1950 en chansons

L'année 1950 ouvre une décennie

qui sera particulièrement favorable à la chanson...

C'est d'abord la révélation de Mick Micheyl,

une jeune femme peintre qui se double d'être auteur-compositeur de talent

et qui lance un de ses plus grands succès : "ma maman"...

C'est aussi, au théâtre des Variétés,

la rentrée de Maurice Chevalier à soixante-deux ans

pour un nouveau tour de chant...

Pour la première de sa nouvelle émission "Quarante millions de Français",

Jean Nohain a convoqué un millier de Français s'appelant Chevalier

qu'il fait coiffer de canotiers pour en composer le public...

Patachou achète un coin de la butte Montmartre

pour en faire un salon de thé, qu'elle agrandira ensuite avec un restaurant :

c'est le début du succès pour ce dernier,

et d'une carrière de chanteuse pour sa patronne...

C'est Patachou qui recevra un auteur-compositeur,

à deux heures du matin, quand les clients sont partis.

L'ours Brassens fait son entrée avec sa guitare et présente ses oeuvres.

Musiciens et garçons de salle s'arrêtent de ranger ; tout le monde écoute.

Après la dixième chanson, Brassens s'arrête et demande à Patachou :

- "Et alors ?

- Vous commencez demain", lui répond-elle...

Le lendemain pourtant, devant le public, l'accueil est réservé :

ce répertoire original, surprenant, parfois osé, déroute...

Henri Salvador, devenu tête d'affiche, impose son rire et sa poésie.

Son rire, il en fait une face de 78 tours avec de l'autre côté :

"le loup, la biche et le chevalier"...

A l'inverse de la chanson d'amour,

la chanson comique reste difficile à exploiter.

André Claveau sort coup sur coup deux grands succès:

"domino" et "cerisiers roses et pommiers blancs"...

Il vendra beaucoup plus de disques que Robert Lamoureux

que l'on entend partout chanter "papa, maman, la bonne et moi" !

Il optera alors pour le monologue comique, la comédie et le cinéma...

Odette Laure réussit elle aussi à faire rire et émouvoir.

Elle triomphe sur la scène de l'ABC

avec "le petit officier de marine" et "moi j'tricote"...

Anéantie par le décès de Marcel Cerdan,

Édith Piaf chante en sa mémoire "l'hymne à l'amour",

qui va devenir l'un de ses plus grands succès...

Après deux années à succès en Amérique,

Charles Trenet va de concert en concert sans arrêter d'écrire

et ajoute "mes jeunes années" à son répertoire...

Félix Leclerc, très engagé dans la promotion de la langue française,

triomphe dans les cabarets de Montréal avec "le p'tit bonheur"...

Georges Guétary est consacré en 1950

meilleur chanteur d'opérette à Broadway ;

de retour en France il tient le premier rôle dans "la route fleurie"

et lance "je suis un bohémien"...

Bourvil tourne dans "le rosier de madame Husson", film de Jean Boyer,

joue au Québec "quelques pas dans le cirage" avec Roger Pierre

et interprète "le pêcheur au bord de l'eau"...

Au faîte de sa gloire, Luis Mariano

domine le monde de la chanson et de l'opérette ;

il lance "vive le bon vin", paroles de Line Renaud...



 

En 1950, Juliette Gréco obtient le prix de la SACEM

avec "Je hais les dimanches" 




 

 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement