Du Bruc à Ricardens

Actualités août 2010

@

Publié le 27/08/2010 08:53 | Vincent Vidal

Albi : Le jour le plus chaud


Seule solution pour les jeunes albigeois face à la canicule. Un bon bain dans la fontaine du Vigan./Photo DDM Emilie Cayre.

Hier, Albi a connu la journée la plus chaude de l'année, avec un pic à 41°. Un record absolu pour un 26 août et une population qui n'a eu de cesse, de rechercher le moindre instant de fraîcheur.

« C'est tout a fait exceptionnel. Albi n'a jamais connu pareille chaleur et un aussi bas taux d'humidité (18 %) à cette période de l'année. Les 40° vont être dépassés, résultante d'un puissant anticyclone et d'un air très chaud venu d'Espagne ». Jean-Michel Vayssettes, prévisionniste à Météo France est formel. « Cette température n'a jamais été enregistrée un 26 août. Heureusement, dès demain (N.D.L.R. aujourd'hui), cela va baisser progressivement ».

Les records de températures

Hier, avec 41 °, la ville n'a jamais connu une température aussi élevée un 26 août. Le dernier record pour cette même date datait de 1991 avec 37°.

Mais les plus fortes températures ont été enregistrées durant la période de la canicule, qui a touché la France durant la première quinzaine du mois d'août 2003. Le thermomètre était monté alors à 43° à Castres et 42,4° à Albi.

Le chiffre : 41

degrés >. C'est la température sous abri enregistrée hier à Albi. Ce jeudi est bien la journée la plus chaude de l'année. Un record absolu dans la préfecture tarnaise pour un 26 août, depuis la création de la station météo en 1977.

@

Publié le 31/08/2010 10:56 | LaDepeche.fr

Maternelles : trente enfants sur liste d'attente



La rentrée graulhétoise s'annonce mouvementée et les classes maternelles sont saturées. L'ouverture d'une classe de TPS semble la seule issue à ce problème complexe. Serait-ce le signe d'une reprise démographique sur la ville de Graulhet ? En tout cas, les chiffres sont là : trente enfants sont en attente d'inscription pour la rentrée scolaire 2010 et cent soixante huit nouvelles familles sont arrivées sur Graulhet dans le courant du premier semestre 2010 alors qu'une diminution de cent avait été enregistrée en 2009 sur la même période.

Signe positif et marque de dynamisme, certes, mais véritable « casse-tête » pour le service scolaire. L'adjointe en charge des affaires scolaires, Danièle Désert, a beau tourner et retourner les chiffres dans tous les sens, le problème reste insoluble. « La ville de Graulhet a besoin d'une autre classe de TPS (Toute petite section) afin d'accueillir ces 30 enfants en attente d'inscription. Avec un tel volume, on ne peut qu'envisager la création d'une classe, d'autant que nous disposons de locaux disponibles. Mais l'inspection académique doit être d'accord pour mettre un enseignant devant ces 30 écoliers ».

Réunion lundi soir

Graulhet étant en zone « ambition réussite », la préconisation est une scolarisation précoce d'où l'accueil des TPS en maternelle. Danièle Désert poursuit : « A cette heure, je n'ai pas de solution pour ces 30 enfants qui devraient être scolarisés en TPS dès ce jeudi 2 septembre. Et ne parlons pas de la rentrée intermédiaire de janvier 2011 qui est tout simplement impossible vu l'état actuel des choses ! ». Ce lundi 30 août, en fin de journée, les acteurs de la rentrée scolaire - directeurs d'écoles, adjointe au scolaire et inspection académique - devaient se retrouver autour d'une table pour tenter de dénouer ce problème.

@

Publié le 30/08/2010 10:05 | LaDepeche.fr

Gym : l'avant-garde prépare sa rentrée


Comme chaque année les inscriptions auront lieu au stade le mercredi 01 septembre toute la journée. / Photo DDM

C'est à la mi-août que certains gymnastes de l'Avant-Garde ont déjà retrouvé le chemin de la salle de gym pour participer à un stage de remise en forme. Au programme, reprise de la condition physique, préparation physique sous forme de jeux collectifs. Tout cela bien sûr dans une ambiance qui rappelle encore les vacances. Le club peut espérer des résultats aussi satisfaisants que la saison dernière durant laquelle 144 gymnastes filles et garçons se sont entraînés. 10 équipes féminines et 1 équipe masculine ont représenté le Sporting au niveau départemental, régional et zone. A noter, une participation aux ½ finales du Championnat de France à Boulazac pour l'équipe masculine en Division Criterium, et pour les filles la participation à la finale de zone sud ouest à Mont de Marsan en Division inter régionale Criterium benjamine. A cela s'ajoutent les compétitions individuelles qui ont réunit 52 gymnastes au niveau départemental, 37 gymnastes féminines et 10 masculins au niveau régional, zone et également national. Belles performances pour Dimitri et Eugénie pour leur qualification à la finale du championnat de France à Oyonnax, et félicitations à Justine, Andréa, Théo et Antoine pour leur participation à la ½ finale à Lattes Maurin.

Tous ces résultats sont issus d'un travail fourni par les gymnastes, mais aussi par une équipe de cadres et de bénévoles polyvalents et soudés à un bureau très actif. La gymnastique graulhétoise propose 4 sections : la petite enfance et le secteur loisir qui favorisent la découverte de la pratique, ses aspects ludiques et bien entendu un éveil gymnique. En suite le secteur compétition qui, lui, favorise une pratique plus rigoureuse et performante de l'activité. Et enfin la section gym adulte où tout un panel de cours est proposé en fonction des attentes de chacun.

@

Publié le 27/08/2010 09:45 | LaDepeche.fr

Miquélou : Les poissons en vacances à Nabeillou


Depuis quelques jours, le niveau du barrage de Miquélou est stabilisé en attendant les décisions officielles à prendre concernant l'avenir du site qui devraient obliger le niveau à baisser encore. Depuis début août, les pêcheurs de l'Aappma de Graulhet ont mis a profit cette période de répit pour organsier des pêcheries et tenter de capturer le maximum de poissons et l'envoyer vivant et en conséquence d'une tolérance, en « vacances » dans le lac de Nabeillou proche de deux kilomètres. « Notre souhait est que l'eau ne se réchauffe pas trop d'ici octobre. Les conditions avec l'air qui circule, sont bonnes. Le taux d'oxygénation mesuré tous les deux jours est convenable ». Assure Maurice Tissandié le président de la société de pêche locale qui estime à plus de 800 kg le poids de gardons et rotengles transvasés. Quelques gardons accusent le poids respectable de 350 à 400 grammes. Les brèmes sont relâchées, elles dans la Dadou. « Les pêcheurs prennent peu de carnassiers. La réduction de la nappe et donc la concentration de poissons blancs, leur permet de chasser à l'aise ».

@

Publié le 27/08/2010 09:44 | G.D.

Le F.C.G ne veut plus s'arrêter à mi-saison


En fin de semaine dernière une quinzaine de joueurs étaient à l'entraînement. DDM.G.D.

Depuis le 2août, la cinquantaine de joueurs séniors du Football Club Graulhétois ont repris le chemin de l'entraînement, avec en point de mire le premier match de championnat du 12 septembre. Malgré les vacances, ils sont nombreux à suer sur la verte pelouse de la Jonquière. « Nous poussons moins les séances. Elles proposent plus de travail technique et moins de physique. Beaucoup de nos joueurs suivent le jeune du Ramadan et ont du mal à récupérer ». conçoit Patrice Insa l'entraîneur de l'équipe 1 pour la troisième saison, aidé par un nouveau, Eric Salasar en charge des réserves. Durant l'inter-saison, sous la conduite du président Michel Cuxac, le club s'est appliqué à recruter des joueurs, là ou l'équipe en avait le plus besoin. « Nous avons axé le recrutement sur le secteur offensif. En tenant compte que la saison dernière, nous avons terminé 5 e de poule, 2e meilleure défense, mais surtout plus mauvaise attaque ». Trois joueurs sont partis, dix sont arrivés. « Le groupe a été préservé et élargi. Il y aura plus de concurrence. Nous allons nous attacher à y incorporer le plus de monde possible, en respectant les qualités de chacun »assure P. Insa. Pour les responsables, l'ambition de l'équipe reste raisonnable. « Accrocher le haut du tableau et tâcher d'y rester ». avance M. Cuxac qui se félicité de faire partie d'une poule qui n'oblige pas comme la saison dernière, de longs déplacements. « L'an dernier, le parcours de l'équipe a été conforme aux attentes... jusqu'à la mi-saison. Ensuite, nous avons enregistré beaucoup de blessures qui ont contrarié le rendement. En étant mathématiquement assurés de rester en Pl, les gars se sont relâchés. La fin a été moyenne ». assure P. Insa. « Heureusement, il y a eu le voyage de fin d'année qui n'avait pas été organisé depuis bien longtemps. Trois jours de rafting dans les canyons espagnols. De quoi resserrer le groupe! »

@

Publié le 27/08/2010 09:44 | G.D.

Le moulin des Seigneurs renaît de ses cendres


Le moulin des Seigneurs en petit, pour se souvenir. DDM.

Le moulin des Seigneurs comme s'il était là. La maquette de Jean Verdès est, actualité oblige, l'une des pièces maîtresses de l'exposition proposés par le Comité culturel et le Cercle photographique graulhétois, dans les locaux de la Far (ancien marché couvert). Intitulée «Graulhet d'hier et d'aujourd'hui», elle propose nombre de planches photographiques qui rappeleront aux graulhétois, les grandes heures de la mégisserie et de la maroquinerie, les grands personnages de cette ville et les rues telles qu'elles étaient il y a presque un siècle. Etonnament, l'expo rejoint l'actualité. Outre le moulin des Seigneurs, qui a brûlé le mois dernier, on retrouve la construction du barrage de Miquélou, sujet à préoccupation quant à son avenir, les débuts du rugby qui a cent ans cette année, les grèves de 1910 qui viennent d'être commémorées, et d'anciennes rentrées des classes qui approche à grand pas. «Nous avons reçu beaucoup de visiteurs, beaucoup de gens du coin, qui ont apprécié les comparatifs des photos prises sous un même angle avec plusieurs décennies d'écart. » assure Robert Bourges président de la Far qui prête ses locaux à l'exposition. Vu le succès, elle sera prolongée jusqu'au jeudi 2 septembre.

@

Publié le 26/08/2010 09:42 | LaDepeche.fr

La mairie en plein travaux


Guy Peyre, adjoint en charge des travaux, Thierry Cayla, responsable servive cadre de vie, et Guy Gayraud, électricien, travaillent d'arrache pied sur ce dossier.

Cela fait maintenant trois mois que la mairie de Grauhlet se retrouve dans son entière en pleine rénovation, dirigée par Raynal de St Sulpice. Un grand changement dû à une petite cause.

« Tout est parti du déménagement de l'état-civil, explique Guy Peyre, adjoint en charge des travaux. A partir de là, nous avons réfléchi à des changements qui mériteraient d'être faits. »

Parmi ces changements, citons notamment le changement d'entrée, afin qu'elle soit plus accessible au public, la remettant à son emplacement d'origine. Ils ont également l'intention de simplifier l'organisation des différents secteurs en un seul bâtiment, une seule mairie.

« Nous nous sommes également aperçus que, si les habitués se rendent directement au bon endroit, les autres sont très facilement perdus entre toutes ses entrées. Alors qu'il serait sans doute plus simple de tout centraliser, comme nous allons le faire. »

La fin de la première partie des travaux était prévue pour fin Septembre, mais elle aura sans doute lieu plutôt vers le 15 Octobre. Le coût prévu est de 180 000 euros. La façade de la mairie sera également refaite par la suite, afin de rendre le parvis plat pour rendre l'accès plus facile aux personnes à mobilité réduite. Ces travaux n'ont pas encore commencés, car l'appel d'offre n'aura lieu qu'à la rentrée. G.B

@

Publié le 25/08/2010 10:47 | G.D.

Nouvelle fête du cheval en septembre


En 2008, pour la première édition sur le site de la Bousquétarié, le public avait répondu présent en masse.

Jean-Paul Laurents, le président de l'association Salomon de la Broûe, a bien failli tout laisser tomber après l'édition 2009 de la fête du cheval. A 11 heures, la pluie s'était mise à tomber sans cesse. En début d'après-midi, l'aire de la Bousquétarié était devenue un vrai bourbier. Il a fallu utiliser des tracteurs pour sortir les chariots et les matériels. C'est la première fois en quinze ans que nous avons du annuler la fête du cheval ». Depuis, Jean Paul Laurents a repris les solides rênes d'une organisation bien rodée. Et le 19 septembre prochain, malgré les impératifs financiers qui lui imposent un peu plus de rigueur dans la maîtrise de son budget, il pourra présenter un programme digne de ce grand rendez-vous de l'automne graulhétois, doublé du vide-grenier organisé par la mairie. Une foire aux chevaux le matin.

La journée débutera par la foire aux chevaux de toutes races. « Nous l'avions tentée l'an dernier, mais cette fois, nous ne sommes pas en concurrence avec celle de Revel ». Après le repas possible sur place autour du marché des produits du terroir et d'artisant d'art, l'écurie Poney City présentera son spectacle « Tous à l'ouest » et Patrice Mauriès et ses fils, feront leur numéros de voltige. Une présentation de beaux chevaux conclura les représentations. La musique country sera à l'honneur toute la journée avec l'association locale Country Soir et le groupe Carton Rouge. Ainsi que les chevaux de fers, avec la participation du club Chapter de Toulouse et ses Harley-Davidson chromées à souhait. « Nous avons renforcé la palette des animations destinées aux enfants. Du château gonflable à la promenade à dos d'âne, en passant par le tir à l'arc et le trampoline élastique, il y en aura pour tous les goûts ». De quoi refaire une grande fête populaire.

@

Publié le 24/08/2010 11:23 | G.B

La délégation de Prien dans nos murs


La dernière visite de la délégation de Prien eût lieu en 2009, où il fût accueilli avec enthousiasme par la ville.

C'est le Lundi 30 Août qu'arriveront à Graulhet la délégation de la Ville de Prien, petite ville bavaroise située à 100 kilomètres de Munich. Organisée dans le cadre de l'opération de jumelage qui lie ces deux villes depuis 1971,cette forte délégation comportera 53 personnes, dont des personnalités d'importance, telles que le maire, son épouse, quelques conseillers municipaux, les 15 membres de la chorale de Liedertafel, et quelques peintres répondant à l'invitation de l'éveil artistique.

« Ces quatre artistes participent à une exposition commune avec des artistes de Graulhet, explique Anne-Marie Jardry, secrétaire et trésorière du Comité de Jumelage. Elle aura lieu le Mardi 31 Août à la salle de l'Odéon jusqu'au 3 Septembre, où l'on pourra voir des tableaux et des sculptures des deux nations. »

Pour les autres membres de la délégation, le programme s'annonce tout aussi chargé. En effet, dès Mardi, une visite à Toulouse sera organisée toute la journée , suivi le soir de l'inauguration de l'exposition et du repas officiel au foyer Léo Lagrange. Mercredi, visite de Moissac et de Montauban, tandis qu'ils se rendront le Jeudi dans la ville d'Albi pour visiter notamment la cathédrale ou le musée Toulouse Lautrec, entrecoupé d'une réception au Conseil Général. La plupart partiront Vendredi matin en car, à l'exception du maire de Prien et de cinq autres membres qui s'en iront Jeudi soir en avion. « Nous faisons régulièrement des échanges depuis 1971. Nous nous rendons visite une année sur l'autre, et les collèges organisent tous les ans un échange scolaire. De plus, certaines associations, comme les clubs de natation, se rencontrent fréquemment. A une époque , les clubs de vélos ont organisés des voyages Grauhlet/Prien dans les deux sens. »

Les premiers échanges ont eu lieu à l'initiative du foyer Léo Lagrange aux alentours de 1965. Depuis, les liens qui unissent ces deux villes se sont renforcés, jusqu'à devenir de vrais liens d'amitié.

@

Publié le 19/08/2010 11:42 | DM

De ronds-points en espaces verts...


L'entrée de Graulhet depuis Albi ou Réalmont est splendide. / Photo DDM.

Quand on pénètre dans la ville de Graulhet, que ce soit en provenance de Toulouse ou en provenance d'Albi, on est accueilli par de splendides ronds-points tout en verdure… L'occasion de découvrir tous les espaces verts de la ville est idéale en période estivale, une façon de mettre un coup de projecteur sur le travail des responsables des espaces verts graulhétois. Graulhet comporte 5 ronds points principaux, situés sur le pour tour de la ville. Ils sont tous fleuris et mis en valeur par des décorations, fontaines, cascades ou autres. Le plus ancien de tous est le rond-point de l'Europe, situé route de Réalmont. Cela pousse à la curiosité et c'est un réel plaisir de se promener au travers de tous les espaces bucoliques graulhétois.

Au bord de l'eau

Le plus célèbre est aussi le plus central, le stade Noël Pélissou est une véritable pierre angulaire du patrimoine graulhétois, il est le lieu incontournable des amateurs de rugby, athlétisme, basket, tennis… il présente aussi un aire de jeux qui fait le bonheur des plus petits. Le pré de Millet accueillait en son temps un stade de football à proximité d'une allée de platane où il fait bon prendre le frais, aujourd'hui si la maison de retraite s'y est installée, il fait toujours bon se promener en ces lieux. La proximité de l'eau est aussi très agréable et les deux lacs, Miquelou et Nabeillou, entourés de parcours pédestres sont toujours une agréable balade à faire. Les joggers ou autres marcheurs ne s'y trompent d'ailleurs pas et ils sont nombreux, à parcourir les chemins aménagés qui bordent ces deux retenues. Par ailleurs, les rives de votre rivière préférée accueilleront vos marches, tout en découverte… Prenez votre voiture et « La courbe », à quelques encablures du centre ville, vous propose plusieurs types de forêts, pinèdes, feuillus, la randonnée sera variée tout en restant abordable pour des marcheurs débutants.

@

Publié le 18/08/2010 11:17 | LaDepeche.fr

Les Bronzés font du ski...sur herbe


On s'est bien amusé durant ces vacances à la Courbe./Photo DDM

Les Bronzés font du ski … à La Courbe en plein mois d'Août ! Quelle ne fut pas la surprise ce matin pour tous les enfants petits et grands de retrouver le pré de La Courbe transformé en « station de ski », sans la neige bien sûr ! Mais place à l'imagination. Vêtus de leurs bonnets, lunettes et après-skis, les animateurs ont proposé hockey, biathlon, curling, luge, bobsleigh …

Ambiance assurée. Cette semaine, côté maternelles :

Les lutins ont envahi la forêt.

Spectacle de marionnettes.

Sortie mini golf à Gourjade.

Côté primaires: sorties au Jardin des Paradis et Saint Ferréol.

Pour les pré-ados: Mini camp à Tépacap à Toulouse.

Pour tous : préparation de la fête du Vendredi 20 août « La Courbe fait son festival ». Spectacle des enfants, vente de sandwichs, frites, boissons pour les parents qui souhaitent manger sur place.

@

Publié le 18/08/2010 11:17 | DM

La belle saison de la piscine


Un bassin de 50 mètres, rare dans les piscines du coin.

La piscine municipale de Graulhet propose un ensemble de prestations aux visiteurs. Avec ses 3 bassins, 1 bassin de 50 mètres, un bassin ludique et une pataugeoire, elle peut satisfaire de nombreuses attentes. Le bassin ludique qui se compose de bains à bulles, d'espaces avec jets de massage, de fontaines ou encore de jets d'eau remporte un beau succès même si les sportifs, nageurs, sont plutôt attirés par le bassin de 50 mètres. Pour compléter le bien être des espaces verts sont à disposition et il est possible d'y pique niquer, et ponctuellement la piscine municipale accueille un marchand de glaces et de boissons. La gestion d'un tel équipement est assurée par plusieurs équipes, accueil, surveillance de la baignade et maintenance. Ce sont 4 caissières qui se partagent le travail tout au long de l'année, aidées pour l'été par du personnel de Mairie, elles ont en charge la caisse bien sur avec la remise des paniers mais aussi l'entretien de l'intérieur des locaux. 4 techniciens machinistes assurent l'entretien des plages et le maintien de la qualité sanitaire de l'eau des bassins. Pour la sécurité des baigneurs, 9 MNS, maîtres nageurs sauveteurs, veillent au grain sous la houlette de la chef de bassin Juliane Lechat, ils sont 4 employés à l'année plus 5 saisonniers. Comme certaines personnes manquent de savoir vivre, l'équipe est complétée par un médiateur dont le rôle est d'intervenir en cas de conflit. Si vous le souhaitez vous pouvez demander des cours particuliers de natation. Et tous les dimanches matin le club de plongée de Graulhet vous prpose de découvrir ce sport en participant à des baptêmes de plongée. Ouverte depuis début juillet, la piscine qui fermera ses portes le 29 août a accueilli près de 400 personnes en juillet et table sur une fréquentation de 150 personnes pour le mois d'août. Petit rappel des tarifs et des horaires, ouverture de 10h00 à 19h15, entrée adulte 2 euros, enfants 1.40 euros.

@

Publié le 17/08/2010 09:49 | D.M.

On ne s'ennuie pas à la maison de retraite

Au mois d'août, la maison de retraite de Graulhet a en plus de ses prérogatives habituelles, la mission de mettre ses résidents à l'abri des chaleurs estivales. Pour cela toute une palette d'outils est à la disposition des employés comme des salons climatisés par exemple. Pour le confort de chacun c'est aussi la mise au frais, l'hydratation, emmener les résidents prendre l'air. Le confort ne se limitant pas à la seule température, c'est le confort de l'esprit qui est recherché par les équipes de la maison de retraite et c'est là qu'intervient l'animatrice Chantal Bonnafé. A l'intérieur des quatre secteurs de 20 lits, les bleuets, les coquelicots, les boutons d'or et les capucines, des activités variées sont proposées, cela va de lecture de livres ou de journaux, à divers jeux de société, écoute de musique ou projection de film. L'objectif est en priorité de stimuler la mémoire, cela passe aussi par des ateliers spécialisés. Un secteur, les bleuets, présente des particularités, il s'agit du secteur des désorientés actifs, essentiellement des malades d'Alzheimer. Ici les portes sont sécurisées, et les animations sont adaptées. Ce jour là les résidents avaient un atelier pâtisserie, moment de retrouver les gestes du passé. Une autre pratique suscite l'intérêt, le jardinage réveille les souvenirs d'antan et le « Jardinou » offert par le Rotary Club est un lieu de rendez-vous pour les « mains vertes » des Bleuets avec en particulier Louis qui dans le passé menait un superbe jardin et verger.

Ce qui est frappant c'est l'attention avec laquelle le personnel s'adresse aux patients parfois désorientés, et ce dans le souci de leur bien-être. Pour les repas par exemple, les horaires sont réguliers dans l'ensemble de l'établissement pour créer un rythme facile à apprivoiser sauf parfois en cas de nuits agitées ou autre petits problèmes. Souhaitons à tous ces anciens de passer une belle fin d'été.

@

Publié le 15/08/2010 03:45 | J-C C

Le Moulin du Seigneur renaîtra de ses cendres…

Le maire dans la nacelle aux côtés d'Alexis Gasc, patron de l'entreprise Gasc, a voulu lui aussi comprendre et toucher du doigt l'urgence.

Le Moulin du Seigneur a été victime le 18 juillet au soir d'un terrible incendie qui a ravagé ce patrimoine graulhétois. Selon les derniers avis des experts la tour a été malmenée et devra être détruite partiellement. Le socle ne présente pas de « fragilité » mais les deux derniers étages menacent de tomber, les stigmates du temps et de l'incendie devenant de plus en plus visibles et probants.

Une inspection de toute la hauteur de la tour et des façades de la bâtisse a été menée en présence du maire, des services techniques de la communauté des communes, notamment Francis Pereira, de Miren Martin-Iturria, directrice des services techniques municipaux et de Jacques Amiel, directeur adjoint des services techniques.

« Nous devons nous résoudre à mettre en sécurité ce site. Cela passe par l'installation d'un périmètre de sécurité - chose que nous avions déjà instaurée - mais aussi par une démolition partielle de notre tour par souci de reconstruire et d'aller au bout du projet qui avait émergé sur ce site », confiait Claude Fita; maire de la ville. Le projet de Renaud Martinet (centrale hydro-électrique et installation de bureaux dans les étages) ne tombe pas à l'eau. Tous les partenaires seront aux côtés de ce jeune porteur de projet, « parce que son projet est bon, parce qu'il tient la route économiquement et financièrement et parce qu'il a justement sa place au Moulin du Seigneur », assure le maire. Et Renaud Martinet d'ajouter : « Ce projet me tient à cœur. Je m'adapterai aux conclusions et conditions actuelles. Tant qu'on m'accorde la chute d'eau et tant que je peux reconstruire, mon projet ne tombera pas à l'eau et restera viable ». Il est temps d'agir. « Rien n'est fini pour notre Moulin du Seigneur, tout commence au contraire pour celui qui va renaitre prochainement !

Ensemble nous allons redonner vie à ce site », conclut Claude Fita.

L'entreprise Gasc se préparait dès vendredi dernier pour « soigner » la tour et l'amputer de son mal.

@

Publié le 15/08/2010 03:48 | G.B

Giroussens. La ferme de la Ramière : une exploitation en direct



Située sur la route de Lavaur, la Ferme de la Ramière apour spécialités le melon et le maïs doux.

C'est sur la route de Lavaur que Chantal et Christian Raynaud ont installé leur petit stand de vente en direct. Exploitants agricoles depuis 1974, ils se spécialisent principalement dans les melons , les vignes et le maïs doux. « Notre exploitation reste malgré tout de caractère général, expliquent-ils. Au départ,nous faisions surtout dans le maïs semence; mais nous nous sommes diversifiés au fur et à mesure. »

Une diversité qui ne concerne pas que leurs propres produits. En effet, s'arrêter à leur étalage, c'est s'arrêter devant une représentation de producteurs locaux: ici le miel de l'exploitation de François Mallein, là l'huile d'un producteur bio de Briatexte, ou encore la limonade venue de Grauhlet...

« Nous proposons effectivement les produits d'autres producteurs, souvent des amis à nous, et dont nous connaissons la qualité. »

Agriculteurs raisonnés, les Raynaud n'ouvrent leur site que durant les mois de Juillet, Août , et Septembre, vendant leurs produits à la belle saison aux touristes. « Nous comptons beaucoup de gens de passage. Ils sont content de trouver des produits frais qu'ils peuvent emporter en repartant. »

Mais que cela ne vous empêche pas , habitants du pays, d'aller faire un tour à cette exploitation peu commune.

@

Publié le 13/08/2010 10:53 | D.M

Les anciens du rugby débordent d'énergie

Philippe Alquier lors de la journée Alain Balayé. /Photo DDM

L'essentiel de la philosophie de cette association est la passion. Passion du ballon ovale bien sûr, mais aussi du club de rugby de Graulhet. Les Dadous regroupent essentiellement des anciens joueurs de rugby du sporting club graulhétois, de tous niveaux… Si au tout début l'appartenance au sporting était une condition incontournable, l'association s'est ouverte à de nouveaux membres et l'on voit courir parmi ces anciens rugbymen d'autres joueurs issus de sports différents, d'anciens footballeurs, cyclistes ou athlètes sont venus rejoindre les rangs des Dadous. Autour de l'emblématique président Philippe Alquier, les membres de l'association s'en donnent à cœur joie pour exercer leur passion ovale, ovale qui est aussi la forme de la table autour de laquelle ils se réunissent pour récupérer des efforts consentis !

Une association conviviale

Et oui, convivialité est un mot courant chez les Dadous et le diététicien de l'association insiste tout particulièrement : « Surtout après l'effort, ne restez pas le ventre vide… ». Après plusieurs années consacrées exclusivement au rugby, et à quelques voyages « sportivo-culturels », la pratique sportive s'étoffe et l'on voit des Dadous pédaler sans relâche, certains ont même participé à l'étape du tour, d'autres s'essayent au volley avec plus ou moins de succès, on a même vu dernièrement une tentative de curling… Ce débordement d'activités n'en fait pas oublier l'essentiel, le cœur, il est et restera au centre de la philosophie dadous. Ainsi, l'association a organisé cette année une journée Alain Balayé, Alain président à vie, Alain qui a marqué de son empreinte le club de Graulhet et l'association des Dadous, Alain dont Philippe Alquier dit qu'il conservera toujours sa chaise à notre table… Cette journée fut une réussite tant sur le plan sportif, pas forcément le plus important ce jour-là, que sur le plan émotionnel avec de nombreux joueurs de toutes générations et de tous horizons ayant répondu présent.

@

Publié le 12/08/2010 09:01 | DM

Des poissons en danger à Miquélou


Un niveau déjà bien bas, et qui inquiète les pêcheurs .

Maurice Tissandié, le président de l'AAPPAM, comprenez association agrée de pêche et de pisciculture du milieu aquatique, de Graulhet, est inquiet. Cette association, forte de 950 membres pêcheurs, regroupe des passionnés qui investissent les rives des cours d'eau et qui s'investissent dans leur sauvegarde. La raison de l'inquiétude du président tient aux directives préfectorales fixant la cote d'exploitation du barrage de Miquelou au niveau 183 NGF, soit une baisse significative du niveau de l'eau, moins 3 mètres. Une précédente étude a montré la nécessité de diminuer le niveau de l'eau de la retenue, ce qui a été fait… Or il est demandé de baisser encore plus ce niveau et compte tenu de la température élevée le risque est grand pour la survie des poissons. La population en poissons de Miquelou est très intéressante avec des carpes, des gardons, des sandres, ou encore des black-bass. La baisse du niveau d'eau entraine de fait une baisse de l'oxygène disponible, un réchauffement de l'eau et bien sur un nombre trop élevé de poissons pour le volume d'eau. La perte de poissons est un problème en soi, mais elle peut s'accompagner de « dommages collatéraux » tel des odeurs de pourriture par exemple. Si tel est le cas, la municipalité devra selon Maurice Tissandié procéder à une indemnisation de l'AAPPAM, mais aussi évacuer tous les cadavres et prendre en charge l'équarrissage. Le volume pourrait atteindre les 5 tonnes de poissons morts. La seule chose que demande l'association graulhétoise est le report de 2 mois de la date de l'arrêté préfectoral afin que les températures diminuent et qu'une partie de la faune piscicole puisse être déplacée vers le dadou ou le lac de Nabeillou : « S'il faut faire quelque chose pour le barrage, nous le ferons, nous ne voulons surtout pas faire prendre de risque à la population ». En attendant, les pêcheurs graulhétois organisent des pêcheries pour sortir le maximum de poissons et plus de 300 kilos ont pu être prélevés.

@

Publié le 11/08/2010 03:46 | J-C C

Une autre gestion des espaces verts


La gestion de l'eau sera particulièrement étudiée par les services.

Les premières pistes de travail pour la gestion différenciée des espaces verts naturels de la ville, décidée au printemps dernier, ont été présentées aux élus et responsables de la mairie. Le principe de la mise en place de cette gestion a été validé. Le projet démarrera à l'automne avec la présentation détaillée à tous les agents concernés et la constitution de plusieurs groupes de travail avec les volontaires qui seront chargés de faire des propositions et de mettre en place ces nouvelles pratiques.

Tout commence avec la définition pour chaque espace de son niveau d'entretien et l'étude de nouvelles solutions pour la tonte, le fauchage, la réduction des produits phytosanitaires ou encore la rationalisation du fleurissement. « Le choix d'espèces résistantes aussi bien à la sècheresse qu'aux parasites et maladies est très important pour nous. De même le souci de diversification des plantes est très important avec pour but d'offrir aux Graulhétois une palette toujours plus large », souligne Christophe Assalit, responsable du service des espaces verts de la ville.

Gestion de l'eau et paillage

Une récente étude a dressé un premier bilan et proposé des préconisations sur la gestion de l'eau. Certains compteurs ont déjà été changés et d'autres seront supprimés. La plupart des terrains de sport et certains espaces verts sont arrosés avec l'eau du Dadou. Chaque fois que cela est possible des programmateurs permettent d'arroser durant la nuit, période de moindre évaporation. De même le remplissage des cuves pour l'arrosage des plantations, arbres, bacs, etc. se fera dorénavant grâce à la pompe du stade Noël Pélissou et non plus par le réseau d'eau de ville. Les déchets issus du nettoyage des massifs et autres plantations sont utilisés pour créer du paillage. Les déchets sont broyés et répandus autour des arbres et autres plantations limitant la repousse de mauvaises herbes et permettant de conserver l'humidité.

@

Publié le 09/08/2010 09:43 | DM

La rocade s'ouvre au commerce


Le début de la rocade.

L'axe routier contournant la ville de Graulhet, la fameuse rocade, a vraiment changé d'aspect en quelques années. Historiquement il était le moyen de desserte des usines ou ateliers, mégissiers et maroquiniers l'empruntaient quotidiennement pour se rendre sur le lieu de leur travail, occasionnant aux heures de pointes quelques bouchons… bien sur cela n'avait rien à voir avec les énormes bouchons des rocades toulousaine ou parisienne !!! Aujourd'hui il y a forcément beaucoup moins de professionnels du cuir qui y circulent, crises et délocalisations étant passées par là. La quantité de voiture passant sur cette route est toutefois très élevée et cela a donné des idées à quelques-uns, le tour de ville de Graulhet voit en effet fleurir de nombreuses enseignes. Partant du pont des voutes, l'agence Axa d'Eric Biscond ouvre le bal puis l'on peut tout à loisir trouver des commerces aussi variés que des vendeurs de fournitures industrielles, de motoculture, de vélos ou de voitures… Dans une deuxième partie il y a une coiffeuse, un point chaud, une boutique de décoration, un magasin de jouets, ou encore un magasin de cuisines. L'industrie reste malgré tout présente sur l'axe avec les Maisons Malié ou Mécaform, et l'ensemble se marie bien. Continuons notre progression et voilà BPG implanté depuis des années au même endroit, anciennement il s'agissait de « Frouvelle et Bélou ». Plus loin un ensemble de grands magasins, alimentaires, vêtements, bricolage, sport, précède les deux grandes marques de la distribution. Cette variété d'activités montre un réel dynamisme à se développer. C'est une évolution de l'image de Graulhet qui après des décennies de mono industrie a dû changer voilà quelques années, et prendre un virage nécessaire. Cela passera entre autre par le développement du commerce dans tous les secteurs de la ville.

@

Publié le 08/08/2010 08:23 | G.C.

Lautrec. Ail Rose : une vraie et belle fête qui a attiré la foule


Ce couple 'Ail love you' qui a obtenu le 3ème prix a été plébiscité par le public. Photo DDM GC

Est-ce l'effet Tour de France qui, grâce au magnifique reportage diffusé par France 2, a bien mis en valeur les beautés du village, ou la notoriété du produit, ou l'effet UNESCO d'Albi, sans doute un peu tout ça, car la fête de l'ail rose a probablement battu des records d'affluence. Une vraie belle fête de terroir ce vendredi, une météo idéale, une foule sympathique car il était parfois difficile de se frayer un passage dans les rues principales du village. Idem sur Les Promenades ou les traditionnels concours attirent toujours les visiteurs. Quant à la bolée de soupe du midi ? Elle est devenue de ce fait difficilement atteignable, seuls les centaines de persévérants (attendant patiemment devant les barrières) étaient sûrs de goûter la spécialité locale. 1000 litres ont été distribués. Un grand bravo à toute l'équipe pilotée par Jean-Louis Marty.

LES RESULTATS DES CONCOURS

Cinq compositions artistiques et neuf lots de trente grappes des producteurs de belles manouilles concoururent. C'est Anne Ginestet de Venès qui a reçu le 1er prix artistique avec sa Montgolfière, suivie de Françoise Olivier avec son fier Coq gaulois, puis les familles Carayol/ Monsarrat avec un magnifique couple 'Ail love you', ensuite vint en 4ème Baptiste Garibal aidé de son papy Robert pour une jolie Tour Eiffel et en 5ème le Promeneur de Lilian Pradelles.

Côté Manouilles le 1er prix a été attribué à Chantal Chappert, mais comme l'a précisé Jean-François Tournié président du syndicat « les neuf participants ont un égal mérite car tous les lots sont jolis ».

Les deux concours de l'après-midi ont permis à Fernande Corbière de remporter le 1er prix pour sa tarte courge-riz sur 15 participantes. Quant au record de la plus longue manouille il a été battu avec 22, 46 m en 3 heures. Vendue lors du la fabounade le produit de cette manouille géante sera reversé à l'association Saute-mouton de Lardaillé.

@

Publié le 07/08/2010 03:52 | D.M

Un office de tourisme pour Tarn et Dadou


Marion accueille des visiteurs /. Photo DDM

C'est le grand boom à « l'office de tourisme de Graulhet », c'est aussi l'occasion de mettre un coup de projecteur sur son fonctionnement. Il faut savoir tout d'abord qu'il ne s'agit plus depuis début 2010 d'un établissement municipal mais d'un organe dépendant du Pays.

Le Pays, qu'est-ce que c'est ? Il s'agit d'un regroupement de communauté des communes, dans le cas qui nous intéresse Tarn et Dadou, Salvagnacois, Rabastinois, Vère Grésigne et Livers Cazelles. Ce syndicat mixte s'appelle « Pays vignoble gaillacois, bastides et al Dadou ». L'office de tourisme pour sa part se nomme « Office de tourisme bastides et vignobles du Gaillac » et il est géré directement par le syndicat mixte, il se compose de plusieurs antennes dont bien sûr celle de Graulhet.

Toutes sortes de conseils

La mutualisation des moyens permet entre autre de réaliser le « Guide pratique du Pays », un programme d'animation par mois. Marion Martin et Lucie Polisset vous accueillent au sein du bureau d'informations touristiques et vous prodiguent toutes sortes de conseils pour profiter au mieux de notre belle région, vous pouvez les contacter au 05 63 42 87 27 ou consulter le site www.tourisme-vignoble-bastides.com. Les horaires d'ouvertures sont les suivants pour le mois d'août, du lundi au vendredi de 09h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30, le samedi de 09h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00 et le dimanche de 09h00 à 13h00. Le site de Graulhet accueille une moyenne de trente visites quotidiennes de personnes souhaitant découvrir Graulhet, Marion Martin analyse : « La majorité est tout d'abord intéressée par l'histoire du cuir et les activités que l'on peut faire alentours ». Par ailleurs, elle livre aussi une remarque concernant le type d'hébergement utilisé le plus fréquemment : « Quand on questionne les visiteurs sur leur hébergement, on note que le plus souvent c'est au camping que les gens résident, viennent ensuite les amateurs de camping-car puis ce sont les gîtes.»

Une Application pour votre I Phone.

L'office du tourisme est à la page… il propose un service vraiment dans le vent avec la mise à disposition d'I Pod avec un programme de présentation des diverses visites à effectuer dans la région. Mis à la disposition des touristes dans les différents pavillons il sera le support idéal pour découvrir les Bastides et le vignoble de Gaillac. Sous forme d'album photos, accompagnés d'explications sur chaque thème, il permet de pré visualiser sa prochaine destination. Contre le dépôt d'une caution vous repartirez avec votre I Pod préprogrammé. Si vous disposez d'un I Phone vous pouvez aussi télécharger l'application sur votre téléphone.

@

Publié le 06/08/2010 10:49 | G.D.

Les Plasticiens Volants ont trente ans


Les spectacles des Plasticiens Volants sont toujours des instants magiques pour les milliers des spectateurs. / Photo DDM. PV.

Marc Mirales le directeur des Plasticiens Volants le reconnaît bien volontiers. Ce sont bien les spectacles de clôture des Jeux Olympiques de Barcelone et ceux de l'ouverture et de la clôture des jeux paralympiques de Sydney, qui ont fait exploser les frontières et donné la dimension internationale à la troupe graulhétoise. Ils seront prochainement les vedettes de la fête nationale au Maroc devant 50 à 100 000 spectateurs attendus, puis à Béziers pour la Féria, à Bilbao pour la fête de la ville, à Mexico pour le bi-centenaire de l'Indépendance et le centenaire de la Révolution, plus tard en Angleterre puis en Russie.

Un énorme travail artistique

En 30 ans d'existence, les Plasticiens Volants se sont produits sur les 5 continents. « La particularité, c'est le visuel, en hauteur, là ou tout le monde peut voir, avec très peu de paroles, très peu de textes ». Derrière les représentations, il y a un énorme travail artistique, de montage des structures gonflables et de logistique qui occupe à plein-temps 5 personnes, et une trentaine d'intermittents. En avant-première à Graulhet ;

En parallèle des déambulatoires, s'appuyant sur un répertoire de 4 ou 5 scènes adaptables aux événements et à l'histoire de chacun des pays visités, les Plasticiens volants travaillent sur leur prochain spectacle, le « Big Bang, ou de la création de l'univers jusqu'à l'homme ». Marc Bureau qui en assure la direction artistique a prévu sa sortie en juin 2011. Il sera présenté en avant-première dans les rues de Graulhet. Avant cela, en collaboration avec la ville, la troupe participera à un travail en commun avec les milieux associatifs et scolaires de primaire et de secondaire, ainsi qu'avec la Mjc sur le même thème. Des échanges d'idées qui permettront de finaliser cette version tant attendue du grand mystère de l'univers.

@

Publié le 06/08/2010 10:49 | LaDepeche.fr

La FAR se restructure


Depuis son inauguration fin mars, la Halle des Arts a accueilli diverses expositions. Gérée par la FAR (Fédération des artistes de la région graulhétosie), cet espace offre des expositions d'artistes invités et de membres de la FAR. Victime de son succès, la FAR en réunit à ce jour plus de 80. « Elle en comptera très certainement une centaine d'ici la fin de l'année », assure Robert Bourges, son président. Et d'ajouter : « Aussi, est-il urgent de restructurer notre association et de déléguer. J'ai donc souhaité créer des régies en vue de consolider la FAR et d'impulser une répartition des tâches ». Ainsi, la régie de la salle de cours est dirigée par Maurice Monzat alors que Jacques Mariette est le régisseur de la salle d'exposition et d'artistes en résidence. Lucie Bourges dirige la régie des communications, Geneviève Ribes celle des animations. « Fin septembre, la FAR tiendra son assemblée générale et devra se doter d'un nouveau président. J'ai aujourd'hui lancé la FAR et même si je souhaite bien sûr toujours aider et participer à la vie de cette association, je préfère me retirer de la présidence », conclut Robert Bourges.

@

Publié le 05/08/2010 09:49 | G.D

Les orchestres de l'été : Dadou el Oued ou l'Africa-jazz


Le groupe Dadou el Oued sur scène. / Photo DDM

Le groupe Dadou el Oued (la rivière Dadou) est né en 2005 de la rencontre entre Chouaïb (oud), Coralie Lestrade (flûte, voix) et d' Olivier Baudy (batterie). D'abord à Graulhet puis, chaque semaine dans le local aménagé à Cadalen le groupe compose et répète ses morceaux : « Dadou El Oued, c'est un peu la pirogue qui navigue à vue, jette son filet à l'eau, ramasse ce qu'elle y trouve et parfois plonge au fond de l'eau pour y dénicher des trésors… » assure le trio initial. Puis sont arrivés les autres musiciens, apportant eux aussi leurs influences, leur enthousiasme et leur curiosité musicale, pour créer une musique originale et vivante, qui mêle l'oriental, le jazz et les musiques africaines : Aziz Ezouine (percus, voix), François Wagner (trompette), J.Louis Moisset (Saxes), Sébastien (Titi) Romieu (basse) et Jihef (guitare). (Nous faisons très peu de reprises.) Depuis plus d'un an, Chouaïb a préféré concentrer son temps sur ses nombreux autres projets plus professionnels.

Depuis, la musique s'est « jazzifiée » grâce aux belles idées créatives de Jean Louis Moisset, et un peu « africanisée » autour d'Azzeddine qui a remplacé Chouaïb au chant.

Depuis 2007, Dadou el Oued a joué un peu partout dans le Tarn ainsi qu'à Toulouse pour Barrio Loco avec Amalaya Pyrotechnies, où un DVD avait été réalisé par Natacha « du Hamac Rouge ». Cette année, le groupe a particulièrement apprécié de jouer pour « Biocybèle », le carnaval de Vaour, le festival « Automnez vous » à Gaillac, ou plus récemment pour les superbes « Rues d'été » de Graulhet.. Dadou El Oued, c'est aussi une belle aventure humaine, qui donnera lieu, l'été prochain si tout va bien à un voyage filmé aux sources de la musique marocaine…

@

@

Publié le 03/08/2010 03:46 - Modifié le 03/08/2010 à 07:31 | J-C C

Le barrage de Miquélou en sursis ?

Quel avenir pour le barrage de Miquelou ? Les élus graulhétois sont aujourd'hui en pleine réflexion, la Police de l'eau ayant tiré la sonnette d'alarme. Un arrêté préfectoral a été pris et la municipalité se doit aujourd'hui de baisser le niveau de l'eau d'environ trois mètres. Un chantier rendu possible grâce au soutien et l'implication de tous.

« Nous avons la chance de bénéficier de l'aide des pêcheurs qui vont tenter de récupérer un maximum de poissons afin de les réinstaller dans le Dadou ou au lac de Nabeillou. Les interlocuteurs du SDPE (Service départemental de la police de l'eau) sont pour nous d'un grand soutien, tout comme ceux du syndicat mixte du bassin Agout. Enfin, les services techniques de la régie municipale des eaux nous apportent toute leur compétence et leur disponibilité », souligne Miren Martin-Iturria, directrice des services techniques à la mairie de Graulhet.

Construit en 1928, le « monstre» de l'ingénieur graulhétois Michel Degove subit depuis quelques années des signes de fatigue. La régie municipale des eaux qui utilisait ce barrage comme réserve d'eau assurait la gestion de cet ouvrage. Or, depuis janvier 2009, le barrage n'est plus réserve d'eau potable. De fait, la mairie est redevenue responsable de l'ouvrage. Depuis août 2009, et suite aux conseils du SDPE, des contrôles quotidiens sont réalisés sur l'ouvrage. Le 22 juillet dernier, sur site et suite à des relevés, Hélène Bouteiller du SDPE, confiait : « Depuis début juin, les débits mesurés sur la fissure rive droite ont augmenté. L'eau de la fissure proviendrait des fondations et cette fuite augmente concomitamment à une élévation de la température ». Il a été demandé de baisser le niveau de l'eau 10 centimètres en dessous de la fissure afin d'en vérifier son état, constater la modification des écoulements et de voir si l'eau provient de cette fissure ou des fondations. Les élus ont mandaté EDF pour réaliser des études et trouver des solutions pour ce barrage de Miquelou.

@

Publié le 03/08/2010 10:51 | J.-J. Lherm

Peyrole. Les temps anciens à la fête



Tous les ans à l'époque des moissons, Peyrole est le centre d'une activité inter générations où habitants du secteur et touristes se mélangent. Retour aux sources pour les uns, découverte du monde agricole d'une autre époque pour les autres, le battage à l'ancienne connaît toujours un vif succès. C'est le rendez-vous des nostalgiques de temps pas si lointains mais déjà révolus. Si les traditionnels battages à l'ancienne et l'exposition d'œuvres d'art des artistes locaux font la renommée des fêtes de Peyrole, le vide greniers et le « village gourmand » comptent désormais parmi les temps forts de cet événement. Labours, moissons et bottelage à l'ancienne à l'ancienne sont autant d'occasion de savourer les démonstrations de machines anciennes et métiers d'autrefois. Le savoir-faire local, c'est aussi l'exposition des artistes de Peyrole et ses environs (tableaux, maquettes, céramiques, sculptures, marqueterie,…) durant ces deux jours de fête. Et pour donner un peu plus de couleurs, le comité organise deux soirées dansantes, un repas campagnard, ainsi qu'un vide greniers et le traditionnel « village gourmand ». Prochaines dates à réserver : soirées théâtre, le 16 octobre avec « Les Biques » et le 29 janvier avec les Tréteaux du soir.

@

Publié le 10/08/2009 04:35 | Yaël Chambon

La maison des Métiers du cuir, atout touristique de la ville



La famille Galloway assise sur l'immense fauteuil de la Maison des Métiers du Cuir. Photo DDM, Y.C. La famille Galloway assise sur l'immense fauteuil de la Maison des Métiers du Cuir. Photo DDM, Y.C.

Il est assez rare de considérer Graulhet comme une ville touristique. En revanche, la Maison des Métiers du Cuir est un lieu renommé dans toute la région. Une famille de touristes anglais, les Galloway, sont venus exprès de Lisle sur Tarn, où ils passent leurs vacances, pour découvrir les secrets de fabrication de ce matériau.

«Le film va vous raconter l'histoire de la ville et des ateliers du cuir. Je reviendrai dans 10 minutes pour la suite de la visite», déclare Ildiko Collet, leur guide, en essayant de prononcer le plus clairement possible pour que tout le monde comprenne.

Originaire de Hongrie, elle a commencé le métier de guide, dans son pays, pour financer ses études. Désormais guide professionnel, elle a travaillé dans de nombreux musées prestigieux en France, notamment à Versailles. «Le cuir est partout dans notre société. Il est intéressant de comprendre comment on le fabrique, c'est de la peau de bête transformée», résume-t-elle.

Une fois le tour terminé, les visiteurs ne regarderont plus leurs portefeuilles et leurs blousons de la même façon.

Dures conditions de travail

Après le film, Ildiko emmène le petit groupe dans la pièce où, autrefois, des enfants entre 7 et 10 ans devaient assouplir le cuir avant qu'il ne soit tanné. «C'était vraiment une vie dure», constate le père de famille, Colin Galloway. «Nous avions visité une mégisserie au Maroc, encore en activité. Les conditions de travail des ouvriers étaient vraiment mauvaises. Je ne peux même pas imaginer celles du début du siècle dernier».

Dans la salle suivante, qui faisait office de tannerie, des peaux sèches sont empilées. Ally Mason, une amie de la famille qui vient des Etats-Unis, les touche en grimaçant : « Je n'aimerais pas avoir un sac à main avec du cuir qui n'aurait pas été transformé». Chacun a le droit de voir le cuir brut à sa façon. Ce qui est sûr, c'est que le savoir-faire des mégissiers et des maroquiniers continue de passionner.

@

Page réalisée à partir du site :

Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement