expliquant les tenants et les aboutissants des métiers du cuir.
 
C’est ensuite Alain Bias qui vous guidera et vous dévoilera les secrets de cette industrie avec humour et pédagogie. Il pourra vous faire visiter deux ateliers de mégisserie, l’un traditionnel, l’autre représentant les conditions de travail en pleine ère industrielle. À l’issue du périple, les nombreuses manipulations, de la «Rivière» au «Galeta» en passant par la pigmentation, n’ont plus de secret. Il sera aussi l’occasion de découvrir les gigantesques machines et les manipulations chimiques nécessaires pour créer les couleurs.
 
 
Pour percer tous les secrets de la Maison
 
Des ateliers sont proposés aux enfants./Photo DDM. 
 
La Maison des Métiers du Cuir est située au 33 de la rue Saint-Jean, en bordure du Dadou. Elle est ouverte de mai à septembre, est accessible aux personnes à mobilité réduites. Jusqu’à la fin du mois d’août ses portes sont ouvertes du lundi au samedi ainsi que le dimanche matin. La visite de la Maison des Métiers du Cuir se fait, accompagnée d’un guide qui en livrera tous les secrets. Coté tarifs, la visite pour les adultes est fixée à 5 €, pour les enfants à 2,50 €, avec des tarifs spéciaux pour les groupes et les personnes titulaires d’une carte Cezam ou Vitipassport. Des ateliers sont aussi prévus pour les enfants, sur réservation, pour 6,50 €.
Pour de plus amples informations il suffit de contacter l’office du tourisme au 05 63 42 87 27 ou d’écrire un courriel à maison-metiers-cuir@orange.fr.
 
 
Publié le 17/08/2013 à 08:03 | J-C C
 
En Gach, futur écoquartier ?
 
Le quartier fait aujourd'hui la part belle aux espaces verts. /Photo DDM, J-C C 
 
Le quartier d’En Gach obtiendra-t-il le label «écoquartier» ? Un dossier a été déposé en ce sens par la municipalité. Ce label est promu par le ministère de l’écologie, du développement durable et l’énergie pour désigner un projet d’aménagement urbain visant à intégrer des objectifs dits «de développement durable» et à réduire l’empreinte écologique. Si ce concept peut être questionné quand il s’agit d’implantation détruisant un milieu naturel ou semi-naturel, il prend son véritable sens fort quand il s’agit, comme à En Gach, de véritable rénovation urbaine.
 
Au-delà du chantier HQE (haute qualité environnementale) et propre (réduction des nuisances environnementales), c’est aussi la promotion du «vivre ensemble» et de la mixité qui font partie des arguments avancés ainsi que l’amélioration du cadre de vie , la promotion des modes de déplacement alternatifs et durables ou encore la gestion qualitative et économe des ressources en eau... La réhabilitation du quartier d’En Gach va ainsi bien au-delà du simple aspect de la rénovation de l’habitat.
Désormais ce dernier se tourne vers le parc Boyer, le plus grand espace vert de la ville, souvent méconnu même des graulhétois de longue date. Sa surface est plus importante que celle du pré de Millet. Le nom d’En Gach est d’ailleurs de plus en plus souvent délaissé au profit de celui de «Résidence du parc».
 
Pour en arriver là, il aura fallu de nombreuses années d’études et de travaux. Une action de rénovation impulsée sous l’égide de l’ancienne équipe municipale. Une échelle de temps parfois bien plus longue que celle des préoccupations quotidiennes de ses habitants. Mais pour l’ancienne ville industrielle, souffrant d’une image de «ville en déclin», l’obtention de cette reconnaissance serait une récompense comme pour tous les acteurs de cette transformation.
 
Une opération de grande envergure
Le projet de rénovation a été suivi par deux maîtres d’ouvrage : la ville pour la partie aménagements publics et Tarn Habitat pour la partie habitat avec la démolition pour aérer le quartier et le moderniser, la réhabilitation pour améliorer la vie quotidienne et la reconstruction pour accueillir de nouvelles familles pour un coût global de l’opération de 20,750 millions d’euros. Les démolitions des bâtiments ont été achevée en 2008 (93 logements, trois tours et n bâtiment collectif) pour un coût de 970 000 euros. La réhabilitation sur les immeubles non démolis - soit 110 logements - a compris les mises aux normes, la réduction des consommations d’énergie et l’embellissement et le confort. Ces travaux ont fait l’objet d’une concertation avec les locataires. Le coût de 4,3 millions d’euros a été compensé par APL alors que la consommation énergique a été diminuée de 30%.
 
 
Publié le 18/08/2013 à 03:49 | J-C Clerc
 
Le projet de salle des fêtes est enfin arrêté
 
Située juste derrière la forum, la salle des fêtes bénéficiera de son parking. /Photo DDM,J-C C. 
 
Annoncée depuis plusieurs années, le projet de salle polyvalente ou de salle des fêtes qui manque à la ville est enfin arrêté. Sauf nouveaux incidents, c’est aux abords du forum, site initialement prévu, qu’elle devrait voir le jour.
 
À rentrée 2011 le projet avait cependant été annoncé dans l’enceinte du stade Noël Pélissou. Cette nouvelle salle, d’une capacité inférieure à celle du forum, d’environs 220 personnes, devait naître de la mise en conformité du préau du stade Noël Pélissou se voyant à cette occasion dotée de nouvelles fonctions. Le projet avait été ficelé avec la création d’une extension pour les locaux techniques et sanitaires. Ces travaux devaient également permettre l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Le projet était avancé au point que le montant de l’opération était estimé à 145 000 euros T.T.C. pour l’année 2011 et 105000 euros T.T.C. pour l’année 2012. Seulement c’était sans compter sur l’incendie du club-house du stade en mars 2012 qui devait changer la donne.
 
Finalement le projet prendra place dans l’ancienne cuisine municipale située à côté du Forum. La salle des fêtes bénéficiera ainsi du parking. A cet effet les élus ont voté une demande de subvention D.E.T.R. catégorie 1 destinée aux projets contribuant au développement durable et bâtiments communaux. Le bâtiment désaffecté de l’ancienne cuisine municipale sera donc transformé en salle des fêtes communale. Le montant prévisionnel des travaux pour la réalisation de ce projet s’élève à la somme de 250800 euros HT. Le plan de financement de cette réalisation prévoit une aide de l’Etat au titre de la D.E.T.R., à hauteur de 50 %, soit 125000 euros, et une aide au titre du fonds de concours communautaire à hauteur de 75000 euros. Le calendrier de la réalisation des travaux n’est quant à lui pour l’heure pas arrêté.

 
Publié le 19/08/2013 à 03:48   J-C C
 
Les pirates investissent la place Jean Moulin
 
Le montage de l'aire, comme un grand jeu de «Mecano». 
 
Lors des travaux de rénovation de la Place Jean Moulin, des jeux de plein air avaient été annoncés pour les plus jeunes. Ils viennent d’investir l’esplanade dans le cadre d’une action plus large qui touche tous les quartiers de la ville.
C’est la société Kaso qui a procédé au traçage de l’emplacement de cet espace de jeu et a qui coulé le béton des fondations. Le coût de ce nouvel équipement s’élève à 15000 euros. Si pour une fois les enfants étaient admiratifs dès le montage de l’installation, c’est que la structure un thème des plus attrayants pour le jeune public. Il s’agit en effet d’un jeu sur le thème des «pirates» entouré, pour plus de sécurité, d’une clôture rigide verte munie d’un portillon.
 
C’est ainsi la quatrième aire de jeux installée par la ville après celle de la place Bosquet, destinée aux enfants de deux à six ans, du stade Noël Pélissou située à proximité du city stade, et celle de Crins destinée aux six à quinze ans. Attendues et contribuant au lien social, des aires de jeux devraient continuer à être installées dans les différents quartiers de la ville. Ces équipements participent à l’animation des quartiers, et contribuent au «vivre ensemble». Mais ils peuvent aussi être - comme les trottoirs praticables par les poussettes - un des petits «plus» pour décider les jeunes couples qui souhaiteraient venir s’installer à Graulhet.

 
Publié le 20/08/2013 à 03:50 
 
Les écoles en travaux
 
 
A la faveur des vacances scolaires, des travaux sont réalisés dans les écoles de la ville. A l’Albertarié, du côté de l’école maternelle, le réaménagement du mobilier des classes est en cours avec la création d’une classe supplémentaire pour la rentrée à venir. La pose de rideaux occultants et ignifugés dans l’espace couchette est aussi programmée durant les grandes vacances.
 
Du côté de l’école primaire, c’est le moment de la réfection des peintures des jeux dans la cour de récréation, du changement des planches de rive, de la restructuration de la salle de réfectoire, de la réfection du sol du hall.
A l’école maternelle Gambetta ce sont les peintures des classes et des portes qui sont rafraichies et des vannes thermostatiques installées sur les radiateurs.
L’école primaire Victor-Hugo n’est pas en reste avec l’installation de protections anti-pigeons. 


Publié le 20/08/2013 à 03:50 
 
Pas d'été pour la régie du territoire
 
Fatima Selam est directrice de la régie de territoire./Photo DDM, J-C C. 
 
Fatima Selam dirige depuis sa création la régie de territoire A.G.O.R.A. (Association Graulhétoise pour l’Organisation d’un Réseau Actif).
 
Comment se passe l’été à la régie de territoire ?
Nous travaillons non-stop durant tout l’été car nous sommes responsable de certaines missions dans les quartiers. Bien entendu il y a moins de personnels, mais nous continuons d’assurer le service et avons même organisé des ateliers comme celui d’art discount.
 
Quels sont les projets actuellement en cours ?
L’atelier bois travaille sur les poubelles qui seront à la rentré à l’école d’En Gach. Nous sommes fiers de participer à notre façon à l’évolution du quartier. Nous participons aussi à la rénovation du local de la Croix-Rouge avec l’atelier bois.
L’autre atelier est celui des espaces verts. Outre l’entretient, y-a-t-il aussi des projets de ce côté là ?
Oui, nous continuons à travailler à l’aménagement paysager du quartier de Crins. Nous travaillons en collaboration avec les services municipaux. Nous assurons les plantations mais aussi tout l’entretient de certains secteurs.
 
Y a-t-il des projets à plus long terme ?
Il y aura sans doute l’aménagement du parc Boyer à En Gach. Ce travail se fera dans le cadre de la «GUP», la gestion urbaine de proximité. Cette action s’accompagnera d’une sensibilisation à l’environnement, notamment avec un volet sur le tri sélectif. Même si on ne peut pas encore en parler, nous travaillons aussi à mettre en place un accompagnement dans la recherche d’emploi qui sera ouvert à tous les publics.
 
Quelles seront les actions concrètes mise en place dès la rentrée ?
Nous allons reprendre l’action Art discount le vendredi ainsi que les cours d’alphabétisation pour les personnes dont le français est une langue étrangère.
 
Comment entrer en contact avec la régie de territoire ?
Il y a le site internet www.regie-graulhetoise.fr mais aussi le téléphone au 05.63.42.71.37. On peut aussi passer nous voir place du Languedoc. Nous sommes ouverts du lundi au vendredi de 8 heures à midi et de 14 heures à 17 heures.
 
 
Publié le 21/08/2013 à 03:48   G.D.
 
Deux gros mois de vol à voile
 
Elèves pilotes de Graulhet et de Luchon avec leurs instructeurs début août. /Photo DDM 
 
Le club association tarnaise de vol à voile a mis à profit l’interruption estivale des travaux sur la piste, pour mettre les bouchées doubles et organiser des stages.
«Il nous faut d’ailleurs remercier les services techniques en charge des travaux et qui ont permis la continuité des vols. Depuis le 1er juillet l’aérologie a été globalement favorable et les courants porteurs. Cela a permis de grands vols et de longues distances en circuit.» précise Patrice Corbillé, instructeur et chef pilote.
Si ces travaux et la météo du printemps, en particulier en juin, ont un peu limité l’activité , le dynamisme de l’association n’est pas entamé avec à présent plus de 80 membres, 11 planeurs et déjà plus de 1500h de vols.
 
Plusieurs axes continuent d’assurer le développement: formation, performance, ancrage local. Le club vient de former 3 nouveaux instructeurs. «Pas moins de 5 planeurs ont participé aux championnats jeunes et cette année encore nous serons représentés au championnat de France qui se déroule à La Roche-sur-Yon en août». Ces stages sont aussi l’occasion d’inscrire durablement la collaboration de l’association avec Les Maisons d’enfants à caractère social (MECS). Initiée à Luchon, dont le club a accueilli 9 jeunes cet été, le club de Graulhet souhaite développer sa collaboration avec les MECS locales. Le bonheur du vol doit se partager et le club veut le rendre possible. «Bien sûr, nous sommes toujours disponibles pour faire découvrir les joies du vol silencieux et mieux faire comprendre ce sport aux Tarnais, qui passent de plus en plus régulièrement nous visiter au terrain». G.D.
 
 
Publié le 21/08/2013 à 09:16 | G.D.
 
Le Football Club est repêché
 
Michel Cuxac et Cédric Massol aux côtés de l'équipe avant le match amical, lundi soir face à Labruguière. /Photo DDM G.D. 
 
La bonne nouvelle est arrivée il y a quelques jours sur le bureau des deux présidents Michel Cuxac et Pierre Lavit. à la faveur de la disqualification d’un club toulousain en DRH et du repêchage de Carmaux en DHR, le Football club graulhétois, classé 3e meilleur second de Midi-Pyrénées, au terme de la saison dernière, s’est vu «monté» administrativement en PH, une division après laquelle il court depuis six ans. Une décision qui ravit le nouvel entraîneur Cédric Massol, qui a longtemps joué à ce niveau avec Gaillac et qui a été transféré des féminines albigeoises à l’intersaison. «Voilà une belle opportunité de stabiliser le club à un niveau qu’il peut envisager d’être le sien au constat des résultats des deux dernières saisons».
 
Les Graulhétois ont raté deux fois de très peu la montée. «L’objectif sera de s’y maintenir». Le coach, assisté d’Ahmed Riah, l’entraîneur de l’équipe 2, a averti que le challenge allait être conséquent à relever.
«Nous tombons dans une poule avec beaucoup de clubs tarnais, comme Saïx-Sémalens qui ont l’habitude d’évoluer à ce niveau. Labruguière et Pays mazamétain sont aussi coriaces. Sans oublier le derby avec Giroussens et la présence de clubs aveyronnais pas faciles à manœuvrer.» La saison débute le 25 août avec la coupe de France et un test face à Saint-Juéry. Le FCG va profiter de l’arrivée de six joueurs d’expérience compensant largement un seul départ. Le co-président Michel Cuxac veut y croire. «La saison dernière, nous avons terminé première défense et première attaque de la poule, en finissant deuxième par la faute de rencontres à notre portée, et perdues». Financièrement, il sait que la «montée» sera synonyme de dépenses supplémentaires. «Nous aurons plus de déplacements à effectuer et trois arbitres au lieu d’un seul à notre charge. Mais je suis serein, le sportif va faire la différence».

 
Publié le 22/08/2013 à 09:17 
 
Encore des titres pour les Graulhétois
 
L'équipe graulhétoise au championnat de France nature. 
 
La saison de tir à l’arc sur parcours se terminait -ou presque- dans la région du Centre à Montlouis-sur-
Loire. Si au tir Nature il y avait dix sélectionnés aux Archers du Dadou, cette fois ils n’étaient que six à faire le déplacement... Mais ce ne fut pas pour rien !
 
Une médaille de bronze attendait Régis Gardeur chez les vétérans (et même Super-Vétérans) en arc droit, le fameux «long bow» des archers anglais du Moyen-Âge, une médaille d’argent pour Christophe Grivotet en catégorie seniors hommes arc libre, c’est-à-dire en arc à poulies avec viseur à scope et niveau à bulle, et tir avec décocheur automatique. Mais c’est surtout la médaille d’or et le titre de champion de France en arc chasse du jeune Robin Gardeur qui restera dans les anales après avoir demandé en début d’année son surclassement de junior en senior. Il voulait en effet avoir à se battre pour tenter d’accéder au podium : challenge plus que réussi cette fois, puisqu’en nature il n’avait été «que» 5e chez les seniors !
 
Les archères présentes ont moins bien tiré avec tout de même une septième place pour Gisèle Labatut-Curci (vétérans dames arc nu) et une contre-performance le dimanche qui a fait rétrograder Laura Jau de la troisième à la onzième place des seniors dames arc chasse... On ne peut pas toujours travailler toute la semaine et ne s’entraîner correctement que le dimanche ou lors des compétitions !
 
Il ne reste plus maintenant plus qu’une étape pour trois Graulhétois sur la saison sportive 2013 : le championnat de France par équipes de clubs. Les archers du dadou sont seconds au classement 3D, tout comme ils l’étaient au classement Nature. Ils sont vice-champions de France en Nature, parviendront-ils à remporter le titre de champions de France en 3D ? Ce serait l’apothéose pour le club qui vient d’obtenir le Label d’Argent de la FFTA pour ses installations et son fonctionnement. Il faudra attendre la fin du mois de septembre pour savoir si le trio Robin-Christophe-Régis montera sur la plus haute marche du podium.

 
Publié le 22/08/2013 à 03:49 
 
Le crieur du Dadou sur le marché
 
/Photo DDM, J-C C. 
 
Chaque dimanche matin le crieur du Dadou propose de déclamer gratuitement vos annonces sur le marché, qu’il s’agisse de petites annonces, d’informations culturelles, de coups de cœur ou des «coups de gueule». Pour se faire des boites ont été disposées à la médiathèque Marguerite Yourcenar, à l’Ibère familier, au fumoir du Jourdain ou encore à la Maison des jeunes et de la culture. Il est aussi possible de glisser un message à ce chevalier du guet moderne en téléphonant au 06.34.39.92.14 ou en envoyant un courriel à crieurdegraulhet@gmail.com. 

 
Publié le 23/08/2013 à 09:28   Propos recueillis par J-C Clerc
 
S. Doretto : «La réforme a été l'occasion de repenser l'école»
 
Stéphane Doretto , directeur de l‘école Jeanne d'Arc./Photo DDM, J-C C 
 
L’école primaire privée Jeanne d’Arc effectuera sa rentrée dès ce lundi 26 août.
Interview de Stéphane Doretto, directeur de l’école.
 
Pourquoi avoir fait le choix de cette rentrée anticipée ?
C’est le fruit d’une longue réflexion. Nous sommes sur une commune qui a adopté dès cette année la réforme des rythmes scolaires. Équipes enseignantes, parents ont travaillé pour trouver une formule tiennent compte des rythmes de l’enfant, des possibilités des familles. Après une enquête et plusieurs réunions, nous avons choisi avec concertation avec l’OGEC et de l’APEL de rentrer plus tôt et de travailler un mercredi sur trois.
 
Est-ce un retour à ce qui était pratiqué il y a plusieurs années ?
Non. Aujourd’hui les rythmes sont différents, les journées seront un peu plus courtes. Cette demi-heure en fin de journée sera l’occasion d’adapter les temps d’études, d’aides aux élèves, de garderie, pour une meilleure prise en charge globale de l’enfant et qu’il ait moins de travail le soir. Nous ne touchons pas aux «petites vacances» et préservons le mois de juillet, qui sont des temps de repos à conserver aux enfants.
 
Le mercredi travaillé sera-t-il une journée comme les autres ?
Il sera l’occasion de «travailler autrement», par exemple en menant des activités avec plusieurs classes, qu’elles soient culturelles, artistiques ou sportives, ou encore en donnant plus de place à l’expérimentation. Ce changement a été aussi pour nous l’occasion d’une véritable réflexion et de repenser l’école.
 
Qu’en est-il aujourd’hui du projet d’école ?
Il n’est pour l’heure pas encore arrêté. Nous envisageons une action autour de la sécurité, des règles de vie en collectivité aux précautions à adopter; qui serait à la fois utile et permettrait aussi une ouverture avec par exemple l’intervention des sapeurs-pompiers.

 
Publié le 24/08/2013 à 10:52
 
De belles performances pour trois jeunes vététistes
 
Au final, la sélection midi-pyrénées obtient une très belle 6° place. 
 
Cet été avait lieu à Mende en Lozère la 22° édition du TFJV (trophée de France des jeunes vététistes). Durant 5 jours, et sous une chaleur accablante plus de 400 compétiteurs de 24 comités régionaux, ont rivalisé lors des épreuves de trial, descente, cross, relais, orientation dans les catégories benjamins, minimes, cadets.
 
Une sélection Midi-Pyrénées, composée de 16 jeunes était présente. Parmi eux, 3 jeunes du club de Graulhet, sélectionnés après les épreuves régionales :Benjamin Fabre, 15 ans cadet , Bardou Clément et Colin Guillaume 14 ans en minimes ont eu la responsabilité et l’honneur de représenter Midi-Pyrénées lors de ce trophée. Ces jeunes passionnés se sont affrontés sportivement avec les meilleurs de chaque comité. Pour les minimes du club , expérimentés puisque toujours sélectionnés, ils ont obtenu de très belles performances :ainsi Clément Bardou finit 1° en descente ,17° au Xc(cross country) et 22° au trial, un pilote polyvalent. Guillaume Colin, obtient lui aussi de très bons résultats et se positionne 7° en descente, 26° au trial et 42 au cross .De bel augure pour ces jeunes minimes; Quant à Fabre Benjamin , il finit 15 ° en descente, 19° au trial mais échoue au Xc ce qui le place tout de même 29° cadet au classement général et premier cadet de Midi-Pyrénées.
 
Le club peut être fier de ses jeunes vététistes qui ont fait preuve de ténacité , endurance et technique lors de ces épreuves où les meilleurs de chaque comité ont lutté pour apporter à leur comité un maximum de points.

 
Publié le 25/08/2013 à 07:25 | G.D.
 
 Mathieu, vice-champion du monde de «compak sporting» 
 
Mathieu Delmas félicité par David Douillet sur le podium des championnats de France de Gisors. /Photo DDM 
 
Il s’exerce depuis des années sur des plateaux de ball-trap. Mais depuis quelques années il s’est spécialisé dans le parcours chasse et surtout le compak sporting, une discipline résultant du mélange des deux premières. Les postes de tir sont positionnés comme pour la fosse universelle, avec un appareillage limitant les angles de tir, les trajectoires des plateaux ressemblent davantage à celles du parcours de chasse, pouvant avoir n’importe quel sens, le tir s’effectuant dans une zone délimitée devant les tireurs. Et en deux années seulement, il a réussi à se hisser au plus haut niveau mondial. En 2012, en outsider, il a d’abord décroché le titre de champion d’Europe dans la spécialité.

Mais cet été marquera en maints points la consécration du Graulhétois, employé de d’Equipement à Salvagnac. Début août, il a remporté le titre national toutes catégories confondues, à Gisors, devant 550 tireurs de toute la France, en battant en finale l’incontesté à ce jour, Charles Bardou et au terme d’un score de 197 cibles touchées sur 200 lancées. Dans la foulée, avec l’équipe de France il été sacré vice-champion du Monde en Russie, derrière l’Italie, le tarnais prenant la 12e place en individuel.
Et pour compléter cette fin de saison exemplaire, il est revenu des championnats de France de parcours chasse qui se sont déroulés à La Cerisaie, avec la médaille d’argent à un seul plateau du premier. «C’est le fruit du travail et de beaucoup d’heures d’entrainements» s’accorde à dire Mathieu Delmas, désormais dans la Gotha international des fines gâchettes.

 
Publié le 26/08/2013 à 10:26   G.D.
 
Le public a noté le spectacle historique
 
L'embrasement du chateau par les flèches enflammées des Archers du Dadou a été particulièrement apprécié. /Photo DDM 
 
Après un bilan à chaud, l’association culturelle du Pays graulhétois a effectué une enquête approfondie sur la fréquentation de son spectacle 2013. Ces résultats seront ensuite analysés par la Fédération française des fêtes et spectacles historiques afin de lui attribuer (ou pas) le label qualité pour cette année. à ces résultats s’ajoutent les notes de l’observateur qualité de la fédération qui a assisté à l’une des 3 représentations. Au total, 176 questionnaires ont été analysés, remplis par 16 agriculteurs, 24 ouvriers ou employés, 20 salariés de la fonction publique, 12 cadres moyens, 16 étudiants, 8 artisans, 60 retraités, 20 professions libérales.
 
Il s’avère que 27 % sont de Graulhet, 45 % des autres communes du Tarn, 4 % viennent de la Haute-Garonne, les autres départements de la région représentent 8%, enfin 16% viennent d’autres régions de France (Arras, Annemasse, Thiviers, Conflans Ste-Honorine…). Les tranches d’âges sont étalées, avec les 60-69 ans en majorité. Tous ont bien noté l’accueil sur le spectacle, mais ont mis une note moindre sur le fléchage. Au niveau du spectacle la meilleure note revient aux costumes, le rapport qualité-prix et l’éclairage arrivant loin derrière. En fin de questionnaire, les spectateurs ont laissé libre cours à leur appréciation. Et là, c’est un florilège de félicitations et d’encouragements. De quoi se lancer avec optimisme dans la prochaine édition. Ce sera les 18, 19 et 20 juillet 2014.
 

Publié le 27/08/2013 à 09:40 
 
Granilia : 1000 m² dédiés aux jeunes entreprises
 
 Le site graulhétois de Granilia / DDM
 
Outre Nasta, le site graulhétois de Granilia héberge IOD (intégration domotique et numérisation) et l’atelier Innov’bois (charpentes et ossatures bois). Afin de pouvoir proposer des infrastructures d’accueil permettant d’attirer et de retenir des projets au potentiel économique intéressant en terme d’activité, de développement, de valeur ajoutée ou d’emploi, la communauté de communes Tarn et Dadou a souhaité implanter il y a plus de dix ans une pépinière d’entreprises sur son territoire. Granilia a pour vocation d’accueillir des entreprises en création et de les aider dans leur démarrage.

Certains porteurs de projets sont à la recherche de locaux fonctionnels, mais ne sont pas en mesure ou ne souhaitent pas réaliser un investissement immobilier dès le démarrage de leur activité. Le site de Graulhet, situé dans la zone artisanale de la Molière comprend quatre ateliers d’une surface de 187 m2, deux bureaux d’une surface totale d’environ 60 m2 et des locaux communs (accueil, secrétariat, salle de réunion, direction), soit une surface totale d’environ 1000 m2. Pour de plus amples renseignements il est possible de joindre la pépinière en téléphonant au 05.63.81.42.21 ou en envoyant un courriel à granilia@tarn-dadou.fr.

 
Publié le 27/08/2013 à 03:50   J-C Clerc
 
Nasta vise l'excellence
 
Michael Senon dans la partie création de son atelier./ Photo DDM, J-C C 
 
Créée en 2013, Nasta est la dernière arrivée des entreprises dans la pépinière Granilia. Michael Senon, fort d’une longue expérience dans les matériaux, de la plasturgie à métallurgie a finalement décidé de créer son entreprise dans le domaine de la fabrication d’appareils sanitaires exclusivement en céramique.
 
«Connue pour sa solidité, sa durabilité et sa finesse, la céramique se présente comme le meilleur choix face aux matériaux de synthèse qui envahissent aujourd’hui le marché de la salle de bain» affirme le créateur d’entreprise. Face à une concurrence d’une tout autre dimension, il vise l’excellence pour se démarquer. «Notre sensibilité graphique, nous a permis d’imaginer des modèles alliant design et finitions uniques inspirés des formes et des couleurs issues de l’extraordinaire diversité de la nature». Le respect de l’environnement est l’autre idée forte de Michael Senon. «Nous avons développé un émail auto-nettoyant, issu de la nanotechnologie, qui permet de consommer moins d’eau et de limiter l’utilisation de produits chimiques, c’est biomimétisme de Lotus Surface».Un tiers du coût de la production se trouve dans l’énergie nécessaire pour la cuisson. De ce côté-là, c’est une pâte de céramique spéciale qui a été développée. «Cuisant à 100°C de moins que les autres produits du marché, elle permet des économies d’énergie de l’ordre de 20 à 30%» se félicite-t-il.
 
SI pour l’heure la gamme se limite à des vasques et des lave-mains, elle devrait s’étendre, tout comme le volume de produits. A cet effet Nasta emploiera un premier salarié dès la rentrée. «Notre savoir-faire nous permet également d’étudier des modèles sur mesures et finitions personnalisées» souligne Michael Senon. Si les produits sont pour l’instant distribués dans les enseignes spécialisées, l’entreprise peut aussi travailler pour des commandes particulières et même réaliser des objets uniques. De véritables œuvres d’art.

 
Publié le 28/08/2013 à 08:25    G.D.
 
Le Sporting prend ses repères et part en campagne
 
Renaud Gély, globalement satisfait de cette reprise/. DDM.G.D. 
 
Samedi dernier, le Sporting a ouvert sa saison par un match amical au R.C. Montauban, et par une victoire, 28 à 5. Un succès qui ne satisfait pas pleinement le co-entraîneur Renaud Gély. «Un match dans l’esprit, mais il y a des problèmes à régler, en touche en particulier.
 
Et puis, il y a eu pas mal de ballons tombés. Reste que le score aurait dû être plus lourd, et que les nouveaux ont montré des choses intéressantes». À ce propos, l’ancien 3e ligne a trouvé dans l’équipe montalbanaise, les prémices de ce qui attend le Sporting. «Elle a été à l’image des clubs basques et béarnais que nous allons rencontrer, des guerriers et des gratte-ballons». En Tarn et Garonne Graulhet avait déplacé 27 joueurs. Ce mercredi soir (19h 30), pour la deuxième opposition en amical à Villefranche de Lauragais le staff souhaite resserrer le groupe en convoquant 23 ou 24 joueurs.
«Sur la préparation, nous avons trouvé des joueurs frais physiquement et mentalement». Un atout qui ne sera pas de trop, samedi et dimanche.
 
L’encadrement a invité les joueurs à un stage un peu particulier, à Penne, en bord d’Aveyron, avec plus d’activités à même de solliciter la cohésion, que de rugby avec ballon. Encadrés par des militaires de Balma, les gars auront maintes occasions de montrer leur résistance et leur sens de l’effort en groupe, avec nuit sous la tente, réveil à 5 heures, et diverses activités de plein air au programme. L’ouverture du championnat est annoncée pour le 15 septembre avec la réception de Saverdun.

 
Publié le 28/08/2013 à 08:25 
 
Patrice Pont va courir la course de sa vie
 
La mairie de Graulhet sera derrière son responsable des ressources humaines, à suivre au quotidien sur le site de la course. 
 
Du 1 au 7 septembre, Patrice Pont, responsable des ressources humaines à la mairie, va courir la course cycliste de sa vie. La première édition de la Haute Route Pyrénées, conduira 600 cyclosportifs du monde entier, sur 750 km de Barcelone à Biarritz, via les 20 cols mythiques des Pyrénées et une étape contre la montre qui devait, dans la montée d’Hautacam, décider si le seul tarnais en course arrivera à concrétiser une carrière marquée par de multiples bouquets sur les grandes épreuves. Deux fois champion départemental en 1ere et 2eme catégorie, il prépare ce rendez-vous depuis un an. «La Haute Route des Alpes en est à sa 3e édition. 
 
Ce sera la première sur le même modèle dans les Pyrénées. Elle est annoncée comme la cyclosportive amateurs la plus dure au monde. Ce sera si je la termine la plus belle course de ma vie». Assure celui qui est aussi président du club cyclo de Réalmont. Avec 12 000 km de sorties sur l’année, 25 cols franchis depuis juin dernier, et une douzaine de compétitions, il estime, à 40 ans, être prêt à relever le défi. «Mon premier objectif sera de finir. Mon objectif de prestige sera de terminer dans les 15 premiers». Longtemps trois-quart-centre au Sporting il s’est mis au vélo voilà une dizaine d’années, avec des copains. Il les a depuis laissés à leurs sorties ordinaires pour tenter la grande aventure des grandes courses cyclosportives. Un engagement qu’il peut honorer par l’intervention de partenaires qu’il tient à remercier.
 
 
Publié le 29/08/2013 à 09:04 
 
C'est déjà la rentrée au collège Louis-Pasteur
 
Avec Sylvie Arnoult, infirmière de l'établissement, les élèves ont parlé, entre autres, des différents petits-déjeuners possibles. /Photo DDM, J-C C 
 
Trois quarts des effectifs des classes de sixième ont participé mardi et mercredi à «l’école ouverte» au collège Louis-Pasteur. Cette action leur a permis d’améliorer leur intégration dans l’établissement scolaire et de découvrir le nouvel univers qui s’offre à eux à l’occasion de cette première rentrée dans le secondaire.
 
Appréhender les locaux, rencontrer des personnels (professeurs, CPE, surveillants, infirmière, direction) mais aussi se familiariser aux règles de fonctionnement du collège sont autant d’objectifs de cette rentrée anticipée. Des révisions en mathématiques, en français et anglais, des pratiques sportives autour de jeux de coopération ou encore du chant étaient aussi au programme de ces deux journées d’intégration qui se sont déroulées en l’absence des «grands» qui connaissent déjà l’établissement. Ce moment a aussi été l’occasion de rappeler les «fondamentaux» de l’importance du petit-déjeuner à l’hygiène.

Cette action a bien entendu été encadrée par des personnels du collège mais a aussi vu intervention de plusieurs partenaires tels la maison des jeunes et de la culture ou le Planning familial avec lesquels l’établissement scolaire travaille en collaboration tout au long de l’année. La véritable rentrée des élèves de sixième aura lieu quant à elle le mardi 3 septembre à 8 h 25 avec pour beaucoup sans doute un petit pincement au cœur, mais grâce à cette action la plupart d’entre eux n’entreront pas le «jour J» en terre inconnue.

 
Publié le 30/08/2013 à 03:49   J-C C
 
La double vie de Cyril Heuze
 
Cyril Heuze pilotant l'impressionnant monstre mécanique. /Photo DDM, J-C C 
 
Vous ne connaissez pas son visage et pourtant... Tous les «déchets ménagers résiduels», c’est à dire ce que vous jetez dans les poubelles noires, il les déplace avec précision et dextérité avec un grappin qui, à chaque poignée, soulève plus de cinq tonnes et qu’il faut déverser, dix mètres plus bas, précisément au bon endroit. Il est aussi passionné de course d’endurance équestre, possède sa monture et s’entraîne et participe à de nombreuses compétitions de courses équestres d’endurance.
Formé sur le tas
 
C’est un peu par hasard que le Normand est arrivé dans la région. «Je cherchais un emploi dans les chevaux. On est ici au cœur de la région des courses d’endurance» explique le pontier qui a toujours monté, son grand père ayant déjà des cheveux. Avec une formation en travaux publics, il a d’abord effectué des remplacements comme conducteurs d’engins à Trifyl il y a deux ans. «Quand l’opportunité de ce poste s’est présentée, cela m’a immédiatement intéressé» explique-t-il. Bien entendu il n’y a pas d’école pour apprendre à piloter ce genre de monstres mécanique et c’est le constructeur lui-même qui assuré la formation du salarié.
 
Pour limiter les risques et éviter les nuisances sonores pour les riverains, les engins ne roulent qu’à certaines heures. Ainsi cet emploi à mi-temps lui permet d’assouvir sa passion. S’il a pratiqué les autres disciplines équestres, c’est l’endurance qu’il affectionne. «C’est une course de fond pratiquée à cheval et en pleine nature, dans laquelle le but est de parcourir une longue distance 160 kilomètres. Elle doit être réalisée tout en conservant une monture en parfait état de santé. Des contrôles vétérinaires sont effectués durant parcours» explique Cyril qui souligne «Si l’animal n’est plus en bonne santé, le coureur est disqualifié. Il faut aussi que le rythme cardiaque du cheval soit assez lent pour poursuivre l’épreuve ou la terminer». Les mondiaux de la discipline auront lieu l’an prochain en Normandie avec un circuit passant au bord du Mont Saint Michel. De quoi rendre Cyril doublement heureux.
 
 
Publié le 30/08/2013 à 03:51
 
Travaux à l'école de Crins
 
 
A la faveur des vacances d’été de nombreux travaux d’entretien ont été réalisés dans les écoles de la ville. Le groupe scolaire de Crins a doublement bénéficié de ce programme d’entretien des locaux.
Du côté de l’école primaire les élèves trouveront à la rentrée un nouveau portillon, situé du côté du Dadou dans la cour de récréation. Une réfection des peintures des jeux situés dans la cour de récréation a aussi été réalisée.
 
Du côté de l’école maternelle ce sont les sanitaire du côté des élèves qui ont été rénovés et un lavabo installé. Une classe supplémentaire a aussi été aménagée pour cette rentrée. 

 
Publié le 31/08/2013 à 03:47, Mis à jour le 31/08/2013 à 10:27 | 
 
Des Pin-ups à la fête de la mobylette
 
Olivia Talbot première pin-up sur Mob et organisatrice de la fête avec Gleen. /Photo DDM 
 
C’est maintenant un rendez-vous incontournable de la rentrée à Graulhet.
Samedi 14 et dimanche 15 septembre, l’association Frog and Rock, pour la quatrième édition consécutive, organise la fête de la mobylette. Et cette édition devrait voirexploser le nombre de participants, puisque plus de 200 machines et leurs propriétaires sont attendus du coté de la rue Claude Bernard pour diverses animations.
 
Au programme, concours de «tuning mob» avec des pilotes de toute la France qui préparent leurs engins, balades en mob, bourse, concours de lenteur en mob, course de brouette, 9 concerts gratuits, spectacle Fakir, magicien Dr Troll, marché de l’artisanat, restauration et buvette sur place.
Mais le clou de la journée sera sans conteste, le premier et grand concours de Pinup. Les participantes dont l’âge minimum est de 16 ans (avec accord des parents pour les mineurs), pourront se présenter jusqu’à 15h.
 
Elles seront prises en photos sur une mise en scène. La tenue est libre ça peut aller de la très sexy rock à la old school.... A 16 h elles défileront devant le public qui élira la gagnante. Celle-ci verra sa photo dans le magasine moto Younstimers, tiré à plusieurs milliers d’exemplaires dans toute la France, sur la mob gagnante du concours de tuning. Toutes les autres participantes figureront dans le calendrier 2014 du Frog and Rock. Nous comptons sur une bonne trentaine de participantes» prévoit Olivia Talbot, de l’association Frog and Rock qui n’a pas hésité à enfiler short et Santiags et chevaucher sa plus belle bécane pour montrer l’exemple.

 
L'ensemble cinéma - passerelle - crèche fin août depuis Crins / Photo Simon Rodier

Page réalisée à partir du site ladepeche.fr  



   Graulhet aux portes de la rentrée   
(Article blog du 28 août 2013)

Secteur Plaine de Millet :
 
Le nouveau cinéma de Graulhet,"Vertigo"
 
Reprise des travaux à la passerelle
 
La crèche depuis La Geysse
 
Aménagement paysager des berges du Dadou
 
L'ensemble cinéma - passerelle - crèche depuis Crins
 
Ailleurs en ville :
 
Grande échelle déployée au Centre de Secours
 
Afin que le gazon du stade ne soit pas maudit pour les couleurs locales
 
Agrandissement des vestiaires du Stade Noël Pélissou
 
École primaire d'En Gach : les nouveaux locaux
 
École primaire d'En Gach : les anciens bâtiments réhabilités
 
Structure de jeux Place Jean Moulin
 
Office du Tourisme : les dernières visites estivales, c'est demain !
 
Massif du carrefour de la Place Élie Théophile
 
(Photos -de ce matin- Simon Rodier)

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement